Archives par mot-clé : Droits de l’Homme

Avis de soutenance: David Copello, “L’usage politique des droits de l’Homme…”, CEVIPOF, 22 septembre 2017

HiSoPo vous informe de la soutenance de thèse de David Copello qui aura lieu à 14h dans les locaux du CEVIPOF au 98 rue de l’Université, salle Annick Percheron (au sous-sol). La soutenance sera suivie d’un pot, vers 17h30 ou 18h a priori. Outre la présentation ci-dessous, vous pouvez télécharger ici le résumé de la thèse (Résumé_thèse_David_Copello) ainsi que le sommaire (Sommaire_thèse_David_Copello).

 

L’usage politique des droits de l’Homme : trajectoires militantes et répertoires discursifs des nouvelles gauches argentines (1971-2012)

Vendredi 22 septembre 2017 à 14h

Centre de Recherches Politiques de Sciences Po (CEVIPOF)

98 rue de l’Université, 75007 Paris

Salle Annick Percheron (au sous-sol)

 

Jury :

  1. Olivier Compagnon, Professeur des Universités en histoire, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Institut des hautes études de l’Amérique latine (codirecteur)
  2. Gil Delannoi, Directeur de recherche FNSP-CEVIPOF (codirecteur)
  3. Mme Marina Franco, Investigadora Independiente du CONICET, Profesora de Historia, Universidad Nacional de San Martín, Argentine
  4. David Garibay, Professeur des Universités en science politique, Université Lumière Lyon 2
  5. Razmig Keucheyan, Professeur des Universités en sociologie, Université de Bordeaux (rapporteur)

Mme Justine Lacroix, Professeure ordinaire de science politique, Université Libre de Bruxelles (rapporteure)

Résumé

Cette recherche explore l’articulation entre les « nouvelles gauches » révolutionnaires et les mobilisations argentines pour les droits de l’Homme à partir des années 1970. Mobilisant archives et entretiens, elle se situe entre sociologie politique et histoire des idées politiques pour reconstruire la trajectoire militante d’un collectif informel d’acteurs et en analyser les répertoires discursifs.

La première partie met en évidence le rôle pionnier joué par les nouvelles gauches dans l’émergence des droits de l’Homme comme référence du discours militant en Argentine au début des années 1970. On assiste alors à un processus d’hybridation discursive mêlant radicalité politique et recours à un lexique juridique, dans un contexte de dictature.

La deuxième partie montre comment, malgré la domination d’une conception libérale des droits de l’Homme, la spécificité de ce discours radical se préserve suite au retour à l’État de droit à partir des années 1980. Il se précise alors via une série de mises à l’épreuve (procès des juntes, incrimination du militantisme révolutionnaire, attaque d’un régiment militaire par un groupe de gauche armée).

La troisième partie, enfin, souligne le fait que l’usage actuel de certaines notions (« génocide », « 30 000 disparus ») relatives au récit de la dictature ne peut être compris que s’il est réinscrit dans les trajectoires étudiées au préalable, lesquelles produisent des significations sui generis. Le répertoire discursif contemporain des droits de l’Homme révolutionnaires est en ce sens tributaire d’une longue évolution, qui rend compte de la fondation d’un nouveau sens commun radical démocrate au sein de la gauche argentine.

Annonce 3 contrats doctorats en théorie politique, Université Libre de Bruxelles,

HiSoPo vous informe de la publication d’un appel à candidatures pour trois bourses doctorales qui émane du Centre de Théorie Politique (CTP) de l’Université Libre de Bruxelles. Vous trouverez ci-joint le document en langue anglaise (Three Doctoral Scholarships 2017) et française (Trois_bourses_doctorales_2017).


TROIS BOURSES DOCTORALE 2017-2021


Le Centre de théorie politique de l’Université libre de Bruxelles offre, du 1 er octobre 2017 au 30 septembre 2021, trois bourses de doctorat dans le cadre du projet de recherche « Pourquoi Lefort compte ». Un résumé du projet se trouve ci-dessous. Le descriptif complet du projet peut être obtenu sur demande auprès de la secrétaire du Centre de théorie politique, Béatrice Vandenabeele
(bvdabeel@ulb.ac.be). Si nécessaire, des renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès de la porte-parole du projet, Justine Lacroix (jlacroix@ulb.ac.be).

Les candidats doivent être titulaires d’un master en science politique ou en philosophie (ou diplômes apparentés) à la date de début du contrat. Ils doivent faire parvenir avant le 1er juin 2017 au secrétariat du Centre de théorie politique (bvdabeel@ulb.ac.be) un curriculum complet (y compris les relevés de notes) et un projet de recherche doctoral de trois pages maximum. Ce projet de thèse doit impérativement s’inscrire dans au moins un des axes du projet de recherche « Pourquoi Lefort compte ». Les candidats retenus disposeront d’une bourse de 4 ans d’environ 1700 euros net/mois, d’un bureau partagé à l’ULB, d’un ordinateur et d’un budget pour leurs voyages et achats de livres. Ils doivent s’engager à résider à Bruxelles pour participer aux activités du Centre de théorie politique et devront assurer une charge d’enseignement (un séminaire de 24h/ an).


Pourquoi Lefort « compte »
Projet de recherche 2016-2021

Claude Lefort (1924-2010) peut être considéré comme un des principaux penseurs politiques de la fin du XXe siècle. Cependant, la littérature secondaire à son sujet demeure curieusement mince, notamment dans le monde non francophone. En dehors de quelques cercles, qui ont conscience du rôle « matriciel » de son œuvre, son triple apport à l’histoire des idées contemporaines, à la théorie de la démocratie et à la compréhension des enjeux actuels reste sous-estimé, voire ignoré. L’objectif de ce projet de recherche, qui combine histoire conceptuelle et théorie normative, est de pallier cette lacune. Ce projet n’a pas pour but de se livrer à une exégèse des écrits de Lefort ni de réaliser une biographie intellectuelle de ce dernier. Il s’agit plutôt de traiter l’œuvre de Lefort comme une « clé d’entrée » pour atteindre quatre objectifs.

Rendre compte de la complexité de l’histoire intellectuelle récente de la France

Deux dimensions se présentent ici. D’une part, l’apport conceptuel et historique de la pensée de Lefort a nourri un courant de pensée porté par l’exigence d’une démocratie dite « intégrale » ou « radicale », irréductible aux critiques libérales ou conservatrices du socialisme. D’autre part, la lecture proposée par Lefort lui-même d’un certain nombre d’auteurs du XIXe siècle permet une nouvelle compréhension de la pensée politique française dans son rapport à la Révolution.

Dessiner une forme de républicanisme soucieux d’une mise en forme du social

L’œuvre de Lefort, qui refuse de penser le lien de l’individuel et du social sur le mode d’une dichotomie et reste fidèle à l’idée machiavélienne de la positivité politique du conflit social, pourrait ouvrir la voie à une forme de républicanisme qui évite le rabattement du politique sur l’État-nation sans dénier pour autant le poids du social.

Penser l’articulation entre droits de l’homme et politique dans le monde contemporain

L’objet de ce volet de la recherche est de mettre à l’épreuve la capacité des réflexions de Lefort à fournir une pensée de la démocratie et des droits qui ne participe ni de l’utopie d’une auto-création du peuple dans son pouvoir constituant ni d’un libéralisme du marché dissociant les droits de l’autonomie politique.

Évaluer la pertinence du concept de totalitarisme pour analyser les enjeux actuels

Si la notion de totalitarisme reste aujourd’hui une arme rhétorique dans le débat public, que ce soit pour affirmer l’irréversibilité des acquis du libéralisme ou pour dénoncer la montée du terrorisme religieux, elle n’est pourtant plus guère interrogée par la théorie politique. Quelle est la pertinence des analyses élaborées par Lefort dans les années 1970 face au phénomène nazi puis soviétique pour appréhender les enjeux contemporains ?