Archives par mot-clé : Histoire politique

Colloque « Le Siècle de Du Pont de Nemours », Paris II Panthéon-Assas, 14-15 décembre 2017

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque « Le Siècle de Du Pont de Nemours (1739-1817). Politique, droit et histoire, co-organisé par Anthony Mergey et Arnault Skornicki et qui se tiendra à Paris II Panthéon-Assas  les 14-15 décembre prochains.  Voici le programme détaillé des deux journées:

Le siècle de Du Pont de Nemours (1739-1817). Politique, droit et histoire

Lieu : Salle des Conseils – Université Paris II Panthéon-Assas

12, place du Panthéon, Paris 5e

Jeudi 14 décembre

8h30 – Accueil des participants

9h00 – Allocution d’ouverture et remerciements

9h05 – Intervention de Valérie LACROUTE, députée-maire de Nemours

Intervention d’un représentant de Du Pont France

Intervention de David COLE, directeur exécutif du Hagley Museum and Library

9h15 – Anthony MERGEY et Arnault SKORNICKI : Propos introductifs

Action publique, bonheur privé

Présidence-discussion : Anne VERJUS

9h45 – Julia ABRAMSON : Vie publique et vie privée : affaires et famille chez du Pont de Nemours & Cie.

10h10 – Linda et Marsha FREY : Pierre-Samuel Dupont de Nemours: Father and Mentor

10h35-10h55 – Discussion

10h55-11h15 – Pause

Entre ordre public et droits de l’homme

Présidence-discussion : Julien VINCENT

11h15 – Sébastien LE GAL : Dupont de Nemours et le maintien de l’ordre public

11h40 – Thérence CARVALHO : Abolir la contrainte par corps : le combat du jurisconsulte Dupont de Nemours

12h05 – Annie LECHENET : Propriété, vote, instruction du peuple : quelques éléments de la pensée politique de Dupont de Nemours comparée à celle de Jefferson

12h30-13h00 – Discussion

13h00-14h45 – Déjeuner – Appartement décanal

Du Pont administrateur et réformateur

Présidence-discussion : Christophe Le Digol

14h45 – Loïc CHARLES : Pierre Samuel Du Pont et la haute administration du commerce (1774-1792)

15h10 – Jean-Baptiste MASMEJAN : Dupont de Nemours et la question hospitalière: un éclairage des enjeux sanitaires à la fin du XVIIIème siècle

15h35 – Thomas OUTIN : Les idées fiscales de Dupont de Nemours et leurs filiations avec  les réformes de l’Ancien Régime

16h00-16h30 – Discussion

16h45 – Fin de la première journée

20h00 – Diner de gala

Vendredi 15 décembre

9h15 – Accueil des participants

Le rêve américain de Du Pont

Présidence-discussion: Manuela ALBERTONE

9h45 – Aya TANAKA : Pontiana: Du Pont’s Physiocratic Dream in America

10h10 – Gabriel SABBAGH : Dupont de Nemours, coauteur des Lettres d’Abraham Mansword (1771-1772) et critique (1773-1789) de De Lolme : le modèle politique anglais confronté avec une Amérique rêvée

10h35-10h55 – Discussion

10h55-11h15 – Pause

Diplomatie, colonies et relations internationales

Présidence-discussion : Liana VARDI

11h15 – Antonella ALIMENTO : Les traités de commerce et l’émergence d’une économie politique de la paix : Dupont de Nemours diplomate et négociateur du traité d’Eden et du renouvellement du Pacte de Famille (1786-1790)

11h40 – Alfred STEINHAUER : Sur l’intérêt bien entendu des nations éclairées : la correspondance entre Thomas Jefferson et Dupont de Nemours à propos de l’affaire de la Louisiane

12h05 – SimonaPISANELLI : Dupont de Nemours : colonies, esclavage, croissance économique

12h30-13h00 – Discussion

13h00-14h45 – Déjeuner-Cocktail – Appartement décanal

15h00 – Fin du colloque

Les participants

Julia ABRAMSON, professeure associée en littérature, Université d’Oklahoma

Manuela ALBERTONE, professeure d’histoire moderne, Université de Turin

Antonella ALIMENTO, professeure d’histoire moderne, Université de Pise

Thérence CARVALHO, maître de conférences en histoire du droit, Université Jean Moulin Lyon 3

Loïc CHARLES, professeur d’économie, Université de Paris 8 et Ined

Linda FREY, professeure d’histoire, Université du Montana

Marsha FREY, professeure d’histoire, Université de l’État du Kansas State

Éric GOJOSSO, professeur d’histoire du droit, Université de Poitiers

Valérie LACROUTE, députée-maire de Nemours

Annie LECHENET, maîtresse de conférences honoraire en philosophie, Université Claude Bernard Lyon

Christophe LE DIGOL, maître de conférences en science politique, Université Paris Nanterre

Sébastien LE GAL, professeur d’histoire du droit, Université Grenoble Alpes

Jean-Baptiste MASMEJAN, doctorant contractuel en histoire du droit, Université Jean Moulin Lyon 3

Anthony MERGEY, professeur d’histoire du droit, Université Paris II Panthéon-Assas

Thomas OUTIN, doctorant en histoire du droit, Université Paris II Panthéon-Assas

SimonaPISANELLI, post-doc chercheure en histoire, Université de Salento

Gabriel SABBAGH, professeur émérite de mathématiques, Université Paris Diderot

Arnault SKORNICKI, maître de conférences en science politique, Université Paris Nanterre

Alfred STEINHAUER, enseignant à l’Université Ouverte de la Grèce, chercheur à l’Universite Panteion

Aya TANAKA, professeure adjointe, NYU-Stern School of Business

Liana VARDI, professeure d’histoire moderne, Université de Buffalo, SUNY

Anne VERJUS, directrice de recherche au CNRS, NYU

Julien VINCENT, maître de conférences en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne


Avec le soutien de :

Institut d’Histoire du droit (UMR 7184) de l’université Paris II Panthéon-Assas

Institut des Sciences Sociales du Politique (UMR 7220) de l’université Paris Nanterre

École doctorale d’histoire du droit, philosophie du droit et sociologie du droit (ED 8) de l’Université Paris II Panthéon-Assas

Mission de recherche Droit et Justice

Hagley Museum and Library

Du Pont France

Toutes les informations sur le colloque sont disponibles sur la plateforme Sciencescon.org à partir de ce lien: https://dupont2017.sciencesconf.org/

Image en ligne

 

AAC colloque « Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire », deadline: 30 mars 2017

HiSoPo a le plaisir de vous informer du lancement du colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours co-organisé par Anthony Mergey, Professeur d’histoire du droit, Université Paris II Panthéon-Assas – Institut d’Histoire du Droit (UMR 7184) et Arnault Skornicki, Maître de conférences en science politique, Université Paris Ouest Nanterre – Institut des Sciences sociales du Politique (UMR 7220). Ce colloque co-organisé par l’Université Paris II Assas, l’ISP et HiSoPo aura lieu les 14-15 décembre 2017.


Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire

Colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours

14-15 décembre 2017

Lieu : Salle des Conseils – Université Paris II Panthéon-Assas (12, place du Panthéon, Paris 5e).


 ARGUMENTAIRE

Pierre-Samuel Dupont de Nemours (1739-1817) appartient à cette galerie de personnages qui présentent la particularité d’avoir été des acteurs de la France d’avant 1789 et de celle d’après 1789. Connu pour son appartenance à la « secte des économistes », il apparaît comme l’un des principaux propagandistes de la doctrine économique des physiocrates, qui a contribué à jeter les fondements du libéralisme. Or, si la pensée et les propositions du physiocrate économiste ont majoritairement attiré le regard des chercheurs comme le prouvent les nombreux travaux en la matière, d’autres facettes de Dupont de Nemours restent encore à explorer et à mettre à perspective. C’est notamment le cas des idées qu’il a défendues et des actions qu’il a menées dans le domaine politique.

Comme chacun de ses comparses qui a vécu ces deux moments – avant 89, après 89 –, la trajectoire de Dupont de Nemours est marquée par des permanences et des variations dans certains de ses engagements et positions politiques qui se reflètent notamment dans ses écrits à la fois nombreux et protéiformes (ouvrages, articles, rapports, mémoires, correspondance…). Plutôt que de céder à l’hypothèse facile de l’opportunisme, il apparaît plus prudent d’identifier les repositionnements du personnage en fonction des fluctuations de la conjoncture politique, extrêmement mobile dès les années 1780. Quoi qu’il en soit, il ne fait nul doute que les idées et les actions politiques imprègnent la vie – parfois romanesque (romancée ?) – de Dupont de Nemours. Un rappel de quelques étapes importantes de cette vie suffit pour s’en convaincre.

À la fin des années 1760 et au cours de la décennie suivante, en physiocrate assumé, Dupont de Nemours se fait le chantre d’une monarchie régénérée qui reposerait sur les préceptes du despotisme légal. Un tel positionnement idéologique le conduit alors à vanter les mérites, sur le plan de l’organisation administrative, d’un système de municipalités autonomes alors qu’il est devenu le bras droit du contrôleur général Turgot. Sa volonté de réformer les institutions attire la curiosité des princes éclairés (le roi de Suède Gustave III, le margrave de Bade Charles-Frédéric et le roi de Pologne Stanislas Poniatowski) auprès desquels il est appelé à exercer ses talents. En 1783, il est associé par Vergennes à la confection du traité qui reconnaît les treize colonies libres, indépendantes et souveraines, formant les États-Unis, ce qui lui vaut d’être anobli par Louis XVI l’année suivante. En 1786, il contribue également à la préparation du traité de commerce avec l’Angleterre. En 1787, année durant laquelle il fait la connaissance de Thomas Jefferson avec qui il entretiendra une importante correspondance, Dupont de Nemours conseille et guide le ministre Calonne dans son projet de création d’assemblées provinciales, ce qui ne l’empêche pas de promouvoir quelques mois plus tard, dans un contexte politique et intellectuel nouveau, une monarchie tempérée dans laquelle la nation est appelée à occuper une place stratégique. Membre depuis la fin de l’année 1788 de l’influente Société des Trente, il participe activement à la rédaction des doléances du tiers état du bailliage de Nemours, dont il sera l’un des représentants aux États généraux. Le basculement révolutionnaire lui permet de devenir député de l’Assemblée nationale constituante et de se montrer très actif au cours de son mandat, tout en manifestant une entière fidélité à Louis XVI et un soutien assumé à la monarchie constitutionnelle, jusqu’à sa disparition en 1792. Après la parenthèse de la Terreur et quelques jours d’emprisonnement, il est élu député du Loiret au Conseil des Anciens où il prend une part importante à tous ses travaux et se distingue surtout par ses critiques à l’encontre du Directoire. Après le coup d’État du 18 fructidor, il est de nouveau emprisonné quelque temps à cause de ses sympathies royalistes et échappe de peu à la déportation. À la fin de l’année 1799, il décide de s’exiler aux États-Unis. Dès l’année suivante, Jefferson, qui est devenu vice-président, lui demande de rédiger un plan d’éducation publique pour les États-Unis. En 1802, de retour en France, il joue un rôle officieux et déterminant dans les relations diplomatiques franco-américaines, à propos de la cession de la Louisiane. Opposé à la politique de l’empereur, il se consacre alors à ses travaux scientifiques, tout en s’intéressant toujours de très près à la politique américaine. Après avoir été secrétaire puis vice-président de la Chambre de commerce de Paris entre 1803 et 1810, il est nommé secrétaire du gouvernement provisoire en 1814 puis rentre au Conseil d’État sous la première Restauration. Or, l’épisode des Cent-Jours le contraint à repartir aux États-Unis où, à peine arrivé, il propose ses services au président Madison. Il décède en 1817 à Wilmington (Delaware), dans la propriété familiale fondée par son fils Éleuthère Irénée.

Appréhender la pensée et l’action politiques de Dupont de Nemours à travers ces multiples facettes (journaliste, conseiller des princes, des ministres, des présidents, négociateur, diplomate, député…) soulève une multitude de questions que cette manifestation se propose d’aborder, et qui visent à la fois à éclairer un aspect méconnu du personnage et approfondir certaines de ses idées ou entreprises.

Les propositions devront de préférence porter, d’une part, sur la période postérieure au décès de François Quesnay et à la dispersion de la « secte physiocratique », soit du ministère Turgot à l’exil américain ; et, d’autre part, sur les questions d’ordre politique, constitutionnelles, diplomatiques, administratives, historiques… Les organisateurs souhaitent que celles-ci soient abordées, dans la mesure du possible, non seulement sous un angle comparatiste, avec pour cadre les États européens ou les États-Unis, mais aussi sous un angle interdisciplinaire, afin de confronter la vision des historiens du droit, des politistes, des historiens des lettres, des juristes, des sociologues, etc.

Parmi les thèmes rarement traités en profondeur, voici quelques pistes, sans exhaustivité aucune :

–    Dupont, penseur et acteur du droit public : droits de l’homme, nature du régime politique idéal, droit constitutionnel (organisation des pouvoirs, souveraineté, hiérarchie des normes, processus de création de la loi…), administration territoriale et locale, fiscalité et finances publiques…

–    Dupont et le monde atlantique : la révolution américaine, les institutions américaines et la vie politique ; la question coloniale…

–    Dupont diplomate et penseur des relations internationales : le traité de Versailles de 1783, le traité franco-britannique de 1786, le Pacte de Famille, la cession de la Louisiane…

–    Entre vie privée et vie publique : si le « sentimentalisme » de Dupont a déjà été relevé, il pourrait être prolongé par l’étude de ses idées sur les liens entre la vie familiale, la sensibilité et la production des idées, et éclairé par sa manière de vivre lui-même une forme de porosité entre l’homme public et l’homme privé.

–    Dupont et le patriotisme, Dupont et la religion, Dupont historien…


Les propositions de communication doivent être déposées de préférence sur le site du colloque: https://dupont2017.sciencesconf.org dans la rubrique « Déposer une communication » ou envoyées par mail aux organisateurs : anthony.mergey@u-paris2.fr et askornicki@u-paris10.fr, avant le 30 mars 2017. Merci de joindre une présentation succincte de la communication envisagée avec indication des sources (2500 signes maximum espaces compris) avec son titre et un court curriculum vitae.

Colloque inaugural du Centre européen d’études républicaines, ENS Ulm, 24-25 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque inaugural du Centre européen d’études républicaines qui aura lieu à Paris les 24-25 novembre 2016, à l’ENS d’Ulm. Ces deux jours d’échanges visent à permettre à des spécialistes d’histoire, d’histoire des idées, de philosophie, de science politique ou de sociologie politique de se retrouver sur un terrain qui a fait l’objet de profonds renouvellements au cours des dernières années et dont les enjeux théoriques et pratiques sont évidents.

Deux tables rondes animées par Le Monde des Livres et France Culture seront ouvertes le soir et permettront des discussions plus informelles.  Lentrée est absolument libre pour ces deux tables rondes et lors des autres sessions, sauf lors des deux matinées du jeudi et du vendredi en raison de la présence de la Ministre et du Président de la République: il faut pour ces matinées s’inscrire sans trop tarder, si vous le souhaitez, à l’adresse suivante: modernitesrepublicaines@gmail.com
Vous trouverez le programme détaillé des deux journées auxquelles participent plus sieurs membres d’HiSoPo ici : programme_cedre_2016_11_24_25

AAC JE internationale: « Les années 1970 en Europe : un tournant transnational des cultures politiques ? », Rome, deadline: 30 octobre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communications pour une journée d’études internationale, à Rome les 25 et 26 mai 2017, sur « Les années 1970 en Europe ».

Journée d’études internationale
Les années 1970 en Europe : un tournant transnational des cultures politiques ?
Rome, 25-26 -mai 2017

La question autour de laquelle tournera la journée d’études concerne un concept et une périodisation : si l’on accepte le postulat que la seconde moitié du XXe siècle a été marquée par des formes de « transnationalisation » des cultures politiques européennes, les années 1970 ont-elles ou non représenté un tournant dans ce phénomène majeur ?

La réponse ne va pas de soi. Ces dernières années, les recherches en sciences sociales ont surtout mis l’accent sur les effets politiques de la mondialisation/globalisation et de l’accélération de l’intégration européenne à partir des années 1980-1990, tandis que les historiens insistaient sur le caractère transnational des mouvements de contestation des années 1960. Le quarantième anniversaire de 1968 a ainsi été l’occasion d’une floraison de rencontres et de publications sur le 68 « global », renouant sur des bases solides avec l’intuition précoce du « soulèvement mondial de la jeunesse » (George Paloczy-Horvath). La décennie 1970, écrasée entre ces deux temps forts des bouleversements contemporains, semble avoir été négligée, du moins dans cette perspective. Pourtant, cette séquence présente un certain nombre de caractères spécifiques qui méritent de retenir l’attention. Si les premières années de la décennie s’inscrivent incontestablement dans le prolongement des « années 1968 » ou du « long 68 », et plus largement, dans les derniers feux de la grande croissance engagée au lendemain de la guerre – malgré des déséquilibres déjà sensibles -, le grand retournement de tendance rendu manifeste à l’occasion du premier choc pétrolier de 1973 inaugure un long cycle de crises et de recompositions, économiques et sociales, mais aussi politiques et culturelles, dont nous sommes peut-être pas véritablement sortis. Quoiqu’il en soit, il n’est pas illégitime de faire de l’année 1979 le terme provisoire et commode de cette période charnière : le deuxième choc pétrolier, l’intervention soviétique en Afghanistan et la crise des euromissiles, la première élection du Parlement européen au suffrage universel et la victoire de M. Thatcher en Grande-Bretagne, donnent déjà le ton des années 1980.

Il s’agira d’abord de se demander si, au cours de cette « longue » décennie (disons 1968-1979, en gardant une certaine souplesse chronologique selon les thèmes abordés), on a pu observer la constitution de réseaux transnationaux, des phénomènes de circulation d’idées, de personnes, de symboles (de la « rose au poing » du PS français à la flamme tricolore du MSI italien, en passant par le logo danois « nucléaire ? non merci !»), qui auraient traduit une « transnationalisation » des cultures politiques de différents pays ou y auraient contribué. Pour cela, on s’intéressera aussi bien aux structures partisanes qu’aux mouvements sociaux, syndicats, associations et ONG issus de la « société civile » – dans la mesure où ils posent des questions politiques ou se posent eux-mêmes en acteurs « politiques » –, aux grandes formations parlementaires qu’aux « mouvances » informelles et aux marges (« autonomes » en France, mouvement de 1977 en Italie, alternatifs), à la naissance de fédérations transnationales à l’occasion de l’élection européenne de 1979 dans l’éventualité où elles ne se limiteraient pas à de simples accords d’états-majors, qu’aux expériences avortées (eurocommunisme, tentative de regroupement des Partis socialistes d’Europe du Sud…) ou aux prodromes d’une « transnationalisation » de formes partisanes nationales (Partito radicale italien).

La seconde question que nous souhaitons voir placer au cœur de la journée d’études est de savoir si et dans quelle mesure les cultures politiques européennes des années 1970 ont élaboré des concepts, des utopies, des symboles, comportant dans leur vision la fin de l’horizon national et si, dans ce travail, elles ont puisé dans les élaborations intellectuelles/expériences politiques des autres pays: par exemple, la prééminence des droits de l’homme face aux États et le droit d’ingérence humanitaire ; la notion de fin de l’État-nation et l’idée de l’avènement d’une société européenne − voire mondiale − traversée par les mêmes problèmes et défis (environnement et qualité de la vie, contrôle des multinationales, désarmement, migrations, place du travail, participation démocratique à la base, reconnaissance des « différences », etc.) ; la mise en avant de nouveaux clivages transnationaux tels que la question des femmes.

La réponse à ces questions n’est pas nécessairement positive : il y a sans doute eu aussi des processus, des développements contraires à la « transnationalisation », qui ont pu représenter un recul par rapport à la décennie précédente. La journée s’intéressera aussi à la mise en question et en perspective de la notion de transnationalisation des cultures politiques.

Enfin, la journée d’étude est centrée sur l’analyse des cultures politiques de l’Europe de l’Ouest (étant donné la persistance de la guerre froide à cette période, entre détente et regel), mais bien évidemment la transnationalisation concernera aussi la circulation d’idées, de personnes, de pratiques politiques, venues de l’autre côté du rideau de fer, culturellement plus poreux qu’auparavant (dissidence tchécoslovaque, Soljenitsyne, « modèle autogestionnaire yougoslave ») et, bien entendu, des États-Unis (de la « seconde révolution américaine » célébrée en 1972 en France par J.-F Revel comme « modèle » de la future révolution mondiale aux prodromes de la « révolution conservatrice » néolibérale).

Lieu : Université Luiss-Guido Carli, Rome.

Dates : Jeudi 25 et vendredi 26 mai 2017.

Langues de travail : Français et anglais.

Comité scientifique : Lucia Bonfreschi (Luiss-Guido Carli, Rome), Frank Georgi (CHS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Giovanni Orsina (Luiss-Guido Carli, Rome), Benoît Tadié (Institut français Italia, Ambassade de France à Rome)

Modalités de soumission des propositions :

Les propositions de contributions à la journée devront parvenir avant le 30 octobre 2016 à la fois à Lucia Bonfreschi : lbonfreschi@gmail.com et à Frank Georgi : amef@dbmail.com.

Chaque proposition devra contenir (un seul document, en format pdf ou bien word ou rtf) :

–        Le nom et l’institution de rattachement ;

–        Le titre et un résumé de 2500 signes environ (espaces compris) de la proposition, en français ou en anglais ;

–        Un bref CV (une page maximum).

Les résultats de la sélection seront communiqués à la mi-décembre 2015.

Pour les intervenants sélectionnés, les frais d’hébergement (pour une nuit) à Rome et de voyage (dans les limites du budget) seront pris en charge par les organisateurs.

Après le colloque, les organisateurs prévoient de retenir une partie des interventions pour publication. Pour cette raison, l’un des principaux critères de sélection sera l’originalité des propositions.