Archives par mot-clé : Histoire culturelle

Avis de parution: Antoine Idier, Les Vies de Guy Hocquenghem. Politique, culture, sexualité, Paris, Fayard, coll. « À venir », 2017

HiSoPo vous informe de la parution du livre d’Antoine Idier Les Vies de Guy Hocquenghem. Politique, culture, sexualité, dans la collection « À venir » de Fayard.

Les vies de Guy Hocquenghem

Présentation

« Militant, journaliste, théoricien et écrivain, Guy Hocquenghem (1946-1988) a été une figure majeure de la gauche radicale française. Homosexuel, il s’est pensé comme un minoritaire et n’a eu de cesse de faire vivre pensée critique et contestation des pouvoirs établis. Ce livre retrace les différentes étapes de sa trajectoire. Mais surtout, à partir de là, et à l’aide d’un très impressionnant travail d’archives et d’entretiens, il reconstitue tout un pan de l’histoire des années 1960 aux années 1980 en France : les mouvements sexuels et minoritaires, la gauche et l’extrême gauche, la presse, le champ littéraire, l’université, le surgissement du sida. Antoine Idier dépeint les mouvements politiques, intellectuels et culturels de l’après-1968, le « gauchisme » et le Front homosexuel d’action révolutionnaire, l’université de Vincennes et le journal Libération, la révolution conservatrice des années 1980. L’ouvrage aborde des problèmes qui se trouvent toujours au centre du débat : les dynamiques des mouvements sociaux, les catégories de la politique et de la sexualité, les usages de la psychanalyse et du marxisme, l’écriture contestataire – mais aussi l’histoire et la biogra­phie. En somme, il propose une réponse à ce qui reste une énigme : que s’est-il passé en mai 1968 et dans l’après-mai ? Quel héritage en tirer aujourd’hui pour réinventer nos formes de la pensée et de la politique ? »

Plus d’informations : http://www.fayard.fr/les-vies-de-guy-hocquenghem-9782213702025


HiSoPo vous informe également de la sortie prochaine (le 9 février) d’un recueil d’articles de presse de Guy Hocquenghem qu’Antoine Idier a préparé avec les Éditions Verticales (et postfacé) : Un journal de rêve. Articles de presse (1970-1987).  Vous trouverez la présentation sur le site de Verticales : http://www.editions-verticales.com/fiche_ouvrage.php?rubrique=3&id=392


Des rencontres auront lieu à Paris le jeudi 16 février à la librairie Les Mots à la bouche, le vendredi 24 février à la librairie Les Cahiers de Colette et le vendredi 17 mars à la librairie L’Atelier.

Roger Chartier, séance inaugurale du séminaire de l’ED de science politique de Paris 1, Paris, Centre Mahler, 5 décembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue d’une conférence de Roger Chartier le lundi 5 décembre 2016 à 18h organisée par l’École doctorale de science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Lundi 5 décembre 2016 à 18h
Centre Malher

9 rue Malher Paris 4e

Roger Chartier


Discutants : Frédérique Matonti, professeure de science politique, Université Paris 1, CESSP
Antoine Aubert et Antony Burlaud, doctorants ED de science politique de l’Université Paris 1, CESSP

Cette séance inaugurale du séminaire annuel de l’École Doctorale de Science Politique est consacrée aux travaux de l’historien Roger Chartier, professeur honoraire au Collège de France, où il a occupé pendant dix ans la chaire « Écrits et cultures dans l’Europe moderne ». Dans La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur (Gallimard, 2015), recueil d’articles auxquels s’ajoute un inédit, il développe et approfondit une idée maîtresse : la signification d’un texte ne se limite pas à sa « lettre » ni à l’« intention » de l’auteur (l’une et l’autre s’avérant souvent inatteignables) , mais doit être rapportée aux différents modes d’intervention et d’appropriation qui contribuent à « faire » le texte : écritures et copies successives, composition et impression, édition, traductions, manières de lire…

À travers des études savantes et subtiles consacrées au Quichotte et aux pièces de Shakespeare (deux références cardinales dans l’œuvre de R. Chartier), mais aussi à la Brevisima Relacion de la destruycion de las Indias de Las Casas, l’historien démontre à quel point les significations d’un texte sont mobiles, malléables et donc multiples, spécialement entre les XVIe et XVIIIe siècles. La situation change à la fin du XVIIIe siècle, alors que le concept d’auteur revêt peu à peu son sens moderne. Les développements sur la « main » de l’auteur et « l’esprit » de l’imprimeur illustrent ainsi cette confrontation (ou : « négociation ») entre différents acteurs pour imposer des significations aux textes, et permettent un retour éclairant sur les matérialités de la vie intellectuelle de la « pré-modernité », alors que l’imprimé remplace petit à petit les manuscrits.

La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur revient sur les conditions de production, de circulation et d’appropriation des textes écrits à travers des études de cas, en mobilisant une érudition philologique impeccable. Mais, au-delà des études de cas, le livre poursuit un questionnement épistémologique entamé par Roger Chartier il y a plusieurs décennies, et forgé dans le dialogue avec des auteurs comme Bourdieu, Ricoeur, Foucault, Michel de Certeau, et les différents avatars de l’École des Annales (voir notamment Au bord de la falaise, Albin Michel, réed. 2009). Le séminaire visera donc à la fois à restituer le contenu du livre et à le resituer dans une œuvre historique de premier plan, qui est une source d’inspiration pour tous ceux qui s’intéressent, en sociologie historique, aux idées et aux intellectuels.

Colloque inaugural du Centre européen d’études républicaines, ENS Ulm, 24-25 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque inaugural du Centre européen d’études républicaines qui aura lieu à Paris les 24-25 novembre 2016, à l’ENS d’Ulm. Ces deux jours d’échanges visent à permettre à des spécialistes d’histoire, d’histoire des idées, de philosophie, de science politique ou de sociologie politique de se retrouver sur un terrain qui a fait l’objet de profonds renouvellements au cours des dernières années et dont les enjeux théoriques et pratiques sont évidents.

Deux tables rondes animées par Le Monde des Livres et France Culture seront ouvertes le soir et permettront des discussions plus informelles.  Lentrée est absolument libre pour ces deux tables rondes et lors des autres sessions, sauf lors des deux matinées du jeudi et du vendredi en raison de la présence de la Ministre et du Président de la République: il faut pour ces matinées s’inscrire sans trop tarder, si vous le souhaitez, à l’adresse suivante: modernitesrepublicaines@gmail.com
Vous trouverez le programme détaillé des deux journées auxquelles participent plus sieurs membres d’HiSoPo ici : programme_cedre_2016_11_24_25

AAC JE internationale: « Les années 1970 en Europe : un tournant transnational des cultures politiques ? », Rome, deadline: 30 octobre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communications pour une journée d’études internationale, à Rome les 25 et 26 mai 2017, sur « Les années 1970 en Europe ».

Journée d’études internationale
Les années 1970 en Europe : un tournant transnational des cultures politiques ?
Rome, 25-26 -mai 2017

La question autour de laquelle tournera la journée d’études concerne un concept et une périodisation : si l’on accepte le postulat que la seconde moitié du XXe siècle a été marquée par des formes de « transnationalisation » des cultures politiques européennes, les années 1970 ont-elles ou non représenté un tournant dans ce phénomène majeur ?

La réponse ne va pas de soi. Ces dernières années, les recherches en sciences sociales ont surtout mis l’accent sur les effets politiques de la mondialisation/globalisation et de l’accélération de l’intégration européenne à partir des années 1980-1990, tandis que les historiens insistaient sur le caractère transnational des mouvements de contestation des années 1960. Le quarantième anniversaire de 1968 a ainsi été l’occasion d’une floraison de rencontres et de publications sur le 68 « global », renouant sur des bases solides avec l’intuition précoce du « soulèvement mondial de la jeunesse » (George Paloczy-Horvath). La décennie 1970, écrasée entre ces deux temps forts des bouleversements contemporains, semble avoir été négligée, du moins dans cette perspective. Pourtant, cette séquence présente un certain nombre de caractères spécifiques qui méritent de retenir l’attention. Si les premières années de la décennie s’inscrivent incontestablement dans le prolongement des « années 1968 » ou du « long 68 », et plus largement, dans les derniers feux de la grande croissance engagée au lendemain de la guerre – malgré des déséquilibres déjà sensibles -, le grand retournement de tendance rendu manifeste à l’occasion du premier choc pétrolier de 1973 inaugure un long cycle de crises et de recompositions, économiques et sociales, mais aussi politiques et culturelles, dont nous sommes peut-être pas véritablement sortis. Quoiqu’il en soit, il n’est pas illégitime de faire de l’année 1979 le terme provisoire et commode de cette période charnière : le deuxième choc pétrolier, l’intervention soviétique en Afghanistan et la crise des euromissiles, la première élection du Parlement européen au suffrage universel et la victoire de M. Thatcher en Grande-Bretagne, donnent déjà le ton des années 1980.

Il s’agira d’abord de se demander si, au cours de cette « longue » décennie (disons 1968-1979, en gardant une certaine souplesse chronologique selon les thèmes abordés), on a pu observer la constitution de réseaux transnationaux, des phénomènes de circulation d’idées, de personnes, de symboles (de la « rose au poing » du PS français à la flamme tricolore du MSI italien, en passant par le logo danois « nucléaire ? non merci !»), qui auraient traduit une « transnationalisation » des cultures politiques de différents pays ou y auraient contribué. Pour cela, on s’intéressera aussi bien aux structures partisanes qu’aux mouvements sociaux, syndicats, associations et ONG issus de la « société civile » – dans la mesure où ils posent des questions politiques ou se posent eux-mêmes en acteurs « politiques » –, aux grandes formations parlementaires qu’aux « mouvances » informelles et aux marges (« autonomes » en France, mouvement de 1977 en Italie, alternatifs), à la naissance de fédérations transnationales à l’occasion de l’élection européenne de 1979 dans l’éventualité où elles ne se limiteraient pas à de simples accords d’états-majors, qu’aux expériences avortées (eurocommunisme, tentative de regroupement des Partis socialistes d’Europe du Sud…) ou aux prodromes d’une « transnationalisation » de formes partisanes nationales (Partito radicale italien).

La seconde question que nous souhaitons voir placer au cœur de la journée d’études est de savoir si et dans quelle mesure les cultures politiques européennes des années 1970 ont élaboré des concepts, des utopies, des symboles, comportant dans leur vision la fin de l’horizon national et si, dans ce travail, elles ont puisé dans les élaborations intellectuelles/expériences politiques des autres pays: par exemple, la prééminence des droits de l’homme face aux États et le droit d’ingérence humanitaire ; la notion de fin de l’État-nation et l’idée de l’avènement d’une société européenne − voire mondiale − traversée par les mêmes problèmes et défis (environnement et qualité de la vie, contrôle des multinationales, désarmement, migrations, place du travail, participation démocratique à la base, reconnaissance des « différences », etc.) ; la mise en avant de nouveaux clivages transnationaux tels que la question des femmes.

La réponse à ces questions n’est pas nécessairement positive : il y a sans doute eu aussi des processus, des développements contraires à la « transnationalisation », qui ont pu représenter un recul par rapport à la décennie précédente. La journée s’intéressera aussi à la mise en question et en perspective de la notion de transnationalisation des cultures politiques.

Enfin, la journée d’étude est centrée sur l’analyse des cultures politiques de l’Europe de l’Ouest (étant donné la persistance de la guerre froide à cette période, entre détente et regel), mais bien évidemment la transnationalisation concernera aussi la circulation d’idées, de personnes, de pratiques politiques, venues de l’autre côté du rideau de fer, culturellement plus poreux qu’auparavant (dissidence tchécoslovaque, Soljenitsyne, « modèle autogestionnaire yougoslave ») et, bien entendu, des États-Unis (de la « seconde révolution américaine » célébrée en 1972 en France par J.-F Revel comme « modèle » de la future révolution mondiale aux prodromes de la « révolution conservatrice » néolibérale).

Lieu : Université Luiss-Guido Carli, Rome.

Dates : Jeudi 25 et vendredi 26 mai 2017.

Langues de travail : Français et anglais.

Comité scientifique : Lucia Bonfreschi (Luiss-Guido Carli, Rome), Frank Georgi (CHS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Giovanni Orsina (Luiss-Guido Carli, Rome), Benoît Tadié (Institut français Italia, Ambassade de France à Rome)

Modalités de soumission des propositions :

Les propositions de contributions à la journée devront parvenir avant le 30 octobre 2016 à la fois à Lucia Bonfreschi : lbonfreschi@gmail.com et à Frank Georgi : amef@dbmail.com.

Chaque proposition devra contenir (un seul document, en format pdf ou bien word ou rtf) :

–        Le nom et l’institution de rattachement ;

–        Le titre et un résumé de 2500 signes environ (espaces compris) de la proposition, en français ou en anglais ;

–        Un bref CV (une page maximum).

Les résultats de la sélection seront communiqués à la mi-décembre 2015.

Pour les intervenants sélectionnés, les frais d’hébergement (pour une nuit) à Rome et de voyage (dans les limites du budget) seront pris en charge par les organisateurs.

Après le colloque, les organisateurs prévoient de retenir une partie des interventions pour publication. Pour cette raison, l’un des principaux critères de sélection sera l’originalité des propositions.

Avis de parution: Christophe Charle & Laurent Jeanpierre (dirs.), La vie intellectuelle en France. Tome II: de 1914 à nos jours, Le Seuil, 2016.

HiSoPo vous informe de la parution du tome 2 de l’ouvrage collectif coordonné par Christophe Charle et Laurent Jeanpierre: La vie intellectuelle en France. Tome II: de 1914 à nos jours aux Éditions du Seuil.



Présentation

Depuis deux siècles, la vie des idées en France s’est étendue et en partie « démocratisée ». L’élévation du niveau d’éducation de la population, la croissance du nombre des producteurs intellectuels, les bouleversements des modes de circulation des idées et de l’espace public, l’évolution des hiérarchies entre les domaines de la pensée et les changements de rapports de force culturels, scientifiques et politiques entre nations ont modifié la physionomie du pays. Toutefois des tendances longues n’en continuent pas moins de produire leurs effets, qui expliquent le rapport particulier que la France entretient avec ses intellectuels et la forme qu’y prennent leurs interventions.
C’est à rompre avec une conception étroite de la vie des idées que s’emploie cette nouvelle histoire intellectuelle de la France contemporaine, ouverte sur les échanges extérieurs avec le monde, la diversité des domaines d’exercice de la pensée, les institutions et les mouvements généralement négligés.
Ce deuxième volume s’étend de 1914 à nos jours. Les conflits qui se succèdent de la Première Guerre mondiale à la guerre d’Algérie consacrent la valeur de l’engagement politique des intellectuels dans un contexte d’institutionnalisation du travail de la pensée. La déploration actuelle de leur perte d’influence et de légitimité dans l’espace public masque quant à elle la vitalité, la nouveauté et les voies inédites d’expression des idées qui, jusqu’à aujourd’hui, ambitionnent de comprendre le monde, voire de le transformer.


Pour plus de détails sur ce tome, veuillez vous rendre sur le site de l’éditeur: http://www.seuil.com/ouvrage/la-vie-intellectuelle-en-france-tome-2-collectif/9782021081435

Vous pourrez trouver également la présentation du premier tome ici: http://www.seuil.com/ouvrage/la-vie-intellectuelle-en-france-tome-1-sophie-renaut/9782021081381

 

Avis de parution (prochaine): François Jarrige (dir.), Dompter Prométhée. Technologies et socialismes à l’âge romantique (1820-1870), Presses universitaires de Franche-Comté, 2016

HiSoPo vous informe de la parution prochaine (fin juin 2016) de l’ouvrage dirigé par François Jarrige, Dompter Prométhée. Technologies et socialismes à l’âge romantique (1820-1870), édité par les Presses universitaires de Franche-Comté dans la collection « Archives de l’imaginaire social ».


Résumé

Au XIXe siècle, les premiers penseurs et mouvements socialistes se sont enthousiasmés et inquiétés devant le déferlement des techniques annonçant la transformation du travail, l’accélération des transports ou la communication intégrale. Qu’il s’agisse des saint-simoniens, des fouriéristes ou des communistes, tous ont cherché à dompter le nouvel univers machinique pour le mettre au service de l’émancipation. Face aux ravages de la civilisation capitaliste, comment réguler les objets techniques ? Comment les mettre au service de la coopération et du progrès contre les appropriations indues et leurs potentiels destructeurs ? Ces questions toujours vives étaient déjà au cœur de leurs projets.


Le bon de souscription de l’ouvrage (table des matières inclue) est disponible sur le lien suivant : http://mshe.univ-fcomte.fr/documents/cahiers/Souscription-Promethee.pdf
Prix spécial de souscription jusqu’au 1er juillet 2016

 

Colloque « Les révolutions comme discontinuités. Subjectivités, changements politiques et émancipations », Institut d’études avancées de Paris, 4 mai 2016

capture-decran-2016-03-23-a-104006.png

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque « Les révolutions comme discontinuités. Subjectivités, changements politiques et émancipations ». Ce colloque international organisé par Federico Tarragoni (Université Paris Diderot), avec le soutien de l’IEA de Paris, de l’Université Sorbonne Paris Cité et de l’Institut des Humanités de Paris, aura lieu le 4 mai 2016 à l’Institut d’études avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris.


PRÉSENTATION

Les révolutions sont des phénomènes historiques tout à fait singuliers. Loin de pouvoir être abordées comme le simple produit d’un ensemble de causalités linéaires, elles mettent en jeu des possibilités, qui s’apparentent à autant de bifurcations, de discontinuités, de « possibles latéraux » dans le développement des sociétés. Or, hormis quelques exceptions notables, les sciences sociales ont peu relevé les défis radicaux que suppose la prise en compte de ce « régime de discontinuité ».

Le premier défi relève, à proprement parler, de l’historicité, c’est à dire des représentations du temps que les sciences sociales prennent, souvent de manière implicite, à leur compte dans l’explication des phénomènes sociaux. Il s’agit, ni plus ni moins, de se doter d’une réflexivité sur les représentation du temps qui président à l’explication, face à des phénomènes qui défient toute linéarité et, surtout, toute possibilité d’imputation du présent au passé, de l’état révolutionnaire à un ensemble objectivable d’état préalables.

Le deuxième défi relève de l’articulation entre l’échelle structurale et l’échelle subjective. Trop souvent les analyses en sciences sociales et politiques ont fait des révolutions du passé et du présent des « bouleversements des structures socio-politiques », d’où sont étrangement absentes les transformations subjectives des acteurs. Or, considérer les révolutions comme des « discontinuités » suppose de repenser l’articulation entre structures et subjectivités, entre évolutions macro et micro, dans un contexte où les repères de la réalité ne vont plus de soi pour les acteurs. Le troisième enjeu, le plus délicat, tient à la prise en compte des significations politiques qui constituent le soubassement et la trame de toute révolution.

Repenser l’articulation entre « structures » et « subjectivités » suppose de prendre en compte, en introduisant de nouveaux outils conceptuels, les changements de sens que les révolutions produisent dans leurs contextes socio-historiques d’apparition.


PROGRAMME

9h ACCUEIL

9h15 Mots de présentation du porte-parole de l’IEA

9h30 INTRODUCTION: Federico Tarragoni (Maître de conférences en sociologie, Université Paris Diderot)

10h SESSION: « Les révolutions du passé : l’histoire déplacée »

Modérateur: Ch. Walton (Directeur du Centre d’Études sur le XVIIIe siècle à l’Université de Warwick, résident de l’IEA de Paris)

K. M. Baker (Professeur d’histoire moderne de l’Europe, Stanford University, résident de l’IEA de Paris) : « Revolutionizing Revolution »

H. Burstin (Professeur d’histoire moderne, Università degli studi di Milano-Bicocca) : « Réflexions autour du cas de la Révolution Française »

J. Guilhaumou (Directeur de recherche émérite en Sciences du langage, TRIANGLE-CNRS) : « L’historicité des langages de la Révolution française : réflexivité, subjectivité et discontinuité »

P. Serna (Professeur d’histoire de la Révolution française, IHRF/IHMC-Université Paris 1) : « « L’hommanimal » des lumières à la catastrophe racialiste : continuités et ruptures »

11h30 PAUSE CAFÉ

13h15 PAUSE DÉJEUNER

14h30 SESSION: « Les révolutions entre passé et présent : perspectives interdisciplinaires »

Modérateur: B. Gobille (Maître de conférences en sciences politiques, ENS-LSH de Lyon)

É. Tassin (Professeur de philosophie politique, LCSP-Université Paris Diderot) : « Comment continuer une interruption ? La triple aporie de la révolution »

S. Wahnich (Directrice de recherche en histoire, TRAM/IIAC-CNRS) : « Les transformations de l’intuition sensible comme expériences de la discontinuité révolutionnaire, 1789-1794, France »

M. Dobry (Professeur de science politique, Université Paris 1) : « Penser les phénomènes révolutionnaires : pourquoi l’hypothèse de continuité ? »

F. Benslama (Professeur d’Études psychanalytiques, CRPMS-Université Paris Diderot) : « Transformations subjectives de la révolution tunisienne »

16h PAUSE CAFÉ

17h45 DÉBAT ET CONCLUSIONS GÉNÉRALES

18h30 COCKTAIL


Pour plus d’informations et si vous souhaitez vous inscrire à l’événement, rendez-vous sur la page dédiée au colloque sur le site de l’IEA.

Séance 5: Histoires collectives des socialismes : longue durée et grande échelle (8 avril 2016)

La cinquième séance 5 du séminaire HiSoPo, intitulée « Histoires collectives des socialismes : longue durée et grande échelle » a eu lieu le 8 avril 2016. Cette séance a été l’occasion d’écouter deux communications:

  • Vincent Bourdeau (MCF en philosophie Université de Franche-Comté/Logiques de l’agir) et François Jarrige (MCF en histoire, Université de Bourgogne/Centre Georges Chevrier), pour l’ouvrage Quand les socialistes inventaient l’avenir. Presse, théories et expériences, 1825-1860 (dir. Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau, Edward Castleton, Ludovic Frobert, François Jarrige), Paris, La Découverte, 2015
  • Jean-Numa Ducange (MCF en histoire, Université de Rouen, GRHis), pour présenter le projet EUROSOC

Les deux interventions ont été discutées par Samuel Hayat (Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Lille).

La séance aura lieu le 08 avril 2016, entre 14h et 17h, à Sciences Po, Salle Goguel, 56 rue des Saints-Pères, Paris, 75007, Bât. B, 5e étage.

Vous pouvez lire l’introduction de la séance faite par Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, chercheur associé au laboratoire Triangle) ici en format PDF:Introduction_S5_séminaire_HiSoPo_2016_04_08. Vous pouvez également écouter l’enregistrement audio de cette séance ici:

Séance 2 : Un « classique » de l’histoire sociale des idées politiques: Le Fromage et les vers, de Carlo Ginzburg (25 janvier 2016)

La deuxième séance du séminaire HiSoPo porte sur un « classique » de l’histoire sociale des idées politiques: Le Fromage et les vers, par Carlo Ginzburg et est organisée autour de deux communications:

  • Bernard Pudal (Professeur de science politique émérite à l’Université Paris 10, chercheur au CRESPA-CSU) : « Le fromage et les vers de Ginzburg et la question des “cultures populaires” en histoire et sociologie »
  • Laurent Bonelli (MCF en science politique à l’Université Paris 10, chercheur à l’ISP) : « De la trace à la preuve : penser les logiques de l’antiterrorisme contemporain avec Ginzburg »

Les deux communications sont discutées par Deborah Cohen (MCF en histoire moderne à l’Université de Rouen, chercheuse au GHRis).

La séance a lieu lundi 25 janvier 2016, 14-17h, à Sciences Po, Salle du Conseil, 13 rue de l’Université, 75007, Paris.

Vous pouvez écouter l’enregistrement audio de la séance ci-dessous:

Avis de soutenance: Antoine Idier, « Les vies de Guy Hocquenghem. Sociologie d’une trajectoire à l’intersection des champs politiques, culturels et intellectuels français des années 1960 aux années 1980 », Amiens, Université de Picardie Jules Verne, 9 décembre 2015.

HiSoPo vous informe de la soutenance du doctorat en sociologie d’Antoine Idier le 9 décembre prochain à l’université de Picardie Jules Verne. Sa thèse intitulée « Les vies de Guy Hocquenghem. Sociologie d’une trajectoire à l’intersection des champs politiques, culturels et intellectuels français des années 1960 aux années 1980 » sera présentée devant un jury composé de :

– Sébastien CHAUVIN, Assistant Professor of Sociology, University of Amsterdam ;

– Didier ERIBON, Professeur à la Faculté de Philosophie, sciences humaines et sociales, Université de Picardie Jules Verne, directeur de thèse ;

– Virginie DE LUCA BARRUSSE, Professeure à l’Institut de démographie de l’Université Paris I Panthéon – Sorbonne, Centre de recherche de l’Institut de démographie de Paris ;

– Bill MARSHALL, Professor of Comparative Literary & Cultural Studies, School of Languages, Cultures & Religions, University of Stirling ;

– Élisabeth ROUDINESCO, historienne, directrice de recherches (HDR), chercheur associé au laboratoire ICT, UFR-GHSS, Université Paris VII – Diderot.

La soutenance aura lieu à Amiens, au Logis du Roy, salle d’honneur, à 14h.

Avis de parution: Cédric Passard L’âge d’or du pamphlet (1868-1898), Paris, Éd. du CNRS, 2015

HiSoPo vous informe de  la parution du livre de Cédric Passard L’âge d’or du pamphlet (1868-1898), Paris, Éditions du CNRS, 2015.

Présentation

Henri Rochefort et sa Lanterne, Les Grimaces d’Octave Mirbeau, La France juive d’Édouard Drumont, Zola et son « J’accuse ! », tournant majeur de l’affaire Dreyfus… La fin du XIXe siècle signe l’âge d’or du pamphlet, au moment même où la République et la démocratie représentative s’installent durablement en France. Triomphe de l’« âge des foules », indice d’une homogénéisation croissante de la société, mais aussi reflet de ses failles et de ses tensions, cette effervescence pamphlétaire et la diffusion massive de caricatures politiques accompagnent l’entrée de la France dans la modernité. En une étude vivante et documentée, Cédric Passard ressuscite les enjeux politiques, sociaux, culturels de cette presse de combat. Évoluant entre journalisme et politique, les pamphlétaires investissent en force l’espace public et posent la question, ô combien d’actualité, de la liberté d’expression et du blasphème, de la censure et de ses limites, du statut des mots et de leur place dans la cité.

Pour plus de détails, voir le site de l’éditeur ici.

Séminaire « L’Église: un dictionnaire critique », EHESS, 2015-2016

Un séminaire intitulé « L’Église: un dictionnaire critique » organisé par Dominique Iogna-Prat, Alain Rauwel et Frédéric Gabriel dans le cadre de l’EHESS, de l’EPHE, du CNRS (CÉSoR et IHPC), de l’ENS de Lyon, du Labex CoMod (Université de Lyon) vient d’être lancé pour l’année 2015-2016. Sur la forme, ce séminaire consiste en une entreprise critique sur la base d’un instrument à entrées multiples du type « dictionnaire ». Sur le fond, il s’agit de dépasser l’opposition entre les sciences des religions qui s’intéressent très largement au contenu, notamment doctrinal, théologique, des productions de l’Église, et les sciences sociales qui, bien souvent, s’intéressent davantage au contexte historique, politique, culturel dans lequel ces productions émergent, se diffusent et/ou sont reçues. C’est ce geste théorique là, analogue à celui qui se trouve au fondement de l’histoire sociale des idées politiques, geste de dépassement de l’opposition analyses internes/analyses externes et de critique de la pertinence même de cette opposition, qui fait qu’il nous a semblé pertinent de relayer cette information. Pour plus de précisions, vous trouverez ci-joint le programme détaillé communiqué par l’un des co-organisateurs du séminaire (Séminaire 2015-6, Dictionnaire Église).

Colloque « Autocéphalies : l’exercice de l’indépendance dans les Églises slaves orientales (Xe -XXe siècle), Rome, 5-7 novembre 2015

Un colloque intitulé « Autocéphalies : l’exercice de l’indépendance dans les Églises slaves orientales (Xe -XXe siècle) » aura lieu à Rome du 5 au 7 novembre 2015. Si le titre comme le sujet peuvent a priori sembler bien loin de l’histoire sociale des idées politiques, ce n’est là qu’un paradoxe. Un paradoxe en effet car cela heurte la conception moderne du politique, comme sphère autonome vis-à-vis du religieux comme l’État l’est de l’Église, fruit de la sécularisation des mentalités, et de la laïcité. Pourtant, le politique en Occident a longtemps été indissociable du religieux. Le regard historique invite donc à éviter tout chrono/ethnocentrisme qui aboutirait à appliquer la mentalité de son temps – pour la France, une République laïque et une société fortement sécularisée – à une autre époque. Il y a bien du politique dans le religieux et de la politique dans les Églises. Par ailleurs, il y a là politique mais il y a également des idées politiques. À cet égard, il n’est sans doute pas anodin que la figure du clerc soit régulièrement réactivée à l’endroit des intellectuels et des experts1, comme pour mieux rappeler l’héritage clérical de ces formes de rapports savoir/pouvoir sécularisées2. Les luttes pour l’autonomisation de certaines institutions ecclésiales face à d’autres sont d’abord et avant tout des luttes de classement, de représentations. C’est pourquoi l’annonce de ce colloque a, à notre sens, toute sa place ici. Vous trouverez ci-joint le programme détaillé ainsi que les informations pratiques ayant trait à cet événement (Programme_Autocéphalies).

1 Julien Benda, La Trahison des clercs, Paris, Grasset, coll. « Les Cahiers rouges », 2003, ouvrage disponible dans sa version originale en édition électronique sur le site Internet « Les Classiques des sciences sociales » de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) à l’adresse URL suivante : http://classiques.uqac.ca/classiques/benda_julien/trahison_des_clercs/trahison_des_clercs.

2 Jacques Le Goff, Les Intellectuels au Moyen-Age, Paris, Le Seuil, coll. « Points », 1985 (1ère éd. 1957).

Avis de parution: A. Skornicki et J. Tournadre, « La nouvelle histoire sociale des idées politiques », La Découverte, 2 avril 2015

Est paru en librairie le 2 avril 2015 aux éditions La Découverte dans la collection « Repères » un ouvrage consacré à « La nouvelle histoire sociale des idées politiques » co-écrit par Arnault Skornicki et Jérôme Tournadre. Nous ne pouvons que nous réjouir de la parution de ce manuel dont le besoin se fait sentir depuis plusieurs années, notamment à des fins d’enseignement. Vous trouverez le lien vers le site de l’éditeur (Présentation_ouvrage_La Découverte) ainsi que ci-joint la présentation du livre et la table des matières (La nouvelle histoire des idées politiques). À noter également la parution de deux compte-rendus de ce livre, le premier dans le dernier numéro de la Revue française de science politique (RFSP) par Manuel Cervera-Marzal1, le second sur le carnet hypothèses Lire les sciences sociales par Louis Pinto (CR_Nouvelle_HSIP_LSS). Au-delà de l’intérêt réel de son contenu, cet ouvrage marque sans doute un pas supplémentaire vers la constitution de l’histoire sociale des idées politiques comme champ d’étude à part entière et a contribué à cet égard à la constitution d’HiSoPo.

1 Manuel Cervera-Marzal, « Skornicki (Arnault), Tournadre (Jérôme), La nouvelle histoire des idées politiques. », Revue française de science politique, vol. 65, no 3, juin 2015, pp. 515‑516.

Arnault Skornicki & Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, coll. « Repères », mai 2015, 128 p.

Colloque « Pour une histoire sociale des idées politiques », Paris, 22-24 janvier 2015

Du 22 au 24 janvier 2015 a eu lieu à Paris un colloque international intitulé « Pour une histoire sociale des idées politiques », organisé conjointement par le CEVIPOF, l’ISP et Triangle. À la fois parce que sa thématique est au cœur de nos préoccupations et que bon nombre d’entre nous y participions, il était logique que nous y consacrions ce billet afin d’en conserver une archive. Vous trouverez donc les liens vers la page web de l’événement sur les sites du CEVIPOF (Colloque HSIP CEVIPOF) et de Triangle (Colloque HSIP Triangle) ainsi que ci-joint l’appel à communications (AAC_HSIP_2015_01) et le programme (Colloque_HSIP_programme) de ce colloque qui a joué un rôle majeur dans la constitution de notre groupe.