Archives par mot-clé : Histoire sociale des idées politiques

Avis de soutenance: Bastien Amiel, « La tentation partisane. Le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire… », Université Paris Ouest Nanterre, 28 mars 2017

HiSoPo vous informe que Bastien Amiel soutiendra sa thèse le mardi 28 mars, à 9h15, à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Bâtiment F, salle 141. Elle sera suivie d’un pot.


LA TENTATION PARTISANE

Le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire : une entreprise politique en construction entre  » Libération  » et  » Guerre Froide « 

 

Sous la direction de Bernard Pudal, Professeur de science politique à l’université Paris Nanterre


JURY DE THÈSE

 

Monsieur Eric Agrikoliansky

Professeur de Science politique, Université Paris-Dauphine/P.S.L., I.R.I.S.S.O.

Monsieur Philippe Gottraux

Maître d’enseignement et de recherche en Sciences sociales et politiques, Institut d’études politiques, historiques et internationales de Lausanne, C.R.A.P.U.L.

Monsieur Rémi Lefebvre

Professeur de Science politique, Université Lille 2, C.E.R.A.P.S., Rapporteur

Madame Gisèle Sapiro

Directrice de recherche, C.N.R.S., Directrice d’études, Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, C.E.S.S.P.

Madame Anne Simonin

Directrice de recherche, C.N.R.S., C.E.S.P.R.A., rapporteure

RÉSUMÉ

En combinant une sociologie historique du politique et des rapports entre intellectuels et le champ politique, cette thèse revient sur la création et les quelques mois d’activité du Rassemblement Démocratique Révolutionnaire. Créé en février 1948 par des écrivains et journalistes, des parlementaires de la S.F.I.O. et des militants syndicalistes et politiques, le R.D.R. devait rassembler autour d’un discours de refus du positionnement en fonction de l’alternative entre les « blocs » atlantistes et soviétiques. Il s’agissait pour un certain nombre de ses membres exerçant une profession intellectuelle d’inventer une position au sein du champ politique.

A partir d’une biographie collective du groupe, complétée par une sociographie, ce travail met en évidence les particularités sociales de son recrutement et les positions qu’occupaient ses membres en 1948. La perméabilité entre les champs politiques et de production des biens symboliques permet d’expliquer la tentation partisane collective au principe de la création du Rassemblement.

L’étude précise de la mobilisation en train de se faire montre que les multiples tentatives d’institutionnalisation du groupe se heurtent finalement à l’impossible stabilisation d’un répertoire de l’action collective. Tout se passe comme si la mobilisation autour du R.D.R. n’était aboutit que pour ses membres intellectuels et qu’à défaut de constituer une entreprise politique légitime, ce parti avait surtout fonctionné comme un « intellectuel collectif ». La réinscription de l’engagement au sein du R.D.R. dans une histoire longue des rapports entre champ politique et de production des biens symboliques souligne comment la conjoncture spécifique allant de la libération du territoire au début de la « guerre froide » a rendu possible une telle tentative de subversion des frontières symboliques au sein du champ du pouvoir.

En renonçant à une analyse univoque du RDR comme un « échec », ce sont les enjeux liés à l’intervention politique des intellectuels que ce travail donne à voir.

 

Deadline dépôt propositions de communications, colloque « Des idées et des partis », 16 janvier 2017

Pour rappel, la deadline pour les dépôts des propositions de communications pour le colloque « Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées politiques » que j’organise dans le cadre du groupe de projet HiSoPo est fixée au 16 janvier 2017. L’événement aura lieu à Sciences Po Paris les 23-24 mai 2017.

Vous trouverez ci-joint l’appel à communications (aac-des-idees-et-des-partis). Vous trouverez toutes les informations utiles en accédant au site dédié spécialement à ce colloque. Voici le lien : https://ideespartis2017.sciencesconf.org/ N’hésitez pas à relayer l’information dans vos propres réseaux et auprès de vos collègues, labos, doctorants, etc.

ST3: « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées? », Montpellier, Congrès AFSP, 10-12 juillet 2017

HiSoPo a le plaisir de vous annoncer la publication du programme de la section thématique « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées politiques? »(ST3) dans le cadre du prochain Congrès de l’Association française de science politique (AFSP) qui aura lieu à Montpellier les 10-12 juillet 2017. Cette section thématique est co-organisée par Mathieu Hauchecorne et Isabelle Gouarné dans le cadre du groupe de projet HiSoPo.


CONGRÈS DE L’ASSOCIATION FRANÇAISE DE SCIENCE POLITIQUE

Montpellier, 10-12 juillet 2017

*****

Section thématique 3

Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées ?

How can a historical sociology of ideas deal with political traditions?

Section thématique présentée par le Groupe de projet HiSoPo, Histoire sociale des idées politiques

(Thibaut Rioufreyt, Arnault Skornicki)

Responsables scientifiques 

Isabelle Gouarné (CNRS, CURAPP)

Mathieu Hauchecorne (Université Paris 8, CRESPPA-LabToP)

isabelle_gouarne@hotmail.com ; mhauchecorne@univ-paris8.fr


Mercredi 12 juillet

Matinée

Introduction (Isabelle Gouarné, Mathieu Hauchecorne)

La construction des traditions politiques

Discutants : Christophe Le Digol (Université Paris Ouest Nanterre, ISP) ; Bernard Pudal (Université Paris Ouest Nanterre, CRESPPA-CSU)

* Yves Palau (Université Paris-Est Créteil, LIPHA). Du club des jacobins au « jacobinisme », naissance d’une tradition politique à la fin du XVIIIe siècle

* Sidonie Verhaeghe (Université Lille 2, CERAPS). Les commémorations de l’anniversaire de la mort de Louise Michel : permanences et variations d’une tradition militante

* Antoine Aubert (Université Paris 1, CESSP). Le luxemburgisme en France : une difficile « mise en tradition »

* Karim Fertikh (IEP Strasbourg, SAGE, Centre Georg Simmel). Mises en doctrine du socialisme. Une perspective socio-historique sur les processus de construction des doctrines politiques

* Marie-Pierre Wynands (Université Jules Verne de Picardie, CURAPP). Heur(t)s et malheurs d’une labellisation politique : socio-histoire de la « démocratie chrétienne » en France

* Antony Burlaud (Université Paris 1, CESSP). La guerre des deux gauches a-t-elle eu lieu ? La tradition de la « deuxième gauche » et la dynamique politique du premier septennat Mitterrand

*****

Après-midi

Introduction (Thibaut Rioufreyt, Arnault Skornicki)

Les traditions politiques, entre nationalisation et universalisation

Discutant : Thomas Brisson (Université Paris 8, CRESPPA-LabTop)

* Fabien Carrié (Université Paris Ouest Nanterre, ISP). D’un universel à l’autre : l’internationalisation de la tradition politique antivivisectionniste à la fin du XIXe siècle

* Anemona Constantin (Université Paris Ouest Nanterre, ISP). Usages du « nationalisme » dans une polémique intellectuelle des années 1990

* Eve Gianoncelli (Université Paris 8, CRESPPA-GTM). La négritude. La construction d’une tradition entre culture, politique et genre

L’histoire sociale des idées politiques à l’épreuve des traditions

Discutant : David Smajda (Université Paris Est Créteil, LIPHA)

* Julie Le Mazier (Université Paris 1, CESSP). Des soixante-huitards « conseillistes » ? De l’hypothèse d’une tradition à l’histoire des investissements symboliques de formes d’organisation contestataires

* Jean-Michel Chahsiche (Université Paris 1, CESSP). Du passé, faisons table rase ? Les économistes marxistes aux éditions Maspero et La Découverte

* Rafaël Cos (Université Lille 2, CERAPS). Parti socialiste, socialisme parti ? Faire la sociologie des idées d’un parti sans appétence doctrinale


Vous trouverez en format PDF l’appel à communications ci-joint: aac_st3 ainsi que le programme: programme_st3_congres_afsp_2017_07_10_12

Séance 3 : Histoire sociale des idées féministes (6 janvier 2017)

La troisième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée « Histoire sociale des idées féministes » aura lieu le vendredi 6 janvier 2017. Cette séance sera l’occasion d’écouter deux interventions:

Viviane Albenga (MCF en sociologie, IUT Bordeaux Montaigne/MICA) et Alban Jacquemart (MCF en science politique, Université Paris Dauphine/IRISSO) : « Saisir les appropriations des idées politiques : pratiques sociales ordinaires, genre et féminisme »

Juliette Rennes (MCF en sociologie, EHESS/CEMS) : « Exercer un métier d’homme, une appropriation des idées féministes? Une enquête sur les cochères, chauffeuses et afficheuses parisiennes à  la Belle époque »

Ces deux communications seront discutées par Virginie Descoutures (MCF en sociologie, Université de Picardie/CURAPP) et Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle)

La séance aura lieu le 6 janvier 2017 entre 10h et 13h à Sciences Po, 13 rue de l’Université, 75007 Paris, Salle du Conseil, 5ème étage.

Avis de parution: Les socialistes face à la « Troisième voie » britannique. Vers un social-libéralisme à la française (1997-2015), Grenoble, PUG, 2016

J’ai l’honneur et le plaisir de vous informer de la parution de l’ouvrage tiré (d’une partie) de ma thèse, intitulé Les socialistes face à la « Troisième voie » britannique. Vers un social-libéralisme à la française (1997-2015) aux Presses universitaires de Grenoble dans la collection « Libre cours politique ». Le livre est disponible en librairie à partir du 5 décembre 2016. Vous trouverez ici le dossier comprenant présentation du livre, le communiqué de presse et la table des matières: dossier_de_presse_-socialistes_francais_2

Vous pouvez également feuiller les extraits et le commander directement depuis le site de l’éditeur : http://www.pug.fr/produit/1309/9782706126185/Les. N’hésitez pas à diffuser l’information dans vos réseaux et à tous ceux que cela pourrait intéresser.


les-socialistes_couverture


Résumé

Thibaut Rioufreyt retrace la relation ambiguë des socialistes français à la « Troisième voie » britannique dont Tony Blair fut le promoteur dans les années 1990-2000. S’appuyant notamment sur des entretiens avec des responsables politiques et des intellectuels, il étudie les évolutions contemporaines du socialisme français à travers ses interactions avec un homologue étranger. Il combine analyse interne des idées, textes et discours, à l’analyse externe du contexte social et politique dans lesquels ces discours sont produits, circulent, et sont reçus. L’ouvrage s’inscrit pleinement dans l’actualité : un certain nombre des enquêtés appartiennent ou ont appartenu aux gouvernements socialistes sous la présidence Hollande. Dans une période où le débat politico-médiatique en est encore à savoir si François Hollande est social-démocrate ou non, la lecture de livre permet de mieux comprendre le virage social-libéral engagé par le Parti socialiste. Il s’agit à n’en pas douter d’un ouvrage salutaire pour quiconque cherche non seulement à comprendre l’histoire contemporaine du socialisme français et européen mais aussi et surtout où il va. Une lecture indispensable avant la prochaine campagne présidentielle !

Séance 2 : Table-ronde – Enseigner l’histoire sociale des idées politiques (2 décembre 2016)

La deuxième séance 2 du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017 intitulée « Table-ronde – Enseigner l’histoire sociale des idées politiques » aura lieu le vendredi 2 décembre 2016. Cette séance, organisée en collaboration avec l’ULIP et The Centre for the Study of the History of Political Thought at Queen Mary sera l’occasion d’écouter trois interventions:

Bernard Pudal (Professeur de science politique émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense/CRESPPA-CSU)

Silvia Sebastiani (MCF d’histoire moderne, EHESS/CRH-GEHM)

Georgios Varouxakis (Professor of the History of Political Thought, Queen Mary University of London/Centre for the Study of the History of Political Thought)

Ces communications seront discutées par Arnault Skornicki (MCF en science politique, Nanterre/ISP) et Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle).

La séance aura lieu le 2 décembre, entre 15h et 18h. La séance aura lieu à l’University of London Institute in Paris (ULIP) 11 rue de Constantine 75340 Paris Cedex 07 – M° Invalides)

Séance 1: Idéologies scientifiques (22 novembre 2016)

La première séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée « Idéologies scientifiques » aura lieu le mardi 22 novembre 2016. Cette séance sera l’occasion d’écouter trois interventions:

Sébastien Lemerle (MCF en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, chercheur au CRESPPA-CSU) : « Le cerveau reptilien ou la légitimation biologique de la domination. Étude sur les usages politiques d’une idéologie scientifique »

Carole Reynaud-Paligot (Centre de recherche en histoire du XIXe siècle/Université de Paris1) : « La raciologie : usages politiques d’une idéologie scientifique »

Fabien Carrié (Docteur en science politique, Université Paris Ouest Nanterre – La Défense/Institut des sciences sociales du politique) : « Un antivivisectionnisme scientifique ? L’engagement des savants dans la cause animale en France et en Grande-Bretagne à la fin du XIXème siècle »

Les communications seront discutées par David Smadja (MCF en science politique à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, chercheur à l’IPHA – EE 7373).

La séance aura lieu le 22 novembre, entre 14h et 17h à l’Université Paris Ouest Nanterre, Bâtiment F (juste à droite en sortant de la gare Nanterre Université), Salle des Commissions (F142).

Je  » La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, deadline: 15 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communication pour une journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann, organisée par Lucile Dumont (EHESS/CESSP), Quentin Fondu (EHESS/CESSP), Laélia Véron (ENS Lyon/Paris 3 – IHRIM) avec le soutien du CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique). L’événement aura lieu le 17 janvier 2017 à l’EHESS au 190-198 av de France (Paris 13ème). Les propositions de communication sont à envoyer pour le 15 novembre à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com. Il s’agit là sans doute d’un des événements qui touche le plus directement le cœur même du projet de l’histoire sociale des idées politiques à travers une discussion des thèses et méthodes de Lucien Goldmann. Vous trouverez l’appel à communications ci-joint: aac_je_lucien_goldmann


APPEL A COMMUNICATION – Journée d’études

 La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains

Paris, 17 janvier 2017

EHESS, 190-198 av de France, 75013 Paris

(8è étage, Salle Vernant)


Argumentaire scientifique

Philosophe et sociologue français né en Roumanie, Lucien Goldmann (1913-1970) a été fortement influencé par le marxisme, et tout particulièrement par les travaux de Georg Lukács. Son œuvre se caractérise par une méthodologie matérialiste singulière. Partisan d’un marxisme hétérodoxe et humaniste opposé à tout dogmatisme, Goldmann a cherché à unifier les approches sociologiques et littéraires en proposant une nouvelle méthode, le structuralisme génétique, construit dans le prolongement du structuralisme de Jean Piaget (e.g. Le Dieu caché, 1959.) Par cette méthode, Goldmann entendait allier l’étude des contenus à celle des formes, combinaison qu’il considérait comme le préalable nécessaire à la compréhension des phénomènes culturels, ceux-ci ne pouvant se réduire selon lui ni à de simples reflets mécaniques de l’idéologie ni à des créations spontanées détachées du monde social. Profondément engagé au sein de l’espace intellectuel des années 60, c’est dans une dynamique complexe que Goldmann a pris position à la fois contre le structuralisme antihumaniste de Louis Althusser (structure sans sujet) et contre l’existentialisme sartrien (sujet sans structure), l’un comme l’autre étant, selon lui, opposés à la pensée dialectique (e.g. Goldmann, 1966; Macherey, 1966). Ce faisant, il s’est orienté vers l’élaboration d’une nouvelle dialectique, héritière de la pensée tragique et conçue comme une synthèse de paradoxes ayant marqué à la fois l’histoire littéraire et l’histoire du marxisme (structure/sujet, déterminisme/histoire, etc.).

La mort prématurée de Goldmann, ainsi que le reflux de la pensée marxiste et les réprobations dont elle a fait l’objet à partir de la fin des années 1970, ont rendu difficile la poursuite et la circulation d’une pensée critique à la fois interdisciplinaire, programmatique et évolutive. Goldmann demeure cependant une personnalité centrale dans l’histoire de la sociologie de la littérature et des débuts de son institutionnalisation. En France, son séminaire à l’EPHE puis à l’EHESS, de la fin des années 1950 à 1970, a ainsi constitué un des lieux de renouvellement du croisement des études littéraires et des sciences sociales. Les séjours de Goldmann à l’étranger, de même que sa participation à des colloques et des réseaux internationaux ont dans le même temps facilité la circulation internationale de ses travaux tout au long de sa carrière et dans les années qui ont suivi (Cusset, 2003; Sanguineti et al., 1967). Les développements de la sociologie de la littérature dans les espaces francophones attestent ainsi de de l’importance des travaux de Goldmann dans ce domaine. En effet, la sociologie de la littérature de Robert Escarpit, qui aborde la littérature dans une perspective communicationnelle (Van Nuijs, 2007), de même que les travaux développés par Marc Angenot sur le discours social et ses liens avec la production littéraire (Angenot 1985), comme la sociocritique de Claude Duchet (Duchet, 1979; Leenhardt, 1975), ou encore la sociologie des arts et de la littérature de Pierre Bourdieu, qui envisage l’espace social à travers les dynamiques insufflées par la notion de champ et réinterroge les processus de production de la littérature à travers l’étude des trajectoires ou la notion de point de vue (Bourdieu, 1966, 1992 ; Jurt, 2004) ; toutes se sont nourries de nombreuses réflexions critiques sur les travaux de Goldmann (Leenhardt, 1967; Sapiro, 2014). Plus récemment, les travaux contemporains en sociologie de la littérature et plus généralement dans les études littéraires s’inscrivent dans le prolongement de ces courants (voir Glinoer, 2016; Meizoz, 2004; Sapiro, 2007).

Enfin, les contributions de Goldmann à l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles, où il créa le Centre de Sociologie de la littérature en 1961 avant d’en devenir le directeur en 1964, ont marqué une génération d’étudiants et de chercheurs dans ce domaine (Heyndels, 1988). Ceux-ci ont pu poursuivre cette orientation dans leurs propres travaux, et proposer des hommages et/ou des introductions à son œuvre (e.g. Lallemand et.al, 1973 ; Leenhardt, 1971; Naïr, Löwy, 1973 ; Goldmann, Löwy Naïr, 1977). Goldmann n’est ainsi pas tombé dans l’oubli, comme le prouve la récente journée d’études « Lucien Goldmann » qui a eu lieu à l’Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine en 2009 et dont les actes ont été publiés en 2010 (Ferrette, 2010). Pourtant, au sein de la recherche littéraire comme en sociologie de la littérature, l’intérêt porté à Lucien Goldmann reste marginal. Si l’on se réfère régulièrement à ses lectures de Racine et de Pascal, les pistes proposées dans d’autres œuvres sont plus rarement explorées – on peut penser notamment aux analyses contenues dans Pour une sociologie du roman, publié en 1964 ou à celles incluses dans Structures mentales et création culturelle, publié en 1970. Nous voudrions souligner ici l’importance générale de la méthodologie proposée par Goldmann.

Au-delà d’un simple hommage à Lucien Goldmann, cette journée d’études souhaite dès lors d’une pat insister sur l’actualité possible de sa pensée, l’intérêt que nous pourrions avoir à lire ou à relire cet auteur pour nourrir nos propres recherches et d’autre part mesurer l’influence de la sociologie de la littérature goldmanienne sur les outils conceptuels de la sociologie de la littérature et des études littéraires contemporaines. Cette journée se composera ainsi de deux axes, non exclusifs.

Premièrement, par l’étude de la réception de l’œuvre de Lucien Goldmann en France et à l’étranger, nous tenterons de mettre en avant l’héritage d’un marxisme vivant, loin de correspondre aux critiques les plus fréquentes (mécanisme ou reflet, sociologisme non attentif aux formes, etc.). Sur la base de témoignages de proches du philosophe, il s’agira, en même temps que de rendre compte de la postérité de son travail, de réfléchir sur l’époque pendant laquelle se constitue cette œuvre, qui en cristallise de nombreux aspects. En effet, les années de production intellectuelle de Goldmann, entre les années 1950 et la fin des années 1960, se caractérisent notamment, dans les champs académiques et intellectuels, par d’importants et récurrents débats sur le statut de la littérature, en même temps que par l’apparition puis l’institutionnalisation de la sociologie et, partant, de la sociologie de la littérature, le tout dans le contexte d’une refonte générale des sciences humaines et sociales marquée par des périodes de forte polarisation des espaces intellectuels français et étrangers (Matonti, 2005; Heilbron, 2015). Comment s’est caractérisée la réception des travaux de Goldmann dans les études littéraires ? Quel rôle ont-ils joué dans les développements de la sociologie de la littérature ? Comment saisir les enjeux de la position intellectuelle et institutionnelle de Goldmann dans un moment de reconfiguration disciplinaire affectant particulièrement la sociologie et les études littéraires ? C’est ce type de questionnements que nous entendons mener.

Dans un deuxième temps, en partant de l’œuvre de Lucien Goldmann et de la méthodologie qu’il a pu proposer, il s’agira de rendre compte de nouvelles perspectives de recherche dans le domaine littéraire, peut-être insuffisamment exploitées. Voici, listés de manière non exhaustive, quelques sujets qui pourraient être abordés :

–        La notion de « vision du monde » dans les études littéraires, que l’on peut envisager comme l’expression d’une conscience collective ou comme le rapport entre l’individualité du sujet écrivain et la collectivité ;

–        Vision du monde, conscience collective et genre littéraire : existe-t-il des genres plus aptes que d’autres à exprimer cette vision du monde ? (On pourra par exemple réfléchir aux difficultés qu’a rencontré Goldmann en tentant de transposer une méthodologie de lecture des œuvres théâtrales à des œuvres romanesques dans Pour une sociologie du roman) ;

–        L’actualisation historique des types de médiations littéraires entre l’œuvre et la conscience collective (évolution possible du rôle de l’artiste-médian, particulièrement manifeste dans l’analyse que Goldmann fait du Nouveau Roman) ;

–        Peut-on penser une stylistique goldmanienne ? (On pourra notamment se rapporter à l’opposition entre Barthes et Goldmann, le premier optant pour une sémiotique toujours plus autonome, quand le second considère que l’étude des micro-structures doit toujours être rattachée à une « vision du monde ») ;

–        Dans cette même perspective, on pourra également réfléchir au lien entre forme et idéologie, c’est-à-dire à l’inscription d’une « effet-idéologie » par la « mise en scène stylistique d’appareils normatifs textuels incorporés à l’énoncé » (Hamon, 1984).


Les propositions de communications devront être envoyées le 15 novembre 2016 au plus tard, à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com, et comprendront entre 3000 et 6000 signes au total, biobibliographie comprise. Merci de préciser vos noms, prénoms, courriel et institutions de rattachement. Les participants seront notifiés le 22 novembre 2016 au plus tard.


Bibliographie indicative

Textes de Lucien Goldmann

– Sciences humaines et philosophie, Paris, PUF, 1952.

– Le Dieu caché : Étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris, Gallimard, 1955.

– Jean Racine, dramaturge, Paris, L’Arche, 1956.

Recherches dialectiques, Paris, Gallimard, 1959.

Pour une sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964.

– « Structuralisme, marxisme, existentialisme : un entretien avec Lucien Goldmann », L’Homme et la société, n°2, 1966, pp. 105-124.

– « La sociologie de la littérature : situation actuelle et problèmes de méthode », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 531-554.

– « Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature » [1964] in Sanguineti et al., 1967.

Structures mentales et création culturelle, Paris, Anthropos, 1970.

Marxisme et sciences humaines, Paris, Gallimard, 1970.

Situation de la critique racinienne, Paris, L’Arche, 1971.

La Création culturelle dans la société moderne, Paris, Denoël, Gonthier, 1971.

Bibliographie générale

– Angenot, M. Robin, R. « L’inscription du discours social dans le texte littéraire », Sociocriticism, I/1, 1985, pp. 53-82.

– Bourdieu, P., « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, nov. 1966, pp. 865-906.

– Bourdieu, P., Les Règles l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

– Cohen, M., The Wager of Lucien Goldmann: Tragedy, Dialectics and a hidden God, Princeton University Press, 1994.

– Cusset, F., French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2003.

– Duchet, C. (dir.), Sociocritique, Paris, Nathan, 1979.

– Lallemand, R et al., « Hommage à Lucien Goldmann », Revue de l’Institut de sociologie, n°3, 1973 [rééd. Éditions de l’ULB, 1975.]

– Ferrette, J. (dir.), Lucien Goldmann, Anamnèse, n°6, 2010.

– de Gandillac, M. Goldmann, L. Piaget, J. (dir.), Entretiens sur la notion de genèse et de structure, Paris, La Haye, Mouton et Cie, 1965.

– Glinoer, A., Le Littéraire et le social. Bibliographie générale (1904-2014), Paris, L’Harmattan, 2016.

– Goldmann, A. Löwy, M. Naïr (dir), Le Structuralisme génétique : l’œuvre et l’influence de Goldmann, Paris, Denoël-Gonthier, 1977.

– Hamon, P., Texte et idéologie. Valeurs, hiérarchies et évaluations dans l’œuvre littéraire, Paris, PUF, 1984.

– Heilbron, J., French Sociology, Ithaca, ornell University Press, 2015.

– Heyndels, R. « Étude du concept de « vision du monde » : sa portée en théorie de la littérature », L’Homme et la société, n°43-44,1977, pp. 133-140.

– Heyndels, R., « Le centre de sociologie de la littérature de l’Université de Bruxelles », Études littéraires, 21/2, 1988, pp. 121-129.

– Jurt, J., « L’apport de la théorie du champ aux études littéraire », in Pinto, Sapiro, Champagne (dir.), Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Fayard, 2004.

– Leenhardt, J., « La sociologie de la littérature : quelques étapes de son histoire », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 555-572.

– Leenhardt, J., « Racine : Psychanalyse et sociologie de la littérature », Études françaises, III/1, 1967, pp. 21-34

– Leenhardt, J., « Pour une esthétique sociologique : Essai de construction de l’esthétique de Lucien Goldmann », Revue d’esthétique, n° II, 1971, pp. 113-128.

– Leenhardt, J., « Lucien Goldmann et les fondements de la sociocritique », Dossiers français, n° 1, 1975-1976, pp. 44-49.

– Leenhardt, J., Lecture politique du roman : La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

– Macherey, P., Pour une théorie de la production littéraire, [1966], Paris, ENS Éditions, 2014.

– Matonti, F., Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique, Paris, La Découverte, 2005.

– Meizoz, J., L’œil sociologue et la littérature, Genève/Paris, Slatkine Érudition, 2004.

– Naïr, S. Löwy, M. Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, Paris, Seghers, 1973.

– Sanguineti et al., Littérature et société :  Problèmes de méthodologie en sociologie de la littérature, Bruxelles, Éditions de l’Institut de Sociologie, 1967.

– Sapiro, G., « Pour une approche sociologique des relations entre littérature et engagement », COnTEXTES, 2007/2.

– Sapiro, G., La Sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, 2014.

– Tarrab, G., « La sociologie du théâtre et de la littérature d’après Lucien Goldmann », Sociologie et sociétés, 3/1, 1971, pp. 15-24.

– Van Nuijs, L., « La sociologie de la littérature selon Escarpit. Structure, évolution et ambiguïtés d’un programme de recherche », Poétique, 2007/1, n°49, pp. 107-127.

– Zima, P., Goldmann, Paris, Éditions Universitaires, 1973.

AAC ST3: « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées? », Section thématique HiSoPo, Congrès de l’AFSP 2017, deadline: 15 octobre 2016

HiSoPo a le plaisir de vous annoncer la publication de l’appel à communications de la section thématique « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées politiques? »(ST3) dans le cadre du prochain Congrès de l’Association française de science politique (AFSP) qui aura lieu à Montpellier les 10-12 juillet 2017. Cette section thématique est co-organisée par Mathieu Hauchecorne et Isabelle Gouarné dans le cadre du groupe de projet HiSoPo. Vous trouverez l’appel à communications ci-joint: aac_st3

Les propositions de communication (une demi-page à une page) doivent être envoyées le 15 octobre au plus tard aux adresses suivantes : isabelle_gouarne@hotmail.com ; mhauchecorne@univ-paris8.fr N’hésitez pas à soumettre une proposition de communication et à diffuser l’information dans vos réseaux.

AAC Colloque « Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan », HiSoPo, Sciences Po, 23-24 mai 2017.

Nous avons le plaisir de vous informer de l’organisation du colloque « Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées politiques » que j’organise dans le cadre du groupe HiSoPo. L’événement aura lieu à Sciences Po Paris les 23-24 mai 2017. Vous trouverez ci-joint l’appel à communications (aac-des-idees-et-des-partis). Vous trouverez toutes les informations utiles en accédant au site dédié spécialement à ce colloque. Voici le lien : https://ideespartis2017.sciencesconf.org/ N’hésitez pas à relayer l’information dans vos propres réseaux et auprès de vos collègues, labos, doctorants, etc.

Avis de parution: Christophe Charle & Laurent Jeanpierre (dirs.), La vie intellectuelle en France. Tome II: de 1914 à nos jours, Le Seuil, 2016.

HiSoPo vous informe de la parution du tome 2 de l’ouvrage collectif coordonné par Christophe Charle et Laurent Jeanpierre: La vie intellectuelle en France. Tome II: de 1914 à nos jours aux Éditions du Seuil.



Présentation

Depuis deux siècles, la vie des idées en France s’est étendue et en partie « démocratisée ». L’élévation du niveau d’éducation de la population, la croissance du nombre des producteurs intellectuels, les bouleversements des modes de circulation des idées et de l’espace public, l’évolution des hiérarchies entre les domaines de la pensée et les changements de rapports de force culturels, scientifiques et politiques entre nations ont modifié la physionomie du pays. Toutefois des tendances longues n’en continuent pas moins de produire leurs effets, qui expliquent le rapport particulier que la France entretient avec ses intellectuels et la forme qu’y prennent leurs interventions.
C’est à rompre avec une conception étroite de la vie des idées que s’emploie cette nouvelle histoire intellectuelle de la France contemporaine, ouverte sur les échanges extérieurs avec le monde, la diversité des domaines d’exercice de la pensée, les institutions et les mouvements généralement négligés.
Ce deuxième volume s’étend de 1914 à nos jours. Les conflits qui se succèdent de la Première Guerre mondiale à la guerre d’Algérie consacrent la valeur de l’engagement politique des intellectuels dans un contexte d’institutionnalisation du travail de la pensée. La déploration actuelle de leur perte d’influence et de légitimité dans l’espace public masque quant à elle la vitalité, la nouveauté et les voies inédites d’expression des idées qui, jusqu’à aujourd’hui, ambitionnent de comprendre le monde, voire de le transformer.


Pour plus de détails sur ce tome, veuillez vous rendre sur le site de l’éditeur: http://www.seuil.com/ouvrage/la-vie-intellectuelle-en-france-tome-2-collectif/9782021081435

Vous pourrez trouver également la présentation du premier tome ici: http://www.seuil.com/ouvrage/la-vie-intellectuelle-en-france-tome-1-sophie-renaut/9782021081381

 

AAC Sections thématiques, 14e Congrès de l’AFSP, Montpellier, deadline: 15 octobre 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation de plusieurs sections thématiques (ST) organisées dans le cadre du prochain congrès de l’Association française de science politique (AFSP), qui aura lieu à Montpellier du 10 au 12 juillet 2017, et qui ont trait à l’analyse des idées politiques. La date limite d’envoi des propositions de communication est le 15 octobre 2016.

La ST3, présentée par HiSoPo et co-organisée par Isabelle Gouarné (CNRS/CURAPP) et Mathieu Hauchecorne (UNiversité Paris 8, CRESPPA-LabTop), met au cœur de sa réflexion la question: « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées? » Vous trouverez ci le texte de l’appel à communications: AAC_ST3. Les propositions de communications doivent être envoyées par courriel aux adresses suivantes: isabelle_gouarne@hotmail.com et mhauchecorne@univ-paris8.fr.

La ST 74, co-organisée par Gwendal Châton (Université d’Angers) et Sébastien Caré (Université Rennes 1) est intitulée « Le séminaire : un nouvel objet pour l’histoire des idées politiques ».  Vous trouverez ici le texte de l’appel à communications: AAC_ST74. Les propositions de communications doivent être envoyées par courriel aux adresses suivantes: sebacare@gmail.com et gwendal.chaton@free.fr.

La ST 76, co-organisée par Gérald Hess (Université de Lausanne) et Carolin Lejeune (Sciences Po Lille, CERAPS), porte sur les « Contributions et perspectives critiques des éthiques environnementales dans la pensée politique ». Vous trouverez ici le texte de l’appel à communications: AAC_ST76. Les propositions de communications doivent être envoyées par courriel aux adresses suivantes: caroline.lejeune@sciencespo-lille.eu et Gérald.Hess@unil.ch.

JE: Atelier HiSoPo, 1ères Doctoriales de l’AFSP, Paris, Sciences Po, 22 juin 2016

Hisopo organise un atelier doctorial dans le cadre des 1ères journées doctoriales de l’Association française de science politique qui aura lieu le 22 juin dans les locaux de Sciences Po à l’adresse suivante: 9 rue de la Chaise 75007 Paris (M° Sèvres-Babylone ou Rue du Bac).

Logo_hisopo_AFSP


Comité d’organisation

Samuel Hayat (Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Lille) & Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Chercheur associé au laboratoire Triangle, Lyon)


Texte de présentation

La science politique française a longtemps accordé une place centrale aux idées : non seulement elle comptait l’histoire des idées politiques comme l’une de ses plus nobles composantes, mais plus généralement elle tendait à privilégier l’étude des faits politiques par les idées et les idéologies. Aujourd’hui, force est d’admettre que ce constat n’est plus valable. Contre les approches privilégiant l’explication de la réalité politique par les « idées », de nombreux travaux se sont attachés à l’étude des pratiques et des propriétés sociales des acteurs et ont privilégié l’analyse des logiques organisationnelles, des relations entre les groupes et leur environnement social, des ressorts individuels et collectifs de l’engagement ou encore des répertoires d’action. Ce tournant sociologique de la science politique s’est opéré notamment en rupture avec l’histoire classique des idées politiques, tenue pour une sous-discipline enfermée dans un corpus canonique de « grands » auteurs (de Platon à Rawls), et dans l’étude de grandes idéologies largement déconnectée de leurs conditions de production et de circulation ; sous-discipline qui s’est, de surcroît, longtemps tenue à l’écart des innovations étrangères (Cambridge School, sémantique historique allemande…). Cependant, plus récemment, une série de travaux ont tenté de réinvestir le terrain des idées avec les instruments des sciences sociales et politiques, pour une bonne part sous la bannière de « l’histoire sociale des idées politiques »1. Le syntagme, à défaut d’être encore tout à fait un programme, a le mérite de lever l’opposition entre sciences sociales et histoire des idées, et de prendre aux sérieux les idées sans souscrire à l’idéalisme.

Si l’histoire sociale des idées politiques n’est pas un programme de recherche constitué, plusieurs éléments s’articulent pour en former les coordonnées théoriques et méthodologiques :

– Une extension du corpus : ne pas s’intéresser seulement aux auteurs canoniques de la pensée politique ou aux « grandes » théories mais aussi aux productions d’autres acteurs que les intellectuels et d’autres objets idéels que les théories politiques.

– Dépasser l’opposition entre analyse interne/analyse externe des textes, dans un souci de s’intéresser non seulement au contexte discursif et au contexte politique mais au contexte social qui à un moment donné rend possible l’émergence, la diffusion ou la réception d’une idée politique.

– Documenter les processus concrets par lesquels les idées politiques jouent un rôle propre dans la construction et la transformation de la réalité sociale, lié mais irréductible aux déterminations qui ont présidé à leur production.

Cependant, au-delà de ces grands principes, la question de la mise en œuvre concrète de l’histoire sociale des idées politiques reste entière. Si elle implique de dépasser l’opposition analyse interne/analyse externe, comment s’y prendre méthodologiquement ? Comment articuler par exemple méthodes d’analyse des relations (analyse des correspondances) et des interactions (analyse de réseaux), privilégiées dans l’étude des champs ou des réseaux sociaux étudiés, avec les méthodes privilégiées pour l’analyse des textes comme la statistique textuelle ? De même, comment lire les textes (herméneutique, sémantique interprétative, etc.) de façon à comprendre leur sens sans y plaquer nos propres présupposés ? Peut-on (doit-on) utiliser les mêmes méthodes pour traiter de la pensée des « grands auteurs » et des autres types d’idées ? Comment lier les idées ou les œuvres singulières à des configurations plus larges (idéologies, cultures, épistémè, etc.) ? Comment rendre compte des effets des idées dans la construction discursive et sociale de la réalité, en particulier du monde politique, sans retomber dans l’idéalisme ?

Toutes ces questions sont encore largement ouvertes et concrètement abordées par les jeunes chercheur-e-s en histoire des idées politiques. Dans cette perspective, ces journées doctoriales sont l’occasion d’appeler les jeunes chercheur-e-s intéressé-e-s par l’histoire sociale des idées politiques et qui se retrouvent au moins en partie dans ce projet à présenter leurs travaux. Le comité sera également sensible à des propositions ouvertes sur les récentes évolutions des sciences sociales et historiques, comme le global turn, les études de genre ou les études postcoloniales, etc. qui contribuent à sortir l’histoire des idées politiques de formes de nationalisme méthodologique ou d’ethno/phallo/intello-centrisme. L’optique est de permettre un dialogue sur les méthodes et les courants de l’histoire des idées politiques à partir des recherches concrètes menées par les doctorant-e-s. Les contributions devront donc à la fois faire la place à une présentation du travail en cours et à une ouverture sur un point méthodologique ou épistémologique que cette recherche soulève.


PROGRAMME DE L’ATELIER

Première séance (9h30-12h)

Antoine Aubert (Université Paris 1/CESSP), « Spinoza et la révolution : une appropriation dans l’après-68 »

Kevin Brookes (Sciences Po Grenoble/PACTE), « Le « libéralisme scientifique » contre le programme commun. La réception du néo- libéralisme américain en France dans les années 1970 »

Jean-Baptiste Devaux (Sciences Po Lyon/Triangle), « Les revues dans la circulation des idées et des savoirs. L’économie de la connaissance et le cas de la Revue d’économie industrielle : 1985-2008 »

Iliana Eloit (London School of Economics/Gender Institute), « Du féminisme au lesbianisme politique : histoire militante d’une pensée dissidente »

Nagisa Mitsushima (Université Paris 1/CESSP), « La capacité, du concept à la revendication »

2ème séance (13h30-16h)

Charles Bosvieux-Onyekwelu (Université Paris-Saclay/Laboratoire Printemps), « Une idée peut-elle fonctionner comme un champ ? L’exemple du service public et l’hypothèse d’un « champ » du public sous la troisième République »

Clément Rodier (Université de Bordeaux/Centre Montesquieu de recherches politiques), « L’École de Francfort en France . Anatomie d’une réception »

Tristan Rouquet (Université Paris 10/ISP), « La constitution d’un corpus d’auteurs comme enjeu épistémologique en histoire sociale des idées politiques »

Simon Tabet (Université Paris 10/Sophiapol), « Pour une histoire plurielle et globale de l’idée postmoderne : science, culture et société »

Cyprien Tasset (EHESS/IRIS), « Trois façons de construire « les précaires«  comme entité collective à la fin des années 1970 en France »

1 Bernard Pudal, « De l’histoire des idées politiques à l’histoire sociale des idées politiques », in Antonin Cohen, Lacroix Bernard & Philippe Riutort (dir.), Les Formes de l’activité politique. Éléments d’analyse sociologique XVIIe-XXe siècle, Paris, Presses Universitaires de France (PUF), 2006, pp. 185‑192 ; Frédérique Matonti, « Plaidoyer pour une histoire sociale des idées politiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 5, 59-4 bis, 2012, pp. 85‑104.

Si vous souhaitez y participer, n’oubliez pas de vous inscrire sur le formulaire en ligne, obligatoire pour pouvoir entrer dans les locaux de Sciences Po: https://fr.surveymonkey.com/r/doctoriales2016afsp

Séance 7: « L’histoire sociale de la philosophie en question : autour de L’Ontologie politique de Martin Heidegger par Pierre Bourdieu » (25 mai 2016)

La septième séance du séminaire HiSoPo intitulée « L’histoire sociale de la philosophie en question : autour de L’Ontologie politique de Martin Heidegger » aura lieu le 25 mai 2016. Cette séance sera l’occasion d’écouter deux communications:

  • Mathieu Hauchecorne (MCF en science politique, CRESSPA-Labtop, Université Paris 8) : « Que faire de la notion de réfraction en sociologie des idées ? »

  • José Luis Moreno Pestaña (MCF en philosophie à l’Université de Cadix, HDR en sociologie à l’EHESS, chercheur au CESSP-CSE) : « Lire le Heidegger avec le Manet : la sociologie de Bourdieu et la grandeur philosophique »

Ces deux communications seront suivies d’une table ronde avec les intervenants : Christopher Hamel, Thibaut Rioufreyt et Arnault Skornicki.

La séance aura lieu le mercredi 25 mai 2016 de 9h30 à 13h, au 9 rue de la Chaise 75007 Paris, Salle 900.

Séance 5: Histoires collectives des socialismes : longue durée et grande échelle (8 avril 2016)

La cinquième séance 5 du séminaire HiSoPo, intitulée « Histoires collectives des socialismes : longue durée et grande échelle » a eu lieu le 8 avril 2016. Cette séance a été l’occasion d’écouter deux communications:

  • Vincent Bourdeau (MCF en philosophie Université de Franche-Comté/Logiques de l’agir) et François Jarrige (MCF en histoire, Université de Bourgogne/Centre Georges Chevrier), pour l’ouvrage Quand les socialistes inventaient l’avenir. Presse, théories et expériences, 1825-1860 (dir. Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau, Edward Castleton, Ludovic Frobert, François Jarrige), Paris, La Découverte, 2015
  • Jean-Numa Ducange (MCF en histoire, Université de Rouen, GRHis), pour présenter le projet EUROSOC

Les deux interventions ont été discutées par Samuel Hayat (Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Lille).

La séance aura lieu le 08 avril 2016, entre 14h et 17h, à Sciences Po, Salle Goguel, 56 rue des Saints-Pères, Paris, 75007, Bât. B, 5e étage.

Vous pouvez lire l’introduction de la séance faite par Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, chercheur associé au laboratoire Triangle) ici en format PDF:Introduction_S5_séminaire_HiSoPo_2016_04_08. Vous pouvez également écouter l’enregistrement audio de cette séance ici: