Archives par mot-clé : science politique

Avis de parution: « La mise en politique des idées », Politix, 126 (2), octobre 2019

 

J’ai le grand plaisir de vous informer de la parution du n° 126 de la revue Politix dont j’ai coordonné le dossier intitulé « La mise en politique des idées » et consacré à l’histoire sociale des idées politiques en milieu partisan.


Présentation

La recherche sur les partis a longtemps accordé une place prépondérante à l’étude de leur doctrine et des débats ou affrontements d’idées en leur sein. Toutefois, à partir des années 1980-1990, elle s’est davantage focalisée sur leur dimension « entrepreneuriale » et/ou organisationnelle avec, en France, une attention particulière accordée à l’étude des propriétés sociales et des pratiques des acteurs partisans. Ce « tournant sociologique » a été fécond, permettant de rompre avec la doxa réduisant la vie politique à la confrontation de visions du monde portées par des organisations partisanes et d’après lesquelles s’orienterait le vote des électeurs. Il a eu néanmoins pour effet un désinvestissement de l’étude des idées partisanes comme objet de recherche. Les différentes contributions réunies dans ce dossier visent précisément à rouvrir ce chantier de recherche en s’intéressant aux idées produites et appropriées en milieu partisan dans la période contemporaine, que ce soit dans les instances officielles de production et de diffusion idéelle du parti en tant que tel (secrétariats nationaux aux idées, revue intellectuelles partisanes, Écoles de parti), de groupements en son sein (clubs para-partisans, revues de courant, etc.) ou à ses marges (clubs, think tanks, fondations politiques, syndicats, Université, etc.). Il s’agit plus précisément d’étudier la mise en politique des idées, c’est-à-dire les processus par lesquels celles-ci sont produites, circulent et/ou sont appropriées en milieu partisan. Qui sont les acteurs produisant les idées partisanes ? Où sont-elles élaborées ou appropriées ? Quels usages les acteurs partisans en font ? Quelle valeur est accordée au débat doctrinal et à la production intellectuelle et quelles formes d’intellectualité sont valorisées dans l’économie générale des pratiques partisanes ? Quels sont les processus concrets par lesquels les acteurs partisans élaborent des idées dans le parti et/ou traduisent en son sein des idées produites en dehors ? Voilà autant de questions aussi simples que fondamentales auxquelles les contributions réunies dans ce dossier entendent répondre, ouvrant ainsi la boîte noire de la fabrique idéelle en milieu partisan.


Contributions

  • Thibaut Rioufreyt, « La mise en politique des idées. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan », pp. 7-35.

  • Nicolas Azam, « Entre « croyance économique » et contrainte partisane. Genèse et structuration de la section économique du PCF (1947-1961) », pp. 37-60.

  • Clémentine Fauconnier, « La mise en politique sans la mise en parti ? Le Centre de la politique sociale conservatrice comme entreprise doctrinale », pp. 61-83.

  • Mathieu Fulla, « Le parti, l’expert et les théories économiques. Le cas du Parti socialiste d’Épinay (1971-1981) », pp. 85-109.

  • Cécile Leconte, « La carrière militante du « grand remplacement » au sein du milieu partisan de l’Alternative pour l’Allemagne (AfD) », pp. 111-134.

  • Rafaël Cos, « La carrière de « la sécurité » en milieu socialiste (1993-2012). Sociologie d’une conversion partisane », pp. 135-161.


L’intégralité du dossier et du numéro (varias compris) est accessible gratuitement depuis le portail CAIRN via les abonnements institutionnels : https://www.cairn.info/revue-politix-2019-2.htm

Avis de parution: Brigitte Gaïti et Johanna Siméant-Germanos (dir.), La consistance des crises. Autour de Michel Dobry, PUR, 5 avril 2018

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage co-dirigé par Brigitte Gaïti et Johanna Siméant-Germanos aux Presses universitaires de Rennes: La consistance des crises. Autour de Michel Dobry. Plusieurs chapitres, dont celui de Frédérique Matonti, concernent très directement l’histoire sociale des idées politiques.

 

 

Brigitte Gaïti et Johanna Siméant-Germanos (dir.), La consistance des crises. Autour de Michel Dobry, Presses universitaires de Rennes, collection Res Publica, 330 p., 24 €, en librairie le 5 avril 2018.

Brigitte Gaïti et Johanna Siméant-Germanos, coordinatrices de cet ouvrage, sont professeures de science politique, respectivement à l’Université Paris I (CESSP) et à l’Ecole normale supérieure (CMH). Le livre rassemble les contributions de Assia Boutaleb, Yves Buchet De Neuilly, Annie Collovald, Bruno Goyet, Jean-Philippe Heurtin, Brian Jenkins, Lilian Mathieu, Frédérique Matonti, Violaine Roussel, Carole Sigman, Zeev Sternhell, Frédéric Vairel et Sebastiao Velasco e Cruz.

Sommaire

Brigitte Gaïti, Johanna Siméant-Germanos : Introduction. Saisir la consistance des crises

Bruno Goyet : Le « grand récit de France », récit idéologique de l’extrême droite française

Brian Jenkins : L’historiographie du 6 février 1934. Michel Dobry et les dynamiques relationnelles des crises politiques

Zeev Sternhell : La grande pitié de « la thèse immunitaire »

Jean-Philippe Heurtin : Un épisode de la querelle des universaux. Dobry critique de Passeron sur la possibilité d’une connaissance nomologique en sciences sociales

Assia Boutaleb et Violaine Roussel : Comment le monde vacille ou tient ? Liaisons et ruptures intersectorielles

Frédérique Matonti : Histoire sociale des idées politiques, crises politiques et catégories de perception

Sebastião Velasco e Cruz : Crises et quasi crises. Réflexions sur la sociologie des crises politiques de Michel Dobry, à partir de l’expérience historique brésilienne

Carole Sigman : Jeux pervers et charme discret de la planification. Les transformations de la gestion de l’économie dans l’URSS de Khrouchtchev (1962-1964)

Yves Buchet de Neuilly : Février 2012 et l’élargissement de l’Union européenne à la Serbie. Coups imbriqués et connexions d’enjeux

Annie Collovald : Filiation, précédent : quelle continuité dans les mobilisations petit-patronales ? Quelques hypothèses sur les relations du CIDUNATI au poujadisme

Lilian Mathieu : Les vertus du point de vue relationnel. Le cas de l’extrême droite radicale contemporaine

Frédéric Vairel : Les formes autolimitées de l’action collective : sur le fonctionnement de l’espace protestataire marocain

Brigitte Gaïti, Johanna Siméant-Germanos : Conclusion

Entretien avec Michel Dobry

AAC colloque « Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire », deadline: 30 mars 2017

HiSoPo a le plaisir de vous informer du lancement du colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours co-organisé par Anthony Mergey, Professeur d’histoire du droit, Université Paris II Panthéon-Assas – Institut d’Histoire du Droit (UMR 7184) et Arnault Skornicki, Maître de conférences en science politique, Université Paris Ouest Nanterre – Institut des Sciences sociales du Politique (UMR 7220). Ce colloque co-organisé par l’Université Paris II Assas, l’ISP et HiSoPo aura lieu les 14-15 décembre 2017.


Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire

Colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours

14-15 décembre 2017

Lieu : Salle des Conseils – Université Paris II Panthéon-Assas (12, place du Panthéon, Paris 5e).


 ARGUMENTAIRE

Pierre-Samuel Dupont de Nemours (1739-1817) appartient à cette galerie de personnages qui présentent la particularité d’avoir été des acteurs de la France d’avant 1789 et de celle d’après 1789. Connu pour son appartenance à la « secte des économistes », il apparaît comme l’un des principaux propagandistes de la doctrine économique des physiocrates, qui a contribué à jeter les fondements du libéralisme. Or, si la pensée et les propositions du physiocrate économiste ont majoritairement attiré le regard des chercheurs comme le prouvent les nombreux travaux en la matière, d’autres facettes de Dupont de Nemours restent encore à explorer et à mettre à perspective. C’est notamment le cas des idées qu’il a défendues et des actions qu’il a menées dans le domaine politique.

Comme chacun de ses comparses qui a vécu ces deux moments – avant 89, après 89 –, la trajectoire de Dupont de Nemours est marquée par des permanences et des variations dans certains de ses engagements et positions politiques qui se reflètent notamment dans ses écrits à la fois nombreux et protéiformes (ouvrages, articles, rapports, mémoires, correspondance…). Plutôt que de céder à l’hypothèse facile de l’opportunisme, il apparaît plus prudent d’identifier les repositionnements du personnage en fonction des fluctuations de la conjoncture politique, extrêmement mobile dès les années 1780. Quoi qu’il en soit, il ne fait nul doute que les idées et les actions politiques imprègnent la vie – parfois romanesque (romancée ?) – de Dupont de Nemours. Un rappel de quelques étapes importantes de cette vie suffit pour s’en convaincre.

À la fin des années 1760 et au cours de la décennie suivante, en physiocrate assumé, Dupont de Nemours se fait le chantre d’une monarchie régénérée qui reposerait sur les préceptes du despotisme légal. Un tel positionnement idéologique le conduit alors à vanter les mérites, sur le plan de l’organisation administrative, d’un système de municipalités autonomes alors qu’il est devenu le bras droit du contrôleur général Turgot. Sa volonté de réformer les institutions attire la curiosité des princes éclairés (le roi de Suède Gustave III, le margrave de Bade Charles-Frédéric et le roi de Pologne Stanislas Poniatowski) auprès desquels il est appelé à exercer ses talents. En 1783, il est associé par Vergennes à la confection du traité qui reconnaît les treize colonies libres, indépendantes et souveraines, formant les États-Unis, ce qui lui vaut d’être anobli par Louis XVI l’année suivante. En 1786, il contribue également à la préparation du traité de commerce avec l’Angleterre. En 1787, année durant laquelle il fait la connaissance de Thomas Jefferson avec qui il entretiendra une importante correspondance, Dupont de Nemours conseille et guide le ministre Calonne dans son projet de création d’assemblées provinciales, ce qui ne l’empêche pas de promouvoir quelques mois plus tard, dans un contexte politique et intellectuel nouveau, une monarchie tempérée dans laquelle la nation est appelée à occuper une place stratégique. Membre depuis la fin de l’année 1788 de l’influente Société des Trente, il participe activement à la rédaction des doléances du tiers état du bailliage de Nemours, dont il sera l’un des représentants aux États généraux. Le basculement révolutionnaire lui permet de devenir député de l’Assemblée nationale constituante et de se montrer très actif au cours de son mandat, tout en manifestant une entière fidélité à Louis XVI et un soutien assumé à la monarchie constitutionnelle, jusqu’à sa disparition en 1792. Après la parenthèse de la Terreur et quelques jours d’emprisonnement, il est élu député du Loiret au Conseil des Anciens où il prend une part importante à tous ses travaux et se distingue surtout par ses critiques à l’encontre du Directoire. Après le coup d’État du 18 fructidor, il est de nouveau emprisonné quelque temps à cause de ses sympathies royalistes et échappe de peu à la déportation. À la fin de l’année 1799, il décide de s’exiler aux États-Unis. Dès l’année suivante, Jefferson, qui est devenu vice-président, lui demande de rédiger un plan d’éducation publique pour les États-Unis. En 1802, de retour en France, il joue un rôle officieux et déterminant dans les relations diplomatiques franco-américaines, à propos de la cession de la Louisiane. Opposé à la politique de l’empereur, il se consacre alors à ses travaux scientifiques, tout en s’intéressant toujours de très près à la politique américaine. Après avoir été secrétaire puis vice-président de la Chambre de commerce de Paris entre 1803 et 1810, il est nommé secrétaire du gouvernement provisoire en 1814 puis rentre au Conseil d’État sous la première Restauration. Or, l’épisode des Cent-Jours le contraint à repartir aux États-Unis où, à peine arrivé, il propose ses services au président Madison. Il décède en 1817 à Wilmington (Delaware), dans la propriété familiale fondée par son fils Éleuthère Irénée.

Appréhender la pensée et l’action politiques de Dupont de Nemours à travers ces multiples facettes (journaliste, conseiller des princes, des ministres, des présidents, négociateur, diplomate, député…) soulève une multitude de questions que cette manifestation se propose d’aborder, et qui visent à la fois à éclairer un aspect méconnu du personnage et approfondir certaines de ses idées ou entreprises.

Les propositions devront de préférence porter, d’une part, sur la période postérieure au décès de François Quesnay et à la dispersion de la « secte physiocratique », soit du ministère Turgot à l’exil américain ; et, d’autre part, sur les questions d’ordre politique, constitutionnelles, diplomatiques, administratives, historiques… Les organisateurs souhaitent que celles-ci soient abordées, dans la mesure du possible, non seulement sous un angle comparatiste, avec pour cadre les États européens ou les États-Unis, mais aussi sous un angle interdisciplinaire, afin de confronter la vision des historiens du droit, des politistes, des historiens des lettres, des juristes, des sociologues, etc.

Parmi les thèmes rarement traités en profondeur, voici quelques pistes, sans exhaustivité aucune :

–    Dupont, penseur et acteur du droit public : droits de l’homme, nature du régime politique idéal, droit constitutionnel (organisation des pouvoirs, souveraineté, hiérarchie des normes, processus de création de la loi…), administration territoriale et locale, fiscalité et finances publiques…

–    Dupont et le monde atlantique : la révolution américaine, les institutions américaines et la vie politique ; la question coloniale…

–    Dupont diplomate et penseur des relations internationales : le traité de Versailles de 1783, le traité franco-britannique de 1786, le Pacte de Famille, la cession de la Louisiane…

–    Entre vie privée et vie publique : si le « sentimentalisme » de Dupont a déjà été relevé, il pourrait être prolongé par l’étude de ses idées sur les liens entre la vie familiale, la sensibilité et la production des idées, et éclairé par sa manière de vivre lui-même une forme de porosité entre l’homme public et l’homme privé.

–    Dupont et le patriotisme, Dupont et la religion, Dupont historien…


Les propositions de communication doivent être déposées de préférence sur le site du colloque: https://dupont2017.sciencesconf.org dans la rubrique « Déposer une communication » ou envoyées par mail aux organisateurs : anthony.mergey@u-paris2.fr et askornicki@u-paris10.fr, avant le 30 mars 2017. Merci de joindre une présentation succincte de la communication envisagée avec indication des sources (2500 signes maximum espaces compris) avec son titre et un court curriculum vitae.