Séance 5 : Conservatismes (21 février 2017)

La cinquième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée Conservatisme(s) aura lieu le 21 février 2017). Cette séance organisée en collaboration avec l’ULIP et The Centre for the Study of the History of Political Thought at Queen Mary est l’occasion d’écouter deux interventions:

Richard Bourke (Professor in the History of Political Thought, Centre for the Study of the History of Political Thought, Queen Mary – London) : « Edmund Burke and the Origins of Conservatism »

Gisèle Sapiro (Directrice de recherche au CNRS, Directrice d’études à l’EHESS : « Modèle d’écrivains réactionnaires, des années trente à nos jours »

Ces deux communications seront discutées par Jeremie Barthas (Chargé de recherche au CNRS/IRHIS).

La séance aura lieu de 9h30 à 12h30 à l’University of London Institute in Paris (ULIP) 11 rue de Constantine 75340 Paris Cedex 07 – M° Invalides), Room 101.

Annonce 3 post-docs en théorie politique, «  »Justitia Amplificata: Rethinking Justice _ Applied and Global », Francfort, Closing date: March 1st 2017

HiSoPo vous informe de la publication de trois offres de post-doctorats en théorie politique/philosophie politique à Francfort dans le cadre d’un projet DFG sur la justice. Vous trouverez ci-dessous l’annonce publiée.

University of Frankfurt /Free University of Berlin _ Centre for Advanced Studies « Justitia Amplificata: Rethinking Justice _ Applied and Global »

Closing date is March 1, 2017.

Duration and Starting Date: 12 Months, starting on either September 1 st or October 1 st 2017, according to the fellows’ convenience.

The Centre for Advanced Studies « Justitia Amplificata: Rethinking Justice _ Appplied and Global », funded by the German Research Council (Deutsche Forschungsgemeinschaft, DFG) and located at the University of Frankfurt with a branch at the Free University of Berlin is seeking to appoint three post-doctoral fellows in political theory/political philosophy for the academic year 2017/2018. The Fellows will be hosted by Frankfurt University at its Institute for Advanced Studies in Bad Homburg (near Frankfurt) and will be part of the Frankfurt academic community. They are invited to spend a certain period of time at the Free University Berlin for a research stay, details to be arranged.

Applicants are required to have completed all their PhD requirements (including exams) by the beginning of their fellowship and should have proven potential to conduct and publish research at an international level. Candidates’ research should fall within the Centre’s areas of focus, namely global justice and applied theories of justice.

Please send your application in English (a 2-3 page research project, CV, writing sample of preferably not more than 7,000 words [can be an excerpt], and two letters of reference (and no more than two ) to the Directors of the Centre, Rainer Forst and Stefan Gosepath. The two letters of reference may also be sent directly from the referees. Please use the address of Ms Valérie Bignon, Bignon@em.uni-frankfurt.de.

Closing date is March 1, 2017. For further information regarding the Centre, its members, and its activities, please see our website: http://www.justitia-amplificata.de.

Justitia Amplificata Post-doc Fellowships: Conditions of Award

We offer a non-taxable grant of 2300€/month. Additional benefits include a return trip to Frankfurt; a household allowance of 300€/month for accompanying partners (if the partner’s income is not higher than 1,250€/month) and a dependents’ allowance of 300€/month for each dependent child. Health insurance and accommodation expenses are not included in the package, although assistance in purchasing a suitable German health insurance will be provided.

Fellows will be provided with office space at the University’s Institute for Advanced Studies in the Humanities at Bad Homburg ( Forschungskolleg Humanwissenschaften). Fellows who wish to live at the Institute will be offered the opportunity to rent one of the Institute’s flats (for more information, see: Forschungskolleg Humanwissenschaften).

Fellows will be expected to take an active part in the Centre’s activities and workshops, and to present their ongoing research to the members of the Centre in its research seminar. If budget and time allow it, fellows might have the opportunity to actively cooperate in some of the Centre’s research activities, including the organization of workshops and conferences.

http://www.justitia-amplificata.de/en/postdoctoral-fellowship-programme.html

 

Séance 4: Que faire du concept d’idéologie ? (27 janvier 2017)

La quatrième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée « Que faire du concept d’idéologie ? Concept, objet et terrain » aura lieu le vendredi 27 janvier 2017. Cette séance, organisée en collaboration avec l’Institut des sciences sociales du politique/Université Paris Ouest Nanterre La Défense sera l’occasion d’écouter l’intervention de:

  • Julien Pallotta (Professeur agrégé de philosophie, IFCS/UFRJ et Erraphis/ Toulouse 2 Jean Jaurès) : « La question de l’idéologie dans l’althussérisme et le post-althussérisme ».

Elle sera discutée par Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle) et Arnault Skornicki (MCF en science politique, Nanterre/ISP).

La séance aura lieu le 27 janvier 2017 de 14h à 17h à l’Université de Nanterre, Bâtiment K (Maison Max Weber), Salle 2.

Avis de parution: Antoine Idier, Les Vies de Guy Hocquenghem. Politique, culture, sexualité, Paris, Fayard, coll. « À venir », 2017

HiSoPo vous informe de la parution du livre d’Antoine Idier Les Vies de Guy Hocquenghem. Politique, culture, sexualité, dans la collection « À venir » de Fayard.

Les vies de Guy Hocquenghem

Présentation

« Militant, journaliste, théoricien et écrivain, Guy Hocquenghem (1946-1988) a été une figure majeure de la gauche radicale française. Homosexuel, il s’est pensé comme un minoritaire et n’a eu de cesse de faire vivre pensée critique et contestation des pouvoirs établis. Ce livre retrace les différentes étapes de sa trajectoire. Mais surtout, à partir de là, et à l’aide d’un très impressionnant travail d’archives et d’entretiens, il reconstitue tout un pan de l’histoire des années 1960 aux années 1980 en France : les mouvements sexuels et minoritaires, la gauche et l’extrême gauche, la presse, le champ littéraire, l’université, le surgissement du sida. Antoine Idier dépeint les mouvements politiques, intellectuels et culturels de l’après-1968, le « gauchisme » et le Front homosexuel d’action révolutionnaire, l’université de Vincennes et le journal Libération, la révolution conservatrice des années 1980. L’ouvrage aborde des problèmes qui se trouvent toujours au centre du débat : les dynamiques des mouvements sociaux, les catégories de la politique et de la sexualité, les usages de la psychanalyse et du marxisme, l’écriture contestataire – mais aussi l’histoire et la biogra­phie. En somme, il propose une réponse à ce qui reste une énigme : que s’est-il passé en mai 1968 et dans l’après-mai ? Quel héritage en tirer aujourd’hui pour réinventer nos formes de la pensée et de la politique ? »

Plus d’informations : http://www.fayard.fr/les-vies-de-guy-hocquenghem-9782213702025


HiSoPo vous informe également de la sortie prochaine (le 9 février) d’un recueil d’articles de presse de Guy Hocquenghem qu’Antoine Idier a préparé avec les Éditions Verticales (et postfacé) : Un journal de rêve. Articles de presse (1970-1987).  Vous trouverez la présentation sur le site de Verticales : http://www.editions-verticales.com/fiche_ouvrage.php?rubrique=3&id=392


Des rencontres auront lieu à Paris le jeudi 16 février à la librairie Les Mots à la bouche, le vendredi 24 février à la librairie Les Cahiers de Colette et le vendredi 17 mars à la librairie L’Atelier.

AAC colloque « Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire », deadline: 30 mars 2017

HiSoPo a le plaisir de vous informer du lancement du colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours co-organisé par Anthony Mergey, Professeur d’histoire du droit, Université Paris II Panthéon-Assas – Institut d’Histoire du Droit (UMR 7184) et Arnault Skornicki, Maître de conférences en science politique, Université Paris Ouest Nanterre – Institut des Sciences sociales du Politique (UMR 7220). Ce colloque co-organisé par l’Université Paris II Assas, l’ISP et HiSoPo aura lieu les 14-15 décembre 2017.


Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire

Colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours

14-15 décembre 2017

Lieu : Salle des Conseils – Université Paris II Panthéon-Assas (12, place du Panthéon, Paris 5e).


 ARGUMENTAIRE

Pierre-Samuel Dupont de Nemours (1739-1817) appartient à cette galerie de personnages qui présentent la particularité d’avoir été des acteurs de la France d’avant 1789 et de celle d’après 1789. Connu pour son appartenance à la « secte des économistes », il apparaît comme l’un des principaux propagandistes de la doctrine économique des physiocrates, qui a contribué à jeter les fondements du libéralisme. Or, si la pensée et les propositions du physiocrate économiste ont majoritairement attiré le regard des chercheurs comme le prouvent les nombreux travaux en la matière, d’autres facettes de Dupont de Nemours restent encore à explorer et à mettre à perspective. C’est notamment le cas des idées qu’il a défendues et des actions qu’il a menées dans le domaine politique.

Comme chacun de ses comparses qui a vécu ces deux moments – avant 89, après 89 –, la trajectoire de Dupont de Nemours est marquée par des permanences et des variations dans certains de ses engagements et positions politiques qui se reflètent notamment dans ses écrits à la fois nombreux et protéiformes (ouvrages, articles, rapports, mémoires, correspondance…). Plutôt que de céder à l’hypothèse facile de l’opportunisme, il apparaît plus prudent d’identifier les repositionnements du personnage en fonction des fluctuations de la conjoncture politique, extrêmement mobile dès les années 1780. Quoi qu’il en soit, il ne fait nul doute que les idées et les actions politiques imprègnent la vie – parfois romanesque (romancée ?) – de Dupont de Nemours. Un rappel de quelques étapes importantes de cette vie suffit pour s’en convaincre.

À la fin des années 1760 et au cours de la décennie suivante, en physiocrate assumé, Dupont de Nemours se fait le chantre d’une monarchie régénérée qui reposerait sur les préceptes du despotisme légal. Un tel positionnement idéologique le conduit alors à vanter les mérites, sur le plan de l’organisation administrative, d’un système de municipalités autonomes alors qu’il est devenu le bras droit du contrôleur général Turgot. Sa volonté de réformer les institutions attire la curiosité des princes éclairés (le roi de Suède Gustave III, le margrave de Bade Charles-Frédéric et le roi de Pologne Stanislas Poniatowski) auprès desquels il est appelé à exercer ses talents. En 1783, il est associé par Vergennes à la confection du traité qui reconnaît les treize colonies libres, indépendantes et souveraines, formant les États-Unis, ce qui lui vaut d’être anobli par Louis XVI l’année suivante. En 1786, il contribue également à la préparation du traité de commerce avec l’Angleterre. En 1787, année durant laquelle il fait la connaissance de Thomas Jefferson avec qui il entretiendra une importante correspondance, Dupont de Nemours conseille et guide le ministre Calonne dans son projet de création d’assemblées provinciales, ce qui ne l’empêche pas de promouvoir quelques mois plus tard, dans un contexte politique et intellectuel nouveau, une monarchie tempérée dans laquelle la nation est appelée à occuper une place stratégique. Membre depuis la fin de l’année 1788 de l’influente Société des Trente, il participe activement à la rédaction des doléances du tiers état du bailliage de Nemours, dont il sera l’un des représentants aux États généraux. Le basculement révolutionnaire lui permet de devenir député de l’Assemblée nationale constituante et de se montrer très actif au cours de son mandat, tout en manifestant une entière fidélité à Louis XVI et un soutien assumé à la monarchie constitutionnelle, jusqu’à sa disparition en 1792. Après la parenthèse de la Terreur et quelques jours d’emprisonnement, il est élu député du Loiret au Conseil des Anciens où il prend une part importante à tous ses travaux et se distingue surtout par ses critiques à l’encontre du Directoire. Après le coup d’État du 18 fructidor, il est de nouveau emprisonné quelque temps à cause de ses sympathies royalistes et échappe de peu à la déportation. À la fin de l’année 1799, il décide de s’exiler aux États-Unis. Dès l’année suivante, Jefferson, qui est devenu vice-président, lui demande de rédiger un plan d’éducation publique pour les États-Unis. En 1802, de retour en France, il joue un rôle officieux et déterminant dans les relations diplomatiques franco-américaines, à propos de la cession de la Louisiane. Opposé à la politique de l’empereur, il se consacre alors à ses travaux scientifiques, tout en s’intéressant toujours de très près à la politique américaine. Après avoir été secrétaire puis vice-président de la Chambre de commerce de Paris entre 1803 et 1810, il est nommé secrétaire du gouvernement provisoire en 1814 puis rentre au Conseil d’État sous la première Restauration. Or, l’épisode des Cent-Jours le contraint à repartir aux États-Unis où, à peine arrivé, il propose ses services au président Madison. Il décède en 1817 à Wilmington (Delaware), dans la propriété familiale fondée par son fils Éleuthère Irénée.

Appréhender la pensée et l’action politiques de Dupont de Nemours à travers ces multiples facettes (journaliste, conseiller des princes, des ministres, des présidents, négociateur, diplomate, député…) soulève une multitude de questions que cette manifestation se propose d’aborder, et qui visent à la fois à éclairer un aspect méconnu du personnage et approfondir certaines de ses idées ou entreprises.

Les propositions devront de préférence porter, d’une part, sur la période postérieure au décès de François Quesnay et à la dispersion de la « secte physiocratique », soit du ministère Turgot à l’exil américain ; et, d’autre part, sur les questions d’ordre politique, constitutionnelles, diplomatiques, administratives, historiques… Les organisateurs souhaitent que celles-ci soient abordées, dans la mesure du possible, non seulement sous un angle comparatiste, avec pour cadre les États européens ou les États-Unis, mais aussi sous un angle interdisciplinaire, afin de confronter la vision des historiens du droit, des politistes, des historiens des lettres, des juristes, des sociologues, etc.

Parmi les thèmes rarement traités en profondeur, voici quelques pistes, sans exhaustivité aucune :

–    Dupont, penseur et acteur du droit public : droits de l’homme, nature du régime politique idéal, droit constitutionnel (organisation des pouvoirs, souveraineté, hiérarchie des normes, processus de création de la loi…), administration territoriale et locale, fiscalité et finances publiques…

–    Dupont et le monde atlantique : la révolution américaine, les institutions américaines et la vie politique ; la question coloniale…

–    Dupont diplomate et penseur des relations internationales : le traité de Versailles de 1783, le traité franco-britannique de 1786, le Pacte de Famille, la cession de la Louisiane…

–    Entre vie privée et vie publique : si le « sentimentalisme » de Dupont a déjà été relevé, il pourrait être prolongé par l’étude de ses idées sur les liens entre la vie familiale, la sensibilité et la production des idées, et éclairé par sa manière de vivre lui-même une forme de porosité entre l’homme public et l’homme privé.

–    Dupont et le patriotisme, Dupont et la religion, Dupont historien…


Les propositions de communication doivent être déposées de préférence sur le site du colloque: https://dupont2017.sciencesconf.org dans la rubrique « Déposer une communication » ou envoyées par mail aux organisateurs : anthony.mergey@u-paris2.fr et askornicki@u-paris10.fr, avant le 30 mars 2017. Merci de joindre une présentation succincte de la communication envisagée avec indication des sources (2500 signes maximum espaces compris) avec son titre et un court curriculum vitae.

Publication poste: Assistant professor in Political Theory of Gender, University of Amsterdam, Closing date: 1 March 2017

HiSoPo vous informe de l’annonce d’un poste d’Assistant professor in Political Theory of Gender à l’Université d’Amsterdam.

Assistant professor in Political Theory of Gender

Faculty of Social and Behavioural Sciences – Department of Political Science

Publication date
12 January 2017
Level of education
PhD
Salary indication
€3,399 to €5,288 gross per month
Closing date
1 March 2017
Hours
38 hours per week
Vacancy number
17-014

The Department of Political Science of the Faculty of Social and Behavioural Sciences (FMG) invites applications for a tenure track Assistant Professor in Political Theory of Gender. Candidates should have an excellent track record in research and should be able to teach courses in the field of Political Theory, Politics of Postcoloniality and Gender studies in the social sciences (BA, Master and Research Master). The applicant’s profile should fit the AISSR research program ‘Challenges to Democratic Representation’.

Job description

  • Developing, conducting, and supervising high quality academic research in the field of political theory and gender;
  • teaching general and specialist courses in political science;
  • (participation in) the acquisition of external research funding;
  • a dynamic contribution to the programme of the Amsterdam Research Centre for Gender & Sexuality and to the development of the field through scholarly publications and participation in national and international research networks and educational initiatives.

Requirements

  • A completed doctoral thesis in Political Philosophy, Political Science or other relevant fields in the social sciences;
  • an on-going programme of research and publications, focused on international ‘peer reviewed’ journals and/or books published by internationally recognised academic presses;
  • broad general knowledge of political science and gender studies;
  • expertise in a subdomain of the field of political theory of gender and postcoloniality.
  • ability to provide excellent and inspiring teaching in political science and gender studies at both undergraduate and postgraduate levels;
  • ability to teach in English at all levels.
  • the Dutch basic qualification in higher education (Basiskwalificatie Onderwijs; BKO) certificate, or a willingness to acquire such within three years.

Further information

Additional information about the vacancies can be obtained from:

or

Appointment

Based on a full-time appointment (38 hours per week) the gross monthly salary will range from €3,399 to €5,288 (scale 11 or 12) depending on experience. The salary will be increased by 8 % holiday allowance and 8,3 % annual bonus. The Collective Labour Agreement for Dutch Universities is applicable. The appointment will be temporary for three years, with the prospect of a permanent appointment if the conditions for tenure are realized.

Job application

Applications should comprise a letter of motivation, a full CV including a list of publications. These should be sent electronically in one document, preferably as a pdf-file. Please do not send us additional documentation at this stage. The deadline for applications is 1 March 2017. Please send your application to sollicitaties-fmg@uva.nl with vacancy number 17-014 as subject.

Please note that incomplete applications will not be considered.


Pour plus d’information, voir le site de l’Université d’Amsterdam: http://www.uva.nl/en/about-the-uva/working-at-the-uva/vacancies/item/17-014-assistant-professor-in-political-theory-of-gender.html?m

Séminaire d’histoire de la philosophie politique, « Pour une généalogie des concepts politiques », Paris, Sorbonne, 2017

HiSoPo vous informe du lancement du séminaire d’histoire de la philosophie politique, « Pour une généalogie des concepts politiques », qui se tiendra le vendredi, de 17h à 19h, dans la salle de formation de la Bibliothèque de la Sorbonne (http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/spip.php?rubrique121) avec le soutien du CHSPM. Vous trouverez ci-dessous l’argumentaire et le programme ainsi qu’en format PDF ici: programme_genealogie_concepts


Séminaire d’histoire de la philosophie politique
« Pour une généalogie des concepts politiques »

organisé par Ludmilla Lorrain et Lyess Bourderbala
Bibliothèque de la Sorbonne, vendredi 17-19h

ARGUMENTAIRE

Droits de l’homme, guerre juste, souveraineté, libertés civiles, crise de la représentation : au gré des crises politiques et de leur traitement médiatique, les mots du politique acquièrent une place centrale dans le langage ordinaire. Or, l’usage constant de ces notions, nous les rendant familières, a d’abord pour conséquence une illusion d’évidence, comme si leur signification, univoque, ne faisait pas problème. Cette familiarité des concepts de la philosophie politique produit en outre une seconde illusion, plus problématique : elle laisse penser que ceux-ci sont réductibles à des productions désincarnées, offertes à n’importe quel usage, susceptibles de désigner tout type de réalité (toute sorte de situations). En un mot, cette mobilisation constante des concepts de la philosophie politiques produit une illusion d’an­historicité.
Prenant le contre pieds de cet écueil, ce séminaire met au cœur de son travail l’historicité des concepts de la philosophie politique, et entend faire retour sur leurs conditions d’émergence. Notre objectif est ainsi de repenser le rapport inaugural entre faits historiques et pensée politique, en suivant l’hypothèse selon laquelle la compréhension de ce rapport doit permettre d’éclairer les concepts que déploie la philosophie politique. Car si, comme nous le pensons, la philosophie politique n’est pas le produit d’une spéculation hors sol, l’analyse de ses concepts gagnera en profondeur dès lors que l’attention sera portée sur les luttes et les tensions au fondement de leur construction. Ainsi, si certains concepts sont de véritables coups de force, l’ampleur des bouleversements qu’ils induisent n’est pleinement accessible sans une mise en lumière du contexte historique ayant prévalu à leur avènement. L’attention portera donc sur les processus, habituellement masqués, plutôt que sur leurs résultats, les concepts le plus souvent présentés entièrement extraits de leur entour. Notre objectif est donc de rendre visible les diverses tensions sémantiques et historiques qui structurent les concepts politiques.
Ce faisant, le séminaire a pour dessein de travailler à une généalogie des concepts de la philosophie politique, permettant de retrouver le processus d’accumulation des différents sens qui ont déterminé leur élaboration et définis le sens qui désormais est celui qu’ils portent dans le langage courant. Autant de couches de sens qui correspondent à autant de tensions historiques et de remaniements théoriques – des couches sédimentées, accumulées, supprimées ou réintroduites – dont il s’agira de retrouver la trace.


PROGRAMME

Vendredi 20 Janvier 2017

Delphine Thivet (Ehess) : « La guerre chez Hobbes, « entre le concept et l’histoire ». Réflexions pour une histoire sociale des concepts »

Répondant : Lyess Bouderbala (Université Paris 1)

Vendredi 24 Février 2017

Céline Spector (Université Paris-Sorbonne) : « Pourquoi l’Europe a-t-elle besoin d’une généalogie ? »

Répondante : Mathilde Unger (Université Paris 1).

Vendredi 28 Avril 2017

Philippe Crignon (Université de Bordeaux) : « Représentation actuelle et représentation virtuelle. Les enjeux d’une opposition conceptuelle »

Répondant : Raphaël Pierres (Université Paris 1)

Vendredi 5 mai  2017

Catherine Colliot-Thélène (Université Rennes 1) : « La démocratie : une affaire de droits? »

Répondante : Clotilde Nouët (Université Paris 1)

Vendredi 19 Mai 2017

Orazio Irrera, (Université Paris-8) « L’idéologie et sa matérialité »

Répondante : Audrey Benoît (Université Paris 1)

Vendredi 23 Juin 2017

Marie Goupy (Sciences Po, Paris) : « “L’état d’exception », un concept an-historique ? »

Répondante : Ludmilla Lorrain (Université Paris 1)


Modalités pratiques

Les séances auront lieu dans la salle de formation de la bibliothèque de la Sorbonne. Si vous n’y êtes pas inscrits, merci d’écrire en amont aux organisatrices, afin de pouvoir accéder à la bibliothèque. De même, pour les personnes extérieures à l’université, pensez bien à contacter les organisatrices, afin d’être inscrite sur la liste des invités.
Contact : lyess.bouderbala@gmail.com, ludmilla.lorrain@gmail.com

JE « La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réceptions, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, 17 janvier 2017

HiSoPo vous informe du programme de la journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Co-organisée par Lucile Dumont (EHESS, CESSP), Quentin Fondu (EHESS, CESSP) et Laélia Véron (ENS Lyon, Paris 3, IHRIM), elle aura lieu le mardi 17 janvier 2017 à l’EHESS. Vous trouverez le programme ci-dessous ainsi qu’en PJ ici: programme_je_goldman_2017_01_17


JOURNÉE D’ÉTUDES – 17 JANVIER 2017
EHESS, 190-198 Av. de France, 75013 Paris (8e étage, Salle J-P Vernant)
 
La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann.
Réceptions, héritages et usages contemporains
 

PROGRAMME
9h : Accueil des participants
 
Matinée : Premières réceptions et appropriations des travaux de Lucien Goldmann
9h15 – 9H45 : Introduction, Lucile Dumont (EHESS, CESSP) et Quentin Fondu (EHESS, CESSP).
9h45 – 10h45 :
Jacques Leenhardt (EHESS, CRAL) :
La sociologie de la littérature de Goldmann : critique progressiste et déterminisme social.
Alain Cantillon (Univ. Paris 3, GRIHL) : Le Dieu caché de Lucien Goldmann. Parier et croire en 1955.
Pause

11h – 12h :
Christos Grosdanis (Univ. Paris 7, CERILAC): Lucien Goldmann et René Girard : enjeux d’un dialogue.
Rachel Nadon (Univ. Montréal) : Réseaux intellectuels et réception de la pensée de Lucien Goldmann au Québec.
 
12h – 13h30 : Déjeuner
 
Après-midi : Nouvelles perspectives et applications des méthodes goldmanniennes
13h30 – 14h : Introduction, Laélia Véron (ENS Lyon/ Paris 3, IRHIM).
14h – 15h :
Paulo Procopio Ferraz (Univ.
Paris 8): Une écriture paradoxale.
Andrea d’Urso (Univ. Lille 3 – CECILLE, Univ. del Salento) : Pour une sociologie « sémiotique » de la littérature. Idéologie, réification et vision du monde entre Goldmann et Rossi-Landi.
Pause

15h15 – 16h45 :
Michael Löwy (CNRS, CéSor), Robert Sayre (Univ. Paris Est- Marne la Vallée): Lucien Goldmann et la vision du monde romantique.
Laurie Rousseville (Univ. Lyon 2, Passages XX-XXI) : Lucien Goldmann et le « théâtre de la révolte » de Jean Genet : (re)penser le « théâtre politique »
Françoise Gaillard (Paris 7, LAC) : Titre à définir.

17h-17h30 : Discussion générale et clôture de la journée par Gisèle Sapiro (EHESS, CNRS, CESSP).

Apéritif de clôture

Contact : jegoldmann2017@gmail.com

 

Deadline dépôt propositions de communications, colloque « Des idées et des partis », 16 janvier 2017

Pour rappel, la deadline pour les dépôts des propositions de communications pour le colloque « Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées politiques » que j’organise dans le cadre du groupe de projet HiSoPo est fixée au 16 janvier 2017. L’événement aura lieu à Sciences Po Paris les 23-24 mai 2017.

Vous trouverez ci-joint l’appel à communications (aac-des-idees-et-des-partis). Vous trouverez toutes les informations utiles en accédant au site dédié spécialement à ce colloque. Voici le lien : https://ideespartis2017.sciencesconf.org/ N’hésitez pas à relayer l’information dans vos propres réseaux et auprès de vos collègues, labos, doctorants, etc.

ST3: « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées? », Montpellier, Congrès AFSP, 10-12 juillet 2017

HiSoPo a le plaisir de vous annoncer la publication du programme de la section thématique « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées politiques? »(ST3) dans le cadre du prochain Congrès de l’Association française de science politique (AFSP) qui aura lieu à Montpellier les 10-12 juillet 2017. Cette section thématique est co-organisée par Mathieu Hauchecorne et Isabelle Gouarné dans le cadre du groupe de projet HiSoPo.


CONGRÈS DE L’ASSOCIATION FRANÇAISE DE SCIENCE POLITIQUE

Montpellier, 10-12 juillet 2017

*****

Section thématique 3

Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées ?

How can a historical sociology of ideas deal with political traditions?

Section thématique présentée par le Groupe de projet HiSoPo, Histoire sociale des idées politiques

(Thibaut Rioufreyt, Arnault Skornicki)

Responsables scientifiques 

Isabelle Gouarné (CNRS, CURAPP)

Mathieu Hauchecorne (Université Paris 8, CRESPPA-LabToP)

isabelle_gouarne@hotmail.com ; mhauchecorne@univ-paris8.fr


Mercredi 12 juillet

Matinée

Introduction (Isabelle Gouarné, Mathieu Hauchecorne)

La construction des traditions politiques

Discutants : Christophe Le Digol (Université Paris Ouest Nanterre, ISP) ; Bernard Pudal (Université Paris Ouest Nanterre, CRESPPA-CSU)

* Yves Palau (Université Paris-Est Créteil, LIPHA). Du club des jacobins au « jacobinisme », naissance d’une tradition politique à la fin du XVIIIe siècle

* Sidonie Verhaeghe (Université Lille 2, CERAPS). Les commémorations de l’anniversaire de la mort de Louise Michel : permanences et variations d’une tradition militante

* Antoine Aubert (Université Paris 1, CESSP). Le luxemburgisme en France : une difficile « mise en tradition »

* Karim Fertikh (IEP Strasbourg, SAGE, Centre Georg Simmel). Mises en doctrine du socialisme. Une perspective socio-historique sur les processus de construction des doctrines politiques

* Marie-Pierre Wynands (Université Jules Verne de Picardie, CURAPP). Heur(t)s et malheurs d’une labellisation politique : socio-histoire de la « démocratie chrétienne » en France

* Antony Burlaud (Université Paris 1, CESSP). La guerre des deux gauches a-t-elle eu lieu ? La tradition de la « deuxième gauche » et la dynamique politique du premier septennat Mitterrand

*****

Après-midi

Introduction (Thibaut Rioufreyt, Arnault Skornicki)

Les traditions politiques, entre nationalisation et universalisation

Discutant : Thomas Brisson (Université Paris 8, CRESPPA-LabTop)

* Fabien Carrié (Université Paris Ouest Nanterre, ISP). D’un universel à l’autre : l’internationalisation de la tradition politique antivivisectionniste à la fin du XIXe siècle

* Anemona Constantin (Université Paris Ouest Nanterre, ISP). Usages du « nationalisme » dans une polémique intellectuelle des années 1990

* Eve Gianoncelli (Université Paris 8, CRESPPA-GTM). La négritude. La construction d’une tradition entre culture, politique et genre

L’histoire sociale des idées politiques à l’épreuve des traditions

Discutant : David Smajda (Université Paris Est Créteil, LIPHA)

* Julie Le Mazier (Université Paris 1, CESSP). Des soixante-huitards « conseillistes » ? De l’hypothèse d’une tradition à l’histoire des investissements symboliques de formes d’organisation contestataires

* Jean-Michel Chahsiche (Université Paris 1, CESSP). Du passé, faisons table rase ? Les économistes marxistes aux éditions Maspero et La Découverte

* Rafaël Cos (Université Lille 2, CERAPS). Parti socialiste, socialisme parti ? Faire la sociologie des idées d’un parti sans appétence doctrinale


Vous trouverez en format PDF l’appel à communications ci-joint: aac_st3 ainsi que le programme: programme_st3_congres_afsp_2017_07_10_12

Séance 3 : Histoire sociale des idées féministes (6 janvier 2017)

La troisième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée « Histoire sociale des idées féministes » aura lieu le vendredi 6 janvier 2017. Cette séance sera l’occasion d’écouter deux interventions:

Viviane Albenga (MCF en sociologie, IUT Bordeaux Montaigne/MICA) et Alban Jacquemart (MCF en science politique, Université Paris Dauphine/IRISSO) : « Saisir les appropriations des idées politiques : pratiques sociales ordinaires, genre et féminisme »

Juliette Rennes (MCF en sociologie, EHESS/CEMS) : « Exercer un métier d’homme, une appropriation des idées féministes? Une enquête sur les cochères, chauffeuses et afficheuses parisiennes à  la Belle époque »

Ces deux communications seront discutées par Virginie Descoutures (MCF en sociologie, Université de Picardie/CURAPP) et Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle)

La séance aura lieu le 6 janvier 2017 entre 10h et 13h à Sciences Po, 13 rue de l’Université, 75007 Paris, Salle du Conseil, 5ème étage.