Roger Chartier, séance inaugurale du séminaire de l’ED de science politique de Paris 1, Paris, Centre Mahler, 5 décembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue d’une conférence de Roger Chartier le lundi 5 décembre 2016 à 18h organisée par l’École doctorale de science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Lundi 5 décembre 2016 à 18h
Centre Malher

9 rue Malher Paris 4e

Roger Chartier


Discutants : Frédérique Matonti, professeure de science politique, Université Paris 1, CESSP
Antoine Aubert et Antony Burlaud, doctorants ED de science politique de l’Université Paris 1, CESSP

Cette séance inaugurale du séminaire annuel de l’École Doctorale de Science Politique est consacrée aux travaux de l’historien Roger Chartier, professeur honoraire au Collège de France, où il a occupé pendant dix ans la chaire « Écrits et cultures dans l’Europe moderne ». Dans La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur (Gallimard, 2015), recueil d’articles auxquels s’ajoute un inédit, il développe et approfondit une idée maîtresse : la signification d’un texte ne se limite pas à sa « lettre » ni à l’« intention » de l’auteur (l’une et l’autre s’avérant souvent inatteignables) , mais doit être rapportée aux différents modes d’intervention et d’appropriation qui contribuent à « faire » le texte : écritures et copies successives, composition et impression, édition, traductions, manières de lire…

À travers des études savantes et subtiles consacrées au Quichotte et aux pièces de Shakespeare (deux références cardinales dans l’œuvre de R. Chartier), mais aussi à la Brevisima Relacion de la destruycion de las Indias de Las Casas, l’historien démontre à quel point les significations d’un texte sont mobiles, malléables et donc multiples, spécialement entre les XVIe et XVIIIe siècles. La situation change à la fin du XVIIIe siècle, alors que le concept d’auteur revêt peu à peu son sens moderne. Les développements sur la « main » de l’auteur et « l’esprit » de l’imprimeur illustrent ainsi cette confrontation (ou : « négociation ») entre différents acteurs pour imposer des significations aux textes, et permettent un retour éclairant sur les matérialités de la vie intellectuelle de la « pré-modernité », alors que l’imprimé remplace petit à petit les manuscrits.

La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur revient sur les conditions de production, de circulation et d’appropriation des textes écrits à travers des études de cas, en mobilisant une érudition philologique impeccable. Mais, au-delà des études de cas, le livre poursuit un questionnement épistémologique entamé par Roger Chartier il y a plusieurs décennies, et forgé dans le dialogue avec des auteurs comme Bourdieu, Ricoeur, Foucault, Michel de Certeau, et les différents avatars de l’École des Annales (voir notamment Au bord de la falaise, Albin Michel, réed. 2009). Le séminaire visera donc à la fois à restituer le contenu du livre et à le resituer dans une œuvre historique de premier plan, qui est une source d’inspiration pour tous ceux qui s’intéressent, en sociologie historique, aux idées et aux intellectuels.