D’ARGY Roland

Roland D’Argy est doctorant en science politique au CERAPS, Université Lille 2.

Sa thèse cherche à interroger la genèse et la diffusion au sein des partis politiques de la gauche radicale européenne de l’idée d’écosocialisme. Elle s’oriente vers l’étude à l’échelle européenne de partis souvent en dissidence (récente ou ancienne) vis-à-vis de la social-démocratie traditionnelle, qui se positionnent contre le consensus « social-libéral » perçu comme dominant, s’opposent à la « financiarisarion » de l’économie et cherchent à médiatiser les Nouveaux Mouvements Sociaux (tels que l’Altermondialisme ou les luttes écologistes) au sein du champ politique (New Politics). Cette gauche en cours de redéfinition organisationnelle l’est aussi sur le plan doctrinal. Elle cherche souvent à se distinguer du marxisme traditionnel (remise en cause du productivisme et de ses effets sur les écosystèmes, thématiques « post-matérialistes », critique du consumérisme…) en fonction des possibilités de reconversion offertes par les espaces politiques nationaux. Ne pouvant plus compter sur un vote de classe massif auparavant structuré par les grands partis qu’ont été les partis communistes, l’« écologisation » de ses corpus doctrinaux constitue une des réponses induites.

Son travail tentera de répondre aux questions suivantes (liste non-exhaustive) : de quels ressorts procède l’écologisation croissante des corpus idéologiques de ces partis ? Quelle stratégie électorale est poursuivie ? De quelles contraintes internes et externes constitue-t-elle le produit ? Quelles reformulations des doctrines traditionnelles implique-t-elle ? Quelles retraductions ou hybridations génère-t-elle ? Quelles transactions avec le champ intellectuel ou universitaire rendent possible cette conversion ? Quels auteurs canoniques de l’écosocialisme sont enrôlés ? De quelles tensions est-elle constitutive ? Comment cet aggiornamento se manifeste-t-il au niveau des militants (intériorisation de nouvelles normes et de nouveaux référents) ? Il s’agit donc à la fois de comprendre ces processus au sein de contextes nationaux différenciés mais aussi d’étudier la circulation internationale de l’écosocialisme et ses vecteurs (organisations européennes, publications, colloques, « passeurs »…).

Groupe de recherche sur l'histoire sociale des idées politiques