Séance 6 : Analyse du discours et histoire des idées politiques (3 mars 2017)

La sixième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017 – intitulée Analyse du discours et histoire des idées politiques aura lieu le 3 mars 2017. La séance organisée en collaboration avec l’Institut des sciences sociales du politique/Université Paris Ouest Nanterre La Défense est l’occasion d’écouter deux interventions:

Marc Angenot (Professeur émérite, James McGill Professorship d’étude du discours social, McGill University/Montréal) : « Analyse du discours et théorie du discours social »

Sarah Al-Matary (MCF en littérature, Université Lumière Lyon 2/UMR 5317 IHRIM) : « Quels usages de la philologie pour une histoire des idées non dogmatique ? Une approche littéraire »

Les deux communications sont discutées par Arnault Skornicki (MCF en science politique, Nanterre/ISP) et Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle).

La séance a lieu le vendredi 3 mars 2017, de 14h à 17h à l’Université de Nanterre, Bâtiment W (Maison Max Weber), Salle de réunion de l’ISP (3ème étage).

JE « La traduction des textes politiques de Jean-Jacques Rousseau en Asie (mondes arabe et turc inclus) », Université Bordeaux Montaigne, 17 mars 2017

HiSoPo vous informe de la tenue d’une journée d’études internationale sur la traduction des textes politiques de Rousseau en Asie et dans les mondes arabe et turc, organisée par Eddy Dufourmont à l’Université Bordeaux Montaigne/SPH EA 4574 le 17 mars 2017. Vous en trouverez ci-dessous la présentation et le programme ainsi qu’en format PDF ici: Affiche_Rousseau_2017_03_17


La traduction des textes politiques de Jean-Jacques Rousseau en Asie (mondes arabe et turc inclus) : quelles réinventions pour quels enjeux ?

Université Bordeaux Montaigne, Salle des Actes
Domaine universitaire, Pessac – Arrêt Tram B Montaigne-Montesquieu


Organisateur : Eddy Dufourmont Université Bordeaux Montaigne/SPH EA 4574


PROGRAMME

Première séance : 9h-12h20

Chaque intervenant aura 30 minutes de temps de parole et 10 minutes pour des discussions

Modératrice : Mounira Chatti (Professeur, Université Bordeaux Montaigne, TELEM)

• 9h-9h15 : Accueil des participants
• 9h15-9h30 : Introduction (Eddy Dufourmont)
• 9h30-10h10 : Tanguy L’Aminot (chercheur honoraire, CNRS) : « Rousseau au Viet Nam, de l’époque coloniale à l’indépendance »
• 10h10-10h50 : Abdesselam Chedaddi (Professeur émérite, Université Mohammed V, Maroc) : « Réception et traduction de Rousseau dans le monde arabe »
• 10h50-11h : pause
• 11h-11h40 : Akkaya Rukiye Kia (Professeur, Université de Marmara, Turquie) : « L’introduction de la pensée de Jean-Jacques Rousseau dans l’empire ottoman (XIX-XX e siècles) II »
• 11h40-12h20 Ayse Yuva (Post-doctorante, Centre Marc Bloch, Berlin, Allemagne) : « Les traductions de Rousseau en Turquie à partir des années 1940 »
• Pause du repas de midi : 12h20-14h

Deuxième séance : 14h-16h

Modérateur : Tanguy L’Aminot

• 14h-14h40 : Céline Wang (Maître de conférences, Université Paris Diderot) : « Traduction et réinvention à travers les premières versions chinoises du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau »
• 14h40-15h20 : Eddy Dufourmont (Maître de conférences HDR, Université Bordeaux Montaigne) : « La traduction du Contrat social et des deux discours par Nakae Chômin (1847-1901) et ses élèves »
• 15h20-15h30 : pause
• 15h30-16h10 : Sakakura Yuji (Professeur, Université de Waseda, Japon) : « Les premières versions japonaises du Discours sur l’inégalité »
• 16h10-16h30 : Discussion et conclusion de la journée

CFP 5th Graduate Political Theory Conference, Sciences Po, deadline: March 3rd, 2017

The Fifth Sciences Po Graduate Political Theory Conference will be held on June 28-29, 2017. Each year the conference brings together young political theorists representing a variety of traditions and methods to discuss the work of one prominent author. This edition will focus on the work of Judith Butler (Maxine Elliott Professor, UC Berkeley), who will be our keynote speaker.

The objective of this conference is twofold. First, it aims to reflect upon the principles and modalities of Judith Butler’s arguments about sensitivity. Second, it aims to discern the potential consequences and applications of this notion of the subject’s sentivitiy to a range of political questions such as:

  • Political representation and collective action
  • Resistance, pacifism and critiques of power
  • Technique, transhumanism and anthropocentrism
  • War, violence and precarization of life
  • Gender and vulnerability

All contributions that are related to one these topics are encouraged, but we also welcome propositions connected to other fileds of interest.

The submission deadline for proposals is March 3rd, 2017. Only graduate students who have not defended their PhD are eligible. All proposals should be sent to sciencespotheorygrad@gmail.com.

More information on submission and selection modalities in attached file: AAC 5th Graduate Conference Sciences Po 2017 (FR) (french) or CFP 5th Graduate Conference Sciences Po 2017 (EN)

For further information on other activities and events organized by the Political Theory Program at Sciences Po, please visit this Facebook page.

CFP « Arendt and Critical Theory Today », 2nd Istanbul Critical Theory Conference, Oldenburg (Allemagne), 13-15 July 2017

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel a communication pour la deuxième Conférence de Théorie Critique a Istanbul, conférence qui aura lieu a Oldenburg en Allemagne à cause de la situation politique et académique dramatique en Turquie. Le thème de la première conférence a été « Adorno and Politics. » Cette année, la conférence porte sur la relation entre la pensée d’Hannah Arendt et la théorie critique de l’École de Francfort. Vous trouverez la présentation de l’événement ci-dessous ainsi qu’en format PDF ici: CFP_Arendt and Critical Theory


Arendt and Critical Theory Today

2nd Istanbul Critical Theory Conference

in Exile at the Carl von Ossietzky University, Oldenburg*
13-15 July 2017

 

Hannah Arendt’s political thought has been a source of controversy as much as it has inspired scholarly work in numerous directions. Some of the controversy is sparked by Arendt’s ambiguous relation to Frankfurt School thinkers. Her personal friendship with Walter Benjamin does not lead to an indiscriminate acceptance of Benjamin’s theses; her personal dislike of Theodor W. Adorno does not drive an unbridgeable gap between certain aspects of their theories. It would not be wrong to assume, with Margaret Canovan, that Arendt’s entire oeuvre springs from the urge to understand total domination, a feat that inevitably crosses her path with that of the first generation of Critical Theorists, although the latter refrained from using the term “totalitarian” to qualify both Nazism and Stalinism. Similarities and differences in Arendt’s and the first generation of Critical Theorists’ understanding of fascism are further reflected in their observations and research on authoritarianism and the banality of evil. Despite her polemic against Marx, Arendt insistently pursues Marxist topoi such as imperialism, revolution, and laboring society. And despite her fascination with the American Revolution, she is fiercely critical of the state as an administrative apparatus and of law as a pre-political instance that tends to supplant collective action. In short, Arendt’s uneasy relationship to Kant, Nietzsche, Marx, Freud and Heidegger hint at how some of her reflections might overlap with those of the Frankfurt School.

This conference aims to go beyond conventional approaches to Arendt’s political thought in view of extracting, from her unwritten dialogue with the Frankfurt School, the possibility of understanding the world we live in today. We therefore encourage creative appropriations of both Arendt and Critical Theory. Beyond scholastic exercises focusing on the particularities of each thinker, we hope to generate a debate on the significance of this encounter for grasping the “burden of our time.”

Taken as a canon, the Frankfurt School sets a blueprint for critique, but developments across the globe leave progressive circles, some of which have been influenced by the first generation of Frankfurt School writers, rather baffled. Something is perhaps rotten in the idea of law, as Walter Benjamin avows, with the category of identity, as Adorno criticises, but maybe also in the concepts of human rights and equality, as Arendt was prone to argue. Humanitarian ideals do not seem to resist the onslaught of nationalism, racism, mediocracy, and fear. A century after the collapse of Europe’s representative systems in the wake of World War I, authoritarianisms and fascisms are once again on the rise as surrogate revolutionary movements. Is this the dialectics of Enlightenment being played out anew? What do Arendt and Critical Theory have to offer in view of coming to terms with our predicament, as well as of ways to overcome it?

With these questions in mind, we invite a wide range of papers that combine or address aspects of Arendt’s political thought, themes developed by first and later  generations of the Frankfurt School, reflections on what is in store for us in the world we live in, and ideas on how social and political critique should be carried out today. This CFP additionally welcomes papers on critical receptions of Arendt and Critical Theory in political contexts other than the North.


Interested scholars are invited to address the following broad topics:

Law and violence

Fascism, Stalinism, Totalitarianism

Authoritarianism and the Banality of Evil

Exile and statelessness

Civil disobedience, revolt, revolution

Consumer society and culture industry

Selfhood, action and labor

Lying, deception, and manipulation

Theory and Practice of Critique


 Keynote Speakers:

Jay M. Bernstein (The New School for Social Research)

Zeynep Gambetti (Boğaziçi University Istanbul)

Lars Rensmann (University of Groningen)


The conference language will be English. We invite interested scholars at all career levels to send proposals (maximum 400 words) to: criticaltheoryistanbul@gmail.com. Deadline: 31 March 2017.


Organizing Chairs:

Philip Hogh (Carl von Ossietzky University, Oldenburg)

Zeynep  Gambetti, (Boğaziçi University Istanbul)

Volkan Cidam (Boğaziçi University, Istanbul)

Gaye İlhan-Demiryol (Bahçeşehir University, Istanbul)

Julia König (Goethe University, Frankfurt)


This conference is organized with support by the Hannah Arendt Center and the Adorno Research Center at Carl von Ossietzky University Oldenburg.


* Note: This conference is a follow-up to the first one on “Adorno and Politics” organized in Istanbul at Bogazici University in June 2016. Owing to the political atmosphere currently reigning in Turkey, we are obliged to displace it to Oldenburg, as a “critical theory conference in exile” of sorts

Annonce 3 contrats doctorats en théorie politique, Université Libre de Bruxelles,

HiSoPo vous informe de la publication d’un appel à candidatures pour trois bourses doctorales qui émane du Centre de Théorie Politique (CTP) de l’Université Libre de Bruxelles. Vous trouverez ci-joint le document en langue anglaise (Three Doctoral Scholarships 2017) et française (Trois_bourses_doctorales_2017).


TROIS BOURSES DOCTORALE 2017-2021


Le Centre de théorie politique de l’Université libre de Bruxelles offre, du 1 er octobre 2017 au 30 septembre 2021, trois bourses de doctorat dans le cadre du projet de recherche « Pourquoi Lefort compte ». Un résumé du projet se trouve ci-dessous. Le descriptif complet du projet peut être obtenu sur demande auprès de la secrétaire du Centre de théorie politique, Béatrice Vandenabeele
(bvdabeel@ulb.ac.be). Si nécessaire, des renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès de la porte-parole du projet, Justine Lacroix (jlacroix@ulb.ac.be).

Les candidats doivent être titulaires d’un master en science politique ou en philosophie (ou diplômes apparentés) à la date de début du contrat. Ils doivent faire parvenir avant le 1er juin 2017 au secrétariat du Centre de théorie politique (bvdabeel@ulb.ac.be) un curriculum complet (y compris les relevés de notes) et un projet de recherche doctoral de trois pages maximum. Ce projet de thèse doit impérativement s’inscrire dans au moins un des axes du projet de recherche « Pourquoi Lefort compte ». Les candidats retenus disposeront d’une bourse de 4 ans d’environ 1700 euros net/mois, d’un bureau partagé à l’ULB, d’un ordinateur et d’un budget pour leurs voyages et achats de livres. Ils doivent s’engager à résider à Bruxelles pour participer aux activités du Centre de théorie politique et devront assurer une charge d’enseignement (un séminaire de 24h/ an).


Pourquoi Lefort « compte »
Projet de recherche 2016-2021

Claude Lefort (1924-2010) peut être considéré comme un des principaux penseurs politiques de la fin du XXe siècle. Cependant, la littérature secondaire à son sujet demeure curieusement mince, notamment dans le monde non francophone. En dehors de quelques cercles, qui ont conscience du rôle « matriciel » de son œuvre, son triple apport à l’histoire des idées contemporaines, à la théorie de la démocratie et à la compréhension des enjeux actuels reste sous-estimé, voire ignoré. L’objectif de ce projet de recherche, qui combine histoire conceptuelle et théorie normative, est de pallier cette lacune. Ce projet n’a pas pour but de se livrer à une exégèse des écrits de Lefort ni de réaliser une biographie intellectuelle de ce dernier. Il s’agit plutôt de traiter l’œuvre de Lefort comme une « clé d’entrée » pour atteindre quatre objectifs.

Rendre compte de la complexité de l’histoire intellectuelle récente de la France

Deux dimensions se présentent ici. D’une part, l’apport conceptuel et historique de la pensée de Lefort a nourri un courant de pensée porté par l’exigence d’une démocratie dite « intégrale » ou « radicale », irréductible aux critiques libérales ou conservatrices du socialisme. D’autre part, la lecture proposée par Lefort lui-même d’un certain nombre d’auteurs du XIXe siècle permet une nouvelle compréhension de la pensée politique française dans son rapport à la Révolution.

Dessiner une forme de républicanisme soucieux d’une mise en forme du social

L’œuvre de Lefort, qui refuse de penser le lien de l’individuel et du social sur le mode d’une dichotomie et reste fidèle à l’idée machiavélienne de la positivité politique du conflit social, pourrait ouvrir la voie à une forme de républicanisme qui évite le rabattement du politique sur l’État-nation sans dénier pour autant le poids du social.

Penser l’articulation entre droits de l’homme et politique dans le monde contemporain

L’objet de ce volet de la recherche est de mettre à l’épreuve la capacité des réflexions de Lefort à fournir une pensée de la démocratie et des droits qui ne participe ni de l’utopie d’une auto-création du peuple dans son pouvoir constituant ni d’un libéralisme du marché dissociant les droits de l’autonomie politique.

Évaluer la pertinence du concept de totalitarisme pour analyser les enjeux actuels

Si la notion de totalitarisme reste aujourd’hui une arme rhétorique dans le débat public, que ce soit pour affirmer l’irréversibilité des acquis du libéralisme ou pour dénoncer la montée du terrorisme religieux, elle n’est pourtant plus guère interrogée par la théorie politique. Quelle est la pertinence des analyses élaborées par Lefort dans les années 1970 face au phénomène nazi puis soviétique pour appréhender les enjeux contemporains ?