Archives par mot-clé : Histoire sociale des idées politiques

Avis de parution: Bruno Quélennec, Retour dans la caverne. Philosophie, politique et religion chez le jeune Leo Strauss, Éditions Hermann, 2018

HiSoPo vous informe de la publication aux éditions Hermann d’un livre sur (le jeune) Leo Strauss, issu du travail de thèse de Bruno Quélennec : Retour dans la caverne. Philosophie, politique et religion chez le jeune Leo Strauss.

Retour dans la caverne

Présentation

Cet ouvrage propose une interprétation historico-critique de l’ensemble des écrits de jeunesse de Leo Strauss, ce personnage hautement controversé de la philosophie politique du xxe siècle. À travers une lecture philosophique et politique des textes du jeune Strauss sur Spinoza, Hobbes et Maïmonide, ce livre reconstruit la trajectoire de cet intellectuel atypique, allant de Nietzsche à Platon, du sionisme au néoconservatisme. En replaçant l’émergence de sa pensée dans le contexte des débats judéo-allemands de la République de Weimar, Retour dans la caverne apporte non seulement une perspective neuve dans les études straussiennes, mais invite également le lecteur à une réflexion sur la « question juive », symbole des contradictions de la modernité politique.

Bruno Quélennec est politiste, philosophe et germaniste. Il enseigne actuellement la philosophie politique et l’histoire des idées à Paris. Ses travaux portent notamment sur la pensée judéo-allemande du XIXe et XXe siècle.

Vous trouverez plus de détail sur le site de l’éditeur: http://www.editions-hermann.fr/5319-retour-dans-la-caverne.html

Avis de parution: Eddy Dufourmont (dir.), La circulation des textes politiques de Rousseau…, Lumières, 30, 2017

HiSoPo vous informe de la parution d’un numéro de revue dirigé par Eddy Dufourmont sur la circulation des textes politiques de Rousseau en Asie et dans les mondes arabe et turc.

http://www.pub-editions.fr/media/catalog/product/cache/1/image/0f396e8a55728e79b48334e699243c07/l/u/lumieres-30_1.jpg

Eddy Dufourmont (dir.), La circulation des textes politiques de Rousseau en Asie et dans les mondes arabe et turc, Lumières, 30, 2017. 196p.

 

Résumé

À l’heure où les idées démocratiques sont contestées dans plusieurs parties du monde, il n’est pas inutile de s’interroger sur la manière dont celles-ci se sont diffusées. Cette question, qui est sous-tendue par celle de la traduction des textes de la philosophie politique moderne, est un champ largement inexploré en Asie, notamment au sujet de Jean-Jacques Rousseau. Le présent numéro entend explorer la circulation des textes politiques du Citoyen de Genève dans une Asie comprise au sens le plus large, comprenant aussi bien la Chine et le Japon que les mondes arabe et turc, en passant par le Vietnam.
Dans tous les cas, l’objectif a été d’analyser la présence des textes politiques de Rousseau non pas comme le produit d’une réception, dans lequel la traduction serait un phénomène évident et mécanique, où les Asiatiques ne joueraient aucun rôle, mais bien comme celui d’une circulation, dans laquelle les intéressés prennent l’initiative et utilisent les textes dans des buts que le décalage entre texte original et traduction contribue à révéler. Ainsi, la circulation des textes politiques de Rousseau s’inscrit dans le phénomène de « transfert culturel », avec l’objectif de démocratisation.

Plus d’informations sur le site des Presses universitaires de Bordeaux: http://www.pub-editions.fr/index.php/nouveautes/la-circulation-des-textes-politiques-de-rousseau-en-asie-et-dans-les-mondes-arabe-et-turc-lumieres-30-4737.html

 

Avis de parution: Jean-Numa Ducange et Anthony Burlaud, Marx, une passion française, La Découverte, 26 avril 2018

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage co-dirigé par Jean-Numa Ducange et Anthony Burlaud sur la réception de Marx en France aux éditions La Découverte.

 

Résumé

En octobre 2017, une enquête montrait qu’un jeune Français sur deux rejetait l’idée selon laquelle « le mot communisme fait ancien, dépassé ». Plus d’un quart des sondés exprimait une opinion positive sur la « pensée de Karl Marx ».

Malgré la disparition de l’URSS, l’effondrement du Parti communiste, les séquelles laissées par le stalinisme et la doxa affirmant qu’« il n’y a pas d’alternative », le spectre de Marx hante toujours l’imaginaire français. Nul hasard à cela : la vie intellectuelle comme l’histoire politique de la France ont été durablement marquées par les présences multiples de Marx.

Deux siècles après la naissance de ce dernier, en 1818, cet ouvrage offre un éclairage historique et sociologique sur la façon dont la pensée de Marx a été reçue dans le contexte français, du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Il propose non pas une nouvelle interprétation de Marx, mais un décryptage des formes complexes qu’y a prises son œuvre.
Analysant la place et l’influence de Marx dans le débat intellectuel, politique et artistique français, de l’extrême gauche à la droite aronienne, et jusque dans le monde colonial francophone, les contributeurs de cet ouvrage proposent un regard singulier qui permet de comprendre les usages – et mésusages – d’une œuvre qui reste parmi les plus importantes de l’époque contemporaine.

Vous trouverez ci-joint le flyer de l’ouvrage avec notamment la table des matières: Couv_Ducange_Burlaud_réception_Marx

Avis de parution: Brigitte Gaïti et Johanna Siméant-Germanos (dir.), La consistance des crises. Autour de Michel Dobry, PUR, 5 avril 2018

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage co-dirigé par Brigitte Gaïti et Johanna Siméant-Germanos aux Presses universitaires de Rennes: La consistance des crises. Autour de Michel Dobry. Plusieurs chapitres, dont celui de Frédérique Matonti, concernent très directement l’histoire sociale des idées politiques.

 

 

Brigitte Gaïti et Johanna Siméant-Germanos (dir.), La consistance des crises. Autour de Michel Dobry, Presses universitaires de Rennes, collection Res Publica, 330 p., 24 €, en librairie le 5 avril 2018.

Brigitte Gaïti et Johanna Siméant-Germanos, coordinatrices de cet ouvrage, sont professeures de science politique, respectivement à l’Université Paris I (CESSP) et à l’Ecole normale supérieure (CMH). Le livre rassemble les contributions de Assia Boutaleb, Yves Buchet De Neuilly, Annie Collovald, Bruno Goyet, Jean-Philippe Heurtin, Brian Jenkins, Lilian Mathieu, Frédérique Matonti, Violaine Roussel, Carole Sigman, Zeev Sternhell, Frédéric Vairel et Sebastiao Velasco e Cruz.

Sommaire

Brigitte Gaïti, Johanna Siméant-Germanos : Introduction. Saisir la consistance des crises

Bruno Goyet : Le « grand récit de France », récit idéologique de l’extrême droite française

Brian Jenkins : L’historiographie du 6 février 1934. Michel Dobry et les dynamiques relationnelles des crises politiques

Zeev Sternhell : La grande pitié de « la thèse immunitaire »

Jean-Philippe Heurtin : Un épisode de la querelle des universaux. Dobry critique de Passeron sur la possibilité d’une connaissance nomologique en sciences sociales

Assia Boutaleb et Violaine Roussel : Comment le monde vacille ou tient ? Liaisons et ruptures intersectorielles

Frédérique Matonti : Histoire sociale des idées politiques, crises politiques et catégories de perception

Sebastião Velasco e Cruz : Crises et quasi crises. Réflexions sur la sociologie des crises politiques de Michel Dobry, à partir de l’expérience historique brésilienne

Carole Sigman : Jeux pervers et charme discret de la planification. Les transformations de la gestion de l’économie dans l’URSS de Khrouchtchev (1962-1964)

Yves Buchet de Neuilly : Février 2012 et l’élargissement de l’Union européenne à la Serbie. Coups imbriqués et connexions d’enjeux

Annie Collovald : Filiation, précédent : quelle continuité dans les mobilisations petit-patronales ? Quelques hypothèses sur les relations du CIDUNATI au poujadisme

Lilian Mathieu : Les vertus du point de vue relationnel. Le cas de l’extrême droite radicale contemporaine

Frédéric Vairel : Les formes autolimitées de l’action collective : sur le fonctionnement de l’espace protestataire marocain

Brigitte Gaïti, Johanna Siméant-Germanos : Conclusion

Entretien avec Michel Dobry

Colloque « Anarchisme et sciences sociales », Université de Lille 2, 23-24 mars 2018

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque « Anarchisme et sciences sociales » organisé par Sidonie Verhaeghe et Samuel Hayat (CERAPS/Université de Lille) les vendredi 23 et samedi 24 mars 2018​.
Samuel Hayat – Science politique – Mouvement ouvrier, démocratie, socialisme
Les deux journées auront lieu à la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de l’Université Lille 2 (1, place Déliot 59000 Lille).

Avis de parution: « Actualité de l’histoire sociale des idées politiques » , Raisons politiques, n° 67, août 2017

HiSoPo vous informe de la parution du n° 67 de la revue Raisons politiques intitulé « Actualité de l’histoire sociale des idées politiques » co-dirigé par Frédérique Matonti et Mathieu Hauchecorne

Résumé:

Les idées politiques sont-elles des faits sociaux comme les autres ? Comment sont-elles produites et comment circulent-elles ? Comment sont-elles mobilisées au sein des luttes sociales et politiques ? Alors qu’en France l’analyse de la pensée politique est longtemps restée en marge des renouvellements qu’elle a connus en Angleterre et en Allemagne ces dernières décennies, ce dossier revient sur le récent développement d’une histoire sociale des idées politiques dans la science politique française.

Les articles qui le composent donnent à voir une histoire sociale en acte des idées politiques. Au-delà de cette actualité disciplinaire, les articles. Centrés sur les quatre dernières décennies, ils ne limitent par leurs points d’entrée à la philosophie et au droit, mais considèrent aussi comment les sciences humaines et sociales, les controverses publiques, les savoirs militants ou l’expertise ont pu transformer la manière dont nous parlons du politique et le pensons. Les thèmes abordés – marxismes et reconfigurations intellectuelles de la gauche française, néo-libéralisme et projet européen, Internet et propriété intellectuelle, etc. – démontrent avec éclat ce que l’histoire sociale des idées peut nous apprendre du monde actuel.

Sommaire:

Frédérique Matonti, Retour au concept : le structuralisme des Cahiers pour l’analyse

Antoine Aubert, Multitudes : aux origines d’une revue radicale

Ariane Revel, Les Révoltes logiques, un cas de recomposition intellectuelle et militante dans l’après-68

Kevin Brookes, Un « libéralisme scientifique » contre les gauches. La réception du néo-libéralisme américain en France dans les années 1970

Mathieu Hauchecorne, Un néo-personnalisme transatlantique ? La lecture par Paul Ricoeur des philosophies rawlsienne et post-rawlsienne

Jean-Michel Chahsiche, Les intermédiaires dans la fabrique des idées économiques. L’économie aux Éditions Maspero et La Découverte au tournant des années 80

Karim Fertikh, L’Europe sociale au ras du sol. Sociologie des pratiques ordinaires d’interprétation du traité de Rome

Anne Bellon, Le hacker et le professeur. Mise en débat de la propriété intellectuelle aux États-Unis

Parcours de recherche :

Entretien avec Quentin Skinner, « Nous sommes peut-être beaucoup moins libres que nous le pensons »

 

Lancement de la revue Biens symboliques/Symbolic Goods, 10 novembre 2017

HiSoPo vous informe du lancement d’une nouvelle revue : Biens symboliques/Symbolic Goods [BS/SG], revue interdisciplinaire, bilingue, en ligne et en accès libre. Vous en trouverez une présentation sur le site : http://www.bssg.univ-paris8.fr/fr/index.html

La revue accueille des propositions d’article en varia pour tous ces numéros (articles qui, au terme d’une évaluation en double aveugle, seront traduits en anglais). Toutes les approches disciplinaires et méthodologiques sont les bienvenues, pourvu que les thèmes traités correspondent au périmètre de la revue. Ainsi, n’hésitez pas à nous proposer des textes et à faire circuler dans vos réseaux notre appel à articles permanent.
 
Le premier numéro, qui comprend notamment un dossier intitulé « Artistes ordinaires » et une table ronde autour de l’ouvrage Le Savant et le populaire, paraîtra très prochainement. Le sommaire est disponible ici : http://www.bssg.univ-paris8.fr/fr/sommaire.html

A l’occasion de cette parution, la revue organise le vendredi 10 novembre 2017 une journée de rencontres et de débats, à l’Hôtel de Ville de Paris. Le thème de cette journée se situe au cœur du projet général de la revue : « Traduire/Transposer. Autour de la circulation transnationale des biens symboliques ». 

Vous trouverez le programme ici : Programme_BSSG_2017_11_10. L’accès à l’Hôtel de Ville (5 rue de Lobau) étant sur inscription, il convient de remplir ce framapad: http://www.framadate.org/bssg

http://biens-symboliques.net


Avis de publication: « La réanalyse au service de l’histoire sociale des idées politiques », Recherches qualitatives, 2017

J’ai le plaisir de vous annoncer la publication de mon dernier article « La réanalyse au service de l’histoire sociale des idées politiques. Retour d’enquête sur deux revues de parti : La Revue socialiste et La Nouvelle Critique » paru dans la revue québecoise Recherches qualitatives en juin 2017. Fruit d’une enquête menée dans le cadre de l’ANR réAnalyse, cet article s’insère dans le numéro hors-série n° 21 « La réanalyse des enquêtes qualitatives à l’épreuve de l’expérimentation » coordonné par Sophie Duchesne. Vous y trouverez ainsi les restitutions d’expériences de réanalyse menées par des collègues sur différentes enquêtes, terrains et objets et selon différentes approches méthodologiques et techniques.

 

Résumé

Cet article interroge les apports de la réanalyse à l’histoire sociale des idées politiques en montrant ce que la réanalyse des entretiens réalisés respectivement par Émeric Bréhier et Frédérique Matonti apporte à l’étude des revues intellectuelles en milieu partisan. En tant que réutilisation de données d’autres chercheurs, elle permet d’une part de compléter les archives écrites par les sources orales et, d’autre part, de donner un accès – indirect mais réel – à des terrains inaccessibles ou disparus. En tant que nouvelle analyse cette fois, elle permet d’interroger les mêmes matériaux à partir de nouvelles questions de recherche, d’exploiter des sources orales peu, voire jamais utilisées ou encore de prendre en compte l’effet enquêteur dans le contexte de l’enquête.


L’article est téléchargeable en intégralité et gratuitement sur le site Internet de la revue Recherches qualitativeshttp://www.recherche-qualitative.qc.ca/documents/files/revue/hors_serie/HS-21/rq-hs21-t-rioufreyt.pdf Il en est de même de l’ensemble du numéro ici: http://www.recherche-qualitative.qc.ca/revue/les-collections/hors-serie-les-actes/

Avis de soutenance: David Copello, « L’usage politique des droits de l’Homme… », CEVIPOF, 22 septembre 2017

HiSoPo vous informe de la soutenance de thèse de David Copello qui aura lieu à 14h dans les locaux du CEVIPOF au 98 rue de l’Université, salle Annick Percheron (au sous-sol). La soutenance sera suivie d’un pot, vers 17h30 ou 18h a priori. Outre la présentation ci-dessous, vous pouvez télécharger ici le résumé de la thèse (Résumé_thèse_David_Copello) ainsi que le sommaire (Sommaire_thèse_David_Copello).

 

L’usage politique des droits de l’Homme : trajectoires militantes et répertoires discursifs des nouvelles gauches argentines (1971-2012)

Vendredi 22 septembre 2017 à 14h

Centre de Recherches Politiques de Sciences Po (CEVIPOF)

98 rue de l’Université, 75007 Paris

Salle Annick Percheron (au sous-sol)

 

Jury :

  1. Olivier Compagnon, Professeur des Universités en histoire, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Institut des hautes études de l’Amérique latine (codirecteur)
  2. Gil Delannoi, Directeur de recherche FNSP-CEVIPOF (codirecteur)
  3. Mme Marina Franco, Investigadora Independiente du CONICET, Profesora de Historia, Universidad Nacional de San Martín, Argentine
  4. David Garibay, Professeur des Universités en science politique, Université Lumière Lyon 2
  5. Razmig Keucheyan, Professeur des Universités en sociologie, Université de Bordeaux (rapporteur)

Mme Justine Lacroix, Professeure ordinaire de science politique, Université Libre de Bruxelles (rapporteure)

Résumé

Cette recherche explore l’articulation entre les « nouvelles gauches » révolutionnaires et les mobilisations argentines pour les droits de l’Homme à partir des années 1970. Mobilisant archives et entretiens, elle se situe entre sociologie politique et histoire des idées politiques pour reconstruire la trajectoire militante d’un collectif informel d’acteurs et en analyser les répertoires discursifs.

La première partie met en évidence le rôle pionnier joué par les nouvelles gauches dans l’émergence des droits de l’Homme comme référence du discours militant en Argentine au début des années 1970. On assiste alors à un processus d’hybridation discursive mêlant radicalité politique et recours à un lexique juridique, dans un contexte de dictature.

La deuxième partie montre comment, malgré la domination d’une conception libérale des droits de l’Homme, la spécificité de ce discours radical se préserve suite au retour à l’État de droit à partir des années 1980. Il se précise alors via une série de mises à l’épreuve (procès des juntes, incrimination du militantisme révolutionnaire, attaque d’un régiment militaire par un groupe de gauche armée).

La troisième partie, enfin, souligne le fait que l’usage actuel de certaines notions (« génocide », « 30 000 disparus ») relatives au récit de la dictature ne peut être compris que s’il est réinscrit dans les trajectoires étudiées au préalable, lesquelles produisent des significations sui generis. Le répertoire discursif contemporain des droits de l’Homme révolutionnaires est en ce sens tributaire d’une longue évolution, qui rend compte de la fondation d’un nouveau sens commun radical démocrate au sein de la gauche argentine.

Colloque HiSoPo: « Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan », Paris, Sciences Po, 23-24 mai 2017

 

Colloque HiSoPo


Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan

23-24 mai 2017

Colloque organisé par Thibaut Rioufreyt en partenariat avec le laboratoire Triangle UMR 5206 et Sciences Po


Le colloque est articulé autour de quatre sessions réparties sur deux jours :

 

SESSION 1: LES USAGES DES IDÉES EN MILIEU PARTISAN : RÔLES ET VALEURS

Dans cette première session, les communications présentées portent plus spécifiquement sur les usages des idées en milieu partisan, c’est-à-dire le rôle qu’elles remplissent, les fonctions que les acteurs leur attribue mais aussi la valeur accordée aux idées dans l’économie générale des pratiques partisanes.

SESSION 2 : LA PRODUCTION DES IDÉES PARTISANES AU-DELÀ DES FRONTIÈRES ORGANISATIONNELLES

La seconde session sera consacrée à la présentation de communications ayant en commun de montrer combien l’étude de la production/appropriation des idées politiques implique souvent d’aller au-delà des frontières partisanes proprement dites, qu’il s’agisse de les resituer dans leur milieu partisan (avec notamment l’externalisation d’une partie du travail intellectuel) ou dans une configuration inter-partisane, dans le cas où une idée est l’objet de concurrences entre différentes formations politiques.

SESSION 3 : QUELLES IDÉES ÉTUDIER DANS LE PARTI ?

Dans cette troisième session, les communications présentées ont pour point commun de prendre pour focale d’analyse l’étude d’un secteur du dispositif de production partisane ou d’une partie des idées mobilisées dans le parti, qu’il s’agisse de l’économie, de l’écologie ou de l’international.

SESSION 4 : LES REPRÉSENTATIONS, ENTRE FORME ET CONTENU

La quatrième et dernière session est consacrée à l’étude des idées partisanes proprement dites, en montrant notamment combien l’étude de leur forme sémiotique (discursive le plus souvent mais qui peut être également iconographique) peut contribuer à la fois à mieux en saisir le sens mais également les appropriations multiples à la fois au sein du parti, au sein d’un champ politique national et entre différents pays.


Vous pouvez télécharger le livret-programme au format PDF : http://www.afsp.info/pdf.php?id=3432&_wpnonce=2b71af2041

Entrée libre mais inscription obligatoire avant le 22 mai 2017 via le formulaire en ligne :
https://fr.surveymonkey.com/r/hisopo230517

Séance 8: Histoire sociale des idées juridiques (5 mai 2017)

La huitième et dernière séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée « Histoire sociale des idées juridiques » aura lieu le vendredi 5 mai 2017. L’événement sera l’occasion d’écouter deux interventions:

  • Soulef Ayad-Bergounioux (historienne) : La Révolution : un concept juridique ?

Les deux communications seront discutées par Frédéric Audren (Directeur de recherche au CNRS et chercheur au CEE, Directeur scientifique de l’École de droit) &  Yves Palau (maître de conférences HDR en sciences politiques, université Paris-Est Créteil/LIPHA).

La séance aura lieu le 5 mai de 10h à 13h, à Sciences Po Paris, 28 rue des Saints-Pères, Salle H405.

Séance 7 : Histoire sociale des idées écologistes (7 avril 2017)

La septième séance du groupe HiSoPo pour l’année 2016-2017 intitulée « Histoire sociale des idées écologistes » aura lieu le 7 avril 2017. L’événement sera l’occasion d’écouter l’intervention de:

Fabrice Flipo (MCF en philosophie, Université Paris Diderot/LCSP): « L’écologie politique, ni droite ni gauche ? »

Cette communication sera discutée par Bruno Villalba (PR de science politique, AgroParisTech/CERAPS).

La séance aura lieu le vendredi 7 avril 2017, entre 14h et 17h au 13 rue de l’Université 75007 Paris, en Salle du Conseil.

Avis de soutenance: Bastien Amiel, « La tentation partisane. Le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire… », Université Paris Ouest Nanterre, 28 mars 2017

HiSoPo vous informe que Bastien Amiel soutiendra sa thèse le mardi 28 mars, à 9h15, à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Bâtiment F, salle 141. Elle sera suivie d’un pot.


LA TENTATION PARTISANE

Le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire : une entreprise politique en construction entre  » Libération  » et  » Guerre Froide « 

 

Sous la direction de Bernard Pudal, Professeur de science politique à l’université Paris Nanterre


JURY DE THÈSE

 

Monsieur Eric Agrikoliansky

Professeur de Science politique, Université Paris-Dauphine/P.S.L., I.R.I.S.S.O.

Monsieur Philippe Gottraux

Maître d’enseignement et de recherche en Sciences sociales et politiques, Institut d’études politiques, historiques et internationales de Lausanne, C.R.A.P.U.L.

Monsieur Rémi Lefebvre

Professeur de Science politique, Université Lille 2, C.E.R.A.P.S., Rapporteur

Madame Gisèle Sapiro

Directrice de recherche, C.N.R.S., Directrice d’études, Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, C.E.S.S.P.

Madame Anne Simonin

Directrice de recherche, C.N.R.S., C.E.S.P.R.A., rapporteure

RÉSUMÉ

En combinant une sociologie historique du politique et des rapports entre intellectuels et le champ politique, cette thèse revient sur la création et les quelques mois d’activité du Rassemblement Démocratique Révolutionnaire. Créé en février 1948 par des écrivains et journalistes, des parlementaires de la S.F.I.O. et des militants syndicalistes et politiques, le R.D.R. devait rassembler autour d’un discours de refus du positionnement en fonction de l’alternative entre les « blocs » atlantistes et soviétiques. Il s’agissait pour un certain nombre de ses membres exerçant une profession intellectuelle d’inventer une position au sein du champ politique.

A partir d’une biographie collective du groupe, complétée par une sociographie, ce travail met en évidence les particularités sociales de son recrutement et les positions qu’occupaient ses membres en 1948. La perméabilité entre les champs politiques et de production des biens symboliques permet d’expliquer la tentation partisane collective au principe de la création du Rassemblement.

L’étude précise de la mobilisation en train de se faire montre que les multiples tentatives d’institutionnalisation du groupe se heurtent finalement à l’impossible stabilisation d’un répertoire de l’action collective. Tout se passe comme si la mobilisation autour du R.D.R. n’était aboutit que pour ses membres intellectuels et qu’à défaut de constituer une entreprise politique légitime, ce parti avait surtout fonctionné comme un « intellectuel collectif ». La réinscription de l’engagement au sein du R.D.R. dans une histoire longue des rapports entre champ politique et de production des biens symboliques souligne comment la conjoncture spécifique allant de la libération du territoire au début de la « guerre froide » a rendu possible une telle tentative de subversion des frontières symboliques au sein du champ du pouvoir.

En renonçant à une analyse univoque du RDR comme un « échec », ce sont les enjeux liés à l’intervention politique des intellectuels que ce travail donne à voir.

 

Deadline dépôt propositions de communications, colloque « Des idées et des partis », 16 janvier 2017

Pour rappel, la deadline pour les dépôts des propositions de communications pour le colloque « Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées politiques » que j’organise dans le cadre du groupe de projet HiSoPo est fixée au 16 janvier 2017. L’événement aura lieu à Sciences Po Paris les 23-24 mai 2017.

Vous trouverez ci-joint l’appel à communications (aac-des-idees-et-des-partis). Vous trouverez toutes les informations utiles en accédant au site dédié spécialement à ce colloque. Voici le lien : https://ideespartis2017.sciencesconf.org/ N’hésitez pas à relayer l’information dans vos propres réseaux et auprès de vos collègues, labos, doctorants, etc.

ST3: « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées? », Montpellier, Congrès AFSP, 10-12 juillet 2017

HiSoPo a le plaisir de vous annoncer la publication du programme de la section thématique « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées politiques? »(ST3) dans le cadre du prochain Congrès de l’Association française de science politique (AFSP) qui aura lieu à Montpellier les 10-12 juillet 2017. Cette section thématique est co-organisée par Mathieu Hauchecorne et Isabelle Gouarné dans le cadre du groupe de projet HiSoPo.


CONGRÈS DE L’ASSOCIATION FRANÇAISE DE SCIENCE POLITIQUE

Montpellier, 10-12 juillet 2017

*****

Section thématique 3

Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées ?

How can a historical sociology of ideas deal with political traditions?

Section thématique présentée par le Groupe de projet HiSoPo, Histoire sociale des idées politiques

(Thibaut Rioufreyt, Arnault Skornicki)

Responsables scientifiques 

Isabelle Gouarné (CNRS, CURAPP)

Mathieu Hauchecorne (Université Paris 8, CRESPPA-LabToP)

isabelle_gouarne@hotmail.com ; mhauchecorne@univ-paris8.fr


Mercredi 12 juillet

Matinée

Introduction (Isabelle Gouarné, Mathieu Hauchecorne)

La construction des traditions politiques

Discutants : Christophe Le Digol (Université Paris Ouest Nanterre, ISP) ; Bernard Pudal (Université Paris Ouest Nanterre, CRESPPA-CSU)

* Yves Palau (Université Paris-Est Créteil, LIPHA). Du club des jacobins au « jacobinisme », naissance d’une tradition politique à la fin du XVIIIe siècle

* Sidonie Verhaeghe (Université Lille 2, CERAPS). Les commémorations de l’anniversaire de la mort de Louise Michel : permanences et variations d’une tradition militante

* Antoine Aubert (Université Paris 1, CESSP). Le luxemburgisme en France : une difficile « mise en tradition »

* Karim Fertikh (IEP Strasbourg, SAGE, Centre Georg Simmel). Mises en doctrine du socialisme. Une perspective socio-historique sur les processus de construction des doctrines politiques

* Marie-Pierre Wynands (Université Jules Verne de Picardie, CURAPP). Heur(t)s et malheurs d’une labellisation politique : socio-histoire de la « démocratie chrétienne » en France

* Antony Burlaud (Université Paris 1, CESSP). La guerre des deux gauches a-t-elle eu lieu ? La tradition de la « deuxième gauche » et la dynamique politique du premier septennat Mitterrand

*****

Après-midi

Introduction (Thibaut Rioufreyt, Arnault Skornicki)

Les traditions politiques, entre nationalisation et universalisation

Discutant : Thomas Brisson (Université Paris 8, CRESPPA-LabTop)

* Fabien Carrié (Université Paris Ouest Nanterre, ISP). D’un universel à l’autre : l’internationalisation de la tradition politique antivivisectionniste à la fin du XIXe siècle

* Anemona Constantin (Université Paris Ouest Nanterre, ISP). Usages du « nationalisme » dans une polémique intellectuelle des années 1990

* Eve Gianoncelli (Université Paris 8, CRESPPA-GTM). La négritude. La construction d’une tradition entre culture, politique et genre

L’histoire sociale des idées politiques à l’épreuve des traditions

Discutant : David Smajda (Université Paris Est Créteil, LIPHA)

* Julie Le Mazier (Université Paris 1, CESSP). Des soixante-huitards « conseillistes » ? De l’hypothèse d’une tradition à l’histoire des investissements symboliques de formes d’organisation contestataires

* Jean-Michel Chahsiche (Université Paris 1, CESSP). Du passé, faisons table rase ? Les économistes marxistes aux éditions Maspero et La Découverte

* Rafaël Cos (Université Lille 2, CERAPS). Parti socialiste, socialisme parti ? Faire la sociologie des idées d’un parti sans appétence doctrinale


Vous trouverez en format PDF l’appel à communications ci-joint: aac_st3 ainsi que le programme: programme_st3_congres_afsp_2017_07_10_12