Tous les articles par Thibaut Rioufreyt

Avis de parution: Bruno Quélennec, Retour dans la caverne. Philosophie, politique et religion chez le jeune Leo Strauss, Éditions Hermann, 2018

HiSoPo vous informe de la publication aux éditions Hermann d’un livre sur (le jeune) Leo Strauss, issu du travail de thèse de Bruno Quélennec : Retour dans la caverne. Philosophie, politique et religion chez le jeune Leo Strauss.

Retour dans la caverne

Présentation

Cet ouvrage propose une interprétation historico-critique de l’ensemble des écrits de jeunesse de Leo Strauss, ce personnage hautement controversé de la philosophie politique du xxe siècle. À travers une lecture philosophique et politique des textes du jeune Strauss sur Spinoza, Hobbes et Maïmonide, ce livre reconstruit la trajectoire de cet intellectuel atypique, allant de Nietzsche à Platon, du sionisme au néoconservatisme. En replaçant l’émergence de sa pensée dans le contexte des débats judéo-allemands de la République de Weimar, Retour dans la caverne apporte non seulement une perspective neuve dans les études straussiennes, mais invite également le lecteur à une réflexion sur la « question juive », symbole des contradictions de la modernité politique.

Bruno Quélennec est politiste, philosophe et germaniste. Il enseigne actuellement la philosophie politique et l’histoire des idées à Paris. Ses travaux portent notamment sur la pensée judéo-allemande du XIXe et XXe siècle.

Vous trouverez plus de détail sur le site de l’éditeur: http://www.editions-hermann.fr/5319-retour-dans-la-caverne.html

Avis de parution: Eddy Dufourmont (dir.), La circulation des textes politiques de Rousseau…, Lumières, 30, 2017

HiSoPo vous informe de la parution d’un numéro de revue dirigé par Eddy Dufourmont sur la circulation des textes politiques de Rousseau en Asie et dans les mondes arabe et turc.

http://www.pub-editions.fr/media/catalog/product/cache/1/image/0f396e8a55728e79b48334e699243c07/l/u/lumieres-30_1.jpg

Eddy Dufourmont (dir.), La circulation des textes politiques de Rousseau en Asie et dans les mondes arabe et turc, Lumières, 30, 2017. 196p.

 

Résumé

À l’heure où les idées démocratiques sont contestées dans plusieurs parties du monde, il n’est pas inutile de s’interroger sur la manière dont celles-ci se sont diffusées. Cette question, qui est sous-tendue par celle de la traduction des textes de la philosophie politique moderne, est un champ largement inexploré en Asie, notamment au sujet de Jean-Jacques Rousseau. Le présent numéro entend explorer la circulation des textes politiques du Citoyen de Genève dans une Asie comprise au sens le plus large, comprenant aussi bien la Chine et le Japon que les mondes arabe et turc, en passant par le Vietnam.
Dans tous les cas, l’objectif a été d’analyser la présence des textes politiques de Rousseau non pas comme le produit d’une réception, dans lequel la traduction serait un phénomène évident et mécanique, où les Asiatiques ne joueraient aucun rôle, mais bien comme celui d’une circulation, dans laquelle les intéressés prennent l’initiative et utilisent les textes dans des buts que le décalage entre texte original et traduction contribue à révéler. Ainsi, la circulation des textes politiques de Rousseau s’inscrit dans le phénomène de « transfert culturel », avec l’objectif de démocratisation.

Plus d’informations sur le site des Presses universitaires de Bordeaux: http://www.pub-editions.fr/index.php/nouveautes/la-circulation-des-textes-politiques-de-rousseau-en-asie-et-dans-les-mondes-arabe-et-turc-lumieres-30-4737.html

 

Avis de parution: Jean-Numa Ducange et Anthony Burlaud, Marx, une passion française, La Découverte, 26 avril 2018

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage co-dirigé par Jean-Numa Ducange et Anthony Burlaud sur la réception de Marx en France aux éditions La Découverte.

 

Résumé

En octobre 2017, une enquête montrait qu’un jeune Français sur deux rejetait l’idée selon laquelle « le mot communisme fait ancien, dépassé ». Plus d’un quart des sondés exprimait une opinion positive sur la « pensée de Karl Marx ».

Malgré la disparition de l’URSS, l’effondrement du Parti communiste, les séquelles laissées par le stalinisme et la doxa affirmant qu’« il n’y a pas d’alternative », le spectre de Marx hante toujours l’imaginaire français. Nul hasard à cela : la vie intellectuelle comme l’histoire politique de la France ont été durablement marquées par les présences multiples de Marx.

Deux siècles après la naissance de ce dernier, en 1818, cet ouvrage offre un éclairage historique et sociologique sur la façon dont la pensée de Marx a été reçue dans le contexte français, du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Il propose non pas une nouvelle interprétation de Marx, mais un décryptage des formes complexes qu’y a prises son œuvre.
Analysant la place et l’influence de Marx dans le débat intellectuel, politique et artistique français, de l’extrême gauche à la droite aronienne, et jusque dans le monde colonial francophone, les contributeurs de cet ouvrage proposent un regard singulier qui permet de comprendre les usages – et mésusages – d’une œuvre qui reste parmi les plus importantes de l’époque contemporaine.

Vous trouverez ci-joint le flyer de l’ouvrage avec notamment la table des matières: Couv_Ducange_Burlaud_réception_Marx

Avis de parution: Edouard Jourdain, Proudhon contemporain, CNRS Éditions, 2018

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage d’Edouard Jourdain Proudhon contemporain qui vient de paraître aux éditions du CNRS.

Proudhon contemporain

Résumé:

La propriété, c’est le vol », cette phrase connue de Proudhon dans Qu’est-ce que la propriété ? (1840) fit scandale.

Proudhon (1809-1865) participe au bouillonnement des idées socialisantes du XIXesiècle avec Marx, Bakounine, ou encore Fourier…Marx qualifia son socialisme de scientifique. C’était un penseur aussi isolé qu’il fut novateur et qui ne se reconnaissait pas dans les camps idéologiques de son temps. Son œuvre a été récupérée par de nombreux courants, parfois contradictoires.

S’il demeure un homme du XIXe siècle, les lignes de force de sa pensée ont traversé le XXe siècle, parfois souterrainement, pour rejaillir aujourd’hui. Le rôle de l’État, les droits de l’homme, la justice, l’organisation du travail, l’accès au crédit, la sécularisation, la guerre, l’utopie : toutes ces interrogations de Proudhon demeurent encore les nôtres. Tout en présentant la pensée de Proudhon dans son impressionnante diversité et dans sa vive complexité, Édouard Jourdain lui imprime une nouvelle force en la confrontant à des auteurs plus proches de nous : d’Elinor Ostrom à Paul Ricoeur, de Georges Gurvitch à Chantal Mouffe, de Julien Freund à Hannah Arendt.

Loin du petit bourgeois auquel l’a réduit un certain marxisme, c’est un penseur dégagé de tout dogmatisme, vivifiant le débat politique que découvrira le lecteur.

Vous trouverez plus de détails sur le site de l’éditeur: http://www.cnrseditions.fr/philosophie/7596-proudhon-contemporain.html

Annonce poste Teaching & Research Fellow in the History of Political Thought, University of Cambridge, closing date: 21 mai 2018

HiSoPo vous informe de la publication d’un poste temporaire (3 ans) de Teaching & Research Fellow en histoire de la pensée politique au Robinson College et au Department of Politics and International Studies de l’Université de Cambridge. Vous trouverez tous les détails de la fiche de poste sur le site du Robinson College: http://www.robinson.cam.ac.uk/about-robinson/job-vacancies/teaching-research-fellowship-history-political-thought

Date limite de réponse : 21 mai 2018
 Date des auditions: 7 juin 2018
Date de la prise de poste: octobre 2018

Avis de parution: Brigitte Gaïti et Johanna Siméant-Germanos (dir.), La consistance des crises. Autour de Michel Dobry, PUR, 5 avril 2018

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage co-dirigé par Brigitte Gaïti et Johanna Siméant-Germanos aux Presses universitaires de Rennes: La consistance des crises. Autour de Michel Dobry. Plusieurs chapitres, dont celui de Frédérique Matonti, concernent très directement l’histoire sociale des idées politiques.

 

 

Brigitte Gaïti et Johanna Siméant-Germanos (dir.), La consistance des crises. Autour de Michel Dobry, Presses universitaires de Rennes, collection Res Publica, 330 p., 24 €, en librairie le 5 avril 2018.

Brigitte Gaïti et Johanna Siméant-Germanos, coordinatrices de cet ouvrage, sont professeures de science politique, respectivement à l’Université Paris I (CESSP) et à l’Ecole normale supérieure (CMH). Le livre rassemble les contributions de Assia Boutaleb, Yves Buchet De Neuilly, Annie Collovald, Bruno Goyet, Jean-Philippe Heurtin, Brian Jenkins, Lilian Mathieu, Frédérique Matonti, Violaine Roussel, Carole Sigman, Zeev Sternhell, Frédéric Vairel et Sebastiao Velasco e Cruz.

Sommaire

Brigitte Gaïti, Johanna Siméant-Germanos : Introduction. Saisir la consistance des crises

Bruno Goyet : Le « grand récit de France », récit idéologique de l’extrême droite française

Brian Jenkins : L’historiographie du 6 février 1934. Michel Dobry et les dynamiques relationnelles des crises politiques

Zeev Sternhell : La grande pitié de « la thèse immunitaire »

Jean-Philippe Heurtin : Un épisode de la querelle des universaux. Dobry critique de Passeron sur la possibilité d’une connaissance nomologique en sciences sociales

Assia Boutaleb et Violaine Roussel : Comment le monde vacille ou tient ? Liaisons et ruptures intersectorielles

Frédérique Matonti : Histoire sociale des idées politiques, crises politiques et catégories de perception

Sebastião Velasco e Cruz : Crises et quasi crises. Réflexions sur la sociologie des crises politiques de Michel Dobry, à partir de l’expérience historique brésilienne

Carole Sigman : Jeux pervers et charme discret de la planification. Les transformations de la gestion de l’économie dans l’URSS de Khrouchtchev (1962-1964)

Yves Buchet de Neuilly : Février 2012 et l’élargissement de l’Union européenne à la Serbie. Coups imbriqués et connexions d’enjeux

Annie Collovald : Filiation, précédent : quelle continuité dans les mobilisations petit-patronales ? Quelques hypothèses sur les relations du CIDUNATI au poujadisme

Lilian Mathieu : Les vertus du point de vue relationnel. Le cas de l’extrême droite radicale contemporaine

Frédéric Vairel : Les formes autolimitées de l’action collective : sur le fonctionnement de l’espace protestataire marocain

Brigitte Gaïti, Johanna Siméant-Germanos : Conclusion

Entretien avec Michel Dobry

Publication poste assistant de recherche Justitia Amplificata Centre for Advanced Studies/Goethe University Frankfurt and Free University of Berlin, deadline: 16 avril 2018

Hisopo vous transmet cette annonce de poste d’assistant de recherche francophone pour aider Bruno Leipold (Postdoctoral Fellow in Political Theory, Justitia Amplificata Centre for Advanced Studies/Goethe University Frankfurt and Free University of Berlin) dans ses recherches sur les textes français du XIXe siècle sur la représentation et le mandat impératif. Vous trouverez ci-joint la fiche de poste ici: Forschungsassistent_in. Les demandes doivent être envoyées à leipold@em.uni-frankfurt.de avant le 16 avril 2018.

CfA: 7th London Summer School in Intellectual History, London, UCL/QMUL, 4-7 september 2018

Hisopo vous informe de la publicisation de l’appel à participation pour la 7ème London Summer School in Intellectual History qui aura lieu du 5 au 8 septembre 2018 à destination de masterants et doctorants. Cette Summer school est organisée conjointement par l’University College London et la Queen Mary University of London. La deadline est fixée au 15 juin. Vous trouverez l’appel ici:  Summer_School_2018_Call_for_applications

« Un bon mort est un mort mort. Vive Victor Cousin? », Collegium de Lyon, 26 avril 2018

HiSoPo vous informe de la tenue d’un colloque sur l’éclectisme de Victor Cousin au Collegium de Lyon.

 

Un bon mort est un mort mort. Vive Victor Cousin ?

Jeudi le 26 avril, 2018

Collegium de Lyon, 24 Rue Baldassini, Lyon 69007

Organisé par Delphine Antoine-Mahut (ENS de Lyon, IHRIM, UMR 5317, LABEX “COMOD”) et Daniel Whistler (Collegium de Lyon/Royal Holloway, University of London)

 

Programme

09h30–09h45: Introduction

Delphine Antoine-Mahut (ENS de Lyon) et Daniel Whistler (Collegium de Lyon/Royal Holloway, University of London)

Presidé par Patrice Vermeren (Université de Paris VIII)

09h45–10h45: L’éclectisme cousinien face à l’héritage du 18esiècle, Lucie Rey (Université de Paris V)

10h45–11h00: Café

11h00–12h00: L’historiographie philosophique de Victor Cousin entre la renaissance orientale et le miracle grec, Renzo Ragghianti (ENS de Pise)

12h00–13h30: Déjeuner

Présidé par Pierre-François Moreau (ENS de Lyon)

13h30–14h30: Machiavel à Paris. La Renaissance et la dissidence historiographique du cousinisme, Mario Meliado (Université de Freiburg, ERC Memophi)

14h35–15h35: « Origine du nouvel éclectisme en médecine, qu’il ne faut pas confondre avec l’éclectisme en philosophie », Samuel Lézé (ENS de Lyon)

15h35–15h50: Café

15h50–16h30: La construction d’une voix philosophique pour la nation : l’éclectisme au Brésil, Júlio Canhada (Université de São Paulo)

16h30–17h10: El eclecticismo filosófico francés en la Nueva Granada (Colombia): la circulación del discurso y sus usos políticos, Alejandro Molano (UTADEO, Bogota)

Présidée par Catherine König-Pralong (Université de Freiburg)

17h20–18h00: Table ronde : Victor Cousin, Premiers cours inédits, ed. Sylvain Matton, Renzo Ragghianti et Patrice Vermeren (Garnier, 2018)

Colloque: André Tosel, la raison au service de la pratique », 3-5 avril 2018, Nice

HiSoPo vous informe de l’organisation d’un colloque en hommage à André Tosel:

 

COLLOQUE 
« ANDRÉ TOSEL, LA RAISON AU SERVICE DE LA PRATIQUE »

Mardi 3, mercredi 4 et jeudi 5 avril 2018

Maison des Sciences Humaines et Sociales – Sud-Est, Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3 – Nice, Salle plate (amphi 031)

 

Les mardi 3, mercredi 4 et jeudi 5 avril 2018, le Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, la revue Actuel Marx et le Centre de Recherches en Histoire des Idées de l’Université de Nice co-organisent un colloque intitulé « André Tosel, la raison au service de la pratique », en hommage à André Tosel décédé le 14 mars 2017 à Nice.

Ce colloque a bénéficié de l’appui financier et logistique de la Commission Recherche de l’Université Côté d’Azur, de l’UFR LASH de l’université Nice Sophia-Antipolis, de l’axe 5 « Histoire des idées, des pratiques et des sciences » de la MSHS Sud-Est, de l’UFR de philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, du département de philosophie de l’Université de Liège, du laboratoire Logiques de l’agir de l’Université de Besançon, de l’association Les amis de la liberté, de l’Association des Amis de Spinoza, de la Fondation Gabriel Péri, d’Espaces Marx et du Cercle Condorcet 06.

 

André Tosel, décédé en mars 2017 était un philosophe engagé, attaché tout au long de son existence à faire vivre un marxisme critique puisant notamment dans le meilleur de la tradition italienne de ce courant de pensée ; il fut un des rares français à introduire et discuter les œuvres majeures d’A. Labriola et surtout d’A. Gramsci, ainsi par ailleurs que celles de Vico dont il fut un fin connaisseur. Il consacra sa thèse de doctorat d’état aux rapports entre religion, politique et philosophie chez Spinoza et contribua de façon décisive à de nouvelles lectures du philosophe en le mettant en miroir de Marx. Professeur de philosophie des universités de Besançon, Franche Comté, de Paris 1 Panthéon-Sorbonne et de Nice Sophia-Antipolis, dans lesquelles il occupa de nombreuses fonctions de directions administratives et scientifiques, il était un homme de collectif attaché à faire vivre le savoir, s’engageant dans la vie universitaire et politique, contribuant également de manière décisive au lancement et à l’animation de la revue Actuel Marx. Passionné par l’évolution des pensées contemporaines, il intervenait régulièrement dans des débats d’actualité, sous la forme de contributions dans L’Humanité ou dans des ouvrages destinés à un public large, tout particulièrement dans la dernière période sur les questions de sécularisation, de laïcité et de religion. Ce colloque pluridisciplinaire entend lui rendre hommage et aborder les différentes facettes d’une œuvre majeure, traversant un demi-siècle de vie intellectuelle.

ORGANISATEURS : 

– Jean-Numa Ducange, Maître de conférences en histoire contemporaine à Normandie Université Rouen, codirecteur de la revue Actuel Marx, directeur adjoint du GRHIS (EA 3831)
– Chantal Jaquet, Professeure de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directrice du Centre d’histoire des philosophies modernes de la Sorbonne (EA 1451)
– Mélanie Plouviez, Maîtresse de conférences en philosophie à l’Université Côte d’Azur, directrice-adjointe du CRHI (EA 4318)

PROGRAMME :

Mardi 3 avril 2018

Université Nice Sophia Antipolis – MSHS Sud-Est
Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3
Salle plate

13h30-14h30: Accueil des participants et ouvertures

Philippe Büttgen (Directeur de l’UFR de philosophie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
Alain Tassel (Doyen de l’UFR LASH de l’université Côte d’Azur)
Grégori Jean (Directeur du département de philosophie de l’université Côte d’Azur)

14h30-15h15: Conférence inaugurale

Jean Robelin (Professeur émérite de philosophie, UCA): Finitude et raison limitée: une unité sous-jacente de la pensée d’André Tosel

15h15 – 18h30 : PREMIÈRE SESSION – HISTOIRE DES MARXISMES

Présidence Philippe Büttgen (Directeur de l’UFR de philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

15h15-16h: Isabelle Garo (Professeure de philosophie en CPGE, Lycée Chaptal, Paris):  Relire Marx à l’âge du néolibéralisme

16h-16h45: Luc Vincenti (Professeur de philosophie, Université Montpellier III): Marx, Tosel et le travail humain

16h45-17h: Pause

17h-17h45: Stéphane Haber (Professeur de philosophie, Université Paris Nanterre): Comment faut-il aujourd’hui utiliser les catégories de la théorie politique ? A partir d’une remarque d’André Tosel

17h45-18h30: Jean-Numa Ducange (Maître de conférences en histoire contemporaine, Normandie Université Rouen): L’histoire du marxisme, de Labriola aux milles marxismes : les regards d’A. Tosel

Mercredi 4 avril 2018

Université Nice Sophia Antipolis – MSHS Sud-Est, Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3, Salle plate

9h30 – 12h45 : SECONDE SESSION – PHILOSOPHIE ITALIENNE, LECTURE DE VICO & GRAMSCI

Présidence Grégory Cormann (Président du Département de philosophie de l’Université de Liège)

9h30-10h15: Paolo Heritier (Professeur de droit, Université de Turin, Italie): L’interprétation de Vico par André Tosel

10h15-11h: Romain Descendre (Professeur d’études italiennes et d’histoire de la pensée politique, ENS de Lyon): De Tosel à Gramsci : lecture des travaux de Tosel sur le théoricien communiste italien

11h-11h15: Pause

11h15-12h: Yann Lelann (Maître de conférences en sociologie, Université Lille 3): Comment utiliser Gramsci pour analyser les conflits de classes de la France du XXIe siècle ?

13h30 – 17h : TROISIÈME SESSION – PHILOSOPHIE SOCIALE ET POLITIQUE CONTEMPORAINE

Présidence Mélanie Plouviez (Directrice-adjointe du CRHI)

13h30-14h15: Marie-Claire Caloz-Tschopp (Professeure de théorie politique, Université de Lausanne, Genève, Louvain, Collège International de philosophie): Qu’avons-nous appris avec André Tosel ?

14h15-15h: Magali Bessone (Professeure de philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne): Les identités collectives et la « metis du metissage » chez André Tosel

15h-15h15: Pause

15h15-16h: Antoine Janvier (Maître de conférences en philosophie à l’Université de Liège): Pour une philosophie matérialiste et critique de l’éducation. Réflexions à partir d’André Tosel

16h-16h45: Pierre-Yves Quiviger (Professeur de philosophie, UCA) et Céline Borello (Professeure d’histoire moderne, Université du Maine, Institut du Pluralisme Religieux et de l’Athéisme): André Tosel et la question de la laïcité – points de vue historique, juridique, philosophique

17h – 19h : QUATRIÈME SESSION – TÉMOIGNAGES

Présidence Jean-Pierre Crémieux (Président des Amis de la liberté)

Projection d’une prise de parole d’André Tosel en défense des migrants

Présentation des différents projets d’hommage à André Tosel

Jeudi 5 avril 2018

Université Nice Sophia Antipolis – MSHS Sud-Est, Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3, Salle plate

9h – 13h : CINQUIÈME SESSION – ANDRÉ TOSEL ET SPINOZA

Présidence Sarah Barnaud-Meyer (Professeure de philosophie en CPGE, Lycée Masséna, Nice)

9h-9h45: Henri Laux (Professeur de philosophie, Centre Sèvres, Paris): André Tosel et le désir de la philosophie. Une lecture du Traité théologico-politique dans Spinoza ou le crépuscule de la servitude

9h45-10h30: Pierre-François Moreau (Professeur de philosophie moderne, École normale supérieure de Lyon): Autour Du Matérialisme de Spinoza

10h30-11h15: Chantal Jaquet (Professeure de philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne): Le rationalisme de la finitude positive selon André Tosel dans Spinoza ou l’autre (in)finitude

11h15-11h30: Pause

11h30-12h15: Laurent Bove (Professeur de philosophie, Université de Picardie Jules Verne, Président de l’Association des amis de Spinoza): La méta-laïcité de Spinoza selon André Tosel

12h15-13h: Christian Lazzeri (Professeur de philosophie, Université Paris Nanterre): Spinoza et Marx selon Tosel

LIEU :

Amphithéâtre 31 de la Maison des Sciences Humaines et Sociales – Sud-Est, Pôle universitaire Saint-Jean d’Angély 3, 3 Avenue Francois Mitterrand, 06300 Nice
Plan d’accès

En raison du plan vigipirate attentat et des normes en vigueur dans notre établissement l’inscription à cet événement est obligatoire. Vous devrez être en mesure de justifier votre identité. Pour vous inscrire merci d’envoyer vos nom, prénom, adresse e-mail et structure/organisme à Laurence.FULCONIS-LOTH@unice.fr

 

Avis de parution: Marie Garrau et Delphine Prévost, La Liberté négative. Usages et critiques, Hermann, 14 mars 2018

HiSoPo vous informe de la parution chez Hermann de l’ouvrage collectif La Liberté négative. Usages et critiques, co-dirigé par Marie Garrau et Delphine Prévost, et auquel ont contribué Catherine Audard, Serge Audier, Sébastien Caré, Marlène Jouan, Christian Lazzeri et Emmanuel Picavet.

 

La Liberté négative

Présentation

Dans l’article « Deux conceptions de la liberté » (paru en 1958), Isaiah Berlin propose de distinguer deux grandes conceptions de la liberté politique : une conception négative, définissant la liberté comme absence d’interférences extérieures, trouvant sa source chez Hobbes et Bentham ; et une conception positive, définissant la liberté comme réalisation de son moi authentique, et plongeant ses racines dans la philosophie ancienne, en particulier chez les stoïciens. Berlin défend la supériorité de la première, soutenant qu’elle seule est compatible avec le pluralisme des valeurs, et critique sévèrement la seconde, dont la défense conduit selon lui à justifier les pires formes de despotisme.

Dès sa parution, le texte a suscité des débats importants ; le présent volume s’inscrit dans ce cadre. Les contributeurs se concentrent en particulier sur deux points : le concept de liberté négative, dont ils montrent qu’il n’a pas l’évidence et l’univocité que Berlin lui prête ; et la pertinence de la distinction opérée par Berlin, dont il n’est pas évident qu’elle résiste à des analyses informées notamment par les sciences sociales.


Vous trouverez en pièce jointe une présentation de l’ouvrage ainsi que sa table des matières ici:

Colloque « Anarchisme et sciences sociales », Université de Lille 2, 23-24 mars 2018

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque « Anarchisme et sciences sociales » organisé par Sidonie Verhaeghe et Samuel Hayat (CERAPS/Université de Lille) les vendredi 23 et samedi 24 mars 2018​.
Samuel Hayat – Science politique – Mouvement ouvrier, démocratie, socialisme
Les deux journées auront lieu à la Faculté des sciences juridiques, politiques et sociales de l’Université Lille 2 (1, place Déliot 59000 Lille).

JE « Généalogie et lectures critiques du néoliberalisme », ENS de Lyon, 16 mars 2018

HiSoPo vous informe de l’organisation d’une journée d’étude sur le néolibéralisme qui aura lieu à Lyon:

 

Généalogie et lectures critiques du néoliberalisme

vendredi 16 mars

9h à 15h30, à ENS de Lyon

Journée d’étude réalisée dans le cadre du séminaire « Les modernités britanniques : origines, continuités, ruptures » du LabEx COMOD.

Coordination: Claude Gautier, Arnaud Milanese (Laboratoire Triangle).

Programme de la journée :

Vendredi 16 mars, 9h-12h [salle D4-111, ENS de Lyon] :

Odile Tourneux [ENS-Lyon] : « Le gouvernement comme juge souverain. La souveraineté chez Walter Lippmann ».

Barbara Stiegler [Bordeaux-Montaigne] : « Le rôle du Lippmann-Dewey Debate dans la préhistoire du néolibéralisme ».

Vendredi 16 mars, 14h-15h30 [salle D4-260, ENS de Lyon] :

Arnaud Milanese [ENS-Lyon] : « La version deweyienne du

Avis de parution: « Actualité de l’histoire sociale des idées politiques » , Raisons politiques, n° 67, août 2017

HiSoPo vous informe de la parution du n° 67 de la revue Raisons politiques intitulé « Actualité de l’histoire sociale des idées politiques » co-dirigé par Frédérique Matonti et Mathieu Hauchecorne

Résumé:

Les idées politiques sont-elles des faits sociaux comme les autres ? Comment sont-elles produites et comment circulent-elles ? Comment sont-elles mobilisées au sein des luttes sociales et politiques ? Alors qu’en France l’analyse de la pensée politique est longtemps restée en marge des renouvellements qu’elle a connus en Angleterre et en Allemagne ces dernières décennies, ce dossier revient sur le récent développement d’une histoire sociale des idées politiques dans la science politique française.

Les articles qui le composent donnent à voir une histoire sociale en acte des idées politiques. Au-delà de cette actualité disciplinaire, les articles. Centrés sur les quatre dernières décennies, ils ne limitent par leurs points d’entrée à la philosophie et au droit, mais considèrent aussi comment les sciences humaines et sociales, les controverses publiques, les savoirs militants ou l’expertise ont pu transformer la manière dont nous parlons du politique et le pensons. Les thèmes abordés – marxismes et reconfigurations intellectuelles de la gauche française, néo-libéralisme et projet européen, Internet et propriété intellectuelle, etc. – démontrent avec éclat ce que l’histoire sociale des idées peut nous apprendre du monde actuel.

Sommaire:

Frédérique Matonti, Retour au concept : le structuralisme des Cahiers pour l’analyse

Antoine Aubert, Multitudes : aux origines d’une revue radicale

Ariane Revel, Les Révoltes logiques, un cas de recomposition intellectuelle et militante dans l’après-68

Kevin Brookes, Un « libéralisme scientifique » contre les gauches. La réception du néo-libéralisme américain en France dans les années 1970

Mathieu Hauchecorne, Un néo-personnalisme transatlantique ? La lecture par Paul Ricoeur des philosophies rawlsienne et post-rawlsienne

Jean-Michel Chahsiche, Les intermédiaires dans la fabrique des idées économiques. L’économie aux Éditions Maspero et La Découverte au tournant des années 80

Karim Fertikh, L’Europe sociale au ras du sol. Sociologie des pratiques ordinaires d’interprétation du traité de Rome

Anne Bellon, Le hacker et le professeur. Mise en débat de la propriété intellectuelle aux États-Unis

Parcours de recherche :

Entretien avec Quentin Skinner, « Nous sommes peut-être beaucoup moins libres que nous le pensons »

 

Colloque « Le Siècle de Du Pont de Nemours », Paris II Panthéon-Assas, 14-15 décembre 2017

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque « Le Siècle de Du Pont de Nemours (1739-1817). Politique, droit et histoire, co-organisé par Anthony Mergey et Arnault Skornicki et qui se tiendra à Paris II Panthéon-Assas  les 14-15 décembre prochains.  Voici le programme détaillé des deux journées:

Le siècle de Du Pont de Nemours (1739-1817). Politique, droit et histoire

Lieu : Salle des Conseils – Université Paris II Panthéon-Assas

12, place du Panthéon, Paris 5e

Jeudi 14 décembre

8h30 – Accueil des participants

9h00 – Allocution d’ouverture et remerciements

9h05 – Intervention de Valérie LACROUTE, députée-maire de Nemours

Intervention d’un représentant de Du Pont France

Intervention de David COLE, directeur exécutif du Hagley Museum and Library

9h15 – Anthony MERGEY et Arnault SKORNICKI : Propos introductifs

Action publique, bonheur privé

Présidence-discussion : Anne VERJUS

9h45 – Julia ABRAMSON : Vie publique et vie privée : affaires et famille chez du Pont de Nemours & Cie.

10h10 – Linda et Marsha FREY : Pierre-Samuel Dupont de Nemours: Father and Mentor

10h35-10h55 – Discussion

10h55-11h15 – Pause

Entre ordre public et droits de l’homme

Présidence-discussion : Julien VINCENT

11h15 – Sébastien LE GAL : Dupont de Nemours et le maintien de l’ordre public

11h40 – Thérence CARVALHO : Abolir la contrainte par corps : le combat du jurisconsulte Dupont de Nemours

12h05 – Annie LECHENET : Propriété, vote, instruction du peuple : quelques éléments de la pensée politique de Dupont de Nemours comparée à celle de Jefferson

12h30-13h00 – Discussion

13h00-14h45 – Déjeuner – Appartement décanal

Du Pont administrateur et réformateur

Présidence-discussion : Christophe Le Digol

14h45 – Loïc CHARLES : Pierre Samuel Du Pont et la haute administration du commerce (1774-1792)

15h10 – Jean-Baptiste MASMEJAN : Dupont de Nemours et la question hospitalière: un éclairage des enjeux sanitaires à la fin du XVIIIème siècle

15h35 – Thomas OUTIN : Les idées fiscales de Dupont de Nemours et leurs filiations avec  les réformes de l’Ancien Régime

16h00-16h30 – Discussion

16h45 – Fin de la première journée

20h00 – Diner de gala

Vendredi 15 décembre

9h15 – Accueil des participants

Le rêve américain de Du Pont

Présidence-discussion: Manuela ALBERTONE

9h45 – Aya TANAKA : Pontiana: Du Pont’s Physiocratic Dream in America

10h10 – Gabriel SABBAGH : Dupont de Nemours, coauteur des Lettres d’Abraham Mansword (1771-1772) et critique (1773-1789) de De Lolme : le modèle politique anglais confronté avec une Amérique rêvée

10h35-10h55 – Discussion

10h55-11h15 – Pause

Diplomatie, colonies et relations internationales

Présidence-discussion : Liana VARDI

11h15 – Antonella ALIMENTO : Les traités de commerce et l’émergence d’une économie politique de la paix : Dupont de Nemours diplomate et négociateur du traité d’Eden et du renouvellement du Pacte de Famille (1786-1790)

11h40 – Alfred STEINHAUER : Sur l’intérêt bien entendu des nations éclairées : la correspondance entre Thomas Jefferson et Dupont de Nemours à propos de l’affaire de la Louisiane

12h05 – SimonaPISANELLI : Dupont de Nemours : colonies, esclavage, croissance économique

12h30-13h00 – Discussion

13h00-14h45 – Déjeuner-Cocktail – Appartement décanal

15h00 – Fin du colloque

Les participants

Julia ABRAMSON, professeure associée en littérature, Université d’Oklahoma

Manuela ALBERTONE, professeure d’histoire moderne, Université de Turin

Antonella ALIMENTO, professeure d’histoire moderne, Université de Pise

Thérence CARVALHO, maître de conférences en histoire du droit, Université Jean Moulin Lyon 3

Loïc CHARLES, professeur d’économie, Université de Paris 8 et Ined

Linda FREY, professeure d’histoire, Université du Montana

Marsha FREY, professeure d’histoire, Université de l’État du Kansas State

Éric GOJOSSO, professeur d’histoire du droit, Université de Poitiers

Valérie LACROUTE, députée-maire de Nemours

Annie LECHENET, maîtresse de conférences honoraire en philosophie, Université Claude Bernard Lyon

Christophe LE DIGOL, maître de conférences en science politique, Université Paris Nanterre

Sébastien LE GAL, professeur d’histoire du droit, Université Grenoble Alpes

Jean-Baptiste MASMEJAN, doctorant contractuel en histoire du droit, Université Jean Moulin Lyon 3

Anthony MERGEY, professeur d’histoire du droit, Université Paris II Panthéon-Assas

Thomas OUTIN, doctorant en histoire du droit, Université Paris II Panthéon-Assas

SimonaPISANELLI, post-doc chercheure en histoire, Université de Salento

Gabriel SABBAGH, professeur émérite de mathématiques, Université Paris Diderot

Arnault SKORNICKI, maître de conférences en science politique, Université Paris Nanterre

Alfred STEINHAUER, enseignant à l’Université Ouverte de la Grèce, chercheur à l’Universite Panteion

Aya TANAKA, professeure adjointe, NYU-Stern School of Business

Liana VARDI, professeure d’histoire moderne, Université de Buffalo, SUNY

Anne VERJUS, directrice de recherche au CNRS, NYU

Julien VINCENT, maître de conférences en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne


Avec le soutien de :

Institut d’Histoire du droit (UMR 7184) de l’université Paris II Panthéon-Assas

Institut des Sciences Sociales du Politique (UMR 7220) de l’université Paris Nanterre

École doctorale d’histoire du droit, philosophie du droit et sociologie du droit (ED 8) de l’Université Paris II Panthéon-Assas

Mission de recherche Droit et Justice

Hagley Museum and Library

Du Pont France

Toutes les informations sur le colloque sont disponibles sur la plateforme Sciencescon.org à partir de ce lien: https://dupont2017.sciencesconf.org/

Image en ligne