Séance 7 : Histoire sociale des idées écologistes (7 avril 2017)

La septième séance du groupe HiSoPo pour l’année 2016-2017 intitulée « Histoire sociale des idées écologistes » aura lieu le 7 avril 2017. L’événement sera l’occasion d’écouter l’intervention de:

Fabrice Flipo (MCF en philosophie, Université Paris Diderot/LCSP): « L’écologie politique, ni droite ni gauche ? »

Cette communication sera discutée par Bruno Villalba (PR de science politique, AgroParisTech/CERAPS).

La séance aura lieu le vendredi 7 avril 2017, entre 14h et 17h au 13 rue de l’Université 75007 Paris, en Salle du Conseil.

Avis de parution: Pierre sauvêtre, Foucault, Paris, Ellipses, coll. « Pas à pas », 2017

HiSoPo vous informe de la parution de Foucault par Pierre Sauvêtre aux éditions Ellipses dans la collection « Pas à pas ». Il s’agit d’une introduction générale à Foucault qui pourrait intéresser certains collègues et étudiants.


Présentation

Michel Foucault est encensé pour avoir amené la philosophie hors de ses sentiers battus, dans les mondes interlopes de la folie, du crime et de la sexualité ; il est célébré pour avoir abordé la diversité des concepts du savoir, du pouvoir et du sujet sans avoir cherché à construire un système philosophique ; il est magnifié pour avoir fourni une  » boîte à outils  » dont on pourrait se servir à l’envi pour dynamiter toutes les évidences.
Mais derrière cette apparence de curiosité disparate se cache une constance philosophique qui vise à donner une image foncièrement nouvelle de ce que c’est que connaître en Occident : à quelles contraintes historiques la formation de nos savoirs a-t-elle été liée ? De quels formidables asservissements au pouvoir l’accumulation de savoir se paye-t-elle ? De quelles possibilités de transfiguration de notre être même de sujet le savoir peut-il s’accompagner ?
C’est cette perspective d’un matérialisme du savoir qu’aborde ce livre d’introduction qui propose une lecture approfondie des principaux ouvrages de Foucault : L’Histoire de la folie, Les Mots et les Choses, Surveiller et Punir et les trois volumes de l’Histoire de la sexualité. L’enquête philosophique sur la matérialité du savoir se découvre dans l’unité du concept d’expérience à travers trois axes : les conditions de formation de l’expérience, son processus de constitution et les transformations qui lui sont inhérentes.
En nous faisant prendre part à cette expérience, Foucault invente l’attitude expérimentale en philosophie qui nous convie à une tâche insoupçonnée : nous mettre à distance de ce que nous sommes pour devenir un autre nous-mêmes.


Vous trouverez plus de détails – notamment la table des matières et des extraits – sur le site de l’éditeur: http://www.editions-ellipses.fr/product_info.php?manufacturers_id=349&products_id=11402

Avis de soutenance: Bastien Amiel, « La tentation partisane. Le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire… », Université Paris Ouest Nanterre, 28 mars 2017

HiSoPo vous informe que Bastien Amiel soutiendra sa thèse le mardi 28 mars, à 9h15, à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Bâtiment F, salle 141. Elle sera suivie d’un pot.


LA TENTATION PARTISANE

Le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire : une entreprise politique en construction entre  » Libération  » et  » Guerre Froide « 

 

Sous la direction de Bernard Pudal, Professeur de science politique à l’université Paris Nanterre


JURY DE THÈSE

 

Monsieur Eric Agrikoliansky

Professeur de Science politique, Université Paris-Dauphine/P.S.L., I.R.I.S.S.O.

Monsieur Philippe Gottraux

Maître d’enseignement et de recherche en Sciences sociales et politiques, Institut d’études politiques, historiques et internationales de Lausanne, C.R.A.P.U.L.

Monsieur Rémi Lefebvre

Professeur de Science politique, Université Lille 2, C.E.R.A.P.S., Rapporteur

Madame Gisèle Sapiro

Directrice de recherche, C.N.R.S., Directrice d’études, Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, C.E.S.S.P.

Madame Anne Simonin

Directrice de recherche, C.N.R.S., C.E.S.P.R.A., rapporteure

RÉSUMÉ

En combinant une sociologie historique du politique et des rapports entre intellectuels et le champ politique, cette thèse revient sur la création et les quelques mois d’activité du Rassemblement Démocratique Révolutionnaire. Créé en février 1948 par des écrivains et journalistes, des parlementaires de la S.F.I.O. et des militants syndicalistes et politiques, le R.D.R. devait rassembler autour d’un discours de refus du positionnement en fonction de l’alternative entre les « blocs » atlantistes et soviétiques. Il s’agissait pour un certain nombre de ses membres exerçant une profession intellectuelle d’inventer une position au sein du champ politique.

A partir d’une biographie collective du groupe, complétée par une sociographie, ce travail met en évidence les particularités sociales de son recrutement et les positions qu’occupaient ses membres en 1948. La perméabilité entre les champs politiques et de production des biens symboliques permet d’expliquer la tentation partisane collective au principe de la création du Rassemblement.

L’étude précise de la mobilisation en train de se faire montre que les multiples tentatives d’institutionnalisation du groupe se heurtent finalement à l’impossible stabilisation d’un répertoire de l’action collective. Tout se passe comme si la mobilisation autour du R.D.R. n’était aboutit que pour ses membres intellectuels et qu’à défaut de constituer une entreprise politique légitime, ce parti avait surtout fonctionné comme un « intellectuel collectif ». La réinscription de l’engagement au sein du R.D.R. dans une histoire longue des rapports entre champ politique et de production des biens symboliques souligne comment la conjoncture spécifique allant de la libération du territoire au début de la « guerre froide » a rendu possible une telle tentative de subversion des frontières symboliques au sein du champ du pouvoir.

En renonçant à une analyse univoque du RDR comme un « échec », ce sont les enjeux liés à l’intervention politique des intellectuels que ce travail donne à voir.

 

Avis de parution: Bruno Ambroise et Bertrand Geay, Langage et Politique. L’efficacité du langage en question, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2017

HiSoPo vous informe de la parution d’un ouvrage sous la direction de Bruno Ambroise et Bertrand Geay : Langage et Politique. L’efficacité du langage en question, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, coll. « Paradoxa », 2017.

Langage et politique

Présentation

En politique tout particulièrement, parler, c’est déjà agir, ordonner la réalité, produire une vision du monde. Le domaine politique est aussi le théâtre d’échanges qui prennent, pour une large part, la forme de rapports de force. Ce faisant, le langage intéresse pour son efficacité propre, qui ne se réduit pas aux effets rhétoriques qu’il produit.
La politique offre ainsi un champ d’étude particulièrement stimulant à qui veut comprendre comment le langage peut se voir doté de cette efficacité particulière qui lui permet, selon le cas, de conforter l’état des choses ou de changer le monde.
S’inspirant en toile de fond des études séminales sur les actes de parole de J. L. Austin et des réflexions sur le pouvoir symbolique de P. Bourdieu, ce volume réunit des travaux pluridisciplinaires qui s’attachent à comprendre, dans leur diversité d’aspects, les effets que le langage peut avoir dans les rapport sociaux d’ordre politique.


Contributeurs: Bruno ambroise, Solange Chavel, Ross Charnock, Françoise Dufour, Bertrand Geay, Thierry Guilbert, Pierig Humeau, Frédéric Lebaron, Sophie Richardot, Denis Vernant, Laurent Willemez.


Vous trouverez plus d’informations sur le site de l’éditeur: http://www.septentrion.com/fr/livre/?GCOI=27574100952620

Colloque «  »La postérité de l’œuvre d’Émile Durkheim cent ans après », Bordeaux, Centre Émile Durkheim, 1-3 juin 2017

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque international « La postérité de l’œuvre d’Émile Durkheim cent ans après » qui se tiendra à Bordeaux les 1, 2 et 3 juin 2017, dans la ville qui accueillit les premiers cours de sociologie de Durkheim. Il est organisé dans le cadre de l’unité mixte de recherche qui doit son nom à ce Bordelais d’adoption (entre 1887 et 1902) pour marquer symboliquement sa dilection pour la méthode comparative : le Centre Émile-Durkheim (UMR 5116).

Colloque international

LA POSTÉRITÉ DE L’ŒUVRE DE DURKHEIM (1858-1917)

1917-2017 CENT ANS APRÈS
1er-3 juin 2017

 

 


PROGRAMME

Jeudi 1er juin

13h45 – 14h00 | Accueil des participants

14h00 – 14h30 | Allocutions de bienvenue

Présentation : Charles-Henry CUIN & Ronan HERVOUET

 14h30 – 18h30 | 1 – LES OBJETS CLASSIQUES

Modérateurs : Sandrine RUI & Antoine ROGER

François DUBET (Université de Bordeaux/EHESS): « Durkheim et les questions scolaires. Hier et aujourd’hui »

Laurent MUCCHIELLI (CNRS/LAMES): « La sociologie française du crime doit-elle quelque chose à Durkheim ? »

Michel LALLEMENT (CNAM): « De Durkheim à la sociologie du travail : distances et héritages »

Philippe STEINER  (Université Paris IV – Sorbonne), « Solidarité et institutions : deux apports fondamentaux de Durkheim à la sociologie économique »

Bruno KARSENTI (EHESS): « À propos de quoi les religions luttent-elles ? Un point de vue durkheimien »

Vendredi 2 juin

9h00 – 12h30 | 2 – MORALE, INTÉGRATION, RÉGULATION  

Modérateurs : Éric MACÉ & Caroline DUFY

Andrew ABBOTT (Université de Chicago): « La morale chez Durkheim : entre théorie et pratique »

Didier FASSIN (Institute for Advanced Study, Princeton, et EHESS): « Crime et châtiment, version Durkheim »

Florence WEBER (ENS Ulm): « Excès de contacts et défaut de régulation ? Les transformations des sociétés mondiales contemporaines »

Serge PAUGAM (CNRS/EHESS): « Durkheim et l’attachement aux groupes. Une théorie sociale inachevée »

14h30 – 18h00 | 3 – LE POLITIQUE

Modérateurs : Claire SCHIFF & Andy SMITH

Cynthia FLEURY (American University of Paris): « L’enseignement de Durkheim : les paradoxes de l’articulation individuation/socialisation comme base de la démocratie moderne »

Pierre BIRNBAUM (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne et IEP de Paris): « La question de l’État aujourd’hui »

Yves DELOYE (Sciences Po Bordeaux): « Penser la citoyenneté avec Durkheim : force et faiblesse d’une approche sociologique fondatrice »

Bertrand BADIE (IEP de Paris): « Durkheim et l’avènement d’une sociologie des relations internationales »

Samedi 3 juin

9h00 – 12h30 | 4 – LECTURES, RÉCEPTIONS ET CONTROVERSES

Modérateurs : Pascal RAGOUET & Cécile VIGOUR

Eva ILLOUZ (Université hébraïque de Jérusalem/EHESS): « De quoi l’Incertitude est-elle le nom ? »

Irène THÉRY (EHESS): « L’apport de Durkheim et des durkheimiens aux études de genre : un héritage à redécouvrir »

François CHAZEL (Université Paris IV – Sorbonne): « Les voies divergentes de la réception de Durkheim et de Weber : deux parcours contrastés de l’accession au statut de ‘classique’ »

Marcel FOURNIER (Université de Montréal): « Les études durkheimiennes aujourd’hui : thèmes et controverses »

13h00 | Fermeture du Colloque


Toutes les informations sur le colloque : https://durkheim17.sciencesconf.org/