Archives par mot-clé : Histoire sociale des idées politique

JE « La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réceptions, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, 17 janvier 2017

HiSoPo vous informe du programme de la journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Co-organisée par Lucile Dumont (EHESS, CESSP), Quentin Fondu (EHESS, CESSP) et Laélia Véron (ENS Lyon, Paris 3, IHRIM), elle aura lieu le mardi 17 janvier 2017 à l’EHESS. Vous trouverez le programme ci-dessous ainsi qu’en PJ ici: programme_je_goldman_2017_01_17


JOURNÉE D’ÉTUDES – 17 JANVIER 2017
EHESS, 190-198 Av. de France, 75013 Paris (8e étage, Salle J-P Vernant)
 
La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann.
Réceptions, héritages et usages contemporains
 

PROGRAMME
9h : Accueil des participants
 
Matinée : Premières réceptions et appropriations des travaux de Lucien Goldmann
9h15 – 9H45 : Introduction, Lucile Dumont (EHESS, CESSP) et Quentin Fondu (EHESS, CESSP).
9h45 – 10h45 :
Jacques Leenhardt (EHESS, CRAL) :
La sociologie de la littérature de Goldmann : critique progressiste et déterminisme social.
Alain Cantillon (Univ. Paris 3, GRIHL) : Le Dieu caché de Lucien Goldmann. Parier et croire en 1955.
Pause

11h – 12h :
Christos Grosdanis (Univ. Paris 7, CERILAC): Lucien Goldmann et René Girard : enjeux d’un dialogue.
Rachel Nadon (Univ. Montréal) : Réseaux intellectuels et réception de la pensée de Lucien Goldmann au Québec.
 
12h – 13h30 : Déjeuner
 
Après-midi : Nouvelles perspectives et applications des méthodes goldmanniennes
13h30 – 14h : Introduction, Laélia Véron (ENS Lyon/ Paris 3, IRHIM).
14h – 15h :
Paulo Procopio Ferraz (Univ.
Paris 8): Une écriture paradoxale.
Andrea d’Urso (Univ. Lille 3 – CECILLE, Univ. del Salento) : Pour une sociologie « sémiotique » de la littérature. Idéologie, réification et vision du monde entre Goldmann et Rossi-Landi.
Pause

15h15 – 16h45 :
Michael Löwy (CNRS, CéSor), Robert Sayre (Univ. Paris Est- Marne la Vallée): Lucien Goldmann et la vision du monde romantique.
Laurie Rousseville (Univ. Lyon 2, Passages XX-XXI) : Lucien Goldmann et le « théâtre de la révolte » de Jean Genet : (re)penser le « théâtre politique »
Françoise Gaillard (Paris 7, LAC) : Titre à définir.

17h-17h30 : Discussion générale et clôture de la journée par Gisèle Sapiro (EHESS, CNRS, CESSP).

Apéritif de clôture

Contact : jegoldmann2017@gmail.com

 

Roger Chartier, séance inaugurale du séminaire de l’ED de science politique de Paris 1, Paris, Centre Mahler, 5 décembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue d’une conférence de Roger Chartier le lundi 5 décembre 2016 à 18h organisée par l’École doctorale de science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Lundi 5 décembre 2016 à 18h
Centre Malher

9 rue Malher Paris 4e

Roger Chartier


Discutants : Frédérique Matonti, professeure de science politique, Université Paris 1, CESSP
Antoine Aubert et Antony Burlaud, doctorants ED de science politique de l’Université Paris 1, CESSP

Cette séance inaugurale du séminaire annuel de l’École Doctorale de Science Politique est consacrée aux travaux de l’historien Roger Chartier, professeur honoraire au Collège de France, où il a occupé pendant dix ans la chaire « Écrits et cultures dans l’Europe moderne ». Dans La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur (Gallimard, 2015), recueil d’articles auxquels s’ajoute un inédit, il développe et approfondit une idée maîtresse : la signification d’un texte ne se limite pas à sa « lettre » ni à l’« intention » de l’auteur (l’une et l’autre s’avérant souvent inatteignables) , mais doit être rapportée aux différents modes d’intervention et d’appropriation qui contribuent à « faire » le texte : écritures et copies successives, composition et impression, édition, traductions, manières de lire…

À travers des études savantes et subtiles consacrées au Quichotte et aux pièces de Shakespeare (deux références cardinales dans l’œuvre de R. Chartier), mais aussi à la Brevisima Relacion de la destruycion de las Indias de Las Casas, l’historien démontre à quel point les significations d’un texte sont mobiles, malléables et donc multiples, spécialement entre les XVIe et XVIIIe siècles. La situation change à la fin du XVIIIe siècle, alors que le concept d’auteur revêt peu à peu son sens moderne. Les développements sur la « main » de l’auteur et « l’esprit » de l’imprimeur illustrent ainsi cette confrontation (ou : « négociation ») entre différents acteurs pour imposer des significations aux textes, et permettent un retour éclairant sur les matérialités de la vie intellectuelle de la « pré-modernité », alors que l’imprimé remplace petit à petit les manuscrits.

La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur revient sur les conditions de production, de circulation et d’appropriation des textes écrits à travers des études de cas, en mobilisant une érudition philologique impeccable. Mais, au-delà des études de cas, le livre poursuit un questionnement épistémologique entamé par Roger Chartier il y a plusieurs décennies, et forgé dans le dialogue avec des auteurs comme Bourdieu, Ricoeur, Foucault, Michel de Certeau, et les différents avatars de l’École des Annales (voir notamment Au bord de la falaise, Albin Michel, réed. 2009). Le séminaire visera donc à la fois à restituer le contenu du livre et à le resituer dans une œuvre historique de premier plan, qui est une source d’inspiration pour tous ceux qui s’intéressent, en sociologie historique, aux idées et aux intellectuels.

Séance 6 : Saisir l’événement et le contexte. L’histoire sociale des idées politiques et ses méthodes (02 mai 2016)

La sixième séance du séminaire HiSoPo, intitulée « Saisir l’événement et le contexte. L’histoire sociale des idées politiques et ses méthodes », a eu lieu le lundi 2 mai 2016. Cette séance a été l’occasion d’écouter deux interventions:

  • Samuel Hayat (Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Lille), « Étudier les idées en révolution : questions de méthode »
  • Arnault Skornicki (MCF en science politique, Université Paris Ouest Nanterre La Défense/ISP) : « Le Weber de Skinner. Contextualisme et sociologie »

Ces communications ont été suivies d’une discussion collective sur les méthodes en histoire sociale des idées politiques.

La séance a eu lieu le 2 mai 2016, entre 14 et 17h, Salle 24, 27 rue Saint-Guillaume, 75007, Paris.

Vous pouvez écouter l’enregistrement audio de cette séance ici:

 

Colloque « Les intellectuels empêchés », CESSP/EHESS, 7-9 octobre 2015

Brigitte Gaïti et Nicolas Mariot organisent un colloque de trois jours sur les « Intellectuels empêchés » qui se déroulera les 7, 8 et 9 octobre. Abordant la question de l’intellectualité à travers des expériences contraignant l’exercice de pensée (exil, enfermement, clandestinité, déportation, voyage, établissement en usine, maladie, etc.), ce colloque est une contribution importante non seulement à la sociologie des intellectuels mais aussi à une histoire sociale des idées politiques, attentive aux conditions matérielles, sociales, techniques, culturelles dans lesquelles les idées émergent, circulent, sont reçues. Vous trouverez le lien vers la page web de l’événement sur le site du CESSP (Actualités_CESSP) ainsi que ci-joint le programme et la présentation de cette manifestation scientifique (Programme_et_présentation_JE_Intellectuels_empêchés).

Lieux

– 7 octobre matin: Maison des mines, 270 rue Saint Jacques, salle G

– 7 octobre après-midi: La Sorbonne (Paris IV), escalier G, salle J 636

– 8 et 9 octobre, EHESS Bâtiment Le France, 198 avenue de France, 75013, salle des commissions A et B

Avis de parution : Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme, Publications de la Sorbonne, 4 mai 2015

Est paru le 4 mai 2015 aux Publications de la Sorbonne un ouvrage de Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme. Vous trouverez le lien vers la page de présentation sur le site de l’éditeur (Présentation_Wilhelm_Röpke_l’autre_Hayek_éditeur) ainsi que ci-joint la présentation du livre (PrésentationWilhelmRöpkel’autreHayek). Cet ouvrage concerne HiSoPo a double titre. D’une part, de par son contenu, il est une contribution utile à l’étude de la genèse et de l’histoire du néo-libéralisme. En déplaçant le regard vers d’autres « pères fondateurs » que Friedrich von Hayek ou Ludwig von Mises, en s’intéressant au rôle spécifique des intellectuels émigrés d’origine germanique, il permet de rompre avec le « démon des origines » (Marc Bloch) et de prendre au sérieux l’étude des processus de circulation transnationale des idées néo-libérales. D’autre part, de par la méthode employée, il réinterroge à nouveaux frais la question des apports d’une biographie contextualisée à l’étude des idéologies politiques. Ce qui paraît le plus éloigné, la micro-analyse du parcours biographique d’un homme et le macranthrope que constitue l’idéologie, qui plus est le néo-libéralisme tant il influe sur nos vies, se trouve réuni dans cette étude de manière à la fois rigoureuse et originale.

Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme, Publications de la Sorbonne, Paris, mai 2015, 576 p.

Avis de parution: A. Skornicki et J. Tournadre, « La nouvelle histoire sociale des idées politiques », La Découverte, 2 avril 2015

Est paru en librairie le 2 avril 2015 aux éditions La Découverte dans la collection « Repères » un ouvrage consacré à « La nouvelle histoire sociale des idées politiques » co-écrit par Arnault Skornicki et Jérôme Tournadre. Nous ne pouvons que nous réjouir de la parution de ce manuel dont le besoin se fait sentir depuis plusieurs années, notamment à des fins d’enseignement. Vous trouverez le lien vers le site de l’éditeur (Présentation_ouvrage_La Découverte) ainsi que ci-joint la présentation du livre et la table des matières (La nouvelle histoire des idées politiques). À noter également la parution de deux compte-rendus de ce livre, le premier dans le dernier numéro de la Revue française de science politique (RFSP) par Manuel Cervera-Marzal1, le second sur le carnet hypothèses Lire les sciences sociales par Louis Pinto (CR_Nouvelle_HSIP_LSS). Au-delà de l’intérêt réel de son contenu, cet ouvrage marque sans doute un pas supplémentaire vers la constitution de l’histoire sociale des idées politiques comme champ d’étude à part entière et a contribué à cet égard à la constitution d’HiSoPo.

1 Manuel Cervera-Marzal, « Skornicki (Arnault), Tournadre (Jérôme), La nouvelle histoire des idées politiques. », Revue française de science politique, vol. 65, no 3, juin 2015, pp. 515‑516.

Arnault Skornicki & Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, coll. « Repères », mai 2015, 128 p.

13e Congrès de l’AFSP – ST23 « Remettre l’idéologie sur le métier ? La place des « idées » dans la profession politique », Aix-en-Provence, 22-24 juin 2015

Du 22 au 24 juin 2015 a eu lieu à Aix-en-Provence le 13ème congrès de l’AFSP (Association française de science politique). Dans ce cadre, la section thématique ST23 « Remettre l’idéologie sur le métier ? La place des « idées«  dans la profession politique », a organisé deux sessions dont les thématiques intéressent directement HiSoPo, la première sur les « Les « professionnels des idées » hors des partis politiques » et la seconde sur « Comment saisir les idées dans les partis politiques ? ». Vous trouverez le lien vers la page web de l’événement sur le site de l’AFSP (Congrès_AFSP_2015) ainsi que ci-joint l’appel à communications (AAC_ST23_AFSP_2015) et le programme des sessions (ST23_programme_sessions).

6ème Congrès de l’AFS – RT 27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise », Saint-Quentin-en-Yvelines, 29 juin-2 juillet 2015

Du 29 juin au 2 juillet 2015 a eu lieu à Saint-Quentin-en-Yvelines le 6ème congrès de l’AFS (Association française de sociologie). Dans ce cadre, le réseau thématique RT27 « Sociologie des intellectuels et de l’expertise : savoirs et pouvoirs », partenaire du groupe HiSoPo, a organisé sept sessions dont les thématiques ne peuvent qu’intéresser HiSoPo. Quatre sessions blanches ont ainsi été organisées sur les « savoirs d’État », les « Critiques et scientifiques face aux arts et à la littérature », « Le droit et les idées politiques comme faits sociaux » et « Scientifiques et intellectuels entre mondes savants, structure extra-académiques, et espace militant ». Trois autres sessions ont porté sur des thématiques spécifiques détaillées ci-dessous, la première étant directement liée au thème général du congrès. Des sessions particulières ont ainsi été consacrées au rôle des experts dans la naturalisation du monde social, aux sciences humaines et sociales en temps de guerre et à l’engagement des intellectuels au sein des associations. Vous trouverez le lien vers la page web de l’événement sur le site du RT 27 (RT27_6e_Congrès_AFS_2015_07) ainsi que ci-joint l’appel à communications (Appel-a-communication-AFS-RT27-congres2015) et le programme des sessions (RT27-congres2015_programme).

Colloque « Pour une histoire sociale des idées politiques », Paris, 22-24 janvier 2015

Du 22 au 24 janvier 2015 a eu lieu à Paris un colloque international intitulé « Pour une histoire sociale des idées politiques », organisé conjointement par le CEVIPOF, l’ISP et Triangle. À la fois parce que sa thématique est au cœur de nos préoccupations et que bon nombre d’entre nous y participions, il était logique que nous y consacrions ce billet afin d’en conserver une archive. Vous trouverez donc les liens vers la page web de l’événement sur les sites du CEVIPOF (Colloque HSIP CEVIPOF) et de Triangle (Colloque HSIP Triangle) ainsi que ci-joint l’appel à communications (AAC_HSIP_2015_01) et le programme (Colloque_HSIP_programme) de ce colloque qui a joué un rôle majeur dans la constitution de notre groupe.

 

Appel à participer à HiSoPo

Depuis leur lancement en 2012, l’Association française de science politique (AFSP) entend grâce à ses groupes de projet encourager la création de regroupements interinstitutionnels d’enseignants-chercheurs, de réseaux de proximité entre chercheurs français et étrangers, juniors et seniors, travaillant sur une même question mais n’ayant pas toujours la possibilité, dans leurs contextes professionnels respectifs, de se rencontrer dans le cadre d’un espace de recherche spécifique qui soit suffisamment structuré sur la durée pour permettre une élaboration collective originale, tant du point de vue des problématiques que des méthodes. Parmi ces groupes, HiSoPo (Histoire sociale des idées politiques) est l’un des quatre groupes de projet AFSP retenu pour la période 2015-20171.

Comme son nom l’indique, l’histoire sociale des idées politiques n’est pas affaire de solitaire, tant il paraît impossible de tenir seul tous les maillons de la chaîne de production et de circulation des idées politiques. Ainsi, la relative double ignorance, notamment, des philosophes et des spécialistes de théorie politique sur les conditions socio-historiques de formation et de transformation des concepts, et des sociologues et politistes sur les replis et les subtilités des débats, des argumentations et des agencements conceptuels, ne peut être surmontée que par un investissement éminemment collectif. Le groupe HiSoPo se conçoit donc comme un authentique laboratoire de transactions et de traductions : non pour suivre les injonctions à l’interdisciplinarité et de l’internationalisation, ni seulement pour confronter différentes perspectives disciplinaires et traditions « nationales », mais pour élaborer ensemble un programme méthodologique qui, à défaut d’être entièrement neuf ou révolutionnaire, aura pour ambition d’être cohérent et articulé à une série de travaux et de terrains précis. Pour que la division du travail ne soit pas synonyme de cloisonnement, mais de coopération active et réfléchie entre social scientists, philosophes, historiens et littéraires – pour ne citer qu’eux.

Le groupe HiSoPo appelle donc tous les chercheurs intéressés à ces questions, quel que soit leur statut, à rejoindre cet collectif et à suivre ces différentes activités. Tout au long de ces deux années, avec un séminaire mensuel, des journées d’études et des colloques, mais aussi avec un site internet dédié aux question de méthode en histoire sociale des idées politiques, il ne manquera pas d’occasions d’échanger et de consolider des liens entre disciplines, écoles, individualités. Nous espérons ainsi que cette entreprise pourra être pérennisée au-delà de ces deux années.

Enfin, le groupe HiSoPo ne connaît pas de limite temporelle ou géographique a priori : l’histoire du temps présent ne sera pas systématiquement préférée à celle des périodes moderne, antique ou médiévale ; la France et l’Europe, au reste du monde ; la politique légitime des élections, des souverains, des partis, des philosophes et des États, à celle, souvent plus cryptée, des sciences dites objectives, des groupes populaires réputés dépolitisés, de la presse apparemment non politique.

1 Toutes les informations sur le fonctionnement des groupes de projet de l’AFSP sur le portail web http://www.afsp.info/gp/. Portail où vous pourrez également retrouver les archives des groupes de projet 2012-2015.

Journée d’étude « Théorie politique, philosophie politique et histoire des idées politiques : Quel dialogue au sein des SHS ? » (AMEP/CESPRA) 17 juin 2014

JE AMEP / CESPRA – 17 juin 2014 – Théorie politique et SHS

L’AMEP organise son premier événement scientifique le mardi 17 juin 2014.

Il s’agit d’une journée d’études interdisciplinaire organisée conjointement par le CESPRA-EHESS (Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron) et l’association AMEP (Amis de la mention Études politiques) qui se tiendra le mardi 17 juin 2014 à l’EHESS (96 bd Raspail, 75006 Paris) et qui sera ouverte à tous (dans la limite des places disponibles).

Cette journée est intitulée : « Théorie politique, philosophie politique et histoire des idées politiques : Quel dialogue au sein des SHS ? »

Résumé : Cette journée d’études entend faire dialoguer la théorie politique, la philosophie politique et l’histoire des idées politiques avec les autres disciplines et sous-disciplines des sciences humaines et sociales qui s’intéressent aux questions politiques. Sans préjuger des résultats d’un tel échange, les intervenants chercheront à envisager quelles sont les conditions du dialogue, et quels pourraient être, éventuellement, les bénéfices scientifiques de celui-ci pour les deux parties.

Organisateurs : Félix Blanc, Benjamin Brice, Cynthia Salloum et Marie-Hélène Wirth.

Vous trouverez les enregistrements de la journée en suivant ce lien.

Présentation scientifique de la journée

Lorsqu’il cherche à analyser les phénomènes politiques, le chercheur se trouve confronté à la multiplicité des perspectives disciplinaires en sciences humaines et sociales, parmi lesquelles la théorie politique, la philosophie politique et l’histoire des idées politiques. Ces trois sous-disciplines ont sans doute la particularité de mettre d’avantage l’accent sur la dimension théorique dans l’appréhension des faits politiques, quand les autres champs des sciences humaines et sociales font une place plus large à la dimension empirique. Cette spécificité a d’ailleurs souvent valu à ces trois approches d’être considérées comme moins rigoureuses dans leurs méthodes d’investigation, et l’on a pu leur reprocher, parfois à juste titre, de ne pas prêter une attention suffisante au réel (Durkheim 1988, Bourdieu 2003). Symétriquement, ces approches tendent par moments à vouloir s’arroger le monopole des questions théoriques, au risque d’encourager un certain cloisonnement de la recherche scientifique entre enquêtes empiriques et débats théoriques. Or, tracer une frontière trop étanche entre empirie et théorie diminue les possibilités d’échanges féconds réciproques ; cela revient à la fois à empêcher de prêter une attention respectueuse au matériau qui, précisément, fasse droit à sa valeur intrinsèque, au phénomène inaperçu qu’il exprime (Schnapper 1999), et à prévenir tout regard théorique posé sur les faits en vue d’une analyse qui nous les rendent accessibles et non pas distants (Arendt 1967) ; finalement, voilà qui constitue peut-être un véritable obstacle au progrès général des sciences humaines et sociales (Aron 1962, Adorno 1969, Schramme 2008).

Il existe, du reste, une immense variété au sein des trois sous-disciplines convoquées (théorie politique, philosophie politique et histoire des idées politiques) ; il paraît nécessaire d’en prendre la mesure (Dryzek, Honig et Phillips 2006). Par exemple, les méthodes pour appréhender les textes suscitent d’importants débats, dont l’opposition canonique entre interprétation interne et lecture contextuelle ne donne qu’une image très incomplète (Strauss 1988, Spitz 1989, Skinner 2002, Skinner et Zarka 2001, Bourdieu 2002). En outre, ces différences de perspective participent généralement de prémisses ontologiques distinctes qui conduisent le chercheur à privilégier une approche plutôt qu’une autre ou à en proposer de nouvelles (Mansfield 1993, Dunn 1996, Whatmore 2006, Lilti 2012), à diversifier les sources de connaissances (Chartier 1989, Pocock 1997, Skinner 2003, Manin 1996, Rosanvallon 2003), et à choisir de se référer, par exemple, plutôt à la sociologie, à la science politique, à la philosophie ou à l’histoire (Weil 1961, Manent 1997, Robertson 2005, Rawls 2009, Matonti 2012, Karsenti 2013). Ce pluralisme constitue indéniablement une force, puisqu’il stimule la réflexion et oblige le chercheur à s’interroger sur ses propres présupposés, qu’ils soient théoriques ou méthodologiques.

Cette journée d’études entend néanmoins ouvrir la conversation au-delà de ces trois sous-disciplines, puisqu’il s’agit faire dialoguer la théorie politique, la philosophie politique et l’histoire des idées politiques avec les autres disciplines et sous-disciplines des sciences humaines et sociales qui s’intéressent aux questions politiques. Sans préjuger des résultats d’un tel échange, les intervenants chercheront à envisager quelles sont les conditions du dialogue, et quels pourraient être, éventuellement, les bénéfices scientifiques de celui-ci pour les deux parties.

Bibliographie

Adorno Theodor W., « Du rapport entre la théorie et l’empirie en sociologie », trad. R. Sibaja Steichens, L’Homme et la société, no. 13, 1969, p. 127-133.

Arendt Hannah, Essai sur la Révolution, Paris, Gallimard, 1967.

Aron Raymond, « À propos de la théorie politique », Revue française de science politique, vol. 12, no. 1, p. 5-26.

Bourdieu Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées » (1990), Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 145, no. 2002, p. 3-8.

Bourdieu Pierre, Méditations pascaliennes, éd. revue et corrigée, Paris, Seuil, 2003.

Chartier Roger, « Le monde comme représentation », Annales, vol. 44, no. 6, 1989, p. 1505-1520.

Dryzek John S., Bonnie Honig, Anne Phillips, « Overview of Political Theory», in The Oxford Handbook of Political Theory, Oxford, Oxford University Press, 2006.

Dunn John, The History of Political Theory and other essays, Cambridge, Cambridge University Press, 1996.

Durkheim Émile, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1988.

Karsenti Bruno, D’une philosophie à l’autre : Les sciences sociales et la politique des modernes, Paris, Gallimard, coll. NRF essais, 2013.

Lilti Antoine, « Rabelais est-il notre contemporain ? Histoire intellectuelle et herméneutique critique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2012, no. 59, p. 65-84.

Manent Pierre, La cité de l’homme (1994), Paris,Flammarion, 1997.

Manin Bernard, Principes du gouvernement représentatif, Paris, Flammarion, coll. Champs, 1996.

Mansfield Harvey C., Taming the Prince: The ambivalence of modern executive power, Baltimore (MD), The John Hopkins University Press, 1993.

Matonti Frédérique, « Plaidoyer pour une histoire sociale des idées politiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no. 59, 2012/5, p. 85-104.

Pocock John G. A., Le moment machiavélien : La pensée politique Florentine et la tradition républicaine atlantique, trad. Luc Borot, Paris, PUF, coll. Léviathan, 1997.

Rawls John, Théorie de la justice, trad. Catherine Audard, Paris, Seuil, coll. Points Essais, 2009.

Robertson John, The Case for the Enlightenment : Scotland and Naples 1680-1760, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

Rosanvallon Pierre, Pour une histoire conceptuelle du politique, Leçon inaugurale au Collège de France faite le jeudi 28 mars 2002, Paris, Seuil, 2003.

Schnapper Dominique, La Compréhension sociologique : Démarche de l’analyse typologique, Paris, Presses universitaires de France, 1999.

Schramme Thomas, « On the Relationship between Political Philosophy and Empirical Sciences », Analyse & Kritik, vol. 30, 2008, p. 613-626.

Skinner Quentin, Visions of politics. Volume I: Regarding Method, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

Skinner Quentin, L’Artiste en philosophie politique : Ambrogio Lorenzetti et le bon gouvernement, Paris, Raisons d’agir, coll. Cours et travaux, 2003.

Skinner Quentin et Yves Charles Zarka, Hobbes : The Amsterdam Debate, Hans Blom (ed.), Hildesheim-Zürich-New York, Georg Olms Verlag, 2001.

Spitz Jean-Fabien, « Comment lire les textes politiques du passé ? Le programme méthodologique de Quentin Skinner », Droits, no. 10, novembre 1989, p. 133-145.

Strauss Leo, Persecution and the Art of Writing, Chicago, The University of Chicago Press, 1988.

Whatmore Richard, « Intellectual History and the History of Political Thought », in Whatmore Richard and Brian Young (eds.), Palgrave Advances in Intellectual History, Basingstoke (UK), Palgrave Macmillan, 2006, p. 109-129.

Weil Éric, « Philosophie politique, théorie politique », Revue française de science politique, vol. 11, 1961/2, p. 267-294.

Le programme de la journée est disponible sur le lien suivant.