Avis de soutenance: Eve Gianoncelli, La pensée conquise. Contribution à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre au XXe siècle, Paris, locaux parisiens de l’Université de Columbia, 12 décembre 2016

HiSoPo vous informe de la la soutenance de la thèse de doctorat en Science politique d’Eve Gianoncelli intitulée : La pensée conquise. Contribution à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre au XXe siècle. La soutenance se tiendra le lundi 12 décembre, à partir de 12h, dans la Grande Salle des locaux parisiens de l’université de Columbia, Reid Hall, 4 rue de la Chevreuse, 75006 Paris.

Le jury sera composé de :

Brent Hayes Edwards, Professeur d’Anglais et de Littérature comparée, Université de Columbia (rapporteur)

Laurent Jeanpierre, Professeur de Science politique, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Martine Leibovici, Maîtresse de conférences émérite en Philosophie politique, Université Paris- Diderot Paris 7

Frédérique Matonti, Professeure de Science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteure)

Enzo Traverso, Professeur en Humanities, Université de Cornell

Eleni Varikas, Professeure émérite de Théorie politique, Université  Paris 8  Vincennes Saint-Denis (directrice de thèse)

Un pot de soutenance est prévu, auquel vous êtes chaleureusement convié-e-s. Afin d’en faciliter l’organisation, merci de bien vouloir indiquer votre présence par mail à la principale intéressée : eve.gianoncelli@hotmail.fr


Résumé

Cette thèse porte sur les processus de constitution – problématiques – de femmes comme intellectuelles au XXe siècle. Pour ce faire, trois cas, nés vers 1900, sont étudiés : l’artiste et écrivaine proche des avant-gardes en général et des surréalistes en particulier dans le Paris des années 1920-1930 Claude Cahun, la journaliste martiniquaise du Paris colonial de ces mêmes années et figure militante et intellectuelle importante de la Martinique d’après-guerre Paulette Nardal ; et enfin Viola Klein, juive tchèque exilée en Angleterre et pionnière oubliée de la sociologie féministe. Réalisée à partir d’archives, de correspondances, d’un matériel textuel pluriel, souvent inédit-e-s, et d’entretiens, cette étude repose sur une analyse conjointe de la trajectoire et de la production culturelle de chacune de ces femmes. Il s’agit de comprendre comment leur expérience intellectuelle s’enracine dans des processus de prise de conscience de soi en tant que sujet renvoyé à l’altérité, femme, mais aussi sujet racialisé, qui façonnent les formes d’entrée dans la pensée. Ce travail rend également compte du positionnement complexe, dedans/dehors, de ces femmes par rapport aux mouvements (le surréalisme pour Cahun, la culture noire en général et la négritude en particulier pour Nardal), et disciplines (la sociologie de la connaissance et du travail pour Klein) « dans » lesquels elles s’inscrivent et ce qu’elles y apportent ainsi que la pluralité des formes de pensée et d’engagement qu’une telle position liminale révèle.  Il s’agit enfin d’interroger le processus de diffusion et de réception des œuvres et des idées, les logiques d’invisibilisation et d’oubli, mais aussi de redécouverte, qui participent également au devenir intellectuelle. Ce dernier point ouvre sur une réflexion relative aux logiques (nationales, disciplinaires, idéologiques) de construction du savoir. Cette thèse, interrogeant à partir de cas différents le devenir sujet des femmes et ce que peut lui faire la postérité, se propose ainsi de contribuer à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre.

Mots clés : Intellectuel-le-s ; devenir sujet ; altérité ; Claude Cahun ; Paulette Nardal ; Viola Klein ; surréalisme ; négritude ; sociologie de la connaissance ; études de genre ; rapports de pouvoir ; féminisme ; pensée ; engagement ; réception ; production du savoir.