Archives par mot-clé : Sociologie des élites

Avis de soutenance: Charles Bosvieux-Onyekwelu, « D’une sociodicée à un savoir d’État : le service public, une tentative de mise en forme du monde social par le droit (1873-1940) », Paris, ENS Ulm, 7 décembre 2016

HiSoPo vous informe que Charles Bosvieux-Onyekwelu soutiendra sa thèse pour le doctorat en sociologie, intitulée : « D’une sociodicée à un savoir d’État : le service public, une tentative de mise en forme du monde social par le droit (1873-1940) ». La soutenance aura lieu le mercredi 7 décembre 2016 à 14h à l’École normale supérieure (29 rue d’Ulm, salle 236) devant un jury composé de :

Monsieur Laurent WILLEMEZ, Professeur de sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin (directeur de thèse)
Monsieur Jean-Louis HALPÉRIN, Professeur d’histoire du droit, ENS Ulm (codirecteur)
Madame Martine KALUSZYNSKI, Directrice de recherche CNRS, Sciences-po Grenoble (rapporteure)
Madame Claire LEMERCIER, Directrice de recherche CNRS, Sciences-po Paris (rapporteure)
Monsieur Matthieu HÉLY, Professeur de sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin (examinateur)
Monsieur Duncan KELLY, Reader in Political Thought, University of Cambridge (examinateur)

La soutenance est publique, et sera suivie d’un apéritif ouvert à tou-te-s.


Résumé de la thèse

Au carrefour de la socio-histoire, de la sociologie du droit et de la sociologie des élites, la thèse revient sur la genèse d’un concept-clef de l’État républicain en France : le service public. Entre 1870 et 1940, cette idée, qui préexistait à la naissance du nouveau régime, est retravaillée par différents types d’acteurs dans un sens plus démocratique, tel un aggiornamento de la pensée d’État. Dans cette opération de mise à jour figurent en première place les milieux juridiques (hauts fonctionnaires du Conseil d’État et professeurs de droit), qui vont notamment se servir de la montée en puissance du contentieux administratif pour légitimer leur position par rapport aux civilistes et imposer une vision « d’en haut » du service public, compris comme un véritable savoir de gouvernement. En retraçant les différentes étapes par lesquelles s’est constitué un récit mythique des origines autour de l’arrêt Blanco du 8 février 1873, la thèse vise donc à faire l’histoire de la construction d’une profession, celle de publiciste ou d’administrativiste, en même temps que la genèse d’un champ, le champ du « public ». Au sein de ce champ gravitent des acteurs plus éloignés du champ juridique (ingénieurs de l’État, philanthropes, théoriciens du social de tous ordres, syndicalistes de la fonction publique), qui luttent soit pour ne pas se laisser imposer une conception entièrement étatisée de la générosité publique, soit pour faire entendre le point de vue des dominé-e-s de ce champ (petits et moyens fonctionnaires, instituteurs/trices). L’enquête met donc en valeur une distribution inégale et différenciée de l’intérêt pour le « public », visible dans la compréhension des revendications démocratiques de l’époque (droit de grève et syndicalisation dans la fonction publique, municipalisme, vote de l’impôt sur le revenu), que certains des acteurs essaient constamment de retraduire dans les catégories d’un droit qu’ils aiment à voir comme seul savoir légitime sur le monde social. In fine, ce travail de socio-histoire permet, par un effort pour penser avec la mentalité des contemporains de l’époque (i.e. sans raconter l’histoire par la fin et en faisant droit aux possibles non advenus), de comprendre la métamorphose du « souci de soi » de l’État à un âge démocratique, en décrivant le point de rencontre entre une main droite traditionnellement régalienne et masculine (symbolisée par les membres du Conseil d’État) et la main gauche de l’État social et protecteur.

En termes de méthodologie et de cadrage théorique, la thèse repose sur une enquête prosopographique dont le corpus est constitué par les différents sous-groupes de porteurs de l’idée de service public entre 1870 et 1940 (n = 77, des hommes à une majorité plus qu’écrasante). Elle alterne récit et analyse des données quantitatives issues de l’enquête prosopographique, et combine ethnographie sur archives (pour le Conseil d’État), analyse de correspondances et analyse de contenu (arrêts de la justice administrative, commentaires doctrinaux et ouvrages « théoriques » sur le service public). Elle s’essaie à une association raisonnée de la théorie des champs et de la sociologie des professions. Enfin, les archives dépouillées sont, outre les dossiers de carrière de chaque prosopographié-e, celles du Conseil d’État, du Tribunal des conflits, des facultés de droit (principalement Paris, Bordeaux et Toulouse), de l’agrégation de droit et des syndicats (fédérations de fonctionnaires + CGT dans ses rapports avec l’État).

MOTS-CLEFS : SERVICE PUBLIC, CONSEIL D’ÉTAT, SOCIO-HISTOIRE DE L’ACTION PUBLIQUE, SOCIOLOGIE DES SAVOIRS D’ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT, SOCIODICÉE DES ÉLITES, DÉSINTÉRESSEMENT, SOCIOLOGIE DU DROIT, THÉORIE DES CHAMPS, SOCIOLOGIE DES PROFESSIONS, PROSOPOGRAPHIE


Abstract

At the intersection of social history, the sociology of law and the sociology of elites, the thesis goes back to the origin of a key concept of the French Republican State: public service. Between 1870 and 1940, this idea, which preceded the new regime, is reshaped by different types of actors in a more democratic sense, as an aggiornamento of state-thought. The legal circles (senior officials of the Conseil d’État and law professors) took a prime position during this update. They notably made advantage of the rise in importance of administrative litigation to legitimate their position as opposed to civil law specialists and impose a vision « from above » of public service, understood as true science of administration. By retracing the sequence of events that made a myth from the Blanco case of 8 February 1873, the thesis aims to give an account of the construction of a profession, that of a lawyer specialising in public law or in administrative law, at the same time as the creation of a “public” field. Actors distant from the legal field (state engineers, philanthropists, social theorists of all kinds, civil service trade unionists) gravitate to this field, struggling either not to let the State’s conception of generosity to the public be imposed on them, or to get the point of view of those dominated in this field (lower and middle bureaucrats, primary school teachers) across. The enquiry therefore highlights the unequal and differentiated distribution of interest for the « public », visible in the understanding of the democratic claims of the time (the right to strike and unionise in the civil service, municipalism, the Act of Parliament on income tax), that certain actors consistently tried to translate into categories of law regarded favourably as the only right approach to the social world. Finally, in an effort to think within the contemporaries of the time’s mindset (i.e. without reading history backwards and by taking virtual history into consideration), this socio-historical work enables the understanding of the transformation of the « self-concern » of the State in a democratic age, by describing the encounter between a traditional, sovereign and masculine right hand (epitomised by the members of the Conseil d’État) and the left hand of the protective and social State.

In terms of methodology and theoretical framework, the thesis is based on a prosopographical enquiry, the corpus of which is made from the different subgroups of exponents of the idea of public service between 1870 and 1940 (n = 77, the overwhelming majority are men). It alternates between an account and an analysis of the quantitative data drawn from the prosopographical enquiry, and combines archival ethnography (for the Conseil d’État), multiple correspondence analysis and discourse analysis (administrative justice cases, jurisprudence and « theoretical » works on public service). It attempts a reasoned association between field theory and the sociology of professions. Also, as well as the career records of each individual in the prosopography, the archives that have been examined are those of the Conseil d’État, the Tribunal des conflits, law faculties (mainly Paris, Bordeaux and Toulouse), the “agrégation” examination in law and unions (federations of civil servants + CGT in its relation with the State).

KEYWORDS: PUBLIC SERVICE, CONSEIL D’ÉTAT, SOCIAL HISTORY OF PUBLIC POLICY, SCIENCE OF STATE SOCIOLOGY, SOCIODICY AND SOCIOLOGY OF ELITES, SELFLESSNESS, SOCIOLOGY OF LAW, FIELD THEORY, SOCIOLOGY OF PROFESSIONS, PROSOPOGRAPHY

Journées d’étude « Penser l(es)’élite(s). Taxinomies analytiques et enjeux sociologiques », Université Paris-Dauphine, 27-28 juin 2016

HiSoPo vous informe de la tenue des journées d’étude « Penser l(es)’élite(s). Taxinomies analytiques et enjeux sociologiques », organisées par les membres du RT42 « Sociologie des Élites » et du RT5 « Classes, inégalités, fragmentations » de l’Association Française de Sociologie. L’histoire sociale des idées politiques se caractérise par le refus de privilégier les « grands auteurs » canoniques ou les élites politiques ou intellectuelles au détriment des producteurs d’idées le plus souvent invisibilisés que sont les militants de base dans les partis, les penseurs issus de classes populaires, etc. Reste qu’une partie non négligeable des producteurs d’idées politiques font bel et bien partie des élites. C’est à ce titre que l’histoire sociale des idées politiques gagne à s’inspirer des réflexions, travaux et méthodes développées par la sociologie des élites.


PROGRAMME

Lieu : Amphi 4 (2e étage), Université Paris Dauphine.

Première Journée – Lundi 27 juin 2016

8h30-9h00 Accueil des participant.e.s
9h00-9h15 Introduction – Frédéric Lebaron (USQV, PRINTEMPS)

9h15-12h45 Session 1 – La notion d’élite(s)

9h15-10h15 : François-Xavier Dudouet (CNRS, IRISSO) – Élite(s) : Les enjeux des filiations intellectuelles

10h15-11h15 : François Denord (CNRS, CESSP), Paul Lagneau-Ymonet (Univ. Paris Dauphine, IRISSO), et Sylvain Thine (CESSP) – Le champ du pouvoir
11h15-11h45 : Pause
11h45-12h45 : Christophe Charle (Univ. Paris 1, IHMC) – La notion d’élite en histoire

Présidence de séance : Pierre Bataille (UNIFR, LACCUS)

Pause déjeuner

14h15-18h30 Session 2 – Élite(s) et échelles territoriales

14-30-15h30 : Claude-Isabelle Brelot (Univ. Lyon 2, LER) – Les élites locales (19e-20e siècles)  : approche historiographique
15h30-16h30 : Gilles Laferté (INRA, CESAER) – Où sont les élites?  Hypothèses sur une absence vue de l’anthropologie et de la sociologie rurale
16h30-17h00 : Pause
17h00-18h00 : Anne Catherine Wagner (Univ. Paris 1, CESSP) – Les élites à l’épreuve de la mondialisation

18h00-19h00 : Morten Reitmayer (Univ. Trier) – Towards a Conceptual History of Elites

Présidence de séance : Fabienne Pavis (Univ. de Nantes, CENS)

Deuxième Journée – Mardi 28 juin 2016

9h00-12H30 Session 3 – Élites et État

9h00-10h00 : Christophe Jaffrelot (CNRS, CERI) – Les élites politiques vues sous l’angle de la caste
10h-11h00 : Monique de Saint-Martin (EHESS, IRIS) – Noblesse, Aristocratie, Élites
11h00-11h30 : Pause

11h30-12h30 : Pierre Birnbaum (Univ. Paris 1) – De l’Élite à l’État

Présidence de séance : Maïa Drouard (Univ. Picardie, CURAPP-ESS)

Pause déjeuner

14h00-17h30 Session 4 – Actualités de la notion d’élite(s)

14h00-15h00 : Johs Hjellbrekke and Olav Korsnes (Univ. of Bergen) – Les femmes dans le champ de pouvoir
15h00-16h00 : Hervé Joly (CNRS, TRIANGLE) – A-t-on besoin des élites pour parler des patrons ?
16h00-16h30 : Pause
16h30-17h30 : Sylvain Laurens (EHESS, CESSP) – Sociologie des élites contemporaines  : un état des lieux

Présidence de séance : Marion Rabier (Univ. Haute Alsace, SAGE)


Les deux journées auront lieu en les 27-28 juin prochain et se tiendront à l’amphithéâtre 4 de l’Université Paris-Dauphine. Elles sont ouvertes à toutes et à tous sur simple demande d’inscription par mail à pierre.bataille@unil.ch.

Pour plus de détails, voir la présentation de l’événement sur le site Calenda: http://calenda.org/367557