Archives par mot-clé : Histoire intellectuelle

CfP: « The 20th International Conference on Conceptual History », Norway, University of Oslo, September 21-23, 2017

HiSoPo vous informe de la conférence internationale d’histoire conceptuelle, qui se tiendra à Oslo les 21, 22 et 23 septembre 2017. Vous en trouverez ci-dessous l’appel à communications. la deadline est fixée au 15 mai 2017.

The Humanities and Social Sciences Library at Blindern, UiO. Photo: Derivative of Universitetsbiblioteket i Oslo by Kjetil Ree, used under CC BY-SA 3.0 /Text as licensed under CC BY-SA 3.0 by Hedda Molland.

Call for papers

The 20th International Conference on Conceptual History

University of Oslo, Norway

September 21-23, 2017

Concepts in the World: Politics, Knowledge, and Time

As the annual International Conference on Conceptual History celebrates its twentieth anniversary, conceptual history is gaining ground in an ever-increasing number of fields, disciplines and parts of the world. The number of scholars identifying with some version of conceptual history is increasing, as is the breadth of topics, theories, and approaches. This conference aims to reflect that diversity.

Few other approaches are as conducive to dialogues across disciplinary borders, and we want to use this occasion to invite in all those who center their inquiry on social, historical, political and scientific concepts and their history. Our ambition is that this conference shall be both a meeting-place for all those working on conceptual history, regardless of approach or topic, while also trying to expand the field by soliciting proposals on three specific, although broad themes:

1. Concepts in the World

Acknowledging that conceptual history is moving beyond single-language traditions of inquiry, and that scholars working on non-European material have begun using conceptual history as a tool for philological study, we want to encourage more studies of entanglements between traditions, translations as well as more cross-linguistic comparison. Trying to move away from the Eurocentrism that is almost inevitable in a field that emerged and flourished in Europe, and the single-language (and often national language) focus that often also pervades those using conceptual history on non-European texts, we seek papers that explore new ways of studying the entanglements between different linguistic traditions, in their most historically specific and practical forms like transfers and translations as well as in their theoretical ramifications, moving beyond Europe and beyond Western modernity.

2. Conceptual history as history of knowledge

Among the most innovative fields in the humanities and social sciences in the last decades has been the history and sociology of science, or, in a more comprehensive mode, the history of knowledge. Independent of the different disciplinary labels, like history of science, STS, historical epistemology, or Wissensgeschichte, all these approaches give attention to concepts used to gain new knowledge, defend old, or make claims to truth and authority, always in connections with non-linguistic practices, technologies, and instruments. For this conference we invite papers that explore the interface between the history of concepts and the history of knowledge, by means of case studies, theoretical exchanges, or explorations of key figures and traditions in both fields.

3. The Multiple Times of Concepts and Histories

Modernization and globalization have brought about more complex and heterogeneous temporal relations, in which the global times of commerce, technology and media come in conflict with the different rhythms and dynamics in diverse cultures and communities. At present, one of the foremost challenges for policy makers, as well as researchers in the humanities and social sciences, is to find ways to understand the existence of multiple temporalities within the overarching narrative of global progress. The plurality of historical times poses a major challenge for anyone who aims to map the intentions or causes leading up to an event, the consequences following from it, or to decide if an event constitutes rupture or continuity with what lies before and comes after it. Conceptual history stands out from other approaches in the way it is able to identify and analyze the multiple temporalities of human life and history, based on what Reinhart Koselleck referred to as “a theory of historical times”. However, in order to make good on this theoretical heritage new and critical engagements with the Eurocentric, modernist, and historicist biases framing this line inquiry are necessary, as are new and innovative studies of the vocabularies of time in different languages as well as the practices they are linked to.

Proposals for individual papers should be no longer than 400 words, and proposals for panels should not exceed 800 words. Short bios of the speakers should be added (maximum 100 words). Panels at the conference will last two hours. There should be no more than four papers and a discussant/chair per panel.

Please send your proposals to concepts@ikos.uio.no

The deadline for sending in proposals is 15 April 2017

Authors will be notified of paper acceptance or non-acceptance at latest the 15 May.


Vous trouverez plus d’informations sur le site Internet de l’Université d’Oslo ici: http://www.hf.uio.no/ikos/english/research/projects/synchronizing-the-world-globalization-and-multipl/events/conferences/2017/the-20th-international-conference-on-conceptual-history.html

JE « La traduction des textes politiques de Jean-Jacques Rousseau en Asie (mondes arabe et turc inclus) », Université Bordeaux Montaigne, 17 mars 2017

HiSoPo vous informe de la tenue d’une journée d’études internationale sur la traduction des textes politiques de Rousseau en Asie et dans les mondes arabe et turc, organisée par Eddy Dufourmont à l’Université Bordeaux Montaigne/SPH EA 4574 le 17 mars 2017. Vous en trouverez ci-dessous la présentation et le programme ainsi qu’en format PDF ici: Affiche_Rousseau_2017_03_17


La traduction des textes politiques de Jean-Jacques Rousseau en Asie (mondes arabe et turc inclus) : quelles réinventions pour quels enjeux ?

Université Bordeaux Montaigne, Salle des Actes
Domaine universitaire, Pessac – Arrêt Tram B Montaigne-Montesquieu


Organisateur : Eddy Dufourmont Université Bordeaux Montaigne/SPH EA 4574


PROGRAMME

Première séance : 9h-12h20

Chaque intervenant aura 30 minutes de temps de parole et 10 minutes pour des discussions

Modératrice : Mounira Chatti (Professeur, Université Bordeaux Montaigne, TELEM)

• 9h-9h15 : Accueil des participants
• 9h15-9h30 : Introduction (Eddy Dufourmont)
• 9h30-10h10 : Tanguy L’Aminot (chercheur honoraire, CNRS) : « Rousseau au Viet Nam, de l’époque coloniale à l’indépendance »
• 10h10-10h50 : Abdesselam Chedaddi (Professeur émérite, Université Mohammed V, Maroc) : « Réception et traduction de Rousseau dans le monde arabe »
• 10h50-11h : pause
• 11h-11h40 : Akkaya Rukiye Kia (Professeur, Université de Marmara, Turquie) : « L’introduction de la pensée de Jean-Jacques Rousseau dans l’empire ottoman (XIX-XX e siècles) II »
• 11h40-12h20 Ayse Yuva (Post-doctorante, Centre Marc Bloch, Berlin, Allemagne) : « Les traductions de Rousseau en Turquie à partir des années 1940 »
• Pause du repas de midi : 12h20-14h

Deuxième séance : 14h-16h

Modérateur : Tanguy L’Aminot

• 14h-14h40 : Céline Wang (Maître de conférences, Université Paris Diderot) : « Traduction et réinvention à travers les premières versions chinoises du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau »
• 14h40-15h20 : Eddy Dufourmont (Maître de conférences HDR, Université Bordeaux Montaigne) : « La traduction du Contrat social et des deux discours par Nakae Chômin (1847-1901) et ses élèves »
• 15h20-15h30 : pause
• 15h30-16h10 : Sakakura Yuji (Professeur, Université de Waseda, Japon) : « Les premières versions japonaises du Discours sur l’inégalité »
• 16h10-16h30 : Discussion et conclusion de la journée

Annonce 3 contrats doctorats en théorie politique, Université Libre de Bruxelles,

HiSoPo vous informe de la publication d’un appel à candidatures pour trois bourses doctorales qui émane du Centre de Théorie Politique (CTP) de l’Université Libre de Bruxelles. Vous trouverez ci-joint le document en langue anglaise (Three Doctoral Scholarships 2017) et française (Trois_bourses_doctorales_2017).


TROIS BOURSES DOCTORALE 2017-2021


Le Centre de théorie politique de l’Université libre de Bruxelles offre, du 1 er octobre 2017 au 30 septembre 2021, trois bourses de doctorat dans le cadre du projet de recherche « Pourquoi Lefort compte ». Un résumé du projet se trouve ci-dessous. Le descriptif complet du projet peut être obtenu sur demande auprès de la secrétaire du Centre de théorie politique, Béatrice Vandenabeele
(bvdabeel@ulb.ac.be). Si nécessaire, des renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès de la porte-parole du projet, Justine Lacroix (jlacroix@ulb.ac.be).

Les candidats doivent être titulaires d’un master en science politique ou en philosophie (ou diplômes apparentés) à la date de début du contrat. Ils doivent faire parvenir avant le 1er juin 2017 au secrétariat du Centre de théorie politique (bvdabeel@ulb.ac.be) un curriculum complet (y compris les relevés de notes) et un projet de recherche doctoral de trois pages maximum. Ce projet de thèse doit impérativement s’inscrire dans au moins un des axes du projet de recherche « Pourquoi Lefort compte ». Les candidats retenus disposeront d’une bourse de 4 ans d’environ 1700 euros net/mois, d’un bureau partagé à l’ULB, d’un ordinateur et d’un budget pour leurs voyages et achats de livres. Ils doivent s’engager à résider à Bruxelles pour participer aux activités du Centre de théorie politique et devront assurer une charge d’enseignement (un séminaire de 24h/ an).


Pourquoi Lefort « compte »
Projet de recherche 2016-2021

Claude Lefort (1924-2010) peut être considéré comme un des principaux penseurs politiques de la fin du XXe siècle. Cependant, la littérature secondaire à son sujet demeure curieusement mince, notamment dans le monde non francophone. En dehors de quelques cercles, qui ont conscience du rôle « matriciel » de son œuvre, son triple apport à l’histoire des idées contemporaines, à la théorie de la démocratie et à la compréhension des enjeux actuels reste sous-estimé, voire ignoré. L’objectif de ce projet de recherche, qui combine histoire conceptuelle et théorie normative, est de pallier cette lacune. Ce projet n’a pas pour but de se livrer à une exégèse des écrits de Lefort ni de réaliser une biographie intellectuelle de ce dernier. Il s’agit plutôt de traiter l’œuvre de Lefort comme une « clé d’entrée » pour atteindre quatre objectifs.

Rendre compte de la complexité de l’histoire intellectuelle récente de la France

Deux dimensions se présentent ici. D’une part, l’apport conceptuel et historique de la pensée de Lefort a nourri un courant de pensée porté par l’exigence d’une démocratie dite « intégrale » ou « radicale », irréductible aux critiques libérales ou conservatrices du socialisme. D’autre part, la lecture proposée par Lefort lui-même d’un certain nombre d’auteurs du XIXe siècle permet une nouvelle compréhension de la pensée politique française dans son rapport à la Révolution.

Dessiner une forme de républicanisme soucieux d’une mise en forme du social

L’œuvre de Lefort, qui refuse de penser le lien de l’individuel et du social sur le mode d’une dichotomie et reste fidèle à l’idée machiavélienne de la positivité politique du conflit social, pourrait ouvrir la voie à une forme de républicanisme qui évite le rabattement du politique sur l’État-nation sans dénier pour autant le poids du social.

Penser l’articulation entre droits de l’homme et politique dans le monde contemporain

L’objet de ce volet de la recherche est de mettre à l’épreuve la capacité des réflexions de Lefort à fournir une pensée de la démocratie et des droits qui ne participe ni de l’utopie d’une auto-création du peuple dans son pouvoir constituant ni d’un libéralisme du marché dissociant les droits de l’autonomie politique.

Évaluer la pertinence du concept de totalitarisme pour analyser les enjeux actuels

Si la notion de totalitarisme reste aujourd’hui une arme rhétorique dans le débat public, que ce soit pour affirmer l’irréversibilité des acquis du libéralisme ou pour dénoncer la montée du terrorisme religieux, elle n’est pourtant plus guère interrogée par la théorie politique. Quelle est la pertinence des analyses élaborées par Lefort dans les années 1970 face au phénomène nazi puis soviétique pour appréhender les enjeux contemporains ?

AAC colloque « Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire », deadline: 30 mars 2017

HiSoPo a le plaisir de vous informer du lancement du colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours co-organisé par Anthony Mergey, Professeur d’histoire du droit, Université Paris II Panthéon-Assas – Institut d’Histoire du Droit (UMR 7184) et Arnault Skornicki, Maître de conférences en science politique, Université Paris Ouest Nanterre – Institut des Sciences sociales du Politique (UMR 7220). Ce colloque co-organisé par l’Université Paris II Assas, l’ISP et HiSoPo aura lieu les 14-15 décembre 2017.


Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire

Colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours

14-15 décembre 2017

Lieu : Salle des Conseils – Université Paris II Panthéon-Assas (12, place du Panthéon, Paris 5e).


 ARGUMENTAIRE

Pierre-Samuel Dupont de Nemours (1739-1817) appartient à cette galerie de personnages qui présentent la particularité d’avoir été des acteurs de la France d’avant 1789 et de celle d’après 1789. Connu pour son appartenance à la « secte des économistes », il apparaît comme l’un des principaux propagandistes de la doctrine économique des physiocrates, qui a contribué à jeter les fondements du libéralisme. Or, si la pensée et les propositions du physiocrate économiste ont majoritairement attiré le regard des chercheurs comme le prouvent les nombreux travaux en la matière, d’autres facettes de Dupont de Nemours restent encore à explorer et à mettre à perspective. C’est notamment le cas des idées qu’il a défendues et des actions qu’il a menées dans le domaine politique.

Comme chacun de ses comparses qui a vécu ces deux moments – avant 89, après 89 –, la trajectoire de Dupont de Nemours est marquée par des permanences et des variations dans certains de ses engagements et positions politiques qui se reflètent notamment dans ses écrits à la fois nombreux et protéiformes (ouvrages, articles, rapports, mémoires, correspondance…). Plutôt que de céder à l’hypothèse facile de l’opportunisme, il apparaît plus prudent d’identifier les repositionnements du personnage en fonction des fluctuations de la conjoncture politique, extrêmement mobile dès les années 1780. Quoi qu’il en soit, il ne fait nul doute que les idées et les actions politiques imprègnent la vie – parfois romanesque (romancée ?) – de Dupont de Nemours. Un rappel de quelques étapes importantes de cette vie suffit pour s’en convaincre.

À la fin des années 1760 et au cours de la décennie suivante, en physiocrate assumé, Dupont de Nemours se fait le chantre d’une monarchie régénérée qui reposerait sur les préceptes du despotisme légal. Un tel positionnement idéologique le conduit alors à vanter les mérites, sur le plan de l’organisation administrative, d’un système de municipalités autonomes alors qu’il est devenu le bras droit du contrôleur général Turgot. Sa volonté de réformer les institutions attire la curiosité des princes éclairés (le roi de Suède Gustave III, le margrave de Bade Charles-Frédéric et le roi de Pologne Stanislas Poniatowski) auprès desquels il est appelé à exercer ses talents. En 1783, il est associé par Vergennes à la confection du traité qui reconnaît les treize colonies libres, indépendantes et souveraines, formant les États-Unis, ce qui lui vaut d’être anobli par Louis XVI l’année suivante. En 1786, il contribue également à la préparation du traité de commerce avec l’Angleterre. En 1787, année durant laquelle il fait la connaissance de Thomas Jefferson avec qui il entretiendra une importante correspondance, Dupont de Nemours conseille et guide le ministre Calonne dans son projet de création d’assemblées provinciales, ce qui ne l’empêche pas de promouvoir quelques mois plus tard, dans un contexte politique et intellectuel nouveau, une monarchie tempérée dans laquelle la nation est appelée à occuper une place stratégique. Membre depuis la fin de l’année 1788 de l’influente Société des Trente, il participe activement à la rédaction des doléances du tiers état du bailliage de Nemours, dont il sera l’un des représentants aux États généraux. Le basculement révolutionnaire lui permet de devenir député de l’Assemblée nationale constituante et de se montrer très actif au cours de son mandat, tout en manifestant une entière fidélité à Louis XVI et un soutien assumé à la monarchie constitutionnelle, jusqu’à sa disparition en 1792. Après la parenthèse de la Terreur et quelques jours d’emprisonnement, il est élu député du Loiret au Conseil des Anciens où il prend une part importante à tous ses travaux et se distingue surtout par ses critiques à l’encontre du Directoire. Après le coup d’État du 18 fructidor, il est de nouveau emprisonné quelque temps à cause de ses sympathies royalistes et échappe de peu à la déportation. À la fin de l’année 1799, il décide de s’exiler aux États-Unis. Dès l’année suivante, Jefferson, qui est devenu vice-président, lui demande de rédiger un plan d’éducation publique pour les États-Unis. En 1802, de retour en France, il joue un rôle officieux et déterminant dans les relations diplomatiques franco-américaines, à propos de la cession de la Louisiane. Opposé à la politique de l’empereur, il se consacre alors à ses travaux scientifiques, tout en s’intéressant toujours de très près à la politique américaine. Après avoir été secrétaire puis vice-président de la Chambre de commerce de Paris entre 1803 et 1810, il est nommé secrétaire du gouvernement provisoire en 1814 puis rentre au Conseil d’État sous la première Restauration. Or, l’épisode des Cent-Jours le contraint à repartir aux États-Unis où, à peine arrivé, il propose ses services au président Madison. Il décède en 1817 à Wilmington (Delaware), dans la propriété familiale fondée par son fils Éleuthère Irénée.

Appréhender la pensée et l’action politiques de Dupont de Nemours à travers ces multiples facettes (journaliste, conseiller des princes, des ministres, des présidents, négociateur, diplomate, député…) soulève une multitude de questions que cette manifestation se propose d’aborder, et qui visent à la fois à éclairer un aspect méconnu du personnage et approfondir certaines de ses idées ou entreprises.

Les propositions devront de préférence porter, d’une part, sur la période postérieure au décès de François Quesnay et à la dispersion de la « secte physiocratique », soit du ministère Turgot à l’exil américain ; et, d’autre part, sur les questions d’ordre politique, constitutionnelles, diplomatiques, administratives, historiques… Les organisateurs souhaitent que celles-ci soient abordées, dans la mesure du possible, non seulement sous un angle comparatiste, avec pour cadre les États européens ou les États-Unis, mais aussi sous un angle interdisciplinaire, afin de confronter la vision des historiens du droit, des politistes, des historiens des lettres, des juristes, des sociologues, etc.

Parmi les thèmes rarement traités en profondeur, voici quelques pistes, sans exhaustivité aucune :

–    Dupont, penseur et acteur du droit public : droits de l’homme, nature du régime politique idéal, droit constitutionnel (organisation des pouvoirs, souveraineté, hiérarchie des normes, processus de création de la loi…), administration territoriale et locale, fiscalité et finances publiques…

–    Dupont et le monde atlantique : la révolution américaine, les institutions américaines et la vie politique ; la question coloniale…

–    Dupont diplomate et penseur des relations internationales : le traité de Versailles de 1783, le traité franco-britannique de 1786, le Pacte de Famille, la cession de la Louisiane…

–    Entre vie privée et vie publique : si le « sentimentalisme » de Dupont a déjà été relevé, il pourrait être prolongé par l’étude de ses idées sur les liens entre la vie familiale, la sensibilité et la production des idées, et éclairé par sa manière de vivre lui-même une forme de porosité entre l’homme public et l’homme privé.

–    Dupont et le patriotisme, Dupont et la religion, Dupont historien…


Les propositions de communication doivent être déposées de préférence sur le site du colloque: https://dupont2017.sciencesconf.org dans la rubrique « Déposer une communication » ou envoyées par mail aux organisateurs : anthony.mergey@u-paris2.fr et askornicki@u-paris10.fr, avant le 30 mars 2017. Merci de joindre une présentation succincte de la communication envisagée avec indication des sources (2500 signes maximum espaces compris) avec son titre et un court curriculum vitae.

Avis de parution: Clarisse Berthezène et Jean-Christian Vinel, Conservatismes en mouvement. Une approche transnationale au XXe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2016

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage collectif Conservatismes en mouvement. Une approche transnationale au XXe siècle, co-dirigé par Clarisse Berthezène et Jean-Christian Vinel aux Éditions de l’EHESS. Avec une couverture pareille, si vous le lisez pas…

conservatismes-flyer

Colloque inaugural du Centre européen d’études républicaines, ENS Ulm, 24-25 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque inaugural du Centre européen d’études républicaines qui aura lieu à Paris les 24-25 novembre 2016, à l’ENS d’Ulm. Ces deux jours d’échanges visent à permettre à des spécialistes d’histoire, d’histoire des idées, de philosophie, de science politique ou de sociologie politique de se retrouver sur un terrain qui a fait l’objet de profonds renouvellements au cours des dernières années et dont les enjeux théoriques et pratiques sont évidents.

Deux tables rondes animées par Le Monde des Livres et France Culture seront ouvertes le soir et permettront des discussions plus informelles.  Lentrée est absolument libre pour ces deux tables rondes et lors des autres sessions, sauf lors des deux matinées du jeudi et du vendredi en raison de la présence de la Ministre et du Président de la République: il faut pour ces matinées s’inscrire sans trop tarder, si vous le souhaitez, à l’adresse suivante: modernitesrepublicaines@gmail.com
Vous trouverez le programme détaillé des deux journées auxquelles participent plus sieurs membres d’HiSoPo ici : programme_cedre_2016_11_24_25

Avis de parution: Olivier Nay, Histoire des idées politiques, Paris, A. Colin, 2016 (2ème éd.)

HiSoPo vous informe de la parution de la 2ème édition du manuel d’Olivier Nay, Histoire des idées politiques, Armand Colin, 2016, 652 p. Cette seconde édition a été augmentée d’une nouvelle introduction inédite et d’un chapitre sur le totalitarisme et les philosophies de la liberté. Vous trouverez la table des matières ci-joint: histoire-des-idees_table-des-matieres_2e_ed

Une version allégée de l’introduction (« Qu’est-ce que l’histoire des idées politiques? ») peut être téléchargée sur ce lien: Academia. Le chapitre 1 (« L’invention de la raison politique dans le monde antique ») est par ailleurs consultable sur le site Armand Colin.

Je  » La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, deadline: 15 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communication pour une journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann, organisée par Lucile Dumont (EHESS/CESSP), Quentin Fondu (EHESS/CESSP), Laélia Véron (ENS Lyon/Paris 3 – IHRIM) avec le soutien du CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique). L’événement aura lieu le 17 janvier 2017 à l’EHESS au 190-198 av de France (Paris 13ème). Les propositions de communication sont à envoyer pour le 15 novembre à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com. Il s’agit là sans doute d’un des événements qui touche le plus directement le cœur même du projet de l’histoire sociale des idées politiques à travers une discussion des thèses et méthodes de Lucien Goldmann. Vous trouverez l’appel à communications ci-joint: aac_je_lucien_goldmann


APPEL A COMMUNICATION – Journée d’études

 La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains

Paris, 17 janvier 2017

EHESS, 190-198 av de France, 75013 Paris

(8è étage, Salle Vernant)


Argumentaire scientifique

Philosophe et sociologue français né en Roumanie, Lucien Goldmann (1913-1970) a été fortement influencé par le marxisme, et tout particulièrement par les travaux de Georg Lukács. Son œuvre se caractérise par une méthodologie matérialiste singulière. Partisan d’un marxisme hétérodoxe et humaniste opposé à tout dogmatisme, Goldmann a cherché à unifier les approches sociologiques et littéraires en proposant une nouvelle méthode, le structuralisme génétique, construit dans le prolongement du structuralisme de Jean Piaget (e.g. Le Dieu caché, 1959.) Par cette méthode, Goldmann entendait allier l’étude des contenus à celle des formes, combinaison qu’il considérait comme le préalable nécessaire à la compréhension des phénomènes culturels, ceux-ci ne pouvant se réduire selon lui ni à de simples reflets mécaniques de l’idéologie ni à des créations spontanées détachées du monde social. Profondément engagé au sein de l’espace intellectuel des années 60, c’est dans une dynamique complexe que Goldmann a pris position à la fois contre le structuralisme antihumaniste de Louis Althusser (structure sans sujet) et contre l’existentialisme sartrien (sujet sans structure), l’un comme l’autre étant, selon lui, opposés à la pensée dialectique (e.g. Goldmann, 1966; Macherey, 1966). Ce faisant, il s’est orienté vers l’élaboration d’une nouvelle dialectique, héritière de la pensée tragique et conçue comme une synthèse de paradoxes ayant marqué à la fois l’histoire littéraire et l’histoire du marxisme (structure/sujet, déterminisme/histoire, etc.).

La mort prématurée de Goldmann, ainsi que le reflux de la pensée marxiste et les réprobations dont elle a fait l’objet à partir de la fin des années 1970, ont rendu difficile la poursuite et la circulation d’une pensée critique à la fois interdisciplinaire, programmatique et évolutive. Goldmann demeure cependant une personnalité centrale dans l’histoire de la sociologie de la littérature et des débuts de son institutionnalisation. En France, son séminaire à l’EPHE puis à l’EHESS, de la fin des années 1950 à 1970, a ainsi constitué un des lieux de renouvellement du croisement des études littéraires et des sciences sociales. Les séjours de Goldmann à l’étranger, de même que sa participation à des colloques et des réseaux internationaux ont dans le même temps facilité la circulation internationale de ses travaux tout au long de sa carrière et dans les années qui ont suivi (Cusset, 2003; Sanguineti et al., 1967). Les développements de la sociologie de la littérature dans les espaces francophones attestent ainsi de de l’importance des travaux de Goldmann dans ce domaine. En effet, la sociologie de la littérature de Robert Escarpit, qui aborde la littérature dans une perspective communicationnelle (Van Nuijs, 2007), de même que les travaux développés par Marc Angenot sur le discours social et ses liens avec la production littéraire (Angenot 1985), comme la sociocritique de Claude Duchet (Duchet, 1979; Leenhardt, 1975), ou encore la sociologie des arts et de la littérature de Pierre Bourdieu, qui envisage l’espace social à travers les dynamiques insufflées par la notion de champ et réinterroge les processus de production de la littérature à travers l’étude des trajectoires ou la notion de point de vue (Bourdieu, 1966, 1992 ; Jurt, 2004) ; toutes se sont nourries de nombreuses réflexions critiques sur les travaux de Goldmann (Leenhardt, 1967; Sapiro, 2014). Plus récemment, les travaux contemporains en sociologie de la littérature et plus généralement dans les études littéraires s’inscrivent dans le prolongement de ces courants (voir Glinoer, 2016; Meizoz, 2004; Sapiro, 2007).

Enfin, les contributions de Goldmann à l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles, où il créa le Centre de Sociologie de la littérature en 1961 avant d’en devenir le directeur en 1964, ont marqué une génération d’étudiants et de chercheurs dans ce domaine (Heyndels, 1988). Ceux-ci ont pu poursuivre cette orientation dans leurs propres travaux, et proposer des hommages et/ou des introductions à son œuvre (e.g. Lallemand et.al, 1973 ; Leenhardt, 1971; Naïr, Löwy, 1973 ; Goldmann, Löwy Naïr, 1977). Goldmann n’est ainsi pas tombé dans l’oubli, comme le prouve la récente journée d’études « Lucien Goldmann » qui a eu lieu à l’Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine en 2009 et dont les actes ont été publiés en 2010 (Ferrette, 2010). Pourtant, au sein de la recherche littéraire comme en sociologie de la littérature, l’intérêt porté à Lucien Goldmann reste marginal. Si l’on se réfère régulièrement à ses lectures de Racine et de Pascal, les pistes proposées dans d’autres œuvres sont plus rarement explorées – on peut penser notamment aux analyses contenues dans Pour une sociologie du roman, publié en 1964 ou à celles incluses dans Structures mentales et création culturelle, publié en 1970. Nous voudrions souligner ici l’importance générale de la méthodologie proposée par Goldmann.

Au-delà d’un simple hommage à Lucien Goldmann, cette journée d’études souhaite dès lors d’une pat insister sur l’actualité possible de sa pensée, l’intérêt que nous pourrions avoir à lire ou à relire cet auteur pour nourrir nos propres recherches et d’autre part mesurer l’influence de la sociologie de la littérature goldmanienne sur les outils conceptuels de la sociologie de la littérature et des études littéraires contemporaines. Cette journée se composera ainsi de deux axes, non exclusifs.

Premièrement, par l’étude de la réception de l’œuvre de Lucien Goldmann en France et à l’étranger, nous tenterons de mettre en avant l’héritage d’un marxisme vivant, loin de correspondre aux critiques les plus fréquentes (mécanisme ou reflet, sociologisme non attentif aux formes, etc.). Sur la base de témoignages de proches du philosophe, il s’agira, en même temps que de rendre compte de la postérité de son travail, de réfléchir sur l’époque pendant laquelle se constitue cette œuvre, qui en cristallise de nombreux aspects. En effet, les années de production intellectuelle de Goldmann, entre les années 1950 et la fin des années 1960, se caractérisent notamment, dans les champs académiques et intellectuels, par d’importants et récurrents débats sur le statut de la littérature, en même temps que par l’apparition puis l’institutionnalisation de la sociologie et, partant, de la sociologie de la littérature, le tout dans le contexte d’une refonte générale des sciences humaines et sociales marquée par des périodes de forte polarisation des espaces intellectuels français et étrangers (Matonti, 2005; Heilbron, 2015). Comment s’est caractérisée la réception des travaux de Goldmann dans les études littéraires ? Quel rôle ont-ils joué dans les développements de la sociologie de la littérature ? Comment saisir les enjeux de la position intellectuelle et institutionnelle de Goldmann dans un moment de reconfiguration disciplinaire affectant particulièrement la sociologie et les études littéraires ? C’est ce type de questionnements que nous entendons mener.

Dans un deuxième temps, en partant de l’œuvre de Lucien Goldmann et de la méthodologie qu’il a pu proposer, il s’agira de rendre compte de nouvelles perspectives de recherche dans le domaine littéraire, peut-être insuffisamment exploitées. Voici, listés de manière non exhaustive, quelques sujets qui pourraient être abordés :

–        La notion de « vision du monde » dans les études littéraires, que l’on peut envisager comme l’expression d’une conscience collective ou comme le rapport entre l’individualité du sujet écrivain et la collectivité ;

–        Vision du monde, conscience collective et genre littéraire : existe-t-il des genres plus aptes que d’autres à exprimer cette vision du monde ? (On pourra par exemple réfléchir aux difficultés qu’a rencontré Goldmann en tentant de transposer une méthodologie de lecture des œuvres théâtrales à des œuvres romanesques dans Pour une sociologie du roman) ;

–        L’actualisation historique des types de médiations littéraires entre l’œuvre et la conscience collective (évolution possible du rôle de l’artiste-médian, particulièrement manifeste dans l’analyse que Goldmann fait du Nouveau Roman) ;

–        Peut-on penser une stylistique goldmanienne ? (On pourra notamment se rapporter à l’opposition entre Barthes et Goldmann, le premier optant pour une sémiotique toujours plus autonome, quand le second considère que l’étude des micro-structures doit toujours être rattachée à une « vision du monde ») ;

–        Dans cette même perspective, on pourra également réfléchir au lien entre forme et idéologie, c’est-à-dire à l’inscription d’une « effet-idéologie » par la « mise en scène stylistique d’appareils normatifs textuels incorporés à l’énoncé » (Hamon, 1984).


Les propositions de communications devront être envoyées le 15 novembre 2016 au plus tard, à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com, et comprendront entre 3000 et 6000 signes au total, biobibliographie comprise. Merci de préciser vos noms, prénoms, courriel et institutions de rattachement. Les participants seront notifiés le 22 novembre 2016 au plus tard.


Bibliographie indicative

Textes de Lucien Goldmann

– Sciences humaines et philosophie, Paris, PUF, 1952.

– Le Dieu caché : Étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris, Gallimard, 1955.

– Jean Racine, dramaturge, Paris, L’Arche, 1956.

Recherches dialectiques, Paris, Gallimard, 1959.

Pour une sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964.

– « Structuralisme, marxisme, existentialisme : un entretien avec Lucien Goldmann », L’Homme et la société, n°2, 1966, pp. 105-124.

– « La sociologie de la littérature : situation actuelle et problèmes de méthode », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 531-554.

– « Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature » [1964] in Sanguineti et al., 1967.

Structures mentales et création culturelle, Paris, Anthropos, 1970.

Marxisme et sciences humaines, Paris, Gallimard, 1970.

Situation de la critique racinienne, Paris, L’Arche, 1971.

La Création culturelle dans la société moderne, Paris, Denoël, Gonthier, 1971.

Bibliographie générale

– Angenot, M. Robin, R. « L’inscription du discours social dans le texte littéraire », Sociocriticism, I/1, 1985, pp. 53-82.

– Bourdieu, P., « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, nov. 1966, pp. 865-906.

– Bourdieu, P., Les Règles l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

– Cohen, M., The Wager of Lucien Goldmann: Tragedy, Dialectics and a hidden God, Princeton University Press, 1994.

– Cusset, F., French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2003.

– Duchet, C. (dir.), Sociocritique, Paris, Nathan, 1979.

– Lallemand, R et al., « Hommage à Lucien Goldmann », Revue de l’Institut de sociologie, n°3, 1973 [rééd. Éditions de l’ULB, 1975.]

– Ferrette, J. (dir.), Lucien Goldmann, Anamnèse, n°6, 2010.

– de Gandillac, M. Goldmann, L. Piaget, J. (dir.), Entretiens sur la notion de genèse et de structure, Paris, La Haye, Mouton et Cie, 1965.

– Glinoer, A., Le Littéraire et le social. Bibliographie générale (1904-2014), Paris, L’Harmattan, 2016.

– Goldmann, A. Löwy, M. Naïr (dir), Le Structuralisme génétique : l’œuvre et l’influence de Goldmann, Paris, Denoël-Gonthier, 1977.

– Hamon, P., Texte et idéologie. Valeurs, hiérarchies et évaluations dans l’œuvre littéraire, Paris, PUF, 1984.

– Heilbron, J., French Sociology, Ithaca, ornell University Press, 2015.

– Heyndels, R. « Étude du concept de « vision du monde » : sa portée en théorie de la littérature », L’Homme et la société, n°43-44,1977, pp. 133-140.

– Heyndels, R., « Le centre de sociologie de la littérature de l’Université de Bruxelles », Études littéraires, 21/2, 1988, pp. 121-129.

– Jurt, J., « L’apport de la théorie du champ aux études littéraire », in Pinto, Sapiro, Champagne (dir.), Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Fayard, 2004.

– Leenhardt, J., « La sociologie de la littérature : quelques étapes de son histoire », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 555-572.

– Leenhardt, J., « Racine : Psychanalyse et sociologie de la littérature », Études françaises, III/1, 1967, pp. 21-34

– Leenhardt, J., « Pour une esthétique sociologique : Essai de construction de l’esthétique de Lucien Goldmann », Revue d’esthétique, n° II, 1971, pp. 113-128.

– Leenhardt, J., « Lucien Goldmann et les fondements de la sociocritique », Dossiers français, n° 1, 1975-1976, pp. 44-49.

– Leenhardt, J., Lecture politique du roman : La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

– Macherey, P., Pour une théorie de la production littéraire, [1966], Paris, ENS Éditions, 2014.

– Matonti, F., Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique, Paris, La Découverte, 2005.

– Meizoz, J., L’œil sociologue et la littérature, Genève/Paris, Slatkine Érudition, 2004.

– Naïr, S. Löwy, M. Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, Paris, Seghers, 1973.

– Sanguineti et al., Littérature et société :  Problèmes de méthodologie en sociologie de la littérature, Bruxelles, Éditions de l’Institut de Sociologie, 1967.

– Sapiro, G., « Pour une approche sociologique des relations entre littérature et engagement », COnTEXTES, 2007/2.

– Sapiro, G., La Sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, 2014.

– Tarrab, G., « La sociologie du théâtre et de la littérature d’après Lucien Goldmann », Sociologie et sociétés, 3/1, 1971, pp. 15-24.

– Van Nuijs, L., « La sociologie de la littérature selon Escarpit. Structure, évolution et ambiguïtés d’un programme de recherche », Poétique, 2007/1, n°49, pp. 107-127.

– Zima, P., Goldmann, Paris, Éditions Universitaires, 1973.

Avis de parution: Christophe Charle & Laurent Jeanpierre (dirs.), La vie intellectuelle en France. Tome II: de 1914 à nos jours, Le Seuil, 2016.

HiSoPo vous informe de la parution du tome 2 de l’ouvrage collectif coordonné par Christophe Charle et Laurent Jeanpierre: La vie intellectuelle en France. Tome II: de 1914 à nos jours aux Éditions du Seuil.



Présentation

Depuis deux siècles, la vie des idées en France s’est étendue et en partie « démocratisée ». L’élévation du niveau d’éducation de la population, la croissance du nombre des producteurs intellectuels, les bouleversements des modes de circulation des idées et de l’espace public, l’évolution des hiérarchies entre les domaines de la pensée et les changements de rapports de force culturels, scientifiques et politiques entre nations ont modifié la physionomie du pays. Toutefois des tendances longues n’en continuent pas moins de produire leurs effets, qui expliquent le rapport particulier que la France entretient avec ses intellectuels et la forme qu’y prennent leurs interventions.
C’est à rompre avec une conception étroite de la vie des idées que s’emploie cette nouvelle histoire intellectuelle de la France contemporaine, ouverte sur les échanges extérieurs avec le monde, la diversité des domaines d’exercice de la pensée, les institutions et les mouvements généralement négligés.
Ce deuxième volume s’étend de 1914 à nos jours. Les conflits qui se succèdent de la Première Guerre mondiale à la guerre d’Algérie consacrent la valeur de l’engagement politique des intellectuels dans un contexte d’institutionnalisation du travail de la pensée. La déploration actuelle de leur perte d’influence et de légitimité dans l’espace public masque quant à elle la vitalité, la nouveauté et les voies inédites d’expression des idées qui, jusqu’à aujourd’hui, ambitionnent de comprendre le monde, voire de le transformer.


Pour plus de détails sur ce tome, veuillez vous rendre sur le site de l’éditeur: http://www.seuil.com/ouvrage/la-vie-intellectuelle-en-france-tome-2-collectif/9782021081435

Vous pourrez trouver également la présentation du premier tome ici: http://www.seuil.com/ouvrage/la-vie-intellectuelle-en-france-tome-1-sophie-renaut/9782021081381

 

Avis de parution: « Scholactivisme: Reflections on Transforming Praxis Inside and Outside the Classroom », Works and Days, vol. 33-34, 2016-2017

HiSoPo vous informe de la parution du vol. 33-34 de la revue  Works and Days, en collaboration avec Cultural Logic, intitulé « Scholactivisme: Reflections on Transforming Praxis Inside and Outside the Classroom ». Vous y trouverez notamment un entretien avec Ricardo Antunes, Pietro Basso, Michael Löwy, José Paulo Neto et Leo Panitch où l’on traite du concept d’intellectuel.


W&D 2016-2017

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


CONTENTS

Table of Contents and Marc Bousquet’s « Here We Come »

Joseph G. Ramsey: « Introducing Scholactivism: Reflections on Transforming Praxis in and beyond the Classroom »

Conversations with Activist Scholars

Edward J. Carvalho with Ward Churchill: « The Activist Scholar: A Responsibility ‘to confront and dismantle' »

Babak Amini: « Scholactivism: A Roundtable Interview with Ricardo Antunes, Pietro Basso, Patrick Bond, Michael Lowy, Jose Paulo Netto, and Leo Panitch »

Carl Grey Martin and Modhumita Roy with Marcus Rediker: « Narrative Resistance »

Defining and Contesting the Terms and Terrain of « Schol-Activism »

Toby Miller: « We Are All Activists Now »

Patrick Colm Hogan: « Politically Engaged Scholars: An Analytic of Positions and Norms »

The MLA Subconference Committee: Bennett Carpenter, Laura Goldblatt, Lenora Hanson, Karim Wissa, and Andrew Yale:  »

Resisting Neoliberalism in the University–Classes, Campuses, Communities

Jeffrey Noonan: « Resolving the Contradictions of Academic Unionism »

Gary Zabel: « Critical Revolutionary Praxis in the Neoliberal University »

Bradley Freeman: « Better Days Ahead: Teaching Revolutionary Futures and Protesting the Present »

John Maerhofer: « Lukacs, Mariategui, and the Dialectical Roots of Edu-Activism »

Stephen Ferguson and Gregory Meyerson: « Shred of Truth: Antinomy and Synechdoche in the Work of Ta-Nehisi Coates »

Ian Butcher: « Student Evaluations, Neoliberal Managerialism, and Networks of Mistrust »

Learning in the Shadow of State Terror: A Poetic Interlude

Demetrius Noble: « ‘I am Not that Corpse: A Working Praxis for Black Lives Matter,’ ‘A Martyr without a Cause, or Much Ado about Trayvon,’ ‘Homecoming' »

Jill McDonough: « ‘Amos D. Squire, Chief Physician of Sing Sing, 1914-25,’ ‘Joe Hill’s Prison,’ ‘Coffee Everyone,’ ‘Blackwater,’ ‘Women’s Prison Every Week,’ ‘Where You Live,’ ‘Dear Gaybashers' »

Virtual Universities, Digital Activists, and their Discontents

Ali Shezhad Zaidi: « The Promise and Peril of the Virtual University »

Efadul Huq and Xavier Best: « Untangling the Scholactivist Web »

Sophia A. McClennen: « What’s Wrong with Slactivism? Confronting the Neoliberal Assault on Millennials »

Doing What We Can from Where We Are: Personal Histories and Case Studies

Jeffrey DiLeo: « Top Cover: On Administrative Activism in the Neoliberal Academy »

Katie Hogan: « Complicit: On Being a WGSS Program Director in the Neoliberal University »

Vincent B. Leitch: « Letter on Scholactivism: To Graduate 411 Students and Young Colleagues »

Marisol Cortez: « Occupy Los Intersticios! Or, In Defense of Carbon-Free Unicorns »

Tony Van der Meer: « Fighting to be Different in the Academy »

Kim Emery: « Rights and Rebellion: The Faculty Role, Revisited »

Learning from Those who Taught Us: Tributes

Victor Wallis: « Richard Levins and Dialectical Thinking »

Joel Woller, Courtney Maloney, and Charles Cunningham: « On the Ground with David Demarest: Toward a Methodology of Scholar Activism »

Christopher Craig: « John Trudell and the Spirit of Life »


Pour plus de détails, veuillez vous rendre sur le site de la revue à l’adresse ULR suivante: http://www.worksanddays.net/W&D%202016-2017.html

Colloque « Barthes face à la Norme. Droit, Pouvoir, Autorité, Langages », CURAPP-ESS/Université de Picardie, Amiens, 13-14 octobre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque interdisciplinaire « Barthes face à la Norme. Droit, Pouvoir, Autorité, Langages » organisé par le CURAPP-ESS/ Université de Picardie Jules Verne. L’événement aura lieu les 13-14 octobre 2016 au Logis du Roy, Square Jules Bocquet à Amiens.


PRÉSENTATION

image_je_barthes-face-a-la-norme_2016_10_13_14_1


PROGRAMME

image_je_barthes-face-a-la-norme_2016_10_13_14_2


Colloque « Actualité politique de Sartre », Télécom Paris Tech, 26 septembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque « Actualité politique de Sartre » co-organisé par MAP/Matérialités de la politique et Phénoménologies, Université de Liège, le LCSP/Paris 7 Diderot et Télécom EM. L’événement aura lieu le 26 septembre 2016 dans les locaux de Télécom ParisTech, Salle 703, 46 rue Barrault.


PRÉSENTATION

L’œuvre de Sartre peut-elle être mobilisée dans l’analyse des mouvements sociaux et plus généralement des questions politiques ? Quels éclairages permet-elle ? Ne gagne-t-on pas à la redécouvrir, notamment la Critique de la Raison Dialectique ? Telles sont quelques-unes des questions que ce colloque voudrait aborder.


PROGRAMME

9h. Ouverture : Fabrice Flipo et Grégory Cormann

Matin

– Jan Spurk (sociologue, Philépol/Paris Descartes): « Les apports de Sartre à la critique de la société contemporaine »

– Alievtina Hervy (philosophe, Phénoménologies/Université de Liège): « L’imagination au travail : Sartre, Marcuse, Oskar Negt »

– Arnaud Saint-Martin et Jérôme Lamy (sociologues, CNRS): « Existentialisme et artefact. Peut-on faire une sociologie des techniques d’inspiration sartrienne ? »

12h30-14h. Déjeuner

Après-midi

– Fabio Recchia (philosophe, Phénoménologies/Université de Liège): Reprise des travaux et introduction

– Grégory Cormann (philosophe, MAP/Université de Liège): « Relectures de /La Misère du monde/ : Bourdieu, Sartre, Enzensberger »

– Fabrice Flipo (philosophe, TEM/LCSP/Paris 7): « Quelle théorie du social ? Bourdieu, Touraine et Sartre »

– Discutant : Frédéric Lebaron

– Jan Spurk (sociologue, Philépol/Paris Descartes): Conclusions de la journée.


Contact : fabrice.flipo@telecom-em.eu

Avis de parution: Dominique Barjot et al., Histoire de l’Europe Libérale. Libéraux et libéralisme en Europe. XVIIIe – XXIe siècle, Éditions Nouveau Monde, 2017

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage collectif dirigé par Dominique Barjot, Olivier Dard, Frédéric Fogacci et Jérôme Grondeux, Histoire de l’Europe Libérale. Libéraux et libéralisme en Europe. XVIIIe – XXIe siècle,  aux éditions Nouveau Monde. Il réunit, dans une perspective pluridisciplinaire, les contributions de Jérôme Grondeux, Corinne Doria, Alain Laurent, Claire Araujo da Justa, Dominique Barjot, Jean Solchany, Frédéric Tristram, Armando Zerolo Durán, Gilles le Béguec, Frédéric Foggaci, Gilles Richard, Joël Mouric, Kevin Brookes, Jean-François Colas, Alain Beltran, Marie-Claude Esposito et Jérôme Perrier. Nous ne pouvons que nous réjouir de la présence de plusieurs membres d’HiSoPo parmi les contributeurs.


Présentation

Écrire l’histoire du libéralisme et des libéraux en Europe relève-t-il de la gageure ? De la Révolution française jusqu’aux débats actuels sur l’« ultra-libéralisme », ce courant s’est nourri à tant de sources différentes, s’est appliqué à tant d’objets – économie, champ politique, domaines sociétal et culturel – que la tâche peut sembler infinie. Cet ouvrage se propose pourtant de relever ce défi, en tentant d’apporter des éléments de réponse à plusieurs questions fondamentales. Peut-on proposer une généalogie intellectuelle du libéralisme ? De quelle façon les moments de crises ont-ils donné lieu à une redéfinition et à une reconfiguration de la pensée libérale ? Comment expliquer la faiblesse persistante de partis et groupements politiques se réclamant ouvertement du libéralisme : existe-t-il un refus implicite chez les libéraux d’accepter les règles « classiques » de l’affrontement politique ? Enfin, n’est-il pas plus pertinent de penser le libéralisme en Europe comme des moments, des expériences, souvent vite tempérées par le retour de l’État ?


Pour plus d’informations, vous pouvez vous rendre sur le site de l’éditeur en cliquant sur ce lien: http://www.nouveau-monde.net/livre/?GCOI=84736100915520

 

 

Colloque « Resistance in intellectual history and political thought », Centre for Intellectual History/Social & Political Thought (University of Sussex), 15-16 septembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque « Resistance in intellectual history and political thought » organisé par le Centre for Intellectual History/Social & Political Thought (University of Sussex) les 15 et 16 septembre prochain.

Pour plus de précisions, vous trouverez ci-joint le programme du colloque en format PDF: Programme final

Contact: I.R.McDaniel@sussex.ac.uk

The 5th London Summer School in Intellectual History, London, Queen Mary University of London, 5-8 september 2016

HiSoPo vous informe de la tenue de la 5ème École d’été en histoire intellectuelle co-organisée à Londres par la Queen Mary University of London (QMUL) and l’University College London (UCL) du 5 au 8 septembre 2016 à la QMUL.

Vous trouverez plus de détails dans le programme ci-joint en format PDF (Summer School in Intellectual History-Programme) ainsi que sur le site de l’UCL. Vous trouverez également un plan pour pouvoir vous y rendre ici.