Archives par mot-clé : Argentine

Avis de soutenance: David Copello, “L’usage politique des droits de l’Homme…”, CEVIPOF, 22 septembre 2017

HiSoPo vous informe de la soutenance de thèse de David Copello qui aura lieu à 14h dans les locaux du CEVIPOF au 98 rue de l’Université, salle Annick Percheron (au sous-sol). La soutenance sera suivie d’un pot, vers 17h30 ou 18h a priori. Outre la présentation ci-dessous, vous pouvez télécharger ici le résumé de la thèse (Résumé_thèse_David_Copello) ainsi que le sommaire (Sommaire_thèse_David_Copello).

 

L’usage politique des droits de l’Homme : trajectoires militantes et répertoires discursifs des nouvelles gauches argentines (1971-2012)

Vendredi 22 septembre 2017 à 14h

Centre de Recherches Politiques de Sciences Po (CEVIPOF)

98 rue de l’Université, 75007 Paris

Salle Annick Percheron (au sous-sol)

 

Jury :

  1. Olivier Compagnon, Professeur des Universités en histoire, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Institut des hautes études de l’Amérique latine (codirecteur)
  2. Gil Delannoi, Directeur de recherche FNSP-CEVIPOF (codirecteur)
  3. Mme Marina Franco, Investigadora Independiente du CONICET, Profesora de Historia, Universidad Nacional de San Martín, Argentine
  4. David Garibay, Professeur des Universités en science politique, Université Lumière Lyon 2
  5. Razmig Keucheyan, Professeur des Universités en sociologie, Université de Bordeaux (rapporteur)

Mme Justine Lacroix, Professeure ordinaire de science politique, Université Libre de Bruxelles (rapporteure)

Résumé

Cette recherche explore l’articulation entre les « nouvelles gauches » révolutionnaires et les mobilisations argentines pour les droits de l’Homme à partir des années 1970. Mobilisant archives et entretiens, elle se situe entre sociologie politique et histoire des idées politiques pour reconstruire la trajectoire militante d’un collectif informel d’acteurs et en analyser les répertoires discursifs.

La première partie met en évidence le rôle pionnier joué par les nouvelles gauches dans l’émergence des droits de l’Homme comme référence du discours militant en Argentine au début des années 1970. On assiste alors à un processus d’hybridation discursive mêlant radicalité politique et recours à un lexique juridique, dans un contexte de dictature.

La deuxième partie montre comment, malgré la domination d’une conception libérale des droits de l’Homme, la spécificité de ce discours radical se préserve suite au retour à l’État de droit à partir des années 1980. Il se précise alors via une série de mises à l’épreuve (procès des juntes, incrimination du militantisme révolutionnaire, attaque d’un régiment militaire par un groupe de gauche armée).

La troisième partie, enfin, souligne le fait que l’usage actuel de certaines notions (« génocide », « 30 000 disparus ») relatives au récit de la dictature ne peut être compris que s’il est réinscrit dans les trajectoires étudiées au préalable, lesquelles produisent des significations sui generis. Le répertoire discursif contemporain des droits de l’Homme révolutionnaires est en ce sens tributaire d’une longue évolution, qui rend compte de la fondation d’un nouveau sens commun radical démocrate au sein de la gauche argentine.