AAC JE internationale: « Les années 1970 en Europe : un tournant transnational des cultures politiques ? », Rome, deadline: 30 octobre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communications pour une journée d’études internationale, à Rome les 25 et 26 mai 2017, sur « Les années 1970 en Europe ».

Journée d’études internationale
Les années 1970 en Europe : un tournant transnational des cultures politiques ?
Rome, 25-26 -mai 2017

La question autour de laquelle tournera la journée d’études concerne un concept et une périodisation : si l’on accepte le postulat que la seconde moitié du XXe siècle a été marquée par des formes de « transnationalisation » des cultures politiques européennes, les années 1970 ont-elles ou non représenté un tournant dans ce phénomène majeur ?

La réponse ne va pas de soi. Ces dernières années, les recherches en sciences sociales ont surtout mis l’accent sur les effets politiques de la mondialisation/globalisation et de l’accélération de l’intégration européenne à partir des années 1980-1990, tandis que les historiens insistaient sur le caractère transnational des mouvements de contestation des années 1960. Le quarantième anniversaire de 1968 a ainsi été l’occasion d’une floraison de rencontres et de publications sur le 68 « global », renouant sur des bases solides avec l’intuition précoce du « soulèvement mondial de la jeunesse » (George Paloczy-Horvath). La décennie 1970, écrasée entre ces deux temps forts des bouleversements contemporains, semble avoir été négligée, du moins dans cette perspective. Pourtant, cette séquence présente un certain nombre de caractères spécifiques qui méritent de retenir l’attention. Si les premières années de la décennie s’inscrivent incontestablement dans le prolongement des « années 1968 » ou du « long 68 », et plus largement, dans les derniers feux de la grande croissance engagée au lendemain de la guerre – malgré des déséquilibres déjà sensibles -, le grand retournement de tendance rendu manifeste à l’occasion du premier choc pétrolier de 1973 inaugure un long cycle de crises et de recompositions, économiques et sociales, mais aussi politiques et culturelles, dont nous sommes peut-être pas véritablement sortis. Quoiqu’il en soit, il n’est pas illégitime de faire de l’année 1979 le terme provisoire et commode de cette période charnière : le deuxième choc pétrolier, l’intervention soviétique en Afghanistan et la crise des euromissiles, la première élection du Parlement européen au suffrage universel et la victoire de M. Thatcher en Grande-Bretagne, donnent déjà le ton des années 1980.

Il s’agira d’abord de se demander si, au cours de cette « longue » décennie (disons 1968-1979, en gardant une certaine souplesse chronologique selon les thèmes abordés), on a pu observer la constitution de réseaux transnationaux, des phénomènes de circulation d’idées, de personnes, de symboles (de la « rose au poing » du PS français à la flamme tricolore du MSI italien, en passant par le logo danois « nucléaire ? non merci !»), qui auraient traduit une « transnationalisation » des cultures politiques de différents pays ou y auraient contribué. Pour cela, on s’intéressera aussi bien aux structures partisanes qu’aux mouvements sociaux, syndicats, associations et ONG issus de la « société civile » – dans la mesure où ils posent des questions politiques ou se posent eux-mêmes en acteurs « politiques » –, aux grandes formations parlementaires qu’aux « mouvances » informelles et aux marges (« autonomes » en France, mouvement de 1977 en Italie, alternatifs), à la naissance de fédérations transnationales à l’occasion de l’élection européenne de 1979 dans l’éventualité où elles ne se limiteraient pas à de simples accords d’états-majors, qu’aux expériences avortées (eurocommunisme, tentative de regroupement des Partis socialistes d’Europe du Sud…) ou aux prodromes d’une « transnationalisation » de formes partisanes nationales (Partito radicale italien).

La seconde question que nous souhaitons voir placer au cœur de la journée d’études est de savoir si et dans quelle mesure les cultures politiques européennes des années 1970 ont élaboré des concepts, des utopies, des symboles, comportant dans leur vision la fin de l’horizon national et si, dans ce travail, elles ont puisé dans les élaborations intellectuelles/expériences politiques des autres pays: par exemple, la prééminence des droits de l’homme face aux États et le droit d’ingérence humanitaire ; la notion de fin de l’État-nation et l’idée de l’avènement d’une société européenne − voire mondiale − traversée par les mêmes problèmes et défis (environnement et qualité de la vie, contrôle des multinationales, désarmement, migrations, place du travail, participation démocratique à la base, reconnaissance des « différences », etc.) ; la mise en avant de nouveaux clivages transnationaux tels que la question des femmes.

La réponse à ces questions n’est pas nécessairement positive : il y a sans doute eu aussi des processus, des développements contraires à la « transnationalisation », qui ont pu représenter un recul par rapport à la décennie précédente. La journée s’intéressera aussi à la mise en question et en perspective de la notion de transnationalisation des cultures politiques.

Enfin, la journée d’étude est centrée sur l’analyse des cultures politiques de l’Europe de l’Ouest (étant donné la persistance de la guerre froide à cette période, entre détente et regel), mais bien évidemment la transnationalisation concernera aussi la circulation d’idées, de personnes, de pratiques politiques, venues de l’autre côté du rideau de fer, culturellement plus poreux qu’auparavant (dissidence tchécoslovaque, Soljenitsyne, « modèle autogestionnaire yougoslave ») et, bien entendu, des États-Unis (de la « seconde révolution américaine » célébrée en 1972 en France par J.-F Revel comme « modèle » de la future révolution mondiale aux prodromes de la « révolution conservatrice » néolibérale).

Lieu : Université Luiss-Guido Carli, Rome.

Dates : Jeudi 25 et vendredi 26 mai 2017.

Langues de travail : Français et anglais.

Comité scientifique : Lucia Bonfreschi (Luiss-Guido Carli, Rome), Frank Georgi (CHS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Giovanni Orsina (Luiss-Guido Carli, Rome), Benoît Tadié (Institut français Italia, Ambassade de France à Rome)

Modalités de soumission des propositions :

Les propositions de contributions à la journée devront parvenir avant le 30 octobre 2016 à la fois à Lucia Bonfreschi : lbonfreschi@gmail.com et à Frank Georgi : amef@dbmail.com.

Chaque proposition devra contenir (un seul document, en format pdf ou bien word ou rtf) :

–        Le nom et l’institution de rattachement ;

–        Le titre et un résumé de 2500 signes environ (espaces compris) de la proposition, en français ou en anglais ;

–        Un bref CV (une page maximum).

Les résultats de la sélection seront communiqués à la mi-décembre 2015.

Pour les intervenants sélectionnés, les frais d’hébergement (pour une nuit) à Rome et de voyage (dans les limites du budget) seront pris en charge par les organisateurs.

Après le colloque, les organisateurs prévoient de retenir une partie des interventions pour publication. Pour cette raison, l’un des principaux critères de sélection sera l’originalité des propositions.

Annonce poste: Assistant Professor in Political Theory, Department of Political Science and Public, University of North Carolina at Charlotte, deadline: from Fall 2017

HiSoPo vous informe de la publication d’une annonce de poste d’Assistant Professor in Political Theory au Department of Political Science and Public de l’Université de Caroline du Nord à Charlotte (NC, USA).


Job Announcement

Type: Assistant Professor in Political Theory
Institution: Department of Political Science and Public
Administration, University of North Carolina at Charlotte
Location: Charlotte, NC (USA)
Date: from Fall 2017

The University of North Carolina at Charlotte Department of Political Science and Public Administration invites applications for a tenure track Assistant Professor position in Political Theory. Required qualifications include: Ph.D. in Political Science or a related field, with a primary focus on questions of race or gender; demonstrated excellence or strong potential in research; and a commitment to teaching in a diverse environment. Candidates with the ability to empirically evaluate political theory regarding race or gender will also be considered. The nine-month tenure track position begins Fall 2017.

The Department of Political Science and Public Administration offers an M.P.A., B.A., and a minor. It has 24 full-time faculty members. Many participate in one or more interdisciplinary programs, including the Public Policy Ph.D. program, Latin American Studies, Women’s and Gender Studies, and Africana Studies.

Review of applications will begin September 22, 2016 and will continue until the position is filled. Applications must be submitted electronically to https://jobs.uncc.edu. Please attach the following documents with your electronic application: (1) letter of application outlining your scholarly interests and agenda, including teaching experience, related to the qualifications outlined above; (2) curriculum vitae; (3) a copy of graduate transcript; (4) one sample of professional writing; and (5) evidence of teaching effectiveness. In addition, three letters of recommendation should be sent either electronically in PDF format or by regular mail. All letters must be addressed to:

John Szmer
Political Theory Search Committee Chair
UNC Charlotte
Fretwell 435F
9201 University City Blvd
Charlotte, NC 28223
jjszmer@uncc.edu

Any questions should be directed to Dr. Szmer.

Finalists will be asked during their screening interview to discuss how the topics of diversity and inclusion are incorporated into their teaching and research.

The University of North Carolina at Charlotte is a doctoral, research-intensive university located in one of the country’s fastest growing metropolitan areas on an expanding, modern campus. One of sixteen campuses in one of the oldest public university systems in the United Sates, UNC Charlotte offers over 28,000 culturally diverse students a wide range of undergraduate and graduate degree programs. The College of Liberal Arts and Sciences houses twenty departments in the humanities, social and behavioral sciences, physical sciences, and military sciences, as well as eight research centers and institutes and thirteen interdisciplinary programs.

The University of North Carolina at Charlotte is an AA/EOE and an ADVANCE Institution that strives to create an academic climate in which the dignity of all individuals is respected and maintained. It values diversity that includes, but is not limited to ability/disability, age, culture, ethnicity, gender, language, race, religion, sexual orientation, and socio-economic status. Applicants will be subject to a criminal background check.

Séminaire « Sociohistoire des idées économiques », programme de l’année 2016-2017

HiSoPo vous informe de la continuation du séminaire « Sociohistoire des idées économiques » pour l’année 2016-2017 qui se tiendra au CESSP (site Sorbonne, en salle du CRPS). Vous trouverez le programme ci-joint: programme_socio-histoire_idees_eco_2016-17


Les trois premières séances sont les suivantes:

Mercredi 2 novembre, 18h-20h

Emmanuel Monneau (CURAPP-ESS, Université Picardie Jules Verne)

Sur sa thèse : « Institutionnalisation et déclin d’économies critiques du champ universitaire français. »

Jeudi 1er décembre, 18h-20h

Constantin Brissaud (SAGE/DHVS, Université de Strasbourg)

« Performativité ou histoire sociale ? Les idées économiques sur la santé à l’OCDE (1977-2014) »

Mardi 21 février, 18h-20h

Simon Godard (Centre d’histoire sociale du XXème siècle, Paris 1)

« Devenir économiste communiste. Histoire de la formation économique dans les milieux communistes de l’entre-deux-guerres (France et Allemagne). »


Toutes les séances se tiendront en salle du CRPS à la Sorbonne (entrée par le 14, rue Cujas).

En raison des mesures de sécurité en vigueur à la Sorbonne, nous vous invitons à prendre contact avec l’un des organisateurs afin de vous inscrire à la séance si vous souhaitez y assister:

serge.benest@gmail.com
antony.burlaud@gmail.com
jm.chahsiche@hotmail.fr

Avis de parution: Olivier Nay, Histoire des idées politiques, Paris, A. Colin, 2016 (2ème éd.)

HiSoPo vous informe de la parution de la 2ème édition du manuel d’Olivier Nay, Histoire des idées politiques, Armand Colin, 2016, 652 p. Cette seconde édition a été augmentée d’une nouvelle introduction inédite et d’un chapitre sur le totalitarisme et les philosophies de la liberté. Vous trouverez la table des matières ci-joint: histoire-des-idees_table-des-matieres_2e_ed

Une version allégée de l’introduction (« Qu’est-ce que l’histoire des idées politiques? ») peut être téléchargée sur ce lien: Academia. Le chapitre 1 (« L’invention de la raison politique dans le monde antique ») est par ailleurs consultable sur le site Armand Colin.

Congrès international « Conceptos transatlánticos. Nuevos retos y enfoques históricos para Iberconceptos », Cartagena, Colombie, deadline: 10 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communications pour le Congrès international « Conceptos transatlánticos. Nuevos retos y enfoques históricos para Iberconceptos » qui aura lieu à Cartagena (Colombie) du 18 au 20 avril 2017. Ce congrès est co-organisé par Iberconceptos — Grupo de Historia Intelectual de la Política Moderna de l’Universidad del País Vasco (Bilbao, España) et le Departamento de Investigaciones de la Facultad de Ciencias Humanas y Vicerrectoría de Relaciones Internacionales de l’Universidad de Cartagena (Colombia). La deadline pour l’envoi des communications est fixée au 10 novembre 2016. Vous trouverez ci-joint le texte de l’appel à communications en espagnol: cfp_cartagena_2017_04_18_20

Séminaire sur la sociologie historique de l’engagement, Tours, 20 octobre 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation d’un séminaire sur la sociologie historique de l’engagement par équipe CoST de l’UMR CITERES qui aura lieu le jeudi 20 octobre 2016. Paula Cossart présentera le livre qu’elle a écrit avec Julien Talpin Lutte urbaine. Participation et démocratie d’interpellation à l’Alma Gare (2015) et Florence Johsua présentera son livre Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement (2015). L’événement aura lieu à l’ Université François Rabelais, 3 rue des Tanneurs, Tours, en salle 310. Vous trouverez l’affiche de cet événement ci-joint: affiche_seminaire_cost_2016_10_20

Je  » La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, deadline: 15 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communication pour une journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann, organisée par Lucile Dumont (EHESS/CESSP), Quentin Fondu (EHESS/CESSP), Laélia Véron (ENS Lyon/Paris 3 – IHRIM) avec le soutien du CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique). L’événement aura lieu le 17 janvier 2017 à l’EHESS au 190-198 av de France (Paris 13ème). Les propositions de communication sont à envoyer pour le 15 novembre à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com. Il s’agit là sans doute d’un des événements qui touche le plus directement le cœur même du projet de l’histoire sociale des idées politiques à travers une discussion des thèses et méthodes de Lucien Goldmann. Vous trouverez l’appel à communications ci-joint: aac_je_lucien_goldmann


APPEL A COMMUNICATION – Journée d’études

 La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains

Paris, 17 janvier 2017

EHESS, 190-198 av de France, 75013 Paris

(8è étage, Salle Vernant)


Argumentaire scientifique

Philosophe et sociologue français né en Roumanie, Lucien Goldmann (1913-1970) a été fortement influencé par le marxisme, et tout particulièrement par les travaux de Georg Lukács. Son œuvre se caractérise par une méthodologie matérialiste singulière. Partisan d’un marxisme hétérodoxe et humaniste opposé à tout dogmatisme, Goldmann a cherché à unifier les approches sociologiques et littéraires en proposant une nouvelle méthode, le structuralisme génétique, construit dans le prolongement du structuralisme de Jean Piaget (e.g. Le Dieu caché, 1959.) Par cette méthode, Goldmann entendait allier l’étude des contenus à celle des formes, combinaison qu’il considérait comme le préalable nécessaire à la compréhension des phénomènes culturels, ceux-ci ne pouvant se réduire selon lui ni à de simples reflets mécaniques de l’idéologie ni à des créations spontanées détachées du monde social. Profondément engagé au sein de l’espace intellectuel des années 60, c’est dans une dynamique complexe que Goldmann a pris position à la fois contre le structuralisme antihumaniste de Louis Althusser (structure sans sujet) et contre l’existentialisme sartrien (sujet sans structure), l’un comme l’autre étant, selon lui, opposés à la pensée dialectique (e.g. Goldmann, 1966; Macherey, 1966). Ce faisant, il s’est orienté vers l’élaboration d’une nouvelle dialectique, héritière de la pensée tragique et conçue comme une synthèse de paradoxes ayant marqué à la fois l’histoire littéraire et l’histoire du marxisme (structure/sujet, déterminisme/histoire, etc.).

La mort prématurée de Goldmann, ainsi que le reflux de la pensée marxiste et les réprobations dont elle a fait l’objet à partir de la fin des années 1970, ont rendu difficile la poursuite et la circulation d’une pensée critique à la fois interdisciplinaire, programmatique et évolutive. Goldmann demeure cependant une personnalité centrale dans l’histoire de la sociologie de la littérature et des débuts de son institutionnalisation. En France, son séminaire à l’EPHE puis à l’EHESS, de la fin des années 1950 à 1970, a ainsi constitué un des lieux de renouvellement du croisement des études littéraires et des sciences sociales. Les séjours de Goldmann à l’étranger, de même que sa participation à des colloques et des réseaux internationaux ont dans le même temps facilité la circulation internationale de ses travaux tout au long de sa carrière et dans les années qui ont suivi (Cusset, 2003; Sanguineti et al., 1967). Les développements de la sociologie de la littérature dans les espaces francophones attestent ainsi de de l’importance des travaux de Goldmann dans ce domaine. En effet, la sociologie de la littérature de Robert Escarpit, qui aborde la littérature dans une perspective communicationnelle (Van Nuijs, 2007), de même que les travaux développés par Marc Angenot sur le discours social et ses liens avec la production littéraire (Angenot 1985), comme la sociocritique de Claude Duchet (Duchet, 1979; Leenhardt, 1975), ou encore la sociologie des arts et de la littérature de Pierre Bourdieu, qui envisage l’espace social à travers les dynamiques insufflées par la notion de champ et réinterroge les processus de production de la littérature à travers l’étude des trajectoires ou la notion de point de vue (Bourdieu, 1966, 1992 ; Jurt, 2004) ; toutes se sont nourries de nombreuses réflexions critiques sur les travaux de Goldmann (Leenhardt, 1967; Sapiro, 2014). Plus récemment, les travaux contemporains en sociologie de la littérature et plus généralement dans les études littéraires s’inscrivent dans le prolongement de ces courants (voir Glinoer, 2016; Meizoz, 2004; Sapiro, 2007).

Enfin, les contributions de Goldmann à l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles, où il créa le Centre de Sociologie de la littérature en 1961 avant d’en devenir le directeur en 1964, ont marqué une génération d’étudiants et de chercheurs dans ce domaine (Heyndels, 1988). Ceux-ci ont pu poursuivre cette orientation dans leurs propres travaux, et proposer des hommages et/ou des introductions à son œuvre (e.g. Lallemand et.al, 1973 ; Leenhardt, 1971; Naïr, Löwy, 1973 ; Goldmann, Löwy Naïr, 1977). Goldmann n’est ainsi pas tombé dans l’oubli, comme le prouve la récente journée d’études « Lucien Goldmann » qui a eu lieu à l’Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine en 2009 et dont les actes ont été publiés en 2010 (Ferrette, 2010). Pourtant, au sein de la recherche littéraire comme en sociologie de la littérature, l’intérêt porté à Lucien Goldmann reste marginal. Si l’on se réfère régulièrement à ses lectures de Racine et de Pascal, les pistes proposées dans d’autres œuvres sont plus rarement explorées – on peut penser notamment aux analyses contenues dans Pour une sociologie du roman, publié en 1964 ou à celles incluses dans Structures mentales et création culturelle, publié en 1970. Nous voudrions souligner ici l’importance générale de la méthodologie proposée par Goldmann.

Au-delà d’un simple hommage à Lucien Goldmann, cette journée d’études souhaite dès lors d’une pat insister sur l’actualité possible de sa pensée, l’intérêt que nous pourrions avoir à lire ou à relire cet auteur pour nourrir nos propres recherches et d’autre part mesurer l’influence de la sociologie de la littérature goldmanienne sur les outils conceptuels de la sociologie de la littérature et des études littéraires contemporaines. Cette journée se composera ainsi de deux axes, non exclusifs.

Premièrement, par l’étude de la réception de l’œuvre de Lucien Goldmann en France et à l’étranger, nous tenterons de mettre en avant l’héritage d’un marxisme vivant, loin de correspondre aux critiques les plus fréquentes (mécanisme ou reflet, sociologisme non attentif aux formes, etc.). Sur la base de témoignages de proches du philosophe, il s’agira, en même temps que de rendre compte de la postérité de son travail, de réfléchir sur l’époque pendant laquelle se constitue cette œuvre, qui en cristallise de nombreux aspects. En effet, les années de production intellectuelle de Goldmann, entre les années 1950 et la fin des années 1960, se caractérisent notamment, dans les champs académiques et intellectuels, par d’importants et récurrents débats sur le statut de la littérature, en même temps que par l’apparition puis l’institutionnalisation de la sociologie et, partant, de la sociologie de la littérature, le tout dans le contexte d’une refonte générale des sciences humaines et sociales marquée par des périodes de forte polarisation des espaces intellectuels français et étrangers (Matonti, 2005; Heilbron, 2015). Comment s’est caractérisée la réception des travaux de Goldmann dans les études littéraires ? Quel rôle ont-ils joué dans les développements de la sociologie de la littérature ? Comment saisir les enjeux de la position intellectuelle et institutionnelle de Goldmann dans un moment de reconfiguration disciplinaire affectant particulièrement la sociologie et les études littéraires ? C’est ce type de questionnements que nous entendons mener.

Dans un deuxième temps, en partant de l’œuvre de Lucien Goldmann et de la méthodologie qu’il a pu proposer, il s’agira de rendre compte de nouvelles perspectives de recherche dans le domaine littéraire, peut-être insuffisamment exploitées. Voici, listés de manière non exhaustive, quelques sujets qui pourraient être abordés :

–        La notion de « vision du monde » dans les études littéraires, que l’on peut envisager comme l’expression d’une conscience collective ou comme le rapport entre l’individualité du sujet écrivain et la collectivité ;

–        Vision du monde, conscience collective et genre littéraire : existe-t-il des genres plus aptes que d’autres à exprimer cette vision du monde ? (On pourra par exemple réfléchir aux difficultés qu’a rencontré Goldmann en tentant de transposer une méthodologie de lecture des œuvres théâtrales à des œuvres romanesques dans Pour une sociologie du roman) ;

–        L’actualisation historique des types de médiations littéraires entre l’œuvre et la conscience collective (évolution possible du rôle de l’artiste-médian, particulièrement manifeste dans l’analyse que Goldmann fait du Nouveau Roman) ;

–        Peut-on penser une stylistique goldmanienne ? (On pourra notamment se rapporter à l’opposition entre Barthes et Goldmann, le premier optant pour une sémiotique toujours plus autonome, quand le second considère que l’étude des micro-structures doit toujours être rattachée à une « vision du monde ») ;

–        Dans cette même perspective, on pourra également réfléchir au lien entre forme et idéologie, c’est-à-dire à l’inscription d’une « effet-idéologie » par la « mise en scène stylistique d’appareils normatifs textuels incorporés à l’énoncé » (Hamon, 1984).


Les propositions de communications devront être envoyées le 15 novembre 2016 au plus tard, à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com, et comprendront entre 3000 et 6000 signes au total, biobibliographie comprise. Merci de préciser vos noms, prénoms, courriel et institutions de rattachement. Les participants seront notifiés le 22 novembre 2016 au plus tard.


Bibliographie indicative

Textes de Lucien Goldmann

– Sciences humaines et philosophie, Paris, PUF, 1952.

– Le Dieu caché : Étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris, Gallimard, 1955.

– Jean Racine, dramaturge, Paris, L’Arche, 1956.

Recherches dialectiques, Paris, Gallimard, 1959.

Pour une sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964.

– « Structuralisme, marxisme, existentialisme : un entretien avec Lucien Goldmann », L’Homme et la société, n°2, 1966, pp. 105-124.

– « La sociologie de la littérature : situation actuelle et problèmes de méthode », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 531-554.

– « Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature » [1964] in Sanguineti et al., 1967.

Structures mentales et création culturelle, Paris, Anthropos, 1970.

Marxisme et sciences humaines, Paris, Gallimard, 1970.

Situation de la critique racinienne, Paris, L’Arche, 1971.

La Création culturelle dans la société moderne, Paris, Denoël, Gonthier, 1971.

Bibliographie générale

– Angenot, M. Robin, R. « L’inscription du discours social dans le texte littéraire », Sociocriticism, I/1, 1985, pp. 53-82.

– Bourdieu, P., « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, nov. 1966, pp. 865-906.

– Bourdieu, P., Les Règles l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

– Cohen, M., The Wager of Lucien Goldmann: Tragedy, Dialectics and a hidden God, Princeton University Press, 1994.

– Cusset, F., French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2003.

– Duchet, C. (dir.), Sociocritique, Paris, Nathan, 1979.

– Lallemand, R et al., « Hommage à Lucien Goldmann », Revue de l’Institut de sociologie, n°3, 1973 [rééd. Éditions de l’ULB, 1975.]

– Ferrette, J. (dir.), Lucien Goldmann, Anamnèse, n°6, 2010.

– de Gandillac, M. Goldmann, L. Piaget, J. (dir.), Entretiens sur la notion de genèse et de structure, Paris, La Haye, Mouton et Cie, 1965.

– Glinoer, A., Le Littéraire et le social. Bibliographie générale (1904-2014), Paris, L’Harmattan, 2016.

– Goldmann, A. Löwy, M. Naïr (dir), Le Structuralisme génétique : l’œuvre et l’influence de Goldmann, Paris, Denoël-Gonthier, 1977.

– Hamon, P., Texte et idéologie. Valeurs, hiérarchies et évaluations dans l’œuvre littéraire, Paris, PUF, 1984.

– Heilbron, J., French Sociology, Ithaca, ornell University Press, 2015.

– Heyndels, R. « Étude du concept de « vision du monde » : sa portée en théorie de la littérature », L’Homme et la société, n°43-44,1977, pp. 133-140.

– Heyndels, R., « Le centre de sociologie de la littérature de l’Université de Bruxelles », Études littéraires, 21/2, 1988, pp. 121-129.

– Jurt, J., « L’apport de la théorie du champ aux études littéraire », in Pinto, Sapiro, Champagne (dir.), Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Fayard, 2004.

– Leenhardt, J., « La sociologie de la littérature : quelques étapes de son histoire », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 555-572.

– Leenhardt, J., « Racine : Psychanalyse et sociologie de la littérature », Études françaises, III/1, 1967, pp. 21-34

– Leenhardt, J., « Pour une esthétique sociologique : Essai de construction de l’esthétique de Lucien Goldmann », Revue d’esthétique, n° II, 1971, pp. 113-128.

– Leenhardt, J., « Lucien Goldmann et les fondements de la sociocritique », Dossiers français, n° 1, 1975-1976, pp. 44-49.

– Leenhardt, J., Lecture politique du roman : La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

– Macherey, P., Pour une théorie de la production littéraire, [1966], Paris, ENS Éditions, 2014.

– Matonti, F., Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique, Paris, La Découverte, 2005.

– Meizoz, J., L’œil sociologue et la littérature, Genève/Paris, Slatkine Érudition, 2004.

– Naïr, S. Löwy, M. Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, Paris, Seghers, 1973.

– Sanguineti et al., Littérature et société :  Problèmes de méthodologie en sociologie de la littérature, Bruxelles, Éditions de l’Institut de Sociologie, 1967.

– Sapiro, G., « Pour une approche sociologique des relations entre littérature et engagement », COnTEXTES, 2007/2.

– Sapiro, G., La Sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, 2014.

– Tarrab, G., « La sociologie du théâtre et de la littérature d’après Lucien Goldmann », Sociologie et sociétés, 3/1, 1971, pp. 15-24.

– Van Nuijs, L., « La sociologie de la littérature selon Escarpit. Structure, évolution et ambiguïtés d’un programme de recherche », Poétique, 2007/1, n°49, pp. 107-127.

– Zima, P., Goldmann, Paris, Éditions Universitaires, 1973.

Avis de parution: Maxime Cervulle et al. (dirs.), Matérialismes, culture et communication. Tome 2 : Cultural Studies, théories féministes et décoloniales, Paris, Presses des Mines, 2016

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage Matérialismes, culture et communication. Tome 2 : Cultural Studies, théories féministes et décoloniales aux Presses des Mines sous la direction de Maxime Cervulle (MCF en info-com Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis /Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation), Nelly Quemener (MCF en info-com, Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3/CIM-MCPN) et Florian Vörös (Docteur en sociologie, professeur contractuel au département culture de l’Université Lille 3 et chercheur associé au CEMTI).


image_materialismes_tome2


Présentation

Deuxième tome de la série Matérialismes, culture et communication, cet ouvrage emprunte les voies du matérialisme qui serpentent le long des territoires critiques qu’ont dessinés les Cultural Studies, les théories féministes et les études décoloniales. Il donne à voir les points de friction occasionnés par la rencontre épistémologique, dans divers contextes historiques et géographiques, entre les actualisations marxistes du matérialisme et des modes de critique ayant étendu la contestation au-delà de l’antagonisme de classe. Il vise à saisir la portée de cette rencontre pour une approche renouvelée de la culture et la communication. À partir d’un groupe hétérogène de figures intellectuelles réunies pour la puissance de leurs apports aux théories critiques, il dégage ainsi des généalogies matérialistes parfois souterraines, excave des conceptions souvent tacites des formes et lieux de la culture et trace des chemins inédits pour penser les moyens de communication.
Le premier tome était consacré aux marxismes et aux théorie et sociologique critiques. Le troisième tome portera sur l’économie politique de la communication et les théories des industries culturelles.

Table des matières

Présentation. Polyphonie critique [texte accessible en ligne]
Maxime Cervulle, Nelly Quemener, Florian Vörös

Partie 1 – Cultural Studies et matérialisme culturel

Jean-Jacques Lecercle: « Le matérialisme culturel de Raymond Williams »

Fanny Gallot & Juan Grigera: « Edward P. Thompson : le matérialisme à l’épreuve de l’expérience et de l’agency »

Colin Sparks: « Stuart Hall : les Cultural Studies et le marxisme »

Emmanuel Parent: « Paul Gilroy : penser le matérialisme à l’aune de l’expérience noire de la modernité »

Éric Maigret: « Lawrence Grossberg : les Cultural Studies avec ou contre le « tournant matérialiste » ? »

Maxime Boidy: « Visual Culture Studies : les matérialismes du visible »

Partie 2 – Théories féministes et queer

Stéphanie Kunert: « Monique Wittig : de la matérialité du langage »

Claire Cossée: « Colette Guillaumin et les différents visages de la culture : une lecture diachronique »

Keivan Djavadzadeh: « Patricia Hill Collins : l’autodéfinition contre les images performatives »

Noémi Michel: « Judith Butler : la matérialité mise en scènes »

Gianfranco Rebucini: « Marxisme queer : approches matérialistes des identités sexuelles »

Cornelia Möser: « Néo-matérialisme : un nouveau courant féministe ? »

Partie 3 – Études décoloniales et postcoloniales

Norman Ajari: « Frantz Fanon : poétique de l’actualité et critique de la culture »

Matthieu Renault: « C.L.R. James : la culture en révolution »

Orazio Irrera: « Edward Said : productivité de la culture et conscience géographique »

Marco Dell’Omodarme: « Aníbal Quijano et la saturation coloniale »

Anne Castaing: « Subaltern Studies : de la provincialisation de l’Europe au langage de la différence »

Jamila M. H. Mascat: « Gayatri C. Spivak : un matérialisme esthétique entre marxisme et déconstruction »

 

AAC ST3: « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées? », Section thématique HiSoPo, Congrès de l’AFSP 2017, deadline: 15 octobre 2016

HiSoPo a le plaisir de vous annoncer la publication de l’appel à communications de la section thématique « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées politiques? »(ST3) dans le cadre du prochain Congrès de l’Association française de science politique (AFSP) qui aura lieu à Montpellier les 10-12 juillet 2017. Cette section thématique est co-organisée par Mathieu Hauchecorne et Isabelle Gouarné dans le cadre du groupe de projet HiSoPo. Vous trouverez l’appel à communications ci-joint: aac_st3

Les propositions de communication (une demi-page à une page) doivent être envoyées le 15 octobre au plus tard aux adresses suivantes : isabelle_gouarne@hotmail.com ; mhauchecorne@univ-paris8.fr N’hésitez pas à soumettre une proposition de communication et à diffuser l’information dans vos réseaux.

Publication poste: Chichele Professorship of Social and Political Theory in association with All Souls College, Oxford University, deadline: 23 november 2016.

HiSoPo vous informe de la publication d’un poste d’enseignant en théorie sociale et politique au Department of Politics and International Relations de l’Université d’Oxford. La deadline est fixée au 23 novembre 2016 à 12h. Vous trouverez tous les détails de l’annonce sur le site du département à cette adresse: http://www.politics.ox.ac.uk/vacancy/chichele-professorship-of-social-and-political-theory-in-association-with-all-souls-college.html

Journées d’étude « De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques, comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ? », Nanterre, Université Paris 10, 10-11 octobre 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation des journées d’étude « De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques, comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ? » Co-organisées par la Société d’ethnologie française et le Sophiapol, ces journées se dérouleront à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, les lundi 10 octobre et mardi 11 octobre dans la salle des conférences (rez-de-chaussée, à gauche en entrant) de la maison Max Weber. Ces journées d’étude peuvent intéresser l’histoire sociale des idées politiques en fournissant des réflexions précieuses sur le croisement des méthodes qualitatives de type ethnographique et des méthodes quantitatives. Vous en trouverez le programme complet ici : https://sophiapol.hypotheses.org/19827 L’entrée est libre et gratuite.

Colloque: « « Les mondes de la philanthropie (19e-21e siècles) », Paris, Site Pouchet, 15-16 décembre 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque « Les mondes de la philanthropie (19e-21e siècles) », co-organisé par Thomas Depecker, Marc-Olivier Déplaude et Nicolas Larchet. L’événement se tiendra à Paris, sur le Site Pouchet du CNRS – 59-61, rue Pouchet, 75 017 Paris – en Salle de conférence les 15 et 16 décembre prochain. Plusieurs des interventions concernant directement l’étude des intellectuels et des idées. Vous trouverez le programme du colloque en ligne ici : http://calenda.org/378416. Si vous souhaitez assister au colloque, vous devez au préalable vous inscrire en envoyant un mail avant le 15 novembre à l’adresse suivante : mondes.philanthropie@gmail.com

Conférence internationale: « Political representation beyond elections: A comparison China/Westerne Countries », Beijing, Peking University, October 21th-22th, 2016

HiSoPo vous informe de la tenue d’une conférence internationale sur la représentation politique organisée dans le cadre du programme ANR/DFG CLAIMS (New Political Representative Claims: A Global View. France, Germany, Brazil, China, India) et qui aura lieu à l’Université de Pékin les 21-22 octobre 2016. Vous trouverez ci-joint le programme de la conférence: political-representation-beyond-elections_program_30_09_2016