Archives de catégorie : Congrès/colloques/journées d’étude

Colloque «  »La postérité de l’œuvre d’Émile Durkheim cent ans après », Bordeaux, Centre Émile Durkheim, 1-3 juin 2017

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque international « La postérité de l’œuvre d’Émile Durkheim cent ans après » qui se tiendra à Bordeaux les 1, 2 et 3 juin 2017, dans la ville qui accueillit les premiers cours de sociologie de Durkheim. Il est organisé dans le cadre de l’unité mixte de recherche qui doit son nom à ce Bordelais d’adoption (entre 1887 et 1902) pour marquer symboliquement sa dilection pour la méthode comparative : le Centre Émile-Durkheim (UMR 5116).

Colloque international

LA POSTÉRITÉ DE L’ŒUVRE DE DURKHEIM (1858-1917)

1917-2017 CENT ANS APRÈS
1er-3 juin 2017

 

 


PROGRAMME

Jeudi 1er juin

13h45 – 14h00 | Accueil des participants

14h00 – 14h30 | Allocutions de bienvenue

Présentation : Charles-Henry CUIN & Ronan HERVOUET

 14h30 – 18h30 | 1 – LES OBJETS CLASSIQUES

Modérateurs : Sandrine RUI & Antoine ROGER

François DUBET (Université de Bordeaux/EHESS): « Durkheim et les questions scolaires. Hier et aujourd’hui »

Laurent MUCCHIELLI (CNRS/LAMES): « La sociologie française du crime doit-elle quelque chose à Durkheim ? »

Michel LALLEMENT (CNAM): « De Durkheim à la sociologie du travail : distances et héritages »

Philippe STEINER  (Université Paris IV – Sorbonne), « Solidarité et institutions : deux apports fondamentaux de Durkheim à la sociologie économique »

Bruno KARSENTI (EHESS): « À propos de quoi les religions luttent-elles ? Un point de vue durkheimien »

Vendredi 2 juin

9h00 – 12h30 | 2 – MORALE, INTÉGRATION, RÉGULATION  

Modérateurs : Éric MACÉ & Caroline DUFY

Andrew ABBOTT (Université de Chicago): « La morale chez Durkheim : entre théorie et pratique »

Didier FASSIN (Institute for Advanced Study, Princeton, et EHESS): « Crime et châtiment, version Durkheim »

Florence WEBER (ENS Ulm): « Excès de contacts et défaut de régulation ? Les transformations des sociétés mondiales contemporaines »

Serge PAUGAM (CNRS/EHESS): « Durkheim et l’attachement aux groupes. Une théorie sociale inachevée »

14h30 – 18h00 | 3 – LE POLITIQUE

Modérateurs : Claire SCHIFF & Andy SMITH

Cynthia FLEURY (American University of Paris): « L’enseignement de Durkheim : les paradoxes de l’articulation individuation/socialisation comme base de la démocratie moderne »

Pierre BIRNBAUM (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne et IEP de Paris): « La question de l’État aujourd’hui »

Yves DELOYE (Sciences Po Bordeaux): « Penser la citoyenneté avec Durkheim : force et faiblesse d’une approche sociologique fondatrice »

Bertrand BADIE (IEP de Paris): « Durkheim et l’avènement d’une sociologie des relations internationales »

Samedi 3 juin

9h00 – 12h30 | 4 – LECTURES, RÉCEPTIONS ET CONTROVERSES

Modérateurs : Pascal RAGOUET & Cécile VIGOUR

Eva ILLOUZ (Université hébraïque de Jérusalem/EHESS): « De quoi l’Incertitude est-elle le nom ? »

Irène THÉRY (EHESS): « L’apport de Durkheim et des durkheimiens aux études de genre : un héritage à redécouvrir »

François CHAZEL (Université Paris IV – Sorbonne): « Les voies divergentes de la réception de Durkheim et de Weber : deux parcours contrastés de l’accession au statut de ‘classique’ »

Marcel FOURNIER (Université de Montréal): « Les études durkheimiennes aujourd’hui : thèmes et controverses »

13h00 | Fermeture du Colloque


Toutes les informations sur le colloque : https://durkheim17.sciencesconf.org/

CFP 5th Graduate Political Theory Conference, Sciences Po, deadline: March 3rd, 2017

The Fifth Sciences Po Graduate Political Theory Conference will be held on June 28-29, 2017. Each year the conference brings together young political theorists representing a variety of traditions and methods to discuss the work of one prominent author. This edition will focus on the work of Judith Butler (Maxine Elliott Professor, UC Berkeley), who will be our keynote speaker.

The objective of this conference is twofold. First, it aims to reflect upon the principles and modalities of Judith Butler’s arguments about sensitivity. Second, it aims to discern the potential consequences and applications of this notion of the subject’s sentivitiy to a range of political questions such as:

  • Political representation and collective action
  • Resistance, pacifism and critiques of power
  • Technique, transhumanism and anthropocentrism
  • War, violence and precarization of life
  • Gender and vulnerability

All contributions that are related to one these topics are encouraged, but we also welcome propositions connected to other fileds of interest.

The submission deadline for proposals is March 3rd, 2017. Only graduate students who have not defended their PhD are eligible. All proposals should be sent to sciencespotheorygrad@gmail.com.

More information on submission and selection modalities in attached file: AAC 5th Graduate Conference Sciences Po 2017 (FR) (french) or CFP 5th Graduate Conference Sciences Po 2017 (EN)

For further information on other activities and events organized by the Political Theory Program at Sciences Po, please visit this Facebook page.

CFP « Arendt and Critical Theory Today », 2nd Istanbul Critical Theory Conference, Oldenburg (Allemagne), 13-15 July 2017

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel a communication pour la deuxième Conférence de Théorie Critique a Istanbul, conférence qui aura lieu a Oldenburg en Allemagne à cause de la situation politique et académique dramatique en Turquie. Le thème de la première conférence a été « Adorno and Politics. » Cette année, la conférence porte sur la relation entre la pensée d’Hannah Arendt et la théorie critique de l’École de Francfort. Vous trouverez la présentation de l’événement ci-dessous ainsi qu’en format PDF ici: CFP_Arendt and Critical Theory


Arendt and Critical Theory Today

2nd Istanbul Critical Theory Conference

in Exile at the Carl von Ossietzky University, Oldenburg*
13-15 July 2017

 

Hannah Arendt’s political thought has been a source of controversy as much as it has inspired scholarly work in numerous directions. Some of the controversy is sparked by Arendt’s ambiguous relation to Frankfurt School thinkers. Her personal friendship with Walter Benjamin does not lead to an indiscriminate acceptance of Benjamin’s theses; her personal dislike of Theodor W. Adorno does not drive an unbridgeable gap between certain aspects of their theories. It would not be wrong to assume, with Margaret Canovan, that Arendt’s entire oeuvre springs from the urge to understand total domination, a feat that inevitably crosses her path with that of the first generation of Critical Theorists, although the latter refrained from using the term “totalitarian” to qualify both Nazism and Stalinism. Similarities and differences in Arendt’s and the first generation of Critical Theorists’ understanding of fascism are further reflected in their observations and research on authoritarianism and the banality of evil. Despite her polemic against Marx, Arendt insistently pursues Marxist topoi such as imperialism, revolution, and laboring society. And despite her fascination with the American Revolution, she is fiercely critical of the state as an administrative apparatus and of law as a pre-political instance that tends to supplant collective action. In short, Arendt’s uneasy relationship to Kant, Nietzsche, Marx, Freud and Heidegger hint at how some of her reflections might overlap with those of the Frankfurt School.

This conference aims to go beyond conventional approaches to Arendt’s political thought in view of extracting, from her unwritten dialogue with the Frankfurt School, the possibility of understanding the world we live in today. We therefore encourage creative appropriations of both Arendt and Critical Theory. Beyond scholastic exercises focusing on the particularities of each thinker, we hope to generate a debate on the significance of this encounter for grasping the “burden of our time.”

Taken as a canon, the Frankfurt School sets a blueprint for critique, but developments across the globe leave progressive circles, some of which have been influenced by the first generation of Frankfurt School writers, rather baffled. Something is perhaps rotten in the idea of law, as Walter Benjamin avows, with the category of identity, as Adorno criticises, but maybe also in the concepts of human rights and equality, as Arendt was prone to argue. Humanitarian ideals do not seem to resist the onslaught of nationalism, racism, mediocracy, and fear. A century after the collapse of Europe’s representative systems in the wake of World War I, authoritarianisms and fascisms are once again on the rise as surrogate revolutionary movements. Is this the dialectics of Enlightenment being played out anew? What do Arendt and Critical Theory have to offer in view of coming to terms with our predicament, as well as of ways to overcome it?

With these questions in mind, we invite a wide range of papers that combine or address aspects of Arendt’s political thought, themes developed by first and later  generations of the Frankfurt School, reflections on what is in store for us in the world we live in, and ideas on how social and political critique should be carried out today. This CFP additionally welcomes papers on critical receptions of Arendt and Critical Theory in political contexts other than the North.


Interested scholars are invited to address the following broad topics:

Law and violence

Fascism, Stalinism, Totalitarianism

Authoritarianism and the Banality of Evil

Exile and statelessness

Civil disobedience, revolt, revolution

Consumer society and culture industry

Selfhood, action and labor

Lying, deception, and manipulation

Theory and Practice of Critique


 Keynote Speakers:

Jay M. Bernstein (The New School for Social Research)

Zeynep Gambetti (Boğaziçi University Istanbul)

Lars Rensmann (University of Groningen)


The conference language will be English. We invite interested scholars at all career levels to send proposals (maximum 400 words) to: criticaltheoryistanbul@gmail.com. Deadline: 31 March 2017.


Organizing Chairs:

Philip Hogh (Carl von Ossietzky University, Oldenburg)

Zeynep  Gambetti, (Boğaziçi University Istanbul)

Volkan Cidam (Boğaziçi University, Istanbul)

Gaye İlhan-Demiryol (Bahçeşehir University, Istanbul)

Julia König (Goethe University, Frankfurt)


This conference is organized with support by the Hannah Arendt Center and the Adorno Research Center at Carl von Ossietzky University Oldenburg.


* Note: This conference is a follow-up to the first one on “Adorno and Politics” organized in Istanbul at Bogazici University in June 2016. Owing to the political atmosphere currently reigning in Turkey, we are obliged to displace it to Oldenburg, as a “critical theory conference in exile” of sorts

AAC colloque « Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire », deadline: 30 mars 2017

HiSoPo a le plaisir de vous informer du lancement du colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours co-organisé par Anthony Mergey, Professeur d’histoire du droit, Université Paris II Panthéon-Assas – Institut d’Histoire du Droit (UMR 7184) et Arnault Skornicki, Maître de conférences en science politique, Université Paris Ouest Nanterre – Institut des Sciences sociales du Politique (UMR 7220). Ce colloque co-organisé par l’Université Paris II Assas, l’ISP et HiSoPo aura lieu les 14-15 décembre 2017.


Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire

Colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours

14-15 décembre 2017

Lieu : Salle des Conseils – Université Paris II Panthéon-Assas (12, place du Panthéon, Paris 5e).


 ARGUMENTAIRE

Pierre-Samuel Dupont de Nemours (1739-1817) appartient à cette galerie de personnages qui présentent la particularité d’avoir été des acteurs de la France d’avant 1789 et de celle d’après 1789. Connu pour son appartenance à la « secte des économistes », il apparaît comme l’un des principaux propagandistes de la doctrine économique des physiocrates, qui a contribué à jeter les fondements du libéralisme. Or, si la pensée et les propositions du physiocrate économiste ont majoritairement attiré le regard des chercheurs comme le prouvent les nombreux travaux en la matière, d’autres facettes de Dupont de Nemours restent encore à explorer et à mettre à perspective. C’est notamment le cas des idées qu’il a défendues et des actions qu’il a menées dans le domaine politique.

Comme chacun de ses comparses qui a vécu ces deux moments – avant 89, après 89 –, la trajectoire de Dupont de Nemours est marquée par des permanences et des variations dans certains de ses engagements et positions politiques qui se reflètent notamment dans ses écrits à la fois nombreux et protéiformes (ouvrages, articles, rapports, mémoires, correspondance…). Plutôt que de céder à l’hypothèse facile de l’opportunisme, il apparaît plus prudent d’identifier les repositionnements du personnage en fonction des fluctuations de la conjoncture politique, extrêmement mobile dès les années 1780. Quoi qu’il en soit, il ne fait nul doute que les idées et les actions politiques imprègnent la vie – parfois romanesque (romancée ?) – de Dupont de Nemours. Un rappel de quelques étapes importantes de cette vie suffit pour s’en convaincre.

À la fin des années 1760 et au cours de la décennie suivante, en physiocrate assumé, Dupont de Nemours se fait le chantre d’une monarchie régénérée qui reposerait sur les préceptes du despotisme légal. Un tel positionnement idéologique le conduit alors à vanter les mérites, sur le plan de l’organisation administrative, d’un système de municipalités autonomes alors qu’il est devenu le bras droit du contrôleur général Turgot. Sa volonté de réformer les institutions attire la curiosité des princes éclairés (le roi de Suède Gustave III, le margrave de Bade Charles-Frédéric et le roi de Pologne Stanislas Poniatowski) auprès desquels il est appelé à exercer ses talents. En 1783, il est associé par Vergennes à la confection du traité qui reconnaît les treize colonies libres, indépendantes et souveraines, formant les États-Unis, ce qui lui vaut d’être anobli par Louis XVI l’année suivante. En 1786, il contribue également à la préparation du traité de commerce avec l’Angleterre. En 1787, année durant laquelle il fait la connaissance de Thomas Jefferson avec qui il entretiendra une importante correspondance, Dupont de Nemours conseille et guide le ministre Calonne dans son projet de création d’assemblées provinciales, ce qui ne l’empêche pas de promouvoir quelques mois plus tard, dans un contexte politique et intellectuel nouveau, une monarchie tempérée dans laquelle la nation est appelée à occuper une place stratégique. Membre depuis la fin de l’année 1788 de l’influente Société des Trente, il participe activement à la rédaction des doléances du tiers état du bailliage de Nemours, dont il sera l’un des représentants aux États généraux. Le basculement révolutionnaire lui permet de devenir député de l’Assemblée nationale constituante et de se montrer très actif au cours de son mandat, tout en manifestant une entière fidélité à Louis XVI et un soutien assumé à la monarchie constitutionnelle, jusqu’à sa disparition en 1792. Après la parenthèse de la Terreur et quelques jours d’emprisonnement, il est élu député du Loiret au Conseil des Anciens où il prend une part importante à tous ses travaux et se distingue surtout par ses critiques à l’encontre du Directoire. Après le coup d’État du 18 fructidor, il est de nouveau emprisonné quelque temps à cause de ses sympathies royalistes et échappe de peu à la déportation. À la fin de l’année 1799, il décide de s’exiler aux États-Unis. Dès l’année suivante, Jefferson, qui est devenu vice-président, lui demande de rédiger un plan d’éducation publique pour les États-Unis. En 1802, de retour en France, il joue un rôle officieux et déterminant dans les relations diplomatiques franco-américaines, à propos de la cession de la Louisiane. Opposé à la politique de l’empereur, il se consacre alors à ses travaux scientifiques, tout en s’intéressant toujours de très près à la politique américaine. Après avoir été secrétaire puis vice-président de la Chambre de commerce de Paris entre 1803 et 1810, il est nommé secrétaire du gouvernement provisoire en 1814 puis rentre au Conseil d’État sous la première Restauration. Or, l’épisode des Cent-Jours le contraint à repartir aux États-Unis où, à peine arrivé, il propose ses services au président Madison. Il décède en 1817 à Wilmington (Delaware), dans la propriété familiale fondée par son fils Éleuthère Irénée.

Appréhender la pensée et l’action politiques de Dupont de Nemours à travers ces multiples facettes (journaliste, conseiller des princes, des ministres, des présidents, négociateur, diplomate, député…) soulève une multitude de questions que cette manifestation se propose d’aborder, et qui visent à la fois à éclairer un aspect méconnu du personnage et approfondir certaines de ses idées ou entreprises.

Les propositions devront de préférence porter, d’une part, sur la période postérieure au décès de François Quesnay et à la dispersion de la « secte physiocratique », soit du ministère Turgot à l’exil américain ; et, d’autre part, sur les questions d’ordre politique, constitutionnelles, diplomatiques, administratives, historiques… Les organisateurs souhaitent que celles-ci soient abordées, dans la mesure du possible, non seulement sous un angle comparatiste, avec pour cadre les États européens ou les États-Unis, mais aussi sous un angle interdisciplinaire, afin de confronter la vision des historiens du droit, des politistes, des historiens des lettres, des juristes, des sociologues, etc.

Parmi les thèmes rarement traités en profondeur, voici quelques pistes, sans exhaustivité aucune :

–    Dupont, penseur et acteur du droit public : droits de l’homme, nature du régime politique idéal, droit constitutionnel (organisation des pouvoirs, souveraineté, hiérarchie des normes, processus de création de la loi…), administration territoriale et locale, fiscalité et finances publiques…

–    Dupont et le monde atlantique : la révolution américaine, les institutions américaines et la vie politique ; la question coloniale…

–    Dupont diplomate et penseur des relations internationales : le traité de Versailles de 1783, le traité franco-britannique de 1786, le Pacte de Famille, la cession de la Louisiane…

–    Entre vie privée et vie publique : si le « sentimentalisme » de Dupont a déjà été relevé, il pourrait être prolongé par l’étude de ses idées sur les liens entre la vie familiale, la sensibilité et la production des idées, et éclairé par sa manière de vivre lui-même une forme de porosité entre l’homme public et l’homme privé.

–    Dupont et le patriotisme, Dupont et la religion, Dupont historien…


Les propositions de communication doivent être déposées de préférence sur le site du colloque: https://dupont2017.sciencesconf.org dans la rubrique « Déposer une communication » ou envoyées par mail aux organisateurs : anthony.mergey@u-paris2.fr et askornicki@u-paris10.fr, avant le 30 mars 2017. Merci de joindre une présentation succincte de la communication envisagée avec indication des sources (2500 signes maximum espaces compris) avec son titre et un court curriculum vitae.

JE « La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réceptions, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, 17 janvier 2017

HiSoPo vous informe du programme de la journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Co-organisée par Lucile Dumont (EHESS, CESSP), Quentin Fondu (EHESS, CESSP) et Laélia Véron (ENS Lyon, Paris 3, IHRIM), elle aura lieu le mardi 17 janvier 2017 à l’EHESS. Vous trouverez le programme ci-dessous ainsi qu’en PJ ici: programme_je_goldman_2017_01_17


JOURNÉE D’ÉTUDES – 17 JANVIER 2017
EHESS, 190-198 Av. de France, 75013 Paris (8e étage, Salle J-P Vernant)
 
La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann.
Réceptions, héritages et usages contemporains
 

PROGRAMME
9h : Accueil des participants
 
Matinée : Premières réceptions et appropriations des travaux de Lucien Goldmann
9h15 – 9H45 : Introduction, Lucile Dumont (EHESS, CESSP) et Quentin Fondu (EHESS, CESSP).
9h45 – 10h45 :
Jacques Leenhardt (EHESS, CRAL) :
La sociologie de la littérature de Goldmann : critique progressiste et déterminisme social.
Alain Cantillon (Univ. Paris 3, GRIHL) : Le Dieu caché de Lucien Goldmann. Parier et croire en 1955.
Pause

11h – 12h :
Christos Grosdanis (Univ. Paris 7, CERILAC): Lucien Goldmann et René Girard : enjeux d’un dialogue.
Rachel Nadon (Univ. Montréal) : Réseaux intellectuels et réception de la pensée de Lucien Goldmann au Québec.
 
12h – 13h30 : Déjeuner
 
Après-midi : Nouvelles perspectives et applications des méthodes goldmanniennes
13h30 – 14h : Introduction, Laélia Véron (ENS Lyon/ Paris 3, IRHIM).
14h – 15h :
Paulo Procopio Ferraz (Univ.
Paris 8): Une écriture paradoxale.
Andrea d’Urso (Univ. Lille 3 – CECILLE, Univ. del Salento) : Pour une sociologie « sémiotique » de la littérature. Idéologie, réification et vision du monde entre Goldmann et Rossi-Landi.
Pause

15h15 – 16h45 :
Michael Löwy (CNRS, CéSor), Robert Sayre (Univ. Paris Est- Marne la Vallée): Lucien Goldmann et la vision du monde romantique.
Laurie Rousseville (Univ. Lyon 2, Passages XX-XXI) : Lucien Goldmann et le « théâtre de la révolte » de Jean Genet : (re)penser le « théâtre politique »
Françoise Gaillard (Paris 7, LAC) : Titre à définir.

17h-17h30 : Discussion générale et clôture de la journée par Gisèle Sapiro (EHESS, CNRS, CESSP).

Apéritif de clôture

Contact : jegoldmann2017@gmail.com

 

Deadline dépôt propositions de communications, colloque « Des idées et des partis », 16 janvier 2017

Pour rappel, la deadline pour les dépôts des propositions de communications pour le colloque « Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées politiques » que j’organise dans le cadre du groupe de projet HiSoPo est fixée au 16 janvier 2017. L’événement aura lieu à Sciences Po Paris les 23-24 mai 2017.

Vous trouverez ci-joint l’appel à communications (aac-des-idees-et-des-partis). Vous trouverez toutes les informations utiles en accédant au site dédié spécialement à ce colloque. Voici le lien : https://ideespartis2017.sciencesconf.org/ N’hésitez pas à relayer l’information dans vos propres réseaux et auprès de vos collègues, labos, doctorants, etc.

AAC section « Concepts in Conflict », ECPR General Conference, Oslo, 6-9 septembre 2017

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communication pour le prochain congrès de l’ECPR, qui se tiendra à Oslo du 6 au 9 septembre 2017. Le groupe « Political Concepts » organise une section intitulée « Concepts in Conflict ». Pour proposer une intervention, vous pouvez contacter les organisateurs/trices de la section (taru.k.s.haapala@jyu.fi ; anna.kronlund@fiia.fi ;  gabriele.ciampini1@gmail.com), ou bien, encore mieux, directement les organisateurs/trices du panel qui vous intéresse.  Il est possible que le programme final change en fonction du nombre de réponses aux panels, ou que certains panels ne soient finalement pas retenus, mais dans ce cas les organisateurs essaieront de proposer des panels de remplacement.

ECPR General Conference
Oslo University
6-9 September 2017
Section proposal

Title: Concepts in Conflict

The aim of the section is to focus on political conflicts in their various forms, and the ways in which they are linked to different usages, contestations and discussions of concepts.

Worldwide, political conflicts pose challenges or threats in various degrees, not just on life and humanity, but also on political order and democratic institutions. They can come in different shapes and forms and last for longer or shorter periods of time. What they all share, however, is some kind of conceptual disagreement on principles, values or arguments. Sometimes conflicts can be reconciled, but there are also instances of crises following after another. Ethnic conflicts, for example, can be continuous, whereas European integration forms a very different sort of chain of crises that can also be detrimental for a whole continent. At the same time, political conflict is a basic feature of representative democracies. In parliaments, political disagreement and debate are constitutive of the political process and come about in orderly manner following established rules and procedure.

Controversies and struggles over concepts provide important nodal points for the study of politics and political conflicts. Paying attention to what is contested, not just in political life but in other types of debates as well, is not just the starting point for political research but can also constitute breaks or shifts in current debates, historical perception or established grand narratives. What has been previously considered as incontestable or without a doubt, can suddenly seem more problematic and worthy of further research. For example, human rights, nation states and the European integration can seem incontestable and matters of fact if the conceptual struggles over their political aspects are ignored.

Chair:

Dr Taru Haapala is a research fellow at the Department of Social Sciences and Philosophy, University of Jyväskylä. She has held the position of visiting fellow at the Queen Mary Centre of History of Political Thought, University of London, and at the Department of History and Civilization of the European University Institute in Florence. She has co-chaired panels on deliberation in three previous ECPR General Conferences.

email: taru.k.s.haapala@jyu.fi

Vice-chairs:

Dr Anna Kronlund is a Senior Research Fellow specializing in US politics at The Finnish Institute of International Affairs. Together with Dr Haapala, she has co-chaired panels on politics of deliberation in two previous ECPR General Conferences.

email: anna.kronlund@fiia.fi

MA Gabriele Ciampini is a PhD student at Università degli Studi di Firenze. Previously he has acted as a Vice-Chair for Section on EU Politics at the ECPR Graduate Student Conference held in Tartu 2016 and a Chair of the panel ‘Liberalism and Economics’ at the ECPR General Conference in Montréal.

email: gabriele.ciampini1@gmail.com

This section endorsed by the ECPR Standing Group Political Concepts will be formed of the following 11 panels addressing issues ranging from ethnic and religious conflicts to the European past and revolutions, with both modern and historical as well as theoretical and empirical emphases:

1) Concepts in revolutions

Chairs: Douglas Moggach (dmoggach@uottawa.ca), University of Ottawa and Samuel Hayat (samuel.hayat@univ-lille2.fr), CNRS (CERAPS)

The aim of the panel is to assess the effects of revolutions on key concepts in political vocabulary. The focus will be set on the concepts of freedom, universality, and the state.

2) The politics of negation: public resentment in democratic theory

Chair: Anthoula Malkopoulou (anthoula.malkopoulou@statsvet.uu.se), Uppsala University

This panel will take issue with why citizens are becoming increasingly resentful of ‘democracy’ as we know it and how this bears on our understanding of democracy and related concepts, such as representation, participation and legitimacy.

3) Neoliberalism as a Social Order. Conflicting visions in the Neoliberal Intellectual Community

Chair: Gabriele Ciampini (gabriele.ciampini1@gmail.com), Università degli Studi di Firenze

The panel aims to analyse the intellectual conflicts within the neoliberal community. The panel focuses on the critiques of democracy and on the complex relationship between economic and political sphere.

4) Conceptual politics of European integration

Chairs: Taru Haapala (taru.k.s.haapala@jyu.fi), University of Jyväskylä/Queen Mary University of London & Teemu Häkkinen (teemu.hakkinen@jyu.fi), University of Jyväskylä

This panel addresses the conceptual controversies related to European integration which can redefine and change the way in which key issues on European unity and its political institutions are seen and valued.

5) Strategic narratives and conceptual change

Chairs: Alister Miskimmon (Alister.Miskimmon@rhul.ac.uk), Royal Holloway University of London & Michelle Bentley (Michelle.Bentley@rhul.ac.uk), Royal Holloway University of London

This panel examines the ways in which the strategic construction of rhetoric contributes to and facilitates shifts in conceptual understanding. It seeks to explore where actors deliberately construct narratives for their own gain and use redefinitions of concepts in order to realize the ambitions behind them.

6) Conflicting concepts in making representations of the past

Chairs: Katja Mäkinen (katja.a.p.makinen@jyu.fi), University of Jyväskylä & Sanna Valkonen (sanna.valkonen@ulapland.fi), University of Lapland

Competing interpretations about the past are made through the uses and meanings of concepts depending on perspectives, contexts and actors involved. The panel will welcome papers discussing conceptual conflicts in politics of representation.

7) Ethnicity and the State: struggles over representation during political crises

Chairs: Mehdi Labzaé, CESSP, Paris 1 – Panthéon Sorbonne & Marianne Saddier (marianne.saddier@gmail.com), CESSP, Paris 1 – Panthéon Sorbonne

This panel seeks to address from a comparative perspective mobilizations of ethnicity in the context of political crises, with a focus on their political usages and varying relationships with the State.

8) The Political Rhetoric of European Memory

Chair: Rieke Trimcev (rieke.trimcev@uni-greifswald.de), Greifswald University

The panel focuses on the political rhetoric of “European” Memory that serves to negotiate competing concepts of Europe and sustains manifold strategies to mobilize the past for present political aims.

9) Catholic Encounters with Nationalism and Political Modernity

Chair: Ettore Bucci (ettore.bucci@sns.it), Scuola Normale Superiore, Pisa – Centre d’Histoire de Sciences Po, Paris

This panel aims at discussing case studies of the longstanding confrontation between the Roman Church and the liberal Nation-State after French Revolution. Through presentations of different historical and political contexts, it will focus on recognizing the continuities and discontinuities, from rejection to problematic cooperation.

10) Concept of crisis in international politics

Chair: Anna Kronlund (Anna.Kronlund@fiia.fi), The Finnish Institute of International Affairs, Helsinki

This panel investigates how the concept of crisis is used in the vocabulary of international politics. It discusses what kinds of events are constituted as crisis and how these are to be analyzed and conceptualized.

11) Linguistic justice and its conceptual underpinnings

Chair: Josep Soler (josep.soler-carbonell@english.su.se), Stockholm University

This panel will contribute to the debate on ‘linguistic justice’ and the challenges posed to our understanding of the concept of language in the context of increased citizen mobility and diversity.

Colloque « Comparing the Concepts of Representation », Concepta/CivCons/CLAIMS/HiSoPo, Paris, 18-19 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque  « Comparing the Concepts of Representation » organisé par le projet Civic Constellation, le réseau Concepta, le projet ANR-DFG CLAIMS et le groupe de projet de l’AFSP HiSoPo. L’événement aura lieu à Sciences Po & Paris 8, les 18 et 19 novembre 2016.

CONCEPTA RESEARCH SEMINAR
Comparing the Concepts of Representation

SciencesPo/Paris 8, Paris,

Friday 18 and Saturday 19 November 2016

 

Organized by the Civic Constellation II project, Concepta: International Research School in Conceptual History and Political Thought, the CLAIMS project (ANR-DFG) and HiSoPo (AFSP)

Convenors: Samuel Hayat (CNRS/CERAPS) and José María Rosales (University of Málaga)


PROGRAMME

Friday, 18 November 2016
Sciences Po 56 rue des Saint-Pères, room François Goguel (5th floor)

Welcome 9:15

SESSION 1 9:30 – 10:45 KEYNOTE LECTURE
Chair: Samuel Hayat

Yves Sintomer, Paris 8
The Meanings of Political Representation: Uses and Misuses of a Notion

SESSION 2 11:00 – 13:00 HISTORICIZING REPRESENTATION
Chair: José María Rosales

Bert Dejer
Disputing the Old Government: Representation and the Free State in Holland, 1706–1716

Julia Nordblad, Uppsala
Speaking Political Representation: An Attempt to Operationalize the ‘Representative Claim’ in Historical Research

Taru Haapala, Jyväskylä
Oxford Union Debate on War in 1933: Rhetoric, Representation, Political Action

Udit Bhatia and Vatsal Naresh, Oxford and Yale
Defection and Representation in India

SESSION 3 14:30 – 16:30 CONCEPTUALIZING REPRESENTATION
Chair: Samuel Hayat

Alessandro Mulieri, Leuven
Representation as a Political Theological Concept

Piotr Kuligowski, Poznan
The Conceptions of Representation in Polish Political Thought (1832–1848)

Facundo Rocca, Paris 8
The Problems of Modern Representation in the Young Marx

Ludmilla Lorrain, Paris 1
Mill’s Concept of Political Representation

SESSION 4 16:45 – 18:15 METHODOLOGICAL STUDIES
Chair: Samuel Hayat

Petra Guasti and Brigitte Geissel, Frankfurt
Semantics of Claims: Comparing Two German Case Studies

Alaya Forte, SOAS
Political Representation at the Intersection: How Should We Search for a New
Framework?

Christine Ludl, Berlin
Studying ‘Representations’ in the Global South: From an Object of Research to a
Conceptual History and Epistemology of Representation(s)

Saturday, 19 November 2016
Centre Malher 9 rue Malher, main amphitheatre (1st basement)

SESSION 5 9:30 – 10:45 KEYNOTE LECTURE
Chair: Stéphanie Tawa Lama-Rewal, CNRS/CEIAS

Rochana Bajpal, SOAS
Representation and Difference: Revisiting the Indian Constituent Assembly Debates: 1946–49

SESSION 6 11:00 – 13:00 CASE STUDIES ON UNDEMOCRATIC REPRESENTATION
Chair: Brigitte Geissel, Frankfurt

Chulki Hong, Seoul
Undemocratic Reception of Undemocratic Idea and Institution? Political Representation in East Asian Contexts

Wang Zhongyuan, Leiden
Authoritarian Representation: Representational Innovations in China’s Local People’s Congresses

Lindsay J. Benstead, Portland State
Clientelistic Responsiveness: Conceptualizing Representation under Authoritarianism

Florence Di Bonaventura, Bruxelles Saint-Louis
The Dynamic and Polysemous Political Representation of the Lega Nord through Identity, Imagery and Mandate

SESSION 7 14:30 – 15:45 KEYNOTE LECTURE
Chair: José María Rosales

Kari Palonen, Jyväskylä
Max Weber and the European Union

SESSION 8 16:00 – 17:00 GENERAL DISCUSSION

To attend the Research Seminar, please register by sending an email to samuel.hayat@univ-lille2.fr


Vous trouverez également le programme détaillé du colloque en format PDF ci-joint: programme_concepta_-representation_-2016_11_18_19

Colloque inaugural du Centre européen d’études républicaines, ENS Ulm, 24-25 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque inaugural du Centre européen d’études républicaines qui aura lieu à Paris les 24-25 novembre 2016, à l’ENS d’Ulm. Ces deux jours d’échanges visent à permettre à des spécialistes d’histoire, d’histoire des idées, de philosophie, de science politique ou de sociologie politique de se retrouver sur un terrain qui a fait l’objet de profonds renouvellements au cours des dernières années et dont les enjeux théoriques et pratiques sont évidents.

Deux tables rondes animées par Le Monde des Livres et France Culture seront ouvertes le soir et permettront des discussions plus informelles.  Lentrée est absolument libre pour ces deux tables rondes et lors des autres sessions, sauf lors des deux matinées du jeudi et du vendredi en raison de la présence de la Ministre et du Président de la République: il faut pour ces matinées s’inscrire sans trop tarder, si vous le souhaitez, à l’adresse suivante: modernitesrepublicaines@gmail.com
Vous trouverez le programme détaillé des deux journées auxquelles participent plus sieurs membres d’HiSoPo ici : programme_cedre_2016_11_24_25

AAC JE internationale: « Les années 1970 en Europe : un tournant transnational des cultures politiques ? », Rome, deadline: 30 octobre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communications pour une journée d’études internationale, à Rome les 25 et 26 mai 2017, sur « Les années 1970 en Europe ».

Journée d’études internationale
Les années 1970 en Europe : un tournant transnational des cultures politiques ?
Rome, 25-26 -mai 2017

La question autour de laquelle tournera la journée d’études concerne un concept et une périodisation : si l’on accepte le postulat que la seconde moitié du XXe siècle a été marquée par des formes de « transnationalisation » des cultures politiques européennes, les années 1970 ont-elles ou non représenté un tournant dans ce phénomène majeur ?

La réponse ne va pas de soi. Ces dernières années, les recherches en sciences sociales ont surtout mis l’accent sur les effets politiques de la mondialisation/globalisation et de l’accélération de l’intégration européenne à partir des années 1980-1990, tandis que les historiens insistaient sur le caractère transnational des mouvements de contestation des années 1960. Le quarantième anniversaire de 1968 a ainsi été l’occasion d’une floraison de rencontres et de publications sur le 68 « global », renouant sur des bases solides avec l’intuition précoce du « soulèvement mondial de la jeunesse » (George Paloczy-Horvath). La décennie 1970, écrasée entre ces deux temps forts des bouleversements contemporains, semble avoir été négligée, du moins dans cette perspective. Pourtant, cette séquence présente un certain nombre de caractères spécifiques qui méritent de retenir l’attention. Si les premières années de la décennie s’inscrivent incontestablement dans le prolongement des « années 1968 » ou du « long 68 », et plus largement, dans les derniers feux de la grande croissance engagée au lendemain de la guerre – malgré des déséquilibres déjà sensibles -, le grand retournement de tendance rendu manifeste à l’occasion du premier choc pétrolier de 1973 inaugure un long cycle de crises et de recompositions, économiques et sociales, mais aussi politiques et culturelles, dont nous sommes peut-être pas véritablement sortis. Quoiqu’il en soit, il n’est pas illégitime de faire de l’année 1979 le terme provisoire et commode de cette période charnière : le deuxième choc pétrolier, l’intervention soviétique en Afghanistan et la crise des euromissiles, la première élection du Parlement européen au suffrage universel et la victoire de M. Thatcher en Grande-Bretagne, donnent déjà le ton des années 1980.

Il s’agira d’abord de se demander si, au cours de cette « longue » décennie (disons 1968-1979, en gardant une certaine souplesse chronologique selon les thèmes abordés), on a pu observer la constitution de réseaux transnationaux, des phénomènes de circulation d’idées, de personnes, de symboles (de la « rose au poing » du PS français à la flamme tricolore du MSI italien, en passant par le logo danois « nucléaire ? non merci !»), qui auraient traduit une « transnationalisation » des cultures politiques de différents pays ou y auraient contribué. Pour cela, on s’intéressera aussi bien aux structures partisanes qu’aux mouvements sociaux, syndicats, associations et ONG issus de la « société civile » – dans la mesure où ils posent des questions politiques ou se posent eux-mêmes en acteurs « politiques » –, aux grandes formations parlementaires qu’aux « mouvances » informelles et aux marges (« autonomes » en France, mouvement de 1977 en Italie, alternatifs), à la naissance de fédérations transnationales à l’occasion de l’élection européenne de 1979 dans l’éventualité où elles ne se limiteraient pas à de simples accords d’états-majors, qu’aux expériences avortées (eurocommunisme, tentative de regroupement des Partis socialistes d’Europe du Sud…) ou aux prodromes d’une « transnationalisation » de formes partisanes nationales (Partito radicale italien).

La seconde question que nous souhaitons voir placer au cœur de la journée d’études est de savoir si et dans quelle mesure les cultures politiques européennes des années 1970 ont élaboré des concepts, des utopies, des symboles, comportant dans leur vision la fin de l’horizon national et si, dans ce travail, elles ont puisé dans les élaborations intellectuelles/expériences politiques des autres pays: par exemple, la prééminence des droits de l’homme face aux États et le droit d’ingérence humanitaire ; la notion de fin de l’État-nation et l’idée de l’avènement d’une société européenne − voire mondiale − traversée par les mêmes problèmes et défis (environnement et qualité de la vie, contrôle des multinationales, désarmement, migrations, place du travail, participation démocratique à la base, reconnaissance des « différences », etc.) ; la mise en avant de nouveaux clivages transnationaux tels que la question des femmes.

La réponse à ces questions n’est pas nécessairement positive : il y a sans doute eu aussi des processus, des développements contraires à la « transnationalisation », qui ont pu représenter un recul par rapport à la décennie précédente. La journée s’intéressera aussi à la mise en question et en perspective de la notion de transnationalisation des cultures politiques.

Enfin, la journée d’étude est centrée sur l’analyse des cultures politiques de l’Europe de l’Ouest (étant donné la persistance de la guerre froide à cette période, entre détente et regel), mais bien évidemment la transnationalisation concernera aussi la circulation d’idées, de personnes, de pratiques politiques, venues de l’autre côté du rideau de fer, culturellement plus poreux qu’auparavant (dissidence tchécoslovaque, Soljenitsyne, « modèle autogestionnaire yougoslave ») et, bien entendu, des États-Unis (de la « seconde révolution américaine » célébrée en 1972 en France par J.-F Revel comme « modèle » de la future révolution mondiale aux prodromes de la « révolution conservatrice » néolibérale).

Lieu : Université Luiss-Guido Carli, Rome.

Dates : Jeudi 25 et vendredi 26 mai 2017.

Langues de travail : Français et anglais.

Comité scientifique : Lucia Bonfreschi (Luiss-Guido Carli, Rome), Frank Georgi (CHS, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Giovanni Orsina (Luiss-Guido Carli, Rome), Benoît Tadié (Institut français Italia, Ambassade de France à Rome)

Modalités de soumission des propositions :

Les propositions de contributions à la journée devront parvenir avant le 30 octobre 2016 à la fois à Lucia Bonfreschi : lbonfreschi@gmail.com et à Frank Georgi : amef@dbmail.com.

Chaque proposition devra contenir (un seul document, en format pdf ou bien word ou rtf) :

–        Le nom et l’institution de rattachement ;

–        Le titre et un résumé de 2500 signes environ (espaces compris) de la proposition, en français ou en anglais ;

–        Un bref CV (une page maximum).

Les résultats de la sélection seront communiqués à la mi-décembre 2015.

Pour les intervenants sélectionnés, les frais d’hébergement (pour une nuit) à Rome et de voyage (dans les limites du budget) seront pris en charge par les organisateurs.

Après le colloque, les organisateurs prévoient de retenir une partie des interventions pour publication. Pour cette raison, l’un des principaux critères de sélection sera l’originalité des propositions.

Congrès international « Conceptos transatlánticos. Nuevos retos y enfoques históricos para Iberconceptos », Cartagena, Colombie, deadline: 10 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communications pour le Congrès international « Conceptos transatlánticos. Nuevos retos y enfoques históricos para Iberconceptos » qui aura lieu à Cartagena (Colombie) du 18 au 20 avril 2017. Ce congrès est co-organisé par Iberconceptos — Grupo de Historia Intelectual de la Política Moderna de l’Universidad del País Vasco (Bilbao, España) et le Departamento de Investigaciones de la Facultad de Ciencias Humanas y Vicerrectoría de Relaciones Internacionales de l’Universidad de Cartagena (Colombia). La deadline pour l’envoi des communications est fixée au 10 novembre 2016. Vous trouverez ci-joint le texte de l’appel à communications en espagnol: cfp_cartagena_2017_04_18_20

Je  » La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, deadline: 15 novembre 2016

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communication pour une journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann, organisée par Lucile Dumont (EHESS/CESSP), Quentin Fondu (EHESS/CESSP), Laélia Véron (ENS Lyon/Paris 3 – IHRIM) avec le soutien du CESSP (Centre européen de sociologie et de science politique). L’événement aura lieu le 17 janvier 2017 à l’EHESS au 190-198 av de France (Paris 13ème). Les propositions de communication sont à envoyer pour le 15 novembre à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com. Il s’agit là sans doute d’un des événements qui touche le plus directement le cœur même du projet de l’histoire sociale des idées politiques à travers une discussion des thèses et méthodes de Lucien Goldmann. Vous trouverez l’appel à communications ci-joint: aac_je_lucien_goldmann


APPEL A COMMUNICATION – Journée d’études

 La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réception, héritages et usages contemporains

Paris, 17 janvier 2017

EHESS, 190-198 av de France, 75013 Paris

(8è étage, Salle Vernant)


Argumentaire scientifique

Philosophe et sociologue français né en Roumanie, Lucien Goldmann (1913-1970) a été fortement influencé par le marxisme, et tout particulièrement par les travaux de Georg Lukács. Son œuvre se caractérise par une méthodologie matérialiste singulière. Partisan d’un marxisme hétérodoxe et humaniste opposé à tout dogmatisme, Goldmann a cherché à unifier les approches sociologiques et littéraires en proposant une nouvelle méthode, le structuralisme génétique, construit dans le prolongement du structuralisme de Jean Piaget (e.g. Le Dieu caché, 1959.) Par cette méthode, Goldmann entendait allier l’étude des contenus à celle des formes, combinaison qu’il considérait comme le préalable nécessaire à la compréhension des phénomènes culturels, ceux-ci ne pouvant se réduire selon lui ni à de simples reflets mécaniques de l’idéologie ni à des créations spontanées détachées du monde social. Profondément engagé au sein de l’espace intellectuel des années 60, c’est dans une dynamique complexe que Goldmann a pris position à la fois contre le structuralisme antihumaniste de Louis Althusser (structure sans sujet) et contre l’existentialisme sartrien (sujet sans structure), l’un comme l’autre étant, selon lui, opposés à la pensée dialectique (e.g. Goldmann, 1966; Macherey, 1966). Ce faisant, il s’est orienté vers l’élaboration d’une nouvelle dialectique, héritière de la pensée tragique et conçue comme une synthèse de paradoxes ayant marqué à la fois l’histoire littéraire et l’histoire du marxisme (structure/sujet, déterminisme/histoire, etc.).

La mort prématurée de Goldmann, ainsi que le reflux de la pensée marxiste et les réprobations dont elle a fait l’objet à partir de la fin des années 1970, ont rendu difficile la poursuite et la circulation d’une pensée critique à la fois interdisciplinaire, programmatique et évolutive. Goldmann demeure cependant une personnalité centrale dans l’histoire de la sociologie de la littérature et des débuts de son institutionnalisation. En France, son séminaire à l’EPHE puis à l’EHESS, de la fin des années 1950 à 1970, a ainsi constitué un des lieux de renouvellement du croisement des études littéraires et des sciences sociales. Les séjours de Goldmann à l’étranger, de même que sa participation à des colloques et des réseaux internationaux ont dans le même temps facilité la circulation internationale de ses travaux tout au long de sa carrière et dans les années qui ont suivi (Cusset, 2003; Sanguineti et al., 1967). Les développements de la sociologie de la littérature dans les espaces francophones attestent ainsi de de l’importance des travaux de Goldmann dans ce domaine. En effet, la sociologie de la littérature de Robert Escarpit, qui aborde la littérature dans une perspective communicationnelle (Van Nuijs, 2007), de même que les travaux développés par Marc Angenot sur le discours social et ses liens avec la production littéraire (Angenot 1985), comme la sociocritique de Claude Duchet (Duchet, 1979; Leenhardt, 1975), ou encore la sociologie des arts et de la littérature de Pierre Bourdieu, qui envisage l’espace social à travers les dynamiques insufflées par la notion de champ et réinterroge les processus de production de la littérature à travers l’étude des trajectoires ou la notion de point de vue (Bourdieu, 1966, 1992 ; Jurt, 2004) ; toutes se sont nourries de nombreuses réflexions critiques sur les travaux de Goldmann (Leenhardt, 1967; Sapiro, 2014). Plus récemment, les travaux contemporains en sociologie de la littérature et plus généralement dans les études littéraires s’inscrivent dans le prolongement de ces courants (voir Glinoer, 2016; Meizoz, 2004; Sapiro, 2007).

Enfin, les contributions de Goldmann à l’Institut de Sociologie de l’Université Libre de Bruxelles, où il créa le Centre de Sociologie de la littérature en 1961 avant d’en devenir le directeur en 1964, ont marqué une génération d’étudiants et de chercheurs dans ce domaine (Heyndels, 1988). Ceux-ci ont pu poursuivre cette orientation dans leurs propres travaux, et proposer des hommages et/ou des introductions à son œuvre (e.g. Lallemand et.al, 1973 ; Leenhardt, 1971; Naïr, Löwy, 1973 ; Goldmann, Löwy Naïr, 1977). Goldmann n’est ainsi pas tombé dans l’oubli, comme le prouve la récente journée d’études « Lucien Goldmann » qui a eu lieu à l’Institut Mémoire de l’Édition Contemporaine en 2009 et dont les actes ont été publiés en 2010 (Ferrette, 2010). Pourtant, au sein de la recherche littéraire comme en sociologie de la littérature, l’intérêt porté à Lucien Goldmann reste marginal. Si l’on se réfère régulièrement à ses lectures de Racine et de Pascal, les pistes proposées dans d’autres œuvres sont plus rarement explorées – on peut penser notamment aux analyses contenues dans Pour une sociologie du roman, publié en 1964 ou à celles incluses dans Structures mentales et création culturelle, publié en 1970. Nous voudrions souligner ici l’importance générale de la méthodologie proposée par Goldmann.

Au-delà d’un simple hommage à Lucien Goldmann, cette journée d’études souhaite dès lors d’une pat insister sur l’actualité possible de sa pensée, l’intérêt que nous pourrions avoir à lire ou à relire cet auteur pour nourrir nos propres recherches et d’autre part mesurer l’influence de la sociologie de la littérature goldmanienne sur les outils conceptuels de la sociologie de la littérature et des études littéraires contemporaines. Cette journée se composera ainsi de deux axes, non exclusifs.

Premièrement, par l’étude de la réception de l’œuvre de Lucien Goldmann en France et à l’étranger, nous tenterons de mettre en avant l’héritage d’un marxisme vivant, loin de correspondre aux critiques les plus fréquentes (mécanisme ou reflet, sociologisme non attentif aux formes, etc.). Sur la base de témoignages de proches du philosophe, il s’agira, en même temps que de rendre compte de la postérité de son travail, de réfléchir sur l’époque pendant laquelle se constitue cette œuvre, qui en cristallise de nombreux aspects. En effet, les années de production intellectuelle de Goldmann, entre les années 1950 et la fin des années 1960, se caractérisent notamment, dans les champs académiques et intellectuels, par d’importants et récurrents débats sur le statut de la littérature, en même temps que par l’apparition puis l’institutionnalisation de la sociologie et, partant, de la sociologie de la littérature, le tout dans le contexte d’une refonte générale des sciences humaines et sociales marquée par des périodes de forte polarisation des espaces intellectuels français et étrangers (Matonti, 2005; Heilbron, 2015). Comment s’est caractérisée la réception des travaux de Goldmann dans les études littéraires ? Quel rôle ont-ils joué dans les développements de la sociologie de la littérature ? Comment saisir les enjeux de la position intellectuelle et institutionnelle de Goldmann dans un moment de reconfiguration disciplinaire affectant particulièrement la sociologie et les études littéraires ? C’est ce type de questionnements que nous entendons mener.

Dans un deuxième temps, en partant de l’œuvre de Lucien Goldmann et de la méthodologie qu’il a pu proposer, il s’agira de rendre compte de nouvelles perspectives de recherche dans le domaine littéraire, peut-être insuffisamment exploitées. Voici, listés de manière non exhaustive, quelques sujets qui pourraient être abordés :

–        La notion de « vision du monde » dans les études littéraires, que l’on peut envisager comme l’expression d’une conscience collective ou comme le rapport entre l’individualité du sujet écrivain et la collectivité ;

–        Vision du monde, conscience collective et genre littéraire : existe-t-il des genres plus aptes que d’autres à exprimer cette vision du monde ? (On pourra par exemple réfléchir aux difficultés qu’a rencontré Goldmann en tentant de transposer une méthodologie de lecture des œuvres théâtrales à des œuvres romanesques dans Pour une sociologie du roman) ;

–        L’actualisation historique des types de médiations littéraires entre l’œuvre et la conscience collective (évolution possible du rôle de l’artiste-médian, particulièrement manifeste dans l’analyse que Goldmann fait du Nouveau Roman) ;

–        Peut-on penser une stylistique goldmanienne ? (On pourra notamment se rapporter à l’opposition entre Barthes et Goldmann, le premier optant pour une sémiotique toujours plus autonome, quand le second considère que l’étude des micro-structures doit toujours être rattachée à une « vision du monde ») ;

–        Dans cette même perspective, on pourra également réfléchir au lien entre forme et idéologie, c’est-à-dire à l’inscription d’une « effet-idéologie » par la « mise en scène stylistique d’appareils normatifs textuels incorporés à l’énoncé » (Hamon, 1984).


Les propositions de communications devront être envoyées le 15 novembre 2016 au plus tard, à l’adresse jegoldmann2017@gmail.com, et comprendront entre 3000 et 6000 signes au total, biobibliographie comprise. Merci de préciser vos noms, prénoms, courriel et institutions de rattachement. Les participants seront notifiés le 22 novembre 2016 au plus tard.


Bibliographie indicative

Textes de Lucien Goldmann

– Sciences humaines et philosophie, Paris, PUF, 1952.

– Le Dieu caché : Étude sur la vision tragique dans les Pensées de Pascal et dans le théâtre de Racine, Paris, Gallimard, 1955.

– Jean Racine, dramaturge, Paris, L’Arche, 1956.

Recherches dialectiques, Paris, Gallimard, 1959.

Pour une sociologie du roman, Paris, Gallimard, 1964.

– « Structuralisme, marxisme, existentialisme : un entretien avec Lucien Goldmann », L’Homme et la société, n°2, 1966, pp. 105-124.

– « La sociologie de la littérature : situation actuelle et problèmes de méthode », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 531-554.

– « Le structuralisme génétique en sociologie de la littérature » [1964] in Sanguineti et al., 1967.

Structures mentales et création culturelle, Paris, Anthropos, 1970.

Marxisme et sciences humaines, Paris, Gallimard, 1970.

Situation de la critique racinienne, Paris, L’Arche, 1971.

La Création culturelle dans la société moderne, Paris, Denoël, Gonthier, 1971.

Bibliographie générale

– Angenot, M. Robin, R. « L’inscription du discours social dans le texte littéraire », Sociocriticism, I/1, 1985, pp. 53-82.

– Bourdieu, P., « Champ intellectuel et projet créateur », Les Temps modernes, nov. 1966, pp. 865-906.

– Bourdieu, P., Les Règles l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Seuil, 1992.

– Cohen, M., The Wager of Lucien Goldmann: Tragedy, Dialectics and a hidden God, Princeton University Press, 1994.

– Cusset, F., French Theory. Foucault, Derrida, Deleuze et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis, Paris, La Découverte, 2003.

– Duchet, C. (dir.), Sociocritique, Paris, Nathan, 1979.

– Lallemand, R et al., « Hommage à Lucien Goldmann », Revue de l’Institut de sociologie, n°3, 1973 [rééd. Éditions de l’ULB, 1975.]

– Ferrette, J. (dir.), Lucien Goldmann, Anamnèse, n°6, 2010.

– de Gandillac, M. Goldmann, L. Piaget, J. (dir.), Entretiens sur la notion de genèse et de structure, Paris, La Haye, Mouton et Cie, 1965.

– Glinoer, A., Le Littéraire et le social. Bibliographie générale (1904-2014), Paris, L’Harmattan, 2016.

– Goldmann, A. Löwy, M. Naïr (dir), Le Structuralisme génétique : l’œuvre et l’influence de Goldmann, Paris, Denoël-Gonthier, 1977.

– Hamon, P., Texte et idéologie. Valeurs, hiérarchies et évaluations dans l’œuvre littéraire, Paris, PUF, 1984.

– Heilbron, J., French Sociology, Ithaca, ornell University Press, 2015.

– Heyndels, R. « Étude du concept de « vision du monde » : sa portée en théorie de la littérature », L’Homme et la société, n°43-44,1977, pp. 133-140.

– Heyndels, R., « Le centre de sociologie de la littérature de l’Université de Bruxelles », Études littéraires, 21/2, 1988, pp. 121-129.

– Jurt, J., « L’apport de la théorie du champ aux études littéraire », in Pinto, Sapiro, Champagne (dir.), Pierre Bourdieu, sociologue, Paris, Fayard, 2004.

– Leenhardt, J., « La sociologie de la littérature : quelques étapes de son histoire », Revue internationale des sciences sociales, XIX/ 4, 1967, pp. 555-572.

– Leenhardt, J., « Racine : Psychanalyse et sociologie de la littérature », Études françaises, III/1, 1967, pp. 21-34

– Leenhardt, J., « Pour une esthétique sociologique : Essai de construction de l’esthétique de Lucien Goldmann », Revue d’esthétique, n° II, 1971, pp. 113-128.

– Leenhardt, J., « Lucien Goldmann et les fondements de la sociocritique », Dossiers français, n° 1, 1975-1976, pp. 44-49.

– Leenhardt, J., Lecture politique du roman : La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

– Macherey, P., Pour une théorie de la production littéraire, [1966], Paris, ENS Éditions, 2014.

– Matonti, F., Intellectuels communistes. Essai sur l’obéissance politique, Paris, La Découverte, 2005.

– Meizoz, J., L’œil sociologue et la littérature, Genève/Paris, Slatkine Érudition, 2004.

– Naïr, S. Löwy, M. Lucien Goldmann ou la dialectique de la totalité, Paris, Seghers, 1973.

– Sanguineti et al., Littérature et société :  Problèmes de méthodologie en sociologie de la littérature, Bruxelles, Éditions de l’Institut de Sociologie, 1967.

– Sapiro, G., « Pour une approche sociologique des relations entre littérature et engagement », COnTEXTES, 2007/2.

– Sapiro, G., La Sociologie de la littérature, Paris, La Découverte, 2014.

– Tarrab, G., « La sociologie du théâtre et de la littérature d’après Lucien Goldmann », Sociologie et sociétés, 3/1, 1971, pp. 15-24.

– Van Nuijs, L., « La sociologie de la littérature selon Escarpit. Structure, évolution et ambiguïtés d’un programme de recherche », Poétique, 2007/1, n°49, pp. 107-127.

– Zima, P., Goldmann, Paris, Éditions Universitaires, 1973.

Journées d’étude « De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques, comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ? », Nanterre, Université Paris 10, 10-11 octobre 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation des journées d’étude « De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques, comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ? » Co-organisées par la Société d’ethnologie française et le Sophiapol, ces journées se dérouleront à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, les lundi 10 octobre et mardi 11 octobre dans la salle des conférences (rez-de-chaussée, à gauche en entrant) de la maison Max Weber. Ces journées d’étude peuvent intéresser l’histoire sociale des idées politiques en fournissant des réflexions précieuses sur le croisement des méthodes qualitatives de type ethnographique et des méthodes quantitatives. Vous en trouverez le programme complet ici : https://sophiapol.hypotheses.org/19827 L’entrée est libre et gratuite.

Colloque: « « Les mondes de la philanthropie (19e-21e siècles) », Paris, Site Pouchet, 15-16 décembre 2016

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque « Les mondes de la philanthropie (19e-21e siècles) », co-organisé par Thomas Depecker, Marc-Olivier Déplaude et Nicolas Larchet. L’événement se tiendra à Paris, sur le Site Pouchet du CNRS – 59-61, rue Pouchet, 75 017 Paris – en Salle de conférence les 15 et 16 décembre prochain. Plusieurs des interventions concernant directement l’étude des intellectuels et des idées. Vous trouverez le programme du colloque en ligne ici : http://calenda.org/378416. Si vous souhaitez assister au colloque, vous devez au préalable vous inscrire en envoyant un mail avant le 15 novembre à l’adresse suivante : mondes.philanthropie@gmail.com

Conférence internationale: « Political representation beyond elections: A comparison China/Westerne Countries », Beijing, Peking University, October 21th-22th, 2016

HiSoPo vous informe de la tenue d’une conférence internationale sur la représentation politique organisée dans le cadre du programme ANR/DFG CLAIMS (New Political Representative Claims: A Global View. France, Germany, Brazil, China, India) et qui aura lieu à l’Université de Pékin les 21-22 octobre 2016. Vous trouverez ci-joint le programme de la conférence: political-representation-beyond-elections_program_30_09_2016