AAC: The Left and Nationalism in Europe, Paris, CEVIPOF, 9-11 juin 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque intitulé « The Left and Nationalism in Europe » qui aura lieu les 9, 10, et 11 juin 2016 au CEVIPOF.  Ce colloque est co-organisé par le CEVIPOF (Sciences Po), le Laboratoire Interdisciplinaire de l’École polytechnique (LinX-Ecole Polytechnique) et la Fondation Jean Jaurès. La date limite de l’appel à communication est le 8 avril 2016.

Présentation

L’objet de ce colloque est de réfléchir aux manières dont les gauches social-démocrates ou radicales européennes se sont emparées de la question nationale à la période contemporaine. Alors que la mort lente des nations était annoncée par l’extension de la mondialisation, les nations et les nationalismes font l’objet depuis une décennie d’un intérêt renouvelé dans la communauté scientifique et d’un investissement fort de la part des élites politiques, des médias et des citoyens. Les partis de gauche, longtemps réticents à user de la rhétorique nationale, effectuent un certain nombre d’usages politiques de la nation sous l’impact d’une résurgence du thème de l’identité. Ces usages demeurent encore mal connus et largement sous-estimés.

Il s’agit donc de proposer un état de la question sur l’évolution des gauches dans leur rapport à la question nationale, autant que de proposer de nouvelles pistes de recherche et d’analyse, au regard des contributions historiques ou récentes de la science politique internationale et dans une démarche interdisciplinaire mêlant approches théoriques et empiriques en histoire, science politique, sociologie, ou philosophie politique.

Comité organisateur

– Vincent Martigny (Ecole Polytechnique/Sciences Po-CEVIPOF): vincent.martigny@polytechnique.edu

– Gil Delannoi (Sciences Po-CEVIPOF): gil.delannoi@sciencespo.fr

– Daphne Halikiopoulou (University of Reading): d.halikiopoulou@reading.ac.uk

Appel à communications et deadline

Vous trouverez l’appel à communications ci-joint (CFP – The Left and Nationalism in Europe-2016), ainsi que sur la page dédiée de la conférence sur le site du CEVIPOF. La date limite pour envoyer une proposition de communication est fixée au 8 avril, à l’adresse suivante : ln.parisconference@sciencespo.fr ainsi qu’à David Copello, assistant coordinateur de la conférence : david.copello@sciencespo.fr

Formation: École thématique CNRS « Méthodes Informatiques et Statistiques en Analyse de Textes », Besançon, 19-24 juin 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation de la 4ème session de l’École thématique du CNRS en « Méthodes Informatiques et Statistiques en Analyse de Textes » qui aura lieu du 19 au 24 juin 2016. Cette session se tiendra près de Besançon. Cette formation est ouverte aux jeunes chercheur-e-s, aux doctorant-e-s avancé-e-s, aux ingénieur-e-s, aux chercheur-e-s et enseignant-e-s-chercheur-e-s confirmé-e-s, désireux-ses dans le cadre de leurs activités d’acquérir ou renforcer leurs connaissances et leurs compétences dans les matières indiquées. La formation sera aussi bien théorique que pratique.

Les participant-e-s peuvent être personnels CNRS (auquel cas ils-elles doivent s’inscrire sous couvert de leur unité de rattachement), universitaires (auto-financé-e-s ou financé-e-s par leur laboratoire), du secteur privé. Les participant-e-s peuvent exercer en France ou à l’étranger. Les enseignements se font en français. Les candidatures seront examinées par un Comité de Sélection agréé par le CNRS. En raison des nombreux ateliers pratiques inclus dans le programme, le nombre de stagiaires ne pourra pas excéder la vingtaine.

Les conditions de participation spécifiques à la session 2016 sont disponibles sur le site de l’École, http://mshe.univ-fcomte.fr/misat , où peuvent d’ores et déjà être consultées les informations des sessions antérieures (programmes, listes de formateurs, conditions, calendriers – ces éléments étant passibles de changements).

L’ouverture des inscriptions à la candidature est le 15 Février. L’ordre d’arrivée des dossiers avant la date de clôture ne sera pas prise en compte. Les critères les plus déterminants seront la motivation de la demande et son adéquation au programme de l’École.

Pour tout renseignement, veuillez contacter le comité d’organisation à l’adresse suivante : <misat2016@mshe.univ-fcomte.fr >

Séminaire « Socio-histoire des idées économiques », Paris 1, CESSP, 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation du séminaire « Socio-histoire des idées économiques » dont les organisateurs ont bien voulu nous communiquer le texte de présentation et le programme que vous trouverez ci-dessous.


Présentation

Ce séminaire a comme ambition de faire intervenir des chercheurs qui étudient les modes de production et de diffusion de la pensée économique. Le séminaire s’efforcera de rendre compte, sans exclusive disciplinaire, de la richesse des recherches sur la production et les usages des idées économiques dans les sphères académiques, politiques, administratives ou médiatiques, etc.

Toutes les séances ont lieu au CESSP en salle du CRPS, à la Sorbonne (entrée par le 14, rue Cujas).


Programme janvier-juin 2016

11 février 2016: Jean-Baptiste FLEURY, Maître de conférences en économie, Université de Cergy-Pontoise: « La montée en puissance de la ‘fun economics’ »

7 avril, 18h-20h : Yann LE LANN, Maître de conférences en sociologie, Lille 3: « Les frontières comptables du social. Le champ des budgets sociaux de la nation »

10 mai, 18h-20h : Mathieu FULLA, chercheur au Centre d’Histoire de Sciences Po, et Mathieu TRACOL, docteur en histoire, Centre d’histoire sociale du XXème Siècle (CNRS/Paris1): « La pensée économique du Parti Socialiste »

9 Juin, 18h-20h : Sarah KOLLOP, doctorante en science politique au Centre Maurice Halbwachs (CNRS/ENS/EHESS et Harols MAZOYER, Maître de conférences en science politique, IEP de Lyon: « Une pensée économique d’État ? »

Pour toute demande d’information et/ou inscription sur la liste de diffusion:
serge.benest@gmail.com
antony.burlaud@gmail.com
jm.chahsiche@hotmail.fr

 

Avis de parution: Didier Demazière et Morgan Jouvenet (dir.), Andrew Abbott et l’héritage de l’école de Chicago, Paris, Éd. EHESS, 2016.

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage dirigé par Didier Demazière et Morgan Jouvenet, Andrew Abbott et l’héritage de l’école de Chicago, aux Éditions de l’EHESS, coll. « En temps & lieux », ISBN 978-2-7132-2498-0.


Ce livre offre une introduction plurielle et approfondie aux travaux d’Andrew Abbott, l’une des figures majeures de la sociologie contemporaine. En deux tomes, il révèle les importants chantiers théoriques et empiriques ouverts par Abbott, et discute des thèses originales – et souvent provocantes – qui apparaissent ici comme les prolongements d’un héritage quelque peu oublié de l’école de Chicago, courant sociologique pionnier et parmi les plus influents. Ce tome 1 rassemble des traductions de textes majeurs d’Abbott, des contributions de spécialistes clarifiant ses apports, une réponse inédite d’Abbott et une bibliographie complète permettant de se repérer dans une œuvre jusqu’à présent très peu traduite en français. Ce premier tome édité en format papier sera bientôt disponible en format numérique et accompagné d’un second tome numérique.

Avec des textes de : Andrew Abbott, Daniel Cefaï, Didier Demazière, Ivan Ermakoff, Jean-Louis Fabiani, Pierre François, Mathieu Hauchecorne, Morgan Jouvenet, Heather MacIndoe, Pierre-Michel Menger, Stanislas Morel, Étienne Ollion, Geneviève Pruvost et Claire Zalc.

Pour plus de détails sur l’ouvrage, voir la page de présentation de l’ouvrage sur le site des Éditions de l’EHESS.

Conférence « Kant, Foucault et le droit. Pour une relecture de la philosophie du droit »

HiSoPo vous informe de l’organisation de la conférence de Diogo Sardinha, Président du Collège international de philosophie, intitulée « Kant, Foucault et le droit. Pour une relecture de la philosophie du droit ».

Images intégrées 1

L’événement aura lieu le Jeudi 24 Mars à partir de 17h en salle T204 à l’Université Paris 13. Cette conférence est organisée dans le cadre de l’inauguration des séminaires “Philosophie du droit”. Elle sera présidée par Jean-René Garcia, Professeur des Universités associé en Droit public de l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité. Si vous souhaitez y participer, il faut confirmer votre présence par courriel à recherche.dsps@univ-paris13.fr

 

Annonce poste LSE Fellow in Political Theory, Department of Government, LSE, deadline 11th April 2016.

HiSoPo vous informe de l’annonce d’un poste de LSE Fellow in Political Theory (CDD de deux ans) au Department of Government de la London School of Economics and Political Science. La deadline est fixée au 11 avril 2016. Pour plsu de détails sur la fiche de poste, voir le site jobs.ac.uk.

Conference « Michel Foucault and Neoliberalism », AUP Center for Critical Democracy, March 25-26.

HiSoPo vous informe de l’organisation par le Center for Critical Democracy Studies de l’Université américaine de Paris d’une conférence sur Michel Foucault et le néolibéralisme les 25-26 mars. L’événement aura lieu au 6 rue du Colonel Combes, 75007, Paris, Salle C-104. Pour pouvoir y participer, il faut s’enregistrer à l’adresse suivante: criticaldemocracy@aup.edu. Vous en trouverez le programme ci-dessous.

The Center for Critical Democracy Studies at the 

American University of Paris presents

Michel Foucault and Neoliberalism 

Organized by

Stephen Sawyer and Daniel Steinmetz-Jenkins

March 25th, 9h-18h30 & March 26th, 10h-13h

6 rue du Colonel Combes Paris 75007 Room C-104

Friday, March 25

9h-9h15: Introductory Remarks Stephen Sawyer

9h15-10h30: Contextualizing Foucault

-Daniel Steinmetz-Jenkins, Foucault and the Neo-liberalism Debate: On the Limitations of a Contextualist Approach
-Claudia Castiglioni, Foucault, Neoliberalism, and the Iranian revolution: an unconventional thinker confronted with an unconventional revolution

10h30-10h45: Short Coffee Break

10h45-12h: Foucault and Politics

-Duncan Kelly, Michel Foucault as Historian of Political Thought
-Aner Barzilay, A rereading of Foucault’s Lectures on the Birth of Biopolitics in light of his early reading of Marx 12h-1h30: Lunch

13h30-15h15: Foucault and the State

-Luca Paltrinieri, Beyond Foucault and neoliberalism: firms, self-employment, self-entrepreneurship today

-Luca Provenzano, Of state-phobia and conceptual inflationism: Foucault and the aporias of anti-Statism

15h15-15h30: Short Coffee Break

15h30-16h45: Was Foucault a Neo-Liberal?

-Micheal Behrent, Neoliberalism: The Highest Stage of Anti-Humanism?…
-Serge Audier, Foucault est-il un bon guide pour comprendre, critiquer et combattre le néolibéralisme

17h-18h15: Thinking Foucault and Neoliberalism after the University of Chicago Lectures

-Bernard Harcourt, Foucault’s Critiques of Neoliberalism
-François Ewald, Vérité du néolibéralisme

Saturday, March 26

10h-12h: Governmentality

-Judith Revel, Qu’est-ce que gouverner aujourd’hui? Du gouvernement des vivants au gouvernement des conduites, et retour
-Danilo Scholz, Michel Foucault and François Châtelet: Governmentality and État savant
-Colin Gordon, The political project of Foucault’s governmentality lectures

12h-13h: Closing remarks

Stephen Sawyer and Bernard Harcourt

AAC: The Political Rhetoric of Isms, University of Helsinky, 14-15 juin 2016.

HiSoPo vous informe de la publicisation de cet appel à communication pour un séminaire d’histoire conceptuelle comparée sur les « ismes » qui peut intéresser certain-e-s.

 

CFP: The Political Rhetoric of Isms

University of Helsinki, June 14–15, 2016
Convenors: Helge Jordheim (Oslo), Jussi Kurunmäki (Stockholm),
and Jani Marjanen (Helsinki)

Organized by the project The Political Rhetoric of Isms at the University of Helsinki and Concepta: International Research School in Conceptual History and Political Thought

Isms form a great part of our political, cultural, and scholarly language. It would be quite difficult to conduct a serious conversation on literature, music, religion, or sciences without isms like “romanticism,” “classicism,” “neorealism,” “constructivism,” “Freudianism,” or “Platonism.” And it would be hard to imagine any news broadcasting on politics without words such as “liberalism,” “conservatism,” “communism,” “feminism, or “multiculturalism.” It is perhaps illustrative that the Oxford English Dictionary provides entries for 2,932 words that end in an ism. Furthermore, the ism suffix has spread to nearly all languages either as a direct adaptation, or as a sign that roughly corresponds to the idea of an ism. In short: the use of ism is an irreplaceable feature of political and social language globally.

In debate, isms tend to be used to reduce a complex figure of thought into one word. By doing this, isms have often been a way of forging a long tradition of thought (e.g. Aristotelianism), pointing toward a future state of things (e.g. socialism), including or excluding strands of thought (e.g. true or false liberalism), delineating a set of unwanted practices (e.g. racism), or labeling an intellectual or political movement (e.g. feminism).   In many cases, isms have been a way of setting the agenda for debate, making them unavoidable for anyone who wants to be heard in public life.

This Concepta Research Seminar is interested in studying the conceptual history of isms from a comparative perspective. It assumes that different ism concepts are related, and that the rhetorical potential and temporal properties of the ism concepts have changed over time. While some concepts are obviously more closely linked (e.g. socialism and communism) than others (e.g. anachronism and multiculturalism), we still presume that not only the main word in an ism (e.g. terror in terrorism), but also the suffix itself is contested and used for various rhetorical purposes. Isms are often seen as typical movement concepts of the modern era, but their use goes much further back in history. There are crucial shifts in the history of individual isms as well as the use of the suffix itself that merit closer scrutiny.

By bringing together scholars working on the conceptual history of ism concepts, we seek to explore how isms have been used in a variety of discourses, languages, and periods of time. We encourage scholars in all stages of their careers to submit paper proposals with a tentative title and an abstract of no more than 500 words to jani.marjanen@helsinki.fi and jussi.kurunmaki@sh.se by April 5.

All papers should include analysis of historical examples of ism concepts in use. We prioritize papers that focus on the contextual reading of sources and show that the author is familiar with conceptual history and/or contextualist intellectual history. In your proposal, please also state if you need a travel stipend to come to Helsinki.

http://www.historyofconcepts.org/node/17491
http://www.concepta-net.org/

AAC: 1ères Doctoriales de l’AFSP – Atelier HiSoPo, Paris, Sciences Po, 22 mars 2016

HiSoPo vous informe de la tenue des premières Journées doctoriales de l’Association française de science politique (AFSP).

1ères Doctoriales de l’Association Française de Science Politique

22 juin 2016, Sciences Po, Paris

Dans le souci de valoriser les travaux de thèses réalisés dans le domaine des études politiques, l’Association Française de Science Politique organise ses 1ères Doctoriales le 22 juin prochain à Paris dans les locaux de la Fondation nationale des sciences politiques. Organisée en étroite collaboration avec les responsables des pôles de recherche de l’Association, cette manifestation permettra d’abord de présenter les chantiers de la recherche doctorale relative aux thématiques des quatre groupes de projet de l’AFSP, dont HiSoPo.

Elle offrira également aux jeunes chercheurs un espace de dialogue et de formation propice à l’identification des compétences académiques et professionnelles associées au parcours doctoral. Les ateliers proposés, organisés dans un esprit constructif et convivial, se veulent un lieu de réflexion complémentaire de ceux auxquels les doctorants et jeunes docteurs sont habitués dans leur établissement de rattachement.

Télécharger l’appel à propositions pour participer à l’un des 4 ateliers thématiques en cliquant sur ce lien.

Dates limites pour candidater à l’atelier HiSoPo: 4 avril.

Annonce bourses pré-doctorales et doctorales en Théorie politique à l’Université de Witwatersrand (Joburg), Afrique du Sud, mars 2016

HiSoPo vous informe de l’appel pour des bourses pré-doctorales et doctorales en Théorie politique à l’université de Witwatersrand (Joburg) en Afrique du Sud sous la direction de Lawrence Hamilton.

Postgraduate Scholarships: NRF/British Academy Research Chair in Political Theory, University of the Witwatersrand and University of Cambridge

Lawrence Hamilton would like to invite applications for the following scholarships under the auspices of this new SARChi Chair in Political Theory:

•             1 NRF PhD Scholarship

•             3 NRF Masters Scholarships

•             4 NRF Honours Scholarships

These will be available for any student researching a topic in political theory (broadly construed) in South Africa, who would like to work under the supervision of Lawrence Hamilton.

Please send a CV and short research proposal – no longer than 1 page – to Lawrence Hamilton, at Lawrence.Hamilton@wits.ac.za or The Department of Political Studies, University of the Witwatersrand, Private Bag 3, Wits 2050, Johannesburg, South Africa to arrive no later than the 24 March 2016.

AAC « Key Concepts in Times of Crisis », 19th International Conference on Conceptual History, Danemark, Aarhus University, 14-16 septembre 2016

HiSoPo relaie cet appel à communications pour la 19 conférence internationale sur l’Histoire conceptuelle qui ne manquera pas d’intéresser certains d’entre nous.

CALL FOR PAPERS

The 19th International Conference on Conceptual History will be held at Aarhus University, Denmark September 14-16, 2016

 

Key Concepts in Times of Crisis

The general theme and title of the conference will be “key concepts in times of crisis”. The study of historical change through the formation of key concepts is at the core of conceptual history. Concepts can acquire the status as central within the political and social vocabulary through long historical processes. The modern concept of democracy emerged with the French revolution of 1789 and became central to ideologies and political languages in the latter part of the 19th century. The concept of crisis took shape in the 18th century and became central to the understanding of politics and economy in the 19th century. The study of changes through the emergence of key concepts is underpinned by a sophisticated theory of historical time and temporality. On one hand, concepts are layered in time. They carry with them older meanings that can be activated in the present. This explains why the present can be viewed as a noncontemporaneity of the contemporaneous. On the other hand, humans always act in accordance with a horizon of expectation. Conceptual history investigates how the possible futures orientating human action are conceptualized. The increasing uncertainty that characterizes modern societies has led to flow of temporal concepts which tries to conceptually master the future. The emergence of modern societies was followed by a range of concepts that were meant to conceptualize future directions such as progress, civilization, history in the singular, and revolution. While these concepts carried with them counter-concepts (decline, decay, and fall) that could indicate the possible risks societies would run into on their way to the future.  The grand narratives formed by the political ideologies of the 19th and 20th century were to a large degree capable of mastering the political imaginations. This is hardly the case anymore. Changes in the mechanisms of politics, new technologies and the ever-increasing globalization of human life have certainly changed the horizons of expectations and made the future more open and more risky. The conference will engage with the ways in which this more radical openness is mirrored in political concepts of time.

Even if concepts develop over time and change gradually we can also notice that in more turbulent periods characterized by increasing societal challenges contestation of existing concepts increases, which is often followed by a growing conceptual innovation. When more people move across the world due to catastrophes, poverty or instability, concepts of social cohesion are challenged and new ones appear as for instance the concept of the multicultural society or old ones such as the nation are revitalised. When climate change becomes more pressing in international political debates sustainability turns into a political key concept. When warfare changes with non-state combatants acting in new ways, terrorism becomes a key concept in international politics. At the 2016 conference we will study how new key concepts are coined and transmitted globally in situations where existing frameworks are severely challenged.

The organizers welcome proposals for panels or papers that look at conceptual change in situations of growing risks, crisis or even catastrophe and focus on the semantic and social changes which lead to conceptual innovation. Proposals could address different forms of crises such as for instance

  • The political crisis caused by feelings of deficit, instability or injustice
  •  The economic and financial crises leading to the erosion of social cohesion
  • The crisis of insecurity linked to the lack of international order
  • The crisis of identity within multicultural societies
  • The crisis of survival related to climate change.

We also invite proposals that discuss the history of temporal concepts and more broadly the understanding of temporality within conceptual history

Proposals for individual papers should be no longer than 400 words, and proposals for panels should not exceed 800 words. Short CVs of the speakers should be added (name, institutional affiliations, major publications – not more than five). Panels at the conference will last two hours. There should be no more than four paper givers (or three paper givers and a commentator) per panel.

Please send your proposals to conceptualhistory@cas.au.dk.

The deadline for sending in proposals is the 31st May 2016

Authors will be notified of paper acceptance or non-acceptance at latest the 15th of June.

Table-ronde Circulations des sciences sociales entre la France et l’Allemagne, Paris, EHESS, 15 mars 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation d’une table ronde par les Éditions de l’EHESS, l’Institut français et la Fondation Maison des sciences de l’homme à l’occasion de la venue d’une délégation d’éditeurs allemands en sciences humaines et des rencontres de traducteurs «Penser en Langues/ in Sprachen denken ».

 

Circulations des sciences sociales entre la France et l’Allemagne

Quels héritages et quelles dynamiques aujourd’hui ?

 

Mardi 15 mars de 18 h 00 à 20 h 00

EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, Amphi Furet

avec

Michel Espagne, germaniste et historien de la culture, ENS

Rainer Maria Kiesow, juriste, EHESS

Gisèle Sapiro, sociologue, EHESS

Bénédicte Savoy, historienne de l’art, Technische Universität, Berlin

Jakob Vogel, historien, Sciences Po, Paris

animée par Franziska Humphreys, responsable du programme franco-allemand de la FMSH

 Si les traductions entre le français et l’allemand peuvent être considérées à certains égards comme abondantes dans le domaine de la philosophie, elles sont plus limitées dans d’autres disciplines comme l’histoire ou la sociologie. En réalité, la circulation transnationale des textes présente dans tous les champs du savoir des décalages, des impasses, des distorsions (parfois fécondes) mais aussi de grands oublis. Le regard sur la longue durée permet-il d’éclairer les échanges contemporains ? Quel(s) rôle(s) y jouent les traditions intellectuelles, les transferts culturels, les cadres sociaux et économiques ou encore les attentes supposées du public ?

 La table ronde sera suivi d’un cocktail.

———-

Michel Espagne est directeur de recherche au CNRS, directeur de l’UMR Pays germaniques : transferts culturels (ENS-CNRS), responsable du labex TransferS. Il dirige la Revue germanique internationale (CNRS-éditions) et une série « Voix allemandes » chez Belin. Il a co-dirigé un Dictionnaire du monde germanique (Bayard, 2007) et avec Bénédicte Savoy un Dictionnaire des historiens d’art allemands. Dernier ouvrage personnel L’Ambre et le fossile. Transferts germano-russes dans les sciences humaines (Armand Colin, 2014).

Rainer Maria Kiesow est juriste et directeur d’études à l’EHESS à Paris. Il est le directeur du Centre Georg Simmel. Recherches franco-allemandes en sciences sociales (EHESS/CNRS). Il est co-fondateur et directeur de la revue allemande Myops. Berichte aus der Welt des Rechts (C.H.Beck, Munich) et de la revue française Grief. Revue sur les mondes du droit (Dalloz /Éditions de l’EHESS). Il a notamment publié Das Naturgesetz des Rechts (Suhrkamp, 1997), Das Alphabet des Rechts (Fischer, 2004) et L’unité du droit (Éditions de l’EHESS, 2014).

Gisèle Sapiro est sociologue, directrice d’études au CNRS et à l’EHESS et vice-présidente de l’EHESS pour les relations internationales. Auteure de La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard 1999), La Responsabilité de l’écrivain (Seuil 2011) et La Sociologie de la littérature (La Découverte, 2014), elle a mené des enquêtes sur la traduction et la circulation internationale des sciences humaines et sociales (Translatio, CNRS Editions, 2008) ; Traduire la littérature et les sciences humaines, DEPS publications, 2012 ; Sciences humaines en traduction, Institut français, 2014). Depuis 2013, elle dirige le projet européen INTERCO-SSH sur l’institutionnalisation et l’internationalisation des sciences humaines et sociales. Elle dirige, chez CNRS Éditions, la collection Culture & Sociétés et le Dictionnaire  Bourdieu (à paraître).

Bénédicte Savoy, ancienne élève de l’École Normale Supérieure (Fontenay) et agrégée d’allemand, enseigne l’histoire de l’art à la Technische Universität de Berlin. Elle est l’auteur de nombreux travaux consacrés à l’histoire des spoliations artistiques entre France et Allemagne, à la naissance des musées d’art en Europe et à la mise en place transnationale, aux XVIIIe et XIXe siècles, de disciplines universitaires telles l’archéologie et l’histoire de l’art.

Jakob Vogel est professeur d’histoire de l’Europe (XIXe-XXe siècles) au Centre d’histoire (Sciences Po Paris) depuis 2011. Il a auparavant enseigné à l’université de Cologne et été directeur-adjoint du Centre Marc Bloch à Berlin. Il est membre du conseil scientifique de l’Université franco-allemande (DFH-UFA). Il travaille notamment sur l’histoire des savoirs et des sciences en Europe et vient de codiriger l’ouvrage Shaping the transnational sphere. Experts, networks, and issues (c. 1850-1930) (Berghahn publishers, 2015).

 

 

Séance 4: Le néo-libéralisme, genèse revisitée et étrange postérité (15 mars 2016)

La quatrième séance du séminaire HiSoPo a porté sur « Le néo-libéralisme, genèse revisitée et étrange postérité » et a été organisée autour de deux communications:

  • Jean Solchany (MCF en histoire contemporaine à l’IEP de Lyon, LARHRA) : sur son ouvrage Wilhelm Röpke, l’autre Hayek. Aux origines du néolibéralisme, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.
  • Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Chercheur associé au laboratoire Triangle, Lyon) : « Du néo- au social-libéralisme, une étonnante filiation »

Les deux interventions ont été discutées par François Denord (Chargé de recherche CNRS en sociologie, CESSP-CSE/EHESS).

La séance a eu lieu le 15 mars 2016, entre 14h et 17h, en Salle du Conseil de Sciences Po, 13 rue de l’Université, Paris, 75007, 5ème étage.

Vous pouvez écouter l’enregistrement audio de la séance ci-dessous.

Avis de parution: Fabrice Flipo, Les grandes idées politiques, Paris, Éd. Bréal, 2015.

HiSoPo vous signale la parution du manuel de Fabrice Flipo sur Les grandes idées politiques paru il y a quelques mois aux éditions Bréal.

Texte de présentation

La crise démocratique contemporaine (absentions, critique des élites etc.) demande sans doute de clarifier certains grands repères. L’idée de cette nouveauté de Fabrice Flipo est de permettre aux lecteurs de comprendre les valeurs et les positions des différents partis politiques dans une perspective plus large en se fondant sur les auteurs classiques de philosophie politique et sociologie politique, et d’éclairer les débats politiques actuels. L’ouvrage est structuré en chapitres qui recouvrent des questions générales fréquemment posées dans la société. On donnera aussi des exemples illustratifs, qui pourront être tirés d’autres contextes culturels, notamment de l’Inde ou l’Amérique latine.

Pour plus de détails, voir le site de l’éditeur.

Journée d’études « Au nom de l’intérêt général », ENS de Lyon, Lyon, 24 mars 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation d’une journée d’étude intitulée « Au nom de l’intérêt général » organisée par Martine Kaluszynski et Chloé Gaboriaux et qui se tiendra à l’ENS de Lyon (site Buisson) le 24 mars prochain.

Texte de présentation

Pourquoi s’engage-t-on ? Pour répondre à cette question désormais classique, les acteurs sont aussi souvent portés à invoquer l’intérêt général que les chercheurs en sciences sociales à déconstruire une telle prétention, qui obscurcit plus qu’elle n’éclaire les véritables ressorts de l’action politique. Pourtant, si l’on considère l’intérêt général non plus comme un ensemble de finalités définies a priori, mais comme un mode de légitimation revendiqué par des individus ou des groupes, la notion peut constituer une entrée stimulante pour mieux comprendre certains modes de politisation et de participation, qui se déploient ou plutôt prétendent se déployer en marge des clivages politiques traditionnels comme à distance des rapports de force entre groupes d’intérêts.

Tel est l’objectif de cette journée d’étude : partir d’une analyse des justifications de ces acteurs qui affirment s’engager au nom de l’intérêt général pour étudier le rapport au politique qu’elles sous-tendent comme les effets qu’elles produisent sur le champ politique. Il s’agit en effet de penser une action que nous pouvons définir comme politique – parce que collective et visant explicitement la transformation de la société – mais qui se déploie en dehors des mandats et des motivations explicitement politiques sans pour autant rejeter la collaboration avec les institutions étatiques (ce qui la distingue également des projets et expériences autogestionnaires).

A cet égard, le questionnement portera sur des parcours individuels – des réformateurs de la fin du XIXe siècle aux carrières militantes contemporaines – comme sur les stratégies des groupes, y compris ceux qui, par définition, défendent des intérêts particuliers (syndicats, organisations patronales, lobbies, etc.) : pourquoi adoptent-ils à un moment donné le langage de l’intérêt général ? Dans quelle perspective ? Et avec quelles implications pour leur engagement comme pour les luttes dans lesquelles ils sont engagés ?

On s’interrogera notamment sur le sens de cet engagement au nom de l’intérêt général et sur son rapport à la politique traditionnelle : en quoi est-il politique, de quelle manière, sous quelles conditions ? Comment se dit-il, se justifie-t-il et dès lors quel type de « politique » est alors mis en œuvre ? Qu’est-ce que cette « politique apolitique » de l’intérêt général ? Ces registres d’action ne sont-ils pas à voir comme un moment d’apprentissage de la culture politique et de l’action politique, au-delà des mandats et de la nature des régimes politiques ?

De même, le rapport à l’État constituera une piste intéressante, en particulier dans les sociétés où l’État tend à s’arroger le monopole de la définition de l’intérêt général : y a-t-il ici volonté de contestation, de complémentarité, de substitution voire d’opportunité par rapport à l’État et ses modes d’organisation politique ? Quels sont les enjeux de ces luttes de définition pour dire l’intérêt général en lien ou en concurrence avec l’État ?

Pour plus de détails, vous trouverez ci-joint le programme de la journée (ProgrammeJE240316-1).