Archives par mot-clé : Féminisme

Séance 3 : Histoire sociale des idées féministes (6 janvier 2017)

La troisième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée « Histoire sociale des idées féministes » aura lieu le vendredi 6 janvier 2017. Cette séance sera l’occasion d’écouter deux interventions:

Viviane Albenga (MCF en sociologie, IUT Bordeaux Montaigne/MICA) et Alban Jacquemart (MCF en science politique, Université Paris Dauphine/IRISSO) : « Saisir les appropriations des idées politiques : pratiques sociales ordinaires, genre et féminisme »

Juliette Rennes (MCF en sociologie, EHESS/CEMS) : « Exercer un métier d’homme, une appropriation des idées féministes? Une enquête sur les cochères, chauffeuses et afficheuses parisiennes à  la Belle époque »

Ces deux communications seront discutées par Virginie Descoutures (MCF en sociologie, Université de Picardie/CURAPP) et Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle)

La séance aura lieu le 6 janvier 2017 entre 10h et 13h à Sciences Po, 13 rue de l’Université, 75007 Paris, Salle du Conseil, 5ème étage.

Avis de parution: « Viola Klein, une pionnière », Cahiers du genre, n° 61, 2016

HiSoPo vous informe de la parution du n° 61 des Cahiers du genre intitulé « Viola Klein, une pionnière », coordonné par Eve Gianoncelli et Eleni Varikas. Viola Klein est une pionnière de la sociologie du genre et une féministe longtemps oubliée et encore largement méconnue. Ce numéro convie à la découverte de l’itinéraire et de l’œuvre d’une intellectuelle qui a placé la question de la subjectivité féminine au cœur de ses préoccupations.


SOMMAIRE

Dossier

Eve Gianoncelli et Eleni Varikas, « Viola Klein (1908-1973). Une outsider dans les sciences sociales de la seconde moitié du XXe siècle (Introduction) » [p. 5-20]

Viola Klein, « Le caractère féminin, critique d’une idéologie » [p. 21-47]

Eve Gianoncelli, « La subjectivation en pratique : le devenir féministe de Viola Klein entre expérience de l’altérité et sociologie de la connaissance » [p. 49-72]

Sonia Dayan-Herzbrun, « « Être un problème est une expérience étrange ». Entre Viola Klein et Theodor Adorno » [p. 73-88]

Jane Lewis, « Women’s Two Roles, de Myrdal et Klein, et le féminisme anglais d’après-guerre, 1945-1960″ [p. 89-110]

David Kettler et Volker Meja , « La sociologie comme vocation. Viola Klein et Karl Mannheim » [p. 111-129]

Hors-champ

Clémence Schantz, « ‘Cousue pour être belle’ : quand l’institution médicale construit le corps féminin au Cambodge » [p. 131-150]

Matthieu Grossetête, « Un genre déclassé : l’information de santé à l’épreuve de la féminisation du journalisme » [p. 151-168]

Nassira Hedjerassi, « bell hooks : la fabrique d’une ‘intellectuelle féministe noire révoltée’ » [p. 169-188]

Lecture d’une œuvre

Rose-Marie Lagrave, « Une historienne inclassable : Joan Wallach Scott » [p. 189-216]

Notes de lecture

— Laurie Laufer et Florence Rochefort (eds). Qu’est-ce que le genre ? ; Laure Bereni et Mathieu Trachman. Le genre, théories et controverses ; Arnaud Alessandrin et Brigitte Esteve-Bellebeau (eds). « Genre ! L’essentiel pour comprendre ». Miroir/Miroirs, hors-série n° 1 (Lorena Parini)

— Stéphanie Hennette-Vauchez, Marc Pichard et Diane Roman (eds). La loi & le genre. Études critiques de droit français (Jacques Commaille)

— Fabienne Dumont. Des sorcières comme les autres. Artistes et féministes dans la France des années 1970 (Clélia Barbut)

— Brigitte Rollet. Jacqueline Audry. La femme à la caméra (Florence Tissot)

— Laurence Tain. Le corps reproducteur (Manon Vialle)

— Raewyn Connell. Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie (Régis Schlagdenhauffen)

— Massimo Prearo. Le moment politique de l’homosexualité. Mouvements, identités et communautés en France (Andrés Armengol Sans)

— Christophe Broqua et Catherine Deschamps (eds), Cynthia Kraus (collab.). L’échange économico-sexuel (Elise Palomares)

— Stéphanie Lachat. Les pionnières du temps. Vies profession­nelles et familiales des ouvrières de l’industrie horlogère suisse (1870-1970) (Amandine Tabutaud)

— Léonore Le Caisne. Un inceste ordinaire. Et pourtant tout le monde savait (Lise Gaignard)

[p. 217-253]


Pour plus de détails, voir le site de la revue: http://cahiers_du_genre.pouchet.cnrs.fr/FichesNumeros/numero61.html

Avis de soutenance: Eve Gianoncelli, La pensée conquise. Contribution à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre au XXe siècle, Paris, locaux parisiens de l’Université de Columbia, 12 décembre 2016

HiSoPo vous informe de la la soutenance de la thèse de doctorat en Science politique d’Eve Gianoncelli intitulée : La pensée conquise. Contribution à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre au XXe siècle. La soutenance se tiendra le lundi 12 décembre, à partir de 12h, dans la Grande Salle des locaux parisiens de l’université de Columbia, Reid Hall, 4 rue de la Chevreuse, 75006 Paris.

Le jury sera composé de :

Brent Hayes Edwards, Professeur d’Anglais et de Littérature comparée, Université de Columbia (rapporteur)

Laurent Jeanpierre, Professeur de Science politique, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Martine Leibovici, Maîtresse de conférences émérite en Philosophie politique, Université Paris- Diderot Paris 7

Frédérique Matonti, Professeure de Science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteure)

Enzo Traverso, Professeur en Humanities, Université de Cornell

Eleni Varikas, Professeure émérite de Théorie politique, Université  Paris 8  Vincennes Saint-Denis (directrice de thèse)

Un pot de soutenance est prévu, auquel vous êtes chaleureusement convié-e-s. Afin d’en faciliter l’organisation, merci de bien vouloir indiquer votre présence par mail à la principale intéressée : eve.gianoncelli@hotmail.fr


Résumé

Cette thèse porte sur les processus de constitution – problématiques – de femmes comme intellectuelles au XXe siècle. Pour ce faire, trois cas, nés vers 1900, sont étudiés : l’artiste et écrivaine proche des avant-gardes en général et des surréalistes en particulier dans le Paris des années 1920-1930 Claude Cahun, la journaliste martiniquaise du Paris colonial de ces mêmes années et figure militante et intellectuelle importante de la Martinique d’après-guerre Paulette Nardal ; et enfin Viola Klein, juive tchèque exilée en Angleterre et pionnière oubliée de la sociologie féministe. Réalisée à partir d’archives, de correspondances, d’un matériel textuel pluriel, souvent inédit-e-s, et d’entretiens, cette étude repose sur une analyse conjointe de la trajectoire et de la production culturelle de chacune de ces femmes. Il s’agit de comprendre comment leur expérience intellectuelle s’enracine dans des processus de prise de conscience de soi en tant que sujet renvoyé à l’altérité, femme, mais aussi sujet racialisé, qui façonnent les formes d’entrée dans la pensée. Ce travail rend également compte du positionnement complexe, dedans/dehors, de ces femmes par rapport aux mouvements (le surréalisme pour Cahun, la culture noire en général et la négritude en particulier pour Nardal), et disciplines (la sociologie de la connaissance et du travail pour Klein) « dans » lesquels elles s’inscrivent et ce qu’elles y apportent ainsi que la pluralité des formes de pensée et d’engagement qu’une telle position liminale révèle.  Il s’agit enfin d’interroger le processus de diffusion et de réception des œuvres et des idées, les logiques d’invisibilisation et d’oubli, mais aussi de redécouverte, qui participent également au devenir intellectuelle. Ce dernier point ouvre sur une réflexion relative aux logiques (nationales, disciplinaires, idéologiques) de construction du savoir. Cette thèse, interrogeant à partir de cas différents le devenir sujet des femmes et ce que peut lui faire la postérité, se propose ainsi de contribuer à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre.

Mots clés : Intellectuel-le-s ; devenir sujet ; altérité ; Claude Cahun ; Paulette Nardal ; Viola Klein ; surréalisme ; négritude ; sociologie de la connaissance ; études de genre ; rapports de pouvoir ; féminisme ; pensée ; engagement ; réception ; production du savoir.

Avis de parution: Maxime Cervulle et al. (dirs.), Matérialismes, culture et communication. Tome 2 : Cultural Studies, théories féministes et décoloniales, Paris, Presses des Mines, 2016

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage Matérialismes, culture et communication. Tome 2 : Cultural Studies, théories féministes et décoloniales aux Presses des Mines sous la direction de Maxime Cervulle (MCF en info-com Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis /Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation), Nelly Quemener (MCF en info-com, Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3/CIM-MCPN) et Florian Vörös (Docteur en sociologie, professeur contractuel au département culture de l’Université Lille 3 et chercheur associé au CEMTI).


image_materialismes_tome2


Présentation

Deuxième tome de la série Matérialismes, culture et communication, cet ouvrage emprunte les voies du matérialisme qui serpentent le long des territoires critiques qu’ont dessinés les Cultural Studies, les théories féministes et les études décoloniales. Il donne à voir les points de friction occasionnés par la rencontre épistémologique, dans divers contextes historiques et géographiques, entre les actualisations marxistes du matérialisme et des modes de critique ayant étendu la contestation au-delà de l’antagonisme de classe. Il vise à saisir la portée de cette rencontre pour une approche renouvelée de la culture et la communication. À partir d’un groupe hétérogène de figures intellectuelles réunies pour la puissance de leurs apports aux théories critiques, il dégage ainsi des généalogies matérialistes parfois souterraines, excave des conceptions souvent tacites des formes et lieux de la culture et trace des chemins inédits pour penser les moyens de communication.
Le premier tome était consacré aux marxismes et aux théorie et sociologique critiques. Le troisième tome portera sur l’économie politique de la communication et les théories des industries culturelles.

Table des matières

Présentation. Polyphonie critique [texte accessible en ligne]
Maxime Cervulle, Nelly Quemener, Florian Vörös

Partie 1 – Cultural Studies et matérialisme culturel

Jean-Jacques Lecercle: « Le matérialisme culturel de Raymond Williams »

Fanny Gallot & Juan Grigera: « Edward P. Thompson : le matérialisme à l’épreuve de l’expérience et de l’agency »

Colin Sparks: « Stuart Hall : les Cultural Studies et le marxisme »

Emmanuel Parent: « Paul Gilroy : penser le matérialisme à l’aune de l’expérience noire de la modernité »

Éric Maigret: « Lawrence Grossberg : les Cultural Studies avec ou contre le « tournant matérialiste » ? »

Maxime Boidy: « Visual Culture Studies : les matérialismes du visible »

Partie 2 – Théories féministes et queer

Stéphanie Kunert: « Monique Wittig : de la matérialité du langage »

Claire Cossée: « Colette Guillaumin et les différents visages de la culture : une lecture diachronique »

Keivan Djavadzadeh: « Patricia Hill Collins : l’autodéfinition contre les images performatives »

Noémi Michel: « Judith Butler : la matérialité mise en scènes »

Gianfranco Rebucini: « Marxisme queer : approches matérialistes des identités sexuelles »

Cornelia Möser: « Néo-matérialisme : un nouveau courant féministe ? »

Partie 3 – Études décoloniales et postcoloniales

Norman Ajari: « Frantz Fanon : poétique de l’actualité et critique de la culture »

Matthieu Renault: « C.L.R. James : la culture en révolution »

Orazio Irrera: « Edward Said : productivité de la culture et conscience géographique »

Marco Dell’Omodarme: « Aníbal Quijano et la saturation coloniale »

Anne Castaing: « Subaltern Studies : de la provincialisation de l’Europe au langage de la différence »

Jamila M. H. Mascat: « Gayatri C. Spivak : un matérialisme esthétique entre marxisme et déconstruction »