Archives de catégorie : Séminaires

Séminaire d’histoire de la philosophie politique, « Pour une généalogie des concepts politiques », Paris, Sorbonne, 2017

HiSoPo vous informe du lancement du séminaire d’histoire de la philosophie politique, « Pour une généalogie des concepts politiques », qui se tiendra le vendredi, de 17h à 19h, dans la salle de formation de la Bibliothèque de la Sorbonne (http://www.bibliotheque.sorbonne.fr/biu/spip.php?rubrique121) avec le soutien du CHSPM. Vous trouverez ci-dessous l’argumentaire et le programme ainsi qu’en format PDF ici: programme_genealogie_concepts


Séminaire d’histoire de la philosophie politique
« Pour une généalogie des concepts politiques »

organisé par Ludmilla Lorrain et Lyess Bourderbala
Bibliothèque de la Sorbonne, vendredi 17-19h

ARGUMENTAIRE

Droits de l’homme, guerre juste, souveraineté, libertés civiles, crise de la représentation : au gré des crises politiques et de leur traitement médiatique, les mots du politique acquièrent une place centrale dans le langage ordinaire. Or, l’usage constant de ces notions, nous les rendant familières, a d’abord pour conséquence une illusion d’évidence, comme si leur signification, univoque, ne faisait pas problème. Cette familiarité des concepts de la philosophie politique produit en outre une seconde illusion, plus problématique : elle laisse penser que ceux-ci sont réductibles à des productions désincarnées, offertes à n’importe quel usage, susceptibles de désigner tout type de réalité (toute sorte de situations). En un mot, cette mobilisation constante des concepts de la philosophie politiques produit une illusion d’an­historicité.
Prenant le contre pieds de cet écueil, ce séminaire met au cœur de son travail l’historicité des concepts de la philosophie politique, et entend faire retour sur leurs conditions d’émergence. Notre objectif est ainsi de repenser le rapport inaugural entre faits historiques et pensée politique, en suivant l’hypothèse selon laquelle la compréhension de ce rapport doit permettre d’éclairer les concepts que déploie la philosophie politique. Car si, comme nous le pensons, la philosophie politique n’est pas le produit d’une spéculation hors sol, l’analyse de ses concepts gagnera en profondeur dès lors que l’attention sera portée sur les luttes et les tensions au fondement de leur construction. Ainsi, si certains concepts sont de véritables coups de force, l’ampleur des bouleversements qu’ils induisent n’est pleinement accessible sans une mise en lumière du contexte historique ayant prévalu à leur avènement. L’attention portera donc sur les processus, habituellement masqués, plutôt que sur leurs résultats, les concepts le plus souvent présentés entièrement extraits de leur entour. Notre objectif est donc de rendre visible les diverses tensions sémantiques et historiques qui structurent les concepts politiques.
Ce faisant, le séminaire a pour dessein de travailler à une généalogie des concepts de la philosophie politique, permettant de retrouver le processus d’accumulation des différents sens qui ont déterminé leur élaboration et définis le sens qui désormais est celui qu’ils portent dans le langage courant. Autant de couches de sens qui correspondent à autant de tensions historiques et de remaniements théoriques – des couches sédimentées, accumulées, supprimées ou réintroduites – dont il s’agira de retrouver la trace.


PROGRAMME

Vendredi 20 Janvier 2017

Delphine Thivet (Ehess) : « La guerre chez Hobbes, « entre le concept et l’histoire ». Réflexions pour une histoire sociale des concepts »

Répondant : Lyess Bouderbala (Université Paris 1)

Vendredi 24 Février 2017

Céline Spector (Université Paris-Sorbonne) : « Pourquoi l’Europe a-t-elle besoin d’une généalogie ? »

Répondante : Mathilde Unger (Université Paris 1).

Vendredi 28 Avril 2017

Philippe Crignon (Université de Bordeaux) : « Représentation actuelle et représentation virtuelle. Les enjeux d’une opposition conceptuelle »

Répondant : Raphaël Pierres (Université Paris 1)

Vendredi 5 mai  2017

Catherine Colliot-Thélène (Université Rennes 1) : « La démocratie : une affaire de droits? »

Répondante : Clotilde Nouët (Université Paris 1)

Vendredi 19 Mai 2017

Orazio Irrera, (Université Paris-8) « L’idéologie et sa matérialité »

Répondante : Audrey Benoît (Université Paris 1)

Vendredi 23 Juin 2017

Marie Goupy (Sciences Po, Paris) : « “L’état d’exception », un concept an-historique ? »

Répondante : Ludmilla Lorrain (Université Paris 1)


Modalités pratiques

Les séances auront lieu dans la salle de formation de la bibliothèque de la Sorbonne. Si vous n’y êtes pas inscrits, merci d’écrire en amont aux organisatrices, afin de pouvoir accéder à la bibliothèque. De même, pour les personnes extérieures à l’université, pensez bien à contacter les organisatrices, afin d’être inscrite sur la liste des invités.
Contact : lyess.bouderbala@gmail.com, ludmilla.lorrain@gmail.com

Séminaire GEREP: Programme 2016-2017

La prochaine séance du séminaire du GEREP se tiendra le mercredi 14 décembre de 10h à 12h à la Sorbonne, esc. K (au fond de la Galerie Dumas), 2e ét., salles 511/513. Elle aura pour thème « La république face au constitutionnalisme économique ». Nous y recevrons Edern de Barros (doctorant en histoire du droit).


Le programme de l’année est le suivant :

8 février 2017 : Des procédures démocratiques en révolution

  • Samuel Hayat (Chargé de recherche en science politique, CNRS-CERAPS)
  • Serge Aberdam (Ingénieur de recherche en histoire, INRA)
  • Discutante : Stéphanie Roza (Chargée de recherche en philosophie, CNRSIRCL)

8 mars 2017 : La gouvernementalité républicaine
N.B. : cette séance aura lieu à Grenoble

19 avril 2017 Le républicanisme, un perfectionnisme ?

10 mai 2017 : Vers une allocation universelle ?

24 mai 2017 : Journée d’études

Le programme complet de la journée sera publié ultérieurement
Organisateurs : Cédric Rio (Docteur en philosophie, Centre Maurice Halbwachs) & Pierre Crétois (Docteur en philosophie, Sophiapol)

14 juin 2017 Justifier l’impôt

  • Alexis Spire (Directeur de recherches en sociologie, CNRS)
  • Discutants : Cédric Rio (Docteur en philosophie, Centre Maurice Halbwachs) & Pierre Crétois (Docteur en philosophie, Sophiapol)

Ce séminaire est organisé en collaboration avec le CEDRE (Centre Européen des Études Républicaines). Il est soutenu par le Sophiapol (EA3932) et NoSoPhi, Centre de Philosophie Contemporaine de la Sorbonne, Institut des Sciences Philosophique et Juridique de la Sorbonne (UMR 8103). Les podcasts des interventions passées sont disponibles sur http://republique.hypotheses.org/, et le programme des séances à venir y sera bientôt publié.

Roger Chartier, séance inaugurale du séminaire de l’ED de science politique de Paris 1, Paris, Centre Mahler, 5 décembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue d’une conférence de Roger Chartier le lundi 5 décembre 2016 à 18h organisée par l’École doctorale de science politique de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Lundi 5 décembre 2016 à 18h
Centre Malher

9 rue Malher Paris 4e

Roger Chartier


Discutants : Frédérique Matonti, professeure de science politique, Université Paris 1, CESSP
Antoine Aubert et Antony Burlaud, doctorants ED de science politique de l’Université Paris 1, CESSP

Cette séance inaugurale du séminaire annuel de l’École Doctorale de Science Politique est consacrée aux travaux de l’historien Roger Chartier, professeur honoraire au Collège de France, où il a occupé pendant dix ans la chaire « Écrits et cultures dans l’Europe moderne ». Dans La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur (Gallimard, 2015), recueil d’articles auxquels s’ajoute un inédit, il développe et approfondit une idée maîtresse : la signification d’un texte ne se limite pas à sa « lettre » ni à l’« intention » de l’auteur (l’une et l’autre s’avérant souvent inatteignables) , mais doit être rapportée aux différents modes d’intervention et d’appropriation qui contribuent à « faire » le texte : écritures et copies successives, composition et impression, édition, traductions, manières de lire…

À travers des études savantes et subtiles consacrées au Quichotte et aux pièces de Shakespeare (deux références cardinales dans l’œuvre de R. Chartier), mais aussi à la Brevisima Relacion de la destruycion de las Indias de Las Casas, l’historien démontre à quel point les significations d’un texte sont mobiles, malléables et donc multiples, spécialement entre les XVIe et XVIIIe siècles. La situation change à la fin du XVIIIe siècle, alors que le concept d’auteur revêt peu à peu son sens moderne. Les développements sur la « main » de l’auteur et « l’esprit » de l’imprimeur illustrent ainsi cette confrontation (ou : « négociation ») entre différents acteurs pour imposer des significations aux textes, et permettent un retour éclairant sur les matérialités de la vie intellectuelle de la « pré-modernité », alors que l’imprimé remplace petit à petit les manuscrits.

La Main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur revient sur les conditions de production, de circulation et d’appropriation des textes écrits à travers des études de cas, en mobilisant une érudition philologique impeccable. Mais, au-delà des études de cas, le livre poursuit un questionnement épistémologique entamé par Roger Chartier il y a plusieurs décennies, et forgé dans le dialogue avec des auteurs comme Bourdieu, Ricoeur, Foucault, Michel de Certeau, et les différents avatars de l’École des Annales (voir notamment Au bord de la falaise, Albin Michel, réed. 2009). Le séminaire visera donc à la fois à restituer le contenu du livre et à le resituer dans une œuvre historique de premier plan, qui est une source d’inspiration pour tous ceux qui s’intéressent, en sociologie historique, aux idées et aux intellectuels.

Séminaire « Les pensées critiques contemporaines au prisme de la question universitaire », IRIS/LabTop, 2016-2017

HiSoPo vous informe du lancement du séminaire « Les pensées critiques contemporaines au prisme de la question universitaire » animé par Cyprien Tasset (docteur en sociologie, IRIS-EHESS), avec Laurent Jeanpierre (Professeur de science Politique, Paris 8/ Cresppa-LabToP).


Les pensées critiques contemporaines au prisme de la question universitaire

 


Présentation

Le conflit déclenché en 2009 par l’application de la loi « relative aux Libertés et Responsabilités des Universités » a démontré l’existence d’un profond dissensus quant aux devenirs souhaitables des universités françaises. Les opposants à la loi ont été défaits, mais le mouvement de 2009 a suscité dans le champ intellectuel la relance d’un cycle d’analyses critiques dont on peut dater le début à la fin des années 1990. Il en résulte que la question universitaire est bien représentée parmi les objets de ce que l’on peut appeler la pensée
critique contemporaine.

Dans ce séminaire, nous nous proposons de tirer parti de l’abondance ainsi que de la variété des ouvrages proches des sciences sociales, qui prétendent porter un diagnostic sur les maux dont souffrent les universités, pour nous en servir comme d’un analyseur de la diversité des critiques savantes de l’ordre social. Une de nos hypothèses est que l’université n’est pas un objet quelconque de ces discours. Au contraire, étant donné sa position éminente dans la division sociale du travail intellectuel, on peut se demander si elle n’en est pas, au moins dans certains cas, un objet originel, à partir duquel sont élaborés des schèmes critiques qui seront ensuite appliqués de façon plus générale.

Pour répondre à cette interrogation, nous examinerons selon un ordre thématique un corpus d’une quinzaine d’ouvrages, principalement publiés ces dernières années, illustrant des tendances variées. Nous apporterons notamment une attention particulière à la façon dont le thème de la précarisation des acteurs de la vie universitaire est traité depuis les différents points de ce champ critique. Nous serons également attentifs aux façons de mettre les savoirs des sciences sociales au service de prises de position contestataires. Nous entendons ainsi contribuer à la vigilance réflexive de la sociologie vis-à-vis de ses implications critiques.


Vous trouverez le programme détaillé en format PDF ci-joint: seminaire-de-lecture-iris-labtop-2016-2017

Séminaire « Sociohistoire des idées économiques », programme de l’année 2016-2017

HiSoPo vous informe de la continuation du séminaire « Sociohistoire des idées économiques » pour l’année 2016-2017 qui se tiendra au CESSP (site Sorbonne, en salle du CRPS). Vous trouverez le programme ci-joint: programme_socio-histoire_idees_eco_2016-17


Les trois premières séances sont les suivantes:

Mercredi 2 novembre, 18h-20h

Emmanuel Monneau (CURAPP-ESS, Université Picardie Jules Verne)

Sur sa thèse : « Institutionnalisation et déclin d’économies critiques du champ universitaire français. »

Jeudi 1er décembre, 18h-20h

Constantin Brissaud (SAGE/DHVS, Université de Strasbourg)

« Performativité ou histoire sociale ? Les idées économiques sur la santé à l’OCDE (1977-2014) »

Mardi 21 février, 18h-20h

Simon Godard (Centre d’histoire sociale du XXème siècle, Paris 1)

« Devenir économiste communiste. Histoire de la formation économique dans les milieux communistes de l’entre-deux-guerres (France et Allemagne). »


Toutes les séances se tiendront en salle du CRPS à la Sorbonne (entrée par le 14, rue Cujas).

En raison des mesures de sécurité en vigueur à la Sorbonne, nous vous invitons à prendre contact avec l’un des organisateurs afin de vous inscrire à la séance si vous souhaitez y assister:

serge.benest@gmail.com
antony.burlaud@gmail.com
jm.chahsiche@hotmail.fr

Séminaire sur la sociologie historique de l’engagement, Tours, 20 octobre 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation d’un séminaire sur la sociologie historique de l’engagement par équipe CoST de l’UMR CITERES qui aura lieu le jeudi 20 octobre 2016. Paula Cossart présentera le livre qu’elle a écrit avec Julien Talpin Lutte urbaine. Participation et démocratie d’interpellation à l’Alma Gare (2015) et Florence Johsua présentera son livre Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement (2015). L’événement aura lieu à l’ Université François Rabelais, 3 rue des Tanneurs, Tours, en salle 310. Vous trouverez l’affiche de cet événement ci-joint: affiche_seminaire_cost_2016_10_20

3ème journée du séminaire « Actualité et théorie politique », Bruxelles, 28 septembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue de la troisième journée du séminaire « Actualité et théorie politique » organisée par le Groupe de Travail Théorie politique de l’Association belge de science politique (ABSP). La journée se déroulera au CRISP (place Quintelet 1a, 1210 Bruxelles) le mercredi 28 septembre 2016 de 10h à 17h30.


Programme

10h-11h15: « État-Providence capitaliste et menaces à la stabilité des institutions garantissant  la justice sociale: Regards sur l’élection américaine », par Thomas Ferretti (UCL – Chaire Hoover).

11h15-12h30: « Au nom de l’hospitalité : les enjeux d’une rhétorique morale en politique »,  par Benjamin Boudou (Max Planck Institute).

12h30-13h30 : Lunch

13h30-14h45 : « L’impact de la théorie politique sur les droits fondamentaux : L’analyse des positions gouvernementales après les attentats de Paris et de Bruxelles » par Bernd Braun (UCL).

14h45-15h : pause

15h-16h15 : « Une analyse de l’émergence contemporaine de la notion de gouvernance au regard des théories de la ‘’constitution mixte’’ » par Yves Palau (Université de Paris Est).

16h15- 17h30 : « Les fondements idéologiques de la relocalisation alimentaire » par Clémence Nasr (ULB).


Un lunch sera prévu pour les inscrits (inscription auprès de John Pitseys : j.pitseys@crisp.be)

Pour plus d’informations sur les activités du Gt théorie politique, cliquez ici : https://www.absp.be/groupes-de-travail/theorie-politique/

 

Séminaire « Socio-histoire des idées économiques », Paris 1, CESSP, 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation du séminaire « Socio-histoire des idées économiques » dont les organisateurs ont bien voulu nous communiquer le texte de présentation et le programme que vous trouverez ci-dessous.


Présentation

Ce séminaire a comme ambition de faire intervenir des chercheurs qui étudient les modes de production et de diffusion de la pensée économique. Le séminaire s’efforcera de rendre compte, sans exclusive disciplinaire, de la richesse des recherches sur la production et les usages des idées économiques dans les sphères académiques, politiques, administratives ou médiatiques, etc.

Toutes les séances ont lieu au CESSP en salle du CRPS, à la Sorbonne (entrée par le 14, rue Cujas).


Programme janvier-juin 2016

11 février 2016: Jean-Baptiste FLEURY, Maître de conférences en économie, Université de Cergy-Pontoise: « La montée en puissance de la ‘fun economics’ »

7 avril, 18h-20h : Yann LE LANN, Maître de conférences en sociologie, Lille 3: « Les frontières comptables du social. Le champ des budgets sociaux de la nation »

10 mai, 18h-20h : Mathieu FULLA, chercheur au Centre d’Histoire de Sciences Po, et Mathieu TRACOL, docteur en histoire, Centre d’histoire sociale du XXème Siècle (CNRS/Paris1): « La pensée économique du Parti Socialiste »

9 Juin, 18h-20h : Sarah KOLLOP, doctorante en science politique au Centre Maurice Halbwachs (CNRS/ENS/EHESS et Harols MAZOYER, Maître de conférences en science politique, IEP de Lyon: « Une pensée économique d’État ? »

Pour toute demande d’information et/ou inscription sur la liste de diffusion:
serge.benest@gmail.com
antony.burlaud@gmail.com
jm.chahsiche@hotmail.fr

 

ATELIER « SOCIOLOGIE DES INTELLECTUELS ET DES ÉLITES : MÉTHODES ET APPROCHES THÉORIQUES », EHESS, 2015-2016

HiSoPo vous informe du lancement de l’atelier « Sociologie des intellectuels et des élites: Méthodes et approches théoriques » co-organsié par Antoine Aubert, Mohamed Amine Brahimi et Amín Pérez.

Présentation

Cet atelier a pour ambition de se pencher sur l’histoire sociale des idées politiques et plus généralement sur la sociologie des intellectuels. La sociologie des intellectuels et des élites a connu au cours des quarante dernières années un renouveau considérable, comme en témoignent les travaux de nombreux auteurs tels que Pierre Bourdieu, Michèle Lamont, Randall Collins, etc.  Notre objectif sera, à travers les différentes interventions, d’apporter un regard spécifique et explicite sur les outils que nous apportent l’histoire, la sociologie et la science politique pour objectiver la production intellectuelle et les contraintes qui pèsent sur elle. Il s’agira également de s’intéresser aux différentes méthodes permettant d’analyser la circulation et la réception des idées au sein du champ intellectuel, mais également au-delà. Cet atelier doit permettre un bon fonctionnement des comparaisons entre disciplines afin de réfléchir sur les instruments d’étude ainsi que des objets et des contextes différents. Associée autant que possible aux intérêts des étudiants, chaque séance portera sur un thème déterminé.

Calendrier

L’atelier ce déroule le 1er et 3e vendredi du mois de 15 h à 17 h du 20 novembre 2015 au 18 mars 2016 – La séance du 04 décembre est avancée au 03 décembre en salle 1 et celle du 5 Février est déplacée aux 12 Février en salle 587.

20 novembre 2015: Sophie Noel, Maîtresse de conférence à l’Université Paris 13, « Spécificités de l’enquête en milieu intellectuel : l’exemple des éditeurs de critique sociale». (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

3 décembre 2015: Marco Santoro, Professeur de Sociologie à  l’Université de Bologna a « Gramsci and Bourdieu: sociology of a missed encounter», (salle 1, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris)

29 janvier 2016:  Boris Gobille, Maître de conférence de science politique à l’ENS de Lyon, Titre à venir,  (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UFR de Sciences Politique de Paris 1, salle G605, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris).

12 Février 2016: Paul Pasquali, sociologue chargé de recherche au CNRS (CURAPP-ESS, Amiens) : « Les ‘noms propres’ d’une entreprise collective: quelques réflexions sur les enquêtes de Jean-Claude Chamboredon » (salle 587 , 5ème étage. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

19 Février 2016: Juliette Rennes, Maîtresse de conférences à l’EHESS «Analyser des controverses et débats publics» (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

4 Mars 2016: Amzat Boukari-Yabara, Docteur associé au Centre d’études africaines (Ceaf, EHESS ), «Intellectuels et militants panafricanistes : entre groupe social et groupe de travail » (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris)

18 Mars 2016:  Eric brun, Chercheur associé au Centre européen de sociologie et de science politique de la Sorbonne (CESSP-Paris) « Faire la sociologie (historique) d’une « avant-garde ». Retour sur une enquête portant sur le mouvement situationniste (1950-1972) » (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris).

Adresses électroniques de contact : amine_brahimi@hotmail.ca; antoine.aubert21@gmail.com; aminperezv@gmail.com

Séminaire Ecclésiologie : éléments pour l’histoire d’une discipline, ENS de Lyon/EHESS, 2015-2016

HiSoPo vous informe de la tenue du séminaire « Ecclésiologie : éléments pour l’histoire d’une discipline (XVIII e -XX e s.) Érudition, sciences sociales, théories institutionnelles », co-organisé par Frédéric Gabriel, Dominique Iogna-Prat et Alain Rauwel dans le cadre de l’EHESS, du CÉSoR (Centre d’études en sciences sociales du religieux),
du CNRS (Institut d’histoire de la pensée classique), de l’ENS de Lyon, et du Labex COMOD (Université de Lyon). En étudiant l’Église comme type de gouvernement, en abordant l’étude des théories institutionnelles, en refusant l’ecclésiologie confessionnelle au profit d’une approche historique et contextuelle, ce séminaire peut contribuer à faire de l’objet ecclésial un objet à part entière de l’histoire sociale des idées politiques. Vous trouverez ci-joint le texte de présentation et le programme de ce séminaire (Séminaire Ecclésiologie 2015-2016).

Séminaire NoSoPhi, Paris 1, 2015-2016

HiSoPo vous informe du lancement du séminaire NoSoPhi (Normes, Sociétés, Philosophies) pour l’année 2015-2016. L’équipe NoSoPhi est une composante du Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (PhiCo, EA 3562) qui est rattachée à l’École doctorale de Philosophie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Il propose à des professeurs et chercheurs confirmés de venir présenter l’état de leur recherche sur des thèmes/dans des domaines qui intéressent s’inscrivent dans les perspectives et champs de recherche de l’équipe:

– Philosophie du droit, Philosophie et droit
– Philosophie politique
– Éthique, philosophie morale, éthique appliquée
– Philosophie de la technique, philosophie et technique
– Philosophie économique, philosophie sociale, éthique de la finance
– Philosophie et épistémologie des sciences sociales
– Éthique de l’environnement

Vous trouverez le programme annuel de cet événement sur la page web du séminaire ainsi que ci-joint (SeminaireNoSoPhi_15-16).

Séminaire « L’Église: un dictionnaire critique », EHESS, 2015-2016

Un séminaire intitulé « L’Église: un dictionnaire critique » organisé par Dominique Iogna-Prat, Alain Rauwel et Frédéric Gabriel dans le cadre de l’EHESS, de l’EPHE, du CNRS (CÉSoR et IHPC), de l’ENS de Lyon, du Labex CoMod (Université de Lyon) vient d’être lancé pour l’année 2015-2016. Sur la forme, ce séminaire consiste en une entreprise critique sur la base d’un instrument à entrées multiples du type « dictionnaire ». Sur le fond, il s’agit de dépasser l’opposition entre les sciences des religions qui s’intéressent très largement au contenu, notamment doctrinal, théologique, des productions de l’Église, et les sciences sociales qui, bien souvent, s’intéressent davantage au contexte historique, politique, culturel dans lequel ces productions émergent, se diffusent et/ou sont reçues. C’est ce geste théorique là, analogue à celui qui se trouve au fondement de l’histoire sociale des idées politiques, geste de dépassement de l’opposition analyses internes/analyses externes et de critique de la pertinence même de cette opposition, qui fait qu’il nous a semblé pertinent de relayer cette information. Pour plus de précisions, vous trouverez ci-joint le programme détaillé communiqué par l’un des co-organisateurs du séminaire (Séminaire 2015-6, Dictionnaire Église).

Atelier – Les « nouveaux classiques » des sciences sociales: Isaiah Berlin, le pluralisme en débat (EHESS) 2014-2015

Les « nouveaux classiques »des

sciences sociales :

Isaiah Berlin, le pluralisme en débat

 

4e jeudi du mois de 13 h à 15 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 27 novembre 2014 au 25 juin 2015. La séance du 27 novembre est avancée au 13 novembre (même heure, même salle). Séance supplémentaire le 15 décembre (de 13 h à 15 h, salle 2)

Isaiah Berlin, un « nouveau classique » des sciences sociales ?

Au vu de la connaissance souvent limitée que nous avons des grands auteurs de notre époque, il nous est apparu fécond d’enquêter sur ce que l’on pourrait nommer les « nouveaux classiques » des sciences sociales. Nous entendons par là des ouvrages ou des auteurs plus récents qui ont marqué à la fois leur propre discipline et dont les idées maîtresses ont obtenu un certain retentissement par-delà les frontières qui séparent les différents champs du savoir en sciences humaines et sociales.

C’est dans cette perspective que nous proposons d’étudier et de discuter l’œuvre du penseur politique, philosophe et historien des idées britannique, Isaiah Berlin. On identifie généralement son projet intellectuel au déploiement d’une conception de la « liberté négative », qu’il introduit pour la première fois dans son célèbre essai intitulé « Two Concepts of Liberty » (1958). On a d’ailleurs souvent tendance à réduire sa pensée à l’idée maintenant bien connue, mais à certains égards conceptuellement floue, de pluralisme des valeurs. Dans cette optique, il s’agira de chercher à aller au-delà de ces lieux communs afin de mettre en lumière la complexité et la diversité qui caractérisent l’œuvre du philosophe et historien britannique.

Ce séminaire est accessible sur la plateforme d’enseignement de l’Environnement numérique de travail de l’EHESS : 

Programme des séances et textes à l’étude
* Les textes à l’étude pour chaque séance sont marqués d’un astérisque. Les autres articles et ouvrages recommandés sont mentionnés à titre indicatif et peuvent servir à l’approfondissement des thèmes abordés à chaque séance.

I. La pensée de Isaiah Berlin par-delà les lieux communs (13 novembre 2014)

  • * BERLIN, Isaiah, « The Pursuit of the Ideal », dans The Crooked Timber of Humanity. Chapters in the History of Ideas, Princeton, Princeton University Press,  p. 1-19 ; « La recherche de l’idéal », dans Le bois tordu de l’humanité, p. 15-32.
  • BERLIN, Isaiah, « In conversation with Steven Lukes », p. 52-134.

II. Le pluralisme des valeurs, une conception relativiste? Berlin et la critique de Leo Strauss (15 décembre 2014)

  • *BERLIN, Isaiah, « Alleged Relativism in Eighteenth-Century European Thought », dans The Crooked Timber of Humanity, p. 70-90 ; « Sur un prétendu relativisme dans la pensée européenne du XVIIIesiècle », Le bois tordu de l’humanité, p. 80-99
  • *STRAUSS, Leo, « Relativisme », dans La renaissance du rationalisme politique classique, Paris, Gallimard, 2009; « Relativism » dans The Rebirth of Classical Political Rationalism, Chicago, University of Chicago Press, p. 13-26.

III. « Le renard et le hérisson » : quelle justice ? Une opposition entre monisme et pluralisme

  • * BERLIN, Isaiah, « The Hedgehog and the Fox », dans The Proper Study of Mankind, New York, FSG Books, 1998, p. 436-498.
  • * DWORKIN, Ronald, Justice for Hedgehogs, Cambridge, Harvard University Press, 2011 : « I. Baedeker », p. 1-19 et « 17. Liberty », p. 364-378

IV. Le statut de la théorie politique en philosophie et dans les sciences sociales: quelles perspectives?

  • *BERLIN, Isaiah, « La théorie politique existe-t-elle ? », Revue française de science politique, vol. 11, no. 2 (1961), p. 309-337 ; « Does Political Theory Still Exist? » dans The Proper Study of Mankind, p. 59-90.
  • BERLIN, Isaiah, « Political Ideas in the Twentieth Century », Foreign Affairs, vol. 28, no. 3 (Avril 1950), p. 351-385.
  • *ARON, Raymond, « À propos de la théorie politique », Revue française de science politique, vol. 12, no. 2 (1962), p. 5-26
  • STRAUSS, Leo, « What Can We Learn from Political Theory? », Review of Politics, no. 69 (2007), p. 515-529 (conférence – juin 1942)

V. Communauté politique et démocratie : une discussion critique de l’idéal pluraliste

  • * BERLIN, Isaiah, « Chapitre I. Le sens des réalités », dans Le Sens des réalités, Paris, Belles Lettres, 2011, p. 21-69;  « The Sense of Reality », dans The Sense of Reality. Studies in Ideas and their History, FSG Edition, 1998, p. 1-39.
  • * LECA, Jean, « Libéralisme, pluralisme et communautarisme : actualité d’Isaiah Berlin », dansCommentaire, no. 70, 1995, p.369-382; voir aussi La démocratie à l’épreuve des pluralismes.
  • CASTORIADIS, Cornelius, « La démocratie entre régime et procédure », dans La montée de l’Insignifiance (Carrefours du labyrinthe IV).

VI. Questions de méthodes. La redéfinition du travail de l’historien des idées

  • * BERLIN, Isaiah, « Le divorce entre les sciences et les lettres », dans À contre-courant. Essais sur l’histoire des idées, Paris, Albin Michel, 1988 ; « The Divorce Between the Sciences and the Humanities », Salmagundi, no. 27 (1974), p. 9-39, repris dans The Proper Study of Mankind, p. 326-358.
  • BERLIN, Isaiah, « The Concept of Scientific History », dans Concepts and Categories. Philosophical Essays, London, Pimlico, 1978, p. 103-142; repris dans The Proper Study of Mankind. An Anthology of Essays, p. 17-58.

VII. Liberté politique, libéralisme et républicanisme. Un débat avec Quentin Skinner

  • * BERLIN, Isaiah, « Deux conceptions de la liberté » dans Éloge de la liberté, Calmann-Lévy, 1988 ; « Two Concepts of Liberty », dans Liberty. Incorporating Four Essays on Liberty, Oxford, Oxford University Press, 2002 [1958], p. 166-217.
  • TAYLOR, Charles, « What’s Wrong with Negative Liberty », dans Philosophy and the Human Sciences. Philosophical Papers. Vol. II, Cambridge, Cambridge University Press, 1985, p. 211-229.
  • * SKINNER, Quentin, « Un troisième concept de liberté au-delà d’Isaiah Berlin et du libéralisme anglais », Actuel Marx 2/ 2002 (n° 32), p. 15-49; « A Third Concept of Liberty », Isaiah Berlin Lecture,Proceedings of the British Academy, 117 (2002), p. 237-268.

VIII. Le jugement politique entre théorie et pratique : la philosophie politique de Berlin

  • * BERLIN, Isaiah, « Chapitre II. Du jugement politique », dans Le Sens des réalités, Paris, Belles Lettres, 2011, p. 71-87; « Political Judgment », dans The Sense of Reality. Studies in Ideas and their History,FSG Edition, 1998, p. 40-53.
  • BERLIN, Isaiah, « Winston Churchill in 1940 » dans The Proper Study of Mankind, New York, FSG Books, 1998, p. 605-627.

Pour en savoir plus, cliquer sur le lien suivant.

Séminaire « Méthode d’étude de textes » (EHESS) 2014-2015

Programme et argumentaire

Atelier de méthode d’étude de textes

 

EHESS-CESPRA – 2014-2015

 

Organisateurs : Benjamin Brice (benjamin.brice@gmail.com) et Marie-Hélène Wirth (wirth.mh@gmail.com)

Calendrier des séances

Chaque séance sera articulée autour d’une question précise de méthode avec un intervenant qui la traitera à partir d’un cas d’étude (que ce soit un auteur, un thème ou un corpus de texte). La démarche de ce séminaire est explicitée ci-dessous. Les séances seront animées par les organisateurs et un discutant.

Les séances ont généralement lieu le 2ème jeudi du mois de 13h à 15h.

27 novembre 2014 – Introduction sur les enjeux du séminaire
Benjamin Brice (EHESS, IEP de Lyon). « Comment étudier des textes ? Éléments de méthode en-deçà des traditions interprétatives ».
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 décembre 2014 – Analyse de discours [Attention séance exceptionnellement le vendredi].
Marie-Hélène Wirth (EHESS). « Une recherche liée à l’analyse du discours : les débats du Conseil constitutionnel – enjeux, pièges, méthode ».
Discutant : Clément Viktorovitch (Sciences Po Paris).
Salle 5 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

08 janvier 2015 – Contexte de réception des textes
Mathieu Hauchecorne (Paris 8). La réception française de John Rawls.
Discutant : Jean-Louis Fabiani (EHESS).
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 février 2015 – Conflits d’interprétation sur un auteur
Sophie Marcotte Chénard (EHESS). Strauss, Skinner et Lefort interprètes de Machiavel.
Discutant : Danilo Scholz (EHESS).
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

12 mars 2015 – Textes appartenant à une autre aire culturelle
Crystal Cordell Paris (EHESS, Sciences Po Menton). Étudier Aristote.
Discutant : Adrien Louis.
Salle 3 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

9 avril 2015 – Étude d’un concept à travers des textes
Benjamin Boudou (Sciences Po Paris). La notion d’hospitalité.
Discutants : Olivier Remaud (EHESS) et Stefan Willer (Humboldt-Universität).
Salle 3 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

07 mai 2015 – Actualité politique d’un auteur
Hugo Drochon (Cambridge University). L’actualité politique de Nietzsche à l’épreuve de l’École de Cambridge.
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

21 mai 2015 – Le travail sur les manuscrits
Christophe Litwin (Princeton University). Jean-Jacques Rousseau et les affaires de Corse.
Salle 8, 13h-15h.

11 juin 2015 – Enjeux de la traduction des textes
Romain Descendre (ENS Lyon, Triangle). De la raison d’État de Botero.
Salle 1 (105 bd Raspail 75006 Paris), 13h-15h.

Argumentaire du séminaire

Depuis maintenant plus d’un siècle, les sciences humaines et sociales ont beaucoup progressé grâce au développement et au raffinement de leurs méthodes d’enquête. L’étudiant et le chercheur disposent donc aujourd’hui de nombreux ouvrages méthodologiques pour réfléchir à la manière d’élaborer un questionnaire, de préparer des entretiens semi-directifs, de réaliser des observations participantes, d’analyser des séries statistiques, de comparer différents objets d’étude, etc., mais aussi pour considérer comment traiter ces données en fonction d’une problématique scientifique spécifique. Certes, les protocoles de recherche ne sont pas figés, puisque certaines méthodes nouvelles sont parfois introduites, que d’autres se trouvent améliorées ou contestées, et que d’autres encore finissent par être abandonnées ; il demeure que l’enquêteur est guidé dès le départ et dispose de toute une gamme d’instruments qui s’adaptent à ses préoccupations théoriques. Cependant, on peine à trouver facilement de semblables instruments pour la démarche scientifique consistant à étudier des textes. Malgré l’ancienneté de cette pratique – à moins que ce ne soit à cause d’elle – les choses se passent trop souvent comme si l’étude de textes allait de soi et ne faisait pas l’objet de questionnements de méthode, ou comme si cette étude sortait du champ scientifique au prétexte qu’il existerait autant de lectures possibles que de lecteurs.

Cette lacune relative a généralement tendance à faire apparaître les champs disciplinaires reposant principalement sur la lecture de textes, tels que la philosophie politique, la théorie politique ou l’histoire des idées, comme moins rigoureux du point de vue de la méthode que ceux qui s’appuient plus volontiers sur la collecte de données ou la réalisation d’entretiens. Comme un travail de terrain tient sa scientificité de sa « falsifiabilité », on nie bien souvent à l’étude de texte toute capacité de remise en question puisque chaque lecteur pourrait indéfiniment défendre sa propre interprétation. Ainsi, les critères de scientificité des sciences humaines et sociales ne seraient pas opérants pour l’étude de textes. Or, il nous semble qu’une telle conclusion ne fait pas justice à cette démarche de recherche. Étudier sérieusement un texte demande des précautions particulières pour ne pas reposer sur des choix arbitraires ; éviter les contresens et les anachronismes, repérer les enjeux et déceler les problèmes, comprendre les controverses et analyser les intentions, mettre en contexte et faire dialoguer les auteurs, sont autant d’aptitudes qui réclament de la part de l’enquêteur un véritable savoir-faire.

Certes, des propositions méthodologiques concernant l’étude de textes existent effectivement dans le champ académique, mais il s’agit surtout de corps de doctrines structurées en différentes « écoles », qui s’opposent les unes aux autres en fonction de divers partis-pris ontologiques et épistémologiques (par exemple la célèbre « École » de Cambridge). Ainsi, le chercheur paraît souvent confronté à une alternative quelque peu déstabilisante : s’inscrire dans un courant particulier, qui dépendra fréquemment de la tradition de son pays, de l’orientation de son université, voire de la position de son directeur de thèse, et combattre les positions adverses, ou bien refuser d’appartenir à une quelconque « école » méthodologique, ce qui lui évitera généralement d’avoir à traiter des questions de méthode. Voilà qui semble limiter toute discussion générale sur les éléments méthodologiques qui pourraient servir directement les chercheurs, à moins de se borner à rappeler les multiples perspectives qui s’affrontent.

Les oppositions tranchées, autour desquelles se structurent les diverses approches en étude de textes, tendent à figer les différentes positions et à exacerber les polémiques : lecture interne contre lecture externe, contexte intellectuel et linguistique contre recherche des grandes questions, histoire sociale des idées contre histoire des idées, attention aux grands auteurs contre contestation du canon, etc. L’existence de telles dichotomies conduit couramment à alimenter les antagonismes théoriques, alors que les diverses pratiques de lecture se révèlent généralement beaucoup plus proches les unes des autres qu’on ne pourrait le penser. Ce sont donc à ces expériences pratiques, à ces premiers éléments de méthode, que ce séminaire de recherche souhaite donner la parole.

Ainsi, à travers des expériences singulières de recherche, il s’agira de se situer en-deçà des oppositions consacrées, afin de voir s’il est possible de formuler des préceptes pratiques pour le chercheur qui se confronte à des textes, en dehors de tout parti-pris de méthode. L’objectif de ce séminaire est donc, à partir de situations d’enquête différentes, de fournir une sorte de boîte à outils pour l’étude de textes, c’est-à-dire de préciser les principaux écueils de cet exercice, de recenser les garde-fous méthodologiques, de rappeler les questionnements inhérents à ce type de recherche et de spécifier les savoir-faire à acquérir pour tirer le meilleur parti du matériau utilisé. Ce séminaire entend donc faire droit aux multiples instruments des différentes méthodes sans a priori, et tenter de situer la pertinence de chacune d’entre elles selon les objectifs fixés par le projet de recherche qu’elles sous-tendent. Sans nier évidemment la pertinence de débats de méthode plus poussés, ce séminaire permettra, dans la mesure du possible, d’élaborer un socle de recommandations et de mises en garde qui puisse directement servir à tous ceux que leurs questions de recherche invitent à étudier des textes d’origines, d’époques et de types divers.

Les séances de ce séminaire viseront à présenter des problèmes pratiques propres à l’étude de textes, tels que la notion d’anachronisme, la prise en compte du contexte historique et social, la manière de traiter différents types de textes, l’usage contemporain de penseurs du passé, la question de la « charité » vis-à-vis de l’auteur, la marge de manœuvre interprétative, l’importance des aspects philologiques et éditoriaux, etc., et à les articuler à l’expérience de recherche d’un intervenant, afin de pouvoir observer, pour ainsi dire, une méthode en action.