Sophie MARCOTTE CHÉNARD

Titulaire d’une maîtrise en philosophie de l’Université d’Ottawa, Sophie Marcotte Chénard effectue un doctorat en philosophie politique à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et rédige une thèse sous la direction de Pierre Manent au Centre d’études sociologiques et politiques Raymond- Aron (CESPRA). Ses recherches doctorales, soutenues par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, portent sur les relations entre la philosophie politique contemporaine et l’histoire, et en particulier sur le rapport entre l’historicisme et la rationalité politique dans la pensée de Leo Strauss et de Raymond Aron. Elle débutera un Postdoctoral Fellowship au département de science politique de l’Université de Toronto en décembre 2015. Ses recherches porteront sur la méthodologie historique et la conception de la temporalité historique chez Reinhart Koselleck, de même que sur les usages de la Begriffsgeschichte en philosophie politique. Ses intérêts de recherche incluent de manière plus générale les théories interprétatives et les méthodes en histoire des idées politiques dans les contextes anglo-saxon et allemand, la pensée politique française contemporaine ainsi que la théorie allemande de l’histoire et la philosophie des sciences sociales des XIXe et XXe siècles. Elle est notamment l’auteure de « Le contextualisme de Quentin Skinner à l’épreuve du cas Machiavel » (Methodos. Savoirs et textes, 2013) et de « Qu’est-ce qu’une œuvre de pensée ? Réflexions sur l’art de lire lefortien » (Politique & Sociétés, 2015).

Pour plus de détails sur son CV et une liste exhaustive de ses publications et conférences, voir son profil Academia.

Groupe de recherche sur l'histoire sociale des idées politiques