Colloque « Les révolutions comme discontinuités. Subjectivités, changements politiques et émancipations », Institut d’études avancées de Paris, 4 mai 2016

capture-decran-2016-03-23-a-104006.png

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque « Les révolutions comme discontinuités. Subjectivités, changements politiques et émancipations ». Ce colloque international organisé par Federico Tarragoni (Université Paris Diderot), avec le soutien de l’IEA de Paris, de l’Université Sorbonne Paris Cité et de l’Institut des Humanités de Paris, aura lieu le 4 mai 2016 à l’Institut d’études avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris.


PRÉSENTATION

Les révolutions sont des phénomènes historiques tout à fait singuliers. Loin de pouvoir être abordées comme le simple produit d’un ensemble de causalités linéaires, elles mettent en jeu des possibilités, qui s’apparentent à autant de bifurcations, de discontinuités, de « possibles latéraux » dans le développement des sociétés. Or, hormis quelques exceptions notables, les sciences sociales ont peu relevé les défis radicaux que suppose la prise en compte de ce « régime de discontinuité ».

Le premier défi relève, à proprement parler, de l’historicité, c’est à dire des représentations du temps que les sciences sociales prennent, souvent de manière implicite, à leur compte dans l’explication des phénomènes sociaux. Il s’agit, ni plus ni moins, de se doter d’une réflexivité sur les représentation du temps qui président à l’explication, face à des phénomènes qui défient toute linéarité et, surtout, toute possibilité d’imputation du présent au passé, de l’état révolutionnaire à un ensemble objectivable d’état préalables.

Le deuxième défi relève de l’articulation entre l’échelle structurale et l’échelle subjective. Trop souvent les analyses en sciences sociales et politiques ont fait des révolutions du passé et du présent des « bouleversements des structures socio-politiques », d’où sont étrangement absentes les transformations subjectives des acteurs. Or, considérer les révolutions comme des « discontinuités » suppose de repenser l’articulation entre structures et subjectivités, entre évolutions macro et micro, dans un contexte où les repères de la réalité ne vont plus de soi pour les acteurs. Le troisième enjeu, le plus délicat, tient à la prise en compte des significations politiques qui constituent le soubassement et la trame de toute révolution.

Repenser l’articulation entre « structures » et « subjectivités » suppose de prendre en compte, en introduisant de nouveaux outils conceptuels, les changements de sens que les révolutions produisent dans leurs contextes socio-historiques d’apparition.


PROGRAMME

9h ACCUEIL

9h15 Mots de présentation du porte-parole de l’IEA

9h30 INTRODUCTION: Federico Tarragoni (Maître de conférences en sociologie, Université Paris Diderot)

10h SESSION: « Les révolutions du passé : l’histoire déplacée »

Modérateur: Ch. Walton (Directeur du Centre d’Études sur le XVIIIe siècle à l’Université de Warwick, résident de l’IEA de Paris)

K. M. Baker (Professeur d’histoire moderne de l’Europe, Stanford University, résident de l’IEA de Paris) : « Revolutionizing Revolution »

H. Burstin (Professeur d’histoire moderne, Università degli studi di Milano-Bicocca) : « Réflexions autour du cas de la Révolution Française »

J. Guilhaumou (Directeur de recherche émérite en Sciences du langage, TRIANGLE-CNRS) : « L’historicité des langages de la Révolution française : réflexivité, subjectivité et discontinuité »

P. Serna (Professeur d’histoire de la Révolution française, IHRF/IHMC-Université Paris 1) : « « L’hommanimal » des lumières à la catastrophe racialiste : continuités et ruptures »

11h30 PAUSE CAFÉ

13h15 PAUSE DÉJEUNER

14h30 SESSION: « Les révolutions entre passé et présent : perspectives interdisciplinaires »

Modérateur: B. Gobille (Maître de conférences en sciences politiques, ENS-LSH de Lyon)

É. Tassin (Professeur de philosophie politique, LCSP-Université Paris Diderot) : « Comment continuer une interruption ? La triple aporie de la révolution »

S. Wahnich (Directrice de recherche en histoire, TRAM/IIAC-CNRS) : « Les transformations de l’intuition sensible comme expériences de la discontinuité révolutionnaire, 1789-1794, France »

M. Dobry (Professeur de science politique, Université Paris 1) : « Penser les phénomènes révolutionnaires : pourquoi l’hypothèse de continuité ? »

F. Benslama (Professeur d’Études psychanalytiques, CRPMS-Université Paris Diderot) : « Transformations subjectives de la révolution tunisienne »

16h PAUSE CAFÉ

17h45 DÉBAT ET CONCLUSIONS GÉNÉRALES

18h30 COCKTAIL


Pour plus d’informations et si vous souhaitez vous inscrire à l’événement, rendez-vous sur la page dédiée au colloque sur le site de l’IEA.

La numérisation de cassettes audio

Le chercheur en sciences sociales est parfois confronté à la nécessité ou au besoin de numériser des cassettes audio, qu’il s’agisse d’enregistrements qu’il a lui-même réalisés (entretiens individuels, focus groups, observation de meetings, etc.) ou des enregistrements effectués par d’autres dans le cadre d’une enquête collective ou d’une analyse secondaire. La numérisation de cassettes audio peut en effet permettre d’ouvrir de nouvelles possibilités en termes d’investigation comme le codage du matériau audio-textuel synchronisé dans un logiciel d’aide à l’analyse qualitative – CAQDAS (comme Sonal) ou tout simplement permettre l’archivage numérique pérenne. Vous trouverez en cliquant sur ce lien un tutoriel réalisé par mes soins décrivant l’une des manières pour effectuer cette opération simplement ainsi qu’un lien vers d’autres types de ressources.

Séance 6 : Saisir l’événement et le contexte. L’histoire sociale des idées politiques et ses méthodes (02 mai 2016)

La sixième séance du séminaire HiSoPo, intitulée « Saisir l’événement et le contexte. L’histoire sociale des idées politiques et ses méthodes », a eu lieu le lundi 2 mai 2016. Cette séance a été l’occasion d’écouter deux interventions:

  • Samuel Hayat (Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Lille), « Étudier les idées en révolution : questions de méthode »
  • Arnault Skornicki (MCF en science politique, Université Paris Ouest Nanterre La Défense/ISP) : « Le Weber de Skinner. Contextualisme et sociologie »

Ces communications ont été suivies d’une discussion collective sur les méthodes en histoire sociale des idées politiques.

La séance a eu lieu le 2 mai 2016, entre 14 et 17h, Salle 24, 27 rue Saint-Guillaume, 75007, Paris.

Vous pouvez écouter l’enregistrement audio de cette séance ici:

 

Séance 5: Histoires collectives des socialismes : longue durée et grande échelle (8 avril 2016)

La cinquième séance 5 du séminaire HiSoPo, intitulée « Histoires collectives des socialismes : longue durée et grande échelle » a eu lieu le 8 avril 2016. Cette séance a été l’occasion d’écouter deux communications:

  • Vincent Bourdeau (MCF en philosophie Université de Franche-Comté/Logiques de l’agir) et François Jarrige (MCF en histoire, Université de Bourgogne/Centre Georges Chevrier), pour l’ouvrage Quand les socialistes inventaient l’avenir. Presse, théories et expériences, 1825-1860 (dir. Thomas Bouchet, Vincent Bourdeau, Edward Castleton, Ludovic Frobert, François Jarrige), Paris, La Découverte, 2015
  • Jean-Numa Ducange (MCF en histoire, Université de Rouen, GRHis), pour présenter le projet EUROSOC

Les deux interventions ont été discutées par Samuel Hayat (Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Lille).

La séance aura lieu le 08 avril 2016, entre 14h et 17h, à Sciences Po, Salle Goguel, 56 rue des Saints-Pères, Paris, 75007, Bât. B, 5e étage.

Vous pouvez lire l’introduction de la séance faite par Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, chercheur associé au laboratoire Triangle) ici en format PDF:Introduction_S5_séminaire_HiSoPo_2016_04_08. Vous pouvez également écouter l’enregistrement audio de cette séance ici:

Avis de parution: Stephen Sawyer & Iain Stewart (eds.), In Search of the Liberal Moment, Palgrave Macmillan, 2016

HiSoPo vous informe de la parution d’un ouvrage collectif sous la direction de Stephen W. Sawyer et Iain Stewart intitulé In Search of the Liberal Moment. Democracy, Anti-totalitarianism, and Intellectual Politics in France since 1950, aux éditions Palgrave Macmillan.

In search of liberal moment

Avec les contributions de Iain Stewart, Daniel Steinmetz-Jenkins, Noah Rosenblum, Michael Scott Christofferson, Jean-Fabien Spitz, Emile Chabal, Michael C. Behrent, Serge Audier, Stephen W. Sawyer et Gwendal Châton.

Pour plus d’infos, voir la page de présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur.

JE HiSoPo: « L’ecclésiologie comme impensé des sciences politiques contemporaines », Paris, ENS Ulm, 10 mai 2016

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la première journée d’études organisée dans le cadre du groupe HiSoPo, sous l’égide de Frédéric Gabriel, intitulée « L’ecclésiologie comme impensé des sciences politiques contemporaines ». Vous trouverez ci-dessous ainsi qu’en pièce-jointe le programme.


L’ecclésiologie comme impensé des sciences politiques contemporaines

10 mai 2016
École normale supérieure
45 rue d’Ulm, Paris 5e

Journée d’étude organisée par Frédéric Gabriel dans le cadre d’HiSoPo (Histoire sociale des idées politiques) sous l’égide de l’Association française de science politique, en partenariat pour cette journée avec le Labex CoMod (Constitution de la modernité, Lyon), le département d’histoire de l’École normale supérieure (Paris), et l’Institut de recherches pour l’étude des religions de Paris IV-Sorbonne.


Matinée : salle de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (escalier D, 3 e étage)

8h45 : Accueil

9h-10h30 :

Généalogie, disjonction et amnésie : quelques pistes sur l’absence de l’ecclésiologie en sciences politiques, Frédéric Gabriel (CNRS-IHRIM, ENS de Lyon)

Marsile de Padoue et la conception de la coupure Église / pouvoir civil, par Gianluca Briguglia (Université de Strasbourg)

10h30-10h45 : pause

10h45-13h :

Politique, histoire sociale, entre ecclésiologie et pensée de la cité, par Dominique Iogna-Prat (EHESS, CéSor)

Raison d’État ou Esprit de l’administration. Botero et le sens ecclésiologique du dominium, par Jean-Philippe Heurtin (Université de Strasbourg)


13h-14h30 : déjeuner


Après midi : salle W (escalier B, 4 e étage, accès au 4 e par un deuxième escalier au fond du couloir à droite)

14h30-16h45 :

Bellarmin politiste, par Benoît Schmitz (ENS, Paris)

Thomas Hobbes et l’Église, par Lorenzo Comensoli Antonini (Université de Padoue)

16h45-17h : pause

17h-18h30 :

Les Nations dans l’Église ? Vers une ecclésiologie politique contemporaine (Gellner, Anderson, Hobsbawm, Hroch et Anthony Smith), par Goran Sekulovski (Institut Saint-Serge, Paris/FIIRD, Université de Genève)

Discutants : Alexis Chryssostalis (Institut Saint-Serge, UMR Orient et Méditerranée), Gaëlle Demelemestre (CNRS, ENS de Lyon), Luc Foisneau (CNRS-EHESS), Laurent Fonbaustier (Université Paris-Sud XI), Élise Frêlon (Université de Poitiers), Blanche Gramusset Piquois (ENS de Lyon), Frédéric Martin (Université de Nantes) Kathy Rousselet (Sciences Po, sous réserve), Arnault Skornicki (Université Paris-Ouest Nanterre), Odile Tourneux (ENS de Lyon).


Vous pouvez également télécharger le programme de la journée d’études ici: Prog_JE_Ecclésiologie