AAC: « Materialist Discourse Analysis Methodological entanglements », interdisciplinary workshop, University of Warwick, July 7-8, 2016

HiSoPo vous informe de l’appel à communications pour un workshop intitulé « Materialist Discourse Analysis Methodological entanglements » qui aura lie u à l’Université de Warwick les 7-8 juillet 2016.

Call for Papers and Contributions

Materialist_Discourse_Analysis
Methodological entanglements

Interdisciplinary workshop and publication project

University of Warwick (UK), July 07-08, 2016

Deadline for applications: January 18, 2016

In this workshop, we seek to explore how a decidedly materialist approach to discourse can be put into practice. Bringing together contributions from a range of disciplines, we will think through the methodological implications materialism has for Discourse Studies, and vice versa.From the beginning, discourse analysis (in the broadest sense of the term, as an approach at the intersections of language, politics, and society) and materialism have been intimately connected. Constituting a relationship of varying intensity and visibility, this entanglement is for example present in Marxist critique of ideology, materialist semiotics, Russian formalism, Critical Theory, Psychoanalysis, or ‘French’ structural Marxism and discourse analysis. This highly diverse field continues to provide different strands of discourse analysis with a complex, in many ways even contradictory notions of materialism, ranging from essentialist/substantialist, over dialectical, to post-representationalist ones. The issue is further complicated by the construction of alleged incompatibilities (for example between ‘materialism’ and ‘post-structuralism’) and a battery of dichotomies (materiality/discourse, discourse/reality, language/materiality, language/reality, etc.), which constitute a prominent focus of theoretical debates. Especially with the emergence of New Materialism, material semiotics, or material culture studies and a renewed interest in the materiality of discursive, social, and political realities, what exactly ‘materialism’ denotes has become the subject of intense debate in the social sciences and humanities again.

Particularly the methodological consequences to be drawn from a decidedly materialist perspective on discourse remain rather opaque, and are rarely explored systematically. Therefore, the workshop will constitute a space to discuss practical implementations of discourse analysis as a materialist method.

We invite proposals that
●    explore this issue against the background of concrete examples from a broad range of subject areas
●    and in relation to a range of different theoretical frameworks, which are animated by a critical and/or interventionist impetus
Contributions could address (but are not limited to) the following aspects:

●    What qualifies a discourse analytical method as materialist?
●    The methodological and epistemological implications materialisms have for discourse analytical methods
●    Analysing the materiality of discourse, and the discourse on materiality
●    Materialist approaches to the study of subjectivation and ideology
●    Materialist methodologies within praxeological and pragmatic approaches to discourse
●    Post-representationalist and -foundationalist methods of discourse analysis
●    Trajectories of materialism in discourse-analytical methods and the historical relation between materialism and discourse analysis
●    De-colonial and non-western methods of materialist discourse analysis
●    Feminist-materialist methodologies and epistemologies
●    Discourse-analytical methods that rework prominent Marxist categories, such as class(,) struggle, production, reproduction, accumulation, or crisis

We look forward to submissions that reflect on the implications of the chosen aspect(s) for their own research and/or political practice. Contributions from researchers or collectives without formal academic affiliation are explicitly welcome. A small quantity of travel grants is available for participants without access to institutional funding. Please mention your requirements alongside your application, we will then get in touch and discuss possibilities.

The goal of the workshop is to work towards an edited volume that takes stock and explores materialist methodologies in the field of Discourse Studies. Papers for publication will be selected on the basis of the participants’ submission and the discussion at the workshop.

Please submit your abstract (of no more than 400 words) and a short bio by January 18, 2016 to

materialistdiscourse@warwick.ac.uk

Papers (of no more than 5000 words) should be submitted 10 days before the workshop. Please note that it is crucial to adhere to this deadline in order to be considered for the publication.

English is recommended but French and German are admitted.

Section Proposal: « Contested Concepts and their Trajectories », ECPR General Conference, Prague, 7-10 September 2016

HiSoPo vous informe que le Standing Group « Political Concepts » de l’ECPR propose une section intitulée « Contested Concepts and their Trajectories » lors du prochain congrès, qui se tiendra à Prague du 7 au 10 septembre 2016.
La section, organisée par Anthoula Malkopoulou et Annelien De Dijn, sera composée de huit panels, dont les détails sont sur le site et dans le programme en pièce jointe (Section Proposal ECPR 2016).

Panel 1 – Annelien De Dijn – What is liberalism?
Panel 2 – Anthoula Malkopoulou – The concept of ‘militant democracy’ and its alternatives
Panel 3 – Samuel Hayat & Dirk Jörke/Discussant: Veith Selk – The people and the masses in conceptual history
Panel 4 – Lena Halldenius – Histories of the concept of human rights
Panel 5 – Kari Palonen – Max Weber as political thinker
Panel 6 – Anna Kronlund & Taru Haapala – Politics of ‘deliberation’
Panel 7 – Elena Garcia-Guitan and Claudia Wiesner – Rethinking political representation in the EU
Panel 8 – Heino Nyssönen & Fred Dias – Conceptual history and world politics.

L’envoi des propositions de présentation doit être fait, exclusivement sur le site, avant le 15 février 2016. Les places étant limitées, n’hésitez pas à contacter au plus vite les animateurs-trices des panels qui vous intéresseraient.

Avis de soutenance: Fabien Carrié, Parler et agir au nom des bêtes : production, diffusion et réception de la nébuleuse idéologique « animaliste » (France et Grande-Bretagne, 1760-2010), Nanterre, Université Paris X, 11 décembre 2015.

HiSoPo vous informe de la soutenance de la thèse de Fabien Carrié intitulée « Parler et agir au nom des bêtes : production, diffusion et réception de la nébuleuse idéologique « animaliste » (France et Grande-Bretagne, 1760-2010) ». La soutenance se déroulera vendredi 11 décembre 2015 à 9h à l’université Paris Ouest Nanterre, 200 avenue de la république, 92000 Nanterre, bâtiment F, salle des commissions (1er étage).

Le jury est composé de :

– M. Laurent Jeanpierre, professeur de science politique, Université Paris Vincennes Saint-Denis (C.R.E.S.P.P.A.).

– M. Dominique Guillo, directeur de recherche en sociologie au CNRS (G.E.M.A.S.S.), rapporteur.

– Mme Johanna Siméant, professeure de science politique, Université Paris I (C.R.P.S.), présidente du jury.

– M. Fabrice Bensimon, professeur d’histoire et de civilisation britannique, Université Paris Sorbonne (C.R.H.XIX.), rapporteur.

– Mme Gisèle Sapiro, directrice de recherche au CNRS et directrice d’étude à l’EHESS (C.S.E. – E.H.E.S.S.).

– M. Bernard Pudal, professeur émérite de science politique, Université Paris Ouest Nanterre (C.S.U.), directeur de thèse.

Avis de soutenance: Antoine Idier, « Les vies de Guy Hocquenghem. Sociologie d’une trajectoire à l’intersection des champs politiques, culturels et intellectuels français des années 1960 aux années 1980 », Amiens, Université de Picardie Jules Verne, 9 décembre 2015.

HiSoPo vous informe de la soutenance du doctorat en sociologie d’Antoine Idier le 9 décembre prochain à l’université de Picardie Jules Verne. Sa thèse intitulée « Les vies de Guy Hocquenghem. Sociologie d’une trajectoire à l’intersection des champs politiques, culturels et intellectuels français des années 1960 aux années 1980 » sera présentée devant un jury composé de :

– Sébastien CHAUVIN, Assistant Professor of Sociology, University of Amsterdam ;

– Didier ERIBON, Professeur à la Faculté de Philosophie, sciences humaines et sociales, Université de Picardie Jules Verne, directeur de thèse ;

– Virginie DE LUCA BARRUSSE, Professeure à l’Institut de démographie de l’Université Paris I Panthéon – Sorbonne, Centre de recherche de l’Institut de démographie de Paris ;

– Bill MARSHALL, Professor of Comparative Literary & Cultural Studies, School of Languages, Cultures & Religions, University of Stirling ;

– Élisabeth ROUDINESCO, historienne, directrice de recherches (HDR), chercheur associé au laboratoire ICT, UFR-GHSS, Université Paris VII – Diderot.

La soutenance aura lieu à Amiens, au Logis du Roy, salle d’honneur, à 14h.

Avis de soutenance: Cyprien Tasset, « Les intellectuels précaires, genèses et réalités d’une figure critique », Paris, 190-198 avenue de France 75013 Paris, 5 décembre 2015.

HiSoPo vous informe de la soutenance de la thèse de Cyprien Tasset intitulée: « Les intellectuels précaires, genèses et réalités d’une figure critique ». Elle aura lieu samedi 5 décembre de 9 à 13h, au Bâtiment du 190-198 avenue de France 75013 Paris, Salle du Conseil A & B.
Jury

  • Luc Boltanski, (directeur de thèse), EHESS
  • Florent Champy, CNRS
  • Patrick Cingolani, Université de Paris 7 Denis Diderot
  • Laurent Jeanpierre, Université de Paris 8 Vincennes-Saint Denis
  • Lilian Mathieu, CNRS
  • Gwenaële Rot, Sciences Po Paris

Résumé

Les intellectuels précaires sont la nomination synthétique d’une figure sociale qui, à travers des termes variables, était couramment évoquée au cours de la décennie 2000 dans des discours savants sur la société. Notre recherche a pris pour point de départ deux questions : celle des réalités de ce groupe théorique ou latent dans la société française contemporaine, et celle de sa propension à critiquer la société et même à nourrir ce que Luc Boltanski a appelé une « critique radicale » de celle-ci. Pour cela nous articulons une enquête de première main auprès de personnes occupant aujourd’hui des emplois précaires parmi les professions intellectuelles et culturelles, avec une approche généalogique. Celle-ci retrace la genèse et les métamorphoses de figures d’intellectuels défavorisés, comme figures de crise, depuis l’Ancien Régime jusqu’aux années 1970, montre la résurgence de ce thème au début du 21e siècle, et typologise les mises en forme inchoatives de ce groupe social dans les discours savants et politiques contemporains. De plus, à partir de sources syndicales, sociologiques, journalistiques et militantes, nous analysons la mise en place de trois modes de problématisation critique de la précarité et des précaires à la fin des années 1970, qui préfigurent les hésitations et les contradictions des rapports des personnes interviewées à la catégorie au nom de laquelle était menée l’enquête. On comprend mieux, alors, les formes variables prises par les investissements politiques des précaires, notamment « intellectuels », ainsi que les limites de leurs chances de prendre consistance.

Avis de soutenance: Pierre Crétois, « Libéralisme pénal. Principes, enjeux et contradictions d’une institution non idéale », ENS Ulm, 12 décembre 2015.

HiSoPo vous informe de la soutenance de la thèse de doctorat en philosophie de Pierre Crétois, intitulée: « Libéralisme pénal. Principes, enjeux et contradictions d’une institution non idéale ». Elle se tiendra le samedi 12 décembre 2015 à 14h30, à l’ENS Ulm, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, dans l’amphithéâtre Rataud.

Le jury sera composé de :

Mme Catherine Audard, Professeure, London School of Economics.

Mme Magali Bessone, Professeure, Université de Rennes.

Philippe Conte, Professeur, Université Paris II.

Bernard Harcourt, Professeur, Columbia Law School.

Steven Lukes, Professeur, New York University.

Patrick Savidan, Professeur, Université de Poitiers.

Résumé

Alors qu’aux XVIIe et XVIIIe siècles, la question de la justice pénale était le fer de lance du libéralisme politique, le libéralisme politique avancé observe un silence troublant sur ce point. Je cherche d’abord dans ce travail à expliquer une telle désaffection, dans un contexte caractérisé par une crise profonde et un bouleversement des institutions pénales depuis la fin des années 1960. Je cherche ensuite à défendre une approche libérale du droit pénal, tout en soulignant les contradictions qui la traversent et les difficultés qu’elle soulève. Parce que l’institution pénale est profondément ambivalente (à la fois bouclier protecteur des libertés individuelles et glaive qui les pourfend), on peut la caractériser d’institution non idéale : c’est à ce titre qu’elle pose un problème particulier au libéralisme avancé, fondé sur une confiance très large dans les institutions. Bien que la réalité de l’institution pénale mette durement à l’épreuve, les principes du libéralisme politique, la valeur normative d’une conception libérale de la peine justifie les efforts pour la défendre.

La thèse centrale de ce travail est que le libéralisme pénal bien compris est un minimalisme pénal, fruit de la méfiance vis-à-vis de l’institution pénale (quelles que soient les bonnes intentions qui y président) et de la conscience de son inéluctable faillibilité. Le minimalisme pénal appelle une délimitation claire de la sphère pénale ainsi qu’un contrôle fort de ses institutions, pour lutter contre la punitivité, qu’elle soit entendue de manière subjective (ie. volonté délibérée d’infliger de la souffrance à autrui) ou objective (ie. extension de la sphère pénale). Il donne en outre à la justice pénale un rôle résiduel par rapport à la justice sociale dans l’analyse des problèmes sociaux contemporains. Le minimalisme pénal s’oppose ainsi à deux approches concurrentes : d’un côté, une conception moraliste (ou conservatrice) du droit pénal ; de l’autre, une conception économiciste (souvent appelée « néolibérale ») du droit pénal.

Dans un premier temps, je cherche à montrer le caractère nécessairement limité des justifications de la peine, qui échouent à satisfaire les exigences normatives contenues dans les principes libéraux. Je m’intéresse ensuite à la fonction expressive de la peine, c’est-à-dire à la spécificité de la sanction pénale en tant que véhicule de valeurs sociales et d’émotions négatives, et son rapport avec le minimalisme moral du libéralisme politique. Si les principes libéraux sont difficilement à même de fournir une justification fondamentale de la peine, reste qu’ils permettent de dégager une approche spécifique tant au niveau des principes de l’incrimination que des sanctions adoptées. Je confronte dans un dernier temps le cadre de pensée classique du libéralisme avancé, qui est celui de la justice sociale ou distributive, à la question de la justice rétributive, à partir des deux figures de la victime et du coupable.

Mots-clés : Conservatisme, Crime, Harm Principle, Inégalités, Libéralisme, Peine, Pouvoir, Punitivité, Sécurité, Souffrance, Théorie non idéale, Minimalisme, Vengeance, Victimes.