Publication poste: 2 financements de thèses sur les pratiques du tirage sort en Suisse, Université de Lausanne, deadline: 26 juin 2016

HiSoPo vous informe sur la publication de l’appel à candidature pour deux postes de doctorant-e -s à l’Université de Lausanne dans le cadre d’un projet de recherche  sur les pratiques de tirage au sort dans la Suisse moderne, financé par le FNS et coordonné par Antoine Chollet : https://applicationsinter.unil.ch/inter/noauth/php/Po/pooffres.php?poid=3887&langage=37.
Attention: le délai est très court (26 juin) mais le dossier est relativement léger. L’une des thèses devrait porter sur les cités-Etats (en particulier Berne et Bâle), et l’autre sur les cantons démocratiques (Glaris et les Grisons). Cependant, les thèmes peuvent évidemment évoluer dans une certaine mesure selon les intérêts des personnes engagées. La maîtrise de l’allemand est indispensable, et une expérience de travail dans des archives de régions germanophones est bienvenue.

Publication poste: Junior Professorship in Political Theory at the University of Konstanz

HiSoPo vous informe de l’annonce d’un poste de Junior Professor en théorie politique à l’Université de Constance.

JOB OFFER No. 2016/134

The Department of Politics and Public Administration at the Faculty of Politics, Law and Economics is seeking – pending final approval of funding – applications for a Junior Professorship in Political Theory (Salary Scale W1) to be filled by 1 April 2017.

The successful candidate possesses expertise in the study of political theory or political philosophy, for example theories of social justice, democracy, governance. A doctoral degree in political science or a related discipline is required. Applicants should have a strong publication record in international, high-ranked outlets as well as experience in university teaching in the field of political theory broadly defined. The ability to teach in German is an asset. For further information please contact the department chair Prof. Marius Busemeyer (phone +49 (0) 7531 / 88 – 2860).

The University of Konstanz is an equal opportunity employer and aims to increase the number of women in research and teaching. People with disabilities are encouraged to apply and will be given preference if qualified. The University has been certified by the Hertie Foundation to be a family-friendly institution. It is committed to furthering the compatibility of work and family life. The University of Konstanz offers a “Dual Career Couples Program“.
Information can be obtained from: http://www.uni-konstanz.de/dcc.

Interested candidates should send their application documents (cover letter, CV including a list of publications and teaching portfolio, and three relevant publications) electronically to the Faculty Administrator, Dr. Brigitte Rieger-Salloukh, Universität Konstanz, 78457 Konstanz, e-mail: sektion.prw@uni-konstanz.de. The application deadline is July 6, 2016. Please refer to the reference number 2016/134, and complete the submission form (see pdf-link at: http://www.uni-konstanz.de/prw/index.php?cont=obs).

JE: Atelier HiSoPo, 1ères Doctoriales de l’AFSP, Paris, Sciences Po, 22 juin 2016

Hisopo organise un atelier doctorial dans le cadre des 1ères journées doctoriales de l’Association française de science politique qui aura lieu le 22 juin dans les locaux de Sciences Po à l’adresse suivante: 9 rue de la Chaise 75007 Paris (M° Sèvres-Babylone ou Rue du Bac).

Logo_hisopo_AFSP


Comité d’organisation

Samuel Hayat (Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Lille) & Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Chercheur associé au laboratoire Triangle, Lyon)


Texte de présentation

La science politique française a longtemps accordé une place centrale aux idées : non seulement elle comptait l’histoire des idées politiques comme l’une de ses plus nobles composantes, mais plus généralement elle tendait à privilégier l’étude des faits politiques par les idées et les idéologies. Aujourd’hui, force est d’admettre que ce constat n’est plus valable. Contre les approches privilégiant l’explication de la réalité politique par les « idées », de nombreux travaux se sont attachés à l’étude des pratiques et des propriétés sociales des acteurs et ont privilégié l’analyse des logiques organisationnelles, des relations entre les groupes et leur environnement social, des ressorts individuels et collectifs de l’engagement ou encore des répertoires d’action. Ce tournant sociologique de la science politique s’est opéré notamment en rupture avec l’histoire classique des idées politiques, tenue pour une sous-discipline enfermée dans un corpus canonique de « grands » auteurs (de Platon à Rawls), et dans l’étude de grandes idéologies largement déconnectée de leurs conditions de production et de circulation ; sous-discipline qui s’est, de surcroît, longtemps tenue à l’écart des innovations étrangères (Cambridge School, sémantique historique allemande…). Cependant, plus récemment, une série de travaux ont tenté de réinvestir le terrain des idées avec les instruments des sciences sociales et politiques, pour une bonne part sous la bannière de « l’histoire sociale des idées politiques »1. Le syntagme, à défaut d’être encore tout à fait un programme, a le mérite de lever l’opposition entre sciences sociales et histoire des idées, et de prendre aux sérieux les idées sans souscrire à l’idéalisme.

Si l’histoire sociale des idées politiques n’est pas un programme de recherche constitué, plusieurs éléments s’articulent pour en former les coordonnées théoriques et méthodologiques :

– Une extension du corpus : ne pas s’intéresser seulement aux auteurs canoniques de la pensée politique ou aux « grandes » théories mais aussi aux productions d’autres acteurs que les intellectuels et d’autres objets idéels que les théories politiques.

– Dépasser l’opposition entre analyse interne/analyse externe des textes, dans un souci de s’intéresser non seulement au contexte discursif et au contexte politique mais au contexte social qui à un moment donné rend possible l’émergence, la diffusion ou la réception d’une idée politique.

– Documenter les processus concrets par lesquels les idées politiques jouent un rôle propre dans la construction et la transformation de la réalité sociale, lié mais irréductible aux déterminations qui ont présidé à leur production.

Cependant, au-delà de ces grands principes, la question de la mise en œuvre concrète de l’histoire sociale des idées politiques reste entière. Si elle implique de dépasser l’opposition analyse interne/analyse externe, comment s’y prendre méthodologiquement ? Comment articuler par exemple méthodes d’analyse des relations (analyse des correspondances) et des interactions (analyse de réseaux), privilégiées dans l’étude des champs ou des réseaux sociaux étudiés, avec les méthodes privilégiées pour l’analyse des textes comme la statistique textuelle ? De même, comment lire les textes (herméneutique, sémantique interprétative, etc.) de façon à comprendre leur sens sans y plaquer nos propres présupposés ? Peut-on (doit-on) utiliser les mêmes méthodes pour traiter de la pensée des « grands auteurs » et des autres types d’idées ? Comment lier les idées ou les œuvres singulières à des configurations plus larges (idéologies, cultures, épistémè, etc.) ? Comment rendre compte des effets des idées dans la construction discursive et sociale de la réalité, en particulier du monde politique, sans retomber dans l’idéalisme ?

Toutes ces questions sont encore largement ouvertes et concrètement abordées par les jeunes chercheur-e-s en histoire des idées politiques. Dans cette perspective, ces journées doctoriales sont l’occasion d’appeler les jeunes chercheur-e-s intéressé-e-s par l’histoire sociale des idées politiques et qui se retrouvent au moins en partie dans ce projet à présenter leurs travaux. Le comité sera également sensible à des propositions ouvertes sur les récentes évolutions des sciences sociales et historiques, comme le global turn, les études de genre ou les études postcoloniales, etc. qui contribuent à sortir l’histoire des idées politiques de formes de nationalisme méthodologique ou d’ethno/phallo/intello-centrisme. L’optique est de permettre un dialogue sur les méthodes et les courants de l’histoire des idées politiques à partir des recherches concrètes menées par les doctorant-e-s. Les contributions devront donc à la fois faire la place à une présentation du travail en cours et à une ouverture sur un point méthodologique ou épistémologique que cette recherche soulève.


PROGRAMME DE L’ATELIER

Première séance (9h30-12h)

Antoine Aubert (Université Paris 1/CESSP), « Spinoza et la révolution : une appropriation dans l’après-68 »

Kevin Brookes (Sciences Po Grenoble/PACTE), « Le « libéralisme scientifique » contre le programme commun. La réception du néo- libéralisme américain en France dans les années 1970 »

Jean-Baptiste Devaux (Sciences Po Lyon/Triangle), « Les revues dans la circulation des idées et des savoirs. L’économie de la connaissance et le cas de la Revue d’économie industrielle : 1985-2008 »

Iliana Eloit (London School of Economics/Gender Institute), « Du féminisme au lesbianisme politique : histoire militante d’une pensée dissidente »

Nagisa Mitsushima (Université Paris 1/CESSP), « La capacité, du concept à la revendication »

2ème séance (13h30-16h)

Charles Bosvieux-Onyekwelu (Université Paris-Saclay/Laboratoire Printemps), « Une idée peut-elle fonctionner comme un champ ? L’exemple du service public et l’hypothèse d’un « champ » du public sous la troisième République »

Clément Rodier (Université de Bordeaux/Centre Montesquieu de recherches politiques), « L’École de Francfort en France . Anatomie d’une réception »

Tristan Rouquet (Université Paris 10/ISP), « La constitution d’un corpus d’auteurs comme enjeu épistémologique en histoire sociale des idées politiques »

Simon Tabet (Université Paris 10/Sophiapol), « Pour une histoire plurielle et globale de l’idée postmoderne : science, culture et société »

Cyprien Tasset (EHESS/IRIS), « Trois façons de construire « les précaires«  comme entité collective à la fin des années 1970 en France »

1 Bernard Pudal, « De l’histoire des idées politiques à l’histoire sociale des idées politiques », in Antonin Cohen, Lacroix Bernard & Philippe Riutort (dir.), Les Formes de l’activité politique. Éléments d’analyse sociologique XVIIe-XXe siècle, Paris, Presses Universitaires de France (PUF), 2006, pp. 185‑192 ; Frédérique Matonti, « Plaidoyer pour une histoire sociale des idées politiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 5, 59-4 bis, 2012, pp. 85‑104.

Si vous souhaitez y participer, n’oubliez pas de vous inscrire sur le formulaire en ligne, obligatoire pour pouvoir entrer dans les locaux de Sciences Po: https://fr.surveymonkey.com/r/doctoriales2016afsp

Avis de parution: Axel Honneth & Jacques Rancière, Recognition or Disagreement. A Critical Encounter on the Politics of Freedom, Equality, and Identity, New York, Columbia University Press, 2016

HiSoPo vous informe de la parution d’un ouvrage co-édité par Katia Genel et Jean-Philippe Deranty: Axel Honneth & Jacques Rancière, Recognition or Disagreement. A Critical Encounter on the Politics of Freedom, Equality, and Identity, New York, Columbia University Press, 2016.


Images intégrées 1

Table des matières
Part I. Setting the Stage
1. Jacques Rancière and Axel Honneth: Two Critical Approaches to the Political, by Katia Genel
2. Between Honneth and Rancière: Problems and Potentials of a Contemporary Critical Theory of Society, by Jean-Philippe Deranty

Part II. A Critical Encounter
3. Critical Questions: On the Theory of Recognition, by Jacques Rancière
4. Remarks on the Philosophical Approach of Jacques Rancière, by Axel Honneth
5. A Critical Discussion

Part III. The Method of Critical Theory: Propositions
6. The Method of Equality: Politics and Poetics, by Jacques Rancière
7. Of the Poverty of Our Liberty: The Greatness and Limits of Hegel’s Doctrine of Ethical Life, by Axel Honneth

Notes
Bibliography
Index

About the Author

Axel Honneth is professor of philosophy at the Johann Wolfgang Goethe University of Frankfurt and the Jack C. Weinstein Professor for the Humanities at Columbia University. He is also the author of the Columbia University Press books Pathologies of Reason: On the Legacy of Critical Theory (2009) and Freedom’s Right: The Social Foundations of Democratic Life (2014).

Jacques Rancière is professor of philosophy emeritus at the University of Paris VIII. Among his major works translated into English are Hatred of Democracy (2007), Aesthetics and Its Discontents (2009), and Mute Speech: Literature, Critical Theory, and Politics (Columbia, 2011).

Katia Genel is associate professor of philosophy at the University of Paris I—Panthéon-Sorbonne.

Jean-Philippe Deranty is associate professor of philosophy at Macquarie University, Sydney.


Ci-dessous le lien vers la présentation de l’éditeur et la table des matières : http://cup.columbia.edu/book/recognition-or-disagreement/9780231177160

Journées d’étude « Penser l(es)’élite(s). Taxinomies analytiques et enjeux sociologiques », Université Paris-Dauphine, 27-28 juin 2016

HiSoPo vous informe de la tenue des journées d’étude « Penser l(es)’élite(s). Taxinomies analytiques et enjeux sociologiques », organisées par les membres du RT42 « Sociologie des Élites » et du RT5 « Classes, inégalités, fragmentations » de l’Association Française de Sociologie. L’histoire sociale des idées politiques se caractérise par le refus de privilégier les « grands auteurs » canoniques ou les élites politiques ou intellectuelles au détriment des producteurs d’idées le plus souvent invisibilisés que sont les militants de base dans les partis, les penseurs issus de classes populaires, etc. Reste qu’une partie non négligeable des producteurs d’idées politiques font bel et bien partie des élites. C’est à ce titre que l’histoire sociale des idées politiques gagne à s’inspirer des réflexions, travaux et méthodes développées par la sociologie des élites.


PROGRAMME

Lieu : Amphi 4 (2e étage), Université Paris Dauphine.

Première Journée – Lundi 27 juin 2016

8h30-9h00 Accueil des participant.e.s
9h00-9h15 Introduction – Frédéric Lebaron (USQV, PRINTEMPS)

9h15-12h45 Session 1 – La notion d’élite(s)

9h15-10h15 : François-Xavier Dudouet (CNRS, IRISSO) – Élite(s) : Les enjeux des filiations intellectuelles

10h15-11h15 : François Denord (CNRS, CESSP), Paul Lagneau-Ymonet (Univ. Paris Dauphine, IRISSO), et Sylvain Thine (CESSP) – Le champ du pouvoir
11h15-11h45 : Pause
11h45-12h45 : Christophe Charle (Univ. Paris 1, IHMC) – La notion d’élite en histoire

Présidence de séance : Pierre Bataille (UNIFR, LACCUS)

Pause déjeuner

14h15-18h30 Session 2 – Élite(s) et échelles territoriales

14-30-15h30 : Claude-Isabelle Brelot (Univ. Lyon 2, LER) – Les élites locales (19e-20e siècles)  : approche historiographique
15h30-16h30 : Gilles Laferté (INRA, CESAER) – Où sont les élites?  Hypothèses sur une absence vue de l’anthropologie et de la sociologie rurale
16h30-17h00 : Pause
17h00-18h00 : Anne Catherine Wagner (Univ. Paris 1, CESSP) – Les élites à l’épreuve de la mondialisation

18h00-19h00 : Morten Reitmayer (Univ. Trier) – Towards a Conceptual History of Elites

Présidence de séance : Fabienne Pavis (Univ. de Nantes, CENS)

Deuxième Journée – Mardi 28 juin 2016

9h00-12H30 Session 3 – Élites et État

9h00-10h00 : Christophe Jaffrelot (CNRS, CERI) – Les élites politiques vues sous l’angle de la caste
10h-11h00 : Monique de Saint-Martin (EHESS, IRIS) – Noblesse, Aristocratie, Élites
11h00-11h30 : Pause

11h30-12h30 : Pierre Birnbaum (Univ. Paris 1) – De l’Élite à l’État

Présidence de séance : Maïa Drouard (Univ. Picardie, CURAPP-ESS)

Pause déjeuner

14h00-17h30 Session 4 – Actualités de la notion d’élite(s)

14h00-15h00 : Johs Hjellbrekke and Olav Korsnes (Univ. of Bergen) – Les femmes dans le champ de pouvoir
15h00-16h00 : Hervé Joly (CNRS, TRIANGLE) – A-t-on besoin des élites pour parler des patrons ?
16h00-16h30 : Pause
16h30-17h30 : Sylvain Laurens (EHESS, CESSP) – Sociologie des élites contemporaines  : un état des lieux

Présidence de séance : Marion Rabier (Univ. Haute Alsace, SAGE)


Les deux journées auront lieu en les 27-28 juin prochain et se tiendront à l’amphithéâtre 4 de l’Université Paris-Dauphine. Elles sont ouvertes à toutes et à tous sur simple demande d’inscription par mail à pierre.bataille@unil.ch.

Pour plus de détails, voir la présentation de l’événement sur le site Calenda: http://calenda.org/367557

Journée d’études Raymond Aron: « Penser l’événement. La politique à l’épreuve de l’histoire », Paris, EHESS, 6 juin 2016

HiSoPo vous informe de la tenue de la journée d’études annuelle Raymond Aron intitulée « Penser l’événement. La politique à l’épreuve de l’histoire » et organisée par le CESPRA et la Société des Amis de Raymond Aron en collaboration avec le CRASSH (Université de Cambridge). L’événement aura lieu le lundi 6 juin prochain à l’EHESS (105 bd Raspail, 75006 Paris) à l’amphithéâtre François-Furet.


PRÉSENTATION

Quelle est la nature de l’événement historique ? Que donne-t-il à penser ? Quelles sont les ressources qui s’offrent à celui qui, loin de se satisfaire de la pensée en retrait, cherche à inscrire sa parole dans l’espace public sans pour autant perdre de vue le privilège de la réflexion rétrospective ? Il s’agit dans cette journée d’étude de penser à partir du geste aronien, celui qui consiste à penser la nature de l’événement, tant au plan transcendantal des conditions de sa compréhension qu’au plan de ses conséquences politiques et sociales.


PROGRAMME


9h00 – Ouverture de la journée d’études par Olivier Remaud, directeur du CESPRA (EHESS)

Introduction par Giulio De Ligio (EHESS-CESPRA)

9h15-10h30 – 1ère table ronde : La nature de l’événement historique

Discutante : Sylvie Mesure (CNRS)

Sophie Marcotte Chénard (Université de Toronto), « La politique du récit historique : Aron et la sagesse tragique de Thucydide »
Hinnerk Bruhns (CNRS), « La signification de la Première Guerre mondiale : Max Weber lu par Raymond Aron »

10h30- 10h45  – Pause-café  (salle 7)

10h45-12h30  – 2e table ronde : La philosophie et l’événement

Discutante : Claude Habib (Université Sorbonne Nouvelle- Paris 3)

James Tussing (University of Notre-Dame), « L’historicisme de Tocqueville »
Carole Widmaier (Université de Franche-Comté), « Face à l’événement : les ressources de l’imagination politique »
Daniel Tanguay (Université d’Ottawa),« Que peut le philosophe politique ? Allers et retours entre Raymond Aron et Alain Renaut »

Pause déjeuner

14h00-15h30 – 3e table ronde : Les « cas éminents » de l’Europe contemporaine

Discutant : Paul Thibaud (ancien directeur d’Esprit)

Jean-Pierre Le Goff  (CNRS-Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), « Peut-on encore comprendre mai 68 ? »
Dominique Schnapper  (EHESS-CESPRA)  « La chute du mur de Berlin : succès et effets pervers »

15h30- 15h45  – Pause-café  (salle 7)

15h45-17h30 – 4e table ronde : Penser l’actualité historique

Discutant : Giulio De Ligio (EHESS-CESPRA)

Or Rosenboim (University of Cambridge), « Jugement politique et politique mondiale : Raymond Aron et l’ordre de l’après-guerre »
Hugo Drochon (University of Cambridge), « L’événement et l’élite chez Raymond Aron »
Pierre Manent (EHESS-CESPRA), « Quel drame pour quel procès aujourd’hui ? »

18h00 – Pot de l’amitié (salle 7)


Contacts et organisation

Giulio De Ligio: giulio.deligio@gmail.com

Elisabeth Dutartre-Michaut : dutartre@ehess.fr

Sophie Marcotte Chénard: sophie.marcottechenard@utoronto.ca