Archives par mot-clé : Histoire intellectuelle

Avis de parution : Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme, Publications de la Sorbonne, 4 mai 2015

Est paru le 4 mai 2015 aux Publications de la Sorbonne un ouvrage de Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme. Vous trouverez le lien vers la page de présentation sur le site de l’éditeur (Présentation_Wilhelm_Röpke_l’autre_Hayek_éditeur) ainsi que ci-joint la présentation du livre (PrésentationWilhelmRöpkel’autreHayek). Cet ouvrage concerne HiSoPo a double titre. D’une part, de par son contenu, il est une contribution utile à l’étude de la genèse et de l’histoire du néo-libéralisme. En déplaçant le regard vers d’autres « pères fondateurs » que Friedrich von Hayek ou Ludwig von Mises, en s’intéressant au rôle spécifique des intellectuels émigrés d’origine germanique, il permet de rompre avec le « démon des origines » (Marc Bloch) et de prendre au sérieux l’étude des processus de circulation transnationale des idées néo-libérales. D’autre part, de par la méthode employée, il réinterroge à nouveaux frais la question des apports d’une biographie contextualisée à l’étude des idéologies politiques. Ce qui paraît le plus éloigné, la micro-analyse du parcours biographique d’un homme et le macranthrope que constitue l’idéologie, qui plus est le néo-libéralisme tant il influe sur nos vies, se trouve réuni dans cette étude de manière à la fois rigoureuse et originale.

Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme, Publications de la Sorbonne, Paris, mai 2015, 576 p.

Avis de parution: A. Skornicki et J. Tournadre, “La nouvelle histoire sociale des idées politiques”, La Découverte, 2 avril 2015

Est paru en librairie le 2 avril 2015 aux éditions La Découverte dans la collection « Repères » un ouvrage consacré à « La nouvelle histoire sociale des idées politiques » co-écrit par Arnault Skornicki et Jérôme Tournadre. Nous ne pouvons que nous réjouir de la parution de ce manuel dont le besoin se fait sentir depuis plusieurs années, notamment à des fins d’enseignement. Vous trouverez le lien vers le site de l’éditeur (Présentation_ouvrage_La Découverte) ainsi que ci-joint la présentation du livre et la table des matières (La nouvelle histoire des idées politiques). À noter également la parution de deux compte-rendus de ce livre, le premier dans le dernier numéro de la Revue française de science politique (RFSP) par Manuel Cervera-Marzal1, le second sur le carnet hypothèses Lire les sciences sociales par Louis Pinto (CR_Nouvelle_HSIP_LSS). Au-delà de l’intérêt réel de son contenu, cet ouvrage marque sans doute un pas supplémentaire vers la constitution de l’histoire sociale des idées politiques comme champ d’étude à part entière et a contribué à cet égard à la constitution d’HiSoPo.

1 Manuel Cervera-Marzal, « Skornicki (Arnault), Tournadre (Jérôme), La nouvelle histoire des idées politiques. », Revue française de science politique, vol. 65, no 3, juin 2015, pp. 515‑516.

Arnault Skornicki & Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, coll. “Repères”, mai 2015, 128 p.

Appel à participer à HiSoPo

Depuis leur lancement en 2012, l’Association française de science politique (AFSP) entend grâce à ses groupes de projet encourager la création de regroupements interinstitutionnels d’enseignants-chercheurs, de réseaux de proximité entre chercheurs français et étrangers, juniors et seniors, travaillant sur une même question mais n’ayant pas toujours la possibilité, dans leurs contextes professionnels respectifs, de se rencontrer dans le cadre d’un espace de recherche spécifique qui soit suffisamment structuré sur la durée pour permettre une élaboration collective originale, tant du point de vue des problématiques que des méthodes. Parmi ces groupes, HiSoPo (Histoire sociale des idées politiques) est l’un des quatre groupes de projet AFSP retenu pour la période 2015-20171.

Comme son nom l’indique, l’histoire sociale des idées politiques n’est pas affaire de solitaire, tant il paraît impossible de tenir seul tous les maillons de la chaîne de production et de circulation des idées politiques. Ainsi, la relative double ignorance, notamment, des philosophes et des spécialistes de théorie politique sur les conditions socio-historiques de formation et de transformation des concepts, et des sociologues et politistes sur les replis et les subtilités des débats, des argumentations et des agencements conceptuels, ne peut être surmontée que par un investissement éminemment collectif. Le groupe HiSoPo se conçoit donc comme un authentique laboratoire de transactions et de traductions : non pour suivre les injonctions à l’interdisciplinarité et de l’internationalisation, ni seulement pour confronter différentes perspectives disciplinaires et traditions « nationales », mais pour élaborer ensemble un programme méthodologique qui, à défaut d’être entièrement neuf ou révolutionnaire, aura pour ambition d’être cohérent et articulé à une série de travaux et de terrains précis. Pour que la division du travail ne soit pas synonyme de cloisonnement, mais de coopération active et réfléchie entre social scientists, philosophes, historiens et littéraires – pour ne citer qu’eux.

Le groupe HiSoPo appelle donc tous les chercheurs intéressés à ces questions, quel que soit leur statut, à rejoindre cet collectif et à suivre ces différentes activités. Tout au long de ces deux années, avec un séminaire mensuel, des journées d’études et des colloques, mais aussi avec un site internet dédié aux question de méthode en histoire sociale des idées politiques, il ne manquera pas d’occasions d’échanger et de consolider des liens entre disciplines, écoles, individualités. Nous espérons ainsi que cette entreprise pourra être pérennisée au-delà de ces deux années.

Enfin, le groupe HiSoPo ne connaît pas de limite temporelle ou géographique a priori : l’histoire du temps présent ne sera pas systématiquement préférée à celle des périodes moderne, antique ou médiévale ; la France et l’Europe, au reste du monde ; la politique légitime des élections, des souverains, des partis, des philosophes et des États, à celle, souvent plus cryptée, des sciences dites objectives, des groupes populaires réputés dépolitisés, de la presse apparemment non politique.

1 Toutes les informations sur le fonctionnement des groupes de projet de l’AFSP sur le portail web http://www.afsp.info/gp/. Portail où vous pourrez également retrouver les archives des groupes de projet 2012-2015.