Archives par mot-clé : Marxisme

Colloque international : « Marx’s achievements as an economist and political philosopher », 27-29 september 2017, Lyon

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque international « Marx’s achievements as an economist and political philosopher » qui aura lieu à Lyon du 27 au 29 septembre 2017. Cet événement est organisé avec l’European Journal of the History of Economic Thought, pour marquer le bicentenaire de la naissance de Karl Marx.


Comité scientifique

François Allisson (Université de Lausanne). Oleg Ananyin (National Research University Higher School of Economics, Moscow). Riccardo Bellofiore (Università di Bergamo). Ivan Boldyrev (Ruhr-Universität Bochum & National Research University Higher School of Economics, Moscow). Jérôme de Boyer des Roches (Université Paris-Dauphine). Pierre Dockès (Université Lyon 2 & Triangle, Lyon). Rodolphe Dos Santos Ferreira (Université de Strasbourg). Ragip Ege (Université de Strasbourg). Gilbert Faccarello (Université Panthéon-Assas, Paris). Ludovic Frobert (CNRS). Christian Gehrke (Karl-Franzens Universität & Graz Schumpeter Centre). Rebeca Gomez Betancourt (Université Lyon 2 & Triangle, Lyon). Yinxing Hong (Nanjing University). Masashi Izumo (Kanagawa University, Yokohama). Heinz D. Kurz (Karl-Franzens Universität & Graz Schumpeter Centre). Gary Mongiovi (St. John’s College, New York). Kenji Mori (Tohoku University, Sendai). Wilfried Parys (Universiteit Antwerpen). Fabio Petri (Università di Siena). Jean-Pierre Potier (Université Lyon 2 & Triangle, Lyon). Regina Roth (Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften, Berlin). Neri Salvadori (Università di Pisa). Anwar Shaikh (New School for Social Research, New York). Claire Silvant (Université Lyon 2 & Triangle, Lyon). Susumu Takenaga (Daito Bunka University, Tokyo). Keith Tribe (Independent Scholar, Malvern). Roberto Veneziani (Queen Mary University of London). Kiichiro Yagi(Setsunan University, Osaka).


Comité d’organisation


Présentation

2018 marks the year of the bicentenary of Karl Marx’s birth. On this occasion, a conference co-organized by the research centre Triangle and the European Journal of the History of Economic Thought will be held in Lyon to recall Marx’s achievements as an economist and political philosopher.

Was Marx the “odd man out”, a “crank”, whose contribution defies any conventional classification and assessment ? Was he a “minor post Ricardian”, as has been contended ? Was he a genius of political economy, whose statements contain indubitable truths, as some of his followers maintain ? The questions to be dealt with include the following : What is the relationship between Marx’s philosophical training in Hegel and Kant and his political economy ? What is the relationship between his political economy and that of the classical economists ?

To what extent was he aware of the rise of the marginalist doctrine and how did he react to it ? How were his propositions received in the academic and political sphere ? How did his message spread around the world ? What can we learn from him today ? Thanks to the publication of substantial parts of the new MEGA edition, we can now form a much clearer idea of the progress of Marx’s work and the reasons why he did not succeed in completing Das Kapital. Contributions that take into account the MEGA are especially welcome.

All proposals of papers (1,000 words at the most) on all aspects of Marx’s thought and writings will be welcome. They must be sent simultaneously to Rebeca Gomez Betancourt (rebeca.gomezbetancourt@univ-lyon2.fr) and Gilbert Faccarello (gilbert.faccarello@u-paris2.fr) no later than 15 February, 2017. (Full papers are due by 15 July, 2017.)

Authors submitting papers do so on the understanding that papers accepted for the conference are eligible for a special issue of the European Journal of the History of Economic Thought.

A special day for PhD students and young researchers

In supplement and as a prelude to this event, the conference will be preceded by a day of lectures and debates around the work of Karl Marx, in order to introduce the Marx studies to PhD students and young research fellows interested in the topic.


Call for papers on the we site of Triangle : http://triangle.ens-lyon.fr/IMG/pdf/1818marx_2018callforpapers.pdf

Colloque international « La France d’Antonio Gramsci », ENS de Lyon, 23-25 novembre 2017

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque international « La France d’Antonio Gramsci » qui aura lieu du 23 au 25 novembre 2017 à l’ENS de Lyon


Comité scientifique


Présentation

Pour contribuer à célébrer en France le quatre-vingtième anniversaire de la mort du grand penseur italien (1891-1937), nous invitons les chercheurs à un travail collectif sur « la France d’Antonio Gramsci », dans le cadre d’un colloque qui se tiendra à Lyon (lieu important pour l’histoire du communisme italien et du rôle qu’y joua Gramsci, puisque s’y tint, en janvier 1926, le 3e congrès du PC d’I).

Comme cela se vérifie également à l’échelle mondiale, le nom de Gramsci est depuis quelques années très présent dans l’espace public français, tant dans les champs politique et journalistique que dans les débats théoriques et les sciences sociales ; on note aussi des travaux français récents sur Gramsci et sa réception en France. En revanche, bien peu a été fait sur la présence de la France dans son œuvre et c’est bien cet aspect que nous entendons traiter.

Le colloque « la France d’Antonio Gramsci » se penchera donc sur la place et la fonction de l’histoire, de la politique et de la culture françaises dans la réflexion de Gramsci. Cette question n’a jusqu’ici pas fait l’objet d’études systématiques. Il est pourtant incontestable que la formation de Gramsci est en large part constituée de culture française et que, tout au long de son œuvre, la France lui sert de point de référence à partir duquel penser la situation italienne. C’est particulièrement vrai dans la mise en évidence du rôle de la politique française – avec l’économie anglaise et la philosophie allemande – comme une des trois sources du marxisme. Au delà de cette première constatation, la présence d’auteurs, événements et thèmes français dans ses textes – au premier rang desquels les Cahiers de prison – est particulièrement forte et bien connue de la critique. Il s’agira donc d’examiner certains de ses concepts les plus importants (jacobinisme, national-populaire…), certaines de ses thématiques historiques (les Lumières, la Révolution française, les rapports ville-campagne…), politiques (syndicalisme révolutionnaire, Maurras et l’Action française…) et culturelles (culture française, intellectuels français…) en les mettant en résonance avec sa réflexion d’ensemble et le rythme de sa pensée. Gramsci pense la France, son histoire et sa culture, mais son intention vise bien au-delà !

Ce colloque se tiendra malheureusement en l’absence d’André Tosel, qui fit tant pour la diffusion de l’œuvre de Gramsci en France. André avait chaleureusement soutenu l’idée d’organiser à Lyon un événement commémorant le penseur italien et il devait bien sûr faire partie de son conseil scientifique. Sa générosité et son enthousiasme nous manqueront autant que sa science. Un hommage lui sera rendu pendant le colloque.

Les propositions d’intervention (dont les thématiques ne doivent évidemment pas se restreindre aux exemples que nous avons cités) sont à envoyer à Romain Descendre (romain.descendre[at]ens-lyon.fr) et à Jean-Claude Zancarini (jean-claude.zancarini[at]ens-lyon.fr) avant fin mai 2017.

Conférence de Gareth Stedman Jones, Nanterre, CREA, 28 avril 2017

A l’invitation du Centre de Recherches Anglophones (CREA, EA 370), l’historien des idées et Professeur à la Queen Mary University of London Gareth Stedman Jones sera à Nanterre le vendredi 28 avril pour présenter son dernier livre : Karl Marx. Greatness and Illusion, Allen Lane, 2016.

La discussion sera assurée par Fabrice Bensimon (University College London), Frédéric Monferrand (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Norbert Waszek (Paris 8). L’événement aura lieu à 16h à l’amphi Max Weber.


Vous trouverez plus d’informations sur cet événement sur le site du CREA et sur l’ouvrage sur le site de l’éditeur: https://www.penguin.co.uk/books/55619/karl-marx/

Séance 4: Que faire du concept d’idéologie ? (27 janvier 2017)

La quatrième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée « Que faire du concept d’idéologie ? Concept, objet et terrain » aura lieu le vendredi 27 janvier 2017. Cette séance, organisée en collaboration avec l’Institut des sciences sociales du politique/Université Paris Ouest Nanterre La Défense sera l’occasion d’écouter l’intervention de:

  • Julien Pallotta (Professeur agrégé de philosophie, IFCS/UFRJ et Erraphis/ Toulouse 2 Jean Jaurès) : « La question de l’idéologie dans l’althussérisme et le post-althussérisme ».

Elle sera discutée par Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle) et Arnault Skornicki (MCF en science politique, Nanterre/ISP).

La séance aura lieu le 27 janvier 2017 de 14h à 17h à l’Université de Nanterre, Bâtiment K (Maison Max Weber), Salle 2.

JE « La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réceptions, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, 17 janvier 2017

HiSoPo vous informe du programme de la journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Co-organisée par Lucile Dumont (EHESS, CESSP), Quentin Fondu (EHESS, CESSP) et Laélia Véron (ENS Lyon, Paris 3, IHRIM), elle aura lieu le mardi 17 janvier 2017 à l’EHESS. Vous trouverez le programme ci-dessous ainsi qu’en PJ ici: programme_je_goldman_2017_01_17


JOURNÉE D’ÉTUDES – 17 JANVIER 2017
EHESS, 190-198 Av. de France, 75013 Paris (8e étage, Salle J-P Vernant)
 
La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann.
Réceptions, héritages et usages contemporains
 

PROGRAMME
9h : Accueil des participants
 
Matinée : Premières réceptions et appropriations des travaux de Lucien Goldmann
9h15 – 9H45 : Introduction, Lucile Dumont (EHESS, CESSP) et Quentin Fondu (EHESS, CESSP).
9h45 – 10h45 :
Jacques Leenhardt (EHESS, CRAL) :
La sociologie de la littérature de Goldmann : critique progressiste et déterminisme social.
Alain Cantillon (Univ. Paris 3, GRIHL) : Le Dieu caché de Lucien Goldmann. Parier et croire en 1955.
Pause

11h – 12h :
Christos Grosdanis (Univ. Paris 7, CERILAC): Lucien Goldmann et René Girard : enjeux d’un dialogue.
Rachel Nadon (Univ. Montréal) : Réseaux intellectuels et réception de la pensée de Lucien Goldmann au Québec.
 
12h – 13h30 : Déjeuner
 
Après-midi : Nouvelles perspectives et applications des méthodes goldmanniennes
13h30 – 14h : Introduction, Laélia Véron (ENS Lyon/ Paris 3, IRHIM).
14h – 15h :
Paulo Procopio Ferraz (Univ.
Paris 8): Une écriture paradoxale.
Andrea d’Urso (Univ. Lille 3 – CECILLE, Univ. del Salento) : Pour une sociologie « sémiotique » de la littérature. Idéologie, réification et vision du monde entre Goldmann et Rossi-Landi.
Pause

15h15 – 16h45 :
Michael Löwy (CNRS, CéSor), Robert Sayre (Univ. Paris Est- Marne la Vallée): Lucien Goldmann et la vision du monde romantique.
Laurie Rousseville (Univ. Lyon 2, Passages XX-XXI) : Lucien Goldmann et le « théâtre de la révolte » de Jean Genet : (re)penser le « théâtre politique »
Françoise Gaillard (Paris 7, LAC) : Titre à définir.

17h-17h30 : Discussion générale et clôture de la journée par Gisèle Sapiro (EHESS, CNRS, CESSP).

Apéritif de clôture

Contact : jegoldmann2017@gmail.com

 

CfP: 53rd ITH Conference « Worlds of Labour Turned Upside Down – Revolutions and Labour Relations in Global Historical Perspective », Linz/Upper Austria, 21-23 September 2017

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communications pour la 53ème International Conference of Labour and Social History (ITH) qui porte sur le thème  » Worlds of Labour Turned Upside Down – Revolutions and Labour Relations in Global Historical Perspective ». La conférence aura lieu du 21 au 23 septembre 2017 à Linz (Autriche).


Call for Papers for the 53rd ITH Conference

« Worlds of Labour Turned Upside Down –

Revolutions and Labour Relations

in Global Historical Perspective« 

21-23 September 2017,
Linz/Upper Austria

 


CALL FOR PAPERS

After a long quarantine, “revolution” is back as a topic of historiographical debate. The upcoming anniversary of 1917 – arguably one of, if not the most momentous event of the 20 th century – has further fuelled this renewed interest. The reasons for the trend might be sought, on the one hand, in broader contemporary social experiences of crisis – including economic crises, recent upheavals in the Arab world, or movements and governments in Latin America aiming at transformation or even explicitly revolution. On the other hand, internal shifts within the domains of historical studies have made revolutions an attractive object of study again: Under the influence of dynamic debates around “global history” and “transnational perspectives” revolutions have emerged as an obvious object of study for those interested in the circulation of ideas, persons, commodities, practices, etc., as well as the connection between locations.

Taking this fresh attention given to revolutions as a starting point, the ITH Conference 2017 proposes to realign the focus and to discuss the specific interrelation between revolutions and labour relations. This interrelation is, of course, most conspicuous in all those movements and political projects, especially after 1917, in which a shift in ownership and labour relations was explicitly seen as a prime mover of revolutions. Labour relations were, however, not only on the mind of actors who were following Marxist ideas about what constitutes the social. Furthermore, also without an elaborated ideology and programme on labour-related issues, revolutionary processes have always been greatly shaped by the crises and conflicts emerging from the worlds of labour and by the aspirations and agency of labourers. For instance, the revolution of the slaves of Saint-Domingue in 1804 has to be seen as such directly labour-related upheaval (figuring as the iconic example of so many revolts and attempted revolutions by those bound by modern Atlantic chattel slavery). Yet, the importance of all matters of labour can also be seen in more recent events: for example, in a number of labour conflicts during the 2000s that preceded the movements of the Arab spring.

Approaching change within the “worlds of labour”, the conference aims at bringing the renewed interest in revolutions together with the vibrant debates in the field of Global Labour History. The latter has evolved over the last two decades focusing on the analysis of labour relations – emphasizing their diversity and the interrelated co-existence of various forms in the development of modern capitalism. Broadening both the geographical scope of labour history and the notion of “worker” it has set out to include the history of slaves and other unfree labourers, as well as of self-employed, informal,precarious, or unpaid (subsistence) workers. How were revolutions grounded and shaped by this diversity of labour relations? How did different groups of labourers act in and influence revolutionary processes? And, how did these revolutionary transformations determine shifts in the composition of the labour force as well as the shape of labour relations?

Starting from these basic questions about the interrelations of revolutions and labour, the following themes, topics, and lines of enquiry are possible:

Before-&-After-analysis: One line of enquiry can be a systematic analysis of labour relations before, during, and after revolutions. Contributions might analyse both the transformation of labour relations “on the ground” and the changes in the institutional and legal frameworks of labour (such as the introduction of novel labour laws, or, as in some countries after 1918, comprehensive “labour constitutions”). Such papers might focus both on the groups of labourers directly involved in revolutionary struggles or on those not, on groups faring better during or after revolutionary transformations or on those faring worse, on intended changes and unintended consequences.

Labour, Revolution and War: A further dimension which merits attention is the frequent interrelation between war and revolutionary events. As epitomized in the experience of WWI, wars often brought about sharp and enforced changes for labourers, turning workers into soldiers or dictating the militarization of labour. This had multiple repercussions for the whole of society, with the intensified recruitment of women for industrial non-household work being among the most important. As wars and home front policies caused multiple and contradictory shifts along the spectrum of “free” und “unfree” labour, the composition of the industrial workforce as well as the worlds of everyday reproduction, these upheavals both fuelled revolutionary unrest in the wake of wars and, in many cases, cast long shadows on the way labour was organised during revolutionary periods and post- revolutionary societies. It is this interlinkage between “labour under war” and “labour under revolution” which will be at the heart of this line of enquiry.

Microanalysis: A sizeable literature has built up over the last decades allowing unique glimpses at the “big” processes of revolutions by focusing on rather small units either of production (factories, workshops, plantations, households) or community (villages, neighbourhoods). In that, one of the topical issues for researchers about revolutions in the 20 th century is the self-organisation of workers, peasants, and other groups in councils, soviets, or committees. Which insights do these approaches allow on the ways labour relations have been transformed and re-arranged during revolutionary periods? How did local issues and labour grievances connect to more overarching revolutionary themes? Which interrelations between female reproductive and subsistence labour on the one hand, and out-of-household labour on the other hand, can be observed during revolutionary periods? In which ways did the gendered division of labour interact with revolutionary processes?

Tele-connections: Papers in this line of enquiry might, for one, analyse translocal connections between actors in different localities, e.g. the (seasonal) migration of labourers during revolutionary periods and its repercussions, or the active solidarities between actors considering themselves to be revolutionaries. At the same time, they might also focus on transhistorical connections between revolutions by analysing how actors in revolutions referred to previous examples, e.g. how actors during 1917 referred to 1789 in its vision of social transformation of labour.

Revolution as labour: Revolutions have generated a specific type of social actor – those living for and from revolutionary activity. From intellectual instigator to political orator, soldier to activist, or emissary to spy, this line of enquiry will analyse the conditions, forms, and changing characteristics of those making a living while or through being dedicated or enlisted to revolutionary activity.

Thinking revolution and labour relations: The interrelation of revolutions and labour relations is also shaped by the ways actors (both of the time and subsequently) have reflected upon and intervened regarding this relation. What were the aspirations revolutionary actors had about labour relations? How did after-the-event interpretations – by activists, intellectuals, or, more specifically, historians – conceive this interrelation? Did they highlight specific factors, such as technological change or the role of ideology?

While this list is not exhaustive and the organizers are open to all proposals connecting to the general topic of the conference, this conference particularly seeks to encourage papers which use comparative approaches (both synchronic and diachronic) or point to
connections between places and actors apart. The conference encourages papers covering all world-regions and going beyond the well-known array of “classical” revolutions. The organizers also encourage a long global-historical perspective and the conference is open to papers on different periods. This includes the more remote
processes and events in early modern period or the transformations around 1989 and beyond, as long as they stick to the focus on the interrelation of revolutions and labour relations in an original way. The conference will also explicitly use the notion of larger transnational “cycles of revolution” presupposing the existence of interconnected clusters of revolutions affecting different regions at the same time.

This conference will be organized in a spirit that expressly acknowledges the fundamentally contested nature of all revolutions (both among actors of the time and subsequent historians). It adheres to a rather broad notion of “revolution” – including failed or attempted revolutions, revolutionary situations, as well as those imposed from above or through war. It nevertheless insists that the debate is on condensed (and relatively short) processes of crises, conflict, and change. The conference’s focus thus remains on cases where there was both an element of (political) transition and one of (social) transformation. While this encourages papers on, for instance, the interrelations between decolonization and labour relations, other instances in which the notion of “revolution” is common to denote processes of deep transformation (such as “industrial revolution”, “Fordist revolution”, “neoliberal revolution”, etc.) will not be at the centre of interest.


SUBMISSION

Proposed papers should include:

  • abstract (max. 300 words)
  • biographical note (max. 200 words)
  • full address und e-mail address

Proposals to be sent to Lukas Neissl: lukas.neissl@doew.at


TIME SCHEDULE

Submission of proposals: by 29 January 2017
Notification of acceptance: 1 March 2017
Full papers or presentation versions: by 20 August 2017


PREPARATORY GROUP

Tamás Krausz, Eötvös Loránd University, Budapest
Ragnheiður Kristjánsdóttir, University of Iceland, Reykjavík
Marcel van der Linden, International Institute of Social History, Amsterdam
David Mayer, ITH, Vienna
Stefan Müller, Friedrich Ebert Foundation, Bonn
Goran Musić, Centre for Southeast European Studies, University of Graz
Lukas Neissl, ITH, Vienna
Felix Wemheuer, University of Cologne


Vous pouvez également télécharger l’appel à communications en format PDF en langue anglaise (ith_cfp_2017_en-1) ou allemande (ith_cfp_2017_de-1).

CfP: « The Political Rhetoric of Isms », Contributions to the History of Concepts, deadline: 30 March 2017

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à contributions pour la revue Contributions to the History of Concepts sur la rhétorique politique des « ismes » qu’il s’agisse de courants politiques (libéralisme, communisme, fascisme, socialisme, etc.) ou de sensibilités politiques autour d’une personnalité (gaullisme, mitterrandisme, jospinisme,  blairisme, sarkozysme, berlusconisme, etc.). La deadline pour soumettre une proposition d’article est fixée au 30 mars 2017.


Call for Papers to Contributions to the History of Concepts
The Political Rhetoric of Isms  

 


Isms form a great part of our political, cultural, and scholarly language. It would be quite difficult to conduct a serious conversation on literature, music, religion, or sciences without isms like “romanticism,” “classicism,” “neorealism,” “constructivism,” “Freudianism,” or “Platonism.” And it would be hard to imagine any news broadcasting on politics without words such as “liberalism,” “conservatism,” “communism,” “feminism,” or “multiculturalism.” The ism suffix has spread to nearly all languages either as a direct adaptation, or as a sign that roughly corresponds to the idea of an ism. In short: the use of ism is an irreplaceable feature of political and social language globally.
In debate, isms tend to be used to reduce a complex figure of thought into one word. By doing this, isms have often been a way of forging a long tradition of thought (e.g. Aristotelianism), pointing toward a wished for state of things (e.g. socialism), including or excluding strands of thought (e.g. true or false liberalism), delineating a set of unwanted practices (e.g. racism), or labeling an intellectual or political movement (e.g. feminism). In many cases, isms have been a way of setting the agenda for debate, making them unavoidable for anyone who wants to be heard in public life.
The call for this special issue in Contributions to the History of Concepts is motivated by the need to study the conceptual history of isms from a comparative perspective. By including articles that deal with the history of particular ism concepts, the journal issue will shed light on how the rhetorical and temporal properties of isms have varied over time and space.
Scholars working on the conceptual history of particular ism concepts are urged to send their full articles to Contributions to the History of Concepts at (historyofconcepts@gmail.com). All articles should include an abstract of 200–500 words. Authors are asked to consult the style guide of Contributions to the History of Concepts (see http://journals.berghahnbooks.com/_uploads/choc/contributions_style_guide.pdf)

The deadline for submissions is 30 March 2017. Each submission will first be assessed for scope and suitability for Contributions to the History of Concepts by the editors. Articles that are deemed to be within scope will be further sent to peer review within a month after submission. While assessment of scope is based on full articles, the editors are also willing to comment on abstracts by potential authors prior to the deadline. Papers that are accepted after peer review are planned to be included in a special issue to be published as the first issue of 2018. The editors also reserve the possibility of organizing the special issue in another matter if the accepted submissions give cause to it. The call welcomes submissions from all spheres of life. There is no chronological, thematic or geographical limit to the empirical cases that the articles can address. All articles should however include analysis of historical examples of ism concepts in use. We prioritize papers that focus on the contextual reading of sources and show that the author is familiar with the tradition of conceptual history.

Contributions to the History of Concepts is an international peer-reviewed journal. The journal serves as a platform for theoretical and methodological articles as well as empirical studies on the history of concepts and their social, political, and cultural contexts. It aims to promote the dialogue between the history of concepts and other disciplines, such as intellectual history, history of knowledge and science, linguistics, translation studies, history of political thought and discourse analysis. For more information, see http://journals.berghahnbooks.com/contributions.
Tentative timeline: 30 March, submission of articlesEnd of April, notification of articles sent to peer reviewMay–July, peer review and selection of articlesAugust-October, revision of articlesDecember, final articles are accepted for publication

 

Avis de parution: Olivier Nay, Histoire des idées politiques, Paris, A. Colin, 2016 (2ème éd.)

HiSoPo vous informe de la parution de la 2ème édition du manuel d’Olivier Nay, Histoire des idées politiques, Armand Colin, 2016, 652 p. Cette seconde édition a été augmentée d’une nouvelle introduction inédite et d’un chapitre sur le totalitarisme et les philosophies de la liberté. Vous trouverez la table des matières ci-joint: histoire-des-idees_table-des-matieres_2e_ed

Une version allégée de l’introduction (« Qu’est-ce que l’histoire des idées politiques? ») peut être téléchargée sur ce lien: Academia. Le chapitre 1 (« L’invention de la raison politique dans le monde antique ») est par ailleurs consultable sur le site Armand Colin.

Je  » La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, deadline: 15 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communication pour une journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann, organisée par Lucile Dumont (EHESS/CESSP), Quentin Fondu (EHESS/CESSP), Laélia Véron (ENS Lyon/Paris 3 – IHRIM) avec le soutien du CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique). L’événement aura lieu le 17 janvier 2017 à l’EHESS au 190-198 av de France (Paris 13ème). Les propositions de communication sont à envoyer pour le 15 novembre à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com. Il s’agit là sans doute d’un des événements qui touche le plus directement le cœur même du projet de l’histoire sociale des idées politiques à travers une discussion des thèses et méthodes de Lucien Goldmann. Vous trouverez l’appel à communications ci-joint: aac_je_lucien_goldmann


APPEL A COMMUNICATION – Journée d’études

 La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains

Paris, 17 janvier 2017

EHESS, 190-198 av de France, 75013 Paris

(8è étage, Salle Vernant)


Argumentaire scientifique

Philosophe et sociologue français né en Roumanie, Lucien Goldmann (1913-1970) a été fortement influencé par le marxisme, et tout particulièrement par les travaux de Georg Lukács. Son œuvre se caractérise par une méthodologie matérialiste singulière. Partisan d’un marxisme hétérodoxe et humaniste opposé à tout dogmatisme, Goldmann a cherché à unifier les approches sociologiques et littéraires en proposant une nouvelle méthode, le structuralisme génétique, construit dans le prolongement du structuralisme de Jean Piaget (e.g. Le Dieu caché, 1959.) Par cette méthode, Goldmann entendait allier l’étude des contenus à celle des formes, combinaison qu’il considérait comme le préalable nécessaire à la compréhension des phénomènes culturels, ceux-ci ne pouvant se réduire selon lui ni à de simples reflets mécaniques de l’idéologie ni à des créations spontanées détachées du monde social. Profondément engagé au sein de l’espace intellectuel des années 60, c’est dans une dynamique complexe que Goldmann a pris position à la fois contre le structuralisme antihumaniste de Louis Althusser (structure sans sujet) et contre l’existentialisme sartrien (sujet sans structure), l’un comme l’autre étant, selon lui, opposés à la pensée dialectique (e.g. Goldmann, 1966; Macherey, 1966). Ce faisant, il s’est orienté vers l’élaboration d’une nouvelle dialectique, héritière de la pensée tragique et conçue comme une synthèse de paradoxes ayant marqué à la fois l’histoire littéraire et l’histoire du marxisme (structure/sujet, déterminisme/histoire, etc.).

La mort prématurée de Goldmann, ainsi que le reflux de la pensée marxiste et les réprobations dont elle a fait l’objet à partir de la fin des années 1970, ont rendu difficile la poursuite et la circulation d’une pensée critique à la fois interdisciplinaire, programmatique et évolutive. Goldmann demeure cependant une personnalité centrale dans l’histoire de la sociologie de la littérature et des débuts de son institutionnalisation. En France, son séminaire à l’EPHE puis à l’EHESS, de la fin des années 1950 à 1970, a ainsi constitué un des lieux de renouvellement du croisement des études littéraires et des sciences sociales. Les séjours de Goldmann à l’étranger, de même que sa participation à des colloques et des réseaux internationaux ont dans le même temps facilité la circulation internationale de ses travaux tout au long de sa carrière et dans les années qui ont suivi (Cusset, 2003; Sanguineti et al., 1967). Les développements de la sociologie de la littérature dans les espaces francophones attestent ainsi de de l’importance des travaux de Goldmann dans ce domaine. En effet, la sociologie de la littérature de Robert Escarpit, qui aborde la littérature dans une perspective communicationnelle (Van Nuijs, 2007), de même que les travaux développés par Marc Angenot sur le discours social et ses liens avec la production littéraire (Angenot 1985), comme la sociocritique de Claude Duchet (Duchet, 1979; Leenhardt, 1975), ou encore la sociologie des arts et de la littérature de Pierre Bourdieu, qui envisage l’espace social à travers les dynamiques insufflées par la notion de champ et réinterroge les processus de production de la littérature à travers l’étude des trajectoires ou la notion de point de vue (Bourdieu, 1966, 1992 ; Jurt, 2004) ; toutes se sont nourries de nombreuses réflexions critiques sur les travaux de Goldmann (Leenhardt, 1967; Sapiro, 2014). Plus récemment, les travaux contemporains en sociologie de la littérature et plus généralement dans les études littéraires s’inscrivent dans le prolongement de ces courants (voir Glinoer, 2016; Meizoz, 2004; Sapiro, 2007).

Enfin, les contributions de Goldmann à l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles, où il créa le Centre de Sociologie de la littérature en 1961 avant d’en devenir le directeur en 1964, ont marqué une génération d’étudiants et de chercheurs dans ce domaine (Heyndels, 1988). Ceux-ci ont pu poursuivre cette orientation dans leurs propres travaux, et proposer des hommages et/ou des introductions à son œuvre (e.g. Lallemand et.al, 1973 ; Leenhardt, 1971; Naïr, Löwy, 1973 ; Goldmann, Löwy Naïr, 1977). Goldmann n’est ainsi pas tombé dans l’oubli, comme le prouve la récente journée d’études « Lucien Goldmann » qui a eu lieu à l’Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine en 2009 et dont les actes ont été publiés en 2010 (Ferrette, 2010). Pourtant, au sein de la recherche littéraire comme en sociologie de la littérature, l’intérêt porté à Lucien Goldmann reste marginal. Si l’on se réfère régulièrement à ses lectures de Racine et de Pascal, les pistes proposées dans d’autres œuvres sont plus rarement explorées – on peut penser notamment aux analyses contenues dans Pour une sociologie du roman, publié en 1964 ou à celles incluses dans Structures mentales et création culturelle, publié en 1970. Nous voudrions souligner ici l’importance générale de la méthodologie proposée par Goldmann.

Au-delà d’un simple hommage à Lucien Goldmann, cette journée d’études souhaite dès lors d’une pat insister sur l’actualité possible de sa pensée, l’intérêt que nous pourrions avoir à lire ou à relire cet auteur pour nourrir nos propres recherches et d’autre part mesurer l’influence de la sociologie de la littérature goldmanienne sur les outils conceptuels de la sociologie de la littérature et des études littéraires contemporaines. Cette journée se composera ainsi de deux axes, non exclusifs.

Premièrement, par l’étude de la réception de l’œuvre de Lucien Goldmann en France et à l’étranger, nous tenterons de mettre en avant l’héritage d’un marxisme vivant, loin de correspondre aux critiques les plus fréquentes (mécanisme ou reflet, sociologisme non attentif aux formes, etc.). Sur la base de témoignages de proches du philosophe, il s’agira, en même temps que de rendre compte de la postérité de son travail, de réfléchir sur l’époque pendant laquelle se constitue cette œuvre, qui en cristallise de nombreux aspects. En effet, les années de production intellectuelle de Goldmann, entre les années 1950 et la fin des années 1960, se caractérisent notamment, dans les champs académiques et intellectuels, par d’importants et récurrents débats sur le statut de la littérature, en même temps que par l’apparition puis l’institutionnalisation de la sociologie et, partant, de la sociologie de la littérature, le tout dans le contexte d’une refonte générale des sciences humaines et sociales marquée par des périodes de forte polarisation des espaces intellectuels français et étrangers (Matonti, 2005; Heilbron, 2015). Comment s’est caractérisée la réception des travaux de Goldmann dans les études littéraires ? Quel rôle ont-ils joué dans les développements de la sociologie de la littérature ? Comment saisir les enjeux de la position intellectuelle et institutionnelle de Goldmann dans un moment de reconfiguration disciplinaire affectant particulièrement la sociologie et les études littéraires ? C’est ce type de questionnements que nous entendons mener.

Dans un deuxième temps, en partant de l’œuvre de Lucien Goldmann et de la méthodologie qu’il a pu proposer, il s’agira de rendre compte de nouvelles perspectives de recherche dans le domaine littéraire, peut-être insuffisamment exploitées. Voici, listés de manière non exhaustive, quelques sujets qui pourraient être abordés :

–        La notion de « vision du monde » dans les études littéraires, que l’on peut envisager comme l’expression d’une conscience collective ou comme le rapport entre l’individualité du sujet écrivain et la collectivité ;

–        Vision du monde, conscience collective et genre littéraire : existe-t-il des genres plus aptes que d’autres à exprimer cette vision du monde ? (On pourra par exemple réfléchir aux difficultés qu’a rencontré Goldmann en tentant de transposer une méthodologie de lecture des œuvres théâtrales à des œuvres romanesques dans Pour une sociologie du roman) ;

–        L’actualisation historique des types de médiations littéraires entre l’œuvre et la conscience collective (évolution possible du rôle de l’artiste-médian, particulièrement manifeste dans l’analyse que Goldmann fait du Nouveau Roman) ;

–        Peut-on penser une stylistique goldmanienne ? (On pourra notamment se rapporter à l’opposition entre Barthes et Goldmann, le premier optant pour une sémiotique toujours plus autonome, quand le second considère que l’étude des micro-structures doit toujours être rattachée à une « vision du monde ») ;

–        Dans cette même perspective, on pourra également réfléchir au lien entre forme et idéologie, c’est-à-dire à l’inscription d’une « effet-idéologie » par la « mise en scène stylistique d’appareils normatifs textuels incorporés à l’énoncé » (Hamon, 1984).


Les propositions de communications devront être envoyées le 15 novembre 2016 au plus tard, à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com, et comprendront entre 3000 et 6000 signes au total, biobibliographie comprise. Merci de préciser vos noms, prénoms, courriel et institutions de rattachement. Les participants seront notifiés le 22 novembre 2016 au plus tard.


Bibliographie indicative

Textes de Lucien Goldmann

– Sciences humaines et philosophie, Paris, PUF, 1952.

– Le Dieu caché : Étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris, Gallimard, 1955.

– Jean Racine, dramaturge, Paris, L’Arche, 1956.

Recherches dialectiques, Paris, Gallimard, 1959.

Pour une sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964.

– « Structuralisme, marxisme, existentialisme : un entretien avec Lucien Goldmann », L’Homme et la société, n°2, 1966, pp. 105-124.

– « La sociologie de la littérature : situation actuelle et problèmes de méthode », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 531-554.

– « Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature » [1964] in Sanguineti et al., 1967.

Structures mentales et création culturelle, Paris, Anthropos, 1970.

Marxisme et sciences humaines, Paris, Gallimard, 1970.

Situation de la critique racinienne, Paris, L’Arche, 1971.

La Création culturelle dans la société moderne, Paris, Denoël, Gonthier, 1971.

Bibliographie générale

– Angenot, M. Robin, R. « L’inscription du discours social dans le texte littéraire », Sociocriticism, I/1, 1985, pp. 53-82.

– Bourdieu, P., « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, nov. 1966, pp. 865-906.

– Bourdieu, P., Les Règles l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

– Cohen, M., The Wager of Lucien Goldmann: Tragedy, Dialectics and a hidden God, Princeton University Press, 1994.

– Cusset, F., French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2003.

– Duchet, C. (dir.), Sociocritique, Paris, Nathan, 1979.

– Lallemand, R et al., « Hommage à Lucien Goldmann », Revue de l’Institut de sociologie, n°3, 1973 [rééd. Éditions de l’ULB, 1975.]

– Ferrette, J. (dir.), Lucien Goldmann, Anamnèse, n°6, 2010.

– de Gandillac, M. Goldmann, L. Piaget, J. (dir.), Entretiens sur la notion de genèse et de structure, Paris, La Haye, Mouton et Cie, 1965.

– Glinoer, A., Le Littéraire et le social. Bibliographie générale (1904-2014), Paris, L’Harmattan, 2016.

– Goldmann, A. Löwy, M. Naïr (dir), Le Structuralisme génétique : l’œuvre et l’influence de Goldmann, Paris, Denoël-Gonthier, 1977.

– Hamon, P., Texte et idéologie. Valeurs, hiérarchies et évaluations dans l’œuvre littéraire, Paris, PUF, 1984.

– Heilbron, J., French Sociology, Ithaca, ornell University Press, 2015.

– Heyndels, R. « Étude du concept de « vision du monde » : sa portée en théorie de la littérature », L’Homme et la société, n°43-44,1977, pp. 133-140.

– Heyndels, R., « Le centre de sociologie de la littérature de l’Université de Bruxelles », Études littéraires, 21/2, 1988, pp. 121-129.

– Jurt, J., « L’apport de la théorie du champ aux études littéraire », in Pinto, Sapiro, Champagne (dir.), Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Fayard, 2004.

– Leenhardt, J., « La sociologie de la littérature : quelques étapes de son histoire », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 555-572.

– Leenhardt, J., « Racine : Psychanalyse et sociologie de la littérature », Études françaises, III/1, 1967, pp. 21-34

– Leenhardt, J., « Pour une esthétique sociologique : Essai de construction de l’esthétique de Lucien Goldmann », Revue d’esthétique, n° II, 1971, pp. 113-128.

– Leenhardt, J., « Lucien Goldmann et les fondements de la sociocritique », Dossiers français, n° 1, 1975-1976, pp. 44-49.

– Leenhardt, J., Lecture politique du roman : La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

– Macherey, P., Pour une théorie de la production littéraire, [1966], Paris, ENS Éditions, 2014.

– Matonti, F., Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique, Paris, La Découverte, 2005.

– Meizoz, J., L’œil sociologue et la littérature, Genève/Paris, Slatkine Érudition, 2004.

– Naïr, S. Löwy, M. Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, Paris, Seghers, 1973.

– Sanguineti et al., Littérature et société :  Problèmes de méthodologie en sociologie de la littérature, Bruxelles, Éditions de l’Institut de Sociologie, 1967.

– Sapiro, G., « Pour une approche sociologique des relations entre littérature et engagement », COnTEXTES, 2007/2.

– Sapiro, G., La Sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, 2014.

– Tarrab, G., « La sociologie du théâtre et de la littérature d’après Lucien Goldmann », Sociologie et sociétés, 3/1, 1971, pp. 15-24.

– Van Nuijs, L., « La sociologie de la littérature selon Escarpit. Structure, évolution et ambiguïtés d’un programme de recherche », Poétique, 2007/1, n°49, pp. 107-127.

– Zima, P., Goldmann, Paris, Éditions Universitaires, 1973.

Avis de parution: Maxime Cervulle et al. (dirs.), Matérialismes, culture et communication. Tome 2 : Cultural Studies, théories féministes et décoloniales, Paris, Presses des Mines, 2016

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage Matérialismes, culture et communication. Tome 2 : Cultural Studies, théories féministes et décoloniales aux Presses des Mines sous la direction de Maxime Cervulle (MCF en info-com Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis /Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation), Nelly Quemener (MCF en info-com, Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3/CIM-MCPN) et Florian Vörös (Docteur en sociologie, professeur contractuel au département culture de l’Université Lille 3 et chercheur associé au CEMTI).


image_materialismes_tome2


Présentation

Deuxième tome de la série Matérialismes, culture et communication, cet ouvrage emprunte les voies du matérialisme qui serpentent le long des territoires critiques qu’ont dessinés les Cultural Studies, les théories féministes et les études décoloniales. Il donne à voir les points de friction occasionnés par la rencontre épistémologique, dans divers contextes historiques et géographiques, entre les actualisations marxistes du matérialisme et des modes de critique ayant étendu la contestation au-delà de l’antagonisme de classe. Il vise à saisir la portée de cette rencontre pour une approche renouvelée de la culture et la communication. À partir d’un groupe hétérogène de figures intellectuelles réunies pour la puissance de leurs apports aux théories critiques, il dégage ainsi des généalogies matérialistes parfois souterraines, excave des conceptions souvent tacites des formes et lieux de la culture et trace des chemins inédits pour penser les moyens de communication.
Le premier tome était consacré aux marxismes et aux théorie et sociologique critiques. Le troisième tome portera sur l’économie politique de la communication et les théories des industries culturelles.

Table des matières

Présentation. Polyphonie critique [texte accessible en ligne]
Maxime Cervulle, Nelly Quemener, Florian Vörös

Partie 1 – Cultural Studies et matérialisme culturel

Jean-Jacques Lecercle: « Le matérialisme culturel de Raymond Williams »

Fanny Gallot & Juan Grigera: « Edward P. Thompson : le matérialisme à l’épreuve de l’expérience et de l’agency »

Colin Sparks: « Stuart Hall : les Cultural Studies et le marxisme »

Emmanuel Parent: « Paul Gilroy : penser le matérialisme à l’aune de l’expérience noire de la modernité »

Éric Maigret: « Lawrence Grossberg : les Cultural Studies avec ou contre le « tournant matérialiste » ? »

Maxime Boidy: « Visual Culture Studies : les matérialismes du visible »

Partie 2 – Théories féministes et queer

Stéphanie Kunert: « Monique Wittig : de la matérialité du langage »

Claire Cossée: « Colette Guillaumin et les différents visages de la culture : une lecture diachronique »

Keivan Djavadzadeh: « Patricia Hill Collins : l’autodéfinition contre les images performatives »

Noémi Michel: « Judith Butler : la matérialité mise en scènes »

Gianfranco Rebucini: « Marxisme queer : approches matérialistes des identités sexuelles »

Cornelia Möser: « Néo-matérialisme : un nouveau courant féministe ? »

Partie 3 – Études décoloniales et postcoloniales

Norman Ajari: « Frantz Fanon : poétique de l’actualité et critique de la culture »

Matthieu Renault: « C.L.R. James : la culture en révolution »

Orazio Irrera: « Edward Said : productivité de la culture et conscience géographique »

Marco Dell’Omodarme: « Aníbal Quijano et la saturation coloniale »

Anne Castaing: « Subaltern Studies : de la provincialisation de l’Europe au langage de la différence »

Jamila M. H. Mascat: « Gayatri C. Spivak : un matérialisme esthétique entre marxisme et déconstruction »

 

Avis de parution: « Scholactivisme: Reflections on Transforming Praxis Inside and Outside the Classroom », Works and Days, vol. 33-34, 2016-2017

HiSoPo vous informe de la parution du vol. 33-34 de la revue  Works and Days, en collaboration avec Cultural Logic, intitulé « Scholactivisme: Reflections on Transforming Praxis Inside and Outside the Classroom ». Vous y trouverez notamment un entretien avec Ricardo Antunes, Pietro Basso, Michael Löwy, José Paulo Neto et Leo Panitch où l’on traite du concept d’intellectuel.


W&D 2016-2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


CONTENTS

Table of Contents and Marc Bousquet’s « Here We Come »

Joseph G. Ramsey: « Introducing Scholactivism: Reflections on Transforming Praxis in and beyond the Classroom »

Conversations with Activist Scholars

Edward J. Carvalho with Ward Churchill: « The Activist Scholar: A Responsibility ‘to confront and dismantle' »

Babak Amini: « Scholactivism: A Roundtable Interview with Ricardo Antunes, Pietro Basso, Patrick Bond, Michael Lowy, Jose Paulo Netto, and Leo Panitch »

Carl Grey Martin and Modhumita Roy with Marcus Rediker: « Narrative Resistance »

Defining and Contesting the Terms and Terrain of « Schol-Activism »

Toby Miller: « We Are All Activists Now »

Patrick Colm Hogan: « Politically Engaged Scholars: An Analytic of Positions and Norms »

The MLA Subconference Committee: Bennett Carpenter, Laura Goldblatt, Lenora Hanson, Karim Wissa, and Andrew Yale:  »

Resisting Neoliberalism in the University–Classes, Campuses, Communities

Jeffrey Noonan: « Resolving the Contradictions of Academic Unionism »

Gary Zabel: « Critical Revolutionary Praxis in the Neoliberal University »

Bradley Freeman: « Better Days Ahead: Teaching Revolutionary Futures and Protesting the Present »

John Maerhofer: « Lukacs, Mariategui, and the Dialectical Roots of Edu-Activism »

Stephen Ferguson and Gregory Meyerson: « Shred of Truth: Antinomy and Synechdoche in the Work of Ta-Nehisi Coates »

Ian Butcher: « Student Evaluations, Neoliberal Managerialism, and Networks of Mistrust »

Learning in the Shadow of State Terror: A Poetic Interlude

Demetrius Noble: « ‘I am Not that Corpse: A Working Praxis for Black Lives Matter,’ ‘A Martyr without a Cause, or Much Ado about Trayvon,’ ‘Homecoming' »

Jill McDonough: « ‘Amos D. Squire, Chief Physician of Sing Sing, 1914-25,’ ‘Joe Hill’s Prison,’ ‘Coffee Everyone,’ ‘Blackwater,’ ‘Women’s Prison Every Week,’ ‘Where You Live,’ ‘Dear Gaybashers' »

Virtual Universities, Digital Activists, and their Discontents

Ali Shezhad Zaidi: « The Promise and Peril of the Virtual University »

Efadul Huq and Xavier Best: « Untangling the Scholactivist Web »

Sophia A. McClennen: « What’s Wrong with Slactivism? Confronting the Neoliberal Assault on Millennials »

Doing What We Can from Where We Are: Personal Histories and Case Studies

Jeffrey DiLeo: « Top Cover: On Administrative Activism in the Neoliberal Academy »

Katie Hogan: « Complicit: On Being a WGSS Program Director in the Neoliberal University »

Vincent B. Leitch: « Letter on Scholactivism: To Graduate 411 Students and Young Colleagues »

Marisol Cortez: « Occupy Los Intersticios! Or, In Defense of Carbon-Free Unicorns »

Tony Van der Meer: « Fighting to be Different in the Academy »

Kim Emery: « Rights and Rebellion: The Faculty Role, Revisited »

Learning from Those who Taught Us: Tributes

Victor Wallis: « Richard Levins and Dialectical Thinking »

Joel Woller, Courtney Maloney, and Charles Cunningham: « On the Ground with David Demarest: Toward a Methodology of Scholar Activism »

Christopher Craig: « John Trudell and the Spirit of Life »


Pour plus de détails, veuillez vous rendre sur le site de la revue à l’adresse ULR suivante: http://www.worksanddays.net/W&D%202016-2017.html

Colloque international: « Dialectique et négativité. La Dialectique négative, 50 ans après », Université Paris 1/Maison Heinrich Heine, 2-3 juin 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque international « Dialectique et négativité. La Dialectique négative, 50 ans après » organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en partenariat avec la Maison Heinrich Heine et l’Université franco-allemande. Il se tiendra le jeudi 2 juin dans la salle 216 du centre Panthéon de l’Université Paris 1 (12, place du Panthéon, 75005 Paris) et le vendredi 3 juin à la Maison Heinrich Heine (27 B, boulevard Jourdan, 75014 Paris).


Comité d’organisation

Isabelle Aubert (Paris 1, ISJPS PhiCo/NoSoPhi), Katia Genel (Paris 1, CHSPM/Centre Marc Bloch) et Jean-François Kervégan (Paris 1, ISJPS PhiCo/NoSoPhi, IUF)


PROGRAMME

Jeudi 2 juin 2016
Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Salle 216, Centre Panthéon – 12 place du Panthéon – 75005 Paris

9h00 Accueil des participants

Une dialectique d’un genre nouveau ?
Présidence de séance : Jamila Mascat (PhiCo / NoSoPhi)

9h15-9h30 Ouverture : Jean-François Kervégan (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h30-10h15 Terry Pinkard (Georgetown Univ., Washington, USA) : Critique and Dialectic

10h15-11h Emmanuel Renault (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : Adorno, hégélien ou anti-hégélien ?

11h20-12h05 Martin Seel (Univ. Goethe, Francfort, Allemagne): How negative is negative dialectics ?

12h05-12h50 Gilles Moutot (Univ. de Montpellier) : Formes du dépaysement : les opérations de la dialectique négative

Subjectivité et négativités
Présidence de séance : Claire Pagès (Collège international de philosophie)

14h30-15h15 Marcos Nobre (Univ. Campinas, Brésil) : La critique immanente de l’état « faux »

15h15-16h Agnès Gayraud (Université Paris-Sorbonne) : À quelles conditions la dialectique peut-elle exprimer la souffrance ? Prison réflexive et tentatives d’évasion dans la Dialectique négative

16h20-17h05 Christophe David (Univ. Rennes 2) : La contribution de Beckett, auteur éminemment négatif mais pas nihiliste, à la constitution d’une dialectique négative

17h05-17h50 Antonin Wiser (Univ. de Lausanne, Suisse) : L’intime et l’indemne

Vendredi 3 juin 2016
Lieu : Maison Heinrich Heine
Cité internationale universitaire de Paris – 27 B Bd Jourdan – 75014 Paris

Allocution de Mme Christine Deussen, directrice de la maison Heinrich Heine

Connaissance et liberté
Présidence de séance : Katia Genel (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h30-10h15 Gérard Raulet (Université Paris-Sorbonne) : Le primat de l’objet. Trois approches de la réification : Benjamin, Adorno, Honneth

10h15-11h Pierre-François Noppen (Université de Saskatchewan, Canada) : Souffrance et connaissance chez Adorno

11h20-12h05 Berthold Arlt / Jürgen Ritsert (Univ. Goethe, Francfort, Allemagne) : Sur l’antinomie de la liberté, la dialectique et quelques contradictions dans la critique de Kant par Adorno.

12h05-12h50 Lucie Wezel (Univ. Paris Ouest Nanterre La défense) : Sauver la métaphysique ? Dialectique négative et critique de l’idéalisme

Histoire et critique de la société
Présidence de séance : Isabelle Aubert (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

14h30-15h15 Laurent Plet (Lycée Victor Hugo, Caen) : Adorno, ou comment penser l’effectivité historique contre le mythe d’une errance destinale de l’être sans histoire

15h15-16h Vincent Chanson (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : Un concept adornien d’abstraction réelle ? Dialectique négative et critique de l’économie politique

16h20-17h05 Patrick Savidan (Univ. de Poitiers) : Politique d’Adorno : entre sujet critique et sujet renonçant

17h05-17h50 Martin Saar (Univ. Leipzig): Power and Totality: Adorno’s Critical Immanentism

17h50 Mot de conclusion du colloque : Isabelle Aubert et Katia Genel (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)


Vous pouvez également télécharger le programme du colloque en format PDF ici: Programme-colloque-Dialectique-negative

Avis de parution: Christian Laval, Luca Paltrinieri et Ferhat Taylan (dir.), Marx et Foucault, Paris, La Découverte, novembre 2015

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage collectif Marx & Foucault. Lectures, usages, confrontations, sous la direction de Christian Laval, Luca Paltrinieri et Ferhat Taylan, aux éditions La Découverte.

Présentation

Marx et Foucault : deux œuvres, deux pensées sans lesquelles on ne peut saisir le sens de notre présent. Pas de théorie critique qui puisse se passer de leurs concepts et de leurs analyses. Et pas de luttes qui ne renvoient à tel moment ou à tel aspect de leur héritage. Pourtant, de l’un à l’autre le passage ne va pas de soi. Les époques, les intentions, les philosophies même ne sont pas superposables. Hétérogènes donc, ces pensées font, l’une et l’autre, obstacle à tout « foucaldo-marxisme ». L’ouvrage vise à montrer des rapports mobiles et complexes, non des identités profondes ou des incompatibilités d’essence. Rapports de Foucault à Marx : il prend appui sur lui pour le déborder, l’envelopper, et parfois l’opposer à lui-même. Rapports de Foucault aux marxismes, sous leurs variantes les plus diverses, humaniste, existentialiste, althussérienne, qui n’ont cessé de composer les actualités changeantes de Foucault. Rapports des marxistes, d’hier et d’aujourd’hui, à Foucault : comment l’ont-ils lu ? Que lui ont-ils reproché, que lui ont-ils emprunté ? Qu’en font-ils aujourd’hui de neuf ? C’est donc l’actualité d’une lecture croisée de Marx et Foucault qui est au centre des contributions de cet ouvrage et qui ouvre sur un espace fécond pour l’avenir de la pensée critique.

Contributeurs

Étienne Balibar • Jean-François Bert • Jacques Bidet • Sandro Chignola • Pierre Dardot • Federica Giardini • Stéphane Haber • Manlio Iofrida • Laurent Jeanpierre • Rudy M. Leonelli • Isabell Lorey • Antonio Negri Massimiliano Nicoli • Roberto Nigro • Hervé Oulc’hen Julien Pallotta • Emmanuel Renault • Judith Revel Diogo Sardinha • Pierre Sauvêtre • Guillaume Sibertin-Blanc.

Vous trouverez la couverture en pièce jointe, la table des matières et la présentation de l’éditeur sur ce lien.