Avis de parution: Cédric Passard L’âge d’or du pamphlet (1868-1898), Paris, Éd. du CNRS, 2015

HiSoPo vous informe de  la parution du livre de Cédric Passard L’âge d’or du pamphlet (1868-1898), Paris, Éditions du CNRS, 2015.

Présentation

Henri Rochefort et sa Lanterne, Les Grimaces d’Octave Mirbeau, La France juive d’Édouard Drumont, Zola et son « J’accuse ! », tournant majeur de l’affaire Dreyfus… La fin du XIXe siècle signe l’âge d’or du pamphlet, au moment même où la République et la démocratie représentative s’installent durablement en France. Triomphe de l’« âge des foules », indice d’une homogénéisation croissante de la société, mais aussi reflet de ses failles et de ses tensions, cette effervescence pamphlétaire et la diffusion massive de caricatures politiques accompagnent l’entrée de la France dans la modernité. En une étude vivante et documentée, Cédric Passard ressuscite les enjeux politiques, sociaux, culturels de cette presse de combat. Évoluant entre journalisme et politique, les pamphlétaires investissent en force l’espace public et posent la question, ô combien d’actualité, de la liberté d’expression et du blasphème, de la censure et de ses limites, du statut des mots et de leur place dans la cité.

Pour plus de détails, voir le site de l’éditeur ici.

Avis de parution: Arnault Skornicki, La grande soif de l’État. Michel Foucault avec les sciences sociales, Les Prairies ordinaires, 2015.

Arnault Skornicki, La grande soif de l’État. Michel Foucault avec les sciences sociales, Les Prairies ordinaires, coll. « Essais », 2015, 282 p., 20 euros

Présentation

Michel Foucault n’a pas la réputation d’être un théoricien de l’État, et pour cause : il a implacablement critiqué les grandes théories de l’État, qu’elles soient philosophiques, marxistes ou juridiques. Contre l’assimilation de la politique à l’État, il entendait analyser les « micro-pouvoirs » là où ils s’exercent – dans l’école, la prison, la caserne, l’usine, la sexualité, la clinique, l’asile, etc. Cet ouvrage ambitieux veut lire Foucault contre Foucault et montrer que ses travaux des années 1970 (en particulier les cours au Collège de France) sont indispensables pour repenser, aujourd’hui, la question de l’État. 

Il existe bel et bien une théorie foucaldienne de l’État. Bien qu’elle ne soit ni systématique ni achevée, il est possible de la reconstituer tant à partir de la fabuleuse richesse historique et conceptuelle des textes de Foucault qu’en l’obligeant à dialoguer avec de grandes entreprises voisines, venues de la philosophie et des sciences sociales : le marxisme (Althusser, E. P. Thompson, Poulantzas), Max Weber, Norbert Elias ou Pierre Bourdieu, mais aussi E. Kantorowicz, Carl Schmitt ou P. Legendre… 

La généalogie est compatible avec la sociologie, que Foucault tendait à mettre à distance. Les concepts de pouvoir, biopolitique, discipline, pastorale, gouvernementalité, libéralisme ne sont pas autre chose que des outils pour saisir « l’étatisation des rapports de pouvoir », ou les processus de monopolisation politique qui, de la Renaissance à nos jours, sont au principe de nos prétendus Léviathans en Europe. L’État ? Non pas le plus froid de tous les monstres froids, non pas seulement un grand appareil répressif, mais l’effet et l’opérateur de gouvernementalités multiples, de rationalités hétérogènes, de dispositifs variés : tantôt souveraineté fragile et hésitante, tantôt bureaucratie libérale et bienveillante, tantôt parti-État totalitaire… Un rapprochement avec la sociologie historique montrera les limites comme l’originalité de l’approche foucaldienne, sur la question de la concentration du pouvoir, du rôle des luttes dans la construction de l’État, ou encore de ses origines religieuses.

Ceci n’est donc pas un nouveau livre sur Foucault. C’est un livre sur l’État et la possibilité toujours vivante d’en faire une théorie, retrempée dans l’eau acide de la généalogie, en engageant une discussion critique avec sa contribution, en déplaçant ou complétant certains de ses développements et en tirant, au bout du chemin, quelques leçons politiques de ce grand inactuel. 

Vous trouverez  ci-joint la page et la quatrième de couverture de l’ouvrage (La soif de l’État_Skornicki).

Arnault Skornicki est maître de conférences en science politique à l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense. Il est l’auteur de deux livres : L’Économiste, la cour et la patrie. L’économie politique dans la France des Lumières (CNRS, 2011) et, avec Jérôme Tournadre, La nouvelle histoire des idées politiques (La Découverte, 2015).

Information séminaire HiSoPo: inscription obligatoire et mesures de sécurité

Suite aux attentats et à la mise en place de nouvelles mesures de sécurité dans la plupart des établissements universitaires qui accueillent les séminaires, Sciences Po a mis en place une procédure d’inscription obligatoire en amont. En effet, il faut pouvoir communiquer à J-2 la liste des participants au séminaire HiSoPo participants qui devront en outre se munir de leur pièce d’identité pour accéder aux sites concernés.

Dans ce cadre, l’AFSP à mis en place le formulaire suivant pour la séance du séminaire du 4 décembre : https://fr.surveymonkey.com/r/hisopo041215

Merci donc de bien penser à vous inscrire en remplissant le formulaire au plus tard trois jours avant la date de la séance et à vous munir d’une carte d’identité pour pouvoir passer les contrôles.

Soirée autour de la parution de « Foucault à Münsterlingen, À l’origine de l’Histoire de la folie », Éd. de l’EHESS, 18 novembre, EHESS.

HiSoPo vous informe de l’organisation de la soirée consacrée à la parution de Foucault à Münsterligen, À l’origine de l’Histoire de la folie aux Éditions de l’EHESS mercredi 18 novembre à 18h à l’Amphithéâtre François-Furet au 105, boulevard Raspail, Paris VIe. Jean-François Bert, Jean-Christophe Coffin, Daniel Fabre, Frédéric Gros, Laurie Laufer, Luca Paltrinieri et Richard Rechtman interviendront à cette occasion.

Avis de parution: Christian Laval, Luca Paltrinieri et Ferhat Taylan (dir.), Marx et Foucault, Paris, La Découverte, novembre 2015

HiSoPo vous informe de la parution de l’ouvrage collectif Marx & Foucault. Lectures, usages, confrontations, sous la direction de Christian Laval, Luca Paltrinieri et Ferhat Taylan, aux éditions La Découverte.

Présentation

Marx et Foucault : deux œuvres, deux pensées sans lesquelles on ne peut saisir le sens de notre présent. Pas de théorie critique qui puisse se passer de leurs concepts et de leurs analyses. Et pas de luttes qui ne renvoient à tel moment ou à tel aspect de leur héritage. Pourtant, de l’un à l’autre le passage ne va pas de soi. Les époques, les intentions, les philosophies même ne sont pas superposables. Hétérogènes donc, ces pensées font, l’une et l’autre, obstacle à tout « foucaldo-marxisme ». L’ouvrage vise à montrer des rapports mobiles et complexes, non des identités profondes ou des incompatibilités d’essence. Rapports de Foucault à Marx : il prend appui sur lui pour le déborder, l’envelopper, et parfois l’opposer à lui-même. Rapports de Foucault aux marxismes, sous leurs variantes les plus diverses, humaniste, existentialiste, althussérienne, qui n’ont cessé de composer les actualités changeantes de Foucault. Rapports des marxistes, d’hier et d’aujourd’hui, à Foucault : comment l’ont-ils lu ? Que lui ont-ils reproché, que lui ont-ils emprunté ? Qu’en font-ils aujourd’hui de neuf ? C’est donc l’actualité d’une lecture croisée de Marx et Foucault qui est au centre des contributions de cet ouvrage et qui ouvre sur un espace fécond pour l’avenir de la pensée critique.

Contributeurs

Étienne Balibar • Jean-François Bert • Jacques Bidet • Sandro Chignola • Pierre Dardot • Federica Giardini • Stéphane Haber • Manlio Iofrida • Laurent Jeanpierre • Rudy M. Leonelli • Isabell Lorey • Antonio Negri Massimiliano Nicoli • Roberto Nigro • Hervé Oulc’hen Julien Pallotta • Emmanuel Renault • Judith Revel Diogo Sardinha • Pierre Sauvêtre • Guillaume Sibertin-Blanc.

Vous trouverez la couverture en pièce jointe, la table des matières et la présentation de l’éditeur sur ce lien.

 

ATELIER « SOCIOLOGIE DES INTELLECTUELS ET DES ÉLITES : MÉTHODES ET APPROCHES THÉORIQUES », EHESS, 2015-2016

HiSoPo vous informe du lancement de l’atelier « Sociologie des intellectuels et des élites: Méthodes et approches théoriques » co-organsié par Antoine Aubert, Mohamed Amine Brahimi et Amín Pérez.

Présentation

Cet atelier a pour ambition de se pencher sur l’histoire sociale des idées politiques et plus généralement sur la sociologie des intellectuels. La sociologie des intellectuels et des élites a connu au cours des quarante dernières années un renouveau considérable, comme en témoignent les travaux de nombreux auteurs tels que Pierre Bourdieu, Michèle Lamont, Randall Collins, etc.  Notre objectif sera, à travers les différentes interventions, d’apporter un regard spécifique et explicite sur les outils que nous apportent l’histoire, la sociologie et la science politique pour objectiver la production intellectuelle et les contraintes qui pèsent sur elle. Il s’agira également de s’intéresser aux différentes méthodes permettant d’analyser la circulation et la réception des idées au sein du champ intellectuel, mais également au-delà. Cet atelier doit permettre un bon fonctionnement des comparaisons entre disciplines afin de réfléchir sur les instruments d’étude ainsi que des objets et des contextes différents. Associée autant que possible aux intérêts des étudiants, chaque séance portera sur un thème déterminé.

Calendrier

L’atelier ce déroule le 1er et 3e vendredi du mois de 15 h à 17 h du 20 novembre 2015 au 18 mars 2016 – La séance du 04 décembre est avancée au 03 décembre en salle 1 et celle du 5 Février est déplacée aux 12 Février en salle 587.

20 novembre 2015: Sophie Noel, Maîtresse de conférence à l’Université Paris 13, « Spécificités de l’enquête en milieu intellectuel : l’exemple des éditeurs de critique sociale». (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

3 décembre 2015: Marco Santoro, Professeur de Sociologie à  l’Université de Bologna a « Gramsci and Bourdieu: sociology of a missed encounter», (salle 1, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris)

29 janvier 2016:  Boris Gobille, Maître de conférence de science politique à l’ENS de Lyon, Titre à venir,  (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR de Sciences Politique de Paris 1, salle G605, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris).

12 Février 2016: Paul Pasquali, sociologue chargé de recherche au CNRS (CURAPP-ESS, Amiens) : « Les ‘noms propres’ d’une entreprise collective: quelques réflexions sur les enquêtes de Jean-Claude Chamboredon » (salle 587 , 5ème étage. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

19 Février 2016: Juliette Rennes, Maîtresse de conférences à l’EHESS «Analyser des controverses et débats publics» (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

4 Mars 2016: Amzat Boukari-Yabara, Docteur associé au Centre d’études africaines (Ceaf, EHESS ), «Intellectuels et militants panafricanistes : entre groupe social et groupe de travail » (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris)

18 Mars 2016:  Eric brun, Chercheur associé au Centre européen de sociologie et de science politique de la Sorbonne (CESSP-Paris) « Faire la sociologie (historique) d’une « avant-garde ». Retour sur une enquête portant sur le mouvement situationniste (1950-1972) » (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

Adresses électroniques de contact : amine_brahimi@hotmail.ca; antoine.aubert21@gmail.com; aminperezv@gmail.com

Séminaire Ecclésiologie : éléments pour l’histoire d’une discipline, ENS de Lyon/EHESS, 2015-2016

HiSoPo vous informe de la tenue du séminaire « Ecclésiologie : éléments pour l’histoire d’une discipline (XVIII e -XX e s.) Érudition, sciences sociales, théories institutionnelles », co-organisé par Frédéric Gabriel, Dominique Iogna-Prat et Alain Rauwel dans le cadre de l’EHESS, du CÉSoR (Centre d’études en sciences sociales du religieux),
du CNRS (Institut d’histoire de la pensée classique), de l’ENS de Lyon, et du Labex COMOD (Université de Lyon). En étudiant l’Église comme type de gouvernement, en abordant l’étude des théories institutionnelles, en refusant l’ecclésiologie confessionnelle au profit d’une approche historique et contextuelle, ce séminaire peut contribuer à faire de l’objet ecclésial un objet à part entière de l’histoire sociale des idées politiques. Vous trouverez ci-joint le texte de présentation et le programme de ce séminaire (Séminaire Ecclésiologie 2015-2016).