Archives par mot-clé : Sociologie politique

Avis de soutenance: David Copello, « L’usage politique des droits de l’Homme… », CEVIPOF, 22 septembre 2017

HiSoPo vous informe de la soutenance de thèse de David Copello qui aura lieu à 14h dans les locaux du CEVIPOF au 98 rue de l’Université, salle Annick Percheron (au sous-sol). La soutenance sera suivie d’un pot, vers 17h30 ou 18h a priori. Outre la présentation ci-dessous, vous pouvez télécharger ici le résumé de la thèse (Résumé_thèse_David_Copello) ainsi que le sommaire (Sommaire_thèse_David_Copello).

 

L’usage politique des droits de l’Homme : trajectoires militantes et répertoires discursifs des nouvelles gauches argentines (1971-2012)

Vendredi 22 septembre 2017 à 14h

Centre de Recherches Politiques de Sciences Po (CEVIPOF)

98 rue de l’Université, 75007 Paris

Salle Annick Percheron (au sous-sol)

 

Jury :

  1. Olivier Compagnon, Professeur des Universités en histoire, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Institut des hautes études de l’Amérique latine (codirecteur)
  2. Gil Delannoi, Directeur de recherche FNSP-CEVIPOF (codirecteur)
  3. Mme Marina Franco, Investigadora Independiente du CONICET, Profesora de Historia, Universidad Nacional de San Martín, Argentine
  4. David Garibay, Professeur des Universités en science politique, Université Lumière Lyon 2
  5. Razmig Keucheyan, Professeur des Universités en sociologie, Université de Bordeaux (rapporteur)

Mme Justine Lacroix, Professeure ordinaire de science politique, Université Libre de Bruxelles (rapporteure)

Résumé

Cette recherche explore l’articulation entre les « nouvelles gauches » révolutionnaires et les mobilisations argentines pour les droits de l’Homme à partir des années 1970. Mobilisant archives et entretiens, elle se situe entre sociologie politique et histoire des idées politiques pour reconstruire la trajectoire militante d’un collectif informel d’acteurs et en analyser les répertoires discursifs.

La première partie met en évidence le rôle pionnier joué par les nouvelles gauches dans l’émergence des droits de l’Homme comme référence du discours militant en Argentine au début des années 1970. On assiste alors à un processus d’hybridation discursive mêlant radicalité politique et recours à un lexique juridique, dans un contexte de dictature.

La deuxième partie montre comment, malgré la domination d’une conception libérale des droits de l’Homme, la spécificité de ce discours radical se préserve suite au retour à l’État de droit à partir des années 1980. Il se précise alors via une série de mises à l’épreuve (procès des juntes, incrimination du militantisme révolutionnaire, attaque d’un régiment militaire par un groupe de gauche armée).

La troisième partie, enfin, souligne le fait que l’usage actuel de certaines notions (« génocide », « 30 000 disparus ») relatives au récit de la dictature ne peut être compris que s’il est réinscrit dans les trajectoires étudiées au préalable, lesquelles produisent des significations sui generis. Le répertoire discursif contemporain des droits de l’Homme révolutionnaires est en ce sens tributaire d’une longue évolution, qui rend compte de la fondation d’un nouveau sens commun radical démocrate au sein de la gauche argentine.

Colloque HiSoPo: « Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan », Paris, Sciences Po, 23-24 mai 2017

 

Colloque HiSoPo


Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan

23-24 mai 2017

Colloque organisé par Thibaut Rioufreyt en partenariat avec le laboratoire Triangle UMR 5206 et Sciences Po


Le colloque est articulé autour de quatre sessions réparties sur deux jours :

 

SESSION 1: LES USAGES DES IDÉES EN MILIEU PARTISAN : RÔLES ET VALEURS

Dans cette première session, les communications présentées portent plus spécifiquement sur les usages des idées en milieu partisan, c’est-à-dire le rôle qu’elles remplissent, les fonctions que les acteurs leur attribue mais aussi la valeur accordée aux idées dans l’économie générale des pratiques partisanes.

SESSION 2 : LA PRODUCTION DES IDÉES PARTISANES AU-DELÀ DES FRONTIÈRES ORGANISATIONNELLES

La seconde session sera consacrée à la présentation de communications ayant en commun de montrer combien l’étude de la production/appropriation des idées politiques implique souvent d’aller au-delà des frontières partisanes proprement dites, qu’il s’agisse de les resituer dans leur milieu partisan (avec notamment l’externalisation d’une partie du travail intellectuel) ou dans une configuration inter-partisane, dans le cas où une idée est l’objet de concurrences entre différentes formations politiques.

SESSION 3 : QUELLES IDÉES ÉTUDIER DANS LE PARTI ?

Dans cette troisième session, les communications présentées ont pour point commun de prendre pour focale d’analyse l’étude d’un secteur du dispositif de production partisane ou d’une partie des idées mobilisées dans le parti, qu’il s’agisse de l’économie, de l’écologie ou de l’international.

SESSION 4 : LES REPRÉSENTATIONS, ENTRE FORME ET CONTENU

La quatrième et dernière session est consacrée à l’étude des idées partisanes proprement dites, en montrant notamment combien l’étude de leur forme sémiotique (discursive le plus souvent mais qui peut être également iconographique) peut contribuer à la fois à mieux en saisir le sens mais également les appropriations multiples à la fois au sein du parti, au sein d’un champ politique national et entre différents pays.


Vous pouvez télécharger le livret-programme au format PDF : http://www.afsp.info/pdf.php?id=3432&_wpnonce=2b71af2041

Entrée libre mais inscription obligatoire avant le 22 mai 2017 via le formulaire en ligne :
https://fr.surveymonkey.com/r/hisopo230517

Avis de soutenance: Bastien Amiel, « La tentation partisane. Le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire… », Université Paris Ouest Nanterre, 28 mars 2017

HiSoPo vous informe que Bastien Amiel soutiendra sa thèse le mardi 28 mars, à 9h15, à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Bâtiment F, salle 141. Elle sera suivie d’un pot.


LA TENTATION PARTISANE

Le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire : une entreprise politique en construction entre  » Libération  » et  » Guerre Froide « 

 

Sous la direction de Bernard Pudal, Professeur de science politique à l’université Paris Nanterre


JURY DE THÈSE

 

Monsieur Eric Agrikoliansky

Professeur de Science politique, Université Paris-Dauphine/P.S.L., I.R.I.S.S.O.

Monsieur Philippe Gottraux

Maître d’enseignement et de recherche en Sciences sociales et politiques, Institut d’études politiques, historiques et internationales de Lausanne, C.R.A.P.U.L.

Monsieur Rémi Lefebvre

Professeur de Science politique, Université Lille 2, C.E.R.A.P.S., Rapporteur

Madame Gisèle Sapiro

Directrice de recherche, C.N.R.S., Directrice d’études, Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, C.E.S.S.P.

Madame Anne Simonin

Directrice de recherche, C.N.R.S., C.E.S.P.R.A., rapporteure

RÉSUMÉ

En combinant une sociologie historique du politique et des rapports entre intellectuels et le champ politique, cette thèse revient sur la création et les quelques mois d’activité du Rassemblement Démocratique Révolutionnaire. Créé en février 1948 par des écrivains et journalistes, des parlementaires de la S.F.I.O. et des militants syndicalistes et politiques, le R.D.R. devait rassembler autour d’un discours de refus du positionnement en fonction de l’alternative entre les « blocs » atlantistes et soviétiques. Il s’agissait pour un certain nombre de ses membres exerçant une profession intellectuelle d’inventer une position au sein du champ politique.

A partir d’une biographie collective du groupe, complétée par une sociographie, ce travail met en évidence les particularités sociales de son recrutement et les positions qu’occupaient ses membres en 1948. La perméabilité entre les champs politiques et de production des biens symboliques permet d’expliquer la tentation partisane collective au principe de la création du Rassemblement.

L’étude précise de la mobilisation en train de se faire montre que les multiples tentatives d’institutionnalisation du groupe se heurtent finalement à l’impossible stabilisation d’un répertoire de l’action collective. Tout se passe comme si la mobilisation autour du R.D.R. n’était aboutit que pour ses membres intellectuels et qu’à défaut de constituer une entreprise politique légitime, ce parti avait surtout fonctionné comme un « intellectuel collectif ». La réinscription de l’engagement au sein du R.D.R. dans une histoire longue des rapports entre champ politique et de production des biens symboliques souligne comment la conjoncture spécifique allant de la libération du territoire au début de la « guerre froide » a rendu possible une telle tentative de subversion des frontières symboliques au sein du champ du pouvoir.

En renonçant à une analyse univoque du RDR comme un « échec », ce sont les enjeux liés à l’intervention politique des intellectuels que ce travail donne à voir.

 

Avis de parution: « Viola Klein, une pionnière », Cahiers du genre, n° 61, 2016

HiSoPo vous informe de la parution du n° 61 des Cahiers du genre intitulé « Viola Klein, une pionnière », coordonné par Eve Gianoncelli et Eleni Varikas. Viola Klein est une pionnière de la sociologie du genre et une féministe longtemps oubliée et encore largement méconnue. Ce numéro convie à la découverte de l’itinéraire et de l’œuvre d’une intellectuelle qui a placé la question de la subjectivité féminine au cœur de ses préoccupations.


SOMMAIRE

Dossier

Eve Gianoncelli et Eleni Varikas, « Viola Klein (1908-1973). Une outsider dans les sciences sociales de la seconde moitié du XXe siècle (Introduction) » [p. 5-20]

Viola Klein, « Le caractère féminin, critique d’une idéologie » [p. 21-47]

Eve Gianoncelli, « La subjectivation en pratique : le devenir féministe de Viola Klein entre expérience de l’altérité et sociologie de la connaissance » [p. 49-72]

Sonia Dayan-Herzbrun, « « Être un problème est une expérience étrange ». Entre Viola Klein et Theodor Adorno » [p. 73-88]

Jane Lewis, « Women’s Two Roles, de Myrdal et Klein, et le féminisme anglais d’après-guerre, 1945-1960″ [p. 89-110]

David Kettler et Volker Meja , « La sociologie comme vocation. Viola Klein et Karl Mannheim » [p. 111-129]

Hors-champ

Clémence Schantz, « ‘Cousue pour être belle’ : quand l’institution médicale construit le corps féminin au Cambodge » [p. 131-150]

Matthieu Grossetête, « Un genre déclassé : l’information de santé à l’épreuve de la féminisation du journalisme » [p. 151-168]

Nassira Hedjerassi, « bell hooks : la fabrique d’une ‘intellectuelle féministe noire révoltée’ » [p. 169-188]

Lecture d’une œuvre

Rose-Marie Lagrave, « Une historienne inclassable : Joan Wallach Scott » [p. 189-216]

Notes de lecture

— Laurie Laufer et Florence Rochefort (eds). Qu’est-ce que le genre ? ; Laure Bereni et Mathieu Trachman. Le genre, théories et controverses ; Arnaud Alessandrin et Brigitte Esteve-Bellebeau (eds). « Genre ! L’essentiel pour comprendre ». Miroir/Miroirs, hors-série n° 1 (Lorena Parini)

— Stéphanie Hennette-Vauchez, Marc Pichard et Diane Roman (eds). La loi & le genre. Études critiques de droit français (Jacques Commaille)

— Fabienne Dumont. Des sorcières comme les autres. Artistes et féministes dans la France des années 1970 (Clélia Barbut)

— Brigitte Rollet. Jacqueline Audry. La femme à la caméra (Florence Tissot)

— Laurence Tain. Le corps reproducteur (Manon Vialle)

— Raewyn Connell. Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie (Régis Schlagdenhauffen)

— Massimo Prearo. Le moment politique de l’homosexualité. Mouvements, identités et communautés en France (Andrés Armengol Sans)

— Christophe Broqua et Catherine Deschamps (eds), Cynthia Kraus (collab.). L’échange économico-sexuel (Elise Palomares)

— Stéphanie Lachat. Les pionnières du temps. Vies profession­nelles et familiales des ouvrières de l’industrie horlogère suisse (1870-1970) (Amandine Tabutaud)

— Léonore Le Caisne. Un inceste ordinaire. Et pourtant tout le monde savait (Lise Gaignard)

[p. 217-253]


Pour plus de détails, voir le site de la revue: http://cahiers_du_genre.pouchet.cnrs.fr/FichesNumeros/numero61.html

Avis de parution: Les socialistes face à la « Troisième voie » britannique. Vers un social-libéralisme à la française (1997-2015), Grenoble, PUG, 2016

J’ai l’honneur et le plaisir de vous informer de la parution de l’ouvrage tiré (d’une partie) de ma thèse, intitulé Les socialistes face à la « Troisième voie » britannique. Vers un social-libéralisme à la française (1997-2015) aux Presses universitaires de Grenoble dans la collection « Libre cours politique ». Le livre est disponible en librairie à partir du 5 décembre 2016. Vous trouverez ici le dossier comprenant présentation du livre, le communiqué de presse et la table des matières: dossier_de_presse_-socialistes_francais_2

Vous pouvez également feuiller les extraits et le commander directement depuis le site de l’éditeur : http://www.pug.fr/produit/1309/9782706126185/Les. N’hésitez pas à diffuser l’information dans vos réseaux et à tous ceux que cela pourrait intéresser.


les-socialistes_couverture


Résumé

Thibaut Rioufreyt retrace la relation ambiguë des socialistes français à la « Troisième voie » britannique dont Tony Blair fut le promoteur dans les années 1990-2000. S’appuyant notamment sur des entretiens avec des responsables politiques et des intellectuels, il étudie les évolutions contemporaines du socialisme français à travers ses interactions avec un homologue étranger. Il combine analyse interne des idées, textes et discours, à l’analyse externe du contexte social et politique dans lesquels ces discours sont produits, circulent, et sont reçus. L’ouvrage s’inscrit pleinement dans l’actualité : un certain nombre des enquêtés appartiennent ou ont appartenu aux gouvernements socialistes sous la présidence Hollande. Dans une période où le débat politico-médiatique en est encore à savoir si François Hollande est social-démocrate ou non, la lecture de livre permet de mieux comprendre le virage social-libéral engagé par le Parti socialiste. Il s’agit à n’en pas douter d’un ouvrage salutaire pour quiconque cherche non seulement à comprendre l’histoire contemporaine du socialisme français et européen mais aussi et surtout où il va. Une lecture indispensable avant la prochaine campagne présidentielle !

Avis de soutenance: Eve Gianoncelli, La pensée conquise. Contribution à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre au XXe siècle, Paris, locaux parisiens de l’Université de Columbia, 12 décembre 2016

HiSoPo vous informe de la la soutenance de la thèse de doctorat en Science politique d’Eve Gianoncelli intitulée : La pensée conquise. Contribution à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre au XXe siècle. La soutenance se tiendra le lundi 12 décembre, à partir de 12h, dans la Grande Salle des locaux parisiens de l’université de Columbia, Reid Hall, 4 rue de la Chevreuse, 75006 Paris.

Le jury sera composé de :

Brent Hayes Edwards, Professeur d’Anglais et de Littérature comparée, Université de Columbia (rapporteur)

Laurent Jeanpierre, Professeur de Science politique, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Martine Leibovici, Maîtresse de conférences émérite en Philosophie politique, Université Paris- Diderot Paris 7

Frédérique Matonti, Professeure de Science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteure)

Enzo Traverso, Professeur en Humanities, Université de Cornell

Eleni Varikas, Professeure émérite de Théorie politique, Université  Paris 8  Vincennes Saint-Denis (directrice de thèse)

Un pot de soutenance est prévu, auquel vous êtes chaleureusement convié-e-s. Afin d’en faciliter l’organisation, merci de bien vouloir indiquer votre présence par mail à la principale intéressée : eve.gianoncelli@hotmail.fr


Résumé

Cette thèse porte sur les processus de constitution – problématiques – de femmes comme intellectuelles au XXe siècle. Pour ce faire, trois cas, nés vers 1900, sont étudiés : l’artiste et écrivaine proche des avant-gardes en général et des surréalistes en particulier dans le Paris des années 1920-1930 Claude Cahun, la journaliste martiniquaise du Paris colonial de ces mêmes années et figure militante et intellectuelle importante de la Martinique d’après-guerre Paulette Nardal ; et enfin Viola Klein, juive tchèque exilée en Angleterre et pionnière oubliée de la sociologie féministe. Réalisée à partir d’archives, de correspondances, d’un matériel textuel pluriel, souvent inédit-e-s, et d’entretiens, cette étude repose sur une analyse conjointe de la trajectoire et de la production culturelle de chacune de ces femmes. Il s’agit de comprendre comment leur expérience intellectuelle s’enracine dans des processus de prise de conscience de soi en tant que sujet renvoyé à l’altérité, femme, mais aussi sujet racialisé, qui façonnent les formes d’entrée dans la pensée. Ce travail rend également compte du positionnement complexe, dedans/dehors, de ces femmes par rapport aux mouvements (le surréalisme pour Cahun, la culture noire en général et la négritude en particulier pour Nardal), et disciplines (la sociologie de la connaissance et du travail pour Klein) « dans » lesquels elles s’inscrivent et ce qu’elles y apportent ainsi que la pluralité des formes de pensée et d’engagement qu’une telle position liminale révèle.  Il s’agit enfin d’interroger le processus de diffusion et de réception des œuvres et des idées, les logiques d’invisibilisation et d’oubli, mais aussi de redécouverte, qui participent également au devenir intellectuelle. Ce dernier point ouvre sur une réflexion relative aux logiques (nationales, disciplinaires, idéologiques) de construction du savoir. Cette thèse, interrogeant à partir de cas différents le devenir sujet des femmes et ce que peut lui faire la postérité, se propose ainsi de contribuer à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre.

Mots clés : Intellectuel-le-s ; devenir sujet ; altérité ; Claude Cahun ; Paulette Nardal ; Viola Klein ; surréalisme ; négritude ; sociologie de la connaissance ; études de genre ; rapports de pouvoir ; féminisme ; pensée ; engagement ; réception ; production du savoir.

Séminaire « Les pensées critiques contemporaines au prisme de la question universitaire », IRIS/LabTop, 2016-2017

HiSoPo vous informe du lancement du séminaire « Les pensées critiques contemporaines au prisme de la question universitaire » animé par Cyprien Tasset (docteur en sociologie, IRIS-EHESS), avec Laurent Jeanpierre (Professeur de science Politique, Paris 8/ Cresppa-LabToP).


Les pensées critiques contemporaines au prisme de la question universitaire

 


Présentation

Le conflit déclenché en 2009 par l’application de la loi « relative aux Libertés et Responsabilités des Universités » a démontré l’existence d’un profond dissensus quant aux devenirs souhaitables des universités françaises. Les opposants à la loi ont été défaits, mais le mouvement de 2009 a suscité dans le champ intellectuel la relance d’un cycle d’analyses critiques dont on peut dater le début à la fin des années 1990. Il en résulte que la question universitaire est bien représentée parmi les objets de ce que l’on peut appeler la pensée
critique contemporaine.

Dans ce séminaire, nous nous proposons de tirer parti de l’abondance ainsi que de la variété des ouvrages proches des sciences sociales, qui prétendent porter un diagnostic sur les maux dont souffrent les universités, pour nous en servir comme d’un analyseur de la diversité des critiques savantes de l’ordre social. Une de nos hypothèses est que l’université n’est pas un objet quelconque de ces discours. Au contraire, étant donné sa position éminente dans la division sociale du travail intellectuel, on peut se demander si elle n’en est pas, au moins dans certains cas, un objet originel, à partir duquel sont élaborés des schèmes critiques qui seront ensuite appliqués de façon plus générale.

Pour répondre à cette interrogation, nous examinerons selon un ordre thématique un corpus d’une quinzaine d’ouvrages, principalement publiés ces dernières années, illustrant des tendances variées. Nous apporterons notamment une attention particulière à la façon dont le thème de la précarisation des acteurs de la vie universitaire est traité depuis les différents points de ce champ critique. Nous serons également attentifs aux façons de mettre les savoirs des sciences sociales au service de prises de position contestataires. Nous entendons ainsi contribuer à la vigilance réflexive de la sociologie vis-à-vis de ses implications critiques.


Vous trouverez le programme détaillé en format PDF ci-joint: seminaire-de-lecture-iris-labtop-2016-2017

Séminaire sur la sociologie historique de l’engagement, Tours, 20 octobre 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation d’un séminaire sur la sociologie historique de l’engagement par équipe CoST de l’UMR CITERES qui aura lieu le jeudi 20 octobre 2016. Paula Cossart présentera le livre qu’elle a écrit avec Julien Talpin Lutte urbaine. Participation et démocratie d’interpellation à l’Alma Gare (2015) et Florence Johsua présentera son livre Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement (2015). L’événement aura lieu à l’ Université François Rabelais, 3 rue des Tanneurs, Tours, en salle 310. Vous trouverez l’affiche de cet événement ci-joint: affiche_seminaire_cost_2016_10_20

Colloque: « « Les mondes de la philanthropie (19e-21e siècles) », Paris, Site Pouchet, 15-16 décembre 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque « Les mondes de la philanthropie (19e-21e siècles) », co-organisé par Thomas Depecker, Marc-Olivier Déplaude et Nicolas Larchet. L’événement se tiendra à Paris, sur le Site Pouchet du CNRS – 59-61, rue Pouchet, 75 017 Paris – en Salle de conférence les 15 et 16 décembre prochain. Plusieurs des interventions concernant directement l’étude des intellectuels et des idées. Vous trouverez le programme du colloque en ligne ici : http://calenda.org/378416. Si vous souhaitez assister au colloque, vous devez au préalable vous inscrire en envoyant un mail avant le 15 novembre à l’adresse suivante : mondes.philanthropie@gmail.com

Avis de parution: Christophe Charle & Laurent Jeanpierre (dirs.), La vie intellectuelle en France. Tome II: de 1914 à nos jours, Le Seuil, 2016.

HiSoPo vous informe de la parution du tome 2 de l’ouvrage collectif coordonné par Christophe Charle et Laurent Jeanpierre: La vie intellectuelle en France. Tome II: de 1914 à nos jours aux Éditions du Seuil.



Présentation

Depuis deux siècles, la vie des idées en France s’est étendue et en partie « démocratisée ». L’élévation du niveau d’éducation de la population, la croissance du nombre des producteurs intellectuels, les bouleversements des modes de circulation des idées et de l’espace public, l’évolution des hiérarchies entre les domaines de la pensée et les changements de rapports de force culturels, scientifiques et politiques entre nations ont modifié la physionomie du pays. Toutefois des tendances longues n’en continuent pas moins de produire leurs effets, qui expliquent le rapport particulier que la France entretient avec ses intellectuels et la forme qu’y prennent leurs interventions.
C’est à rompre avec une conception étroite de la vie des idées que s’emploie cette nouvelle histoire intellectuelle de la France contemporaine, ouverte sur les échanges extérieurs avec le monde, la diversité des domaines d’exercice de la pensée, les institutions et les mouvements généralement négligés.
Ce deuxième volume s’étend de 1914 à nos jours. Les conflits qui se succèdent de la Première Guerre mondiale à la guerre d’Algérie consacrent la valeur de l’engagement politique des intellectuels dans un contexte d’institutionnalisation du travail de la pensée. La déploration actuelle de leur perte d’influence et de légitimité dans l’espace public masque quant à elle la vitalité, la nouveauté et les voies inédites d’expression des idées qui, jusqu’à aujourd’hui, ambitionnent de comprendre le monde, voire de le transformer.


Pour plus de détails sur ce tome, veuillez vous rendre sur le site de l’éditeur: http://www.seuil.com/ouvrage/la-vie-intellectuelle-en-france-tome-2-collectif/9782021081435

Vous pourrez trouver également la présentation du premier tome ici: http://www.seuil.com/ouvrage/la-vie-intellectuelle-en-france-tome-1-sophie-renaut/9782021081381

 

Journées d’étude « Penser l(es)’élite(s). Taxinomies analytiques et enjeux sociologiques », Université Paris-Dauphine, 27-28 juin 2016

HiSoPo vous informe de la tenue des journées d’étude « Penser l(es)’élite(s). Taxinomies analytiques et enjeux sociologiques », organisées par les membres du RT42 « Sociologie des Élites » et du RT5 « Classes, inégalités, fragmentations » de l’Association Française de Sociologie. L’histoire sociale des idées politiques se caractérise par le refus de privilégier les « grands auteurs » canoniques ou les élites politiques ou intellectuelles au détriment des producteurs d’idées le plus souvent invisibilisés que sont les militants de base dans les partis, les penseurs issus de classes populaires, etc. Reste qu’une partie non négligeable des producteurs d’idées politiques font bel et bien partie des élites. C’est à ce titre que l’histoire sociale des idées politiques gagne à s’inspirer des réflexions, travaux et méthodes développées par la sociologie des élites.


PROGRAMME

Lieu : Amphi 4 (2e étage), Université Paris Dauphine.

Première Journée – Lundi 27 juin 2016

8h30-9h00 Accueil des participant.e.s
9h00-9h15 Introduction – Frédéric Lebaron (USQV, PRINTEMPS)

9h15-12h45 Session 1 – La notion d’élite(s)

9h15-10h15 : François-Xavier Dudouet (CNRS, IRISSO) – Élite(s) : Les enjeux des filiations intellectuelles

10h15-11h15 : François Denord (CNRS, CESSP), Paul Lagneau-Ymonet (Univ. Paris Dauphine, IRISSO), et Sylvain Thine (CESSP) – Le champ du pouvoir
11h15-11h45 : Pause
11h45-12h45 : Christophe Charle (Univ. Paris 1, IHMC) – La notion d’élite en histoire

Présidence de séance : Pierre Bataille (UNIFR, LACCUS)

Pause déjeuner

14h15-18h30 Session 2 – Élite(s) et échelles territoriales

14-30-15h30 : Claude-Isabelle Brelot (Univ. Lyon 2, LER) – Les élites locales (19e-20e siècles)  : approche historiographique
15h30-16h30 : Gilles Laferté (INRA, CESAER) – Où sont les élites?  Hypothèses sur une absence vue de l’anthropologie et de la sociologie rurale
16h30-17h00 : Pause
17h00-18h00 : Anne Catherine Wagner (Univ. Paris 1, CESSP) – Les élites à l’épreuve de la mondialisation

18h00-19h00 : Morten Reitmayer (Univ. Trier) – Towards a Conceptual History of Elites

Présidence de séance : Fabienne Pavis (Univ. de Nantes, CENS)

Deuxième Journée – Mardi 28 juin 2016

9h00-12H30 Session 3 – Élites et État

9h00-10h00 : Christophe Jaffrelot (CNRS, CERI) – Les élites politiques vues sous l’angle de la caste
10h-11h00 : Monique de Saint-Martin (EHESS, IRIS) – Noblesse, Aristocratie, Élites
11h00-11h30 : Pause

11h30-12h30 : Pierre Birnbaum (Univ. Paris 1) – De l’Élite à l’État

Présidence de séance : Maïa Drouard (Univ. Picardie, CURAPP-ESS)

Pause déjeuner

14h00-17h30 Session 4 – Actualités de la notion d’élite(s)

14h00-15h00 : Johs Hjellbrekke and Olav Korsnes (Univ. of Bergen) – Les femmes dans le champ de pouvoir
15h00-16h00 : Hervé Joly (CNRS, TRIANGLE) – A-t-on besoin des élites pour parler des patrons ?
16h00-16h30 : Pause
16h30-17h30 : Sylvain Laurens (EHESS, CESSP) – Sociologie des élites contemporaines  : un état des lieux

Présidence de séance : Marion Rabier (Univ. Haute Alsace, SAGE)


Les deux journées auront lieu en les 27-28 juin prochain et se tiendront à l’amphithéâtre 4 de l’Université Paris-Dauphine. Elles sont ouvertes à toutes et à tous sur simple demande d’inscription par mail à pierre.bataille@unil.ch.

Pour plus de détails, voir la présentation de l’événement sur le site Calenda: http://calenda.org/367557

Journée d’études « Au nom de l’intérêt général », ENS de Lyon, Lyon, 24 mars 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation d’une journée d’étude intitulée « Au nom de l’intérêt général » organisée par Martine Kaluszynski et Chloé Gaboriaux et qui se tiendra à l’ENS de Lyon (site Buisson) le 24 mars prochain.

Texte de présentation

Pourquoi s’engage-t-on ? Pour répondre à cette question désormais classique, les acteurs sont aussi souvent portés à invoquer l’intérêt général que les chercheurs en sciences sociales à déconstruire une telle prétention, qui obscurcit plus qu’elle n’éclaire les véritables ressorts de l’action politique. Pourtant, si l’on considère l’intérêt général non plus comme un ensemble de finalités définies a priori, mais comme un mode de légitimation revendiqué par des individus ou des groupes, la notion peut constituer une entrée stimulante pour mieux comprendre certains modes de politisation et de participation, qui se déploient ou plutôt prétendent se déployer en marge des clivages politiques traditionnels comme à distance des rapports de force entre groupes d’intérêts.

Tel est l’objectif de cette journée d’étude : partir d’une analyse des justifications de ces acteurs qui affirment s’engager au nom de l’intérêt général pour étudier le rapport au politique qu’elles sous-tendent comme les effets qu’elles produisent sur le champ politique. Il s’agit en effet de penser une action que nous pouvons définir comme politique – parce que collective et visant explicitement la transformation de la société – mais qui se déploie en dehors des mandats et des motivations explicitement politiques sans pour autant rejeter la collaboration avec les institutions étatiques (ce qui la distingue également des projets et expériences autogestionnaires).

A cet égard, le questionnement portera sur des parcours individuels – des réformateurs de la fin du XIXe siècle aux carrières militantes contemporaines – comme sur les stratégies des groupes, y compris ceux qui, par définition, défendent des intérêts particuliers (syndicats, organisations patronales, lobbies, etc.) : pourquoi adoptent-ils à un moment donné le langage de l’intérêt général ? Dans quelle perspective ? Et avec quelles implications pour leur engagement comme pour les luttes dans lesquelles ils sont engagés ?

On s’interrogera notamment sur le sens de cet engagement au nom de l’intérêt général et sur son rapport à la politique traditionnelle : en quoi est-il politique, de quelle manière, sous quelles conditions ? Comment se dit-il, se justifie-t-il et dès lors quel type de « politique » est alors mis en œuvre ? Qu’est-ce que cette « politique apolitique » de l’intérêt général ? Ces registres d’action ne sont-ils pas à voir comme un moment d’apprentissage de la culture politique et de l’action politique, au-delà des mandats et de la nature des régimes politiques ?

De même, le rapport à l’État constituera une piste intéressante, en particulier dans les sociétés où l’État tend à s’arroger le monopole de la définition de l’intérêt général : y a-t-il ici volonté de contestation, de complémentarité, de substitution voire d’opportunité par rapport à l’État et ses modes d’organisation politique ? Quels sont les enjeux de ces luttes de définition pour dire l’intérêt général en lien ou en concurrence avec l’État ?

Pour plus de détails, vous trouverez ci-joint le programme de la journée (ProgrammeJE240316-1).