Archives par mot-clé : Politisation

Journée d’études “Au nom de l’intérêt général”, ENS de Lyon, Lyon, 24 mars 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation d’une journée d’étude intitulée “Au nom de l’intérêt général” organisée par Martine Kaluszynski et Chloé Gaboriaux et qui se tiendra à l’ENS de Lyon (site Buisson) le 24 mars prochain.

Texte de présentation

Pourquoi s’engage-t-on ? Pour répondre à cette question désormais classique, les acteurs sont aussi souvent portés à invoquer l’intérêt général que les chercheurs en sciences sociales à déconstruire une telle prétention, qui obscurcit plus qu’elle n’éclaire les véritables ressorts de l’action politique. Pourtant, si l’on considère l’intérêt général non plus comme un ensemble de finalités définies a priori, mais comme un mode de légitimation revendiqué par des individus ou des groupes, la notion peut constituer une entrée stimulante pour mieux comprendre certains modes de politisation et de participation, qui se déploient ou plutôt prétendent se déployer en marge des clivages politiques traditionnels comme à distance des rapports de force entre groupes d’intérêts.

Tel est l’objectif de cette journée d’étude : partir d’une analyse des justifications de ces acteurs qui affirment s’engager au nom de l’intérêt général pour étudier le rapport au politique qu’elles sous-tendent comme les effets qu’elles produisent sur le champ politique. Il s’agit en effet de penser une action que nous pouvons définir comme politique – parce que collective et visant explicitement la transformation de la société – mais qui se déploie en dehors des mandats et des motivations explicitement politiques sans pour autant rejeter la collaboration avec les institutions étatiques (ce qui la distingue également des projets et expériences autogestionnaires).

A cet égard, le questionnement portera sur des parcours individuels – des réformateurs de la fin du XIXe siècle aux carrières militantes contemporaines – comme sur les stratégies des groupes, y compris ceux qui, par définition, défendent des intérêts particuliers (syndicats, organisations patronales, lobbies, etc.) : pourquoi adoptent-ils à un moment donné le langage de l’intérêt général ? Dans quelle perspective ? Et avec quelles implications pour leur engagement comme pour les luttes dans lesquelles ils sont engagés ?

On s’interrogera notamment sur le sens de cet engagement au nom de l’intérêt général et sur son rapport à la politique traditionnelle : en quoi est-il politique, de quelle manière, sous quelles conditions ? Comment se dit-il, se justifie-t-il et dès lors quel type de « politique » est alors mis en œuvre ? Qu’est-ce que cette « politique apolitique » de l’intérêt général ? Ces registres d’action ne sont-ils pas à voir comme un moment d’apprentissage de la culture politique et de l’action politique, au-delà des mandats et de la nature des régimes politiques ?

De même, le rapport à l’État constituera une piste intéressante, en particulier dans les sociétés où l’État tend à s’arroger le monopole de la définition de l’intérêt général : y a-t-il ici volonté de contestation, de complémentarité, de substitution voire d’opportunité par rapport à l’État et ses modes d’organisation politique ? Quels sont les enjeux de ces luttes de définition pour dire l’intérêt général en lien ou en concurrence avec l’État ?

Pour plus de détails, vous trouverez ci-joint le programme de la journée (ProgrammeJE240316-1).