Archives par mot-clé : Sociologie du religieux

Séminaire “L’Église: un dictionnaire critique”, EHESS, 2015-2016

Un séminaire intitulé “L’Église: un dictionnaire critique” organisé par Dominique Iogna-Prat, Alain Rauwel et Frédéric Gabriel dans le cadre de l’EHESS, de l’EPHE, du CNRS (CÉSoR et IHPC), de l’ENS de Lyon, du Labex CoMod (Université de Lyon) vient d’être lancé pour l’année 2015-2016. Sur la forme, ce séminaire consiste en une entreprise critique sur la base d’un instrument à entrées multiples du type « dictionnaire ». Sur le fond, il s’agit de dépasser l’opposition entre les sciences des religions qui s’intéressent très largement au contenu, notamment doctrinal, théologique, des productions de l’Église, et les sciences sociales qui, bien souvent, s’intéressent davantage au contexte historique, politique, culturel dans lequel ces productions émergent, se diffusent et/ou sont reçues. C’est ce geste théorique là, analogue à celui qui se trouve au fondement de l’histoire sociale des idées politiques, geste de dépassement de l’opposition analyses internes/analyses externes et de critique de la pertinence même de cette opposition, qui fait qu’il nous a semblé pertinent de relayer cette information. Pour plus de précisions, vous trouverez ci-joint le programme détaillé communiqué par l’un des co-organisateurs du séminaire (Séminaire 2015-6, Dictionnaire Église).

Colloque “Autocéphalies : l’exercice de l’indépendance dans les Églises slaves orientales (Xe -XXe siècle), Rome, 5-7 novembre 2015

Un colloque intitulé “Autocéphalies : l’exercice de l’indépendance dans les Églises slaves orientales (Xe -XXe siècle)” aura lieu à Rome du 5 au 7 novembre 2015. Si le titre comme le sujet peuvent a priori sembler bien loin de l’histoire sociale des idées politiques, ce n’est là qu’un paradoxe. Un paradoxe en effet car cela heurte la conception moderne du politique, comme sphère autonome vis-à-vis du religieux comme l’État l’est de l’Église, fruit de la sécularisation des mentalités, et de la laïcité. Pourtant, le politique en Occident a longtemps été indissociable du religieux. Le regard historique invite donc à éviter tout chrono/ethnocentrisme qui aboutirait à appliquer la mentalité de son temps – pour la France, une République laïque et une société fortement sécularisée – à une autre époque. Il y a bien du politique dans le religieux et de la politique dans les Églises. Par ailleurs, il y a là politique mais il y a également des idées politiques. À cet égard, il n’est sans doute pas anodin que la figure du clerc soit régulièrement réactivée à l’endroit des intellectuels et des experts1, comme pour mieux rappeler l’héritage clérical de ces formes de rapports savoir/pouvoir sécularisées2. Les luttes pour l’autonomisation de certaines institutions ecclésiales face à d’autres sont d’abord et avant tout des luttes de classement, de représentations. C’est pourquoi l’annonce de ce colloque a, à notre sens, toute sa place ici. Vous trouverez ci-joint le programme détaillé ainsi que les informations pratiques ayant trait à cet événement (Programme_Autocéphalies).

1 Julien Benda, La Trahison des clercs, Paris, Grasset, coll. « Les Cahiers rouges », 2003, ouvrage disponible dans sa version originale en édition électronique sur le site Internet « Les Classiques des sciences sociales » de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) à l’adresse URL suivante : http://classiques.uqac.ca/classiques/benda_julien/trahison_des_clercs/trahison_des_clercs.

2 Jacques Le Goff, Les Intellectuels au Moyen-Age, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1985 (1ère éd. 1957).