Archives par mot-clé : Méthodologie

Avis de publication: « La réanalyse au service de l’histoire sociale des idées politiques », Recherches qualitatives, 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer la publication de mon dernier article « La réanalyse au service de l’histoire sociale des idées politiques. Retour d’enquête sur deux revues de parti : La Revue socialiste et La Nouvelle Critique » paru dans la revue québecoise Recherches qualitatives en juin 2017. Fruit d’une enquête menée dans le cadre de l’ANR réAnalyse, cet article s’insère dans le numéro hors-série n° 21 « La réanalyse des enquêtes qualitatives à l’épreuve de l’expérimentation » coordonné par Sophie Duchesne. Vous y trouverez ainsi les restitutions d’expériences de réanalyse menées par des collègues sur différentes enquêtes, terrains et objets et selon différentes approches méthodologiques et techniques.

 

Résumé

Cet article interroge les apports de la réanalyse à l’histoire sociale des idées politiques en montrant ce que la réanalyse des entretiens réalisés respectivement par Émeric Bréhier et Frédérique Matonti apporte à l’étude des revues intellectuelles en milieu partisan. En tant que réutilisation de données d’autres chercheurs, elle permet d’une part de compléter les archives écrites par les sources orales et, d’autre part, de donner un accès – indirect mais réel – à des terrains inaccessibles ou disparus. En tant que nouvelle analyse cette fois, elle permet d’interroger les mêmes matériaux à partir de nouvelles questions de recherche, d’exploiter des sources orales peu, voire jamais utilisées ou encore de prendre en compte l’effet enquêteur dans le contexte de l’enquête.


L’article est téléchargeable en intégralité et gratuitement sur le site Internet de la revue Recherches qualitativeshttp://www.recherche-qualitative.qc.ca/documents/files/revue/hors_serie/HS-21/rq-hs21-t-rioufreyt.pdf Il en est de même de l’ensemble du numéro ici: http://www.recherche-qualitative.qc.ca/revue/les-collections/hors-serie-les-actes/

Colloque HiSoPo: « Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan », Paris, Sciences Po, 23-24 mai 2017

 

Colloque HiSoPo


Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan

23-24 mai 2017

Colloque organisé par Thibaut Rioufreyt en partenariat avec le laboratoire Triangle UMR 5206 et Sciences Po


Le colloque est articulé autour de quatre sessions réparties sur deux jours :

 

SESSION 1: LES USAGES DES IDÉES EN MILIEU PARTISAN : RÔLES ET VALEURS

Dans cette première session, les communications présentées portent plus spécifiquement sur les usages des idées en milieu partisan, c’est-à-dire le rôle qu’elles remplissent, les fonctions que les acteurs leur attribue mais aussi la valeur accordée aux idées dans l’économie générale des pratiques partisanes.

SESSION 2 : LA PRODUCTION DES IDÉES PARTISANES AU-DELÀ DES FRONTIÈRES ORGANISATIONNELLES

La seconde session sera consacrée à la présentation de communications ayant en commun de montrer combien l’étude de la production/appropriation des idées politiques implique souvent d’aller au-delà des frontières partisanes proprement dites, qu’il s’agisse de les resituer dans leur milieu partisan (avec notamment l’externalisation d’une partie du travail intellectuel) ou dans une configuration inter-partisane, dans le cas où une idée est l’objet de concurrences entre différentes formations politiques.

SESSION 3 : QUELLES IDÉES ÉTUDIER DANS LE PARTI ?

Dans cette troisième session, les communications présentées ont pour point commun de prendre pour focale d’analyse l’étude d’un secteur du dispositif de production partisane ou d’une partie des idées mobilisées dans le parti, qu’il s’agisse de l’économie, de l’écologie ou de l’international.

SESSION 4 : LES REPRÉSENTATIONS, ENTRE FORME ET CONTENU

La quatrième et dernière session est consacrée à l’étude des idées partisanes proprement dites, en montrant notamment combien l’étude de leur forme sémiotique (discursive le plus souvent mais qui peut être également iconographique) peut contribuer à la fois à mieux en saisir le sens mais également les appropriations multiples à la fois au sein du parti, au sein d’un champ politique national et entre différents pays.


Vous pouvez télécharger le livret-programme au format PDF : http://www.afsp.info/pdf.php?id=3432&_wpnonce=2b71af2041

Entrée libre mais inscription obligatoire avant le 22 mai 2017 via le formulaire en ligne :
https://fr.surveymonkey.com/r/hisopo230517

JE « Analyser le discours économique », Amiens, Université de Picardie, 4 mai 2017

HiSoPo vous informe de l’organisation de la journée d’étude internationale et transdisciplinaire organisée par Thierry Guilbert « Analyser le discours économique » qui aura lieu le 4 mai 2017 à Amiens  (Logis du Roy).

Vous pouvez retrouver toutes ces informations sur le site Internet du CURAPP-ESS: https://www.u-picardie.fr/curapp/sites/default/files/images/Prog_Discours_eco.jpg

Avis de parution: Bruno Ambroise et Bertrand Geay, Langage et Politique. L’efficacité du langage en question, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2017

HiSoPo vous informe de la parution d’un ouvrage sous la direction de Bruno Ambroise et Bertrand Geay : Langage et Politique. L’efficacité du langage en question, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, coll. « Paradoxa », 2017.

Langage et politique

Présentation

En politique tout particulièrement, parler, c’est déjà agir, ordonner la réalité, produire une vision du monde. Le domaine politique est aussi le théâtre d’échanges qui prennent, pour une large part, la forme de rapports de force. Ce faisant, le langage intéresse pour son efficacité propre, qui ne se réduit pas aux effets rhétoriques qu’il produit.
La politique offre ainsi un champ d’étude particulièrement stimulant à qui veut comprendre comment le langage peut se voir doté de cette efficacité particulière qui lui permet, selon le cas, de conforter l’état des choses ou de changer le monde.
S’inspirant en toile de fond des études séminales sur les actes de parole de J. L. Austin et des réflexions sur le pouvoir symbolique de P. Bourdieu, ce volume réunit des travaux pluridisciplinaires qui s’attachent à comprendre, dans leur diversité d’aspects, les effets que le langage peut avoir dans les rapport sociaux d’ordre politique.


Contributeurs: Bruno ambroise, Solange Chavel, Ross Charnock, Françoise Dufour, Bertrand Geay, Thierry Guilbert, Pierig Humeau, Frédéric Lebaron, Sophie Richardot, Denis Vernant, Laurent Willemez.


Vous trouverez plus d’informations sur le site de l’éditeur: http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100952620

Séance 6 : Analyse du discours et histoire des idées politiques (3 mars 2017)

La sixième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017 – intitulée Analyse du discours et histoire des idées politiques aura lieu le 3 mars 2017. La séance organisée en collaboration avec l’Institut des sciences sociales du politique/Université Paris Ouest Nanterre La Défense est l’occasion d’écouter deux interventions:

Marc Angenot (Professeur émérite, James McGill Professorship d’étude du discours social, McGill University/Montréal) : « Analyse du discours et théorie du discours social »

Sarah Al-Matary (MCF en littérature, Université Lumière Lyon 2/UMR 5317 IHRIM) : « Quels usages de la philologie pour une histoire des idées non dogmatique ? Une approche littéraire »

Les deux communications sont discutées par Arnault Skornicki (MCF en science politique, Nanterre/ISP) et Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle).

La séance a lieu le vendredi 3 mars 2017, de 14h à 17h à l’Université de Nanterre, Bâtiment W (Maison Max Weber), Salle de réunion de l’ISP (3ème étage).

JE « La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réceptions, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, 17 janvier 2017

HiSoPo vous informe du programme de la journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Co-organisée par Lucile Dumont (EHESS, CESSP), Quentin Fondu (EHESS, CESSP) et Laélia Véron (ENS Lyon, Paris 3, IHRIM), elle aura lieu le mardi 17 janvier 2017 à l’EHESS. Vous trouverez le programme ci-dessous ainsi qu’en PJ ici: programme_je_goldman_2017_01_17


JOURNÉE D’ÉTUDES – 17 JANVIER 2017
EHESS, 190-198 Av. de France, 75013 Paris (8e étage, Salle J-P Vernant)
 
La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann.
Réceptions, héritages et usages contemporains
 

PROGRAMME
9h : Accueil des participants
 
Matinée : Premières réceptions et appropriations des travaux de Lucien Goldmann
9h15 – 9H45 : Introduction, Lucile Dumont (EHESS, CESSP) et Quentin Fondu (EHESS, CESSP).
9h45 – 10h45 :
Jacques Leenhardt (EHESS, CRAL) :
La sociologie de la littérature de Goldmann : critique progressiste et déterminisme social.
Alain Cantillon (Univ. Paris 3, GRIHL) : Le Dieu caché de Lucien Goldmann. Parier et croire en 1955.
Pause

11h – 12h :
Christos Grosdanis (Univ. Paris 7, CERILAC): Lucien Goldmann et René Girard : enjeux d’un dialogue.
Rachel Nadon (Univ. Montréal) : Réseaux intellectuels et réception de la pensée de Lucien Goldmann au Québec.
 
12h – 13h30 : Déjeuner
 
Après-midi : Nouvelles perspectives et applications des méthodes goldmanniennes
13h30 – 14h : Introduction, Laélia Véron (ENS Lyon/ Paris 3, IRHIM).
14h – 15h :
Paulo Procopio Ferraz (Univ.
Paris 8): Une écriture paradoxale.
Andrea d’Urso (Univ. Lille 3 – CECILLE, Univ. del Salento) : Pour une sociologie « sémiotique » de la littérature. Idéologie, réification et vision du monde entre Goldmann et Rossi-Landi.
Pause

15h15 – 16h45 :
Michael Löwy (CNRS, CéSor), Robert Sayre (Univ. Paris Est- Marne la Vallée): Lucien Goldmann et la vision du monde romantique.
Laurie Rousseville (Univ. Lyon 2, Passages XX-XXI) : Lucien Goldmann et le « théâtre de la révolte » de Jean Genet : (re)penser le « théâtre politique »
Françoise Gaillard (Paris 7, LAC) : Titre à définir.

17h-17h30 : Discussion générale et clôture de la journée par Gisèle Sapiro (EHESS, CNRS, CESSP).

Apéritif de clôture

Contact : jegoldmann2017@gmail.com

 

Roger Chartier, séance inaugurale du séminaire de l’ED de science politique de Paris 1, Paris, Centre Mahler, 5 décembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue d’une conférence de Roger Chartier le lundi 5 décembre 2016 à 18h organisée par l’École doctorale de science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Lundi 5 décembre 2016 à 18h
Centre Malher

9 rue Malher Paris 4e

Roger Chartier


Discutants : Frédérique Matonti, professeure de science politique, Université Paris 1, CESSP
Antoine Aubert et Antony Burlaud, doctorants ED de science politique de l’Université Paris 1, CESSP

Cette séance inaugurale du séminaire annuel de l’École Doctorale de Science Politique est consacrée aux travaux de l’historien Roger Chartier, professeur honoraire au Collège de France, où il a occupé pendant dix ans la chaire « Écrits et cultures dans l’Europe moderne ». Dans La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur (Gallimard, 2015), recueil d’articles auxquels s’ajoute un inédit, il développe et approfondit une idée maîtresse : la signification d’un texte ne se limite pas à sa « lettre » ni à l’« intention » de l’auteur (l’une et l’autre s’avérant souvent inatteignables) , mais doit être rapportée aux différents modes d’intervention et d’appropriation qui contribuent à « faire » le texte : écritures et copies successives, composition et impression, édition, traductions, manières de lire…

À travers des études savantes et subtiles consacrées au Quichotte et aux pièces de Shakespeare (deux références cardinales dans l’œuvre de R. Chartier), mais aussi à la Brevisima Relacion de la destruycion de las Indias de Las Casas, l’historien démontre à quel point les significations d’un texte sont mobiles, malléables et donc multiples, spécialement entre les XVIe et XVIIIe siècles. La situation change à la fin du XVIIIe siècle, alors que le concept d’auteur revêt peu à peu son sens moderne. Les développements sur la « main » de l’auteur et « l’esprit » de l’imprimeur illustrent ainsi cette confrontation (ou : « négociation ») entre différents acteurs pour imposer des significations aux textes, et permettent un retour éclairant sur les matérialités de la vie intellectuelle de la « pré-modernité », alors que l’imprimé remplace petit à petit les manuscrits.

La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur revient sur les conditions de production, de circulation et d’appropriation des textes écrits à travers des études de cas, en mobilisant une érudition philologique impeccable. Mais, au-delà des études de cas, le livre poursuit un questionnement épistémologique entamé par Roger Chartier il y a plusieurs décennies, et forgé dans le dialogue avec des auteurs comme Bourdieu, Ricoeur, Foucault, Michel de Certeau, et les différents avatars de l’École des Annales (voir notamment Au bord de la falaise, Albin Michel, réed. 2009). Le séminaire visera donc à la fois à restituer le contenu du livre et à le resituer dans une œuvre historique de premier plan, qui est une source d’inspiration pour tous ceux qui s’intéressent, en sociologie historique, aux idées et aux intellectuels.

Séance 2 : Table-ronde – Enseigner l’histoire sociale des idées politiques (2 décembre 2016)

La deuxième séance 2 du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017 intitulée « Table-ronde – Enseigner l’histoire sociale des idées politiques » aura lieu le vendredi 2 décembre 2016. Cette séance, organisée en collaboration avec l’ULIP et The Centre for the Study of the History of Political Thought at Queen Mary sera l’occasion d’écouter trois interventions:

Bernard Pudal (Professeur de science politique émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense/CRESPPA-CSU)

Silvia Sebastiani (MCF d’histoire moderne, EHESS/CRH-GEHM)

Georgios Varouxakis (Professor of the History of Political Thought, Queen Mary University of London/Centre for the Study of the History of Political Thought)

Ces communications seront discutées par Arnault Skornicki (MCF en science politique, Nanterre/ISP) et Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle).

La séance aura lieu le 2 décembre, entre 15h et 18h. La séance aura lieu à l’University of London Institute in Paris (ULIP) 11 rue de Constantine 75340 Paris Cedex 07 – M° Invalides)

Je  » La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, deadline: 15 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communication pour une journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann, organisée par Lucile Dumont (EHESS/CESSP), Quentin Fondu (EHESS/CESSP), Laélia Véron (ENS Lyon/Paris 3 – IHRIM) avec le soutien du CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique). L’événement aura lieu le 17 janvier 2017 à l’EHESS au 190-198 av de France (Paris 13ème). Les propositions de communication sont à envoyer pour le 15 novembre à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com. Il s’agit là sans doute d’un des événements qui touche le plus directement le cœur même du projet de l’histoire sociale des idées politiques à travers une discussion des thèses et méthodes de Lucien Goldmann. Vous trouverez l’appel à communications ci-joint: aac_je_lucien_goldmann


APPEL A COMMUNICATION – Journée d’études

 La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains

Paris, 17 janvier 2017

EHESS, 190-198 av de France, 75013 Paris

(8è étage, Salle Vernant)


Argumentaire scientifique

Philosophe et sociologue français né en Roumanie, Lucien Goldmann (1913-1970) a été fortement influencé par le marxisme, et tout particulièrement par les travaux de Georg Lukács. Son œuvre se caractérise par une méthodologie matérialiste singulière. Partisan d’un marxisme hétérodoxe et humaniste opposé à tout dogmatisme, Goldmann a cherché à unifier les approches sociologiques et littéraires en proposant une nouvelle méthode, le structuralisme génétique, construit dans le prolongement du structuralisme de Jean Piaget (e.g. Le Dieu caché, 1959.) Par cette méthode, Goldmann entendait allier l’étude des contenus à celle des formes, combinaison qu’il considérait comme le préalable nécessaire à la compréhension des phénomènes culturels, ceux-ci ne pouvant se réduire selon lui ni à de simples reflets mécaniques de l’idéologie ni à des créations spontanées détachées du monde social. Profondément engagé au sein de l’espace intellectuel des années 60, c’est dans une dynamique complexe que Goldmann a pris position à la fois contre le structuralisme antihumaniste de Louis Althusser (structure sans sujet) et contre l’existentialisme sartrien (sujet sans structure), l’un comme l’autre étant, selon lui, opposés à la pensée dialectique (e.g. Goldmann, 1966; Macherey, 1966). Ce faisant, il s’est orienté vers l’élaboration d’une nouvelle dialectique, héritière de la pensée tragique et conçue comme une synthèse de paradoxes ayant marqué à la fois l’histoire littéraire et l’histoire du marxisme (structure/sujet, déterminisme/histoire, etc.).

La mort prématurée de Goldmann, ainsi que le reflux de la pensée marxiste et les réprobations dont elle a fait l’objet à partir de la fin des années 1970, ont rendu difficile la poursuite et la circulation d’une pensée critique à la fois interdisciplinaire, programmatique et évolutive. Goldmann demeure cependant une personnalité centrale dans l’histoire de la sociologie de la littérature et des débuts de son institutionnalisation. En France, son séminaire à l’EPHE puis à l’EHESS, de la fin des années 1950 à 1970, a ainsi constitué un des lieux de renouvellement du croisement des études littéraires et des sciences sociales. Les séjours de Goldmann à l’étranger, de même que sa participation à des colloques et des réseaux internationaux ont dans le même temps facilité la circulation internationale de ses travaux tout au long de sa carrière et dans les années qui ont suivi (Cusset, 2003; Sanguineti et al., 1967). Les développements de la sociologie de la littérature dans les espaces francophones attestent ainsi de de l’importance des travaux de Goldmann dans ce domaine. En effet, la sociologie de la littérature de Robert Escarpit, qui aborde la littérature dans une perspective communicationnelle (Van Nuijs, 2007), de même que les travaux développés par Marc Angenot sur le discours social et ses liens avec la production littéraire (Angenot 1985), comme la sociocritique de Claude Duchet (Duchet, 1979; Leenhardt, 1975), ou encore la sociologie des arts et de la littérature de Pierre Bourdieu, qui envisage l’espace social à travers les dynamiques insufflées par la notion de champ et réinterroge les processus de production de la littérature à travers l’étude des trajectoires ou la notion de point de vue (Bourdieu, 1966, 1992 ; Jurt, 2004) ; toutes se sont nourries de nombreuses réflexions critiques sur les travaux de Goldmann (Leenhardt, 1967; Sapiro, 2014). Plus récemment, les travaux contemporains en sociologie de la littérature et plus généralement dans les études littéraires s’inscrivent dans le prolongement de ces courants (voir Glinoer, 2016; Meizoz, 2004; Sapiro, 2007).

Enfin, les contributions de Goldmann à l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles, où il créa le Centre de Sociologie de la littérature en 1961 avant d’en devenir le directeur en 1964, ont marqué une génération d’étudiants et de chercheurs dans ce domaine (Heyndels, 1988). Ceux-ci ont pu poursuivre cette orientation dans leurs propres travaux, et proposer des hommages et/ou des introductions à son œuvre (e.g. Lallemand et.al, 1973 ; Leenhardt, 1971; Naïr, Löwy, 1973 ; Goldmann, Löwy Naïr, 1977). Goldmann n’est ainsi pas tombé dans l’oubli, comme le prouve la récente journée d’études « Lucien Goldmann » qui a eu lieu à l’Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine en 2009 et dont les actes ont été publiés en 2010 (Ferrette, 2010). Pourtant, au sein de la recherche littéraire comme en sociologie de la littérature, l’intérêt porté à Lucien Goldmann reste marginal. Si l’on se réfère régulièrement à ses lectures de Racine et de Pascal, les pistes proposées dans d’autres œuvres sont plus rarement explorées – on peut penser notamment aux analyses contenues dans Pour une sociologie du roman, publié en 1964 ou à celles incluses dans Structures mentales et création culturelle, publié en 1970. Nous voudrions souligner ici l’importance générale de la méthodologie proposée par Goldmann.

Au-delà d’un simple hommage à Lucien Goldmann, cette journée d’études souhaite dès lors d’une pat insister sur l’actualité possible de sa pensée, l’intérêt que nous pourrions avoir à lire ou à relire cet auteur pour nourrir nos propres recherches et d’autre part mesurer l’influence de la sociologie de la littérature goldmanienne sur les outils conceptuels de la sociologie de la littérature et des études littéraires contemporaines. Cette journée se composera ainsi de deux axes, non exclusifs.

Premièrement, par l’étude de la réception de l’œuvre de Lucien Goldmann en France et à l’étranger, nous tenterons de mettre en avant l’héritage d’un marxisme vivant, loin de correspondre aux critiques les plus fréquentes (mécanisme ou reflet, sociologisme non attentif aux formes, etc.). Sur la base de témoignages de proches du philosophe, il s’agira, en même temps que de rendre compte de la postérité de son travail, de réfléchir sur l’époque pendant laquelle se constitue cette œuvre, qui en cristallise de nombreux aspects. En effet, les années de production intellectuelle de Goldmann, entre les années 1950 et la fin des années 1960, se caractérisent notamment, dans les champs académiques et intellectuels, par d’importants et récurrents débats sur le statut de la littérature, en même temps que par l’apparition puis l’institutionnalisation de la sociologie et, partant, de la sociologie de la littérature, le tout dans le contexte d’une refonte générale des sciences humaines et sociales marquée par des périodes de forte polarisation des espaces intellectuels français et étrangers (Matonti, 2005; Heilbron, 2015). Comment s’est caractérisée la réception des travaux de Goldmann dans les études littéraires ? Quel rôle ont-ils joué dans les développements de la sociologie de la littérature ? Comment saisir les enjeux de la position intellectuelle et institutionnelle de Goldmann dans un moment de reconfiguration disciplinaire affectant particulièrement la sociologie et les études littéraires ? C’est ce type de questionnements que nous entendons mener.

Dans un deuxième temps, en partant de l’œuvre de Lucien Goldmann et de la méthodologie qu’il a pu proposer, il s’agira de rendre compte de nouvelles perspectives de recherche dans le domaine littéraire, peut-être insuffisamment exploitées. Voici, listés de manière non exhaustive, quelques sujets qui pourraient être abordés :

–        La notion de « vision du monde » dans les études littéraires, que l’on peut envisager comme l’expression d’une conscience collective ou comme le rapport entre l’individualité du sujet écrivain et la collectivité ;

–        Vision du monde, conscience collective et genre littéraire : existe-t-il des genres plus aptes que d’autres à exprimer cette vision du monde ? (On pourra par exemple réfléchir aux difficultés qu’a rencontré Goldmann en tentant de transposer une méthodologie de lecture des œuvres théâtrales à des œuvres romanesques dans Pour une sociologie du roman) ;

–        L’actualisation historique des types de médiations littéraires entre l’œuvre et la conscience collective (évolution possible du rôle de l’artiste-médian, particulièrement manifeste dans l’analyse que Goldmann fait du Nouveau Roman) ;

–        Peut-on penser une stylistique goldmanienne ? (On pourra notamment se rapporter à l’opposition entre Barthes et Goldmann, le premier optant pour une sémiotique toujours plus autonome, quand le second considère que l’étude des micro-structures doit toujours être rattachée à une « vision du monde ») ;

–        Dans cette même perspective, on pourra également réfléchir au lien entre forme et idéologie, c’est-à-dire à l’inscription d’une « effet-idéologie » par la « mise en scène stylistique d’appareils normatifs textuels incorporés à l’énoncé » (Hamon, 1984).


Les propositions de communications devront être envoyées le 15 novembre 2016 au plus tard, à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com, et comprendront entre 3000 et 6000 signes au total, biobibliographie comprise. Merci de préciser vos noms, prénoms, courriel et institutions de rattachement. Les participants seront notifiés le 22 novembre 2016 au plus tard.


Bibliographie indicative

Textes de Lucien Goldmann

– Sciences humaines et philosophie, Paris, PUF, 1952.

– Le Dieu caché : Étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris, Gallimard, 1955.

– Jean Racine, dramaturge, Paris, L’Arche, 1956.

Recherches dialectiques, Paris, Gallimard, 1959.

Pour une sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964.

– « Structuralisme, marxisme, existentialisme : un entretien avec Lucien Goldmann », L’Homme et la société, n°2, 1966, pp. 105-124.

– « La sociologie de la littérature : situation actuelle et problèmes de méthode », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 531-554.

– « Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature » [1964] in Sanguineti et al., 1967.

Structures mentales et création culturelle, Paris, Anthropos, 1970.

Marxisme et sciences humaines, Paris, Gallimard, 1970.

Situation de la critique racinienne, Paris, L’Arche, 1971.

La Création culturelle dans la société moderne, Paris, Denoël, Gonthier, 1971.

Bibliographie générale

– Angenot, M. Robin, R. « L’inscription du discours social dans le texte littéraire », Sociocriticism, I/1, 1985, pp. 53-82.

– Bourdieu, P., « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, nov. 1966, pp. 865-906.

– Bourdieu, P., Les Règles l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

– Cohen, M., The Wager of Lucien Goldmann: Tragedy, Dialectics and a hidden God, Princeton University Press, 1994.

– Cusset, F., French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2003.

– Duchet, C. (dir.), Sociocritique, Paris, Nathan, 1979.

– Lallemand, R et al., « Hommage à Lucien Goldmann », Revue de l’Institut de sociologie, n°3, 1973 [rééd. Éditions de l’ULB, 1975.]

– Ferrette, J. (dir.), Lucien Goldmann, Anamnèse, n°6, 2010.

– de Gandillac, M. Goldmann, L. Piaget, J. (dir.), Entretiens sur la notion de genèse et de structure, Paris, La Haye, Mouton et Cie, 1965.

– Glinoer, A., Le Littéraire et le social. Bibliographie générale (1904-2014), Paris, L’Harmattan, 2016.

– Goldmann, A. Löwy, M. Naïr (dir), Le Structuralisme génétique : l’œuvre et l’influence de Goldmann, Paris, Denoël-Gonthier, 1977.

– Hamon, P., Texte et idéologie. Valeurs, hiérarchies et évaluations dans l’œuvre littéraire, Paris, PUF, 1984.

– Heilbron, J., French Sociology, Ithaca, ornell University Press, 2015.

– Heyndels, R. « Étude du concept de « vision du monde » : sa portée en théorie de la littérature », L’Homme et la société, n°43-44,1977, pp. 133-140.

– Heyndels, R., « Le centre de sociologie de la littérature de l’Université de Bruxelles », Études littéraires, 21/2, 1988, pp. 121-129.

– Jurt, J., « L’apport de la théorie du champ aux études littéraire », in Pinto, Sapiro, Champagne (dir.), Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Fayard, 2004.

– Leenhardt, J., « La sociologie de la littérature : quelques étapes de son histoire », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 555-572.

– Leenhardt, J., « Racine : Psychanalyse et sociologie de la littérature », Études françaises, III/1, 1967, pp. 21-34

– Leenhardt, J., « Pour une esthétique sociologique : Essai de construction de l’esthétique de Lucien Goldmann », Revue d’esthétique, n° II, 1971, pp. 113-128.

– Leenhardt, J., « Lucien Goldmann et les fondements de la sociocritique », Dossiers français, n° 1, 1975-1976, pp. 44-49.

– Leenhardt, J., Lecture politique du roman : La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

– Macherey, P., Pour une théorie de la production littéraire, [1966], Paris, ENS Éditions, 2014.

– Matonti, F., Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique, Paris, La Découverte, 2005.

– Meizoz, J., L’œil sociologue et la littérature, Genève/Paris, Slatkine Érudition, 2004.

– Naïr, S. Löwy, M. Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, Paris, Seghers, 1973.

– Sanguineti et al., Littérature et société :  Problèmes de méthodologie en sociologie de la littérature, Bruxelles, Éditions de l’Institut de Sociologie, 1967.

– Sapiro, G., « Pour une approche sociologique des relations entre littérature et engagement », COnTEXTES, 2007/2.

– Sapiro, G., La Sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, 2014.

– Tarrab, G., « La sociologie du théâtre et de la littérature d’après Lucien Goldmann », Sociologie et sociétés, 3/1, 1971, pp. 15-24.

– Van Nuijs, L., « La sociologie de la littérature selon Escarpit. Structure, évolution et ambiguïtés d’un programme de recherche », Poétique, 2007/1, n°49, pp. 107-127.

– Zima, P., Goldmann, Paris, Éditions Universitaires, 1973.

AAC ST3: « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées? », Section thématique HiSoPo, Congrès de l’AFSP 2017, deadline: 15 octobre 2016

HiSoPo a le plaisir de vous annoncer la publication de l’appel à communications de la section thématique « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées politiques? »(ST3) dans le cadre du prochain Congrès de l’Association française de science politique (AFSP) qui aura lieu à Montpellier les 10-12 juillet 2017. Cette section thématique est co-organisée par Mathieu Hauchecorne et Isabelle Gouarné dans le cadre du groupe de projet HiSoPo. Vous trouverez l’appel à communications ci-joint: aac_st3

Les propositions de communication (une demi-page à une page) doivent être envoyées le 15 octobre au plus tard aux adresses suivantes : isabelle_gouarne@hotmail.com ; mhauchecorne@univ-paris8.fr N’hésitez pas à soumettre une proposition de communication et à diffuser l’information dans vos réseaux.

Journées d’étude « De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques, comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ? », Nanterre, Université Paris 10, 10-11 octobre 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation des journées d’étude « De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques, comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ? » Co-organisées par la Société d’ethnologie française et le Sophiapol, ces journées se dérouleront à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, les lundi 10 octobre et mardi 11 octobre dans la salle des conférences (rez-de-chaussée, à gauche en entrant) de la maison Max Weber. Ces journées d’étude peuvent intéresser l’histoire sociale des idées politiques en fournissant des réflexions précieuses sur le croisement des méthodes qualitatives de type ethnographique et des méthodes quantitatives. Vous en trouverez le programme complet ici : https://sophiapol.hypotheses.org/19827 L’entrée est libre et gratuite.

8th Annual IPSA-USP Summer School in Concepts, Methods and Techniques in Political Science, Université de São Paulo, 23 janvier-10 février 2017

HiSoPo vous informe de la tenue de la huitième Annual IPSA-USP Summer School in Concepts, Methods and Techniques in Political Science qui aura lieu du 23 janvier au 10 février 2017 à l’Université de São Paulo (Brésil). Les demandes d’inscription doivent être envoyées au plus tard le 4 octobre 2016.


Dear colleagues,

We are pleased to inform you that registration is open for the 8th Annual IPSA-USP Summer School in Concepts, Methods and Techniques in Political Science, which will be held between January 23 and February 10, 2017. The deadline to apply is October 4, 2016.

Founded in 2010, the IPSA-USP Summer School in Concepts, Methods and Techniques in Political Science seeks to provide scholars of the social sciences with access to high-quality, cutting edge, advanced training in qualitative and quantitative social science methods.

The IPSA-USP Summer School schedule is partitioned into three one-week sessions.  Please, find below the list of modules that will be offered in the 8th edition of the Summer School IPSA-USP in 2017.


 Module 1 (January 23-27) (35 hours)

Basics of Causal Case Study Methods, Derek Beach (University of Aarhus)
Building Parametric Statistical Models, Glauco Peres da Silva (USP)
Designing Feasible Research Projects in Political Science, Allyson Benton (CIDE)
Essentials of Applied Data Analysis, Leonardo Barone (USP)
Methods and Problems in Political Philosophy, Herlinde Pauer-Studer (University of Vienna)
Modeling Dynamics, Lorena Barberia (USP), Andy Phillips (Texas A&M)

Module 2 (January 30- February 3 – 35 hours)

Advances in Modeling Dynamics, Guy Whitten (Texas A&M), Lorena Barberia (USP), Andy Phillips (Texas A&M)
Basics of Multi-Method Research: Integrating Case Studies and Regression, Jason Seawright (Northwestern University)
Basics of Quantitative Methods for Public Policy Analysis, Bruno Cautres (Science Po)
Basics of Set-Theoretic Methods and Qualitative Comparative Analysis (QCA), Carsten Schneider (Central European University)
Basics of Spatial Interdependence in Theory and Practice, Laron Williams (University of Missouri)
Maximum Likelihood Estimation, Glauco Peres da Silva (USP)
The Philosophy of Science: Positivism and Beyond, Patrick Thaddeus Jackson (American University)
Using Case-Based Methods in Practice, Derek Beach (University of Aarhus)

Module 3 (February 6-10- 35 hours)

Advanced Issues in Multi-Method Research: Integrating Case Studies and
Contemporary Methods for Causal Inference, Jason Seawright (Northwestern University)
Advanced Issues in Set-Theoretic Methods and Qualitative Comparative
Analysis (QCA), Carsten Schneider (Central European University)
Advanced Issues in Quantitative Methods for Public Policy Analysis, Bruno Cautres (Science Po)
Analyzing Grouped Data: Multi-level Models, Randy Stevenson (Rice University)
Essentials of Multiple Regression Analysis, Glauco Peres da Silva (USP)
Modeling Dynamics in Space and Time, Guy Whitten (Texas A&M)
Predicting Elections, Cliff Young (IPSOS)


For more information on the School´s courses and instructors, financial aid, registration fees, and more, visit our website (http://summerschool.fflch.usp.br) or contact us at summeripsa@usp.br. Like us on Facebook: www.facebook.com/ipsamethodssummerschoolbrazil

 

Séance 6 : Saisir l’événement et le contexte. L’histoire sociale des idées politiques et ses méthodes (02 mai 2016)

La sixième séance du séminaire HiSoPo, intitulée « Saisir l’événement et le contexte. L’histoire sociale des idées politiques et ses méthodes », a eu lieu le lundi 2 mai 2016. Cette séance a été l’occasion d’écouter deux interventions:

  • Samuel Hayat (Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Lille), « Étudier les idées en révolution : questions de méthode »
  • Arnault Skornicki (MCF en science politique, Université Paris Ouest Nanterre La Défense/ISP) : « Le Weber de Skinner. Contextualisme et sociologie »

Ces communications ont été suivies d’une discussion collective sur les méthodes en histoire sociale des idées politiques.

La séance a eu lieu le 2 mai 2016, entre 14 et 17h, Salle 24, 27 rue Saint-Guillaume, 75007, Paris.

Vous pouvez écouter l’enregistrement audio de cette séance ici:

 

Formation: École thématique CNRS « Méthodes Informatiques et Statistiques en Analyse de Textes », Besançon, 19-24 juin 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation de la 4ème session de l’École thématique du CNRS en « Méthodes Informatiques et Statistiques en Analyse de Textes » qui aura lieu du 19 au 24 juin 2016. Cette session se tiendra près de Besançon. Cette formation est ouverte aux jeunes chercheur-e-s, aux doctorant-e-s avancé-e-s, aux ingénieur-e-s, aux chercheur-e-s et enseignant-e-s-chercheur-e-s confirmé-e-s, désireux-ses dans le cadre de leurs activités d’acquérir ou renforcer leurs connaissances et leurs compétences dans les matières indiquées. La formation sera aussi bien théorique que pratique.

Les participant-e-s peuvent être personnels CNRS (auquel cas ils-elles doivent s’inscrire sous couvert de leur unité de rattachement), universitaires (auto-financé-e-s ou financé-e-s par leur laboratoire), du secteur privé. Les participant-e-s peuvent exercer en France ou à l’étranger. Les enseignements se font en français. Les candidatures seront examinées par un Comité de Sélection agréé par le CNRS. En raison des nombreux ateliers pratiques inclus dans le programme, le nombre de stagiaires ne pourra pas excéder la vingtaine.

Les conditions de participation spécifiques à la session 2016 sont disponibles sur le site de l’École, http://mshe.univ-fcomte.fr/misat , où peuvent d’ores et déjà être consultées les informations des sessions antérieures (programmes, listes de formateurs, conditions, calendriers – ces éléments étant passibles de changements).

L’ouverture des inscriptions à la candidature est le 15 Février. L’ordre d’arrivée des dossiers avant la date de clôture ne sera pas prise en compte. Les critères les plus déterminants seront la motivation de la demande et son adéquation au programme de l’École.

Pour tout renseignement, veuillez contacter le comité d’organisation à l’adresse suivante : <misat2016@mshe.univ-fcomte.fr >

AAC: The Political Rhetoric of Isms, University of Helsinky, 14-15 juin 2016.

HiSoPo vous informe de la publicisation de cet appel à communication pour un séminaire d’histoire conceptuelle comparée sur les « ismes » qui peut intéresser certain-e-s.

 

CFP: The Political Rhetoric of Isms

University of Helsinki, June 14–15, 2016
Convenors: Helge Jordheim (Oslo), Jussi Kurunmäki (Stockholm),
and Jani Marjanen (Helsinki)

Organized by the project The Political Rhetoric of Isms at the University of Helsinki and Concepta: International Research School in Conceptual History and Political Thought

Isms form a great part of our political, cultural, and scholarly language. It would be quite difficult to conduct a serious conversation on literature, music, religion, or sciences without isms like “romanticism,” “classicism,” “neorealism,” “constructivism,” “Freudianism,” or “Platonism.” And it would be hard to imagine any news broadcasting on politics without words such as “liberalism,” “conservatism,” “communism,” “feminism, or “multiculturalism.” It is perhaps illustrative that the Oxford English Dictionary provides entries for 2,932 words that end in an ism. Furthermore, the ism suffix has spread to nearly all languages either as a direct adaptation, or as a sign that roughly corresponds to the idea of an ism. In short: the use of ism is an irreplaceable feature of political and social language globally.

In debate, isms tend to be used to reduce a complex figure of thought into one word. By doing this, isms have often been a way of forging a long tradition of thought (e.g. Aristotelianism), pointing toward a future state of things (e.g. socialism), including or excluding strands of thought (e.g. true or false liberalism), delineating a set of unwanted practices (e.g. racism), or labeling an intellectual or political movement (e.g. feminism).   In many cases, isms have been a way of setting the agenda for debate, making them unavoidable for anyone who wants to be heard in public life.

This Concepta Research Seminar is interested in studying the conceptual history of isms from a comparative perspective. It assumes that different ism concepts are related, and that the rhetorical potential and temporal properties of the ism concepts have changed over time. While some concepts are obviously more closely linked (e.g. socialism and communism) than others (e.g. anachronism and multiculturalism), we still presume that not only the main word in an ism (e.g. terror in terrorism), but also the suffix itself is contested and used for various rhetorical purposes. Isms are often seen as typical movement concepts of the modern era, but their use goes much further back in history. There are crucial shifts in the history of individual isms as well as the use of the suffix itself that merit closer scrutiny.

By bringing together scholars working on the conceptual history of ism concepts, we seek to explore how isms have been used in a variety of discourses, languages, and periods of time. We encourage scholars in all stages of their careers to submit paper proposals with a tentative title and an abstract of no more than 500 words to jani.marjanen@helsinki.fi and jussi.kurunmaki@sh.se by April 5.

All papers should include analysis of historical examples of ism concepts in use. We prioritize papers that focus on the contextual reading of sources and show that the author is familiar with conceptual history and/or contextualist intellectual history. In your proposal, please also state if you need a travel stipend to come to Helsinki.

http://www.historyofconcepts.org/node/17491
http://www.concepta-net.org/