Archives par mot-clé : Histoire sociale des idées politiques

Avis de parution: Fabrice Flipo, Les grandes idées politiques, Paris, Éd. Bréal, 2015.

HiSoPo vous signale la parution du manuel de Fabrice Flipo sur Les grandes idées politiques paru il y a quelques mois aux éditions Bréal.

Texte de présentation

La crise démocratique contemporaine (absentions, critique des élites etc.) demande sans doute de clarifier certains grands repères. L’idée de cette nouveauté de Fabrice Flipo est de permettre aux lecteurs de comprendre les valeurs et les positions des différents partis politiques dans une perspective plus large en se fondant sur les auteurs classiques de philosophie politique et sociologie politique, et d’éclairer les débats politiques actuels. L’ouvrage est structuré en chapitres qui recouvrent des questions générales fréquemment posées dans la société. On donnera aussi des exemples illustratifs, qui pourront être tirés d’autres contextes culturels, notamment de l’Inde ou l’Amérique latine.

Pour plus de détails, voir le site de l’éditeur.

Avis de parution: Jean-François Bert & Elisabetta Basso (dir.), “Foucault à Münsterlingen”, Paris, Éd. de l’EHESS, 2015.

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage sous la direction de Jean-François Bert et Elisabetta Basso “Foucault à Münsterlingen. À l’origine de l’Histoire de la folie” aux Éditions EHESS. Les textes côtoient les photographies réalisées par Jacqueline Verdeaux.

Présentation

En 1954, Michel Foucault participe à une fête des fous à l’asile psychiatrique suisse de Münsterlingen, dont il reste des photos, inédites. Étrange cérémonie, survivance d’un rituel hérité directement du Moyen Âge, qui marqua le jeune philosophe en train d’élaborer une nouvelle manière de parler de la folie et de son histoire. Cette visite de Michel Foucault en mars 1954 à l’asile psychiatrique suisse de Münsterlingen le jour d’un carnaval des fous nous apprend beaucoup à la fois sur le jeune philosophe – l’année 1954 est riche en événements pour lui –, mais aussi sur ce rituel qui a perduré jusqu’au milieu du xxe siècle. Photos, archives, textes éclairent ce moment trop souvent négligé par les spécialistes de Michel Foucault. Ce début des années 1950 est pourtant marqué par l’entrée de Foucault dans les asiles et par sa passion pour les innovations qui touchent la psychologie clinique. C’est la germaniste Jacqueline Verdeaux, munie d’un Leika, qui photographie. Ces images laissent entrevoir l’étrange sensation qu’a pu ressentir Foucault lors de ce jour improbable où les fous « jouent » aux fous. Une sensation d’autant plus étrange que l’asile cantonal est, avec la clinique universitaire du Burghölzli de Zürich, l’une des plaques tournantes de la psychiatrie suisse. Ce livre, qui aborde une période inexplorée, et non abordée dans La Pléiade à paraître, nous pousse à renverser les perspectives familières concernant Michel Foucault.
Table des matières

« Retour à Münsterlingen » par Jean-François Bert

La « gentille dame Largactil », la « méchante dame Geigy » : la clinique psychiatrique de Münsterlingen vers 1954, par Magaly Tornay, traduction de Yann Dahhaoui

Foucault et le Rorschach, par Jean-François Bert & Elisabetta Basso

Foucault et le Carnaval, par Emmanuel Désveaux

Foucault à Lille, 1952-1955 :  entre philosophie et psychologie, par Philippe Sabot

Fiches préparatoires de Michel Foucault sur l’histoire de la psychiatrie, par Jean-François Bert & Elisabetta Basso
Première lecture de Traum und Existenz, Transcription Jean-François Bert, présentation Elisabetta Basso

Le rêve et de l’existence, histoire d’une traduction, par Elisabetta Basso

Correspondance Foucault-Binswanger, traduction de René Wetzel, présentation par Elisabeth Basso

De quelques sources de Maladie mentale et personnalité. Réflexologie pavlovienne et critique sociale, par Luca Paltrinieri

Foucault et le savoir psychologique : retour sur deux articles rédigés en 1954, par Jean-François Bert

La fête des fous de Michel Foucault, par Yann Dahhaoui

Unissons-nous, soyons fous ! ». Fête des fous, carnaval et Mad Pride : Continuités, ruptures et perspectives, par René Wetzel
Pour plus de détails, voir la page consacrée à l’ouvrage sur le site des Éditions de l’EHESS.

Avis de parution: Cédric Passard L’âge d’or du pamphlet (1868-1898), Paris, Éd. du CNRS, 2015

HiSoPo vous informe de  la parution du livre de Cédric Passard L’âge d’or du pamphlet (1868-1898), Paris, Éditions du CNRS, 2015.

Présentation

Henri Rochefort et sa Lanterne, Les Grimaces d’Octave Mirbeau, La France juive d’Édouard Drumont, Zola et son « J’accuse ! », tournant majeur de l’affaire Dreyfus… La fin du XIXe siècle signe l’âge d’or du pamphlet, au moment même où la République et la démocratie représentative s’installent durablement en France. Triomphe de l’« âge des foules », indice d’une homogénéisation croissante de la société, mais aussi reflet de ses failles et de ses tensions, cette effervescence pamphlétaire et la diffusion massive de caricatures politiques accompagnent l’entrée de la France dans la modernité. En une étude vivante et documentée, Cédric Passard ressuscite les enjeux politiques, sociaux, culturels de cette presse de combat. Évoluant entre journalisme et politique, les pamphlétaires investissent en force l’espace public et posent la question, ô combien d’actualité, de la liberté d’expression et du blasphème, de la censure et de ses limites, du statut des mots et de leur place dans la cité.

Pour plus de détails, voir le site de l’éditeur ici.

Avis de parution: Arnault Skornicki, La grande soif de l’État. Michel Foucault avec les sciences sociales, Les Prairies ordinaires, 2015.

Arnault Skornicki, La grande soif de l’État. Michel Foucault avec les sciences sociales, Les Prairies ordinaires, coll. « Essais », 2015, 282 p., 20 euros

Présentation

Michel Foucault n’a pas la réputation d’être un théoricien de l’État, et pour cause : il a implacablement critiqué les grandes théories de l’État, qu’elles soient philosophiques, marxistes ou juridiques. Contre l’assimilation de la politique à l’État, il entendait analyser les « micro-pouvoirs » là où ils s’exercent – dans l’école, la prison, la caserne, l’usine, la sexualité, la clinique, l’asile, etc. Cet ouvrage ambitieux veut lire Foucault contre Foucault et montrer que ses travaux des années 1970 (en particulier les cours au Collège de France) sont indispensables pour repenser, aujourd’hui, la question de l’État. 

Il existe bel et bien une théorie foucaldienne de l’État. Bien qu’elle ne soit ni systématique ni achevée, il est possible de la reconstituer tant à partir de la fabuleuse richesse historique et conceptuelle des textes de Foucault qu’en l’obligeant à dialoguer avec de grandes entreprises voisines, venues de la philosophie et des sciences sociales : le marxisme (Althusser, E. P. Thompson, Poulantzas), Max Weber, Norbert Elias ou Pierre Bourdieu, mais aussi E. Kantorowicz, Carl Schmitt ou P. Legendre… 

La généalogie est compatible avec la sociologie, que Foucault tendait à mettre à distance. Les concepts de pouvoir, biopolitique, discipline, pastorale, gouvernementalité, libéralisme ne sont pas autre chose que des outils pour saisir « l’étatisation des rapports de pouvoir », ou les processus de monopolisation politique qui, de la Renaissance à nos jours, sont au principe de nos prétendus Léviathans en Europe. L’État ? Non pas le plus froid de tous les monstres froids, non pas seulement un grand appareil répressif, mais l’effet et l’opérateur de gouvernementalités multiples, de rationalités hétérogènes, de dispositifs variés : tantôt souveraineté fragile et hésitante, tantôt bureaucratie libérale et bienveillante, tantôt parti-État totalitaire… Un rapprochement avec la sociologie historique montrera les limites comme l’originalité de l’approche foucaldienne, sur la question de la concentration du pouvoir, du rôle des luttes dans la construction de l’État, ou encore de ses origines religieuses.

Ceci n’est donc pas un nouveau livre sur Foucault. C’est un livre sur l’État et la possibilité toujours vivante d’en faire une théorie, retrempée dans l’eau acide de la généalogie, en engageant une discussion critique avec sa contribution, en déplaçant ou complétant certains de ses développements et en tirant, au bout du chemin, quelques leçons politiques de ce grand inactuel. 

Vous trouverez  ci-joint la page et la quatrième de couverture de l’ouvrage (La soif de l’État_Skornicki).

Arnault Skornicki est maître de conférences en science politique à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense. Il est l’auteur de deux livres : L’Économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières (CNRS, 2011) et, avec Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques (La Découverte, 2015).

ATELIER “SOCIOLOGIE DES INTELLECTUELS ET DES ÉLITES : MÉTHODES ET APPROCHES THÉORIQUES”, EHESS, 2015-2016

HiSoPo vous informe du lancement de l’atelier “Sociologie des intellectuels et des élites: Méthodes et approches théoriques” co-organsié par Antoine Aubert, Mohamed Amine Brahimi et Amín Pérez.

Présentation

Cet atelier a pour ambition de se pencher sur l’histoire sociale des idées politiques et plus généralement sur la sociologie des intellectuels. La sociologie des intellectuels et des élites a connu au cours des quarante dernières années un renouveau considérable, comme en témoignent les travaux de nombreux auteurs tels que Pierre Bourdieu, Michèle Lamont, Randall Collins, etc.  Notre objectif sera, à travers les différentes interventions, d’apporter un regard spécifique et explicite sur les outils que nous apportent l’histoire, la sociologie et la science politique pour objectiver la production intellectuelle et les contraintes qui pèsent sur elle. Il s’agira également de s’intéresser aux différentes méthodes permettant d’analyser la circulation et la réception des idées au sein du champ intellectuel, mais également au-delà. Cet atelier doit permettre un bon fonctionnement des comparaisons entre disciplines afin de réfléchir sur les instruments d’étude ainsi que des objets et des contextes différents. Associée autant que possible aux intérêts des étudiants, chaque séance portera sur un thème déterminé.

Calendrier

L’atelier ce déroule le 1er et 3e vendredi du mois de 15 h à 17 h du 20 novembre 2015 au 18 mars 2016 – La séance du 04 décembre est avancée au 03 décembre en salle 1 et celle du 5 Février est déplacée aux 12 Février en salle 587.

20 novembre 2015: Sophie Noel, Maîtresse de conférence à l’Université Paris 13, « Spécificités de l’enquête en milieu intellectuel : l’exemple des éditeurs de critique sociale». (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

3 décembre 2015: Marco Santoro, Professeur de Sociologie à  l’Université de Bologna a « Gramsci and Bourdieu: sociology of a missed encounter», (salle 1, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris)

29 janvier 2016:  Boris Gobille, Maître de conférence de science politique à l’ENS de Lyon, Titre à venir,  (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR de Sciences Politique de Paris 1, salle G605, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris).

12 Février 2016: Paul Pasquali, sociologue chargé de recherche au CNRS (CURAPP-ESS, Amiens) : « Les ‘noms propres’ d’une entreprise collective: quelques réflexions sur les enquêtes de Jean-Claude Chamboredon » (salle 587 , 5ème étage. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

19 Février 2016: Juliette Rennes, Maîtresse de conférences à l’EHESS «Analyser des controverses et débats publics» (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

4 Mars 2016: Amzat Boukari-Yabara, Docteur associé au Centre d’études africaines (Ceaf, EHESS ), «Intellectuels et militants panafricanistes : entre groupe social et groupe de travail » (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris)

18 Mars 2016:  Eric brun, Chercheur associé au Centre européen de sociologie et de science politique de la Sorbonne (CESSP-Paris) « Faire la sociologie (historique) d’une “avant-garde”. Retour sur une enquête portant sur le mouvement situationniste (1950-1972) » (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

Adresses électroniques de contact : amine_brahimi@hotmail.ca; antoine.aubert21@gmail.com; aminperezv@gmail.com

Séminaire Ecclésiologie : éléments pour l’histoire d’une discipline, ENS de Lyon/EHESS, 2015-2016

HiSoPo vous informe de la tenue du séminaire “Ecclésiologie : éléments pour l’histoire d’une discipline (XVIII e -XX e s.) Érudition, sciences sociales, théories institutionnelles”, co-organisé par Frédéric Gabriel, Dominique Iogna-Prat et Alain Rauwel dans le cadre de l’EHESS, du CÉSoR (Centre d’études en sciences sociales du religieux),
du CNRS (Institut d’histoire de la pensée classique), de l’ENS de Lyon, et du Labex COMOD (Université de Lyon). En étudiant l’Église comme type de gouvernement, en abordant l’étude des théories institutionnelles, en refusant l’ecclésiologie confessionnelle au profit d’une approche historique et contextuelle, ce séminaire peut contribuer à faire de l’objet ecclésial un objet à part entière de l’histoire sociale des idées politiques. Vous trouverez ci-joint le texte de présentation et le programme de ce séminaire (Séminaire Ecclésiologie 2015-2016).

Avis de parution: Catherine Leclercq et al. (dir.), Bourdieu et les sciences sociales, La Dispute, 17 septembre 2015

HisoPo vous signale la parution de Bourdieu et les sciences sociales. Réception et usages, paru aux éditions La Dispute sous la direction de Catherine Leclercq, Wenceslas Lizé et Hélène Stevens. Cet ouvrage se spécifie par son caractère réellement pluri-disciplinaire et par le fait qu’il réunit des contributions de chercheurs de plusieurs générations, allant au-delà du premier cercle de ses collaborateurs et de ses élèves. Un autre intérêt est qu’il comprend par ailleurs une conférence inédite de Pierre Bourdieu, donnée à Chicago, le 8 avril 1989. De par la contribution majeure que représente les travaux Pierre Bourdieu dans l’élaboration d’une histoire sociale des idées politiques, notamment à travers la “science des œuvres” qu’il appelait de ses vœux, cet ouvrage ne peut que nourrir les réflexions au sein d’HiSoPo. Vous trouverez un texte de présentation sur la page web qui lui est consacrée sur le site de l’éditeur ainsi que ci-joint (LECLERCQ_Catherine_et_al_Bourdieu_et_les_sciences_sociales).

Avis de parution: “Le sens du socialisme”, revue Incidence, n° 11, automne 2015

HiSoPo vous  informe de la parution du numéro 11 de la revue Incidence intitulé “Le sens du socialisme. Histoire et actualité d’un problème sociologique”. L’intérêt de ce numéro est de poser la question du socialisme à travers ses liens avec la sociologie, articulant ainsi analyse d’une idéologie et d’un mouvement politique d’une part, et histoire des sciences sociales d’autre part. Vous trouverez le texte de présentation contenant la liste des auteurs et des contributions sur la page web qui lui est consacrée sur le site de la revue ainsi que ci-joint (Incidence_11_Sens_du_socialisme).

 

Séminaire “L’Église: un dictionnaire critique”, EHESS, 2015-2016

Un séminaire intitulé “L’Église: un dictionnaire critique” organisé par Dominique Iogna-Prat, Alain Rauwel et Frédéric Gabriel dans le cadre de l’EHESS, de l’EPHE, du CNRS (CÉSoR et IHPC), de l’ENS de Lyon, du Labex CoMod (Université de Lyon) vient d’être lancé pour l’année 2015-2016. Sur la forme, ce séminaire consiste en une entreprise critique sur la base d’un instrument à entrées multiples du type « dictionnaire ». Sur le fond, il s’agit de dépasser l’opposition entre les sciences des religions qui s’intéressent très largement au contenu, notamment doctrinal, théologique, des productions de l’Église, et les sciences sociales qui, bien souvent, s’intéressent davantage au contexte historique, politique, culturel dans lequel ces productions émergent, se diffusent et/ou sont reçues. C’est ce geste théorique là, analogue à celui qui se trouve au fondement de l’histoire sociale des idées politiques, geste de dépassement de l’opposition analyses internes/analyses externes et de critique de la pertinence même de cette opposition, qui fait qu’il nous a semblé pertinent de relayer cette information. Pour plus de précisions, vous trouverez ci-joint le programme détaillé communiqué par l’un des co-organisateurs du séminaire (Séminaire 2015-6, Dictionnaire Église).

Séance 1 : Le national-libéralisme. Analyse d’un hybride idéologique (4 décembre 2015)

La première séance du séminaire HiSoPo porte sur le thème “Le national-libéralisme. Analyse d’un hybride idéologique”. Elle a eu lieu le vendredi 4 décembre 2015 entre 14h00 et 16h45 à Sciences Po, 27 rue Saint-Guillaume 75007 Paris, salle 31.


Le national-libéralisme :
au-delà de la polémique, le concept

Jean-François Bayart (Directeur de recherche CNRS, Professeur au Graduate Institute, Genève & directeur de la chaire d’Études africaines comparées, UM6P, Rabat)


La communication est discutée par Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Chercheur associé au laboratoire Triangle, Lyon). La séance sera suivi de la première Assemblée générale fondatrice de HiSoPo.

Vous trouverez ci-joint le compte-rendu écrit de la séance: CR_Séance1_National-libéralisme_2015_12_04

Vous pouvez également écouter l’enregistrement audio de la séance ci-dessous.