Archives de catégorie : Billets

Call for Papers: Concepta Research Seminar “Comparing the Concepts of Representation”, deadline: 15 September 2016

HiSoPo vous informe du présent appel à publications pour des journées d’étude qui se tiendront à Paris les 18 et 19 novembre 2016 sur le thème “Comparing the Concepts of Representation”, organisées par le projet Civic Constellation, le réseau Concepta, le projet ANR-DFG CLAIMS et le groupe de projet de l’AFSP HiSoPo. Centrées sur l’histoire conceptuelle comparée, ces journées sont ouvertes à toutes les contributions pouvant éclairer la diversité dans le temps et l’espace des usages du concept de représentation.

Call for Papers

CONCEPTA RESEARCH SEMINAR
Comparing the Concepts of Representation

SciencesPo, Paris, Friday 18 and Saturday 19 November 2016

Organized by the Civic Constellation II project, Concepta: International Research School in Conceptual History and Political Thought, the CLAIMS project (ANR-DFG) and HiSoPo (AFSP)

Representation is a core concept in modern politics. Since the revolutions of the 17th and 18th century, representation has become the main principle organizing and legitimizing political systems. Social movements themselves are based on representation – of workers, of women, of minorities – as are aesthetics, linguistics or psychology. As a result of this centrality, the concept of representation can be hard to grasp; ubiquitous, its meaning is deeply contentious.

It is ever more so the case as we enlarge the scope of analysis from English to other languages. While in English or in French a single signifier, representation or représentation, can refer to several signified (incarnation, delegation, mental images, pictorial or theatrical reproduction and so on), Italian distinguishes between rappresentazione and rappresentanza, German between Repräsentation, Vertretung, Darstellung and Vorstellung, for example. And this is not to mention non-European languages, in which sometimes the Western concept of representation was imported (such as daibiao in Chinese).

Facing this plurality and ambiguity of meanings, several strategies are possible: one is exemplified by Hanna Pitkin’s 1967 seminal work, The Concept of Representation, which delineates a single concept of representation – admittedly offering a range of interpretations – as ‘the making present in some sense of something which is nevertheless not present literally or in fact’. While useful in political philosophy, this approach can lead to historical misconceptions. The purpose of this seminar is more aligned with another classic work, namely, Hasso Hofmann’s 1974 Repräsentation. Studien zur Wort- und Begriffsgeschichte von der Antike bis ins 19. Jahrhundert. Accordingly, we intend to explore the plurality of ways in which the concept of representation is used in the languages of politics.

This Research Seminar will bring together scholars from different disciplines at all stages of their career to provide the first elements for a comparative history of political representation. As such, while the focus of the contributions will not necessarily be strictly linguistic and can include institutions and practices, authors will nonetheless be expected to take into account the discursive dimension of the studied phenomenon and to expose and discuss the meanings of the concept of representation in the context(s) of their study. Even if there is no preferred geographical or temporal setting, we will consider very favourably papers that study political representation in non-European areas.

Keynote lectures will be delivered by Dr. Rochana Bajpai (SOAS, University of London) and Prof. Yves Sintomer (Paris 8 University, IUF).

Language: English – no attendance fee.

To apply please send your paper proposal in a Word file, of up to 500 words, before 15 September 2016 to both convenors: Samuel Hayat, CNRS/CERAPS (samuel.hayat@univ-lille2.fr) and José María Rosales, University of Málaga (jmrosales@uma.es).

To prepare the sessions debates, enlarged abstracts/outlines/papers of up to 1500 words should be sent to both convenors by 28 October 2016.

 

JE: Atelier HiSoPo, 1ères Doctoriales de l’AFSP, Paris, Sciences Po, 22 juin 2016

Hisopo organise un atelier doctorial dans le cadre des 1ères journées doctoriales de l’Association française de science politique qui aura lieu le 22 juin dans les locaux de Sciences Po à l’adresse suivante: 9 rue de la Chaise 75007 Paris (M° Sèvres-Babylone ou Rue du Bac).

Logo_hisopo_AFSP


Comité d’organisation

Samuel Hayat (Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Lille) & Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Chercheur associé au laboratoire Triangle, Lyon)


Texte de présentation

La science politique française a longtemps accordé une place centrale aux idées : non seulement elle comptait l’histoire des idées politiques comme l’une de ses plus nobles composantes, mais plus généralement elle tendait à privilégier l’étude des faits politiques par les idées et les idéologies. Aujourd’hui, force est d’admettre que ce constat n’est plus valable. Contre les approches privilégiant l’explication de la réalité politique par les « idées », de nombreux travaux se sont attachés à l’étude des pratiques et des propriétés sociales des acteurs et ont privilégié l’analyse des logiques organisationnelles, des relations entre les groupes et leur environnement social, des ressorts individuels et collectifs de l’engagement ou encore des répertoires d’action. Ce tournant sociologique de la science politique s’est opéré notamment en rupture avec l’histoire classique des idées politiques, tenue pour une sous-discipline enfermée dans un corpus canonique de « grands » auteurs (de Platon à Rawls), et dans l’étude de grandes idéologies largement déconnectée de leurs conditions de production et de circulation ; sous-discipline qui s’est, de surcroît, longtemps tenue à l’écart des innovations étrangères (Cambridge School, sémantique historique allemande…). Cependant, plus récemment, une série de travaux ont tenté de réinvestir le terrain des idées avec les instruments des sciences sociales et politiques, pour une bonne part sous la bannière de « l’histoire sociale des idées politiques »1. Le syntagme, à défaut d’être encore tout à fait un programme, a le mérite de lever l’opposition entre sciences sociales et histoire des idées, et de prendre aux sérieux les idées sans souscrire à l’idéalisme.

Si l’histoire sociale des idées politiques n’est pas un programme de recherche constitué, plusieurs éléments s’articulent pour en former les coordonnées théoriques et méthodologiques :

– Une extension du corpus : ne pas s’intéresser seulement aux auteurs canoniques de la pensée politique ou aux « grandes » théories mais aussi aux productions d’autres acteurs que les intellectuels et d’autres objets idéels que les théories politiques.

– Dépasser l’opposition entre analyse interne/analyse externe des textes, dans un souci de s’intéresser non seulement au contexte discursif et au contexte politique mais au contexte social qui à un moment donné rend possible l’émergence, la diffusion ou la réception d’une idée politique.

– Documenter les processus concrets par lesquels les idées politiques jouent un rôle propre dans la construction et la transformation de la réalité sociale, lié mais irréductible aux déterminations qui ont présidé à leur production.

Cependant, au-delà de ces grands principes, la question de la mise en œuvre concrète de l’histoire sociale des idées politiques reste entière. Si elle implique de dépasser l’opposition analyse interne/analyse externe, comment s’y prendre méthodologiquement ? Comment articuler par exemple méthodes d’analyse des relations (analyse des correspondances) et des interactions (analyse de réseaux), privilégiées dans l’étude des champs ou des réseaux sociaux étudiés, avec les méthodes privilégiées pour l’analyse des textes comme la statistique textuelle ? De même, comment lire les textes (herméneutique, sémantique interprétative, etc.) de façon à comprendre leur sens sans y plaquer nos propres présupposés ? Peut-on (doit-on) utiliser les mêmes méthodes pour traiter de la pensée des « grands auteurs » et des autres types d’idées ? Comment lier les idées ou les œuvres singulières à des configurations plus larges (idéologies, cultures, épistémè, etc.) ? Comment rendre compte des effets des idées dans la construction discursive et sociale de la réalité, en particulier du monde politique, sans retomber dans l’idéalisme ?

Toutes ces questions sont encore largement ouvertes et concrètement abordées par les jeunes chercheur-e-s en histoire des idées politiques. Dans cette perspective, ces journées doctoriales sont l’occasion d’appeler les jeunes chercheur-e-s intéressé-e-s par l’histoire sociale des idées politiques et qui se retrouvent au moins en partie dans ce projet à présenter leurs travaux. Le comité sera également sensible à des propositions ouvertes sur les récentes évolutions des sciences sociales et historiques, comme le global turn, les études de genre ou les études postcoloniales, etc. qui contribuent à sortir l’histoire des idées politiques de formes de nationalisme méthodologique ou d’ethno/phallo/intello-centrisme. L’optique est de permettre un dialogue sur les méthodes et les courants de l’histoire des idées politiques à partir des recherches concrètes menées par les doctorant-e-s. Les contributions devront donc à la fois faire la place à une présentation du travail en cours et à une ouverture sur un point méthodologique ou épistémologique que cette recherche soulève.


PROGRAMME DE L’ATELIER

Première séance (9h30-12h)

Antoine Aubert (Université Paris 1/CESSP), « Spinoza et la révolution : une appropriation dans l’après-68 »

Kevin Brookes (Sciences Po Grenoble/PACTE), « Le “libéralisme scientifique” contre le programme commun. La réception du néo- libéralisme américain en France dans les années 1970 »

Jean-Baptiste Devaux (Sciences Po Lyon/Triangle), « Les revues dans la circulation des idées et des savoirs. L’économie de la connaissance et le cas de la Revue d’économie industrielle : 1985-2008 »

Iliana Eloit (London School of Economics/Gender Institute), « Du féminisme au lesbianisme politique : histoire militante d’une pensée dissidente »

Nagisa Mitsushima (Université Paris 1/CESSP), « La capacité, du concept à la revendication »

2ème séance (13h30-16h)

Charles Bosvieux-Onyekwelu (Université Paris-Saclay/Laboratoire Printemps), « Une idée peut-elle fonctionner comme un champ ? L’exemple du service public et l’hypothèse d’un “champ” du public sous la troisième République »

Clément Rodier (Université de Bordeaux/Centre Montesquieu de recherches politiques), « L’École de Francfort en France . Anatomie d’une réception »

Tristan Rouquet (Université Paris 10/ISP), « La constitution d’un corpus d’auteurs comme enjeu épistémologique en histoire sociale des idées politiques »

Simon Tabet (Université Paris 10/Sophiapol), « Pour une histoire plurielle et globale de l’idée postmoderne : science, culture et société »

Cyprien Tasset (EHESS/IRIS), « Trois façons de construire les précaires comme entité collective à la fin des années 1970 en France »

1 Bernard Pudal, « De l’histoire des idées politiques à l’histoire sociale des idées politiques », in Antonin Cohen, Lacroix Bernard & Philippe Riutort (dir.), Les Formes de l’activité politique. Éléments d’analyse sociologique XVIIe-XXe siècle, Paris, Presses Universitaires de France (PUF), 2006, pp. 185‑192 ; Frédérique Matonti, « Plaidoyer pour une histoire sociale des idées politiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 5, 59-4 bis, 2012, pp. 85‑104.

Si vous souhaitez y participer, n’oubliez pas de vous inscrire sur le formulaire en ligne, obligatoire pour pouvoir entrer dans les locaux de Sciences Po: https://fr.surveymonkey.com/r/doctoriales2016afsp

Colloque international: “Dialectique et négativité. La Dialectique négative, 50 ans après”, Université Paris 1/Maison Heinrich Heine, 2-3 juin 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque international “Dialectique et négativité. La Dialectique négative, 50 ans après” organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en partenariat avec la Maison Heinrich Heine et l’Université franco-allemande. Il se tiendra le jeudi 2 juin dans la salle 216 du centre Panthéon de l’Université Paris 1 (12, place du Panthéon, 75005 Paris) et le vendredi 3 juin à la Maison Heinrich Heine (27 B, boulevard Jourdan, 75014 Paris).


Comité d’organisation

Isabelle Aubert (Paris 1, ISJPS PhiCo/NoSoPhi), Katia Genel (Paris 1, CHSPM/Centre Marc Bloch) et Jean-François Kervégan (Paris 1, ISJPS PhiCo/NoSoPhi, IUF)


PROGRAMME

Jeudi 2 juin 2016
Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Salle 216, Centre Panthéon – 12 place du Panthéon – 75005 Paris

9h00 Accueil des participants

Une dialectique d’un genre nouveau ?
Présidence de séance : Jamila Mascat (PhiCo / NoSoPhi)

9h15-9h30 Ouverture : Jean-François Kervégan (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h30-10h15 Terry Pinkard (Georgetown Univ., Washington, USA) : Critique and Dialectic

10h15-11h Emmanuel Renault (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : Adorno, hégélien ou anti-hégélien ?

11h20-12h05 Martin Seel (Univ. Goethe, Francfort, Allemagne): How negative is negative dialectics ?

12h05-12h50 Gilles Moutot (Univ. de Montpellier) : Formes du dépaysement : les opérations de la dialectique négative

Subjectivité et négativités
Présidence de séance : Claire Pagès (Collège international de philosophie)

14h30-15h15 Marcos Nobre (Univ. Campinas, Brésil) : La critique immanente de l’état « faux »

15h15-16h Agnès Gayraud (Université Paris-Sorbonne) : À quelles conditions la dialectique peut-elle exprimer la souffrance ? Prison réflexive et tentatives d’évasion dans la Dialectique négative

16h20-17h05 Christophe David (Univ. Rennes 2) : La contribution de Beckett, auteur éminemment négatif mais pas nihiliste, à la constitution d’une dialectique négative

17h05-17h50 Antonin Wiser (Univ. de Lausanne, Suisse) : L’intime et l’indemne

Vendredi 3 juin 2016
Lieu : Maison Heinrich Heine
Cité internationale universitaire de Paris – 27 B Bd Jourdan – 75014 Paris

Allocution de Mme Christine Deussen, directrice de la maison Heinrich Heine

Connaissance et liberté
Présidence de séance : Katia Genel (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h30-10h15 Gérard Raulet (Université Paris-Sorbonne) : Le primat de l’objet. Trois approches de la réification : Benjamin, Adorno, Honneth

10h15-11h Pierre-François Noppen (Université de Saskatchewan, Canada) : Souffrance et connaissance chez Adorno

11h20-12h05 Berthold Arlt / Jürgen Ritsert (Univ. Goethe, Francfort, Allemagne) : Sur l’antinomie de la liberté, la dialectique et quelques contradictions dans la critique de Kant par Adorno.

12h05-12h50 Lucie Wezel (Univ. Paris Ouest Nanterre La défense) : Sauver la métaphysique ? Dialectique négative et critique de l’idéalisme

Histoire et critique de la société
Présidence de séance : Isabelle Aubert (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

14h30-15h15 Laurent Plet (Lycée Victor Hugo, Caen) : Adorno, ou comment penser l’effectivité historique contre le mythe d’une errance destinale de l’être sans histoire

15h15-16h Vincent Chanson (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : Un concept adornien d’abstraction réelle ? Dialectique négative et critique de l’économie politique

16h20-17h05 Patrick Savidan (Univ. de Poitiers) : Politique d’Adorno : entre sujet critique et sujet renonçant

17h05-17h50 Martin Saar (Univ. Leipzig): Power and Totality: Adorno’s Critical Immanentism

17h50 Mot de conclusion du colloque : Isabelle Aubert et Katia Genel (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)


Vous pouvez également télécharger le programme du colloque en format PDF ici: Programme-colloque-Dialectique-negative

Séance 7: “L’histoire sociale de la philosophie en question : autour de L’Ontologie politique de Martin Heidegger par Pierre Bourdieu” (25 mai 2016)

La septième séance du séminaire HiSoPo intitulée “L’histoire sociale de la philosophie en question : autour de L’Ontologie politique de Martin Heidegger” aura lieu le 25 mai 2016. Cette séance sera l’occasion d’écouter deux communications:

  • Mathieu Hauchecorne (MCF en science politique, CRESSPA-Labtop, Université Paris 8) : « Que faire de la notion de réfraction en sociologie des idées ? »

  • José Luis Moreno Pestaña (MCF en philosophie à l’Université de Cadix, HDR en sociologie à l’EHESS, chercheur au CESSP-CSE) : « Lire le Heidegger avec le Manet : la sociologie de Bourdieu et la grandeur philosophique »

Ces deux communications seront suivies d’une table ronde avec les intervenants : Christopher Hamel, Thibaut Rioufreyt et Arnault Skornicki.

La séance aura lieu le mercredi 25 mai 2016 de 9h30 à 13h, au 9 rue de la Chaise 75007 Paris, Salle 900.

Séance 6 : Saisir l’événement et le contexte. L’histoire sociale des idées politiques et ses méthodes (02 mai 2016)

La sixième séance du séminaire HiSoPo, intitulée « Saisir l’événement et le contexte. L’histoire sociale des idées politiques et ses méthodes », a eu lieu le lundi 2 mai 2016. Cette séance a été l’occasion d’écouter deux interventions:

  • Samuel Hayat (Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Lille), « Étudier les idées en révolution : questions de méthode »
  • Arnault Skornicki (MCF en science politique, Université Paris Ouest Nanterre La Défense/ISP) : « Le Weber de Skinner. Contextualisme et sociologie »

Ces communications ont été suivies d’une discussion collective sur les méthodes en histoire sociale des idées politiques.

La séance a eu lieu le 2 mai 2016, entre 14 et 17h, Salle 24, 27 rue Saint-Guillaume, 75007, Paris.

Vous pouvez écouter l’enregistrement audio de cette séance ici:

 

Séance 5: Histoires collectives des socialismes : longue durée et grande échelle (8 avril 2016)

La cinquième séance 5 du séminaire HiSoPo, intitulée “Histoires collectives des socialismes : longue durée et grande échelle” a eu lieu le 8 avril 2016. Cette séance a été l’occasion d’écouter deux communications:

  • Vincent Bourdeau (MCF en philosophie Université de Franche-Comté/Logiques de l’agir) et François Jarrige (MCF en histoire, Université de Bourgogne/Centre Georges Chevrier), pour l’ouvrage Quand les socialistes inventaient l’avenir. Presse, théories et expériences, 1825-1860 (dir. Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau, Edward Castleton, Ludovic Frobert, François Jarrige), Paris, La Découverte, 2015
  • Jean-Numa Ducange (MCF en histoire, Université de Rouen, GRHis), pour présenter le projet EUROSOC

Les deux interventions ont été discutées par Samuel Hayat (Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Lille).

La séance aura lieu le 08 avril 2016, entre 14h et 17h, à Sciences Po, Salle Goguel, 56 rue des Saints-Pères, Paris, 75007, Bât. B, 5e étage.

Vous pouvez lire l’introduction de la séance faite par Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, chercheur associé au laboratoire Triangle) ici en format PDF:Introduction_S5_séminaire_HiSoPo_2016_04_08. Vous pouvez également écouter l’enregistrement audio de cette séance ici:

JE HiSoPo: “L’ecclésiologie comme impensé des sciences politiques contemporaines”, Paris, ENS Ulm, 10 mai 2016

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la première journée d’études organisée dans le cadre du groupe HiSoPo, sous l’égide de Frédéric Gabriel, intitulée “L’ecclésiologie comme impensé des sciences politiques contemporaines”. Vous trouverez ci-dessous ainsi qu’en pièce-jointe le programme.


L’ecclésiologie comme impensé des sciences politiques contemporaines

10 mai 2016
École normale supérieure
45 rue d’Ulm, Paris 5e

Journée d’étude organisée par Frédéric Gabriel dans le cadre d’HiSoPo (Histoire sociale des idées politiques) sous l’égide de l’Association française de science politique, en partenariat pour cette journée avec le Labex CoMod (Constitution de la modernité, Lyon), le département d’histoire de l’École normale supérieure (Paris), et l’Institut de recherches pour l’étude des religions de Paris IV-Sorbonne.


Matinée : salle de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (escalier D, 3 e étage)

8h45 : Accueil

9h-10h30 :

Généalogie, disjonction et amnésie : quelques pistes sur l’absence de l’ecclésiologie en sciences politiques, Frédéric Gabriel (CNRS-IHRIM, ENS de Lyon)

Marsile de Padoue et la conception de la coupure Église / pouvoir civil, par Gianluca Briguglia (Université de Strasbourg)

10h30-10h45 : pause

10h45-13h :

Politique, histoire sociale, entre ecclésiologie et pensée de la cité, par Dominique Iogna-Prat (EHESS, CéSor)

Raison d’État ou Esprit de l’administration. Botero et le sens ecclésiologique du dominium, par Jean-Philippe Heurtin (Université de Strasbourg)


13h-14h30 : déjeuner


Après midi : salle W (escalier B, 4 e étage, accès au 4 e par un deuxième escalier au fond du couloir à droite)

14h30-16h45 :

Bellarmin politiste, par Benoît Schmitz (ENS, Paris)

Thomas Hobbes et l’Église, par Lorenzo Comensoli Antonini (Université de Padoue)

16h45-17h : pause

17h-18h30 :

Les Nations dans l’Église ? Vers une ecclésiologie politique contemporaine (Gellner, Anderson, Hobsbawm, Hroch et Anthony Smith), par Goran Sekulovski (Institut Saint-Serge, Paris/FIIRD, Université de Genève)

Discutants : Alexis Chryssostalis (Institut Saint-Serge, UMR Orient et Méditerranée), Gaëlle Demelemestre (CNRS, ENS de Lyon), Luc Foisneau (CNRS-EHESS), Laurent Fonbaustier (Université Paris-Sud XI), Élise Frêlon (Université de Poitiers), Blanche Gramusset Piquois (ENS de Lyon), Frédéric Martin (Université de Nantes) Kathy Rousselet (Sciences Po, sous réserve), Arnault Skornicki (Université Paris-Ouest Nanterre), Odile Tourneux (ENS de Lyon).


Vous pouvez également télécharger le programme de la journée d’études ici: Prog_JE_Ecclésiologie

AAC: 1ères Doctoriales de l’AFSP – Atelier HiSoPo, Paris, Sciences Po, 22 mars 2016

HiSoPo vous informe de la tenue des premières Journées doctoriales de l’Association française de science politique (AFSP).

1ères Doctoriales de l’Association Française de Science Politique

22 juin 2016, Sciences Po, Paris

Dans le souci de valoriser les travaux de thèses réalisés dans le domaine des études politiques, l’Association Française de Science Politique organise ses 1ères Doctoriales le 22 juin prochain à Paris dans les locaux de la Fondation nationale des sciences politiques. Organisée en étroite collaboration avec les responsables des pôles de recherche de l’Association, cette manifestation permettra d’abord de présenter les chantiers de la recherche doctorale relative aux thématiques des quatre groupes de projet de l’AFSP, dont HiSoPo.

Elle offrira également aux jeunes chercheurs un espace de dialogue et de formation propice à l’identification des compétences académiques et professionnelles associées au parcours doctoral. Les ateliers proposés, organisés dans un esprit constructif et convivial, se veulent un lieu de réflexion complémentaire de ceux auxquels les doctorants et jeunes docteurs sont habitués dans leur établissement de rattachement.

Télécharger l’appel à propositions pour participer à l’un des 4 ateliers thématiques en cliquant sur ce lien.

Dates limites pour candidater à l’atelier HiSoPo: 4 avril.

Séance 4: Le néo-libéralisme, genèse revisitée et étrange postérité (15 mars 2016)

La quatrième séance du séminaire HiSoPo a porté sur “Le néo-libéralisme, genèse revisitée et étrange postérité” et a été organisée autour de deux communications:

  • Jean Solchany (MCF en histoire contemporaine à l’IEP de Lyon, LARHRA) : sur son ouvrage Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.
  • Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Chercheur associé au laboratoire Triangle, Lyon) : « Du néo- au social-libéralisme, une étonnante filiation »

Les deux interventions ont été discutées par François Denord (Chargé de recherche CNRS en sociologie, CESSP-CSE/EHESS).

La séance a eu lieu le 15 mars 2016, entre 14h et 17h, en Salle du Conseil de Sciences Po, 13 rue de l’Université, Paris, 75007, 5ème étage.

Vous pouvez écouter l’enregistrement audio de la séance ci-dessous.

Séance 3 : “Culture des républicanismes” (15 février 2016)

La troisième séance du séminaire HiSoPo, organisée en association avec le GEREP,  porte sur la “Culture des Républicanismes”.  Cette séance est l’occasion d’entendre deux interventions:

  • Jérémie Barthas (Historien, Chargé de recherches CNRS/IRHiS), « Humanisme civique. Parcours d’une catégorie historiographique ».
  • Marc Bélissa (MCF en histoire, UPOND/CHISCO), Christopher Hamel (MCF en philosophie, Université de Rouen/ERIAC) et Yannick Bosc (MCF en histoire, Université de Rouen, GRHis), pour l’ouvrage qu’ils ont coordonné : Culture des républicanismes : pratiques, représentations, concepts, de la Révolution anglaise à aujourd’hui, Paris, Éditions Kimé.

Les communications sont discutées par Stéphanie Roza (Philosophe, CHSPM/Paris 1).

La séance a lieu le lundi 15 février 2016 à 14h-17h, à Sciences Po, Salle Goguel, 56 rue des Saints-Pères, Paris, 75007, Bât. B, 5e étage.

Vous pouvez également écouter l’enregistrement audio de cette séance ci-dessous :

L’enregistrement n’est pas ici dans sa version intégrale. L’intervention de Jeremie Barthas ainsi que les discussions afférentes n’ont pas été mises en ligne à sa demande.

Séance 2 : Un « classique » de l’histoire sociale des idées politiques: Le Fromage et les vers, de Carlo Ginzburg (25 janvier 2016)

La deuxième séance du séminaire HiSoPo porte sur un « classique » de l’histoire sociale des idées politiques: Le Fromage et les vers, par Carlo Ginzburg et est organisée autour de deux communications:

  • Bernard Pudal (Professeur de science politique émérite à l’Université Paris 10, chercheur au CRESPA-CSU) : « Le fromage et les vers de Ginzburg et la question des “cultures populaires” en histoire et sociologie »
  • Laurent Bonelli (MCF en science politique à l’Université Paris 10, chercheur à l’ISP) : « De la trace à la preuve : penser les logiques de l’antiterrorisme contemporain avec Ginzburg »

Les deux communications sont discutées par Deborah Cohen (MCF en histoire moderne à l’Université de Rouen, chercheuse au GHRis).

La séance a lieu lundi 25 janvier 2016, 14-17h, à Sciences Po, Salle du Conseil, 13 rue de l’Université, 75007, Paris.

Vous pouvez écouter l’enregistrement audio de la séance ci-dessous:

Information séminaire HiSoPo: inscription obligatoire et mesures de sécurité

Suite aux attentats et à la mise en place de nouvelles mesures de sécurité dans la plupart des établissements universitaires qui accueillent les séminaires, Sciences Po a mis en place une procédure d’inscription obligatoire en amont. En effet, il faut pouvoir communiquer à J-2 la liste des participants au séminaire HiSoPo participants qui devront en outre se munir de leur pièce d’identité pour accéder aux sites concernés.

Dans ce cadre, l’AFSP à mis en place le formulaire suivant pour la séance du séminaire du 4 décembre : https://fr.surveymonkey.com/r/hisopo041215

Merci donc de bien penser à vous inscrire en remplissant le formulaire au plus tard trois jours avant la date de la séance et à vous munir d’une carte d’identité pour pouvoir passer les contrôles.

Séance 1 : Le national-libéralisme. Analyse d’un hybride idéologique (4 décembre 2015)

La première séance du séminaire HiSoPo porte sur le thème “Le national-libéralisme. Analyse d’un hybride idéologique”. Elle a eu lieu le vendredi 4 décembre 2015 entre 14h00 et 16h45 à Sciences Po, 27 rue Saint-Guillaume 75007 Paris, salle 31.


Le national-libéralisme :
au-delà de la polémique, le concept

Jean-François Bayart (Directeur de recherche CNRS, Professeur au Graduate Institute, Genève & directeur de la chaire d’Études africaines comparées, UM6P, Rabat)


La communication est discutée par Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Chercheur associé au laboratoire Triangle, Lyon). La séance sera suivi de la première Assemblée générale fondatrice de HiSoPo.

Vous trouverez ci-joint le compte-rendu écrit de la séance: CR_Séance1_National-libéralisme_2015_12_04

Vous pouvez également écouter l’enregistrement audio de la séance ci-dessous.

Dépôt numérique des publications et des données de la recherche – Tutoriels INIST

Si cela peut paraître très technique ou très lointain à certains collègues, la question de l’archivage numérique pérenne et de la mise à disposition en ligne des données d’enquête doit être posée. Soit la communauté scientifique s’investit dans ce débat, s’approprie ces outils et pense leurs usages pour améliorer nos pratiques de recherche, partager nos savoirs, sauvegarder le patrimoine scientifique. Soit elle se verra imposer de l’extérieur des normes contraignantes qui auront des effets très directs sur notre travail, que ce soit par les institutions politiques ou bureaucratiques, soit par les groupes privés qui, comme les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple), orientent déjà très largement nos pratiques numériques. À la fois parce que le « tournant numérique » peut être une vraie chance pour les sciences sociales et parce que de réelles menaces d’hétéronomie pèsent sur elles à travers la question numérique, HiSoPo veut contribuer à nourrir la réflexion et à donner les ressources pour s’approprier certains outils mis à disposition de la communauté.

Pour accompagner les équipes de recherche qui soumettent un projet dans le cadre d’Horizon 2020, l’Inist-CNRS propose une série de tutoriels multimédias sur le libre accès aux résultats de la recherche : http://www.inist.fr/?-Tutoriels-multimedias-H2020. Le premier tutoriel aborde les principes généraux de dépôt des publications et données de la recherche dans le cadre d’Horizon 2020. Les cinq autres tutoriels détaillent la rédaction d’un DMP (Data Management Plan), c’est-à-dire plan de gestion des données et un tutoriel explique le dépôt des données de recherche dans un entrepôt.

Appel à participer à HiSoPo

Depuis leur lancement en 2012, l’Association française de science politique (AFSP) entend grâce à ses groupes de projet encourager la création de regroupements interinstitutionnels d’enseignants-chercheurs, de réseaux de proximité entre chercheurs français et étrangers, juniors et seniors, travaillant sur une même question mais n’ayant pas toujours la possibilité, dans leurs contextes professionnels respectifs, de se rencontrer dans le cadre d’un espace de recherche spécifique qui soit suffisamment structuré sur la durée pour permettre une élaboration collective originale, tant du point de vue des problématiques que des méthodes. Parmi ces groupes, HiSoPo (Histoire sociale des idées politiques) est l’un des quatre groupes de projet AFSP retenu pour la période 2015-20171.

Comme son nom l’indique, l’histoire sociale des idées politiques n’est pas affaire de solitaire, tant il paraît impossible de tenir seul tous les maillons de la chaîne de production et de circulation des idées politiques. Ainsi, la relative double ignorance, notamment, des philosophes et des spécialistes de théorie politique sur les conditions socio-historiques de formation et de transformation des concepts, et des sociologues et politistes sur les replis et les subtilités des débats, des argumentations et des agencements conceptuels, ne peut être surmontée que par un investissement éminemment collectif. Le groupe HiSoPo se conçoit donc comme un authentique laboratoire de transactions et de traductions : non pour suivre les injonctions à l’interdisciplinarité et de l’internationalisation, ni seulement pour confronter différentes perspectives disciplinaires et traditions « nationales », mais pour élaborer ensemble un programme méthodologique qui, à défaut d’être entièrement neuf ou révolutionnaire, aura pour ambition d’être cohérent et articulé à une série de travaux et de terrains précis. Pour que la division du travail ne soit pas synonyme de cloisonnement, mais de coopération active et réfléchie entre social scientists, philosophes, historiens et littéraires – pour ne citer qu’eux.

Le groupe HiSoPo appelle donc tous les chercheurs intéressés à ces questions, quel que soit leur statut, à rejoindre cet collectif et à suivre ces différentes activités. Tout au long de ces deux années, avec un séminaire mensuel, des journées d’études et des colloques, mais aussi avec un site internet dédié aux question de méthode en histoire sociale des idées politiques, il ne manquera pas d’occasions d’échanger et de consolider des liens entre disciplines, écoles, individualités. Nous espérons ainsi que cette entreprise pourra être pérennisée au-delà de ces deux années.

Enfin, le groupe HiSoPo ne connaît pas de limite temporelle ou géographique a priori : l’histoire du temps présent ne sera pas systématiquement préférée à celle des périodes moderne, antique ou médiévale ; la France et l’Europe, au reste du monde ; la politique légitime des élections, des souverains, des partis, des philosophes et des États, à celle, souvent plus cryptée, des sciences dites objectives, des groupes populaires réputés dépolitisés, de la presse apparemment non politique.

1 Toutes les informations sur le fonctionnement des groupes de projet de l’AFSP sur le portail web http://www.afsp.info/gp/. Portail où vous pourrez également retrouver les archives des groupes de projet 2012-2015.