Archives par mot-clé : Méthodologie

Séance 2 : Un « classique » de l’histoire sociale des idées politiques: Le Fromage et les vers, de Carlo Ginzburg (25 janvier 2016)

La deuxième séance du séminaire HiSoPo porte sur un « classique » de l’histoire sociale des idées politiques: Le Fromage et les vers, par Carlo Ginzburg et est organisée autour de deux communications:

  • Bernard Pudal (Professeur de science politique émérite à l’Université Paris 10, chercheur au CRESPA-CSU) : « Le fromage et les vers de Ginzburg et la question des “cultures populaires” en histoire et sociologie »
  • Laurent Bonelli (MCF en science politique à l’Université Paris 10, chercheur à l’ISP) : « De la trace à la preuve : penser les logiques de l’antiterrorisme contemporain avec Ginzburg »

Les deux communications sont discutées par Deborah Cohen (MCF en histoire moderne à l’Université de Rouen, chercheuse au GHRis).

La séance a lieu lundi 25 janvier 2016, 14-17h, à Sciences Po, Salle du Conseil, 13 rue de l’Université, 75007, Paris.

Vous pouvez écouter l’enregistrement audio de la séance ci-dessous:

AAC: “Materialist Discourse Analysis Methodological entanglements”, interdisciplinary workshop, University of Warwick, July 7-8, 2016

HiSoPo vous informe de l’appel à communications pour un workshop intitulé “Materialist Discourse Analysis Methodological entanglements” qui aura lie u à l’Université de Warwick les 7-8 juillet 2016.

Call for Papers and Contributions

Materialist_Discourse_Analysis
Methodological entanglements

Interdisciplinary workshop and publication project

University of Warwick (UK), July 07-08, 2016

Deadline for applications: January 18, 2016

In this workshop, we seek to explore how a decidedly materialist approach to discourse can be put into practice. Bringing together contributions from a range of disciplines, we will think through the methodological implications materialism has for Discourse Studies, and vice versa.From the beginning, discourse analysis (in the broadest sense of the term, as an approach at the intersections of language, politics, and society) and materialism have been intimately connected. Constituting a relationship of varying intensity and visibility, this entanglement is for example present in Marxist critique of ideology, materialist semiotics, Russian formalism, Critical Theory, Psychoanalysis, or ‘French’ structural Marxism and discourse analysis. This highly diverse field continues to provide different strands of discourse analysis with a complex, in many ways even contradictory notions of materialism, ranging from essentialist/substantialist, over dialectical, to post-representationalist ones. The issue is further complicated by the construction of alleged incompatibilities (for example between ‘materialism’ and ‘post-structuralism’) and a battery of dichotomies (materiality/discourse, discourse/reality, language/materiality, language/reality, etc.), which constitute a prominent focus of theoretical debates. Especially with the emergence of New Materialism, material semiotics, or material culture studies and a renewed interest in the materiality of discursive, social, and political realities, what exactly ‘materialism’ denotes has become the subject of intense debate in the social sciences and humanities again.

Particularly the methodological consequences to be drawn from a decidedly materialist perspective on discourse remain rather opaque, and are rarely explored systematically. Therefore, the workshop will constitute a space to discuss practical implementations of discourse analysis as a materialist method.

We invite proposals that
●    explore this issue against the background of concrete examples from a broad range of subject areas
●    and in relation to a range of different theoretical frameworks, which are animated by a critical and/or interventionist impetus
Contributions could address (but are not limited to) the following aspects:

●    What qualifies a discourse analytical method as materialist?
●    The methodological and epistemological implications materialisms have for discourse analytical methods
●    Analysing the materiality of discourse, and the discourse on materiality
●    Materialist approaches to the study of subjectivation and ideology
●    Materialist methodologies within praxeological and pragmatic approaches to discourse
●    Post-representationalist and -foundationalist methods of discourse analysis
●    Trajectories of materialism in discourse-analytical methods and the historical relation between materialism and discourse analysis
●    De-colonial and non-western methods of materialist discourse analysis
●    Feminist-materialist methodologies and epistemologies
●    Discourse-analytical methods that rework prominent Marxist categories, such as class(,) struggle, production, reproduction, accumulation, or crisis

We look forward to submissions that reflect on the implications of the chosen aspect(s) for their own research and/or political practice. Contributions from researchers or collectives without formal academic affiliation are explicitly welcome. A small quantity of travel grants is available for participants without access to institutional funding. Please mention your requirements alongside your application, we will then get in touch and discuss possibilities.

The goal of the workshop is to work towards an edited volume that takes stock and explores materialist methodologies in the field of Discourse Studies. Papers for publication will be selected on the basis of the participants’ submission and the discussion at the workshop.

Please submit your abstract (of no more than 400 words) and a short bio by January 18, 2016 to

materialistdiscourse@warwick.ac.uk

Papers (of no more than 5000 words) should be submitted 10 days before the workshop. Please note that it is crucial to adhere to this deadline in order to be considered for the publication.

English is recommended but French and German are admitted.

1er Colloque International “Last Focus Visual Research Network – Ethnographie visuelle : méthodes, archives et méthodes d’enquête”, EHESS, 9-10 novembre 2015

HiSoPo vous informe de l’organisation du 1er Colloque International Last Focus Visual Research NetworkEthnographie visuelle : méthodes, archives et méthodes d’enquête, qui aura lieu au Bâtiment France de l’EHESS, le 9 et 10 Novembre 2015. Cet événement est ouvert à tout-e-s dans la limite des places disponibles. Les approches et méthodes d’enquête présentées à cette occasion ne peuvent que contribuer à alimenter la boîte à outils de l’histoire sociale des idées politiques et donner des idées pour la mise en place de dispositifs d’investigation originaux dans l’étude des représentations, en interrogeant notamment la dimension visuelle (usage de la photographie ou de la vidéo sur le terrain, portrait-painting, cartes heuristiques lors d’entretiens, etc.). Vous trouverez les informations relatives à l’événement sur la page web du colloque ainsi que ci-joint (LFVRN 2015 International Conference – Visual Ethnography).

Libre accès aux publications scientifiques – Consultation sur la future loi sur le numérique

Une consultation est ouverte sur la future loi sur le numérique (http://www.republique-). Celle-ci contient, entre autres, un article portant sur le “Libre accès aux publications scientifiques de la recherche publique” (article 9). La rédaction de cet article est en deçà de ce qui se pratique sur HAL et de ce que demandent les financeurs publics que sont l’ANR ou l’ERC. En effet, l’article du projet de loi prévoit :

“I. Lorsque un écrit scientifique, issu d’une activité de recherche financée au moins pour moitié par des fonds publics, est publié dans un périodique, un ouvrage paraissant au moins une fois par an, des actes de congrès ou de colloques ou des recueils de mélanges, son auteur, même en cas de cession exclusive à un éditeur, dispose du droit de mettre à disposition gratuitement sous une forme numérique, sous réserve des droits des éventuels coauteurs, la dernière version acceptée de son manuscrit par son éditeur et à l’exclusion du travail de mise en forme qui incombe à ce dernier, au terme d’un délai de douze mois pour les sciences, la technique et la médecine et de vingt-quatre mois pour les sciences humaines et sociales, à compter de date de la première publication. Cette mise à disposition ne peut donner lieu à aucune exploitation commerciale.”

Le délai de 24 mois pour les sciences humaines et sociales est beaucoup trop élevé, et ce d’autant plus que l’ERC exige la mise en open access dans les 6 mois (http://erc.europa.eu/sites/ ).

À la fois parce que cet article de loi nous concerne tous et parce que l’ouverture d’une consultation permet d’y participer, HiSoPo vous invite à donner votre avis. Afin de vous faire un avis étayé et documenté, vous retrouverez plusieurs propositions alternatives (accès intégral/dépôt obligatoire en archive ouverte) sur lesquelles il est possible de voter sur la page dédiée à cette fin du site République numérique.

 

Séance 1 : Le national-libéralisme. Analyse d’un hybride idéologique (4 décembre 2015)

La première séance du séminaire HiSoPo porte sur le thème “Le national-libéralisme. Analyse d’un hybride idéologique”. Elle a eu lieu le vendredi 4 décembre 2015 entre 14h00 et 16h45 à Sciences Po, 27 rue Saint-Guillaume 75007 Paris, salle 31.


Le national-libéralisme :
au-delà de la polémique, le concept

Jean-François Bayart (Directeur de recherche CNRS, Professeur au Graduate Institute, Genève & directeur de la chaire d’Études africaines comparées, UM6P, Rabat)


La communication est discutée par Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Chercheur associé au laboratoire Triangle, Lyon). La séance sera suivi de la première Assemblée générale fondatrice de HiSoPo.

Vous trouverez ci-joint le compte-rendu écrit de la séance: CR_Séance1_National-libéralisme_2015_12_04

Vous pouvez également écouter l’enregistrement audio de la séance ci-dessous.

Avis de parution : Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme, Publications de la Sorbonne, 4 mai 2015

Est paru le 4 mai 2015 aux Publications de la Sorbonne un ouvrage de Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme. Vous trouverez le lien vers la page de présentation sur le site de l’éditeur (Présentation_Wilhelm_Röpke_l’autre_Hayek_éditeur) ainsi que ci-joint la présentation du livre (PrésentationWilhelmRöpkel’autreHayek). Cet ouvrage concerne HiSoPo a double titre. D’une part, de par son contenu, il est une contribution utile à l’étude de la genèse et de l’histoire du néo-libéralisme. En déplaçant le regard vers d’autres « pères fondateurs » que Friedrich von Hayek ou Ludwig von Mises, en s’intéressant au rôle spécifique des intellectuels émigrés d’origine germanique, il permet de rompre avec le « démon des origines » (Marc Bloch) et de prendre au sérieux l’étude des processus de circulation transnationale des idées néo-libérales. D’autre part, de par la méthode employée, il réinterroge à nouveaux frais la question des apports d’une biographie contextualisée à l’étude des idéologies politiques. Ce qui paraît le plus éloigné, la micro-analyse du parcours biographique d’un homme et le macranthrope que constitue l’idéologie, qui plus est le néo-libéralisme tant il influe sur nos vies, se trouve réuni dans cette étude de manière à la fois rigoureuse et originale.

Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme, Publications de la Sorbonne, Paris, mai 2015, 576 p.

Atelier méthodologique analyse textuelle, Tours, 27-28 mai 2015

La Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire, l’UMR CITERES et l’Association des Doctorants en SHS de Tours (ADSHS) ont organisé à Tours un atelier méthodologique les 27 et 28 mai 2015 sur le thème « Analyse de discours, analyse de contenu, quels enjeux, quels outils ? ou comment s’y retrouver dans les techniques qualitatives informatisées en SHS ». Vous trouverez ici le programme de ces deux journées de formation très intéressantes en pièce jointe (Atelier_méthodologique_Tours_programme_2015_05) ainsi que le lien vers la page web de l’événement sur le site de la MSH Val de Loire. Ce type de formations méthodologique s’avère précieux car il peut contribuer à l’opérationnalisation de l’histoire sociale des idées politiques en fournissant outils et méthodes de collecte, de structuration et d’analyse des données empiriques.

Séminaire “Méthode d’étude de textes” (EHESS) 2014-2015

Programme et argumentaire

Atelier de méthode d’étude de textes

 

EHESS-CESPRA – 2014-2015

 

Organisateurs : Benjamin Brice (benjamin.brice@gmail.com) et Marie-Hélène Wirth (wirth.mh@gmail.com)

Calendrier des séances

Chaque séance sera articulée autour d’une question précise de méthode avec un intervenant qui la traitera à partir d’un cas d’étude (que ce soit un auteur, un thème ou un corpus de texte). La démarche de ce séminaire est explicitée ci-dessous. Les séances seront animées par les organisateurs et un discutant.

Les séances ont généralement lieu le 2ème jeudi du mois de 13h à 15h.

27 novembre 2014 – Introduction sur les enjeux du séminaire
Benjamin Brice (EHESS, IEP de Lyon). « Comment étudier des textes ? Éléments de méthode en-deçà des traditions interprétatives ».
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 décembre 2014 – Analyse de discours [Attention séance exceptionnellement le vendredi].
Marie-Hélène Wirth (EHESS). « Une recherche liée à l’analyse du discours : les débats du Conseil constitutionnel – enjeux, pièges, méthode ».
Discutant : Clément Viktorovitch (Sciences Po Paris).
Salle 5 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

08 janvier 2015 – Contexte de réception des textes
Mathieu Hauchecorne (Paris 8). La réception française de John Rawls.
Discutant : Jean-Louis Fabiani (EHESS).
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 février 2015 – Conflits d’interprétation sur un auteur
Sophie Marcotte Chénard (EHESS). Strauss, Skinner et Lefort interprètes de Machiavel.
Discutant : Danilo Scholz (EHESS).
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 mars 2015 – Textes appartenant à une autre aire culturelle
Crystal Cordell Paris (EHESS, Sciences Po Menton). Étudier Aristote.
Discutant : Adrien Louis.
Salle 3 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

9 avril 2015 – Étude d’un concept à travers des textes
Benjamin Boudou (Sciences Po Paris). La notion d’hospitalité.
Discutants : Olivier Remaud (EHESS) et Stefan Willer (Humboldt-Universität).
Salle 3 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

07 mai 2015 – Actualité politique d’un auteur
Hugo Drochon (Cambridge University). L’actualité politique de Nietzsche à l’épreuve de l’École de Cambridge.
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

21 mai 2015 – Le travail sur les manuscrits
Christophe Litwin (Princeton University). Jean-Jacques Rousseau et les affaires de Corse.
Salle 8, 13h-15h.

11 juin 2015 – Enjeux de la traduction des textes
Romain Descendre (ENS Lyon, Triangle). De la raison d’État de Botero.
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

Argumentaire du séminaire

Depuis maintenant plus d’un siècle, les sciences humaines et sociales ont beaucoup progressé grâce au développement et au raffinement de leurs méthodes d’enquête. L’étudiant et le chercheur disposent donc aujourd’hui de nombreux ouvrages méthodologiques pour réfléchir à la manière d’élaborer un questionnaire, de préparer des entretiens semi-directifs, de réaliser des observations participantes, d’analyser des séries statistiques, de comparer différents objets d’étude, etc., mais aussi pour considérer comment traiter ces données en fonction d’une problématique scientifique spécifique. Certes, les protocoles de recherche ne sont pas figés, puisque certaines méthodes nouvelles sont parfois introduites, que d’autres se trouvent améliorées ou contestées, et que d’autres encore finissent par être abandonnées ; il demeure que l’enquêteur est guidé dès le départ et dispose de toute une gamme d’instruments qui s’adaptent à ses préoccupations théoriques. Cependant, on peine à trouver facilement de semblables instruments pour la démarche scientifique consistant à étudier des textes. Malgré l’ancienneté de cette pratique – à moins que ce ne soit à cause d’elle – les choses se passent trop souvent comme si l’étude de textes allait de soi et ne faisait pas l’objet de questionnements de méthode, ou comme si cette étude sortait du champ scientifique au prétexte qu’il existerait autant de lectures possibles que de lecteurs.

Cette lacune relative a généralement tendance à faire apparaître les champs disciplinaires reposant principalement sur la lecture de textes, tels que la philosophie politique, la théorie politique ou l’histoire des idées, comme moins rigoureux du point de vue de la méthode que ceux qui s’appuient plus volontiers sur la collecte de données ou la réalisation d’entretiens. Comme un travail de terrain tient sa scientificité de sa « falsifiabilité », on nie bien souvent à l’étude de texte toute capacité de remise en question puisque chaque lecteur pourrait indéfiniment défendre sa propre interprétation. Ainsi, les critères de scientificité des sciences humaines et sociales ne seraient pas opérants pour l’étude de textes. Or, il nous semble qu’une telle conclusion ne fait pas justice à cette démarche de recherche. Étudier sérieusement un texte demande des précautions particulières pour ne pas reposer sur des choix arbitraires ; éviter les contresens et les anachronismes, repérer les enjeux et déceler les problèmes, comprendre les controverses et analyser les intentions, mettre en contexte et faire dialoguer les auteurs, sont autant d’aptitudes qui réclament de la part de l’enquêteur un véritable savoir-faire.

Certes, des propositions méthodologiques concernant l’étude de textes existent effectivement dans le champ académique, mais il s’agit surtout de corps de doctrines structurées en différentes « écoles », qui s’opposent les unes aux autres en fonction de divers partis-pris ontologiques et épistémologiques (par exemple la célèbre « École » de Cambridge). Ainsi, le chercheur paraît souvent confronté à une alternative quelque peu déstabilisante : s’inscrire dans un courant particulier, qui dépendra fréquemment de la tradition de son pays, de l’orientation de son université, voire de la position de son directeur de thèse, et combattre les positions adverses, ou bien refuser d’appartenir à une quelconque « école » méthodologique, ce qui lui évitera généralement d’avoir à traiter des questions de méthode. Voilà qui semble limiter toute discussion générale sur les éléments méthodologiques qui pourraient servir directement les chercheurs, à moins de se borner à rappeler les multiples perspectives qui s’affrontent.

Les oppositions tranchées, autour desquelles se structurent les diverses approches en étude de textes, tendent à figer les différentes positions et à exacerber les polémiques : lecture interne contre lecture externe, contexte intellectuel et linguistique contre recherche des grandes questions, histoire sociale des idées contre histoire des idées, attention aux grands auteurs contre contestation du canon, etc. L’existence de telles dichotomies conduit couramment à alimenter les antagonismes théoriques, alors que les diverses pratiques de lecture se révèlent généralement beaucoup plus proches les unes des autres qu’on ne pourrait le penser. Ce sont donc à ces expériences pratiques, à ces premiers éléments de méthode, que ce séminaire de recherche souhaite donner la parole.

Ainsi, à travers des expériences singulières de recherche, il s’agira de se situer en-deçà des oppositions consacrées, afin de voir s’il est possible de formuler des préceptes pratiques pour le chercheur qui se confronte à des textes, en dehors de tout parti-pris de méthode. L’objectif de ce séminaire est donc, à partir de situations d’enquête différentes, de fournir une sorte de boîte à outils pour l’étude de textes, c’est-à-dire de préciser les principaux écueils de cet exercice, de recenser les garde-fous méthodologiques, de rappeler les questionnements inhérents à ce type de recherche et de spécifier les savoir-faire à acquérir pour tirer le meilleur parti du matériau utilisé. Ce séminaire entend donc faire droit aux multiples instruments des différentes méthodes sans a priori, et tenter de situer la pertinence de chacune d’entre elles selon les objectifs fixés par le projet de recherche qu’elles sous-tendent. Sans nier évidemment la pertinence de débats de méthode plus poussés, ce séminaire permettra, dans la mesure du possible, d’élaborer un socle de recommandations et de mises en garde qui puisse directement servir à tous ceux que leurs questions de recherche invitent à étudier des textes d’origines, d’époques et de types divers.

Les séances de ce séminaire viseront à présenter des problèmes pratiques propres à l’étude de textes, tels que la notion d’anachronisme, la prise en compte du contexte historique et social, la manière de traiter différents types de textes, l’usage contemporain de penseurs du passé, la question de la « charité » vis-à-vis de l’auteur, la marge de manœuvre interprétative, l’importance des aspects philologiques et éditoriaux, etc., et à les articuler à l’expérience de recherche d’un intervenant, afin de pouvoir observer, pour ainsi dire, une méthode en action.