Archives par mot-clé : Circulation transnationale

Avis de parution: « Actualité de l’histoire sociale des idées politiques » , Raisons politiques, n° 67, août 2017

HiSoPo vous informe de la parution du n° 67 de la revue Raisons politiques intitulé « Actualité de l’histoire sociale des idées politiques » co-dirigé par Frédérique Matonti et Mathieu Hauchecorne

Résumé:

Les idées politiques sont-elles des faits sociaux comme les autres ? Comment sont-elles produites et comment circulent-elles ? Comment sont-elles mobilisées au sein des luttes sociales et politiques ? Alors qu’en France l’analyse de la pensée politique est longtemps restée en marge des renouvellements qu’elle a connus en Angleterre et en Allemagne ces dernières décennies, ce dossier revient sur le récent développement d’une histoire sociale des idées politiques dans la science politique française.

Les articles qui le composent donnent à voir une histoire sociale en acte des idées politiques. Au-delà de cette actualité disciplinaire, les articles. Centrés sur les quatre dernières décennies, ils ne limitent par leurs points d’entrée à la philosophie et au droit, mais considèrent aussi comment les sciences humaines et sociales, les controverses publiques, les savoirs militants ou l’expertise ont pu transformer la manière dont nous parlons du politique et le pensons. Les thèmes abordés – marxismes et reconfigurations intellectuelles de la gauche française, néo-libéralisme et projet européen, Internet et propriété intellectuelle, etc. – démontrent avec éclat ce que l’histoire sociale des idées peut nous apprendre du monde actuel.

Sommaire:

Frédérique Matonti, Retour au concept : le structuralisme des Cahiers pour l’analyse

Antoine Aubert, Multitudes : aux origines d’une revue radicale

Ariane Revel, Les Révoltes logiques, un cas de recomposition intellectuelle et militante dans l’après-68

Kevin Brookes, Un « libéralisme scientifique » contre les gauches. La réception du néo-libéralisme américain en France dans les années 1970

Mathieu Hauchecorne, Un néo-personnalisme transatlantique ? La lecture par Paul Ricoeur des philosophies rawlsienne et post-rawlsienne

Jean-Michel Chahsiche, Les intermédiaires dans la fabrique des idées économiques. L’économie aux Éditions Maspero et La Découverte au tournant des années 80

Karim Fertikh, L’Europe sociale au ras du sol. Sociologie des pratiques ordinaires d’interprétation du traité de Rome

Anne Bellon, Le hacker et le professeur. Mise en débat de la propriété intellectuelle aux États-Unis

Parcours de recherche :

Entretien avec Quentin Skinner, « Nous sommes peut-être beaucoup moins libres que nous le pensons »

 

Lancement de la revue Biens symboliques/Symbolic Goods, 10 novembre 2017

HiSoPo vous informe du lancement d’une nouvelle revue : Biens symboliques/Symbolic Goods [BS/SG], revue interdisciplinaire, bilingue, en ligne et en accès libre. Vous en trouverez une présentation sur le site : http://www.bssg.univ-paris8.fr/fr/index.html

La revue accueille des propositions d’article en varia pour tous ces numéros (articles qui, au terme d’une évaluation en double aveugle, seront traduits en anglais). Toutes les approches disciplinaires et méthodologiques sont les bienvenues, pourvu que les thèmes traités correspondent au périmètre de la revue. Ainsi, n’hésitez pas à nous proposer des textes et à faire circuler dans vos réseaux notre appel à articles permanent.
 
Le premier numéro, qui comprend notamment un dossier intitulé « Artistes ordinaires » et une table ronde autour de l’ouvrage Le Savant et le populaire, paraîtra très prochainement. Le sommaire est disponible ici : http://www.bssg.univ-paris8.fr/fr/sommaire.html

A l’occasion de cette parution, la revue organise le vendredi 10 novembre 2017 une journée de rencontres et de débats, à l’Hôtel de Ville de Paris. Le thème de cette journée se situe au cœur du projet général de la revue : « Traduire/Transposer. Autour de la circulation transnationale des biens symboliques ». 

Vous trouverez le programme ici : Programme_BSSG_2017_11_10. L’accès à l’Hôtel de Ville (5 rue de Lobau) étant sur inscription, il convient de remplir ce framapad: http://www.framadate.org/bssg

http://biens-symboliques.net


Call for Panel Proposals: « Concepts in Transit », Conceptual History – ECPR 2018

HiSoPo vous informe de cet appel à communications pour un panel d’histoire conceptuelle dans le cadre du prochain congrès de l’ECPR.

 

Call for Panel Propoals – ECPR General Conference 2018

Concepts in Transit: Political Ideas between Context and Universality

 

Political concepts – in their everyday usage, in political thought, or when used as analytical categories – acquire their meaning and their force from the concrete contexts in which they are used. Yet concepts often raise claims that reach beyond these particular contexts. This section focuses on the tension between the context-bound and context-transcending qualities of political concepts. The notion of “transit” points to a passage between different discursive spaces and levels of abstraction, a passage with its own rules and strategies. The proposed section will examine manifold types of conceptual transit and conceptual change in a number of different fields and subdisciplines.

The theme of “Concepts in Transit” brings to the fore questions such as how political concepts move between contexts, be it linguistic, social and cultural, discursive, or disciplinary contexts. The topic links to a number of questions: How does the normative and/or analytical reach of political concepts change in such conceptual transits, from both temporal and spatial perspectives? How are concepts used and/or interpreted differently in different contexts and subfields? What are the costs of conceptual travels, and what are their limits? What kind of strategies, rules, rhetorical moves, and practices are involved in them? What is the role of political ideologies in this regard? What impact does the rise of digital means of communication have on the circulation of political concepts? Is there a tension between a universalization of political languages on the one hand and an appeal to nationalisms or particularisms in politics on the other? Can political agents and speech acts purposely bridge the gap between the ideas of the particular and universal? How has the transit to universalization been undone and reinvented in both history and contemporary contexts?

This section during the ECPR General Conference to be held in Hamburg, 22–25 August 2018 is endorsed by the ECPR Standing Group “Political Concepts”. We invite panel proposals which explore the following fields of research (non-exhaustive):

  • Political ideologies
  • Intellectual history and conceptual history
  • Comparative political thought
  • Democracy and democratization
  • European politics and institutions
  • Parliaments: national and supranational
  • International law and human rights
  • Digital communication
  • Politics and time
  • Ideas of the global
  • Concepts on the move: translations, migrations, circulation of ideas

Please send your panel proposals until November 10, 2017 to Rosario López (rosariols@uma.es) and Rieke Trimҫev (rieke.trimcev@uni-greifswald.de). Proposals should be composed of:

  • Tentative panel title
  • Name and institutional affiliation of chair (and co-chair if applicable)
  • Short abstract (up to 150 words)
  • Name, affiliation, and paper titles of up to five panelists if available

Rosario López, Postdoctoral Fellow at the Department of Philosophy, University of Málaga, rosariols@uma.es

Rieke Trimҫev, Postdoctoral Fellow at the Institute for Political Science and Communication Studies, University of Greifswald, rieke.trimcev@uni-greifswald.de

JE « La traduction des textes politiques de Jean-Jacques Rousseau en Asie (mondes arabe et turc inclus) », Université Bordeaux Montaigne, 17 mars 2017

HiSoPo vous informe de la tenue d’une journée d’études internationale sur la traduction des textes politiques de Rousseau en Asie et dans les mondes arabe et turc, organisée par Eddy Dufourmont à l’Université Bordeaux Montaigne/SPH EA 4574 le 17 mars 2017. Vous en trouverez ci-dessous la présentation et le programme ainsi qu’en format PDF ici: Affiche_Rousseau_2017_03_17


La traduction des textes politiques de Jean-Jacques Rousseau en Asie (mondes arabe et turc inclus) : quelles réinventions pour quels enjeux ?

Université Bordeaux Montaigne, Salle des Actes
Domaine universitaire, Pessac – Arrêt Tram B Montaigne-Montesquieu


Organisateur : Eddy Dufourmont Université Bordeaux Montaigne/SPH EA 4574


PROGRAMME

Première séance : 9h-12h20

Chaque intervenant aura 30 minutes de temps de parole et 10 minutes pour des discussions

Modératrice : Mounira Chatti (Professeur, Université Bordeaux Montaigne, TELEM)

• 9h-9h15 : Accueil des participants
• 9h15-9h30 : Introduction (Eddy Dufourmont)
• 9h30-10h10 : Tanguy L’Aminot (chercheur honoraire, CNRS) : « Rousseau au Viet Nam, de l’époque coloniale à l’indépendance »
• 10h10-10h50 : Abdesselam Chedaddi (Professeur émérite, Université Mohammed V, Maroc) : « Réception et traduction de Rousseau dans le monde arabe »
• 10h50-11h : pause
• 11h-11h40 : Akkaya Rukiye Kia (Professeur, Université de Marmara, Turquie) : « L’introduction de la pensée de Jean-Jacques Rousseau dans l’empire ottoman (XIX-XX e siècles) II »
• 11h40-12h20 Ayse Yuva (Post-doctorante, Centre Marc Bloch, Berlin, Allemagne) : « Les traductions de Rousseau en Turquie à partir des années 1940 »
• Pause du repas de midi : 12h20-14h

Deuxième séance : 14h-16h

Modérateur : Tanguy L’Aminot

• 14h-14h40 : Céline Wang (Maître de conférences, Université Paris Diderot) : « Traduction et réinvention à travers les premières versions chinoises du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau »
• 14h40-15h20 : Eddy Dufourmont (Maître de conférences HDR, Université Bordeaux Montaigne) : « La traduction du Contrat social et des deux discours par Nakae Chômin (1847-1901) et ses élèves »
• 15h20-15h30 : pause
• 15h30-16h10 : Sakakura Yuji (Professeur, Université de Waseda, Japon) : « Les premières versions japonaises du Discours sur l’inégalité »
• 16h10-16h30 : Discussion et conclusion de la journée

Avis de parution: Les socialistes face à la « Troisième voie » britannique. Vers un social-libéralisme à la française (1997-2015), Grenoble, PUG, 2016

J’ai l’honneur et le plaisir de vous informer de la parution de l’ouvrage tiré (d’une partie) de ma thèse, intitulé Les socialistes face à la « Troisième voie » britannique. Vers un social-libéralisme à la française (1997-2015) aux Presses universitaires de Grenoble dans la collection « Libre cours politique ». Le livre est disponible en librairie à partir du 5 décembre 2016. Vous trouverez ici le dossier comprenant présentation du livre, le communiqué de presse et la table des matières: dossier_de_presse_-socialistes_francais_2

Vous pouvez également feuiller les extraits et le commander directement depuis le site de l’éditeur : http://www.pug.fr/produit/1309/9782706126185/Les. N’hésitez pas à diffuser l’information dans vos réseaux et à tous ceux que cela pourrait intéresser.


les-socialistes_couverture


Résumé

Thibaut Rioufreyt retrace la relation ambiguë des socialistes français à la « Troisième voie » britannique dont Tony Blair fut le promoteur dans les années 1990-2000. S’appuyant notamment sur des entretiens avec des responsables politiques et des intellectuels, il étudie les évolutions contemporaines du socialisme français à travers ses interactions avec un homologue étranger. Il combine analyse interne des idées, textes et discours, à l’analyse externe du contexte social et politique dans lesquels ces discours sont produits, circulent, et sont reçus. L’ouvrage s’inscrit pleinement dans l’actualité : un certain nombre des enquêtés appartiennent ou ont appartenu aux gouvernements socialistes sous la présidence Hollande. Dans une période où le débat politico-médiatique en est encore à savoir si François Hollande est social-démocrate ou non, la lecture de livre permet de mieux comprendre le virage social-libéral engagé par le Parti socialiste. Il s’agit à n’en pas douter d’un ouvrage salutaire pour quiconque cherche non seulement à comprendre l’histoire contemporaine du socialisme français et européen mais aussi et surtout où il va. Une lecture indispensable avant la prochaine campagne présidentielle !

Avis de parution: Stéphane Dufoix, The Dispersion. A History of the Word Diaspora, Leiden/Boston, Brill, 2016

HiSoPo vous informe de la parution chez Brill de la traduction anglaise de  La Dispersion. Une histoire des usages du mot « diaspora », par Stéphane Dufoix initialement publiée chez Amsterdam en 2011.
Stéphane Dufoix, The Dispersion. A History of the Word Diaspora, Leiden/Boston, Brill, 2016.
In The Dispersion, Stéphane Dufoix skillfully traces how the word “diaspora”, first coined in the third century BCE, has, over the past three decades, developed into a contemporary concept often considered to be ideally suited to grasping the complexities of our current world. Spanning two millennia, from the Septuagint to the emergence of Zionism, from early Christianity to the Moravians, from slavery to the defence of the Black cause, from its first scholarly uses to academic ubiquity, from the early negative connotations of the term to its contemporary apotheosis, Stéphane Dufoix explores the historical socio-semantics of a word that, perhaps paradoxically, has entered the vernacular while remaining poorly understood.
Table of contents
Acknowledgements … ix
List of Maps, Illustrations, Figures and Tables … xi
Introduction. Towards a Historical Socio-semantics of a Word in Vogue … 1
Part 1: From the Word to the Concept
Introduction to Part 1 … 23
1 The Word of the Septuagint … 27
2 The Religious Space of Dispersion … 76
3 Towards a Secular Concept … 134
Part 2: Cham Dispersed: From the Jewish Model to the Reversal
Introduction to Part 2 … 181
4 Next Year in Ethiopia: Blacks at the Jewish Mirror … 185
5 A Name of One’s Own: The Emergence of the Black/African Diaspora … 231
6 The Reversal … 279
Part 3: The Name of the Global
Introduction to Part 3 … 337
7 Constructing the Field of Diaspora Studies … 340
8 The Critical Turn … 392
9 States and Their Diasporas … 444
Conclusion. Two Cats and Three Demons … 495
Bibliography … 501
Index of Names … 581

Pour plus d’informations, voir le site de l’éditeur: http://www.brill.com/products/book/dispersion

Avis de parution: Clarisse Berthezène et Jean-Christian Vinel, Conservatismes en mouvement. Une approche transnationale au XXe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 2016

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage collectif Conservatismes en mouvement. Une approche transnationale au XXe siècle, co-dirigé par Clarisse Berthezène et Jean-Christian Vinel aux Éditions de l’EHESS. Avec une couverture pareille, si vous le lisez pas…

conservatismes-flyer

Avis de parution: revue Savoirs en prisme, n° 5, « Les espaces du malentendu », novembre 2016

HiSoPo vous informe de la parution du n° 5 de la revue Savoirs en prisme sur « Les espaces du malentendu ». Coordonné par Florence Dumora et Mireille Ruppli, ce numéro interdisciplinaire est susceptible d’intéresser les collègues travaillant sur la circulation des idées, les transferts culturels, la traduction ou encore la réception des œuvres. L’intégralité de son contenu est disponible en ligne à l’adresse URL suivante : https://savoirsenprisme.com/numeros/05-2016-les-espaces-du-malentendu/.


SOMMAIRE

Introduction – Les espaces du malentendu

Langue(s) : au-delà de l’écart, la communication

Jonathan Teschner

Le malentendu dans l’Essai sur l’origine des langues de Rousseau

Laurence Chamlou
La dynamique des malentendus. Une étude comparée de la poésie persane traduite en anglais

Catherine Gravet
Former les interprètes de conférences ou comment éviter le casus belli

Clef de la littérature, la dialectique de la production et de la réception

Virginie Giuliana
Platero y yo, un livre pour adultes ? Une approche d’un malentendu de réception

Léonie Ollagnier
Grivoiserie, lapsus et jeux de mots dans l’œuvre de jeunesse de Théodore de Bèze

Cécile Mauré
Écho ou les dangers de la voix dans la littérature élisabéthaine

De quelques malentendus idéologiques et de leurs résonances politiques et sociales

Thibaut Rioufreyt
Le malentendu impossible ou l’histoire d’un échec. La réception de la « troisième voie » britannique dans la gauche socialiste française

Nagdi Laude
La fabrique du malentendu dans les procès du Goulag : lecture de Le Météorologue d’Olivier Rolin

Cristina Del Biaggio
À force de mal dire, le public va forcément mal entendre ! Sur l’utilisation rhétorique des termes “afflux” et “invasion” d’exilés pour justifier la gestion en urgence de leur hébergement en Suisse

Hassiba Chaibi
La médiatisation du malentendu sur la polygamie en Algérie

Le malentendu fondateur

Brigitte Donnet-Guez
Le malentendu. Nouvelle approche psychanalytique du mythe de Caïn et Abel

Laurent Muller
Les heuristiques paradoxales du malentendu

Emmanuel Martin
Le malentendu, une indécidabilité nécessaire

Biographies des auteurs

Varia

Céline Rolland Nabuco
Esthétique du double et regard prédateur dans La Caza de Carlos Saura (1966) et The Deer Hunter de Michael Cimino (1978)

Françoise Heitz
Fenêtre sur le festival de Biarritz

Comptes rendus

Catherine Chauche
John Wylie, Paysage, manières de voir

Françoise Heitz
Loreak (2014) : Un espace inédit de « malentendu » au cinéma

Machteld Meulleman 
De l’idéologie monolingue à la doxa plurilingue : regards pluridisciplinaires, dirigé par Hervé Adami et Virginie André

Frédéric Gugelot
La politisation du religieux en modernité, dirigé par Nathalie Caron et Guillaume Marche

Rodrigo Nabuco
À ciel ouvert. Cultures politiques sur les murs de Montevideo, de Ariela Epstein

AAC JE internationale: « Les années 1970 en Europe : un tournant transnational des cultures politiques ? », Rome, deadline: 30 octobre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communications pour une journée d’études internationale, à Rome les 25 et 26 mai 2017, sur « Les années 1970 en Europe ».

Journée d’études internationale
Les années 1970 en Europe : un tournant transnational des cultures politiques ?
Rome, 25-26 -mai 2017

La question autour de laquelle tournera la journée d’études concerne un concept et une périodisation : si l’on accepte le postulat que la seconde moitié du XXe siècle a été marquée par des formes de « transnationalisation » des cultures politiques européennes, les années 1970 ont-elles ou non représenté un tournant dans ce phénomène majeur ?

La réponse ne va pas de soi. Ces dernières années, les recherches en sciences sociales ont surtout mis l’accent sur les effets politiques de la mondialisation/globalisation et de l’accélération de l’intégration européenne à partir des années 1980-1990, tandis que les historiens insistaient sur le caractère transnational des mouvements de contestation des années 1960. Le quarantième anniversaire de 1968 a ainsi été l’occasion d’une floraison de rencontres et de publications sur le 68 « global », renouant sur des bases solides avec l’intuition précoce du « soulèvement mondial de la jeunesse » (George Paloczy-Horvath). La décennie 1970, écrasée entre ces deux temps forts des bouleversements contemporains, semble avoir été négligée, du moins dans cette perspective. Pourtant, cette séquence présente un certain nombre de caractères spécifiques qui méritent de retenir l’attention. Si les premières années de la décennie s’inscrivent incontestablement dans le prolongement des « années 1968 » ou du « long 68 », et plus largement, dans les derniers feux de la grande croissance engagée au lendemain de la guerre – malgré des déséquilibres déjà sensibles -, le grand retournement de tendance rendu manifeste à l’occasion du premier choc pétrolier de 1973 inaugure un long cycle de crises et de recompositions, économiques et sociales, mais aussi politiques et culturelles, dont nous sommes peut-être pas véritablement sortis. Quoiqu’il en soit, il n’est pas illégitime de faire de l’année 1979 le terme provisoire et commode de cette période charnière : le deuxième choc pétrolier, l’intervention soviétique en Afghanistan et la crise des euromissiles, la première élection du Parlement européen au suffrage universel et la victoire de M. Thatcher en Grande-Bretagne, donnent déjà le ton des années 1980.

Il s’agira d’abord de se demander si, au cours de cette « longue » décennie (disons 1968-1979, en gardant une certaine souplesse chronologique selon les thèmes abordés), on a pu observer la constitution de réseaux transnationaux, des phénomènes de circulation d’idées, de personnes, de symboles (de la « rose au poing » du PS français à la flamme tricolore du MSI italien, en passant par le logo danois « nucléaire ? non merci !»), qui auraient traduit une « transnationalisation » des cultures politiques de différents pays ou y auraient contribué. Pour cela, on s’intéressera aussi bien aux structures partisanes qu’aux mouvements sociaux, syndicats, associations et ONG issus de la « société civile » – dans la mesure où ils posent des questions politiques ou se posent eux-mêmes en acteurs « politiques » –, aux grandes formations parlementaires qu’aux « mouvances » informelles et aux marges (« autonomes » en France, mouvement de 1977 en Italie, alternatifs), à la naissance de fédérations transnationales à l’occasion de l’élection européenne de 1979 dans l’éventualité où elles ne se limiteraient pas à de simples accords d’états-majors, qu’aux expériences avortées (eurocommunisme, tentative de regroupement des Partis socialistes d’Europe du Sud…) ou aux prodromes d’une « transnationalisation » de formes partisanes nationales (Partito radicale italien).

La seconde question que nous souhaitons voir placer au cœur de la journée d’études est de savoir si et dans quelle mesure les cultures politiques européennes des années 1970 ont élaboré des concepts, des utopies, des symboles, comportant dans leur vision la fin de l’horizon national et si, dans ce travail, elles ont puisé dans les élaborations intellectuelles/expériences politiques des autres pays: par exemple, la prééminence des droits de l’homme face aux États et le droit d’ingérence humanitaire ; la notion de fin de l’État-nation et l’idée de l’avènement d’une société européenne − voire mondiale − traversée par les mêmes problèmes et défis (environnement et qualité de la vie, contrôle des multinationales, désarmement, migrations, place du travail, participation démocratique à la base, reconnaissance des « différences », etc.) ; la mise en avant de nouveaux clivages transnationaux tels que la question des femmes.

La réponse à ces questions n’est pas nécessairement positive : il y a sans doute eu aussi des processus, des développements contraires à la « transnationalisation », qui ont pu représenter un recul par rapport à la décennie précédente. La journée s’intéressera aussi à la mise en question et en perspective de la notion de transnationalisation des cultures politiques.

Enfin, la journée d’étude est centrée sur l’analyse des cultures politiques de l’Europe de l’Ouest (étant donné la persistance de la guerre froide à cette période, entre détente et regel), mais bien évidemment la transnationalisation concernera aussi la circulation d’idées, de personnes, de pratiques politiques, venues de l’autre côté du rideau de fer, culturellement plus poreux qu’auparavant (dissidence tchécoslovaque, Soljenitsyne, « modèle autogestionnaire yougoslave ») et, bien entendu, des États-Unis (de la « seconde révolution américaine » célébrée en 1972 en France par J.-F Revel comme « modèle » de la future révolution mondiale aux prodromes de la « révolution conservatrice » néolibérale).

Lieu : Université Luiss-Guido Carli, Rome.

Dates : Jeudi 25 et vendredi 26 mai 2017.

Langues de travail : Français et anglais.

Comité scientifique : Lucia Bonfreschi (Luiss-Guido Carli, Rome), Frank Georgi (CHS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Giovanni Orsina (Luiss-Guido Carli, Rome), Benoît Tadié (Institut français Italia, Ambassade de France à Rome)

Modalités de soumission des propositions :

Les propositions de contributions à la journée devront parvenir avant le 30 octobre 2016 à la fois à Lucia Bonfreschi : lbonfreschi@gmail.com et à Frank Georgi : amef@dbmail.com.

Chaque proposition devra contenir (un seul document, en format pdf ou bien word ou rtf) :

–        Le nom et l’institution de rattachement ;

–        Le titre et un résumé de 2500 signes environ (espaces compris) de la proposition, en français ou en anglais ;

–        Un bref CV (une page maximum).

Les résultats de la sélection seront communiqués à la mi-décembre 2015.

Pour les intervenants sélectionnés, les frais d’hébergement (pour une nuit) à Rome et de voyage (dans les limites du budget) seront pris en charge par les organisateurs.

Après le colloque, les organisateurs prévoient de retenir une partie des interventions pour publication. Pour cette raison, l’un des principaux critères de sélection sera l’originalité des propositions.

AAC ST3: « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées? », Section thématique HiSoPo, Congrès de l’AFSP 2017, deadline: 15 octobre 2016

HiSoPo a le plaisir de vous annoncer la publication de l’appel à communications de la section thématique « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées politiques? »(ST3) dans le cadre du prochain Congrès de l’Association française de science politique (AFSP) qui aura lieu à Montpellier les 10-12 juillet 2017. Cette section thématique est co-organisée par Mathieu Hauchecorne et Isabelle Gouarné dans le cadre du groupe de projet HiSoPo. Vous trouverez l’appel à communications ci-joint: aac_st3

Les propositions de communication (une demi-page à une page) doivent être envoyées le 15 octobre au plus tard aux adresses suivantes : isabelle_gouarne@hotmail.com ; mhauchecorne@univ-paris8.fr N’hésitez pas à soumettre une proposition de communication et à diffuser l’information dans vos réseaux.

Table-ronde Circulations des sciences sociales entre la France et l’Allemagne, Paris, EHESS, 15 mars 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation d’une table ronde par les Éditions de l’EHESS, l’Institut français et la Fondation Maison des sciences de l’homme à l’occasion de la venue d’une délégation d’éditeurs allemands en sciences humaines et des rencontres de traducteurs «Penser en Langues/ in Sprachen denken ».

 

Circulations des sciences sociales entre la France et l’Allemagne

Quels héritages et quelles dynamiques aujourd’hui ?

 

Mardi 15 mars de 18 h 00 à 20 h 00

EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, Amphi Furet

avec

Michel Espagne, germaniste et historien de la culture, ENS

Rainer Maria Kiesow, juriste, EHESS

Gisèle Sapiro, sociologue, EHESS

Bénédicte Savoy, historienne de l’art, Technische Universität, Berlin

Jakob Vogel, historien, Sciences Po, Paris

animée par Franziska Humphreys, responsable du programme franco-allemand de la FMSH

 Si les traductions entre le français et l’allemand peuvent être considérées à certains égards comme abondantes dans le domaine de la philosophie, elles sont plus limitées dans d’autres disciplines comme l’histoire ou la sociologie. En réalité, la circulation transnationale des textes présente dans tous les champs du savoir des décalages, des impasses, des distorsions (parfois fécondes) mais aussi de grands oublis. Le regard sur la longue durée permet-il d’éclairer les échanges contemporains ? Quel(s) rôle(s) y jouent les traditions intellectuelles, les transferts culturels, les cadres sociaux et économiques ou encore les attentes supposées du public ?

 La table ronde sera suivi d’un cocktail.

———-

Michel Espagne est directeur de recherche au CNRS, directeur de l’UMR Pays germaniques : transferts culturels (ENS-CNRS), responsable du labex TransferS. Il dirige la Revue germanique internationale (CNRS-éditions) et une série « Voix allemandes » chez Belin. Il a co-dirigé un Dictionnaire du monde germanique (Bayard, 2007) et avec Bénédicte Savoy un Dictionnaire des historiens d’art allemands. Dernier ouvrage personnel L’Ambre et le fossile. Transferts germano-russes dans les sciences humaines (Armand Colin, 2014).

Rainer Maria Kiesow est juriste et directeur d’études à l’EHESS à Paris. Il est le directeur du Centre Georg Simmel. Recherches franco-allemandes en sciences sociales (EHESS/CNRS). Il est co-fondateur et directeur de la revue allemande Myops. Berichte aus der Welt des Rechts (C.H.Beck, Munich) et de la revue française Grief. Revue sur les mondes du droit (Dalloz /Éditions de l’EHESS). Il a notamment publié Das Naturgesetz des Rechts (Suhrkamp, 1997), Das Alphabet des Rechts (Fischer, 2004) et L’unité du droit (Éditions de l’EHESS, 2014).

Gisèle Sapiro est sociologue, directrice d’études au CNRS et à l’EHESS et vice-présidente de l’EHESS pour les relations internationales. Auteure de La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard 1999), La Responsabilité de l’écrivain (Seuil 2011) et La Sociologie de la littérature (La Découverte, 2014), elle a mené des enquêtes sur la traduction et la circulation internationale des sciences humaines et sociales (Translatio, CNRS Editions, 2008) ; Traduire la littérature et les sciences humaines, DEPS publications, 2012 ; Sciences humaines en traduction, Institut français, 2014). Depuis 2013, elle dirige le projet européen INTERCO-SSH sur l’institutionnalisation et l’internationalisation des sciences humaines et sociales. Elle dirige, chez CNRS Éditions, la collection Culture & Sociétés et le Dictionnaire  Bourdieu (à paraître).

Bénédicte Savoy, ancienne élève de l’École Normale Supérieure (Fontenay) et agrégée d’allemand, enseigne l’histoire de l’art à la Technische Universität de Berlin. Elle est l’auteur de nombreux travaux consacrés à l’histoire des spoliations artistiques entre France et Allemagne, à la naissance des musées d’art en Europe et à la mise en place transnationale, aux XVIIIe et XIXe siècles, de disciplines universitaires telles l’archéologie et l’histoire de l’art.

Jakob Vogel est professeur d’histoire de l’Europe (XIXe-XXe siècles) au Centre d’histoire (Sciences Po Paris) depuis 2011. Il a auparavant enseigné à l’université de Cologne et été directeur-adjoint du Centre Marc Bloch à Berlin. Il est membre du conseil scientifique de l’Université franco-allemande (DFH-UFA). Il travaille notamment sur l’histoire des savoirs et des sciences en Europe et vient de codiriger l’ouvrage Shaping the transnational sphere. Experts, networks, and issues (c. 1850-1930) (Berghahn publishers, 2015).

 

 

Séance 1 : Le national-libéralisme. Analyse d’un hybride idéologique (4 décembre 2015)

La première séance du séminaire HiSoPo porte sur le thème « Le national-libéralisme. Analyse d’un hybride idéologique ». Elle a eu lieu le vendredi 4 décembre 2015 entre 14h00 et 16h45 à Sciences Po, 27 rue Saint-Guillaume 75007 Paris, salle 31.


Le national-libéralisme :
au-delà de la polémique, le concept

Jean-François Bayart (Directeur de recherche CNRS, Professeur au Graduate Institute, Genève & directeur de la chaire d’Études africaines comparées, UM6P, Rabat)


La communication est discutée par Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Chercheur associé au laboratoire Triangle, Lyon). La séance sera suivi de la première Assemblée générale fondatrice de HiSoPo.

Vous trouverez ci-joint le compte-rendu écrit de la séance: CR_Séance1_National-libéralisme_2015_12_04

Vous pouvez également écouter l’enregistrement audio de la séance ci-dessous.

Avis de parution : Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme, Publications de la Sorbonne, 4 mai 2015

Est paru le 4 mai 2015 aux Publications de la Sorbonne un ouvrage de Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme. Vous trouverez le lien vers la page de présentation sur le site de l’éditeur (Présentation_Wilhelm_Röpke_l’autre_Hayek_éditeur) ainsi que ci-joint la présentation du livre (PrésentationWilhelmRöpkel’autreHayek). Cet ouvrage concerne HiSoPo a double titre. D’une part, de par son contenu, il est une contribution utile à l’étude de la genèse et de l’histoire du néo-libéralisme. En déplaçant le regard vers d’autres « pères fondateurs » que Friedrich von Hayek ou Ludwig von Mises, en s’intéressant au rôle spécifique des intellectuels émigrés d’origine germanique, il permet de rompre avec le « démon des origines » (Marc Bloch) et de prendre au sérieux l’étude des processus de circulation transnationale des idées néo-libérales. D’autre part, de par la méthode employée, il réinterroge à nouveaux frais la question des apports d’une biographie contextualisée à l’étude des idéologies politiques. Ce qui paraît le plus éloigné, la micro-analyse du parcours biographique d’un homme et le macranthrope que constitue l’idéologie, qui plus est le néo-libéralisme tant il influe sur nos vies, se trouve réuni dans cette étude de manière à la fois rigoureuse et originale.

Jean Solchany, Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme, Publications de la Sorbonne, Paris, mai 2015, 576 p.

Avis de parution: A. Skornicki et J. Tournadre, « La nouvelle histoire sociale des idées politiques », La Découverte, 2 avril 2015

Est paru en librairie le 2 avril 2015 aux éditions La Découverte dans la collection « Repères » un ouvrage consacré à « La nouvelle histoire sociale des idées politiques » co-écrit par Arnault Skornicki et Jérôme Tournadre. Nous ne pouvons que nous réjouir de la parution de ce manuel dont le besoin se fait sentir depuis plusieurs années, notamment à des fins d’enseignement. Vous trouverez le lien vers le site de l’éditeur (Présentation_ouvrage_La Découverte) ainsi que ci-joint la présentation du livre et la table des matières (La nouvelle histoire des idées politiques). À noter également la parution de deux compte-rendus de ce livre, le premier dans le dernier numéro de la Revue française de science politique (RFSP) par Manuel Cervera-Marzal1, le second sur le carnet hypothèses Lire les sciences sociales par Louis Pinto (CR_Nouvelle_HSIP_LSS). Au-delà de l’intérêt réel de son contenu, cet ouvrage marque sans doute un pas supplémentaire vers la constitution de l’histoire sociale des idées politiques comme champ d’étude à part entière et a contribué à cet égard à la constitution d’HiSoPo.

1 Manuel Cervera-Marzal, « Skornicki (Arnault), Tournadre (Jérôme), La nouvelle histoire des idées politiques. », Revue française de science politique, vol. 65, no 3, juin 2015, pp. 515‑516.

Arnault Skornicki & Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La Découverte, coll. « Repères », mai 2015, 128 p.