Archives par mot-clé : Philosophie politique

Avis de soutenance: Pierre Crétois, “Libéralisme pénal. Principes, enjeux et contradictions d’une institution non idéale”, ENS Ulm, 12 décembre 2015.

HiSoPo vous informe de la soutenance de la thèse de doctorat en philosophie de Pierre Crétois, intitulée: “Libéralisme pénal. Principes, enjeux et contradictions d’une institution non idéale”. Elle se tiendra le samedi 12 décembre 2015 à 14h30, à l’ENS Ulm, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, dans l’amphithéâtre Rataud.

Le jury sera composé de :

Mme Catherine Audard, Professeure, London School of Economics.

Mme Magali Bessone, Professeure, Université de Rennes.

Philippe Conte, Professeur, Université Paris II.

Bernard Harcourt, Professeur, Columbia Law School.

Steven Lukes, Professeur, New York University.

Patrick Savidan, Professeur, Université de Poitiers.

Résumé

Alors qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles, la question de la justice pénale était le fer de lance du libéralisme politique, le libéralisme politique avancé observe un silence troublant sur ce point. Je cherche d’abord dans ce travail à expliquer une telle désaffection, dans un contexte caractérisé par une crise profonde et un bouleversement des institutions pénales depuis la fin des années 1960. Je cherche ensuite à défendre une approche libérale du droit pénal, tout en soulignant les contradictions qui la traversent et les difficultés qu’elle soulève. Parce que l’institution pénale est profondément ambivalente (à la fois bouclier protecteur des libertés individuelles et glaive qui les pourfend), on peut la caractériser d’institution non idéale : c’est à ce titre qu’elle pose un problème particulier au libéralisme avancé, fondé sur une confiance très large dans les institutions. Bien que la réalité de l’institution pénale mette durement à l’épreuve, les principes du libéralisme politique, la valeur normative d’une conception libérale de la peine justifie les efforts pour la défendre.

La thèse centrale de ce travail est que le libéralisme pénal bien compris est un minimalisme pénal, fruit de la méfiance vis-à-vis de l’institution pénale (quelles que soient les bonnes intentions qui y président) et de la conscience de son inéluctable faillibilité. Le minimalisme pénal appelle une délimitation claire de la sphère pénale ainsi qu’un contrôle fort de ses institutions, pour lutter contre la punitivité, qu’elle soit entendue de manière subjective (ie. volonté délibérée d’infliger de la souffrance à autrui) ou objective (ie. extension de la sphère pénale). Il donne en outre à la justice pénale un rôle résiduel par rapport à la justice sociale dans l’analyse des problèmes sociaux contemporains. Le minimalisme pénal s’oppose ainsi à deux approches concurrentes : d’un côté, une conception moraliste (ou conservatrice) du droit pénal ; de l’autre, une conception économiciste (souvent appelée « néolibérale ») du droit pénal.

Dans un premier temps, je cherche à montrer le caractère nécessairement limité des justifications de la peine, qui échouent à satisfaire les exigences normatives contenues dans les principes libéraux. Je m’intéresse ensuite à la fonction expressive de la peine, c’est-à-dire à la spécificité de la sanction pénale en tant que véhicule de valeurs sociales et d’émotions négatives, et son rapport avec le minimalisme moral du libéralisme politique. Si les principes libéraux sont difficilement à même de fournir une justification fondamentale de la peine, reste qu’ils permettent de dégager une approche spécifique tant au niveau des principes de l’incrimination que des sanctions adoptées. Je confronte dans un dernier temps le cadre de pensée classique du libéralisme avancé, qui est celui de la justice sociale ou distributive, à la question de la justice rétributive, à partir des deux figures de la victime et du coupable.

Mots-clés : Conservatisme, Crime, Harm Principle, Inégalités, Libéralisme, Peine, Pouvoir, Punitivité, Sécurité, Souffrance, Théorie non idéale, Minimalisme, Vengeance, Victimes.

Avis de parution: Arnault Skornicki, La grande soif de l’État. Michel Foucault avec les sciences sociales, Les Prairies ordinaires, 2015.

Arnault Skornicki, La grande soif de l’État. Michel Foucault avec les sciences sociales, Les Prairies ordinaires, coll. « Essais », 2015, 282 p., 20 euros

Présentation

Michel Foucault n’a pas la réputation d’être un théoricien de l’État, et pour cause : il a implacablement critiqué les grandes théories de l’État, qu’elles soient philosophiques, marxistes ou juridiques. Contre l’assimilation de la politique à l’État, il entendait analyser les « micro-pouvoirs » là où ils s’exercent – dans l’école, la prison, la caserne, l’usine, la sexualité, la clinique, l’asile, etc. Cet ouvrage ambitieux veut lire Foucault contre Foucault et montrer que ses travaux des années 1970 (en particulier les cours au Collège de France) sont indispensables pour repenser, aujourd’hui, la question de l’État. 

Il existe bel et bien une théorie foucaldienne de l’État. Bien qu’elle ne soit ni systématique ni achevée, il est possible de la reconstituer tant à partir de la fabuleuse richesse historique et conceptuelle des textes de Foucault qu’en l’obligeant à dialoguer avec de grandes entreprises voisines, venues de la philosophie et des sciences sociales : le marxisme (Althusser, E. P. Thompson, Poulantzas), Max Weber, Norbert Elias ou Pierre Bourdieu, mais aussi E. Kantorowicz, Carl Schmitt ou P. Legendre… 

La généalogie est compatible avec la sociologie, que Foucault tendait à mettre à distance. Les concepts de pouvoir, biopolitique, discipline, pastorale, gouvernementalité, libéralisme ne sont pas autre chose que des outils pour saisir « l’étatisation des rapports de pouvoir », ou les processus de monopolisation politique qui, de la Renaissance à nos jours, sont au principe de nos prétendus Léviathans en Europe. L’État ? Non pas le plus froid de tous les monstres froids, non pas seulement un grand appareil répressif, mais l’effet et l’opérateur de gouvernementalités multiples, de rationalités hétérogènes, de dispositifs variés : tantôt souveraineté fragile et hésitante, tantôt bureaucratie libérale et bienveillante, tantôt parti-État totalitaire… Un rapprochement avec la sociologie historique montrera les limites comme l’originalité de l’approche foucaldienne, sur la question de la concentration du pouvoir, du rôle des luttes dans la construction de l’État, ou encore de ses origines religieuses.

Ceci n’est donc pas un nouveau livre sur Foucault. C’est un livre sur l’État et la possibilité toujours vivante d’en faire une théorie, retrempée dans l’eau acide de la généalogie, en engageant une discussion critique avec sa contribution, en déplaçant ou complétant certains de ses développements et en tirant, au bout du chemin, quelques leçons politiques de ce grand inactuel. 

Vous trouverez  ci-joint la page et la quatrième de couverture de l’ouvrage (La soif de l’État_Skornicki).

Arnault Skornicki est maître de conférences en science politique à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense. Il est l’auteur de deux livres : L’Économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières (CNRS, 2011) et, avec Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques (La Découverte, 2015).

Avis de parution: Christian Laval, Luca Paltrinieri et Ferhat Taylan (dir.), Marx et Foucault, Paris, La Découverte, novembre 2015

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage collectif Marx & Foucault. Lectures, usages, confrontations, sous la direction de Christian Laval, Luca Paltrinieri et Ferhat Taylan, aux éditions La Découverte.

Présentation

Marx et Foucault : deux œuvres, deux pensées sans lesquelles on ne peut saisir le sens de notre présent. Pas de théorie critique qui puisse se passer de leurs concepts et de leurs analyses. Et pas de luttes qui ne renvoient à tel moment ou à tel aspect de leur héritage. Pourtant, de l’un à l’autre le passage ne va pas de soi. Les époques, les intentions, les philosophies même ne sont pas superposables. Hétérogènes donc, ces pensées font, l’une et l’autre, obstacle à tout « foucaldo-marxisme ». L’ouvrage vise à montrer des rapports mobiles et complexes, non des identités profondes ou des incompatibilités d’essence. Rapports de Foucault à Marx : il prend appui sur lui pour le déborder, l’envelopper, et parfois l’opposer à lui-même. Rapports de Foucault aux marxismes, sous leurs variantes les plus diverses, humaniste, existentialiste, althussérienne, qui n’ont cessé de composer les actualités changeantes de Foucault. Rapports des marxistes, d’hier et d’aujourd’hui, à Foucault : comment l’ont-ils lu ? Que lui ont-ils reproché, que lui ont-ils emprunté ? Qu’en font-ils aujourd’hui de neuf ? C’est donc l’actualité d’une lecture croisée de Marx et Foucault qui est au centre des contributions de cet ouvrage et qui ouvre sur un espace fécond pour l’avenir de la pensée critique.

Contributeurs

Étienne Balibar • Jean-François Bert • Jacques Bidet • Sandro Chignola • Pierre Dardot • Federica Giardini • Stéphane Haber • Manlio Iofrida • Laurent Jeanpierre • Rudy M. Leonelli • Isabell Lorey • Antonio Negri Massimiliano Nicoli • Roberto Nigro • Hervé Oulc’hen Julien Pallotta • Emmanuel Renault • Judith Revel Diogo Sardinha • Pierre Sauvêtre • Guillaume Sibertin-Blanc.

Vous trouverez la couverture en pièce jointe, la table des matières et la présentation de l’éditeur sur ce lien.

 

Avis de parution: José Colen, Elisabeth Dutartre-Michaut (eds.), Companion to Raymond Aron, Palgrave Macmillan, september 2015.

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage collectif sous la direction de José Colen et Elisabeth Dutartre-Michaut intitulé Companion to Raymond Aron publié aux Éditions Palgrave Macmillan. Il réunit une vingtaine de chercheurs et spécialistes de la pensée de Raymond Aron : Serge Audier, Christian Bachelier, Nicolas Baverez, José Colen, Aurelian Craiutu, Giulio De Ligio, Brian-Paul Frost, Carlos Gaspar, Pierre Hassner, Jean-Vincent Holeindre, Daniel Mahoney, Pierre Manent, Sylvie Mesure, Miguel Morgado, Joël Mouric,  Scott Nelson, Matthias Oppermann, Serge Paugam, Diogo Pires Aurélio, Perrine Simon-Nahum et Iain Stewart.

Table of Contents

1. Raymond Aron, Philosopher and Freedom Fighter – Life and Works by Nicolas Baverez
2. Aron on War and Strategy – A Framework for Conceptualizing International Relations Today by Jean-Vincent Holeindre
3. In the ‘Era of Tyrannies’: The International Order from Nazism to the Cold War by Matthias Oppermann
4. Aron and the Cold War – ‘Brother Enemies’ by Carlos Gaspar
5. Forward to the Past – History and Theory in Aron’s Peace and War by Bryan-Paul Frost
6. ‘Citizen Clausewitz’ – Aron’s Clausewitz in Defense of Political Freedom by Joël Mouric
7. Fin de siècle – Aron and the End of the Bipolar System by Carlos Gaspar
8. Raymond Aron and the Notion of History – Taking Part in History by Perrine Simon-Nahum
9. The Question of Political Regime and the Problems of Democracy – Aron and the Tocqueville Alternative by Giulio De Ligio
10. The Totalitarian Negation of Man – Raymond Aron on Ideology and Totalitarianism by Daniel J. Mahoney
11. A Machiavellian Conception of Democracy? – Democracy and Conflict by Serge Audier
12. Revisiting Aron’s The Class Struggle – Rereading Fifty Years After by Serge Paugam
13. The Origins of the ‘End of Ideology?’ – Raymond Aron and Industrial Civilization by Iain Stewart
14. Raymond Aron and Immanuel Kant – Politics between Morality and History by Pierre Hassner
15. Statesmanship and Ethics – Aron, Max Weber, and Politics as a Vocation by Scott Nelson and José Colen
16. Aron and Marxism – The Aronian Interpretation of Marx by Sylvie Mesure
17. ‘Moderate Machiavellianism’ – Aron, Machiavelli, and the Modern Machiavellians by Diogo Pires Aurélio
18. Montesquieu and Aron on Democracy’s Virtues and Vices – The Question of Political Legitimacy by Miguel Morgado
19. Raymond Aron and Alexis de Tocqueville – Political Moderation, Liberty, and the Role of the Intellectual by Aurelian Craiutu
20. Raymond Aron and ‘History in the Making’ by Christian Bachelier

Pour plus de détails, vous trouverez la présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

 

Séminaire NoSoPhi, Paris 1, 2015-2016

HiSoPo vous informe du lancement du séminaire NoSoPhi (Normes, Sociétés, Philosophies) pour l’année 2015-2016. L’équipe NoSoPhi est une composante du Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo, EA 3562) qui est rattachée à l’École doctorale de Philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il propose à des professeurs et chercheurs confirmés de venir présenter l’état de leur recherche sur des thèmes/dans des domaines qui intéressent s’inscrivent dans les perspectives et champs de recherche de l’équipe:

– Philosophie du droit, Philosophie et droit
– Philosophie politique
– Éthique, philosophie morale, éthique appliquée
– Philosophie de la technique, philosophie et technique
– Philosophie économique, philosophie sociale, éthique de la finance
– Philosophie et épistémologie des sciences sociales
– Éthique de l’environnement

Vous trouverez le programme annuel de cet événement sur la page web du séminaire ainsi que ci-joint (SeminaireNoSoPhi_15-16).

AAC Colloque “Le politique, à la croisée de l’Anthropologie et de la Philosophie” – Université Paris 7, février 2016

 

Colloque international organisé par le LCSP

Université Paris 7 Diderot, 11 et 12 février 2016, Amphi Türing

Appel à Communication

La relation entre anthropologie et philosophie a toujours été complexe et ambivalente. En témoigne par exemple, la naissance de l’anthropologie qui se conçut dès le départ comme une volonté de démystifier certains concepts de la philosophie politique, l’état de nature ou le contrat social. Elle leur opposa un idéal scientifique épris d’empiricité, d’où un rejet de la philosophie considérée comme trop spéculative et abstraite. Fonctionnalisme et structuralisme partagent la même méfiance à l’égard des énoncés philosophiques en particulier dans le domaine de la politique.

La fin des années 60 voit cependant se développer la réflexion de Clastres sur la société contre l’Etat d’une part et des problématiques marxistes en anthropologie d’autre part : une occasion de reposer à nouveaux frais la question du politique. Les thèmes du pouvoir, de la domination, de l’Etat, de l’économie, de la religion ont été réinterrogés alors que parallèlement certains philosophes, Deleuze et Guattari, Foucault notamment font appel à l’anthropologie dans le cadre de leur propre conceptualisation du politique.

Plus récemment, les concept foucaldiens de biopouvoirs, de gouvernementalité, ou deleuziens d’agencement, de rhizome, ont acquis droit de cité en anthropologie, en particulier dans des réflexions sur la globalisation. Symétriquement, le discours philosophique sur le politique s’emparait des thématiques traditionnelles de l’anthropologie, la communauté et le commun, la nature et la culture, le relativisme, les rapports entre politique et religion.

L’objet de ce colloque n’est pas de rendre compte de l’histoire récente des relations entre philosophie et anthropologie, mais d‘identifier les régimes du politique qui se dégagent des évolutions contemporaines qu’elles cherchent toutes deux à penser.

Il vise à faire le point sur cet ensemble de travaux, en dégager les voies fécondes qu’ont choisi de suivre de nouveaux chercheurs mais aussi les impasses et les pistes non empruntées. Il souhaite interpeller les acteurs mêmes de ce renouvellement théorique et de terrain sur leur parcours intellectuel, ainsi que solliciter des travaux en termes d’histoire de la pensée, de sociologie des idées.

Plusieurs axes de réflexion pourront ainsi être explorés.

1) Tables rondes thématiques

Globalisations

Les phénomènes qu’englobe le terme de globalisation ont engendré un renouveau théorique du côté des processus de déplacements de population avec différents paradigmes, anthropologie connectée, réflexives, « global assemblages » qui jalonnent les philosophies politiques critiques (violence, exception, biopouvoir, cosmoplitisme etc.).

Economiques

L’économie politique a développé des hétérodoxies que jouxtent des révolutions techniques novatrices ; par exemple en matière de théorie monétaire forçant au croisement disciplinaire sur des concepts transversaux, tels que souveraineté, dette, production, valeur, travail, commun etc.

2) Tables rondes épistémologiques – Universalismes, différences, comparatismes

Ontologies et politiques

Les concepts, leurs articulations, leurs définitions

Comment confronter les perspectives, par-delà la pluralité des disciplines et la balkanisation des études ?

Qu’avons-nous appris du détour par l’Autre ?

Comment penser le politique ?

Quel rapport au social, au symbolique, au culturel etc. ?

De quelle manière ces questions sont-elles renouvelées ?

Dialogues interdisciplinaires

Perspectives d’avenir : quels sont les points aveugles, quels sont les problèmes qui restent à travailler ?

Dans quelle mesure l’anthropologie politique ou philosophique peut-elle nous aider à penser les grandes questions qui travaillent le monde contemporain (politique, économique, modèle de « développement » etc.) ?

Que peut-elle apporter aux sciences ?

Rapprochements internationaux

Qu’en est –il d’un Dialogue Sud-Sud ?

En quel sens peut-on parler d’une provincialisation  de l’Europe ?


    Calendrier et modalités de réponse

L’appel à communications est ouvert et une sélection des propositions sera réalisée par le comité scientifique.

Les étapes sont les suivantes :

1. Date limite de rendu des propositions de communications : 31 octobre 2015

2. Un résumé de 500 mots maximum doit être soumis en français, en anglais ou en espagnol , adressés à marie.cuillerai@univ–paris-diderot.fr et fabrice.flipo@telecom-em.eu

3. Le résumé comprendra : le nom de(s) auteur(s), le titre de la proposition, lethème auquel la proposition se rattache (si c’est le cas), le résumé lui-même.

A la suite du résumé, mentionner l’adresse et statut de(s) auteur(s), son organisation et l’adresse e-mail ; et enfin le nom de l’auteur avec lequel correspondre, si la proposition est collective.

Notification de décision du comité scientifique : 31 novembre 2015

Date limite de remise des textes complets : 31 janvier 2016

Les textes complets peuvent être en anglais ou en français.

La langue du colloque sera principalement le français, mais il sera possible de s’exprimer en espagnol et en anglais.

Publication

Une sélection des textes présentés sera publiée dans les différentes langues du colloque, dans des Actes qui seront mis en ligne. La publication de textes sous une forme révisée est envisagée.

Comité d’organisation
M. Cuillerai, F. Flipo, L. Sagna, P. Vermeren.

Comité scientifique

M. Abélès, M. Cuillerai, F. Flipo, C. Girola, L. Dematteo, E. Tassin, G. Dubey

Appel à participer à HiSoPo

Depuis leur lancement en 2012, l’Association française de science politique (AFSP) entend grâce à ses groupes de projet encourager la création de regroupements interinstitutionnels d’enseignants-chercheurs, de réseaux de proximité entre chercheurs français et étrangers, juniors et seniors, travaillant sur une même question mais n’ayant pas toujours la possibilité, dans leurs contextes professionnels respectifs, de se rencontrer dans le cadre d’un espace de recherche spécifique qui soit suffisamment structuré sur la durée pour permettre une élaboration collective originale, tant du point de vue des problématiques que des méthodes. Parmi ces groupes, HiSoPo (Histoire sociale des idées politiques) est l’un des quatre groupes de projet AFSP retenu pour la période 2015-20171.

Comme son nom l’indique, l’histoire sociale des idées politiques n’est pas affaire de solitaire, tant il paraît impossible de tenir seul tous les maillons de la chaîne de production et de circulation des idées politiques. Ainsi, la relative double ignorance, notamment, des philosophes et des spécialistes de théorie politique sur les conditions socio-historiques de formation et de transformation des concepts, et des sociologues et politistes sur les replis et les subtilités des débats, des argumentations et des agencements conceptuels, ne peut être surmontée que par un investissement éminemment collectif. Le groupe HiSoPo se conçoit donc comme un authentique laboratoire de transactions et de traductions : non pour suivre les injonctions à l’interdisciplinarité et de l’internationalisation, ni seulement pour confronter différentes perspectives disciplinaires et traditions « nationales », mais pour élaborer ensemble un programme méthodologique qui, à défaut d’être entièrement neuf ou révolutionnaire, aura pour ambition d’être cohérent et articulé à une série de travaux et de terrains précis. Pour que la division du travail ne soit pas synonyme de cloisonnement, mais de coopération active et réfléchie entre social scientists, philosophes, historiens et littéraires – pour ne citer qu’eux.

Le groupe HiSoPo appelle donc tous les chercheurs intéressés à ces questions, quel que soit leur statut, à rejoindre cet collectif et à suivre ces différentes activités. Tout au long de ces deux années, avec un séminaire mensuel, des journées d’études et des colloques, mais aussi avec un site internet dédié aux question de méthode en histoire sociale des idées politiques, il ne manquera pas d’occasions d’échanger et de consolider des liens entre disciplines, écoles, individualités. Nous espérons ainsi que cette entreprise pourra être pérennisée au-delà de ces deux années.

Enfin, le groupe HiSoPo ne connaît pas de limite temporelle ou géographique a priori : l’histoire du temps présent ne sera pas systématiquement préférée à celle des périodes moderne, antique ou médiévale ; la France et l’Europe, au reste du monde ; la politique légitime des élections, des souverains, des partis, des philosophes et des États, à celle, souvent plus cryptée, des sciences dites objectives, des groupes populaires réputés dépolitisés, de la presse apparemment non politique.

1 Toutes les informations sur le fonctionnement des groupes de projet de l’AFSP sur le portail web http://www.afsp.info/gp/. Portail où vous pourrez également retrouver les archives des groupes de projet 2012-2015.

Atelier – Les « nouveaux classiques » des sciences sociales: Isaiah Berlin, le pluralisme en débat (EHESS) 2014-2015

Les « nouveaux classiques »des

sciences sociales :

Isaiah Berlin, le pluralisme en débat

 

4e jeudi du mois de 13 h à 15 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 27 novembre 2014 au 25 juin 2015. La séance du 27 novembre est avancée au 13 novembre (même heure, même salle). Séance supplémentaire le 15 décembre (de 13 h à 15 h, salle 2)

Isaiah Berlin, un « nouveau classique » des sciences sociales ?

Au vu de la connaissance souvent limitée que nous avons des grands auteurs de notre époque, il nous est apparu fécond d’enquêter sur ce que l’on pourrait nommer les « nouveaux classiques » des sciences sociales. Nous entendons par là des ouvrages ou des auteurs plus récents qui ont marqué à la fois leur propre discipline et dont les idées maîtresses ont obtenu un certain retentissement par-delà les frontières qui séparent les différents champs du savoir en sciences humaines et sociales.

C’est dans cette perspective que nous proposons d’étudier et de discuter l’œuvre du penseur politique, philosophe et historien des idées britannique, Isaiah Berlin. On identifie généralement son projet intellectuel au déploiement d’une conception de la « liberté négative », qu’il introduit pour la première fois dans son célèbre essai intitulé « Two Concepts of Liberty » (1958). On a d’ailleurs souvent tendance à réduire sa pensée à l’idée maintenant bien connue, mais à certains égards conceptuellement floue, de pluralisme des valeurs. Dans cette optique, il s’agira de chercher à aller au-delà de ces lieux communs afin de mettre en lumière la complexité et la diversité qui caractérisent l’œuvre du philosophe et historien britannique.

Ce séminaire est accessible sur la plateforme d’enseignement de l’Environnement numérique de travail de l’EHESS : 

Programme des séances et textes à l’étude
* Les textes à l’étude pour chaque séance sont marqués d’un astérisque. Les autres articles et ouvrages recommandés sont mentionnés à titre indicatif et peuvent servir à l’approfondissement des thèmes abordés à chaque séance.

I. La pensée de Isaiah Berlin par-delà les lieux communs (13 novembre 2014)

  • * BERLIN, Isaiah, « The Pursuit of the Ideal », dans The Crooked Timber of Humanity. Chapters in the History of Ideas, Princeton, Princeton University Press,  p. 1-19 ; « La recherche de l’idéal », dans Le bois tordu de l’humanité, p. 15-32.
  • BERLIN, Isaiah, « In conversation with Steven Lukes », p. 52-134.

II. Le pluralisme des valeurs, une conception relativiste? Berlin et la critique de Leo Strauss (15 décembre 2014)

  • *BERLIN, Isaiah, « Alleged Relativism in Eighteenth-Century European Thought », dans The Crooked Timber of Humanity, p. 70-90 ; « Sur un prétendu relativisme dans la pensée européenne du XVIIIesiècle », Le bois tordu de l’humanité, p. 80-99
  • *STRAUSS, Leo, « Relativisme », dans La renaissance du rationalisme politique classique, Paris, Gallimard, 2009; « Relativism » dans The Rebirth of Classical Political Rationalism, Chicago, University of Chicago Press, p. 13-26.

III. « Le renard et le hérisson » : quelle justice ? Une opposition entre monisme et pluralisme

  • * BERLIN, Isaiah, « The Hedgehog and the Fox », dans The Proper Study of Mankind, New York, FSG Books, 1998, p. 436-498.
  • * DWORKIN, Ronald, Justice for Hedgehogs, Cambridge, Harvard University Press, 2011 : « I. Baedeker », p. 1-19 et « 17. Liberty », p. 364-378

IV. Le statut de la théorie politique en philosophie et dans les sciences sociales: quelles perspectives?

  • *BERLIN, Isaiah, « La théorie politique existe-t-elle ? », Revue française de science politique, vol. 11, no. 2 (1961), p. 309-337 ; « Does Political Theory Still Exist? » dans The Proper Study of Mankind, p. 59-90.
  • BERLIN, Isaiah, « Political Ideas in the Twentieth Century », Foreign Affairs, vol. 28, no. 3 (Avril 1950), p. 351-385.
  • *ARON, Raymond, « À propos de la théorie politique », Revue française de science politique, vol. 12, no. 2 (1962), p. 5-26
  • STRAUSS, Leo, « What Can We Learn from Political Theory? », Review of Politics, no. 69 (2007), p. 515-529 (conférence – juin 1942)

V. Communauté politique et démocratie : une discussion critique de l’idéal pluraliste

  • * BERLIN, Isaiah, « Chapitre I. Le sens des réalités », dans Le Sens des réalités, Paris, Belles Lettres, 2011, p. 21-69;  « The Sense of Reality », dans The Sense of Reality. Studies in Ideas and their History, FSG Edition, 1998, p. 1-39.
  • * LECA, Jean, « Libéralisme, pluralisme et communautarisme : actualité d’Isaiah Berlin », dansCommentaire, no. 70, 1995, p.369-382; voir aussi La démocratie à l’épreuve des pluralismes.
  • CASTORIADIS, Cornelius, « La démocratie entre régime et procédure », dans La montée de l’Insignifiance (Carrefours du labyrinthe IV).

VI. Questions de méthodes. La redéfinition du travail de l’historien des idées

  • * BERLIN, Isaiah, « Le divorce entre les sciences et les lettres », dans À contre-courant. Essais sur l’histoire des idées, Paris, Albin Michel, 1988 ; « The Divorce Between the Sciences and the Humanities », Salmagundi, no. 27 (1974), p. 9-39, repris dans The Proper Study of Mankind, p. 326-358.
  • BERLIN, Isaiah, « The Concept of Scientific History », dans Concepts and Categories. Philosophical Essays, London, Pimlico, 1978, p. 103-142; repris dans The Proper Study of Mankind. An Anthology of Essays, p. 17-58.

VII. Liberté politique, libéralisme et républicanisme. Un débat avec Quentin Skinner

  • * BERLIN, Isaiah, « Deux conceptions de la liberté » dans Éloge de la liberté, Calmann-Lévy, 1988 ; « Two Concepts of Liberty », dans Liberty. Incorporating Four Essays on Liberty, Oxford, Oxford University Press, 2002 [1958], p. 166-217.
  • TAYLOR, Charles, « What’s Wrong with Negative Liberty », dans Philosophy and the Human Sciences. Philosophical Papers. Vol. II, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 211-229.
  • * SKINNER, Quentin, « Un troisième concept de liberté au-delà d’Isaiah Berlin et du libéralisme anglais », Actuel Marx 2/ 2002 (n° 32), p. 15-49; « A Third Concept of Liberty », Isaiah Berlin Lecture,Proceedings of the British Academy, 117 (2002), p. 237-268.

VIII. Le jugement politique entre théorie et pratique : la philosophie politique de Berlin

  • * BERLIN, Isaiah, « Chapitre II. Du jugement politique », dans Le Sens des réalités, Paris, Belles Lettres, 2011, p. 71-87; « Political Judgment », dans The Sense of Reality. Studies in Ideas and their History,FSG Edition, 1998, p. 40-53.
  • BERLIN, Isaiah, « Winston Churchill in 1940 » dans The Proper Study of Mankind, New York, FSG Books, 1998, p. 605-627.

Pour en savoir plus, cliquer sur le lien suivant.

Journée d’étude « Théorie politique, philosophie politique et histoire des idées politiques : Quel dialogue au sein des SHS ? » (AMEP/CESPRA) 17 juin 2014

JE AMEP / CESPRA – 17 juin 2014 – Théorie politique et SHS

L’AMEP organise son premier événement scientifique le mardi 17 juin 2014.

Il s’agit d’une journée d’études interdisciplinaire organisée conjointement par le CESPRA-EHESS (Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron) et l’association AMEP (Amis de la mention Études politiques) qui se tiendra le mardi 17 juin 2014 à l’EHESS (96 bd Raspail, 75006 Paris) et qui sera ouverte à tous (dans la limite des places disponibles).

Cette journée est intitulée : « Théorie politique, philosophie politique et histoire des idées politiques : Quel dialogue au sein des SHS ? »

Résumé : Cette journée d’études entend faire dialoguer la théorie politique, la philosophie politique et l’histoire des idées politiques avec les autres disciplines et sous-disciplines des sciences humaines et sociales qui s’intéressent aux questions politiques. Sans préjuger des résultats d’un tel échange, les intervenants chercheront à envisager quelles sont les conditions du dialogue, et quels pourraient être, éventuellement, les bénéfices scientifiques de celui-ci pour les deux parties.

Organisateurs : Félix Blanc, Benjamin Brice, Cynthia Salloum et Marie-Hélène Wirth.

Vous trouverez les enregistrements de la journée en suivant ce lien.

Présentation scientifique de la journée

Lorsqu’il cherche à analyser les phénomènes politiques, le chercheur se trouve confronté à la multiplicité des perspectives disciplinaires en sciences humaines et sociales, parmi lesquelles la théorie politique, la philosophie politique et l’histoire des idées politiques. Ces trois sous-disciplines ont sans doute la particularité de mettre d’avantage l’accent sur la dimension théorique dans l’appréhension des faits politiques, quand les autres champs des sciences humaines et sociales font une place plus large à la dimension empirique. Cette spécificité a d’ailleurs souvent valu à ces trois approches d’être considérées comme moins rigoureuses dans leurs méthodes d’investigation, et l’on a pu leur reprocher, parfois à juste titre, de ne pas prêter une attention suffisante au réel (Durkheim 1988, Bourdieu 2003). Symétriquement, ces approches tendent par moments à vouloir s’arroger le monopole des questions théoriques, au risque d’encourager un certain cloisonnement de la recherche scientifique entre enquêtes empiriques et débats théoriques. Or, tracer une frontière trop étanche entre empirie et théorie diminue les possibilités d’échanges féconds réciproques ; cela revient à la fois à empêcher de prêter une attention respectueuse au matériau qui, précisément, fasse droit à sa valeur intrinsèque, au phénomène inaperçu qu’il exprime (Schnapper 1999), et à prévenir tout regard théorique posé sur les faits en vue d’une analyse qui nous les rendent accessibles et non pas distants (Arendt 1967) ; finalement, voilà qui constitue peut-être un véritable obstacle au progrès général des sciences humaines et sociales (Aron 1962, Adorno 1969, Schramme 2008).

Il existe, du reste, une immense variété au sein des trois sous-disciplines convoquées (théorie politique, philosophie politique et histoire des idées politiques) ; il paraît nécessaire d’en prendre la mesure (Dryzek, Honig et Phillips 2006). Par exemple, les méthodes pour appréhender les textes suscitent d’importants débats, dont l’opposition canonique entre interprétation interne et lecture contextuelle ne donne qu’une image très incomplète (Strauss 1988, Spitz 1989, Skinner 2002, Skinner et Zarka 2001, Bourdieu 2002). En outre, ces différences de perspective participent généralement de prémisses ontologiques distinctes qui conduisent le chercheur à privilégier une approche plutôt qu’une autre ou à en proposer de nouvelles (Mansfield 1993, Dunn 1996, Whatmore 2006, Lilti 2012), à diversifier les sources de connaissances (Chartier 1989, Pocock 1997, Skinner 2003, Manin 1996, Rosanvallon 2003), et à choisir de se référer, par exemple, plutôt à la sociologie, à la science politique, à la philosophie ou à l’histoire (Weil 1961, Manent 1997, Robertson 2005, Rawls 2009, Matonti 2012, Karsenti 2013). Ce pluralisme constitue indéniablement une force, puisqu’il stimule la réflexion et oblige le chercheur à s’interroger sur ses propres présupposés, qu’ils soient théoriques ou méthodologiques.

Cette journée d’études entend néanmoins ouvrir la conversation au-delà de ces trois sous-disciplines, puisqu’il s’agit faire dialoguer la théorie politique, la philosophie politique et l’histoire des idées politiques avec les autres disciplines et sous-disciplines des sciences humaines et sociales qui s’intéressent aux questions politiques. Sans préjuger des résultats d’un tel échange, les intervenants chercheront à envisager quelles sont les conditions du dialogue, et quels pourraient être, éventuellement, les bénéfices scientifiques de celui-ci pour les deux parties.

Bibliographie

Adorno Theodor W., « Du rapport entre la théorie et l’empirie en sociologie », trad. R. Sibaja Steichens, L’Homme et la société, no. 13, 1969, p. 127-133.

Arendt Hannah, Essai sur la Révolution, Paris, Gallimard, 1967.

Aron Raymond, « À propos de la théorie politique », Revue française de science politique, vol. 12, no. 1, p. 5-26.

Bourdieu Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées » (1990), Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 145, no. 2002, p. 3-8.

Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, éd. revue et corrigée, Paris, Seuil, 2003.

Chartier Roger, « Le monde comme représentation », Annales, vol. 44, no. 6, 1989, p. 1505-1520.

Dryzek John S., Bonnie Honig, Anne Phillips, « Overview of Political Theory», in The Oxford Handbook of Political Theory, Oxford, Oxford University Press, 2006.

Dunn John, The History of Political Theory and other essays, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

Durkheim Émile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1988.

Karsenti Bruno, D’une philosophie à l’autre : Les sciences sociales et la politique des modernes, Paris, Gallimard, coll. NRF essais, 2013.

Lilti Antoine, « Rabelais est-il notre contemporain ? Histoire intellectuelle et herméneutique critique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2012, no. 59, p. 65-84.

Manent Pierre, La cité de l’homme (1994), Paris,Flammarion, 1997.

Manin Bernard, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1996.

Mansfield Harvey C., Taming the Prince: The ambivalence of modern executive power, Baltimore (MD), The John Hopkins University Press, 1993.

Matonti Frédérique, « Plaidoyer pour une histoire sociale des idées politiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no. 59, 2012/5, p. 85-104.

Pocock John G. A., Le moment machiavélien : La pensée politique Florentine et la tradition républicaine atlantique, trad. Luc Borot, Paris, PUF, coll. Léviathan, 1997.

Rawls John, Théorie de la justice, trad. Catherine Audard, Paris, Seuil, coll. Points Essais, 2009.

Robertson John, The Case for the Enlightenment : Scotland and Naples 1680-1760, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

Rosanvallon Pierre, Pour une histoire conceptuelle du politique, Leçon inaugurale au Collège de France faite le jeudi 28 mars 2002, Paris, Seuil, 2003.

Schnapper Dominique, La Compréhension sociologique : Démarche de l’analyse typologique, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

Schramme Thomas, « On the Relationship between Political Philosophy and Empirical Sciences », Analyse & Kritik, vol. 30, 2008, p. 613-626.

Skinner Quentin, Visions of politics. Volume I: Regarding Method, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

Skinner Quentin, L’Artiste en philosophie politique : Ambrogio Lorenzetti et le bon gouvernement, Paris, Raisons d’agir, coll. Cours et travaux, 2003.

Skinner Quentin et Yves Charles Zarka, Hobbes : The Amsterdam Debate, Hans Blom (ed.), Hildesheim-Zürich-New York, Georg Olms Verlag, 2001.

Spitz Jean-Fabien, « Comment lire les textes politiques du passé ? Le programme méthodologique de Quentin Skinner », Droits, no. 10, novembre 1989, p. 133-145.

Strauss Leo, Persecution and the Art of Writing, Chicago, The University of Chicago Press, 1988.

Whatmore Richard, « Intellectual History and the History of Political Thought », in Whatmore Richard and Brian Young (eds.), Palgrave Advances in Intellectual History, Basingstoke (UK), Palgrave Macmillan, 2006, p. 109-129.

Weil Éric, « Philosophie politique, théorie politique », Revue française de science politique, vol. 11, 1961/2, p. 267-294.

Le programme de la journée est disponible sur le lien suivant.

Séminaire “Méthode d’étude de textes” (EHESS) 2014-2015

Programme et argumentaire

Atelier de méthode d’étude de textes

 

EHESS-CESPRA – 2014-2015

 

Organisateurs : Benjamin Brice (benjamin.brice@gmail.com) et Marie-Hélène Wirth (wirth.mh@gmail.com)

Calendrier des séances

Chaque séance sera articulée autour d’une question précise de méthode avec un intervenant qui la traitera à partir d’un cas d’étude (que ce soit un auteur, un thème ou un corpus de texte). La démarche de ce séminaire est explicitée ci-dessous. Les séances seront animées par les organisateurs et un discutant.

Les séances ont généralement lieu le 2ème jeudi du mois de 13h à 15h.

27 novembre 2014 – Introduction sur les enjeux du séminaire
Benjamin Brice (EHESS, IEP de Lyon). « Comment étudier des textes ? Éléments de méthode en-deçà des traditions interprétatives ».
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 décembre 2014 – Analyse de discours [Attention séance exceptionnellement le vendredi].
Marie-Hélène Wirth (EHESS). « Une recherche liée à l’analyse du discours : les débats du Conseil constitutionnel – enjeux, pièges, méthode ».
Discutant : Clément Viktorovitch (Sciences Po Paris).
Salle 5 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

08 janvier 2015 – Contexte de réception des textes
Mathieu Hauchecorne (Paris 8). La réception française de John Rawls.
Discutant : Jean-Louis Fabiani (EHESS).
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 février 2015 – Conflits d’interprétation sur un auteur
Sophie Marcotte Chénard (EHESS). Strauss, Skinner et Lefort interprètes de Machiavel.
Discutant : Danilo Scholz (EHESS).
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 mars 2015 – Textes appartenant à une autre aire culturelle
Crystal Cordell Paris (EHESS, Sciences Po Menton). Étudier Aristote.
Discutant : Adrien Louis.
Salle 3 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

9 avril 2015 – Étude d’un concept à travers des textes
Benjamin Boudou (Sciences Po Paris). La notion d’hospitalité.
Discutants : Olivier Remaud (EHESS) et Stefan Willer (Humboldt-Universität).
Salle 3 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

07 mai 2015 – Actualité politique d’un auteur
Hugo Drochon (Cambridge University). L’actualité politique de Nietzsche à l’épreuve de l’École de Cambridge.
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

21 mai 2015 – Le travail sur les manuscrits
Christophe Litwin (Princeton University). Jean-Jacques Rousseau et les affaires de Corse.
Salle 8, 13h-15h.

11 juin 2015 – Enjeux de la traduction des textes
Romain Descendre (ENS Lyon, Triangle). De la raison d’État de Botero.
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

Argumentaire du séminaire

Depuis maintenant plus d’un siècle, les sciences humaines et sociales ont beaucoup progressé grâce au développement et au raffinement de leurs méthodes d’enquête. L’étudiant et le chercheur disposent donc aujourd’hui de nombreux ouvrages méthodologiques pour réfléchir à la manière d’élaborer un questionnaire, de préparer des entretiens semi-directifs, de réaliser des observations participantes, d’analyser des séries statistiques, de comparer différents objets d’étude, etc., mais aussi pour considérer comment traiter ces données en fonction d’une problématique scientifique spécifique. Certes, les protocoles de recherche ne sont pas figés, puisque certaines méthodes nouvelles sont parfois introduites, que d’autres se trouvent améliorées ou contestées, et que d’autres encore finissent par être abandonnées ; il demeure que l’enquêteur est guidé dès le départ et dispose de toute une gamme d’instruments qui s’adaptent à ses préoccupations théoriques. Cependant, on peine à trouver facilement de semblables instruments pour la démarche scientifique consistant à étudier des textes. Malgré l’ancienneté de cette pratique – à moins que ce ne soit à cause d’elle – les choses se passent trop souvent comme si l’étude de textes allait de soi et ne faisait pas l’objet de questionnements de méthode, ou comme si cette étude sortait du champ scientifique au prétexte qu’il existerait autant de lectures possibles que de lecteurs.

Cette lacune relative a généralement tendance à faire apparaître les champs disciplinaires reposant principalement sur la lecture de textes, tels que la philosophie politique, la théorie politique ou l’histoire des idées, comme moins rigoureux du point de vue de la méthode que ceux qui s’appuient plus volontiers sur la collecte de données ou la réalisation d’entretiens. Comme un travail de terrain tient sa scientificité de sa « falsifiabilité », on nie bien souvent à l’étude de texte toute capacité de remise en question puisque chaque lecteur pourrait indéfiniment défendre sa propre interprétation. Ainsi, les critères de scientificité des sciences humaines et sociales ne seraient pas opérants pour l’étude de textes. Or, il nous semble qu’une telle conclusion ne fait pas justice à cette démarche de recherche. Étudier sérieusement un texte demande des précautions particulières pour ne pas reposer sur des choix arbitraires ; éviter les contresens et les anachronismes, repérer les enjeux et déceler les problèmes, comprendre les controverses et analyser les intentions, mettre en contexte et faire dialoguer les auteurs, sont autant d’aptitudes qui réclament de la part de l’enquêteur un véritable savoir-faire.

Certes, des propositions méthodologiques concernant l’étude de textes existent effectivement dans le champ académique, mais il s’agit surtout de corps de doctrines structurées en différentes « écoles », qui s’opposent les unes aux autres en fonction de divers partis-pris ontologiques et épistémologiques (par exemple la célèbre « École » de Cambridge). Ainsi, le chercheur paraît souvent confronté à une alternative quelque peu déstabilisante : s’inscrire dans un courant particulier, qui dépendra fréquemment de la tradition de son pays, de l’orientation de son université, voire de la position de son directeur de thèse, et combattre les positions adverses, ou bien refuser d’appartenir à une quelconque « école » méthodologique, ce qui lui évitera généralement d’avoir à traiter des questions de méthode. Voilà qui semble limiter toute discussion générale sur les éléments méthodologiques qui pourraient servir directement les chercheurs, à moins de se borner à rappeler les multiples perspectives qui s’affrontent.

Les oppositions tranchées, autour desquelles se structurent les diverses approches en étude de textes, tendent à figer les différentes positions et à exacerber les polémiques : lecture interne contre lecture externe, contexte intellectuel et linguistique contre recherche des grandes questions, histoire sociale des idées contre histoire des idées, attention aux grands auteurs contre contestation du canon, etc. L’existence de telles dichotomies conduit couramment à alimenter les antagonismes théoriques, alors que les diverses pratiques de lecture se révèlent généralement beaucoup plus proches les unes des autres qu’on ne pourrait le penser. Ce sont donc à ces expériences pratiques, à ces premiers éléments de méthode, que ce séminaire de recherche souhaite donner la parole.

Ainsi, à travers des expériences singulières de recherche, il s’agira de se situer en-deçà des oppositions consacrées, afin de voir s’il est possible de formuler des préceptes pratiques pour le chercheur qui se confronte à des textes, en dehors de tout parti-pris de méthode. L’objectif de ce séminaire est donc, à partir de situations d’enquête différentes, de fournir une sorte de boîte à outils pour l’étude de textes, c’est-à-dire de préciser les principaux écueils de cet exercice, de recenser les garde-fous méthodologiques, de rappeler les questionnements inhérents à ce type de recherche et de spécifier les savoir-faire à acquérir pour tirer le meilleur parti du matériau utilisé. Ce séminaire entend donc faire droit aux multiples instruments des différentes méthodes sans a priori, et tenter de situer la pertinence de chacune d’entre elles selon les objectifs fixés par le projet de recherche qu’elles sous-tendent. Sans nier évidemment la pertinence de débats de méthode plus poussés, ce séminaire permettra, dans la mesure du possible, d’élaborer un socle de recommandations et de mises en garde qui puisse directement servir à tous ceux que leurs questions de recherche invitent à étudier des textes d’origines, d’époques et de types divers.

Les séances de ce séminaire viseront à présenter des problèmes pratiques propres à l’étude de textes, tels que la notion d’anachronisme, la prise en compte du contexte historique et social, la manière de traiter différents types de textes, l’usage contemporain de penseurs du passé, la question de la « charité » vis-à-vis de l’auteur, la marge de manœuvre interprétative, l’importance des aspects philologiques et éditoriaux, etc., et à les articuler à l’expérience de recherche d’un intervenant, afin de pouvoir observer, pour ainsi dire, une méthode en action.