Archives de catégorie : Autres événements

Avis de soutenance: Bastien Amiel, « La tentation partisane. Le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire… », Université Paris Ouest Nanterre, 28 mars 2017

HiSoPo vous informe que Bastien Amiel soutiendra sa thèse le mardi 28 mars, à 9h15, à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Bâtiment F, salle 141. Elle sera suivie d’un pot.


LA TENTATION PARTISANE

Le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire : une entreprise politique en construction entre  » Libération  » et  » Guerre Froide « 

 

Sous la direction de Bernard Pudal, Professeur de science politique à l’université Paris Nanterre


JURY DE THÈSE

 

Monsieur Eric Agrikoliansky

Professeur de Science politique, Université Paris-Dauphine/P.S.L., I.R.I.S.S.O.

Monsieur Philippe Gottraux

Maître d’enseignement et de recherche en Sciences sociales et politiques, Institut d’études politiques, historiques et internationales de Lausanne, C.R.A.P.U.L.

Monsieur Rémi Lefebvre

Professeur de Science politique, Université Lille 2, C.E.R.A.P.S., Rapporteur

Madame Gisèle Sapiro

Directrice de recherche, C.N.R.S., Directrice d’études, Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, C.E.S.S.P.

Madame Anne Simonin

Directrice de recherche, C.N.R.S., C.E.S.P.R.A., rapporteure

RÉSUMÉ

En combinant une sociologie historique du politique et des rapports entre intellectuels et le champ politique, cette thèse revient sur la création et les quelques mois d’activité du Rassemblement Démocratique Révolutionnaire. Créé en février 1948 par des écrivains et journalistes, des parlementaires de la S.F.I.O. et des militants syndicalistes et politiques, le R.D.R. devait rassembler autour d’un discours de refus du positionnement en fonction de l’alternative entre les « blocs » atlantistes et soviétiques. Il s’agissait pour un certain nombre de ses membres exerçant une profession intellectuelle d’inventer une position au sein du champ politique.

A partir d’une biographie collective du groupe, complétée par une sociographie, ce travail met en évidence les particularités sociales de son recrutement et les positions qu’occupaient ses membres en 1948. La perméabilité entre les champs politiques et de production des biens symboliques permet d’expliquer la tentation partisane collective au principe de la création du Rassemblement.

L’étude précise de la mobilisation en train de se faire montre que les multiples tentatives d’institutionnalisation du groupe se heurtent finalement à l’impossible stabilisation d’un répertoire de l’action collective. Tout se passe comme si la mobilisation autour du R.D.R. n’était aboutit que pour ses membres intellectuels et qu’à défaut de constituer une entreprise politique légitime, ce parti avait surtout fonctionné comme un « intellectuel collectif ». La réinscription de l’engagement au sein du R.D.R. dans une histoire longue des rapports entre champ politique et de production des biens symboliques souligne comment la conjoncture spécifique allant de la libération du territoire au début de la « guerre froide » a rendu possible une telle tentative de subversion des frontières symboliques au sein du champ du pouvoir.

En renonçant à une analyse univoque du RDR comme un « échec », ce sont les enjeux liés à l’intervention politique des intellectuels que ce travail donne à voir.

 

Séance 6 : Analyse du discours et histoire des idées politiques (3 mars 2017)

La sixième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017 – intitulée Analyse du discours et histoire des idées politiques aura lieu le 3 mars 2017. La séance organisée en collaboration avec l’Institut des sciences sociales du politique/Université Paris Ouest Nanterre La Défense est l’occasion d’écouter deux interventions:

Marc Angenot (Professeur émérite, James McGill Professorship d’étude du discours social, McGill University/Montréal) : « Analyse du discours et théorie du discours social »

Sarah Al-Matary (MCF en littérature, Université Lumière Lyon 2/UMR 5317 IHRIM) : « Quels usages de la philologie pour une histoire des idées non dogmatique ? Une approche littéraire »

Les deux communications sont discutées par Arnault Skornicki (MCF en science politique, Nanterre/ISP) et Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle).

La séance a lieu le vendredi 3 mars 2017, de 14h à 17h à l’Université de Nanterre, Bâtiment W (Maison Max Weber), Salle de réunion de l’ISP (3ème étage).

Séance 5 : Conservatismes (21 février 2017)

La cinquième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée Conservatisme(s) aura lieu le 21 février 2017). Cette séance organisée en collaboration avec l’ULIP et The Centre for the Study of the History of Political Thought at Queen Mary est l’occasion d’écouter deux interventions:

Richard Bourke (Professor in the History of Political Thought, Centre for the Study of the History of Political Thought, Queen Mary – London) : « Edmund Burke and the Origins of Conservatism »

Gisèle Sapiro (Directrice de recherche au CNRS, Directrice d’études à l’EHESS : « Modèle d’écrivains réactionnaires, des années trente à nos jours »

Ces deux communications seront discutées par Jeremie Barthas (Chargé de recherche au CNRS/IRHIS).

La séance aura lieu de 9h30 à 12h30 à l’University of London Institute in Paris (ULIP) 11 rue de Constantine 75340 Paris Cedex 07 – M° Invalides), Room 101.

ST3: « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées? », Montpellier, Congrès AFSP, 10-12 juillet 2017

HiSoPo a le plaisir de vous annoncer la publication du programme de la section thématique « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées politiques? »(ST3) dans le cadre du prochain Congrès de l’Association française de science politique (AFSP) qui aura lieu à Montpellier les 10-12 juillet 2017. Cette section thématique est co-organisée par Mathieu Hauchecorne et Isabelle Gouarné dans le cadre du groupe de projet HiSoPo.


CONGRÈS DE L’ASSOCIATION FRANÇAISE DE SCIENCE POLITIQUE

Montpellier, 10-12 juillet 2017

*****

Section thématique 3

Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées ?

How can a historical sociology of ideas deal with political traditions?

Section thématique présentée par le Groupe de projet HiSoPo, Histoire sociale des idées politiques

(Thibaut Rioufreyt, Arnault Skornicki)

Responsables scientifiques 

Isabelle Gouarné (CNRS, CURAPP)

Mathieu Hauchecorne (Université Paris 8, CRESPPA-LabToP)

isabelle_gouarne@hotmail.com ; mhauchecorne@univ-paris8.fr


Mercredi 12 juillet

Matinée

Introduction (Isabelle Gouarné, Mathieu Hauchecorne)

La construction des traditions politiques

Discutants : Christophe Le Digol (Université Paris Ouest Nanterre, ISP) ; Bernard Pudal (Université Paris Ouest Nanterre, CRESPPA-CSU)

* Yves Palau (Université Paris-Est Créteil, LIPHA). Du club des jacobins au « jacobinisme », naissance d’une tradition politique à la fin du XVIIIe siècle

* Sidonie Verhaeghe (Université Lille 2, CERAPS). Les commémorations de l’anniversaire de la mort de Louise Michel : permanences et variations d’une tradition militante

* Antoine Aubert (Université Paris 1, CESSP). Le luxemburgisme en France : une difficile « mise en tradition »

* Karim Fertikh (IEP Strasbourg, SAGE, Centre Georg Simmel). Mises en doctrine du socialisme. Une perspective socio-historique sur les processus de construction des doctrines politiques

* Marie-Pierre Wynands (Université Jules Verne de Picardie, CURAPP). Heur(t)s et malheurs d’une labellisation politique : socio-histoire de la « démocratie chrétienne » en France

* Antony Burlaud (Université Paris 1, CESSP). La guerre des deux gauches a-t-elle eu lieu ? La tradition de la « deuxième gauche » et la dynamique politique du premier septennat Mitterrand

*****

Après-midi

Introduction (Thibaut Rioufreyt, Arnault Skornicki)

Les traditions politiques, entre nationalisation et universalisation

Discutant : Thomas Brisson (Université Paris 8, CRESPPA-LabTop)

* Fabien Carrié (Université Paris Ouest Nanterre, ISP). D’un universel à l’autre : l’internationalisation de la tradition politique antivivisectionniste à la fin du XIXe siècle

* Anemona Constantin (Université Paris Ouest Nanterre, ISP). Usages du « nationalisme » dans une polémique intellectuelle des années 1990

* Eve Gianoncelli (Université Paris 8, CRESPPA-GTM). La négritude. La construction d’une tradition entre culture, politique et genre

L’histoire sociale des idées politiques à l’épreuve des traditions

Discutant : David Smajda (Université Paris Est Créteil, LIPHA)

* Julie Le Mazier (Université Paris 1, CESSP). Des soixante-huitards « conseillistes » ? De l’hypothèse d’une tradition à l’histoire des investissements symboliques de formes d’organisation contestataires

* Jean-Michel Chahsiche (Université Paris 1, CESSP). Du passé, faisons table rase ? Les économistes marxistes aux éditions Maspero et La Découverte

* Rafaël Cos (Université Lille 2, CERAPS). Parti socialiste, socialisme parti ? Faire la sociologie des idées d’un parti sans appétence doctrinale


Vous trouverez en format PDF l’appel à communications ci-joint: aac_st3 ainsi que le programme: programme_st3_congres_afsp_2017_07_10_12

Séance 3 : Histoire sociale des idées féministes (6 janvier 2017)

La troisième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée « Histoire sociale des idées féministes » aura lieu le vendredi 6 janvier 2017. Cette séance sera l’occasion d’écouter deux interventions:

Viviane Albenga (MCF en sociologie, IUT Bordeaux Montaigne/MICA) et Alban Jacquemart (MCF en science politique, Université Paris Dauphine/IRISSO) : « Saisir les appropriations des idées politiques : pratiques sociales ordinaires, genre et féminisme »

Juliette Rennes (MCF en sociologie, EHESS/CEMS) : « Exercer un métier d’homme, une appropriation des idées féministes? Une enquête sur les cochères, chauffeuses et afficheuses parisiennes à  la Belle époque »

Ces deux communications seront discutées par Virginie Descoutures (MCF en sociologie, Université de Picardie/CURAPP) et Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle)

La séance aura lieu le 6 janvier 2017 entre 10h et 13h à Sciences Po, 13 rue de l’Université, 75007 Paris, Salle du Conseil, 5ème étage.

Avis de soutenance: Eve Gianoncelli, La pensée conquise. Contribution à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre au XXe siècle, Paris, locaux parisiens de l’Université de Columbia, 12 décembre 2016

HiSoPo vous informe de la la soutenance de la thèse de doctorat en Science politique d’Eve Gianoncelli intitulée : La pensée conquise. Contribution à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre au XXe siècle. La soutenance se tiendra le lundi 12 décembre, à partir de 12h, dans la Grande Salle des locaux parisiens de l’université de Columbia, Reid Hall, 4 rue de la Chevreuse, 75006 Paris.

Le jury sera composé de :

Brent Hayes Edwards, Professeur d’Anglais et de Littérature comparée, Université de Columbia (rapporteur)

Laurent Jeanpierre, Professeur de Science politique, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Martine Leibovici, Maîtresse de conférences émérite en Philosophie politique, Université Paris- Diderot Paris 7

Frédérique Matonti, Professeure de Science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (rapporteure)

Enzo Traverso, Professeur en Humanities, Université de Cornell

Eleni Varikas, Professeure émérite de Théorie politique, Université  Paris 8  Vincennes Saint-Denis (directrice de thèse)

Un pot de soutenance est prévu, auquel vous êtes chaleureusement convié-e-s. Afin d’en faciliter l’organisation, merci de bien vouloir indiquer votre présence par mail à la principale intéressée : eve.gianoncelli@hotmail.fr


Résumé

Cette thèse porte sur les processus de constitution – problématiques – de femmes comme intellectuelles au XXe siècle. Pour ce faire, trois cas, nés vers 1900, sont étudiés : l’artiste et écrivaine proche des avant-gardes en général et des surréalistes en particulier dans le Paris des années 1920-1930 Claude Cahun, la journaliste martiniquaise du Paris colonial de ces mêmes années et figure militante et intellectuelle importante de la Martinique d’après-guerre Paulette Nardal ; et enfin Viola Klein, juive tchèque exilée en Angleterre et pionnière oubliée de la sociologie féministe. Réalisée à partir d’archives, de correspondances, d’un matériel textuel pluriel, souvent inédit-e-s, et d’entretiens, cette étude repose sur une analyse conjointe de la trajectoire et de la production culturelle de chacune de ces femmes. Il s’agit de comprendre comment leur expérience intellectuelle s’enracine dans des processus de prise de conscience de soi en tant que sujet renvoyé à l’altérité, femme, mais aussi sujet racialisé, qui façonnent les formes d’entrée dans la pensée. Ce travail rend également compte du positionnement complexe, dedans/dehors, de ces femmes par rapport aux mouvements (le surréalisme pour Cahun, la culture noire en général et la négritude en particulier pour Nardal), et disciplines (la sociologie de la connaissance et du travail pour Klein) « dans » lesquels elles s’inscrivent et ce qu’elles y apportent ainsi que la pluralité des formes de pensée et d’engagement qu’une telle position liminale révèle.  Il s’agit enfin d’interroger le processus de diffusion et de réception des œuvres et des idées, les logiques d’invisibilisation et d’oubli, mais aussi de redécouverte, qui participent également au devenir intellectuelle. Ce dernier point ouvre sur une réflexion relative aux logiques (nationales, disciplinaires, idéologiques) de construction du savoir. Cette thèse, interrogeant à partir de cas différents le devenir sujet des femmes et ce que peut lui faire la postérité, se propose ainsi de contribuer à une histoire intellectuelle transnationale des femmes et du genre.

Mots clés : Intellectuel-le-s ; devenir sujet ; altérité ; Claude Cahun ; Paulette Nardal ; Viola Klein ; surréalisme ; négritude ; sociologie de la connaissance ; études de genre ; rapports de pouvoir ; féminisme ; pensée ; engagement ; réception ; production du savoir.

Avis de soutenance: Charles Bosvieux-Onyekwelu, « D’une sociodicée à un savoir d’État : le service public, une tentative de mise en forme du monde social par le droit (1873-1940) », Paris, ENS Ulm, 7 décembre 2016

HiSoPo vous informe que Charles Bosvieux-Onyekwelu soutiendra sa thèse pour le doctorat en sociologie, intitulée : « D’une sociodicée à un savoir d’État : le service public, une tentative de mise en forme du monde social par le droit (1873-1940) ». La soutenance aura lieu le mercredi 7 décembre 2016 à 14h à l’École normale supérieure (29 rue d’Ulm, salle 236) devant un jury composé de :

Monsieur Laurent WILLEMEZ, Professeur de sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin (directeur de thèse)
Monsieur Jean-Louis HALPÉRIN, Professeur d’histoire du droit, ENS Ulm (codirecteur)
Madame Martine KALUSZYNSKI, Directrice de recherche CNRS, Sciences-po Grenoble (rapporteure)
Madame Claire LEMERCIER, Directrice de recherche CNRS, Sciences-po Paris (rapporteure)
Monsieur Matthieu HÉLY, Professeur de sociologie, Université de Versailles-Saint-Quentin (examinateur)
Monsieur Duncan KELLY, Reader in Political Thought, University of Cambridge (examinateur)

La soutenance est publique, et sera suivie d’un apéritif ouvert à tou-te-s.


Résumé de la thèse

Au carrefour de la socio-histoire, de la sociologie du droit et de la sociologie des élites, la thèse revient sur la genèse d’un concept-clef de l’État républicain en France : le service public. Entre 1870 et 1940, cette idée, qui préexistait à la naissance du nouveau régime, est retravaillée par différents types d’acteurs dans un sens plus démocratique, tel un aggiornamento de la pensée d’État. Dans cette opération de mise à jour figurent en première place les milieux juridiques (hauts fonctionnaires du Conseil d’État et professeurs de droit), qui vont notamment se servir de la montée en puissance du contentieux administratif pour légitimer leur position par rapport aux civilistes et imposer une vision « d’en haut » du service public, compris comme un véritable savoir de gouvernement. En retraçant les différentes étapes par lesquelles s’est constitué un récit mythique des origines autour de l’arrêt Blanco du 8 février 1873, la thèse vise donc à faire l’histoire de la construction d’une profession, celle de publiciste ou d’administrativiste, en même temps que la genèse d’un champ, le champ du « public ». Au sein de ce champ gravitent des acteurs plus éloignés du champ juridique (ingénieurs de l’État, philanthropes, théoriciens du social de tous ordres, syndicalistes de la fonction publique), qui luttent soit pour ne pas se laisser imposer une conception entièrement étatisée de la générosité publique, soit pour faire entendre le point de vue des dominé-e-s de ce champ (petits et moyens fonctionnaires, instituteurs/trices). L’enquête met donc en valeur une distribution inégale et différenciée de l’intérêt pour le « public », visible dans la compréhension des revendications démocratiques de l’époque (droit de grève et syndicalisation dans la fonction publique, municipalisme, vote de l’impôt sur le revenu), que certains des acteurs essaient constamment de retraduire dans les catégories d’un droit qu’ils aiment à voir comme seul savoir légitime sur le monde social. In fine, ce travail de socio-histoire permet, par un effort pour penser avec la mentalité des contemporains de l’époque (i.e. sans raconter l’histoire par la fin et en faisant droit aux possibles non advenus), de comprendre la métamorphose du « souci de soi » de l’État à un âge démocratique, en décrivant le point de rencontre entre une main droite traditionnellement régalienne et masculine (symbolisée par les membres du Conseil d’État) et la main gauche de l’État social et protecteur.

En termes de méthodologie et de cadrage théorique, la thèse repose sur une enquête prosopographique dont le corpus est constitué par les différents sous-groupes de porteurs de l’idée de service public entre 1870 et 1940 (n = 77, des hommes à une majorité plus qu’écrasante). Elle alterne récit et analyse des données quantitatives issues de l’enquête prosopographique, et combine ethnographie sur archives (pour le Conseil d’État), analyse de correspondances et analyse de contenu (arrêts de la justice administrative, commentaires doctrinaux et ouvrages « théoriques » sur le service public). Elle s’essaie à une association raisonnée de la théorie des champs et de la sociologie des professions. Enfin, les archives dépouillées sont, outre les dossiers de carrière de chaque prosopographié-e, celles du Conseil d’État, du Tribunal des conflits, des facultés de droit (principalement Paris, Bordeaux et Toulouse), de l’agrégation de droit et des syndicats (fédérations de fonctionnaires + CGT dans ses rapports avec l’État).

MOTS-CLEFS : SERVICE PUBLIC, CONSEIL D’ÉTAT, SOCIO-HISTOIRE DE L’ACTION PUBLIQUE, SOCIOLOGIE DES SAVOIRS D’ÉTAT ET DE GOUVERNEMENT, SOCIODICÉE DES ÉLITES, DÉSINTÉRESSEMENT, SOCIOLOGIE DU DROIT, THÉORIE DES CHAMPS, SOCIOLOGIE DES PROFESSIONS, PROSOPOGRAPHIE


Abstract

At the intersection of social history, the sociology of law and the sociology of elites, the thesis goes back to the origin of a key concept of the French Republican State: public service. Between 1870 and 1940, this idea, which preceded the new regime, is reshaped by different types of actors in a more democratic sense, as an aggiornamento of state-thought. The legal circles (senior officials of the Conseil d’État and law professors) took a prime position during this update. They notably made advantage of the rise in importance of administrative litigation to legitimate their position as opposed to civil law specialists and impose a vision « from above » of public service, understood as true science of administration. By retracing the sequence of events that made a myth from the Blanco case of 8 February 1873, the thesis aims to give an account of the construction of a profession, that of a lawyer specialising in public law or in administrative law, at the same time as the creation of a “public” field. Actors distant from the legal field (state engineers, philanthropists, social theorists of all kinds, civil service trade unionists) gravitate to this field, struggling either not to let the State’s conception of generosity to the public be imposed on them, or to get the point of view of those dominated in this field (lower and middle bureaucrats, primary school teachers) across. The enquiry therefore highlights the unequal and differentiated distribution of interest for the « public », visible in the understanding of the democratic claims of the time (the right to strike and unionise in the civil service, municipalism, the Act of Parliament on income tax), that certain actors consistently tried to translate into categories of law regarded favourably as the only right approach to the social world. Finally, in an effort to think within the contemporaries of the time’s mindset (i.e. without reading history backwards and by taking virtual history into consideration), this socio-historical work enables the understanding of the transformation of the « self-concern » of the State in a democratic age, by describing the encounter between a traditional, sovereign and masculine right hand (epitomised by the members of the Conseil d’État) and the left hand of the protective and social State.

In terms of methodology and theoretical framework, the thesis is based on a prosopographical enquiry, the corpus of which is made from the different subgroups of exponents of the idea of public service between 1870 and 1940 (n = 77, the overwhelming majority are men). It alternates between an account and an analysis of the quantitative data drawn from the prosopographical enquiry, and combines archival ethnography (for the Conseil d’État), multiple correspondence analysis and discourse analysis (administrative justice cases, jurisprudence and « theoretical » works on public service). It attempts a reasoned association between field theory and the sociology of professions. Also, as well as the career records of each individual in the prosopography, the archives that have been examined are those of the Conseil d’État, the Tribunal des conflits, law faculties (mainly Paris, Bordeaux and Toulouse), the “agrégation” examination in law and unions (federations of civil servants + CGT in its relation with the State).

KEYWORDS: PUBLIC SERVICE, CONSEIL D’ÉTAT, SOCIAL HISTORY OF PUBLIC POLICY, SCIENCE OF STATE SOCIOLOGY, SOCIODICY AND SOCIOLOGY OF ELITES, SELFLESSNESS, SOCIOLOGY OF LAW, FIELD THEORY, SOCIOLOGY OF PROFESSIONS, PROSOPOGRAPHY

Avis de soutenance HDR: Eddy Dufourmont, « La fabrique de la pensée politique japonaise (XIX-XXe siècles), au croisement de la Chine et de l’Europe », Paris, EHESS, 18 novembre 2016

HiSoPo vous informe qu’Eddy Dufourmont soutiendra son habilitation à diriger les recherches vendredi 18 novembre à 14h à l’EHESS, en salle 7 au 105 bd Raspail. Elle sera suivie d’un pot amical auquel vous êtes cordialement invités.

Son mémoire porte sur la fabrique de la pensée politique japonaise (XIX-XXe siècles), au croisement de la Chine et de l’Europe. Il présente également un inédit intitulé : « Un cas d’étude de transfert culturel au Japon : Nakae Chômin (1847-1901), Rousseau et le républicanisme français ».

Le jury est composé de :

Anne Cheng, Professeure au Collège de France (garante et rapporteur)
Emmanuel Lozerand, Professeur des Universités à l’Inalco (rapporteur)
Alain Rocher, Professeur des Universités à l’EPHE (rapporteur)
Céline Spector, Professeure des Universités à Paris-Sorbonne
Michel Espagne, Directeur de recherches au CNRS/ENS
Miura Nobutaka, Professor emeritas a l’Université Chûô (Tokyo)
Serge Audier, maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne.

Séance 2 : Table-ronde – Enseigner l’histoire sociale des idées politiques (2 décembre 2016)

La deuxième séance 2 du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017 intitulée « Table-ronde – Enseigner l’histoire sociale des idées politiques » aura lieu le vendredi 2 décembre 2016. Cette séance, organisée en collaboration avec l’ULIP et The Centre for the Study of the History of Political Thought at Queen Mary sera l’occasion d’écouter trois interventions:

Bernard Pudal (Professeur de science politique émérite, Université Paris Ouest Nanterre La Défense/CRESPPA-CSU)

Silvia Sebastiani (MCF d’histoire moderne, EHESS/CRH-GEHM)

Georgios Varouxakis (Professor of the History of Political Thought, Queen Mary University of London/Centre for the Study of the History of Political Thought)

Ces communications seront discutées par Arnault Skornicki (MCF en science politique, Nanterre/ISP) et Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle).

La séance aura lieu le 2 décembre, entre 15h et 18h. La séance aura lieu à l’University of London Institute in Paris (ULIP) 11 rue de Constantine 75340 Paris Cedex 07 – M° Invalides)

Séance 1: Idéologies scientifiques (22 novembre 2016)

La première séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée « Idéologies scientifiques » aura lieu le mardi 22 novembre 2016. Cette séance sera l’occasion d’écouter trois interventions:

Sébastien Lemerle (MCF en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, chercheur au CRESPPA-CSU) : « Le cerveau reptilien ou la légitimation biologique de la domination. Étude sur les usages politiques d’une idéologie scientifique »

Carole Reynaud-Paligot (Centre de recherche en histoire du XIXe siècle/Université de Paris1) : « La raciologie : usages politiques d’une idéologie scientifique »

Fabien Carrié (Docteur en science politique, Université Paris Ouest Nanterre – La Défense/Institut des sciences sociales du politique) : « Un antivivisectionnisme scientifique ? L’engagement des savants dans la cause animale en France et en Grande-Bretagne à la fin du XIXème siècle »

Les communications seront discutées par David Smadja (MCF en science politique à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, chercheur à l’IPHA – EE 7373).

La séance aura lieu le 22 novembre, entre 14h et 17h à l’Université Paris Ouest Nanterre, Bâtiment F (juste à droite en sortant de la gare Nanterre Université), Salle des Commissions (F142).

Avis de soutenance: Emmanuel Monneau, Institutionnalisation et le déclin d’économies critiques dans le champ universitaire français, Amiens, Université de Picardie, 21 juin 2016

HiSoPo vous informe de la soutenance récente de la thèse d’Emmanuel Monneau sur l’institutionnalisation et le déclin d’économies critiques dans le champ universitaire français. Contribution à une histoire sociale des sciences sociales, elle ne peut qu’intéresser l’histoire sociale des idées politiques.

 

 

JE «  »Lumières, politique, utopie », Nanterre, 6 juin 2016

HiSoPo vous informe de la tenue de la journée d’étude « Lumières, politique, utopie » organisée par Stéphane Haber et qui aura lieu le lundi 6 juin à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense dans le cadre des activités du Sophiapol.

utopie


PROGRAMME


14h00 Pierre Crétois, Présentation de Le Renversement de l’individualisme possessif (Garnier, 2015)

crétois
14h30 Discussion : Florent Guénard

15h20 Stéphanie Roza, Présentation de Comment l’utopie est devenue un programme politique (Garnier, 2015).

roza
15h50  Discussion : Arnault Skornicki

16h40 Nestor Capdevila, Présentation de Équivoques et tourments de l’utopie (Presses de la Sorbonne, 2015)

capdevila
17h10 Discussion : Manuel Cervera-Marzal


Pour plus d’informations, veuillez vous rendre sur la page dédiée à l’événement sur le carnet hypothèses du Sophiapol: https://sophiapol.hypotheses.org/19606

Conférence « Kant, Foucault et le droit. Pour une relecture de la philosophie du droit »

HiSoPo vous informe de l’organisation de la conférence de Diogo Sardinha, Président du Collège international de philosophie, intitulée « Kant, Foucault et le droit. Pour une relecture de la philosophie du droit ».

Images intégrées 1

L’événement aura lieu le Jeudi 24 Mars à partir de 17h en salle T204 à l’Université Paris 13. Cette conférence est organisée dans le cadre de l’inauguration des séminaires “Philosophie du droit”. Elle sera présidée par Jean-René Garcia, Professeur des Universités associé en Droit public de l’Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité. Si vous souhaitez y participer, il faut confirmer votre présence par courriel à recherche.dsps@univ-paris13.fr

 

Annonce bourses pré-doctorales et doctorales en Théorie politique à l’Université de Witwatersrand (Joburg), Afrique du Sud, mars 2016

HiSoPo vous informe de l’appel pour des bourses pré-doctorales et doctorales en Théorie politique à l’université de Witwatersrand (Joburg) en Afrique du Sud sous la direction de Lawrence Hamilton.

Postgraduate Scholarships: NRF/British Academy Research Chair in Political Theory, University of the Witwatersrand and University of Cambridge

Lawrence Hamilton would like to invite applications for the following scholarships under the auspices of this new SARChi Chair in Political Theory:

•             1 NRF PhD Scholarship

•             3 NRF Masters Scholarships

•             4 NRF Honours Scholarships

These will be available for any student researching a topic in political theory (broadly construed) in South Africa, who would like to work under the supervision of Lawrence Hamilton.

Please send a CV and short research proposal – no longer than 1 page – to Lawrence Hamilton, at Lawrence.Hamilton@wits.ac.za or The Department of Political Studies, University of the Witwatersrand, Private Bag 3, Wits 2050, Johannesburg, South Africa to arrive no later than the 24 March 2016.

Table-ronde Circulations des sciences sociales entre la France et l’Allemagne, Paris, EHESS, 15 mars 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation d’une table ronde par les Éditions de l’EHESS, l’Institut français et la Fondation Maison des sciences de l’homme à l’occasion de la venue d’une délégation d’éditeurs allemands en sciences humaines et des rencontres de traducteurs «Penser en Langues/ in Sprachen denken ».

 

Circulations des sciences sociales entre la France et l’Allemagne

Quels héritages et quelles dynamiques aujourd’hui ?

 

Mardi 15 mars de 18 h 00 à 20 h 00

EHESS, 105 bd Raspail, 75006 Paris, Amphi Furet

avec

Michel Espagne, germaniste et historien de la culture, ENS

Rainer Maria Kiesow, juriste, EHESS

Gisèle Sapiro, sociologue, EHESS

Bénédicte Savoy, historienne de l’art, Technische Universität, Berlin

Jakob Vogel, historien, Sciences Po, Paris

animée par Franziska Humphreys, responsable du programme franco-allemand de la FMSH

 Si les traductions entre le français et l’allemand peuvent être considérées à certains égards comme abondantes dans le domaine de la philosophie, elles sont plus limitées dans d’autres disciplines comme l’histoire ou la sociologie. En réalité, la circulation transnationale des textes présente dans tous les champs du savoir des décalages, des impasses, des distorsions (parfois fécondes) mais aussi de grands oublis. Le regard sur la longue durée permet-il d’éclairer les échanges contemporains ? Quel(s) rôle(s) y jouent les traditions intellectuelles, les transferts culturels, les cadres sociaux et économiques ou encore les attentes supposées du public ?

 La table ronde sera suivi d’un cocktail.

———-

Michel Espagne est directeur de recherche au CNRS, directeur de l’UMR Pays germaniques : transferts culturels (ENS-CNRS), responsable du labex TransferS. Il dirige la Revue germanique internationale (CNRS-éditions) et une série « Voix allemandes » chez Belin. Il a co-dirigé un Dictionnaire du monde germanique (Bayard, 2007) et avec Bénédicte Savoy un Dictionnaire des historiens d’art allemands. Dernier ouvrage personnel L’Ambre et le fossile. Transferts germano-russes dans les sciences humaines (Armand Colin, 2014).

Rainer Maria Kiesow est juriste et directeur d’études à l’EHESS à Paris. Il est le directeur du Centre Georg Simmel. Recherches franco-allemandes en sciences sociales (EHESS/CNRS). Il est co-fondateur et directeur de la revue allemande Myops. Berichte aus der Welt des Rechts (C.H.Beck, Munich) et de la revue française Grief. Revue sur les mondes du droit (Dalloz /Éditions de l’EHESS). Il a notamment publié Das Naturgesetz des Rechts (Suhrkamp, 1997), Das Alphabet des Rechts (Fischer, 2004) et L’unité du droit (Éditions de l’EHESS, 2014).

Gisèle Sapiro est sociologue, directrice d’études au CNRS et à l’EHESS et vice-présidente de l’EHESS pour les relations internationales. Auteure de La Guerre des écrivains, 1940-1953 (Fayard 1999), La Responsabilité de l’écrivain (Seuil 2011) et La Sociologie de la littérature (La Découverte, 2014), elle a mené des enquêtes sur la traduction et la circulation internationale des sciences humaines et sociales (Translatio, CNRS Editions, 2008) ; Traduire la littérature et les sciences humaines, DEPS publications, 2012 ; Sciences humaines en traduction, Institut français, 2014). Depuis 2013, elle dirige le projet européen INTERCO-SSH sur l’institutionnalisation et l’internationalisation des sciences humaines et sociales. Elle dirige, chez CNRS Éditions, la collection Culture & Sociétés et le Dictionnaire  Bourdieu (à paraître).

Bénédicte Savoy, ancienne élève de l’École Normale Supérieure (Fontenay) et agrégée d’allemand, enseigne l’histoire de l’art à la Technische Universität de Berlin. Elle est l’auteur de nombreux travaux consacrés à l’histoire des spoliations artistiques entre France et Allemagne, à la naissance des musées d’art en Europe et à la mise en place transnationale, aux XVIIIe et XIXe siècles, de disciplines universitaires telles l’archéologie et l’histoire de l’art.

Jakob Vogel est professeur d’histoire de l’Europe (XIXe-XXe siècles) au Centre d’histoire (Sciences Po Paris) depuis 2011. Il a auparavant enseigné à l’université de Cologne et été directeur-adjoint du Centre Marc Bloch à Berlin. Il est membre du conseil scientifique de l’Université franco-allemande (DFH-UFA). Il travaille notamment sur l’histoire des savoirs et des sciences en Europe et vient de codiriger l’ouvrage Shaping the transnational sphere. Experts, networks, and issues (c. 1850-1930) (Berghahn publishers, 2015).