Archives par mot-clé : Analyse de contenu

Avis de parution: Bruno Ambroise et Bertrand Geay, Langage et Politique. L’efficacité du langage en question, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2017

HiSoPo vous informe de la parution d’un ouvrage sous la direction de Bruno Ambroise et Bertrand Geay : Langage et Politique. L’efficacité du langage en question, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, coll. « Paradoxa », 2017.

Langage et politique

Présentation

En politique tout particulièrement, parler, c’est déjà agir, ordonner la réalité, produire une vision du monde. Le domaine politique est aussi le théâtre d’échanges qui prennent, pour une large part, la forme de rapports de force. Ce faisant, le langage intéresse pour son efficacité propre, qui ne se réduit pas aux effets rhétoriques qu’il produit.
La politique offre ainsi un champ d’étude particulièrement stimulant à qui veut comprendre comment le langage peut se voir doté de cette efficacité particulière qui lui permet, selon le cas, de conforter l’état des choses ou de changer le monde.
S’inspirant en toile de fond des études séminales sur les actes de parole de J. L. Austin et des réflexions sur le pouvoir symbolique de P. Bourdieu, ce volume réunit des travaux pluridisciplinaires qui s’attachent à comprendre, dans leur diversité d’aspects, les effets que le langage peut avoir dans les rapport sociaux d’ordre politique.


Contributeurs: Bruno ambroise, Solange Chavel, Ross Charnock, Françoise Dufour, Bertrand Geay, Thierry Guilbert, Pierig Humeau, Frédéric Lebaron, Sophie Richardot, Denis Vernant, Laurent Willemez.


Vous trouverez plus d’informations sur le site de l’éditeur: http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100952620

CfP: « The Political Rhetoric of Isms », Contributions to the History of Concepts, deadline: 30 March 2017

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à contributions pour la revue Contributions to the History of Concepts sur la rhétorique politique des « ismes » qu’il s’agisse de courants politiques (libéralisme, communisme, fascisme, socialisme, etc.) ou de sensibilités politiques autour d’une personnalité (gaullisme, mitterrandisme, jospinisme,  blairisme, sarkozysme, berlusconisme, etc.). La deadline pour soumettre une proposition d’article est fixée au 30 mars 2017.


Call for Papers to Contributions to the History of Concepts
The Political Rhetoric of Isms  

 


Isms form a great part of our political, cultural, and scholarly language. It would be quite difficult to conduct a serious conversation on literature, music, religion, or sciences without isms like “romanticism,” “classicism,” “neorealism,” “constructivism,” “Freudianism,” or “Platonism.” And it would be hard to imagine any news broadcasting on politics without words such as “liberalism,” “conservatism,” “communism,” “feminism,” or “multiculturalism.” The ism suffix has spread to nearly all languages either as a direct adaptation, or as a sign that roughly corresponds to the idea of an ism. In short: the use of ism is an irreplaceable feature of political and social language globally.
In debate, isms tend to be used to reduce a complex figure of thought into one word. By doing this, isms have often been a way of forging a long tradition of thought (e.g. Aristotelianism), pointing toward a wished for state of things (e.g. socialism), including or excluding strands of thought (e.g. true or false liberalism), delineating a set of unwanted practices (e.g. racism), or labeling an intellectual or political movement (e.g. feminism). In many cases, isms have been a way of setting the agenda for debate, making them unavoidable for anyone who wants to be heard in public life.
The call for this special issue in Contributions to the History of Concepts is motivated by the need to study the conceptual history of isms from a comparative perspective. By including articles that deal with the history of particular ism concepts, the journal issue will shed light on how the rhetorical and temporal properties of isms have varied over time and space.
Scholars working on the conceptual history of particular ism concepts are urged to send their full articles to Contributions to the History of Concepts at (historyofconcepts@gmail.com). All articles should include an abstract of 200–500 words. Authors are asked to consult the style guide of Contributions to the History of Concepts (see http://journals.berghahnbooks.com/_uploads/choc/contributions_style_guide.pdf)

The deadline for submissions is 30 March 2017. Each submission will first be assessed for scope and suitability for Contributions to the History of Concepts by the editors. Articles that are deemed to be within scope will be further sent to peer review within a month after submission. While assessment of scope is based on full articles, the editors are also willing to comment on abstracts by potential authors prior to the deadline. Papers that are accepted after peer review are planned to be included in a special issue to be published as the first issue of 2018. The editors also reserve the possibility of organizing the special issue in another matter if the accepted submissions give cause to it. The call welcomes submissions from all spheres of life. There is no chronological, thematic or geographical limit to the empirical cases that the articles can address. All articles should however include analysis of historical examples of ism concepts in use. We prioritize papers that focus on the contextual reading of sources and show that the author is familiar with the tradition of conceptual history.

Contributions to the History of Concepts is an international peer-reviewed journal. The journal serves as a platform for theoretical and methodological articles as well as empirical studies on the history of concepts and their social, political, and cultural contexts. It aims to promote the dialogue between the history of concepts and other disciplines, such as intellectual history, history of knowledge and science, linguistics, translation studies, history of political thought and discourse analysis. For more information, see http://journals.berghahnbooks.com/contributions.
Tentative timeline: 30 March, submission of articlesEnd of April, notification of articles sent to peer reviewMay–July, peer review and selection of articlesAugust-October, revision of articlesDecember, final articles are accepted for publication

 

Colloque inaugural du Centre européen d’études républicaines, ENS Ulm, 24-25 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque inaugural du Centre européen d’études républicaines qui aura lieu à Paris les 24-25 novembre 2016, à l’ENS d’Ulm. Ces deux jours d’échanges visent à permettre à des spécialistes d’histoire, d’histoire des idées, de philosophie, de science politique ou de sociologie politique de se retrouver sur un terrain qui a fait l’objet de profonds renouvellements au cours des dernières années et dont les enjeux théoriques et pratiques sont évidents.

Deux tables rondes animées par Le Monde des Livres et France Culture seront ouvertes le soir et permettront des discussions plus informelles.  Lentrée est absolument libre pour ces deux tables rondes et lors des autres sessions, sauf lors des deux matinées du jeudi et du vendredi en raison de la présence de la Ministre et du Président de la République: il faut pour ces matinées s’inscrire sans trop tarder, si vous le souhaitez, à l’adresse suivante: modernitesrepublicaines@gmail.com
Vous trouverez le programme détaillé des deux journées auxquelles participent plus sieurs membres d’HiSoPo ici : programme_cedre_2016_11_24_25

Je  » La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, deadline: 15 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communication pour une journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann, organisée par Lucile Dumont (EHESS/CESSP), Quentin Fondu (EHESS/CESSP), Laélia Véron (ENS Lyon/Paris 3 – IHRIM) avec le soutien du CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique). L’événement aura lieu le 17 janvier 2017 à l’EHESS au 190-198 av de France (Paris 13ème). Les propositions de communication sont à envoyer pour le 15 novembre à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com. Il s’agit là sans doute d’un des événements qui touche le plus directement le cœur même du projet de l’histoire sociale des idées politiques à travers une discussion des thèses et méthodes de Lucien Goldmann. Vous trouverez l’appel à communications ci-joint: aac_je_lucien_goldmann


APPEL A COMMUNICATION – Journée d’études

 La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains

Paris, 17 janvier 2017

EHESS, 190-198 av de France, 75013 Paris

(8è étage, Salle Vernant)


Argumentaire scientifique

Philosophe et sociologue français né en Roumanie, Lucien Goldmann (1913-1970) a été fortement influencé par le marxisme, et tout particulièrement par les travaux de Georg Lukács. Son œuvre se caractérise par une méthodologie matérialiste singulière. Partisan d’un marxisme hétérodoxe et humaniste opposé à tout dogmatisme, Goldmann a cherché à unifier les approches sociologiques et littéraires en proposant une nouvelle méthode, le structuralisme génétique, construit dans le prolongement du structuralisme de Jean Piaget (e.g. Le Dieu caché, 1959.) Par cette méthode, Goldmann entendait allier l’étude des contenus à celle des formes, combinaison qu’il considérait comme le préalable nécessaire à la compréhension des phénomènes culturels, ceux-ci ne pouvant se réduire selon lui ni à de simples reflets mécaniques de l’idéologie ni à des créations spontanées détachées du monde social. Profondément engagé au sein de l’espace intellectuel des années 60, c’est dans une dynamique complexe que Goldmann a pris position à la fois contre le structuralisme antihumaniste de Louis Althusser (structure sans sujet) et contre l’existentialisme sartrien (sujet sans structure), l’un comme l’autre étant, selon lui, opposés à la pensée dialectique (e.g. Goldmann, 1966; Macherey, 1966). Ce faisant, il s’est orienté vers l’élaboration d’une nouvelle dialectique, héritière de la pensée tragique et conçue comme une synthèse de paradoxes ayant marqué à la fois l’histoire littéraire et l’histoire du marxisme (structure/sujet, déterminisme/histoire, etc.).

La mort prématurée de Goldmann, ainsi que le reflux de la pensée marxiste et les réprobations dont elle a fait l’objet à partir de la fin des années 1970, ont rendu difficile la poursuite et la circulation d’une pensée critique à la fois interdisciplinaire, programmatique et évolutive. Goldmann demeure cependant une personnalité centrale dans l’histoire de la sociologie de la littérature et des débuts de son institutionnalisation. En France, son séminaire à l’EPHE puis à l’EHESS, de la fin des années 1950 à 1970, a ainsi constitué un des lieux de renouvellement du croisement des études littéraires et des sciences sociales. Les séjours de Goldmann à l’étranger, de même que sa participation à des colloques et des réseaux internationaux ont dans le même temps facilité la circulation internationale de ses travaux tout au long de sa carrière et dans les années qui ont suivi (Cusset, 2003; Sanguineti et al., 1967). Les développements de la sociologie de la littérature dans les espaces francophones attestent ainsi de de l’importance des travaux de Goldmann dans ce domaine. En effet, la sociologie de la littérature de Robert Escarpit, qui aborde la littérature dans une perspective communicationnelle (Van Nuijs, 2007), de même que les travaux développés par Marc Angenot sur le discours social et ses liens avec la production littéraire (Angenot 1985), comme la sociocritique de Claude Duchet (Duchet, 1979; Leenhardt, 1975), ou encore la sociologie des arts et de la littérature de Pierre Bourdieu, qui envisage l’espace social à travers les dynamiques insufflées par la notion de champ et réinterroge les processus de production de la littérature à travers l’étude des trajectoires ou la notion de point de vue (Bourdieu, 1966, 1992 ; Jurt, 2004) ; toutes se sont nourries de nombreuses réflexions critiques sur les travaux de Goldmann (Leenhardt, 1967; Sapiro, 2014). Plus récemment, les travaux contemporains en sociologie de la littérature et plus généralement dans les études littéraires s’inscrivent dans le prolongement de ces courants (voir Glinoer, 2016; Meizoz, 2004; Sapiro, 2007).

Enfin, les contributions de Goldmann à l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles, où il créa le Centre de Sociologie de la littérature en 1961 avant d’en devenir le directeur en 1964, ont marqué une génération d’étudiants et de chercheurs dans ce domaine (Heyndels, 1988). Ceux-ci ont pu poursuivre cette orientation dans leurs propres travaux, et proposer des hommages et/ou des introductions à son œuvre (e.g. Lallemand et.al, 1973 ; Leenhardt, 1971; Naïr, Löwy, 1973 ; Goldmann, Löwy Naïr, 1977). Goldmann n’est ainsi pas tombé dans l’oubli, comme le prouve la récente journée d’études « Lucien Goldmann » qui a eu lieu à l’Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine en 2009 et dont les actes ont été publiés en 2010 (Ferrette, 2010). Pourtant, au sein de la recherche littéraire comme en sociologie de la littérature, l’intérêt porté à Lucien Goldmann reste marginal. Si l’on se réfère régulièrement à ses lectures de Racine et de Pascal, les pistes proposées dans d’autres œuvres sont plus rarement explorées – on peut penser notamment aux analyses contenues dans Pour une sociologie du roman, publié en 1964 ou à celles incluses dans Structures mentales et création culturelle, publié en 1970. Nous voudrions souligner ici l’importance générale de la méthodologie proposée par Goldmann.

Au-delà d’un simple hommage à Lucien Goldmann, cette journée d’études souhaite dès lors d’une pat insister sur l’actualité possible de sa pensée, l’intérêt que nous pourrions avoir à lire ou à relire cet auteur pour nourrir nos propres recherches et d’autre part mesurer l’influence de la sociologie de la littérature goldmanienne sur les outils conceptuels de la sociologie de la littérature et des études littéraires contemporaines. Cette journée se composera ainsi de deux axes, non exclusifs.

Premièrement, par l’étude de la réception de l’œuvre de Lucien Goldmann en France et à l’étranger, nous tenterons de mettre en avant l’héritage d’un marxisme vivant, loin de correspondre aux critiques les plus fréquentes (mécanisme ou reflet, sociologisme non attentif aux formes, etc.). Sur la base de témoignages de proches du philosophe, il s’agira, en même temps que de rendre compte de la postérité de son travail, de réfléchir sur l’époque pendant laquelle se constitue cette œuvre, qui en cristallise de nombreux aspects. En effet, les années de production intellectuelle de Goldmann, entre les années 1950 et la fin des années 1960, se caractérisent notamment, dans les champs académiques et intellectuels, par d’importants et récurrents débats sur le statut de la littérature, en même temps que par l’apparition puis l’institutionnalisation de la sociologie et, partant, de la sociologie de la littérature, le tout dans le contexte d’une refonte générale des sciences humaines et sociales marquée par des périodes de forte polarisation des espaces intellectuels français et étrangers (Matonti, 2005; Heilbron, 2015). Comment s’est caractérisée la réception des travaux de Goldmann dans les études littéraires ? Quel rôle ont-ils joué dans les développements de la sociologie de la littérature ? Comment saisir les enjeux de la position intellectuelle et institutionnelle de Goldmann dans un moment de reconfiguration disciplinaire affectant particulièrement la sociologie et les études littéraires ? C’est ce type de questionnements que nous entendons mener.

Dans un deuxième temps, en partant de l’œuvre de Lucien Goldmann et de la méthodologie qu’il a pu proposer, il s’agira de rendre compte de nouvelles perspectives de recherche dans le domaine littéraire, peut-être insuffisamment exploitées. Voici, listés de manière non exhaustive, quelques sujets qui pourraient être abordés :

–        La notion de « vision du monde » dans les études littéraires, que l’on peut envisager comme l’expression d’une conscience collective ou comme le rapport entre l’individualité du sujet écrivain et la collectivité ;

–        Vision du monde, conscience collective et genre littéraire : existe-t-il des genres plus aptes que d’autres à exprimer cette vision du monde ? (On pourra par exemple réfléchir aux difficultés qu’a rencontré Goldmann en tentant de transposer une méthodologie de lecture des œuvres théâtrales à des œuvres romanesques dans Pour une sociologie du roman) ;

–        L’actualisation historique des types de médiations littéraires entre l’œuvre et la conscience collective (évolution possible du rôle de l’artiste-médian, particulièrement manifeste dans l’analyse que Goldmann fait du Nouveau Roman) ;

–        Peut-on penser une stylistique goldmanienne ? (On pourra notamment se rapporter à l’opposition entre Barthes et Goldmann, le premier optant pour une sémiotique toujours plus autonome, quand le second considère que l’étude des micro-structures doit toujours être rattachée à une « vision du monde ») ;

–        Dans cette même perspective, on pourra également réfléchir au lien entre forme et idéologie, c’est-à-dire à l’inscription d’une « effet-idéologie » par la « mise en scène stylistique d’appareils normatifs textuels incorporés à l’énoncé » (Hamon, 1984).


Les propositions de communications devront être envoyées le 15 novembre 2016 au plus tard, à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com, et comprendront entre 3000 et 6000 signes au total, biobibliographie comprise. Merci de préciser vos noms, prénoms, courriel et institutions de rattachement. Les participants seront notifiés le 22 novembre 2016 au plus tard.


Bibliographie indicative

Textes de Lucien Goldmann

– Sciences humaines et philosophie, Paris, PUF, 1952.

– Le Dieu caché : Étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris, Gallimard, 1955.

– Jean Racine, dramaturge, Paris, L’Arche, 1956.

Recherches dialectiques, Paris, Gallimard, 1959.

Pour une sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964.

– « Structuralisme, marxisme, existentialisme : un entretien avec Lucien Goldmann », L’Homme et la société, n°2, 1966, pp. 105-124.

– « La sociologie de la littérature : situation actuelle et problèmes de méthode », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 531-554.

– « Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature » [1964] in Sanguineti et al., 1967.

Structures mentales et création culturelle, Paris, Anthropos, 1970.

Marxisme et sciences humaines, Paris, Gallimard, 1970.

Situation de la critique racinienne, Paris, L’Arche, 1971.

La Création culturelle dans la société moderne, Paris, Denoël, Gonthier, 1971.

Bibliographie générale

– Angenot, M. Robin, R. « L’inscription du discours social dans le texte littéraire », Sociocriticism, I/1, 1985, pp. 53-82.

– Bourdieu, P., « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, nov. 1966, pp. 865-906.

– Bourdieu, P., Les Règles l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

– Cohen, M., The Wager of Lucien Goldmann: Tragedy, Dialectics and a hidden God, Princeton University Press, 1994.

– Cusset, F., French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2003.

– Duchet, C. (dir.), Sociocritique, Paris, Nathan, 1979.

– Lallemand, R et al., « Hommage à Lucien Goldmann », Revue de l’Institut de sociologie, n°3, 1973 [rééd. Éditions de l’ULB, 1975.]

– Ferrette, J. (dir.), Lucien Goldmann, Anamnèse, n°6, 2010.

– de Gandillac, M. Goldmann, L. Piaget, J. (dir.), Entretiens sur la notion de genèse et de structure, Paris, La Haye, Mouton et Cie, 1965.

– Glinoer, A., Le Littéraire et le social. Bibliographie générale (1904-2014), Paris, L’Harmattan, 2016.

– Goldmann, A. Löwy, M. Naïr (dir), Le Structuralisme génétique : l’œuvre et l’influence de Goldmann, Paris, Denoël-Gonthier, 1977.

– Hamon, P., Texte et idéologie. Valeurs, hiérarchies et évaluations dans l’œuvre littéraire, Paris, PUF, 1984.

– Heilbron, J., French Sociology, Ithaca, ornell University Press, 2015.

– Heyndels, R. « Étude du concept de « vision du monde » : sa portée en théorie de la littérature », L’Homme et la société, n°43-44,1977, pp. 133-140.

– Heyndels, R., « Le centre de sociologie de la littérature de l’Université de Bruxelles », Études littéraires, 21/2, 1988, pp. 121-129.

– Jurt, J., « L’apport de la théorie du champ aux études littéraire », in Pinto, Sapiro, Champagne (dir.), Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Fayard, 2004.

– Leenhardt, J., « La sociologie de la littérature : quelques étapes de son histoire », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 555-572.

– Leenhardt, J., « Racine : Psychanalyse et sociologie de la littérature », Études françaises, III/1, 1967, pp. 21-34

– Leenhardt, J., « Pour une esthétique sociologique : Essai de construction de l’esthétique de Lucien Goldmann », Revue d’esthétique, n° II, 1971, pp. 113-128.

– Leenhardt, J., « Lucien Goldmann et les fondements de la sociocritique », Dossiers français, n° 1, 1975-1976, pp. 44-49.

– Leenhardt, J., Lecture politique du roman : La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

– Macherey, P., Pour une théorie de la production littéraire, [1966], Paris, ENS Éditions, 2014.

– Matonti, F., Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique, Paris, La Découverte, 2005.

– Meizoz, J., L’œil sociologue et la littérature, Genève/Paris, Slatkine Érudition, 2004.

– Naïr, S. Löwy, M. Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, Paris, Seghers, 1973.

– Sanguineti et al., Littérature et société :  Problèmes de méthodologie en sociologie de la littérature, Bruxelles, Éditions de l’Institut de Sociologie, 1967.

– Sapiro, G., « Pour une approche sociologique des relations entre littérature et engagement », COnTEXTES, 2007/2.

– Sapiro, G., La Sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, 2014.

– Tarrab, G., « La sociologie du théâtre et de la littérature d’après Lucien Goldmann », Sociologie et sociétés, 3/1, 1971, pp. 15-24.

– Van Nuijs, L., « La sociologie de la littérature selon Escarpit. Structure, évolution et ambiguïtés d’un programme de recherche », Poétique, 2007/1, n°49, pp. 107-127.

– Zima, P., Goldmann, Paris, Éditions Universitaires, 1973.

AAC ST3: « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées? », Section thématique HiSoPo, Congrès de l’AFSP 2017, deadline: 15 octobre 2016

HiSoPo a le plaisir de vous annoncer la publication de l’appel à communications de la section thématique « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées politiques? »(ST3) dans le cadre du prochain Congrès de l’Association française de science politique (AFSP) qui aura lieu à Montpellier les 10-12 juillet 2017. Cette section thématique est co-organisée par Mathieu Hauchecorne et Isabelle Gouarné dans le cadre du groupe de projet HiSoPo. Vous trouverez l’appel à communications ci-joint: aac_st3

Les propositions de communication (une demi-page à une page) doivent être envoyées le 15 octobre au plus tard aux adresses suivantes : isabelle_gouarne@hotmail.com ; mhauchecorne@univ-paris8.fr N’hésitez pas à soumettre une proposition de communication et à diffuser l’information dans vos réseaux.

Journées d’étude « De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques, comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ? », Nanterre, Université Paris 10, 10-11 octobre 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation des journées d’étude « De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques, comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ? » Co-organisées par la Société d’ethnologie française et le Sophiapol, ces journées se dérouleront à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, les lundi 10 octobre et mardi 11 octobre dans la salle des conférences (rez-de-chaussée, à gauche en entrant) de la maison Max Weber. Ces journées d’étude peuvent intéresser l’histoire sociale des idées politiques en fournissant des réflexions précieuses sur le croisement des méthodes qualitatives de type ethnographique et des méthodes quantitatives. Vous en trouverez le programme complet ici : https://sophiapol.hypotheses.org/19827 L’entrée est libre et gratuite.

Journée d’étude « La cartographie des controverses : une méthode originale pour l’analyse numérique du débat publique », Lyon, IXXI/Centre Blaise Pascal, 26 septembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue d’une journée d’études « La cartographie des controverses : une méthode originale pour l’analyse numérique du débat publique » organisée par l’IXXI à l’ENS de Lyon (Centre Blaise Pascal) le lundi 26 septembre 2016. Développée dans la tradition des Sciences and Technology Studies et des Digital Methods, la cartographie des controverses propose une boîte à outils pour l’exploration et la visualisation des discussions sur la science et la technologie. L’étude des controverses comme l’analyse numérique des débats constituent des méthodes dont on sait d’ores et déjà l’utilité pour l’histoire sociale des idées politiques. Leur croisement ne peut par conséquent qu’intéresser certains nous.


PROGRAMME

Le matin, Tommaso Venturini (King’s college, anciennement au médialab de Sciences Po) présentera son HdR, et l’après-midi une rencontre avec des acteurs majeurs du domaine vous permettra de connaître les travaux en cours, à l’interface entre informatique, sciences de l’information, sociologie, droit…

Séance matin : 10h30-13h

Discussion du mémoire d’HDR de Tommaso Venturini (King’s College London) « Controversy Mapping, a Travel Companion »

Séance après-midi: 14h30 à 17h

Conférence sur la cartographie des controverses avec Richard Rogers (Université d’Amsterdam) ; Didier Bigo (King’s College London) ; Dominique Pestre (EHESS) ; Eric Fleury (INRIA) ; Dominique Vinck (Université de Lausanne) ; Vincenzo Zeno-Zencovich (Università di Roma Tre) ; Pablo Jensen (CNRS)


La journée d’études aura lieu au Centre Blaise Pascal (46 allée d’Italie, Lyon 7eme) Bâtiment M6, salle de conférences, rez-de-chaussée.

Intensive one-week course : « Discourse Theory and Analysis », 20th Swiss Summer School in Social Science Methods, Lugano, 22-26 August 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation d’une formation en analyse de discours organisée dans le cadre de la 20ème Swiss Summer School in Social Science Methods et qui aura lieu à Lugano du 22 au 26 août 2016.


Workshop contents and objectives

The aim of this workshop is to explore the practical application of discourse theory to the analysis of textual data. There are many different versions of discourse analysis; this course focuses specifically on types of discourse analysis which are part of the wider family of interpretative methodologies, and which emphasise the links between language and power. Interpretative methodologies are grounded in a social constructionist perspective on social life, reminding social scientists of the constructed nature of the social ‘facts’ that are studied. Against this backdrop, discourse analysis helps researchers to explore topics such as: the constructions of meanings and identities through which individuals, groups, or organisations make sense of their everyday lives and interactions, and reproduce or challenge their social, organisational and political environments; the meanings and identities produced within policy frames, political activism, bodily practices, interactions with health or welfare professionals, or legal processes; the mechanisms of social exclusion or inclusion within media debates or internet blogs; the discursive reproduction or transformation of social norms around gender, sexuality, disability, migration, racialized identities, ‘old age’ or ‘youth’, etc.

More precisely, the workshop will (1) examine key interpretative methodologies such as interactionnism, ethnomethodology and hermeneutics, and examine how these perspectives translate into concrete research questions and frameworks for ‘doing’ discourse analysis and (2) explore the application of practical techniques of discourse analysis, focusing especially on textual materials (which can include media or internet materials, archival texts, personal diaries, policy and legal texts, organisational and management documents, activist discourses, scientific discourses, or interview transcripts).

Although the lectures, exercises and readings will also address wider methodological issues such as researcher reflexivity and validity concerns, the main emphasis of the workshop is on practical applications of discourse theory and analysis through daily exercises in class. Participants are welcome to bring their own data to the Summer School if they wish to do so, and will have a chance to discuss and work on their own data or their research project more generally in individual tutorials during the week. The working language of this workshop is English (but if your own data are in French, German, Dutch, Portuguese, Spanish or English I can read these directly in the original so do bring some).

Instructor: Prof. Véronique Mottier

Véronique Mottier is Professor in Sociology at the University of Lausanne, and Director of Studies and Fellow in Social and Political Sciences at Jesus College, Cambridge. She holds a Ph.D in sociology from the University of Cambridge, and BA and MA degrees in sociology and political science from the University of Geneva. She has taught discourse analysis, social theory, and qualitative methodology at many institutions, including the Essex Summer School in Social Science Data Analysis and Collection, the European University Institute in Florence, GIGA/Hamburg, and the Universities of Geneva and Cambridge. Her research interests include interpretative methodologies; Foucauldian discourse & narrative analysis; politics of sexuality and gender; modernity, ‘race’, and identity politics. She has published widely in these areas, and is currently writing a book on the history of French social theory for Harvard University Press.

The teaching assistant for this course is Dr. James Clackson, who is a Reader in Comparative Philology at the University of Cambridge and an expert in socio-linguistics and the linguistic analysis of texts.

Basic background reading

Denzin, N. & Y. Lincoln (Eds.)(2011) Handbook of Qualitative Research, 4th. edition. London: Sage.

Wetherell, M., Taylor, S. & S. J. Yates (Eds.)(2001). Discourse as Data. A Guide For Analysis. London: Sage.

Prerequisites

No particular prerequisites are needed for this course, but you will be sent several preparatory texts to read six weeks before the summer school starts.


Pour les informations pratiques et le dépôt de candidature pour y participer, veuillez vous rendre sur la page dédiée à l’événement.

 

Formation: École thématique CNRS « Méthodes Informatiques et Statistiques en Analyse de Textes », Besançon, 19-24 juin 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation de la 4ème session de l’École thématique du CNRS en « Méthodes Informatiques et Statistiques en Analyse de Textes » qui aura lieu du 19 au 24 juin 2016. Cette session se tiendra près de Besançon. Cette formation est ouverte aux jeunes chercheur-e-s, aux doctorant-e-s avancé-e-s, aux ingénieur-e-s, aux chercheur-e-s et enseignant-e-s-chercheur-e-s confirmé-e-s, désireux-ses dans le cadre de leurs activités d’acquérir ou renforcer leurs connaissances et leurs compétences dans les matières indiquées. La formation sera aussi bien théorique que pratique.

Les participant-e-s peuvent être personnels CNRS (auquel cas ils-elles doivent s’inscrire sous couvert de leur unité de rattachement), universitaires (auto-financé-e-s ou financé-e-s par leur laboratoire), du secteur privé. Les participant-e-s peuvent exercer en France ou à l’étranger. Les enseignements se font en français. Les candidatures seront examinées par un Comité de Sélection agréé par le CNRS. En raison des nombreux ateliers pratiques inclus dans le programme, le nombre de stagiaires ne pourra pas excéder la vingtaine.

Les conditions de participation spécifiques à la session 2016 sont disponibles sur le site de l’École, http://mshe.univ-fcomte.fr/misat , où peuvent d’ores et déjà être consultées les informations des sessions antérieures (programmes, listes de formateurs, conditions, calendriers – ces éléments étant passibles de changements).

L’ouverture des inscriptions à la candidature est le 15 Février. L’ordre d’arrivée des dossiers avant la date de clôture ne sera pas prise en compte. Les critères les plus déterminants seront la motivation de la demande et son adéquation au programme de l’École.

Pour tout renseignement, veuillez contacter le comité d’organisation à l’adresse suivante : <misat2016@mshe.univ-fcomte.fr >

AAC « Key Concepts in Times of Crisis », 19th International Conference on Conceptual History, Danemark, Aarhus University, 14-16 septembre 2016

HiSoPo relaie cet appel à communications pour la 19 conférence internationale sur l’Histoire conceptuelle qui ne manquera pas d’intéresser certains d’entre nous.

CALL FOR PAPERS

The 19th International Conference on Conceptual History will be held at Aarhus University, Denmark September 14-16, 2016

 

Key Concepts in Times of Crisis

The general theme and title of the conference will be “key concepts in times of crisis”. The study of historical change through the formation of key concepts is at the core of conceptual history. Concepts can acquire the status as central within the political and social vocabulary through long historical processes. The modern concept of democracy emerged with the French revolution of 1789 and became central to ideologies and political languages in the latter part of the 19th century. The concept of crisis took shape in the 18th century and became central to the understanding of politics and economy in the 19th century. The study of changes through the emergence of key concepts is underpinned by a sophisticated theory of historical time and temporality. On one hand, concepts are layered in time. They carry with them older meanings that can be activated in the present. This explains why the present can be viewed as a noncontemporaneity of the contemporaneous. On the other hand, humans always act in accordance with a horizon of expectation. Conceptual history investigates how the possible futures orientating human action are conceptualized. The increasing uncertainty that characterizes modern societies has led to flow of temporal concepts which tries to conceptually master the future. The emergence of modern societies was followed by a range of concepts that were meant to conceptualize future directions such as progress, civilization, history in the singular, and revolution. While these concepts carried with them counter-concepts (decline, decay, and fall) that could indicate the possible risks societies would run into on their way to the future.  The grand narratives formed by the political ideologies of the 19th and 20th century were to a large degree capable of mastering the political imaginations. This is hardly the case anymore. Changes in the mechanisms of politics, new technologies and the ever-increasing globalization of human life have certainly changed the horizons of expectations and made the future more open and more risky. The conference will engage with the ways in which this more radical openness is mirrored in political concepts of time.

Even if concepts develop over time and change gradually we can also notice that in more turbulent periods characterized by increasing societal challenges contestation of existing concepts increases, which is often followed by a growing conceptual innovation. When more people move across the world due to catastrophes, poverty or instability, concepts of social cohesion are challenged and new ones appear as for instance the concept of the multicultural society or old ones such as the nation are revitalised. When climate change becomes more pressing in international political debates sustainability turns into a political key concept. When warfare changes with non-state combatants acting in new ways, terrorism becomes a key concept in international politics. At the 2016 conference we will study how new key concepts are coined and transmitted globally in situations where existing frameworks are severely challenged.

The organizers welcome proposals for panels or papers that look at conceptual change in situations of growing risks, crisis or even catastrophe and focus on the semantic and social changes which lead to conceptual innovation. Proposals could address different forms of crises such as for instance

  • The political crisis caused by feelings of deficit, instability or injustice
  •  The economic and financial crises leading to the erosion of social cohesion
  • The crisis of insecurity linked to the lack of international order
  • The crisis of identity within multicultural societies
  • The crisis of survival related to climate change.

We also invite proposals that discuss the history of temporal concepts and more broadly the understanding of temporality within conceptual history

Proposals for individual papers should be no longer than 400 words, and proposals for panels should not exceed 800 words. Short CVs of the speakers should be added (name, institutional affiliations, major publications – not more than five). Panels at the conference will last two hours. There should be no more than four paper givers (or three paper givers and a commentator) per panel.

Please send your proposals to conceptualhistory@cas.au.dk.

The deadline for sending in proposals is the 31st May 2016

Authors will be notified of paper acceptance or non-acceptance at latest the 15th of June.

Journée d’études « Au nom de l’intérêt général », ENS de Lyon, Lyon, 24 mars 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation d’une journée d’étude intitulée « Au nom de l’intérêt général » organisée par Martine Kaluszynski et Chloé Gaboriaux et qui se tiendra à l’ENS de Lyon (site Buisson) le 24 mars prochain.

Texte de présentation

Pourquoi s’engage-t-on ? Pour répondre à cette question désormais classique, les acteurs sont aussi souvent portés à invoquer l’intérêt général que les chercheurs en sciences sociales à déconstruire une telle prétention, qui obscurcit plus qu’elle n’éclaire les véritables ressorts de l’action politique. Pourtant, si l’on considère l’intérêt général non plus comme un ensemble de finalités définies a priori, mais comme un mode de légitimation revendiqué par des individus ou des groupes, la notion peut constituer une entrée stimulante pour mieux comprendre certains modes de politisation et de participation, qui se déploient ou plutôt prétendent se déployer en marge des clivages politiques traditionnels comme à distance des rapports de force entre groupes d’intérêts.

Tel est l’objectif de cette journée d’étude : partir d’une analyse des justifications de ces acteurs qui affirment s’engager au nom de l’intérêt général pour étudier le rapport au politique qu’elles sous-tendent comme les effets qu’elles produisent sur le champ politique. Il s’agit en effet de penser une action que nous pouvons définir comme politique – parce que collective et visant explicitement la transformation de la société – mais qui se déploie en dehors des mandats et des motivations explicitement politiques sans pour autant rejeter la collaboration avec les institutions étatiques (ce qui la distingue également des projets et expériences autogestionnaires).

A cet égard, le questionnement portera sur des parcours individuels – des réformateurs de la fin du XIXe siècle aux carrières militantes contemporaines – comme sur les stratégies des groupes, y compris ceux qui, par définition, défendent des intérêts particuliers (syndicats, organisations patronales, lobbies, etc.) : pourquoi adoptent-ils à un moment donné le langage de l’intérêt général ? Dans quelle perspective ? Et avec quelles implications pour leur engagement comme pour les luttes dans lesquelles ils sont engagés ?

On s’interrogera notamment sur le sens de cet engagement au nom de l’intérêt général et sur son rapport à la politique traditionnelle : en quoi est-il politique, de quelle manière, sous quelles conditions ? Comment se dit-il, se justifie-t-il et dès lors quel type de « politique » est alors mis en œuvre ? Qu’est-ce que cette « politique apolitique » de l’intérêt général ? Ces registres d’action ne sont-ils pas à voir comme un moment d’apprentissage de la culture politique et de l’action politique, au-delà des mandats et de la nature des régimes politiques ?

De même, le rapport à l’État constituera une piste intéressante, en particulier dans les sociétés où l’État tend à s’arroger le monopole de la définition de l’intérêt général : y a-t-il ici volonté de contestation, de complémentarité, de substitution voire d’opportunité par rapport à l’État et ses modes d’organisation politique ? Quels sont les enjeux de ces luttes de définition pour dire l’intérêt général en lien ou en concurrence avec l’État ?

Pour plus de détails, vous trouverez ci-joint le programme de la journée (ProgrammeJE240316-1).

AAC: « Materialist Discourse Analysis Methodological entanglements », interdisciplinary workshop, University of Warwick, July 7-8, 2016

HiSoPo vous informe de l’appel à communications pour un workshop intitulé « Materialist Discourse Analysis Methodological entanglements » qui aura lie u à l’Université de Warwick les 7-8 juillet 2016.

Call for Papers and Contributions

Materialist_Discourse_Analysis
Methodological entanglements

Interdisciplinary workshop and publication project

University of Warwick (UK), July 07-08, 2016

Deadline for applications: January 18, 2016

In this workshop, we seek to explore how a decidedly materialist approach to discourse can be put into practice. Bringing together contributions from a range of disciplines, we will think through the methodological implications materialism has for Discourse Studies, and vice versa.From the beginning, discourse analysis (in the broadest sense of the term, as an approach at the intersections of language, politics, and society) and materialism have been intimately connected. Constituting a relationship of varying intensity and visibility, this entanglement is for example present in Marxist critique of ideology, materialist semiotics, Russian formalism, Critical Theory, Psychoanalysis, or ‘French’ structural Marxism and discourse analysis. This highly diverse field continues to provide different strands of discourse analysis with a complex, in many ways even contradictory notions of materialism, ranging from essentialist/substantialist, over dialectical, to post-representationalist ones. The issue is further complicated by the construction of alleged incompatibilities (for example between ‘materialism’ and ‘post-structuralism’) and a battery of dichotomies (materiality/discourse, discourse/reality, language/materiality, language/reality, etc.), which constitute a prominent focus of theoretical debates. Especially with the emergence of New Materialism, material semiotics, or material culture studies and a renewed interest in the materiality of discursive, social, and political realities, what exactly ‘materialism’ denotes has become the subject of intense debate in the social sciences and humanities again.

Particularly the methodological consequences to be drawn from a decidedly materialist perspective on discourse remain rather opaque, and are rarely explored systematically. Therefore, the workshop will constitute a space to discuss practical implementations of discourse analysis as a materialist method.

We invite proposals that
●    explore this issue against the background of concrete examples from a broad range of subject areas
●    and in relation to a range of different theoretical frameworks, which are animated by a critical and/or interventionist impetus
Contributions could address (but are not limited to) the following aspects:

●    What qualifies a discourse analytical method as materialist?
●    The methodological and epistemological implications materialisms have for discourse analytical methods
●    Analysing the materiality of discourse, and the discourse on materiality
●    Materialist approaches to the study of subjectivation and ideology
●    Materialist methodologies within praxeological and pragmatic approaches to discourse
●    Post-representationalist and -foundationalist methods of discourse analysis
●    Trajectories of materialism in discourse-analytical methods and the historical relation between materialism and discourse analysis
●    De-colonial and non-western methods of materialist discourse analysis
●    Feminist-materialist methodologies and epistemologies
●    Discourse-analytical methods that rework prominent Marxist categories, such as class(,) struggle, production, reproduction, accumulation, or crisis

We look forward to submissions that reflect on the implications of the chosen aspect(s) for their own research and/or political practice. Contributions from researchers or collectives without formal academic affiliation are explicitly welcome. A small quantity of travel grants is available for participants without access to institutional funding. Please mention your requirements alongside your application, we will then get in touch and discuss possibilities.

The goal of the workshop is to work towards an edited volume that takes stock and explores materialist methodologies in the field of Discourse Studies. Papers for publication will be selected on the basis of the participants’ submission and the discussion at the workshop.

Please submit your abstract (of no more than 400 words) and a short bio by January 18, 2016 to

materialistdiscourse@warwick.ac.uk

Papers (of no more than 5000 words) should be submitted 10 days before the workshop. Please note that it is crucial to adhere to this deadline in order to be considered for the publication.

English is recommended but French and German are admitted.

Atelier méthodologique analyse textuelle, Tours, 27-28 mai 2015

La Maison des Sciences de l’Homme Val de Loire, l’UMR CITERES et l’Association des Doctorants en SHS de Tours (ADSHS) ont organisé à Tours un atelier méthodologique les 27 et 28 mai 2015 sur le thème « Analyse de discours, analyse de contenu, quels enjeux, quels outils ? ou comment s’y retrouver dans les techniques qualitatives informatisées en SHS ». Vous trouverez ici le programme de ces deux journées de formation très intéressantes en pièce jointe (Atelier_méthodologique_Tours_programme_2015_05) ainsi que le lien vers la page web de l’événement sur le site de la MSH Val de Loire. Ce type de formations méthodologique s’avère précieux car il peut contribuer à l’opérationnalisation de l’histoire sociale des idées politiques en fournissant outils et méthodes de collecte, de structuration et d’analyse des données empiriques.

Séminaire « Méthode d’étude de textes » (EHESS) 2014-2015

Programme et argumentaire

Atelier de méthode d’étude de textes

 

EHESS-CESPRA – 2014-2015

 

Organisateurs : Benjamin Brice (benjamin.brice@gmail.com) et Marie-Hélène Wirth (wirth.mh@gmail.com)

Calendrier des séances

Chaque séance sera articulée autour d’une question précise de méthode avec un intervenant qui la traitera à partir d’un cas d’étude (que ce soit un auteur, un thème ou un corpus de texte). La démarche de ce séminaire est explicitée ci-dessous. Les séances seront animées par les organisateurs et un discutant.

Les séances ont généralement lieu le 2ème jeudi du mois de 13h à 15h.

27 novembre 2014 – Introduction sur les enjeux du séminaire
Benjamin Brice (EHESS, IEP de Lyon). « Comment étudier des textes ? Éléments de méthode en-deçà des traditions interprétatives ».
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 décembre 2014 – Analyse de discours [Attention séance exceptionnellement le vendredi].
Marie-Hélène Wirth (EHESS). « Une recherche liée à l’analyse du discours : les débats du Conseil constitutionnel – enjeux, pièges, méthode ».
Discutant : Clément Viktorovitch (Sciences Po Paris).
Salle 5 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

08 janvier 2015 – Contexte de réception des textes
Mathieu Hauchecorne (Paris 8). La réception française de John Rawls.
Discutant : Jean-Louis Fabiani (EHESS).
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 février 2015 – Conflits d’interprétation sur un auteur
Sophie Marcotte Chénard (EHESS). Strauss, Skinner et Lefort interprètes de Machiavel.
Discutant : Danilo Scholz (EHESS).
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 mars 2015 – Textes appartenant à une autre aire culturelle
Crystal Cordell Paris (EHESS, Sciences Po Menton). Étudier Aristote.
Discutant : Adrien Louis.
Salle 3 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

9 avril 2015 – Étude d’un concept à travers des textes
Benjamin Boudou (Sciences Po Paris). La notion d’hospitalité.
Discutants : Olivier Remaud (EHESS) et Stefan Willer (Humboldt-Universität).
Salle 3 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

07 mai 2015 – Actualité politique d’un auteur
Hugo Drochon (Cambridge University). L’actualité politique de Nietzsche à l’épreuve de l’École de Cambridge.
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

21 mai 2015 – Le travail sur les manuscrits
Christophe Litwin (Princeton University). Jean-Jacques Rousseau et les affaires de Corse.
Salle 8, 13h-15h.

11 juin 2015 – Enjeux de la traduction des textes
Romain Descendre (ENS Lyon, Triangle). De la raison d’État de Botero.
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

Argumentaire du séminaire

Depuis maintenant plus d’un siècle, les sciences humaines et sociales ont beaucoup progressé grâce au développement et au raffinement de leurs méthodes d’enquête. L’étudiant et le chercheur disposent donc aujourd’hui de nombreux ouvrages méthodologiques pour réfléchir à la manière d’élaborer un questionnaire, de préparer des entretiens semi-directifs, de réaliser des observations participantes, d’analyser des séries statistiques, de comparer différents objets d’étude, etc., mais aussi pour considérer comment traiter ces données en fonction d’une problématique scientifique spécifique. Certes, les protocoles de recherche ne sont pas figés, puisque certaines méthodes nouvelles sont parfois introduites, que d’autres se trouvent améliorées ou contestées, et que d’autres encore finissent par être abandonnées ; il demeure que l’enquêteur est guidé dès le départ et dispose de toute une gamme d’instruments qui s’adaptent à ses préoccupations théoriques. Cependant, on peine à trouver facilement de semblables instruments pour la démarche scientifique consistant à étudier des textes. Malgré l’ancienneté de cette pratique – à moins que ce ne soit à cause d’elle – les choses se passent trop souvent comme si l’étude de textes allait de soi et ne faisait pas l’objet de questionnements de méthode, ou comme si cette étude sortait du champ scientifique au prétexte qu’il existerait autant de lectures possibles que de lecteurs.

Cette lacune relative a généralement tendance à faire apparaître les champs disciplinaires reposant principalement sur la lecture de textes, tels que la philosophie politique, la théorie politique ou l’histoire des idées, comme moins rigoureux du point de vue de la méthode que ceux qui s’appuient plus volontiers sur la collecte de données ou la réalisation d’entretiens. Comme un travail de terrain tient sa scientificité de sa « falsifiabilité », on nie bien souvent à l’étude de texte toute capacité de remise en question puisque chaque lecteur pourrait indéfiniment défendre sa propre interprétation. Ainsi, les critères de scientificité des sciences humaines et sociales ne seraient pas opérants pour l’étude de textes. Or, il nous semble qu’une telle conclusion ne fait pas justice à cette démarche de recherche. Étudier sérieusement un texte demande des précautions particulières pour ne pas reposer sur des choix arbitraires ; éviter les contresens et les anachronismes, repérer les enjeux et déceler les problèmes, comprendre les controverses et analyser les intentions, mettre en contexte et faire dialoguer les auteurs, sont autant d’aptitudes qui réclament de la part de l’enquêteur un véritable savoir-faire.

Certes, des propositions méthodologiques concernant l’étude de textes existent effectivement dans le champ académique, mais il s’agit surtout de corps de doctrines structurées en différentes « écoles », qui s’opposent les unes aux autres en fonction de divers partis-pris ontologiques et épistémologiques (par exemple la célèbre « École » de Cambridge). Ainsi, le chercheur paraît souvent confronté à une alternative quelque peu déstabilisante : s’inscrire dans un courant particulier, qui dépendra fréquemment de la tradition de son pays, de l’orientation de son université, voire de la position de son directeur de thèse, et combattre les positions adverses, ou bien refuser d’appartenir à une quelconque « école » méthodologique, ce qui lui évitera généralement d’avoir à traiter des questions de méthode. Voilà qui semble limiter toute discussion générale sur les éléments méthodologiques qui pourraient servir directement les chercheurs, à moins de se borner à rappeler les multiples perspectives qui s’affrontent.

Les oppositions tranchées, autour desquelles se structurent les diverses approches en étude de textes, tendent à figer les différentes positions et à exacerber les polémiques : lecture interne contre lecture externe, contexte intellectuel et linguistique contre recherche des grandes questions, histoire sociale des idées contre histoire des idées, attention aux grands auteurs contre contestation du canon, etc. L’existence de telles dichotomies conduit couramment à alimenter les antagonismes théoriques, alors que les diverses pratiques de lecture se révèlent généralement beaucoup plus proches les unes des autres qu’on ne pourrait le penser. Ce sont donc à ces expériences pratiques, à ces premiers éléments de méthode, que ce séminaire de recherche souhaite donner la parole.

Ainsi, à travers des expériences singulières de recherche, il s’agira de se situer en-deçà des oppositions consacrées, afin de voir s’il est possible de formuler des préceptes pratiques pour le chercheur qui se confronte à des textes, en dehors de tout parti-pris de méthode. L’objectif de ce séminaire est donc, à partir de situations d’enquête différentes, de fournir une sorte de boîte à outils pour l’étude de textes, c’est-à-dire de préciser les principaux écueils de cet exercice, de recenser les garde-fous méthodologiques, de rappeler les questionnements inhérents à ce type de recherche et de spécifier les savoir-faire à acquérir pour tirer le meilleur parti du matériau utilisé. Ce séminaire entend donc faire droit aux multiples instruments des différentes méthodes sans a priori, et tenter de situer la pertinence de chacune d’entre elles selon les objectifs fixés par le projet de recherche qu’elles sous-tendent. Sans nier évidemment la pertinence de débats de méthode plus poussés, ce séminaire permettra, dans la mesure du possible, d’élaborer un socle de recommandations et de mises en garde qui puisse directement servir à tous ceux que leurs questions de recherche invitent à étudier des textes d’origines, d’époques et de types divers.

Les séances de ce séminaire viseront à présenter des problèmes pratiques propres à l’étude de textes, tels que la notion d’anachronisme, la prise en compte du contexte historique et social, la manière de traiter différents types de textes, l’usage contemporain de penseurs du passé, la question de la « charité » vis-à-vis de l’auteur, la marge de manœuvre interprétative, l’importance des aspects philologiques et éditoriaux, etc., et à les articuler à l’expérience de recherche d’un intervenant, afin de pouvoir observer, pour ainsi dire, une méthode en action.