Archives par mot-clé : Théories de la justice

Annonce 3 post-docs en théorie politique, “”Justitia Amplificata: Rethinking Justice _ Applied and Global”, Francfort, Closing date: March 1st 2017

HiSoPo vous informe de la publication de trois offres de post-doctorats en théorie politique/philosophie politique à Francfort dans le cadre d’un projet DFG sur la justice. Vous trouverez ci-dessous l’annonce publiée.

University of Frankfurt /Free University of Berlin _ Centre for Advanced Studies “Justitia Amplificata: Rethinking Justice _ Applied and Global”

Closing date is March 1, 2017.

Duration and Starting Date: 12 Months, starting on either September 1 st or October 1 st 2017, according to the fellows’ convenience.

The Centre for Advanced Studies “Justitia Amplificata: Rethinking Justice _ Appplied and Global”, funded by the German Research Council (Deutsche Forschungsgemeinschaft, DFG) and located at the University of Frankfurt with a branch at the Free University of Berlin is seeking to appoint three post-doctoral fellows in political theory/political philosophy for the academic year 2017/2018. The Fellows will be hosted by Frankfurt University at its Institute for Advanced Studies in Bad Homburg (near Frankfurt) and will be part of the Frankfurt academic community. They are invited to spend a certain period of time at the Free University Berlin for a research stay, details to be arranged.

Applicants are required to have completed all their PhD requirements (including exams) by the beginning of their fellowship and should have proven potential to conduct and publish research at an international level. Candidates’ research should fall within the Centre’s areas of focus, namely global justice and applied theories of justice.

Please send your application in English (a 2-3 page research project, CV, writing sample of preferably not more than 7,000 words [can be an excerpt], and two letters of reference (and no more than two ) to the Directors of the Centre, Rainer Forst and Stefan Gosepath. The two letters of reference may also be sent directly from the referees. Please use the address of Ms Valérie Bignon, Bignon@em.uni-frankfurt.de.

Closing date is March 1, 2017. For further information regarding the Centre, its members, and its activities, please see our website: http://www.justitia-amplificata.de.

Justitia Amplificata Post-doc Fellowships: Conditions of Award

We offer a non-taxable grant of 2300€/month. Additional benefits include a return trip to Frankfurt; a household allowance of 300€/month for accompanying partners (if the partner’s income is not higher than 1,250€/month) and a dependents’ allowance of 300€/month for each dependent child. Health insurance and accommodation expenses are not included in the package, although assistance in purchasing a suitable German health insurance will be provided.

Fellows will be provided with office space at the University’s Institute for Advanced Studies in the Humanities at Bad Homburg ( Forschungskolleg Humanwissenschaften). Fellows who wish to live at the Institute will be offered the opportunity to rent one of the Institute’s flats (for more information, see: Forschungskolleg Humanwissenschaften).

Fellows will be expected to take an active part in the Centre’s activities and workshops, and to present their ongoing research to the members of the Centre in its research seminar. If budget and time allow it, fellows might have the opportunity to actively cooperate in some of the Centre’s research activities, including the organization of workshops and conferences.

http://www.justitia-amplificata.de/en/postdoctoral-fellowship-programme.html

 

Avis de soutenance: Pierre Crétois, “Libéralisme pénal. Principes, enjeux et contradictions d’une institution non idéale”, ENS Ulm, 12 décembre 2015.

HiSoPo vous informe de la soutenance de la thèse de doctorat en philosophie de Pierre Crétois, intitulée: “Libéralisme pénal. Principes, enjeux et contradictions d’une institution non idéale”. Elle se tiendra le samedi 12 décembre 2015 à 14h30, à l’ENS Ulm, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, dans l’amphithéâtre Rataud.

Le jury sera composé de :

Mme Catherine Audard, Professeure, London School of Economics.

Mme Magali Bessone, Professeure, Université de Rennes.

Philippe Conte, Professeur, Université Paris II.

Bernard Harcourt, Professeur, Columbia Law School.

Steven Lukes, Professeur, New York University.

Patrick Savidan, Professeur, Université de Poitiers.

Résumé

Alors qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles, la question de la justice pénale était le fer de lance du libéralisme politique, le libéralisme politique avancé observe un silence troublant sur ce point. Je cherche d’abord dans ce travail à expliquer une telle désaffection, dans un contexte caractérisé par une crise profonde et un bouleversement des institutions pénales depuis la fin des années 1960. Je cherche ensuite à défendre une approche libérale du droit pénal, tout en soulignant les contradictions qui la traversent et les difficultés qu’elle soulève. Parce que l’institution pénale est profondément ambivalente (à la fois bouclier protecteur des libertés individuelles et glaive qui les pourfend), on peut la caractériser d’institution non idéale : c’est à ce titre qu’elle pose un problème particulier au libéralisme avancé, fondé sur une confiance très large dans les institutions. Bien que la réalité de l’institution pénale mette durement à l’épreuve, les principes du libéralisme politique, la valeur normative d’une conception libérale de la peine justifie les efforts pour la défendre.

La thèse centrale de ce travail est que le libéralisme pénal bien compris est un minimalisme pénal, fruit de la méfiance vis-à-vis de l’institution pénale (quelles que soient les bonnes intentions qui y président) et de la conscience de son inéluctable faillibilité. Le minimalisme pénal appelle une délimitation claire de la sphère pénale ainsi qu’un contrôle fort de ses institutions, pour lutter contre la punitivité, qu’elle soit entendue de manière subjective (ie. volonté délibérée d’infliger de la souffrance à autrui) ou objective (ie. extension de la sphère pénale). Il donne en outre à la justice pénale un rôle résiduel par rapport à la justice sociale dans l’analyse des problèmes sociaux contemporains. Le minimalisme pénal s’oppose ainsi à deux approches concurrentes : d’un côté, une conception moraliste (ou conservatrice) du droit pénal ; de l’autre, une conception économiciste (souvent appelée « néolibérale ») du droit pénal.

Dans un premier temps, je cherche à montrer le caractère nécessairement limité des justifications de la peine, qui échouent à satisfaire les exigences normatives contenues dans les principes libéraux. Je m’intéresse ensuite à la fonction expressive de la peine, c’est-à-dire à la spécificité de la sanction pénale en tant que véhicule de valeurs sociales et d’émotions négatives, et son rapport avec le minimalisme moral du libéralisme politique. Si les principes libéraux sont difficilement à même de fournir une justification fondamentale de la peine, reste qu’ils permettent de dégager une approche spécifique tant au niveau des principes de l’incrimination que des sanctions adoptées. Je confronte dans un dernier temps le cadre de pensée classique du libéralisme avancé, qui est celui de la justice sociale ou distributive, à la question de la justice rétributive, à partir des deux figures de la victime et du coupable.

Mots-clés : Conservatisme, Crime, Harm Principle, Inégalités, Libéralisme, Peine, Pouvoir, Punitivité, Sécurité, Souffrance, Théorie non idéale, Minimalisme, Vengeance, Victimes.