Archives par mot-clé : Libéralisme

AAC colloque « Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire », deadline: 30 mars 2017

HiSoPo a le plaisir de vous informer du lancement du colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours co-organisé par Anthony Mergey, Professeur d’histoire du droit, Université Paris II Panthéon-Assas – Institut d’Histoire du Droit (UMR 7184) et Arnault Skornicki, Maître de conférences en science politique, Université Paris Ouest Nanterre – Institut des Sciences sociales du Politique (UMR 7220). Ce colloque co-organisé par l’Université Paris II Assas, l’ISP et HiSoPo aura lieu les 14-15 décembre 2017.


Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire

Colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours

14-15 décembre 2017

Lieu : Salle des Conseils – Université Paris II Panthéon-Assas (12, place du Panthéon, Paris 5e).


 ARGUMENTAIRE

Pierre-Samuel Dupont de Nemours (1739-1817) appartient à cette galerie de personnages qui présentent la particularité d’avoir été des acteurs de la France d’avant 1789 et de celle d’après 1789. Connu pour son appartenance à la « secte des économistes », il apparaît comme l’un des principaux propagandistes de la doctrine économique des physiocrates, qui a contribué à jeter les fondements du libéralisme. Or, si la pensée et les propositions du physiocrate économiste ont majoritairement attiré le regard des chercheurs comme le prouvent les nombreux travaux en la matière, d’autres facettes de Dupont de Nemours restent encore à explorer et à mettre à perspective. C’est notamment le cas des idées qu’il a défendues et des actions qu’il a menées dans le domaine politique.

Comme chacun de ses comparses qui a vécu ces deux moments – avant 89, après 89 –, la trajectoire de Dupont de Nemours est marquée par des permanences et des variations dans certains de ses engagements et positions politiques qui se reflètent notamment dans ses écrits à la fois nombreux et protéiformes (ouvrages, articles, rapports, mémoires, correspondance…). Plutôt que de céder à l’hypothèse facile de l’opportunisme, il apparaît plus prudent d’identifier les repositionnements du personnage en fonction des fluctuations de la conjoncture politique, extrêmement mobile dès les années 1780. Quoi qu’il en soit, il ne fait nul doute que les idées et les actions politiques imprègnent la vie – parfois romanesque (romancée ?) – de Dupont de Nemours. Un rappel de quelques étapes importantes de cette vie suffit pour s’en convaincre.

À la fin des années 1760 et au cours de la décennie suivante, en physiocrate assumé, Dupont de Nemours se fait le chantre d’une monarchie régénérée qui reposerait sur les préceptes du despotisme légal. Un tel positionnement idéologique le conduit alors à vanter les mérites, sur le plan de l’organisation administrative, d’un système de municipalités autonomes alors qu’il est devenu le bras droit du contrôleur général Turgot. Sa volonté de réformer les institutions attire la curiosité des princes éclairés (le roi de Suède Gustave III, le margrave de Bade Charles-Frédéric et le roi de Pologne Stanislas Poniatowski) auprès desquels il est appelé à exercer ses talents. En 1783, il est associé par Vergennes à la confection du traité qui reconnaît les treize colonies libres, indépendantes et souveraines, formant les États-Unis, ce qui lui vaut d’être anobli par Louis XVI l’année suivante. En 1786, il contribue également à la préparation du traité de commerce avec l’Angleterre. En 1787, année durant laquelle il fait la connaissance de Thomas Jefferson avec qui il entretiendra une importante correspondance, Dupont de Nemours conseille et guide le ministre Calonne dans son projet de création d’assemblées provinciales, ce qui ne l’empêche pas de promouvoir quelques mois plus tard, dans un contexte politique et intellectuel nouveau, une monarchie tempérée dans laquelle la nation est appelée à occuper une place stratégique. Membre depuis la fin de l’année 1788 de l’influente Société des Trente, il participe activement à la rédaction des doléances du tiers état du bailliage de Nemours, dont il sera l’un des représentants aux États généraux. Le basculement révolutionnaire lui permet de devenir député de l’Assemblée nationale constituante et de se montrer très actif au cours de son mandat, tout en manifestant une entière fidélité à Louis XVI et un soutien assumé à la monarchie constitutionnelle, jusqu’à sa disparition en 1792. Après la parenthèse de la Terreur et quelques jours d’emprisonnement, il est élu député du Loiret au Conseil des Anciens où il prend une part importante à tous ses travaux et se distingue surtout par ses critiques à l’encontre du Directoire. Après le coup d’État du 18 fructidor, il est de nouveau emprisonné quelque temps à cause de ses sympathies royalistes et échappe de peu à la déportation. À la fin de l’année 1799, il décide de s’exiler aux États-Unis. Dès l’année suivante, Jefferson, qui est devenu vice-président, lui demande de rédiger un plan d’éducation publique pour les États-Unis. En 1802, de retour en France, il joue un rôle officieux et déterminant dans les relations diplomatiques franco-américaines, à propos de la cession de la Louisiane. Opposé à la politique de l’empereur, il se consacre alors à ses travaux scientifiques, tout en s’intéressant toujours de très près à la politique américaine. Après avoir été secrétaire puis vice-président de la Chambre de commerce de Paris entre 1803 et 1810, il est nommé secrétaire du gouvernement provisoire en 1814 puis rentre au Conseil d’État sous la première Restauration. Or, l’épisode des Cent-Jours le contraint à repartir aux États-Unis où, à peine arrivé, il propose ses services au président Madison. Il décède en 1817 à Wilmington (Delaware), dans la propriété familiale fondée par son fils Éleuthère Irénée.

Appréhender la pensée et l’action politiques de Dupont de Nemours à travers ces multiples facettes (journaliste, conseiller des princes, des ministres, des présidents, négociateur, diplomate, député…) soulève une multitude de questions que cette manifestation se propose d’aborder, et qui visent à la fois à éclairer un aspect méconnu du personnage et approfondir certaines de ses idées ou entreprises.

Les propositions devront de préférence porter, d’une part, sur la période postérieure au décès de François Quesnay et à la dispersion de la « secte physiocratique », soit du ministère Turgot à l’exil américain ; et, d’autre part, sur les questions d’ordre politique, constitutionnelles, diplomatiques, administratives, historiques… Les organisateurs souhaitent que celles-ci soient abordées, dans la mesure du possible, non seulement sous un angle comparatiste, avec pour cadre les États européens ou les États-Unis, mais aussi sous un angle interdisciplinaire, afin de confronter la vision des historiens du droit, des politistes, des historiens des lettres, des juristes, des sociologues, etc.

Parmi les thèmes rarement traités en profondeur, voici quelques pistes, sans exhaustivité aucune :

–    Dupont, penseur et acteur du droit public : droits de l’homme, nature du régime politique idéal, droit constitutionnel (organisation des pouvoirs, souveraineté, hiérarchie des normes, processus de création de la loi…), administration territoriale et locale, fiscalité et finances publiques…

–    Dupont et le monde atlantique : la révolution américaine, les institutions américaines et la vie politique ; la question coloniale…

–    Dupont diplomate et penseur des relations internationales : le traité de Versailles de 1783, le traité franco-britannique de 1786, le Pacte de Famille, la cession de la Louisiane…

–    Entre vie privée et vie publique : si le « sentimentalisme » de Dupont a déjà été relevé, il pourrait être prolongé par l’étude de ses idées sur les liens entre la vie familiale, la sensibilité et la production des idées, et éclairé par sa manière de vivre lui-même une forme de porosité entre l’homme public et l’homme privé.

–    Dupont et le patriotisme, Dupont et la religion, Dupont historien…


Les propositions de communication doivent être déposées de préférence sur le site du colloque: https://dupont2017.sciencesconf.org dans la rubrique « Déposer une communication » ou envoyées par mail aux organisateurs : anthony.mergey@u-paris2.fr et askornicki@u-paris10.fr, avant le 30 mars 2017. Merci de joindre une présentation succincte de la communication envisagée avec indication des sources (2500 signes maximum espaces compris) avec son titre et un court curriculum vitae.

Avis de parution: « Néolibéralisme(s) et démocratie(s) », Revue de philosophie économique, vol. 17, n° 1, 2016

HiSoPo vous informe de la parution d’un numéro spécial de la Revue de philosophie économique intitulée « Néolibéralisme(s) et démocratie(s) ». Vous en trouverez ci-dessous le sommaire:

– Sébastien Caré,  Gwendal Châton, « Néoliberalisme(s) et démocratie(s) »
– Sébastien Caré, « La dérive des continents néolibéraux : essai de typologie dynamique »
– Serge Audier, « « Néolibéralisme » et démocratie dans les années 1930 : Louis Rougier et Louis Marlio »
– Gwendal Châton, « Libéralisme ou démocratie ? Raymond Aron lecteur de Friedrich Hayek »
– Jean Solchany, « Le problème plus que la solution : la démocratie dans la vision du monde néolibérale »
– Gilles Campagnolo, « Hayek au Japon : la réception d’une pensée néolibérale »
– Daniel Mansuy, « Jaime Guzmán : une synthèse libérale-conservatrice »
Pour celles et ceux que l’histoire des idées politiques contemporaines intéresse, les textes sont disponibles sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-de-philosophie-economique-2016-1.htm

Avis de parution: Clarisse Berthezène et Jean-Christian Vinel, Conservatismes en mouvement. Une approche transnationale au XXe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2016

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage collectif Conservatismes en mouvement. Une approche transnationale au XXe siècle, co-dirigé par Clarisse Berthezène et Jean-Christian Vinel aux Éditions de l’EHESS. Avec une couverture pareille, si vous le lisez pas…

conservatismes-flyer

CfP: « The Political Rhetoric of Isms », Contributions to the History of Concepts, deadline: 30 March 2017

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à contributions pour la revue Contributions to the History of Concepts sur la rhétorique politique des « ismes » qu’il s’agisse de courants politiques (libéralisme, communisme, fascisme, socialisme, etc.) ou de sensibilités politiques autour d’une personnalité (gaullisme, mitterrandisme, jospinisme,  blairisme, sarkozysme, berlusconisme, etc.). La deadline pour soumettre une proposition d’article est fixée au 30 mars 2017.


Call for Papers to Contributions to the History of Concepts
The Political Rhetoric of Isms  

 


Isms form a great part of our political, cultural, and scholarly language. It would be quite difficult to conduct a serious conversation on literature, music, religion, or sciences without isms like “romanticism,” “classicism,” “neorealism,” “constructivism,” “Freudianism,” or “Platonism.” And it would be hard to imagine any news broadcasting on politics without words such as “liberalism,” “conservatism,” “communism,” “feminism,” or “multiculturalism.” The ism suffix has spread to nearly all languages either as a direct adaptation, or as a sign that roughly corresponds to the idea of an ism. In short: the use of ism is an irreplaceable feature of political and social language globally.
In debate, isms tend to be used to reduce a complex figure of thought into one word. By doing this, isms have often been a way of forging a long tradition of thought (e.g. Aristotelianism), pointing toward a wished for state of things (e.g. socialism), including or excluding strands of thought (e.g. true or false liberalism), delineating a set of unwanted practices (e.g. racism), or labeling an intellectual or political movement (e.g. feminism). In many cases, isms have been a way of setting the agenda for debate, making them unavoidable for anyone who wants to be heard in public life.
The call for this special issue in Contributions to the History of Concepts is motivated by the need to study the conceptual history of isms from a comparative perspective. By including articles that deal with the history of particular ism concepts, the journal issue will shed light on how the rhetorical and temporal properties of isms have varied over time and space.
Scholars working on the conceptual history of particular ism concepts are urged to send their full articles to Contributions to the History of Concepts at (historyofconcepts@gmail.com). All articles should include an abstract of 200–500 words. Authors are asked to consult the style guide of Contributions to the History of Concepts (see http://journals.berghahnbooks.com/_uploads/choc/contributions_style_guide.pdf)

The deadline for submissions is 30 March 2017. Each submission will first be assessed for scope and suitability for Contributions to the History of Concepts by the editors. Articles that are deemed to be within scope will be further sent to peer review within a month after submission. While assessment of scope is based on full articles, the editors are also willing to comment on abstracts by potential authors prior to the deadline. Papers that are accepted after peer review are planned to be included in a special issue to be published as the first issue of 2018. The editors also reserve the possibility of organizing the special issue in another matter if the accepted submissions give cause to it. The call welcomes submissions from all spheres of life. There is no chronological, thematic or geographical limit to the empirical cases that the articles can address. All articles should however include analysis of historical examples of ism concepts in use. We prioritize papers that focus on the contextual reading of sources and show that the author is familiar with the tradition of conceptual history.

Contributions to the History of Concepts is an international peer-reviewed journal. The journal serves as a platform for theoretical and methodological articles as well as empirical studies on the history of concepts and their social, political, and cultural contexts. It aims to promote the dialogue between the history of concepts and other disciplines, such as intellectual history, history of knowledge and science, linguistics, translation studies, history of political thought and discourse analysis. For more information, see http://journals.berghahnbooks.com/contributions.
Tentative timeline: 30 March, submission of articlesEnd of April, notification of articles sent to peer reviewMay–July, peer review and selection of articlesAugust-October, revision of articlesDecember, final articles are accepted for publication

 

Avis de parution: Olivier Nay, Histoire des idées politiques, Paris, A. Colin, 2016 (2ème éd.)

HiSoPo vous informe de la parution de la 2ème édition du manuel d’Olivier Nay, Histoire des idées politiques, Armand Colin, 2016, 652 p. Cette seconde édition a été augmentée d’une nouvelle introduction inédite et d’un chapitre sur le totalitarisme et les philosophies de la liberté. Vous trouverez la table des matières ci-joint: histoire-des-idees_table-des-matieres_2e_ed

Une version allégée de l’introduction (« Qu’est-ce que l’histoire des idées politiques? ») peut être téléchargée sur ce lien: Academia. Le chapitre 1 (« L’invention de la raison politique dans le monde antique ») est par ailleurs consultable sur le site Armand Colin.

Avis de parution: Dominique Barjot et al., Histoire de l’Europe Libérale. Libéraux et libéralisme en Europe. XVIIIe – XXIe siècle, Éditions Nouveau Monde, 2017

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage collectif dirigé par Dominique Barjot, Olivier Dard, Frédéric Fogacci et Jérôme Grondeux, Histoire de l’Europe Libérale. Libéraux et libéralisme en Europe. XVIIIe – XXIe siècle,  aux éditions Nouveau Monde. Il réunit, dans une perspective pluridisciplinaire, les contributions de Jérôme Grondeux, Corinne Doria, Alain Laurent, Claire Araujo da Justa, Dominique Barjot, Jean Solchany, Frédéric Tristram, Armando Zerolo Durán, Gilles le Béguec, Frédéric Foggaci, Gilles Richard, Joël Mouric, Kevin Brookes, Jean-François Colas, Alain Beltran, Marie-Claude Esposito et Jérôme Perrier. Nous ne pouvons que nous réjouir de la présence de plusieurs membres d’HiSoPo parmi les contributeurs.


Présentation

Écrire l’histoire du libéralisme et des libéraux en Europe relève-t-il de la gageure ? De la Révolution française jusqu’aux débats actuels sur l’« ultra-libéralisme », ce courant s’est nourri à tant de sources différentes, s’est appliqué à tant d’objets – économie, champ politique, domaines sociétal et culturel – que la tâche peut sembler infinie. Cet ouvrage se propose pourtant de relever ce défi, en tentant d’apporter des éléments de réponse à plusieurs questions fondamentales. Peut-on proposer une généalogie intellectuelle du libéralisme ? De quelle façon les moments de crises ont-ils donné lieu à une redéfinition et à une reconfiguration de la pensée libérale ? Comment expliquer la faiblesse persistante de partis et groupements politiques se réclamant ouvertement du libéralisme : existe-t-il un refus implicite chez les libéraux d’accepter les règles « classiques » de l’affrontement politique ? Enfin, n’est-il pas plus pertinent de penser le libéralisme en Europe comme des moments, des expériences, souvent vite tempérées par le retour de l’État ?


Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur le site de l’éditeur en cliquant sur ce lien: http://www.nouveau-monde.net/livre/?GCOI=84736100915520

 

 

Colloque « Paternalism, Liberalism, Socialism (France and Britain, 19th Century) », Maison française d’Oxford, 3-4 juin 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque « Paternalism, Liberalism, Socialism (France and Britain, 19th Century) » organisé par Michael Drolet (Oxford), Ludovic Frobert (CNRS/MFO) et Christophe Salvat (CNRS/TRIANGLE). L’événement scientifique aura lieu les 3-4 juin 2016 à la Maison française d’Oxford.



PROGRAMME DU COLLOQUE


Friday 3rd June

13h30. Welcome

14h-15h30. Chair Tim Farrant (Oxford)

Andrew Counter (Oxford), Patriarcalorama: Balzac entre paternalisme et libéralisme 

Ludovic Frobert (CNRS), La grande transformation: Paternalisme et socialisme chez George Sand 

16h-18h. Chair Gareth Stedman Jones (Queen Mary, London)

Richard Whatmore (St. Andrews), The failure of the French Revolution and Early Nineteenth-Century Liberalism: A paternalist response? 

Alexandra Hyard (Lille), Thierry Demals (Lille), Michel Bellet (St-Etienne), Industrialisme capacitaire vs paternalisme industriel chez Saint-Simon 

Michael Drolet (Oxford), Manufacturing Consent: Capacity vs Democracy in the work of Michel Chevalier

Saturday 4th June

9h30-11h. Chair Pietro Corsi (Oxford)

David Leopold (Oxford), Robert Owen’s ‘Socialism from Above’ 

Thomas Bouchet (Dijon), ‘A bas les pères’.  Joseph Dejacque, liberté, antiautoritarisme 

11h30-13h. Chair Joanna Innes (Oxford)

Tom Hopkins (Cambridge), Industry, Morality and Charles Dunoyer 

Nicolas Eyguesier (Lausanne), Inégalité, industrialisme et théorie de la constitution sous la Monarchie de Juillet: Les Etudes sur les sciences sociales de Sismondi 

14h30-16h. Chair Mark Philp (Warwick)

Anna Plassart (Open University), Religious Progress as Social Control: James Mill’s Plan for a State Religion 

Christophe Salvat (CNRS), Mill and Paternalism: A Great Misunderstanding

16h15. Discussions et clôture du colloque


 

Pour plus de détails sur le programme, la localisation de l’événement et l’enregistrement au colloque, rendez-vous sur la page dédiée sur le site de la Maison française d’Oxford.

Avis de parution: Stephen Sawyer & Iain Stewart (eds.), In Search of the Liberal Moment, Palgrave Macmillan, 2016

HiSoPo vous informe de la parution d’un ouvrage collectif sous la direction de Stephen W. Sawyer et Iain Stewart intitulé In Search of the Liberal Moment. Democracy, Anti-totalitarianism, and Intellectual Politics in France since 1950, aux éditions Palgrave Macmillan.

In search of liberal moment

Avec les contributions de Iain Stewart, Daniel Steinmetz-Jenkins, Noah Rosenblum, Michael Scott Christofferson, Jean-Fabien Spitz, Emile Chabal, Michael C. Behrent, Serge Audier, Stephen W. Sawyer et Gwendal Châton.

Pour plus d’infos, voir la page de présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

Section Proposal: « Contested Concepts and their Trajectories », ECPR General Conference, Prague, 7-10 September 2016

HiSoPo vous informe que le Standing Group « Political Concepts » de l’ECPR propose une section intitulée « Contested Concepts and their Trajectories » lors du prochain congrès, qui se tiendra à Prague du 7 au 10 septembre 2016.
La section, organisée par Anthoula Malkopoulou et Annelien De Dijn, sera composée de huit panels, dont les détails sont sur le site et dans le programme en pièce jointe (Section Proposal ECPR 2016).

Panel 1 – Annelien De Dijn – What is liberalism?
Panel 2 – Anthoula Malkopoulou – The concept of ‘militant democracy’ and its alternatives
Panel 3 – Samuel Hayat & Dirk Jörke/Discussant: Veith Selk – The people and the masses in conceptual history
Panel 4 – Lena Halldenius – Histories of the concept of human rights
Panel 5 – Kari Palonen – Max Weber as political thinker
Panel 6 – Anna Kronlund & Taru Haapala – Politics of ‘deliberation’
Panel 7 – Elena Garcia-Guitan and Claudia Wiesner – Rethinking political representation in the EU
Panel 8 – Heino Nyssönen & Fred Dias – Conceptual history and world politics.

L’envoi des propositions de présentation doit être fait, exclusivement sur le site, avant le 15 février 2016. Les places étant limitées, n’hésitez pas à contacter au plus vite les animateurs-trices des panels qui vous intéresseraient.

Avis de soutenance: Pierre Crétois, « Libéralisme pénal. Principes, enjeux et contradictions d’une institution non idéale », ENS Ulm, 12 décembre 2015.

HiSoPo vous informe de la soutenance de la thèse de doctorat en philosophie de Pierre Crétois, intitulée: « Libéralisme pénal. Principes, enjeux et contradictions d’une institution non idéale ». Elle se tiendra le samedi 12 décembre 2015 à 14h30, à l’ENS Ulm, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, dans l’amphithéâtre Rataud.

Le jury sera composé de :

Mme Catherine Audard, Professeure, London School of Economics.

Mme Magali Bessone, Professeure, Université de Rennes.

Philippe Conte, Professeur, Université Paris II.

Bernard Harcourt, Professeur, Columbia Law School.

Steven Lukes, Professeur, New York University.

Patrick Savidan, Professeur, Université de Poitiers.

Résumé

Alors qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles, la question de la justice pénale était le fer de lance du libéralisme politique, le libéralisme politique avancé observe un silence troublant sur ce point. Je cherche d’abord dans ce travail à expliquer une telle désaffection, dans un contexte caractérisé par une crise profonde et un bouleversement des institutions pénales depuis la fin des années 1960. Je cherche ensuite à défendre une approche libérale du droit pénal, tout en soulignant les contradictions qui la traversent et les difficultés qu’elle soulève. Parce que l’institution pénale est profondément ambivalente (à la fois bouclier protecteur des libertés individuelles et glaive qui les pourfend), on peut la caractériser d’institution non idéale : c’est à ce titre qu’elle pose un problème particulier au libéralisme avancé, fondé sur une confiance très large dans les institutions. Bien que la réalité de l’institution pénale mette durement à l’épreuve, les principes du libéralisme politique, la valeur normative d’une conception libérale de la peine justifie les efforts pour la défendre.

La thèse centrale de ce travail est que le libéralisme pénal bien compris est un minimalisme pénal, fruit de la méfiance vis-à-vis de l’institution pénale (quelles que soient les bonnes intentions qui y président) et de la conscience de son inéluctable faillibilité. Le minimalisme pénal appelle une délimitation claire de la sphère pénale ainsi qu’un contrôle fort de ses institutions, pour lutter contre la punitivité, qu’elle soit entendue de manière subjective (ie. volonté délibérée d’infliger de la souffrance à autrui) ou objective (ie. extension de la sphère pénale). Il donne en outre à la justice pénale un rôle résiduel par rapport à la justice sociale dans l’analyse des problèmes sociaux contemporains. Le minimalisme pénal s’oppose ainsi à deux approches concurrentes : d’un côté, une conception moraliste (ou conservatrice) du droit pénal ; de l’autre, une conception économiciste (souvent appelée « néolibérale ») du droit pénal.

Dans un premier temps, je cherche à montrer le caractère nécessairement limité des justifications de la peine, qui échouent à satisfaire les exigences normatives contenues dans les principes libéraux. Je m’intéresse ensuite à la fonction expressive de la peine, c’est-à-dire à la spécificité de la sanction pénale en tant que véhicule de valeurs sociales et d’émotions négatives, et son rapport avec le minimalisme moral du libéralisme politique. Si les principes libéraux sont difficilement à même de fournir une justification fondamentale de la peine, reste qu’ils permettent de dégager une approche spécifique tant au niveau des principes de l’incrimination que des sanctions adoptées. Je confronte dans un dernier temps le cadre de pensée classique du libéralisme avancé, qui est celui de la justice sociale ou distributive, à la question de la justice rétributive, à partir des deux figures de la victime et du coupable.

Mots-clés : Conservatisme, Crime, Harm Principle, Inégalités, Libéralisme, Peine, Pouvoir, Punitivité, Sécurité, Souffrance, Théorie non idéale, Minimalisme, Vengeance, Victimes.