Archives par mot-clé : Sociologie de la culture

Séance 5 : Conservatismes (21 février 2017)

La cinquième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée Conservatisme(s) aura lieu le 21 février 2017). Cette séance organisée en collaboration avec l’ULIP et The Centre for the Study of the History of Political Thought at Queen Mary est l’occasion d’écouter deux interventions:

Richard Bourke (Professor in the History of Political Thought, Centre for the Study of the History of Political Thought, Queen Mary – London) : « Edmund Burke and the Origins of Conservatism »

Gisèle Sapiro (Directrice de recherche au CNRS, Directrice d’études à l’EHESS : « Modèle d’écrivains réactionnaires, des années trente à nos jours »

Ces deux communications seront discutées par Jeremie Barthas (Chargé de recherche au CNRS/IRHIS).

La séance aura lieu de 9h30 à 12h30 à l’University of London Institute in Paris (ULIP) 11 rue de Constantine 75340 Paris Cedex 07 – M° Invalides), Room 101.

Avis de parution: Antoine Idier, Les Vies de Guy Hocquenghem. Politique, culture, sexualité, Paris, Fayard, coll. « À venir », 2017

HiSoPo vous informe de la parution du livre d’Antoine Idier Les Vies de Guy Hocquenghem. Politique, culture, sexualité, dans la collection « À venir » de Fayard.

Les vies de Guy Hocquenghem

Présentation

« Militant, journaliste, théoricien et écrivain, Guy Hocquenghem (1946-1988) a été une figure majeure de la gauche radicale française. Homosexuel, il s’est pensé comme un minoritaire et n’a eu de cesse de faire vivre pensée critique et contestation des pouvoirs établis. Ce livre retrace les différentes étapes de sa trajectoire. Mais surtout, à partir de là, et à l’aide d’un très impressionnant travail d’archives et d’entretiens, il reconstitue tout un pan de l’histoire des années 1960 aux années 1980 en France : les mouvements sexuels et minoritaires, la gauche et l’extrême gauche, la presse, le champ littéraire, l’université, le surgissement du sida. Antoine Idier dépeint les mouvements politiques, intellectuels et culturels de l’après-1968, le « gauchisme » et le Front homosexuel d’action révolutionnaire, l’université de Vincennes et le journal Libération, la révolution conservatrice des années 1980. L’ouvrage aborde des problèmes qui se trouvent toujours au centre du débat : les dynamiques des mouvements sociaux, les catégories de la politique et de la sexualité, les usages de la psychanalyse et du marxisme, l’écriture contestataire – mais aussi l’histoire et la biogra­phie. En somme, il propose une réponse à ce qui reste une énigme : que s’est-il passé en mai 1968 et dans l’après-mai ? Quel héritage en tirer aujourd’hui pour réinventer nos formes de la pensée et de la politique ? »

Plus d’informations : http://www.fayard.fr/les-vies-de-guy-hocquenghem-9782213702025


HiSoPo vous informe également de la sortie prochaine (le 9 février) d’un recueil d’articles de presse de Guy Hocquenghem qu’Antoine Idier a préparé avec les Éditions Verticales (et postfacé) : Un journal de rêve. Articles de presse (1970-1987).  Vous trouverez la présentation sur le site de Verticales : http://www.editions-verticales.com/fiche_ouvrage.php?rubrique=3&id=392


Des rencontres auront lieu à Paris le jeudi 16 février à la librairie Les Mots à la bouche, le vendredi 24 février à la librairie Les Cahiers de Colette et le vendredi 17 mars à la librairie L’Atelier.

JE « La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réceptions, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, 17 janvier 2017

HiSoPo vous informe du programme de la journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Co-organisée par Lucile Dumont (EHESS, CESSP), Quentin Fondu (EHESS, CESSP) et Laélia Véron (ENS Lyon, Paris 3, IHRIM), elle aura lieu le mardi 17 janvier 2017 à l’EHESS. Vous trouverez le programme ci-dessous ainsi qu’en PJ ici: programme_je_goldman_2017_01_17


JOURNÉE D’ÉTUDES – 17 JANVIER 2017
EHESS, 190-198 Av. de France, 75013 Paris (8e étage, Salle J-P Vernant)
 
La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann.
Réceptions, héritages et usages contemporains
 

PROGRAMME
9h : Accueil des participants
 
Matinée : Premières réceptions et appropriations des travaux de Lucien Goldmann
9h15 – 9H45 : Introduction, Lucile Dumont (EHESS, CESSP) et Quentin Fondu (EHESS, CESSP).
9h45 – 10h45 :
Jacques Leenhardt (EHESS, CRAL) :
La sociologie de la littérature de Goldmann : critique progressiste et déterminisme social.
Alain Cantillon (Univ. Paris 3, GRIHL) : Le Dieu caché de Lucien Goldmann. Parier et croire en 1955.
Pause

11h – 12h :
Christos Grosdanis (Univ. Paris 7, CERILAC): Lucien Goldmann et René Girard : enjeux d’un dialogue.
Rachel Nadon (Univ. Montréal) : Réseaux intellectuels et réception de la pensée de Lucien Goldmann au Québec.
 
12h – 13h30 : Déjeuner
 
Après-midi : Nouvelles perspectives et applications des méthodes goldmanniennes
13h30 – 14h : Introduction, Laélia Véron (ENS Lyon/ Paris 3, IRHIM).
14h – 15h :
Paulo Procopio Ferraz (Univ.
Paris 8): Une écriture paradoxale.
Andrea d’Urso (Univ. Lille 3 – CECILLE, Univ. del Salento) : Pour une sociologie « sémiotique » de la littérature. Idéologie, réification et vision du monde entre Goldmann et Rossi-Landi.
Pause

15h15 – 16h45 :
Michael Löwy (CNRS, CéSor), Robert Sayre (Univ. Paris Est- Marne la Vallée): Lucien Goldmann et la vision du monde romantique.
Laurie Rousseville (Univ. Lyon 2, Passages XX-XXI) : Lucien Goldmann et le « théâtre de la révolte » de Jean Genet : (re)penser le « théâtre politique »
Françoise Gaillard (Paris 7, LAC) : Titre à définir.

17h-17h30 : Discussion générale et clôture de la journée par Gisèle Sapiro (EHESS, CNRS, CESSP).

Apéritif de clôture

Contact : jegoldmann2017@gmail.com

 

Séance 3 : Histoire sociale des idées féministes (6 janvier 2017)

La troisième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée « Histoire sociale des idées féministes » aura lieu le vendredi 6 janvier 2017. Cette séance sera l’occasion d’écouter deux interventions:

Viviane Albenga (MCF en sociologie, IUT Bordeaux Montaigne/MICA) et Alban Jacquemart (MCF en science politique, Université Paris Dauphine/IRISSO) : « Saisir les appropriations des idées politiques : pratiques sociales ordinaires, genre et féminisme »

Juliette Rennes (MCF en sociologie, EHESS/CEMS) : « Exercer un métier d’homme, une appropriation des idées féministes? Une enquête sur les cochères, chauffeuses et afficheuses parisiennes à  la Belle époque »

Ces deux communications seront discutées par Virginie Descoutures (MCF en sociologie, Université de Picardie/CURAPP) et Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle)

La séance aura lieu le 6 janvier 2017 entre 10h et 13h à Sciences Po, 13 rue de l’Université, 75007 Paris, Salle du Conseil, 5ème étage.

Avis de parution: « Viola Klein, une pionnière », Cahiers du genre, n° 61, 2016

HiSoPo vous informe de la parution du n° 61 des Cahiers du genre intitulé « Viola Klein, une pionnière », coordonné par Eve Gianoncelli et Eleni Varikas. Viola Klein est une pionnière de la sociologie du genre et une féministe longtemps oubliée et encore largement méconnue. Ce numéro convie à la découverte de l’itinéraire et de l’œuvre d’une intellectuelle qui a placé la question de la subjectivité féminine au cœur de ses préoccupations.


SOMMAIRE

Dossier

Eve Gianoncelli et Eleni Varikas, « Viola Klein (1908-1973). Une outsider dans les sciences sociales de la seconde moitié du XXe siècle (Introduction) » [p. 5-20]

Viola Klein, « Le caractère féminin, critique d’une idéologie » [p. 21-47]

Eve Gianoncelli, « La subjectivation en pratique : le devenir féministe de Viola Klein entre expérience de l’altérité et sociologie de la connaissance » [p. 49-72]

Sonia Dayan-Herzbrun, « « Être un problème est une expérience étrange ». Entre Viola Klein et Theodor Adorno » [p. 73-88]

Jane Lewis, « Women’s Two Roles, de Myrdal et Klein, et le féminisme anglais d’après-guerre, 1945-1960″ [p. 89-110]

David Kettler et Volker Meja , « La sociologie comme vocation. Viola Klein et Karl Mannheim » [p. 111-129]

Hors-champ

Clémence Schantz, « ‘Cousue pour être belle’ : quand l’institution médicale construit le corps féminin au Cambodge » [p. 131-150]

Matthieu Grossetête, « Un genre déclassé : l’information de santé à l’épreuve de la féminisation du journalisme » [p. 151-168]

Nassira Hedjerassi, « bell hooks : la fabrique d’une ‘intellectuelle féministe noire révoltée’ » [p. 169-188]

Lecture d’une œuvre

Rose-Marie Lagrave, « Une historienne inclassable : Joan Wallach Scott » [p. 189-216]

Notes de lecture

— Laurie Laufer et Florence Rochefort (eds). Qu’est-ce que le genre ? ; Laure Bereni et Mathieu Trachman. Le genre, théories et controverses ; Arnaud Alessandrin et Brigitte Esteve-Bellebeau (eds). « Genre ! L’essentiel pour comprendre ». Miroir/Miroirs, hors-série n° 1 (Lorena Parini)

— Stéphanie Hennette-Vauchez, Marc Pichard et Diane Roman (eds). La loi & le genre. Études critiques de droit français (Jacques Commaille)

— Fabienne Dumont. Des sorcières comme les autres. Artistes et féministes dans la France des années 1970 (Clélia Barbut)

— Brigitte Rollet. Jacqueline Audry. La femme à la caméra (Florence Tissot)

— Laurence Tain. Le corps reproducteur (Manon Vialle)

— Raewyn Connell. Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie (Régis Schlagdenhauffen)

— Massimo Prearo. Le moment politique de l’homosexualité. Mouvements, identités et communautés en France (Andrés Armengol Sans)

— Christophe Broqua et Catherine Deschamps (eds), Cynthia Kraus (collab.). L’échange économico-sexuel (Elise Palomares)

— Stéphanie Lachat. Les pionnières du temps. Vies profession­nelles et familiales des ouvrières de l’industrie horlogère suisse (1870-1970) (Amandine Tabutaud)

— Léonore Le Caisne. Un inceste ordinaire. Et pourtant tout le monde savait (Lise Gaignard)

[p. 217-253]


Pour plus de détails, voir le site de la revue: http://cahiers_du_genre.pouchet.cnrs.fr/FichesNumeros/numero61.html

Avis de soutenance: Eve Gianoncelli, La pensée conquise. Contribution à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre au XXe siècle, Paris, locaux parisiens de l’Université de Columbia, 12 décembre 2016

HiSoPo vous informe de la la soutenance de la thèse de doctorat en Science politique d’Eve Gianoncelli intitulée : La pensée conquise. Contribution à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre au XXe siècle. La soutenance se tiendra le lundi 12 décembre, à partir de 12h, dans la Grande Salle des locaux parisiens de l’université de Columbia, Reid Hall, 4 rue de la Chevreuse, 75006 Paris.

Le jury sera composé de :

Brent Hayes Edwards, Professeur d’Anglais et de Littérature comparée, Université de Columbia (rapporteur)

Laurent Jeanpierre, Professeur de Science politique, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Martine Leibovici, Maîtresse de conférences émérite en Philosophie politique, Université Paris- Diderot Paris 7

Frédérique Matonti, Professeure de Science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteure)

Enzo Traverso, Professeur en Humanities, Université de Cornell

Eleni Varikas, Professeure émérite de Théorie politique, Université  Paris 8  Vincennes Saint-Denis (directrice de thèse)

Un pot de soutenance est prévu, auquel vous êtes chaleureusement convié-e-s. Afin d’en faciliter l’organisation, merci de bien vouloir indiquer votre présence par mail à la principale intéressée : eve.gianoncelli@hotmail.fr


Résumé

Cette thèse porte sur les processus de constitution – problématiques – de femmes comme intellectuelles au XXe siècle. Pour ce faire, trois cas, nés vers 1900, sont étudiés : l’artiste et écrivaine proche des avant-gardes en général et des surréalistes en particulier dans le Paris des années 1920-1930 Claude Cahun, la journaliste martiniquaise du Paris colonial de ces mêmes années et figure militante et intellectuelle importante de la Martinique d’après-guerre Paulette Nardal ; et enfin Viola Klein, juive tchèque exilée en Angleterre et pionnière oubliée de la sociologie féministe. Réalisée à partir d’archives, de correspondances, d’un matériel textuel pluriel, souvent inédit-e-s, et d’entretiens, cette étude repose sur une analyse conjointe de la trajectoire et de la production culturelle de chacune de ces femmes. Il s’agit de comprendre comment leur expérience intellectuelle s’enracine dans des processus de prise de conscience de soi en tant que sujet renvoyé à l’altérité, femme, mais aussi sujet racialisé, qui façonnent les formes d’entrée dans la pensée. Ce travail rend également compte du positionnement complexe, dedans/dehors, de ces femmes par rapport aux mouvements (le surréalisme pour Cahun, la culture noire en général et la négritude en particulier pour Nardal), et disciplines (la sociologie de la connaissance et du travail pour Klein) « dans » lesquels elles s’inscrivent et ce qu’elles y apportent ainsi que la pluralité des formes de pensée et d’engagement qu’une telle position liminale révèle.  Il s’agit enfin d’interroger le processus de diffusion et de réception des œuvres et des idées, les logiques d’invisibilisation et d’oubli, mais aussi de redécouverte, qui participent également au devenir intellectuelle. Ce dernier point ouvre sur une réflexion relative aux logiques (nationales, disciplinaires, idéologiques) de construction du savoir. Cette thèse, interrogeant à partir de cas différents le devenir sujet des femmes et ce que peut lui faire la postérité, se propose ainsi de contribuer à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre.

Mots clés : Intellectuel-le-s ; devenir sujet ; altérité ; Claude Cahun ; Paulette Nardal ; Viola Klein ; surréalisme ; négritude ; sociologie de la connaissance ; études de genre ; rapports de pouvoir ; féminisme ; pensée ; engagement ; réception ; production du savoir.

Avis de parution: Christophe Charle & Laurent Jeanpierre (dirs.), La vie intellectuelle en France. Tome II: de 1914 à nos jours, Le Seuil, 2016.

HiSoPo vous informe de la parution du tome 2 de l’ouvrage collectif coordonné par Christophe Charle et Laurent Jeanpierre: La vie intellectuelle en France. Tome II: de 1914 à nos jours aux Éditions du Seuil.



Présentation

Depuis deux siècles, la vie des idées en France s’est étendue et en partie « démocratisée ». L’élévation du niveau d’éducation de la population, la croissance du nombre des producteurs intellectuels, les bouleversements des modes de circulation des idées et de l’espace public, l’évolution des hiérarchies entre les domaines de la pensée et les changements de rapports de force culturels, scientifiques et politiques entre nations ont modifié la physionomie du pays. Toutefois des tendances longues n’en continuent pas moins de produire leurs effets, qui expliquent le rapport particulier que la France entretient avec ses intellectuels et la forme qu’y prennent leurs interventions.
C’est à rompre avec une conception étroite de la vie des idées que s’emploie cette nouvelle histoire intellectuelle de la France contemporaine, ouverte sur les échanges extérieurs avec le monde, la diversité des domaines d’exercice de la pensée, les institutions et les mouvements généralement négligés.
Ce deuxième volume s’étend de 1914 à nos jours. Les conflits qui se succèdent de la Première Guerre mondiale à la guerre d’Algérie consacrent la valeur de l’engagement politique des intellectuels dans un contexte d’institutionnalisation du travail de la pensée. La déploration actuelle de leur perte d’influence et de légitimité dans l’espace public masque quant à elle la vitalité, la nouveauté et les voies inédites d’expression des idées qui, jusqu’à aujourd’hui, ambitionnent de comprendre le monde, voire de le transformer.


Pour plus de détails sur ce tome, veuillez vous rendre sur le site de l’éditeur: http://www.seuil.com/ouvrage/la-vie-intellectuelle-en-france-tome-2-collectif/9782021081435

Vous pourrez trouver également la présentation du premier tome ici: http://www.seuil.com/ouvrage/la-vie-intellectuelle-en-france-tome-1-sophie-renaut/9782021081381

 

Avis de parution: « Scholactivisme: Reflections on Transforming Praxis Inside and Outside the Classroom », Works and Days, vol. 33-34, 2016-2017

HiSoPo vous informe de la parution du vol. 33-34 de la revue  Works and Days, en collaboration avec Cultural Logic, intitulé « Scholactivisme: Reflections on Transforming Praxis Inside and Outside the Classroom ». Vous y trouverez notamment un entretien avec Ricardo Antunes, Pietro Basso, Michael Löwy, José Paulo Neto et Leo Panitch où l’on traite du concept d’intellectuel.


W&D 2016-2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


CONTENTS

Table of Contents and Marc Bousquet’s « Here We Come »

Joseph G. Ramsey: « Introducing Scholactivism: Reflections on Transforming Praxis in and beyond the Classroom »

Conversations with Activist Scholars

Edward J. Carvalho with Ward Churchill: « The Activist Scholar: A Responsibility ‘to confront and dismantle' »

Babak Amini: « Scholactivism: A Roundtable Interview with Ricardo Antunes, Pietro Basso, Patrick Bond, Michael Lowy, Jose Paulo Netto, and Leo Panitch »

Carl Grey Martin and Modhumita Roy with Marcus Rediker: « Narrative Resistance »

Defining and Contesting the Terms and Terrain of « Schol-Activism »

Toby Miller: « We Are All Activists Now »

Patrick Colm Hogan: « Politically Engaged Scholars: An Analytic of Positions and Norms »

The MLA Subconference Committee: Bennett Carpenter, Laura Goldblatt, Lenora Hanson, Karim Wissa, and Andrew Yale:  »

Resisting Neoliberalism in the University–Classes, Campuses, Communities

Jeffrey Noonan: « Resolving the Contradictions of Academic Unionism »

Gary Zabel: « Critical Revolutionary Praxis in the Neoliberal University »

Bradley Freeman: « Better Days Ahead: Teaching Revolutionary Futures and Protesting the Present »

John Maerhofer: « Lukacs, Mariategui, and the Dialectical Roots of Edu-Activism »

Stephen Ferguson and Gregory Meyerson: « Shred of Truth: Antinomy and Synechdoche in the Work of Ta-Nehisi Coates »

Ian Butcher: « Student Evaluations, Neoliberal Managerialism, and Networks of Mistrust »

Learning in the Shadow of State Terror: A Poetic Interlude

Demetrius Noble: « ‘I am Not that Corpse: A Working Praxis for Black Lives Matter,’ ‘A Martyr without a Cause, or Much Ado about Trayvon,’ ‘Homecoming' »

Jill McDonough: « ‘Amos D. Squire, Chief Physician of Sing Sing, 1914-25,’ ‘Joe Hill’s Prison,’ ‘Coffee Everyone,’ ‘Blackwater,’ ‘Women’s Prison Every Week,’ ‘Where You Live,’ ‘Dear Gaybashers' »

Virtual Universities, Digital Activists, and their Discontents

Ali Shezhad Zaidi: « The Promise and Peril of the Virtual University »

Efadul Huq and Xavier Best: « Untangling the Scholactivist Web »

Sophia A. McClennen: « What’s Wrong with Slactivism? Confronting the Neoliberal Assault on Millennials »

Doing What We Can from Where We Are: Personal Histories and Case Studies

Jeffrey DiLeo: « Top Cover: On Administrative Activism in the Neoliberal Academy »

Katie Hogan: « Complicit: On Being a WGSS Program Director in the Neoliberal University »

Vincent B. Leitch: « Letter on Scholactivism: To Graduate 411 Students and Young Colleagues »

Marisol Cortez: « Occupy Los Intersticios! Or, In Defense of Carbon-Free Unicorns »

Tony Van der Meer: « Fighting to be Different in the Academy »

Kim Emery: « Rights and Rebellion: The Faculty Role, Revisited »

Learning from Those who Taught Us: Tributes

Victor Wallis: « Richard Levins and Dialectical Thinking »

Joel Woller, Courtney Maloney, and Charles Cunningham: « On the Ground with David Demarest: Toward a Methodology of Scholar Activism »

Christopher Craig: « John Trudell and the Spirit of Life »


Pour plus de détails, veuillez vous rendre sur le site de la revue à l’adresse ULR suivante: http://www.worksanddays.net/W&D%202016-2017.html

Séance 7: « L’histoire sociale de la philosophie en question : autour de L’Ontologie politique de Martin Heidegger par Pierre Bourdieu » (25 mai 2016)

La septième séance du séminaire HiSoPo intitulée « L’histoire sociale de la philosophie en question : autour de L’Ontologie politique de Martin Heidegger » aura lieu le 25 mai 2016. Cette séance sera l’occasion d’écouter deux communications:

  • Mathieu Hauchecorne (MCF en science politique, CRESSPA-Labtop, Université Paris 8) : « Que faire de la notion de réfraction en sociologie des idées ? »

  • José Luis Moreno Pestaña (MCF en philosophie à l’Université de Cadix, HDR en sociologie à l’EHESS, chercheur au CESSP-CSE) : « Lire le Heidegger avec le Manet : la sociologie de Bourdieu et la grandeur philosophique »

Ces deux communications seront suivies d’une table ronde avec les intervenants : Christopher Hamel, Thibaut Rioufreyt et Arnault Skornicki.

La séance aura lieu le mercredi 25 mai 2016 de 9h30 à 13h, au 9 rue de la Chaise 75007 Paris, Salle 900.

Séance 2 : Un « classique » de l’histoire sociale des idées politiques: Le Fromage et les vers, de Carlo Ginzburg (25 janvier 2016)

La deuxième séance du séminaire HiSoPo porte sur un « classique » de l’histoire sociale des idées politiques: Le Fromage et les vers, par Carlo Ginzburg et est organisée autour de deux communications:

  • Bernard Pudal (Professeur de science politique émérite à l’Université Paris 10, chercheur au CRESPA-CSU) : « Le fromage et les vers de Ginzburg et la question des “cultures populaires” en histoire et sociologie »
  • Laurent Bonelli (MCF en science politique à l’Université Paris 10, chercheur à l’ISP) : « De la trace à la preuve : penser les logiques de l’antiterrorisme contemporain avec Ginzburg »

Les deux communications sont discutées par Deborah Cohen (MCF en histoire moderne à l’Université de Rouen, chercheuse au GHRis).

La séance a lieu lundi 25 janvier 2016, 14-17h, à Sciences Po, Salle du Conseil, 13 rue de l’Université, 75007, Paris.

Vous pouvez écouter l’enregistrement audio de la séance ci-dessous:

ATELIER « SOCIOLOGIE DES INTELLECTUELS ET DES ÉLITES : MÉTHODES ET APPROCHES THÉORIQUES », EHESS, 2015-2016

HiSoPo vous informe du lancement de l’atelier « Sociologie des intellectuels et des élites: Méthodes et approches théoriques » co-organsié par Antoine Aubert, Mohamed Amine Brahimi et Amín Pérez.

Présentation

Cet atelier a pour ambition de se pencher sur l’histoire sociale des idées politiques et plus généralement sur la sociologie des intellectuels. La sociologie des intellectuels et des élites a connu au cours des quarante dernières années un renouveau considérable, comme en témoignent les travaux de nombreux auteurs tels que Pierre Bourdieu, Michèle Lamont, Randall Collins, etc.  Notre objectif sera, à travers les différentes interventions, d’apporter un regard spécifique et explicite sur les outils que nous apportent l’histoire, la sociologie et la science politique pour objectiver la production intellectuelle et les contraintes qui pèsent sur elle. Il s’agira également de s’intéresser aux différentes méthodes permettant d’analyser la circulation et la réception des idées au sein du champ intellectuel, mais également au-delà. Cet atelier doit permettre un bon fonctionnement des comparaisons entre disciplines afin de réfléchir sur les instruments d’étude ainsi que des objets et des contextes différents. Associée autant que possible aux intérêts des étudiants, chaque séance portera sur un thème déterminé.

Calendrier

L’atelier ce déroule le 1er et 3e vendredi du mois de 15 h à 17 h du 20 novembre 2015 au 18 mars 2016 – La séance du 04 décembre est avancée au 03 décembre en salle 1 et celle du 5 Février est déplacée aux 12 Février en salle 587.

20 novembre 2015: Sophie Noel, Maîtresse de conférence à l’Université Paris 13, « Spécificités de l’enquête en milieu intellectuel : l’exemple des éditeurs de critique sociale». (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

3 décembre 2015: Marco Santoro, Professeur de Sociologie à  l’Université de Bologna a « Gramsci and Bourdieu: sociology of a missed encounter», (salle 1, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris)

29 janvier 2016:  Boris Gobille, Maître de conférence de science politique à l’ENS de Lyon, Titre à venir,  (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR de Sciences Politique de Paris 1, salle G605, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris).

12 Février 2016: Paul Pasquali, sociologue chargé de recherche au CNRS (CURAPP-ESS, Amiens) : « Les ‘noms propres’ d’une entreprise collective: quelques réflexions sur les enquêtes de Jean-Claude Chamboredon » (salle 587 , 5ème étage. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

19 Février 2016: Juliette Rennes, Maîtresse de conférences à l’EHESS «Analyser des controverses et débats publics» (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

4 Mars 2016: Amzat Boukari-Yabara, Docteur associé au Centre d’études africaines (Ceaf, EHESS ), «Intellectuels et militants panafricanistes : entre groupe social et groupe de travail » (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris)

18 Mars 2016:  Eric brun, Chercheur associé au Centre européen de sociologie et de science politique de la Sorbonne (CESSP-Paris) « Faire la sociologie (historique) d’une « avant-garde ». Retour sur une enquête portant sur le mouvement situationniste (1950-1972) » (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

Adresses électroniques de contact : amine_brahimi@hotmail.ca; antoine.aubert21@gmail.com; aminperezv@gmail.com

Colloque « Les intellectuels empêchés », CESSP/EHESS, 7-9 octobre 2015

Brigitte Gaïti et Nicolas Mariot organisent un colloque de trois jours sur les « Intellectuels empêchés » qui se déroulera les 7, 8 et 9 octobre. Abordant la question de l’intellectualité à travers des expériences contraignant l’exercice de pensée (exil, enfermement, clandestinité, déportation, voyage, établissement en usine, maladie, etc.), ce colloque est une contribution importante non seulement à la sociologie des intellectuels mais aussi à une histoire sociale des idées politiques, attentive aux conditions matérielles, sociales, techniques, culturelles dans lesquelles les idées émergent, circulent, sont reçues. Vous trouverez le lien vers la page web de l’événement sur le site du CESSP (Actualités_CESSP) ainsi que ci-joint le programme et la présentation de cette manifestation scientifique (Programme_et_présentation_JE_Intellectuels_empêchés).

Lieux

– 7 octobre matin: Maison des mines, 270 rue Saint Jacques, salle G

– 7 octobre après-midi: La Sorbonne (Paris IV), escalier G, salle J 636

– 8 et 9 octobre, EHESS Bâtiment Le France, 198 avenue de France, 75013, salle des commissions A et B

6ème Congrès de l’AFS – RT 27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise », Saint-Quentin-en-Yvelines, 29 juin-2 juillet 2015

Du 29 juin au 2 juillet 2015 a eu lieu à Saint-Quentin-en-Yvelines le 6ème congrès de l’AFS (Association française de sociologie). Dans ce cadre, le réseau thématique RT27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise : savoirs et pouvoirs », partenaire du groupe HiSoPo, a organisé sept sessions dont les thématiques ne peuvent qu’intéresser HiSoPo. Quatre sessions blanches ont ainsi été organisées sur les « savoirs d’État », les « Critiques et scientifiques face aux arts et à la littérature », « Le droit et les idées politiques comme faits sociaux » et « Scientifiques et intellectuels entre mondes savants, structure extra-académiques, et espace militant ». Trois autres sessions ont porté sur des thématiques spécifiques détaillées ci-dessous, la première étant directement liée au thème général du congrès. Des sessions particulières ont ainsi été consacrées au rôle des experts dans la naturalisation du monde social, aux sciences humaines et sociales en temps de guerre et à l’engagement des intellectuels au sein des associations. Vous trouverez le lien vers la page web de l’événement sur le site du RT 27 (RT27_6e_Congrès_AFS_2015_07) ainsi que ci-joint l’appel à communications (Appel-a-communication-AFS-RT27-congres2015) et le programme des sessions (RT27-congres2015_programme).

Appel à participer à HiSoPo

Depuis leur lancement en 2012, l’Association française de science politique (AFSP) entend grâce à ses groupes de projet encourager la création de regroupements interinstitutionnels d’enseignants-chercheurs, de réseaux de proximité entre chercheurs français et étrangers, juniors et seniors, travaillant sur une même question mais n’ayant pas toujours la possibilité, dans leurs contextes professionnels respectifs, de se rencontrer dans le cadre d’un espace de recherche spécifique qui soit suffisamment structuré sur la durée pour permettre une élaboration collective originale, tant du point de vue des problématiques que des méthodes. Parmi ces groupes, HiSoPo (Histoire sociale des idées politiques) est l’un des quatre groupes de projet AFSP retenu pour la période 2015-20171.

Comme son nom l’indique, l’histoire sociale des idées politiques n’est pas affaire de solitaire, tant il paraît impossible de tenir seul tous les maillons de la chaîne de production et de circulation des idées politiques. Ainsi, la relative double ignorance, notamment, des philosophes et des spécialistes de théorie politique sur les conditions socio-historiques de formation et de transformation des concepts, et des sociologues et politistes sur les replis et les subtilités des débats, des argumentations et des agencements conceptuels, ne peut être surmontée que par un investissement éminemment collectif. Le groupe HiSoPo se conçoit donc comme un authentique laboratoire de transactions et de traductions : non pour suivre les injonctions à l’interdisciplinarité et de l’internationalisation, ni seulement pour confronter différentes perspectives disciplinaires et traditions « nationales », mais pour élaborer ensemble un programme méthodologique qui, à défaut d’être entièrement neuf ou révolutionnaire, aura pour ambition d’être cohérent et articulé à une série de travaux et de terrains précis. Pour que la division du travail ne soit pas synonyme de cloisonnement, mais de coopération active et réfléchie entre social scientists, philosophes, historiens et littéraires – pour ne citer qu’eux.

Le groupe HiSoPo appelle donc tous les chercheurs intéressés à ces questions, quel que soit leur statut, à rejoindre cet collectif et à suivre ces différentes activités. Tout au long de ces deux années, avec un séminaire mensuel, des journées d’études et des colloques, mais aussi avec un site internet dédié aux question de méthode en histoire sociale des idées politiques, il ne manquera pas d’occasions d’échanger et de consolider des liens entre disciplines, écoles, individualités. Nous espérons ainsi que cette entreprise pourra être pérennisée au-delà de ces deux années.

Enfin, le groupe HiSoPo ne connaît pas de limite temporelle ou géographique a priori : l’histoire du temps présent ne sera pas systématiquement préférée à celle des périodes moderne, antique ou médiévale ; la France et l’Europe, au reste du monde ; la politique légitime des élections, des souverains, des partis, des philosophes et des États, à celle, souvent plus cryptée, des sciences dites objectives, des groupes populaires réputés dépolitisés, de la presse apparemment non politique.

1 Toutes les informations sur le fonctionnement des groupes de projet de l’AFSP sur le portail web http://www.afsp.info/gp/. Portail où vous pourrez également retrouver les archives des groupes de projet 2012-2015.