Archives de catégorie : Congrès/colloques/journées d’étude

Colloque « Le Siècle de Du Pont de Nemours », Paris II Panthéon-Assas, 14-15 décembre 2017

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque « Le Siècle de Du Pont de Nemours (1739-1817). Politique, droit et histoire, co-organisé par Anthony Mergey et Arnault Skornicki et qui se tiendra à Paris II Panthéon-Assas  les 14-15 décembre prochains.  Voici le programme détaillé des deux journées:

Le siècle de Du Pont de Nemours (1739-1817). Politique, droit et histoire

Lieu : Salle des Conseils – Université Paris II Panthéon-Assas

12, place du Panthéon, Paris 5e

Jeudi 14 décembre

8h30 – Accueil des participants

9h00 – Allocution d’ouverture et remerciements

9h05 – Intervention de Valérie LACROUTE, députée-maire de Nemours

Intervention d’un représentant de Du Pont France

Intervention de David COLE, directeur exécutif du Hagley Museum and Library

9h15 – Anthony MERGEY et Arnault SKORNICKI : Propos introductifs

Action publique, bonheur privé

Présidence-discussion : Anne VERJUS

9h45 – Julia ABRAMSON : Vie publique et vie privée : affaires et famille chez du Pont de Nemours & Cie.

10h10 – Linda et Marsha FREY : Pierre-Samuel Dupont de Nemours: Father and Mentor

10h35-10h55 – Discussion

10h55-11h15 – Pause

Entre ordre public et droits de l’homme

Présidence-discussion : Julien VINCENT

11h15 – Sébastien LE GAL : Dupont de Nemours et le maintien de l’ordre public

11h40 – Thérence CARVALHO : Abolir la contrainte par corps : le combat du jurisconsulte Dupont de Nemours

12h05 – Annie LECHENET : Propriété, vote, instruction du peuple : quelques éléments de la pensée politique de Dupont de Nemours comparée à celle de Jefferson

12h30-13h00 – Discussion

13h00-14h45 – Déjeuner – Appartement décanal

Du Pont administrateur et réformateur

Présidence-discussion : Christophe Le Digol

14h45 – Loïc CHARLES : Pierre Samuel Du Pont et la haute administration du commerce (1774-1792)

15h10 – Jean-Baptiste MASMEJAN : Dupont de Nemours et la question hospitalière: un éclairage des enjeux sanitaires à la fin du XVIIIème siècle

15h35 – Thomas OUTIN : Les idées fiscales de Dupont de Nemours et leurs filiations avec  les réformes de l’Ancien Régime

16h00-16h30 – Discussion

16h45 – Fin de la première journée

20h00 – Diner de gala

Vendredi 15 décembre

9h15 – Accueil des participants

Le rêve américain de Du Pont

Présidence-discussion: Manuela ALBERTONE

9h45 – Aya TANAKA : Pontiana: Du Pont’s Physiocratic Dream in America

10h10 – Gabriel SABBAGH : Dupont de Nemours, coauteur des Lettres d’Abraham Mansword (1771-1772) et critique (1773-1789) de De Lolme : le modèle politique anglais confronté avec une Amérique rêvée

10h35-10h55 – Discussion

10h55-11h15 – Pause

Diplomatie, colonies et relations internationales

Présidence-discussion : Liana VARDI

11h15 – Antonella ALIMENTO : Les traités de commerce et l’émergence d’une économie politique de la paix : Dupont de Nemours diplomate et négociateur du traité d’Eden et du renouvellement du Pacte de Famille (1786-1790)

11h40 – Alfred STEINHAUER : Sur l’intérêt bien entendu des nations éclairées : la correspondance entre Thomas Jefferson et Dupont de Nemours à propos de l’affaire de la Louisiane

12h05 – SimonaPISANELLI : Dupont de Nemours : colonies, esclavage, croissance économique

12h30-13h00 – Discussion

13h00-14h45 – Déjeuner-Cocktail – Appartement décanal

15h00 – Fin du colloque

Les participants

Julia ABRAMSON, professeure associée en littérature, Université d’Oklahoma

Manuela ALBERTONE, professeure d’histoire moderne, Université de Turin

Antonella ALIMENTO, professeure d’histoire moderne, Université de Pise

Thérence CARVALHO, maître de conférences en histoire du droit, Université Jean Moulin Lyon 3

Loïc CHARLES, professeur d’économie, Université de Paris 8 et Ined

Linda FREY, professeure d’histoire, Université du Montana

Marsha FREY, professeure d’histoire, Université de l’État du Kansas State

Éric GOJOSSO, professeur d’histoire du droit, Université de Poitiers

Valérie LACROUTE, députée-maire de Nemours

Annie LECHENET, maîtresse de conférences honoraire en philosophie, Université Claude Bernard Lyon

Christophe LE DIGOL, maître de conférences en science politique, Université Paris Nanterre

Sébastien LE GAL, professeur d’histoire du droit, Université Grenoble Alpes

Jean-Baptiste MASMEJAN, doctorant contractuel en histoire du droit, Université Jean Moulin Lyon 3

Anthony MERGEY, professeur d’histoire du droit, Université Paris II Panthéon-Assas

Thomas OUTIN, doctorant en histoire du droit, Université Paris II Panthéon-Assas

SimonaPISANELLI, post-doc chercheure en histoire, Université de Salento

Gabriel SABBAGH, professeur émérite de mathématiques, Université Paris Diderot

Arnault SKORNICKI, maître de conférences en science politique, Université Paris Nanterre

Alfred STEINHAUER, enseignant à l’Université Ouverte de la Grèce, chercheur à l’Universite Panteion

Aya TANAKA, professeure adjointe, NYU-Stern School of Business

Liana VARDI, professeure d’histoire moderne, Université de Buffalo, SUNY

Anne VERJUS, directrice de recherche au CNRS, NYU

Julien VINCENT, maître de conférences en histoire, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne


Avec le soutien de :

Institut d’Histoire du droit (UMR 7184) de l’université Paris II Panthéon-Assas

Institut des Sciences Sociales du Politique (UMR 7220) de l’université Paris Nanterre

École doctorale d’histoire du droit, philosophie du droit et sociologie du droit (ED 8) de l’Université Paris II Panthéon-Assas

Mission de recherche Droit et Justice

Hagley Museum and Library

Du Pont France

Toutes les informations sur le colloque sont disponibles sur la plateforme Sciencescon.org à partir de ce lien: https://dupont2017.sciencesconf.org/
Image en ligne

Lancement de la revue Biens symboliques/Symbolic Goods, 10 novembre 2017

HiSoPo vous informe du lancement d’une nouvelle revue : Biens symboliques/Symbolic Goods [BS/SG], revue interdisciplinaire, bilingue, en ligne et en accès libre. Vous en trouverez une présentation sur le site : http://www.bssg.univ-paris8.fr/fr/index.html

La revue accueille des propositions d’article en varia pour tous ces numéros (articles qui, au terme d’une évaluation en double aveugle, seront traduits en anglais). Toutes les approches disciplinaires et méthodologiques sont les bienvenues, pourvu que les thèmes traités correspondent au périmètre de la revue. Ainsi, n’hésitez pas à nous proposer des textes et à faire circuler dans vos réseaux notre appel à articles permanent.
 
Le premier numéro, qui comprend notamment un dossier intitulé « Artistes ordinaires » et une table ronde autour de l’ouvrage Le Savant et le populaire, paraîtra très prochainement. Le sommaire est disponible ici : http://www.bssg.univ-paris8.fr/fr/sommaire.html

A l’occasion de cette parution, la revue organise le vendredi 10 novembre 2017 une journée de rencontres et de débats, à l’Hôtel de Ville de Paris. Le thème de cette journée se situe au cœur du projet général de la revue : « Traduire/Transposer. Autour de la circulation transnationale des biens symboliques ». 

Vous trouverez le programme ici : Programme_BSSG_2017_11_10. L’accès à l’Hôtel de Ville (5 rue de Lobau) étant sur inscription, il convient de remplir ce framapad: http://www.framadate.org/bssg

http://biens-symboliques.net


Colloque « Why Lefort Matters », Université libre de Bruxelles, 9-10 novembre 2017

HiSoPo vous informe de l’organisation d’un colloque autour de l’actualité politique de la pensée de Claude Lefort. Il se tiendra les 9 et 10 novembre 2017 à l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

Interventions de  Samuel MOYN (Yale), Pierre ROSANVALLON (Collège de France), Pierre MANENT (EHESS), Etienne TASSIN (Paris Diderot), Warren BRECKMAN (University of Pennsylvania), Judith REVEL (Paris Nanterre).

Le colloque est organisé par le Centre de théorie politique (CTP) dans le cadre d’une Action de Recherche Concertée « Why Lefort Matters » (2016-2021) mené par Thomas Berns, Justine Lacroix, et Jean-Yves Pranchère.

Vous trouverez ci-joint le programme détaillé du colloque: Programme_Colloque_Lefort_2017_11_09-10

Call for Panel Proposals: « Concepts in Transit », Conceptual History – ECPR 2018

HiSoPo vous informe de cet appel à communications pour un panel d’histoire conceptuelle dans le cadre du prochain congrès de l’ECPR.

 

Call for Panel Propoals – ECPR General Conference 2018

Concepts in Transit: Political Ideas between Context and Universality

 

Political concepts – in their everyday usage, in political thought, or when used as analytical categories – acquire their meaning and their force from the concrete contexts in which they are used. Yet concepts often raise claims that reach beyond these particular contexts. This section focuses on the tension between the context-bound and context-transcending qualities of political concepts. The notion of “transit” points to a passage between different discursive spaces and levels of abstraction, a passage with its own rules and strategies. The proposed section will examine manifold types of conceptual transit and conceptual change in a number of different fields and subdisciplines.

The theme of “Concepts in Transit” brings to the fore questions such as how political concepts move between contexts, be it linguistic, social and cultural, discursive, or disciplinary contexts. The topic links to a number of questions: How does the normative and/or analytical reach of political concepts change in such conceptual transits, from both temporal and spatial perspectives? How are concepts used and/or interpreted differently in different contexts and subfields? What are the costs of conceptual travels, and what are their limits? What kind of strategies, rules, rhetorical moves, and practices are involved in them? What is the role of political ideologies in this regard? What impact does the rise of digital means of communication have on the circulation of political concepts? Is there a tension between a universalization of political languages on the one hand and an appeal to nationalisms or particularisms in politics on the other? Can political agents and speech acts purposely bridge the gap between the ideas of the particular and universal? How has the transit to universalization been undone and reinvented in both history and contemporary contexts?

This section during the ECPR General Conference to be held in Hamburg, 22–25 August 2018 is endorsed by the ECPR Standing Group “Political Concepts”. We invite panel proposals which explore the following fields of research (non-exhaustive):

  • Political ideologies
  • Intellectual history and conceptual history
  • Comparative political thought
  • Democracy and democratization
  • European politics and institutions
  • Parliaments: national and supranational
  • International law and human rights
  • Digital communication
  • Politics and time
  • Ideas of the global
  • Concepts on the move: translations, migrations, circulation of ideas

Please send your panel proposals until November 10, 2017 to Rosario López (rosariols@uma.es) and Rieke Trimҫev (rieke.trimcev@uni-greifswald.de). Proposals should be composed of:

  • Tentative panel title
  • Name and institutional affiliation of chair (and co-chair if applicable)
  • Short abstract (up to 150 words)
  • Name, affiliation, and paper titles of up to five panelists if available

Rosario López, Postdoctoral Fellow at the Department of Philosophy, University of Málaga, rosariols@uma.es

Rieke Trimҫev, Postdoctoral Fellow at the Institute for Political Science and Communication Studies, University of Greifswald, rieke.trimcev@uni-greifswald.de

Colloque international : « Marx’s achievements as an economist and political philosopher », 27-29 september 2017, Lyon

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque international « Marx’s achievements as an economist and political philosopher » qui aura lieu à Lyon du 27 au 29 septembre 2017. Cet événement est organisé avec l’European Journal of the History of Economic Thought, pour marquer le bicentenaire de la naissance de Karl Marx.


Comité scientifique

François Allisson (Université de Lausanne). Oleg Ananyin (National Research University Higher School of Economics, Moscow). Riccardo Bellofiore (Università di Bergamo). Ivan Boldyrev (Ruhr-Universität Bochum & National Research University Higher School of Economics, Moscow). Jérôme de Boyer des Roches (Université Paris-Dauphine). Pierre Dockès (Université Lyon 2 & Triangle, Lyon). Rodolphe Dos Santos Ferreira (Université de Strasbourg). Ragip Ege (Université de Strasbourg). Gilbert Faccarello (Université Panthéon-Assas, Paris). Ludovic Frobert (CNRS). Christian Gehrke (Karl-Franzens Universität & Graz Schumpeter Centre). Rebeca Gomez Betancourt (Université Lyon 2 & Triangle, Lyon). Yinxing Hong (Nanjing University). Masashi Izumo (Kanagawa University, Yokohama). Heinz D. Kurz (Karl-Franzens Universität & Graz Schumpeter Centre). Gary Mongiovi (St. John’s College, New York). Kenji Mori (Tohoku University, Sendai). Wilfried Parys (Universiteit Antwerpen). Fabio Petri (Università di Siena). Jean-Pierre Potier (Université Lyon 2 & Triangle, Lyon). Regina Roth (Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften, Berlin). Neri Salvadori (Università di Pisa). Anwar Shaikh (New School for Social Research, New York). Claire Silvant (Université Lyon 2 & Triangle, Lyon). Susumu Takenaga (Daito Bunka University, Tokyo). Keith Tribe (Independent Scholar, Malvern). Roberto Veneziani (Queen Mary University of London). Kiichiro Yagi(Setsunan University, Osaka).


Comité d’organisation


Présentation

2018 marks the year of the bicentenary of Karl Marx’s birth. On this occasion, a conference co-organized by the research centre Triangle and the European Journal of the History of Economic Thought will be held in Lyon to recall Marx’s achievements as an economist and political philosopher.

Was Marx the “odd man out”, a “crank”, whose contribution defies any conventional classification and assessment ? Was he a “minor post Ricardian”, as has been contended ? Was he a genius of political economy, whose statements contain indubitable truths, as some of his followers maintain ? The questions to be dealt with include the following : What is the relationship between Marx’s philosophical training in Hegel and Kant and his political economy ? What is the relationship between his political economy and that of the classical economists ?

To what extent was he aware of the rise of the marginalist doctrine and how did he react to it ? How were his propositions received in the academic and political sphere ? How did his message spread around the world ? What can we learn from him today ? Thanks to the publication of substantial parts of the new MEGA edition, we can now form a much clearer idea of the progress of Marx’s work and the reasons why he did not succeed in completing Das Kapital. Contributions that take into account the MEGA are especially welcome.

All proposals of papers (1,000 words at the most) on all aspects of Marx’s thought and writings will be welcome. They must be sent simultaneously to Rebeca Gomez Betancourt (rebeca.gomezbetancourt@univ-lyon2.fr) and Gilbert Faccarello (gilbert.faccarello@u-paris2.fr) no later than 15 February, 2017. (Full papers are due by 15 July, 2017.)

Authors submitting papers do so on the understanding that papers accepted for the conference are eligible for a special issue of the European Journal of the History of Economic Thought.

A special day for PhD students and young researchers

In supplement and as a prelude to this event, the conference will be preceded by a day of lectures and debates around the work of Karl Marx, in order to introduce the Marx studies to PhD students and young research fellows interested in the topic.


Call for papers on the we site of Triangle : http://triangle.ens-lyon.fr/IMG/pdf/1818marx_2018callforpapers.pdf

Colloque international « La France d’Antonio Gramsci », ENS de Lyon, 23-25 novembre 2017

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque international « La France d’Antonio Gramsci » qui aura lieu du 23 au 25 novembre 2017 à l’ENS de Lyon


Comité scientifique


Présentation

Pour contribuer à célébrer en France le quatre-vingtième anniversaire de la mort du grand penseur italien (1891-1937), nous invitons les chercheurs à un travail collectif sur « la France d’Antonio Gramsci », dans le cadre d’un colloque qui se tiendra à Lyon (lieu important pour l’histoire du communisme italien et du rôle qu’y joua Gramsci, puisque s’y tint, en janvier 1926, le 3e congrès du PC d’I).

Comme cela se vérifie également à l’échelle mondiale, le nom de Gramsci est depuis quelques années très présent dans l’espace public français, tant dans les champs politique et journalistique que dans les débats théoriques et les sciences sociales ; on note aussi des travaux français récents sur Gramsci et sa réception en France. En revanche, bien peu a été fait sur la présence de la France dans son œuvre et c’est bien cet aspect que nous entendons traiter.

Le colloque « la France d’Antonio Gramsci » se penchera donc sur la place et la fonction de l’histoire, de la politique et de la culture françaises dans la réflexion de Gramsci. Cette question n’a jusqu’ici pas fait l’objet d’études systématiques. Il est pourtant incontestable que la formation de Gramsci est en large part constituée de culture française et que, tout au long de son œuvre, la France lui sert de point de référence à partir duquel penser la situation italienne. C’est particulièrement vrai dans la mise en évidence du rôle de la politique française – avec l’économie anglaise et la philosophie allemande – comme une des trois sources du marxisme. Au delà de cette première constatation, la présence d’auteurs, événements et thèmes français dans ses textes – au premier rang desquels les Cahiers de prison – est particulièrement forte et bien connue de la critique. Il s’agira donc d’examiner certains de ses concepts les plus importants (jacobinisme, national-populaire…), certaines de ses thématiques historiques (les Lumières, la Révolution française, les rapports ville-campagne…), politiques (syndicalisme révolutionnaire, Maurras et l’Action française…) et culturelles (culture française, intellectuels français…) en les mettant en résonance avec sa réflexion d’ensemble et le rythme de sa pensée. Gramsci pense la France, son histoire et sa culture, mais son intention vise bien au-delà !

Ce colloque se tiendra malheureusement en l’absence d’André Tosel, qui fit tant pour la diffusion de l’œuvre de Gramsci en France. André avait chaleureusement soutenu l’idée d’organiser à Lyon un événement commémorant le penseur italien et il devait bien sûr faire partie de son conseil scientifique. Sa générosité et son enthousiasme nous manqueront autant que sa science. Un hommage lui sera rendu pendant le colloque.

Les propositions d’intervention (dont les thématiques ne doivent évidemment pas se restreindre aux exemples que nous avons cités) sont à envoyer à Romain Descendre (romain.descendre[at]ens-lyon.fr) et à Jean-Claude Zancarini (jean-claude.zancarini[at]ens-lyon.fr) avant fin mai 2017.

Colloque HiSoPo: « Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan », Paris, Sciences Po, 23-24 mai 2017

 

Colloque HiSoPo


Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan

23-24 mai 2017

Colloque organisé par Thibaut Rioufreyt en partenariat avec le laboratoire Triangle UMR 5206 et Sciences Po


Le colloque est articulé autour de quatre sessions réparties sur deux jours :

 

SESSION 1: LES USAGES DES IDÉES EN MILIEU PARTISAN : RÔLES ET VALEURS

Dans cette première session, les communications présentées portent plus spécifiquement sur les usages des idées en milieu partisan, c’est-à-dire le rôle qu’elles remplissent, les fonctions que les acteurs leur attribue mais aussi la valeur accordée aux idées dans l’économie générale des pratiques partisanes.

SESSION 2 : LA PRODUCTION DES IDÉES PARTISANES AU-DELÀ DES FRONTIÈRES ORGANISATIONNELLES

La seconde session sera consacrée à la présentation de communications ayant en commun de montrer combien l’étude de la production/appropriation des idées politiques implique souvent d’aller au-delà des frontières partisanes proprement dites, qu’il s’agisse de les resituer dans leur milieu partisan (avec notamment l’externalisation d’une partie du travail intellectuel) ou dans une configuration inter-partisane, dans le cas où une idée est l’objet de concurrences entre différentes formations politiques.

SESSION 3 : QUELLES IDÉES ÉTUDIER DANS LE PARTI ?

Dans cette troisième session, les communications présentées ont pour point commun de prendre pour focale d’analyse l’étude d’un secteur du dispositif de production partisane ou d’une partie des idées mobilisées dans le parti, qu’il s’agisse de l’économie, de l’écologie ou de l’international.

SESSION 4 : LES REPRÉSENTATIONS, ENTRE FORME ET CONTENU

La quatrième et dernière session est consacrée à l’étude des idées partisanes proprement dites, en montrant notamment combien l’étude de leur forme sémiotique (discursive le plus souvent mais qui peut être également iconographique) peut contribuer à la fois à mieux en saisir le sens mais également les appropriations multiples à la fois au sein du parti, au sein d’un champ politique national et entre différents pays.


Vous pouvez télécharger le livret-programme au format PDF : http://www.afsp.info/pdf.php?id=3432&_wpnonce=2b71af2041

Entrée libre mais inscription obligatoire avant le 22 mai 2017 via le formulaire en ligne :
https://fr.surveymonkey.com/r/hisopo230517

CfP: « The 20th International Conference on Conceptual History », Norway, University of Oslo, September 21-23, 2017

HiSoPo vous informe de la conférence internationale d’histoire conceptuelle, qui se tiendra à Oslo les 21, 22 et 23 septembre 2017. Vous en trouverez ci-dessous l’appel à communications. la deadline est fixée au 15 mai 2017.

The Humanities and Social Sciences Library at Blindern, UiO. Photo: Derivative of Universitetsbiblioteket i Oslo by Kjetil Ree, used under CC BY-SA 3.0 /Text as licensed under CC BY-SA 3.0 by Hedda Molland.

Call for papers

The 20th International Conference on Conceptual History

University of Oslo, Norway

September 21-23, 2017

Concepts in the World: Politics, Knowledge, and Time

As the annual International Conference on Conceptual History celebrates its twentieth anniversary, conceptual history is gaining ground in an ever-increasing number of fields, disciplines and parts of the world. The number of scholars identifying with some version of conceptual history is increasing, as is the breadth of topics, theories, and approaches. This conference aims to reflect that diversity.

Few other approaches are as conducive to dialogues across disciplinary borders, and we want to use this occasion to invite in all those who center their inquiry on social, historical, political and scientific concepts and their history. Our ambition is that this conference shall be both a meeting-place for all those working on conceptual history, regardless of approach or topic, while also trying to expand the field by soliciting proposals on three specific, although broad themes:

1. Concepts in the World

Acknowledging that conceptual history is moving beyond single-language traditions of inquiry, and that scholars working on non-European material have begun using conceptual history as a tool for philological study, we want to encourage more studies of entanglements between traditions, translations as well as more cross-linguistic comparison. Trying to move away from the Eurocentrism that is almost inevitable in a field that emerged and flourished in Europe, and the single-language (and often national language) focus that often also pervades those using conceptual history on non-European texts, we seek papers that explore new ways of studying the entanglements between different linguistic traditions, in their most historically specific and practical forms like transfers and translations as well as in their theoretical ramifications, moving beyond Europe and beyond Western modernity.

2. Conceptual history as history of knowledge

Among the most innovative fields in the humanities and social sciences in the last decades has been the history and sociology of science, or, in a more comprehensive mode, the history of knowledge. Independent of the different disciplinary labels, like history of science, STS, historical epistemology, or Wissensgeschichte, all these approaches give attention to concepts used to gain new knowledge, defend old, or make claims to truth and authority, always in connections with non-linguistic practices, technologies, and instruments. For this conference we invite papers that explore the interface between the history of concepts and the history of knowledge, by means of case studies, theoretical exchanges, or explorations of key figures and traditions in both fields.

3. The Multiple Times of Concepts and Histories

Modernization and globalization have brought about more complex and heterogeneous temporal relations, in which the global times of commerce, technology and media come in conflict with the different rhythms and dynamics in diverse cultures and communities. At present, one of the foremost challenges for policy makers, as well as researchers in the humanities and social sciences, is to find ways to understand the existence of multiple temporalities within the overarching narrative of global progress. The plurality of historical times poses a major challenge for anyone who aims to map the intentions or causes leading up to an event, the consequences following from it, or to decide if an event constitutes rupture or continuity with what lies before and comes after it. Conceptual history stands out from other approaches in the way it is able to identify and analyze the multiple temporalities of human life and history, based on what Reinhart Koselleck referred to as “a theory of historical times”. However, in order to make good on this theoretical heritage new and critical engagements with the Eurocentric, modernist, and historicist biases framing this line inquiry are necessary, as are new and innovative studies of the vocabularies of time in different languages as well as the practices they are linked to.

Proposals for individual papers should be no longer than 400 words, and proposals for panels should not exceed 800 words. Short bios of the speakers should be added (maximum 100 words). Panels at the conference will last two hours. There should be no more than four papers and a discussant/chair per panel.

Please send your proposals to concepts@ikos.uio.no

The deadline for sending in proposals is 15 April 2017

Authors will be notified of paper acceptance or non-acceptance at latest the 15 May.


Vous trouverez plus d’informations sur le site Internet de l’Université d’Oslo ici: http://www.hf.uio.no/ikos/english/research/projects/synchronizing-the-world-globalization-and-multipl/events/conferences/2017/the-20th-international-conference-on-conceptual-history.html

JE « Analyser le discours économique », Amiens, Université de Picardie, 4 mai 2017

HiSoPo vous informe de l’organisation de la journée d’étude internationale et transdisciplinaire organisée par Thierry Guilbert « Analyser le discours économique » qui aura lieu le 4 mai 2017 à Amiens  (Logis du Roy).

Vous pouvez retrouver toutes ces informations sur le site Internet du CURAPP-ESS: https://www.u-picardie.fr/curapp/sites/default/files/images/Prog_Discours_eco.jpg

Conférence de Gareth Stedman Jones, Nanterre, CREA, 28 avril 2017

A l’invitation du Centre de Recherches Anglophones (CREA, EA 370), l’historien des idées et Professeur à la Queen Mary University of London Gareth Stedman Jones sera à Nanterre le vendredi 28 avril pour présenter son dernier livre : Karl Marx. Greatness and Illusion, Allen Lane, 2016.

La discussion sera assurée par Fabrice Bensimon (University College London), Frédéric Monferrand (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) et Norbert Waszek (Paris 8). L’événement aura lieu à 16h à l’amphi Max Weber.


Vous trouverez plus d’informations sur cet événement sur le site du CREA et sur l’ouvrage sur le site de l’éditeur: https://www.penguin.co.uk/books/55619/karl-marx/

Colloque «  »La postérité de l’œuvre d’Émile Durkheim cent ans après », Bordeaux, Centre Émile Durkheim, 1-3 juin 2017

HiSoPo vous informe de l’organisation du colloque international « La postérité de l’œuvre d’Émile Durkheim cent ans après » qui se tiendra à Bordeaux les 1, 2 et 3 juin 2017, dans la ville qui accueillit les premiers cours de sociologie de Durkheim. Il est organisé dans le cadre de l’unité mixte de recherche qui doit son nom à ce Bordelais d’adoption (entre 1887 et 1902) pour marquer symboliquement sa dilection pour la méthode comparative : le Centre Émile-Durkheim (UMR 5116).

Colloque international

LA POSTÉRITÉ DE L’ŒUVRE DE DURKHEIM (1858-1917)

1917-2017 CENT ANS APRÈS
1er-3 juin 2017

 

 


PROGRAMME

Jeudi 1er juin

13h45 – 14h00 | Accueil des participants

14h00 – 14h30 | Allocutions de bienvenue

Présentation : Charles-Henry CUIN & Ronan HERVOUET

 14h30 – 18h30 | 1 – LES OBJETS CLASSIQUES

Modérateurs : Sandrine RUI & Antoine ROGER

François DUBET (Université de Bordeaux/EHESS): « Durkheim et les questions scolaires. Hier et aujourd’hui »

Laurent MUCCHIELLI (CNRS/LAMES): « La sociologie française du crime doit-elle quelque chose à Durkheim ? »

Michel LALLEMENT (CNAM): « De Durkheim à la sociologie du travail : distances et héritages »

Philippe STEINER  (Université Paris IV – Sorbonne), « Solidarité et institutions : deux apports fondamentaux de Durkheim à la sociologie économique »

Bruno KARSENTI (EHESS): « À propos de quoi les religions luttent-elles ? Un point de vue durkheimien »

Vendredi 2 juin

9h00 – 12h30 | 2 – MORALE, INTÉGRATION, RÉGULATION  

Modérateurs : Éric MACÉ & Caroline DUFY

Andrew ABBOTT (Université de Chicago): « La morale chez Durkheim : entre théorie et pratique »

Didier FASSIN (Institute for Advanced Study, Princeton, et EHESS): « Crime et châtiment, version Durkheim »

Florence WEBER (ENS Ulm): « Excès de contacts et défaut de régulation ? Les transformations des sociétés mondiales contemporaines »

Serge PAUGAM (CNRS/EHESS): « Durkheim et l’attachement aux groupes. Une théorie sociale inachevée »

14h30 – 18h00 | 3 – LE POLITIQUE

Modérateurs : Claire SCHIFF & Andy SMITH

Cynthia FLEURY (American University of Paris): « L’enseignement de Durkheim : les paradoxes de l’articulation individuation/socialisation comme base de la démocratie moderne »

Pierre BIRNBAUM (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne et IEP de Paris): « La question de l’État aujourd’hui »

Yves DELOYE (Sciences Po Bordeaux): « Penser la citoyenneté avec Durkheim : force et faiblesse d’une approche sociologique fondatrice »

Bertrand BADIE (IEP de Paris): « Durkheim et l’avènement d’une sociologie des relations internationales »

Samedi 3 juin

9h00 – 12h30 | 4 – LECTURES, RÉCEPTIONS ET CONTROVERSES

Modérateurs : Pascal RAGOUET & Cécile VIGOUR

Eva ILLOUZ (Université hébraïque de Jérusalem/EHESS): « De quoi l’Incertitude est-elle le nom ? »

Irène THÉRY (EHESS): « L’apport de Durkheim et des durkheimiens aux études de genre : un héritage à redécouvrir »

François CHAZEL (Université Paris IV – Sorbonne): « Les voies divergentes de la réception de Durkheim et de Weber : deux parcours contrastés de l’accession au statut de ‘classique’ »

Marcel FOURNIER (Université de Montréal): « Les études durkheimiennes aujourd’hui : thèmes et controverses »

13h00 | Fermeture du Colloque


Toutes les informations sur le colloque : https://durkheim17.sciencesconf.org/

CFP 5th Graduate Political Theory Conference, Sciences Po, deadline: March 3rd, 2017

The Fifth Sciences Po Graduate Political Theory Conference will be held on June 28-29, 2017. Each year the conference brings together young political theorists representing a variety of traditions and methods to discuss the work of one prominent author. This edition will focus on the work of Judith Butler (Maxine Elliott Professor, UC Berkeley), who will be our keynote speaker.

The objective of this conference is twofold. First, it aims to reflect upon the principles and modalities of Judith Butler’s arguments about sensitivity. Second, it aims to discern the potential consequences and applications of this notion of the subject’s sentivitiy to a range of political questions such as:

  • Political representation and collective action
  • Resistance, pacifism and critiques of power
  • Technique, transhumanism and anthropocentrism
  • War, violence and precarization of life
  • Gender and vulnerability

All contributions that are related to one these topics are encouraged, but we also welcome propositions connected to other fileds of interest.

The submission deadline for proposals is March 3rd, 2017. Only graduate students who have not defended their PhD are eligible. All proposals should be sent to sciencespotheorygrad@gmail.com.

More information on submission and selection modalities in attached file: AAC 5th Graduate Conference Sciences Po 2017 (FR) (french) or CFP 5th Graduate Conference Sciences Po 2017 (EN)

For further information on other activities and events organized by the Political Theory Program at Sciences Po, please visit this Facebook page.

CFP « Arendt and Critical Theory Today », 2nd Istanbul Critical Theory Conference, Oldenburg (Allemagne), 13-15 July 2017

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel a communication pour la deuxième Conférence de Théorie Critique a Istanbul, conférence qui aura lieu a Oldenburg en Allemagne à cause de la situation politique et académique dramatique en Turquie. Le thème de la première conférence a été « Adorno and Politics. » Cette année, la conférence porte sur la relation entre la pensée d’Hannah Arendt et la théorie critique de l’École de Francfort. Vous trouverez la présentation de l’événement ci-dessous ainsi qu’en format PDF ici: CFP_Arendt and Critical Theory


Arendt and Critical Theory Today

2nd Istanbul Critical Theory Conference

in Exile at the Carl von Ossietzky University, Oldenburg*
13-15 July 2017

 

Hannah Arendt’s political thought has been a source of controversy as much as it has inspired scholarly work in numerous directions. Some of the controversy is sparked by Arendt’s ambiguous relation to Frankfurt School thinkers. Her personal friendship with Walter Benjamin does not lead to an indiscriminate acceptance of Benjamin’s theses; her personal dislike of Theodor W. Adorno does not drive an unbridgeable gap between certain aspects of their theories. It would not be wrong to assume, with Margaret Canovan, that Arendt’s entire oeuvre springs from the urge to understand total domination, a feat that inevitably crosses her path with that of the first generation of Critical Theorists, although the latter refrained from using the term “totalitarian” to qualify both Nazism and Stalinism. Similarities and differences in Arendt’s and the first generation of Critical Theorists’ understanding of fascism are further reflected in their observations and research on authoritarianism and the banality of evil. Despite her polemic against Marx, Arendt insistently pursues Marxist topoi such as imperialism, revolution, and laboring society. And despite her fascination with the American Revolution, she is fiercely critical of the state as an administrative apparatus and of law as a pre-political instance that tends to supplant collective action. In short, Arendt’s uneasy relationship to Kant, Nietzsche, Marx, Freud and Heidegger hint at how some of her reflections might overlap with those of the Frankfurt School.

This conference aims to go beyond conventional approaches to Arendt’s political thought in view of extracting, from her unwritten dialogue with the Frankfurt School, the possibility of understanding the world we live in today. We therefore encourage creative appropriations of both Arendt and Critical Theory. Beyond scholastic exercises focusing on the particularities of each thinker, we hope to generate a debate on the significance of this encounter for grasping the “burden of our time.”

Taken as a canon, the Frankfurt School sets a blueprint for critique, but developments across the globe leave progressive circles, some of which have been influenced by the first generation of Frankfurt School writers, rather baffled. Something is perhaps rotten in the idea of law, as Walter Benjamin avows, with the category of identity, as Adorno criticises, but maybe also in the concepts of human rights and equality, as Arendt was prone to argue. Humanitarian ideals do not seem to resist the onslaught of nationalism, racism, mediocracy, and fear. A century after the collapse of Europe’s representative systems in the wake of World War I, authoritarianisms and fascisms are once again on the rise as surrogate revolutionary movements. Is this the dialectics of Enlightenment being played out anew? What do Arendt and Critical Theory have to offer in view of coming to terms with our predicament, as well as of ways to overcome it?

With these questions in mind, we invite a wide range of papers that combine or address aspects of Arendt’s political thought, themes developed by first and later  generations of the Frankfurt School, reflections on what is in store for us in the world we live in, and ideas on how social and political critique should be carried out today. This CFP additionally welcomes papers on critical receptions of Arendt and Critical Theory in political contexts other than the North.


Interested scholars are invited to address the following broad topics:

Law and violence

Fascism, Stalinism, Totalitarianism

Authoritarianism and the Banality of Evil

Exile and statelessness

Civil disobedience, revolt, revolution

Consumer society and culture industry

Selfhood, action and labor

Lying, deception, and manipulation

Theory and Practice of Critique


 Keynote Speakers:

Jay M. Bernstein (The New School for Social Research)

Zeynep Gambetti (Boğaziçi University Istanbul)

Lars Rensmann (University of Groningen)


The conference language will be English. We invite interested scholars at all career levels to send proposals (maximum 400 words) to: criticaltheoryistanbul@gmail.com. Deadline: 31 March 2017.


Organizing Chairs:

Philip Hogh (Carl von Ossietzky University, Oldenburg)

Zeynep  Gambetti, (Boğaziçi University Istanbul)

Volkan Cidam (Boğaziçi University, Istanbul)

Gaye İlhan-Demiryol (Bahçeşehir University, Istanbul)

Julia König (Goethe University, Frankfurt)


This conference is organized with support by the Hannah Arendt Center and the Adorno Research Center at Carl von Ossietzky University Oldenburg.


* Note: This conference is a follow-up to the first one on “Adorno and Politics” organized in Istanbul at Bogazici University in June 2016. Owing to the political atmosphere currently reigning in Turkey, we are obliged to displace it to Oldenburg, as a “critical theory conference in exile” of sorts

AAC colloque « Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire », deadline: 30 mars 2017

HiSoPo a le plaisir de vous informer du lancement du colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours co-organisé par Anthony Mergey, Professeur d’histoire du droit, Université Paris II Panthéon-Assas – Institut d’Histoire du Droit (UMR 7184) et Arnault Skornicki, Maître de conférences en science politique, Université Paris Ouest Nanterre – Institut des Sciences sociales du Politique (UMR 7220). Ce colloque co-organisé par l’Université Paris II Assas, l’ISP et HiSoPo aura lieu les 14-15 décembre 2017.


Le siècle de Dupont de Nemours (1739-1817). Politique, Droit et Histoire

Colloque en commémoration du bicentenaire de la mort de Pierre-Samuel Dupont de Nemours

14-15 décembre 2017

Lieu : Salle des Conseils – Université Paris II Panthéon-Assas (12, place du Panthéon, Paris 5e).


 ARGUMENTAIRE

Pierre-Samuel Dupont de Nemours (1739-1817) appartient à cette galerie de personnages qui présentent la particularité d’avoir été des acteurs de la France d’avant 1789 et de celle d’après 1789. Connu pour son appartenance à la « secte des économistes », il apparaît comme l’un des principaux propagandistes de la doctrine économique des physiocrates, qui a contribué à jeter les fondements du libéralisme. Or, si la pensée et les propositions du physiocrate économiste ont majoritairement attiré le regard des chercheurs comme le prouvent les nombreux travaux en la matière, d’autres facettes de Dupont de Nemours restent encore à explorer et à mettre à perspective. C’est notamment le cas des idées qu’il a défendues et des actions qu’il a menées dans le domaine politique.

Comme chacun de ses comparses qui a vécu ces deux moments – avant 89, après 89 –, la trajectoire de Dupont de Nemours est marquée par des permanences et des variations dans certains de ses engagements et positions politiques qui se reflètent notamment dans ses écrits à la fois nombreux et protéiformes (ouvrages, articles, rapports, mémoires, correspondance…). Plutôt que de céder à l’hypothèse facile de l’opportunisme, il apparaît plus prudent d’identifier les repositionnements du personnage en fonction des fluctuations de la conjoncture politique, extrêmement mobile dès les années 1780. Quoi qu’il en soit, il ne fait nul doute que les idées et les actions politiques imprègnent la vie – parfois romanesque (romancée ?) – de Dupont de Nemours. Un rappel de quelques étapes importantes de cette vie suffit pour s’en convaincre.

À la fin des années 1760 et au cours de la décennie suivante, en physiocrate assumé, Dupont de Nemours se fait le chantre d’une monarchie régénérée qui reposerait sur les préceptes du despotisme légal. Un tel positionnement idéologique le conduit alors à vanter les mérites, sur le plan de l’organisation administrative, d’un système de municipalités autonomes alors qu’il est devenu le bras droit du contrôleur général Turgot. Sa volonté de réformer les institutions attire la curiosité des princes éclairés (le roi de Suède Gustave III, le margrave de Bade Charles-Frédéric et le roi de Pologne Stanislas Poniatowski) auprès desquels il est appelé à exercer ses talents. En 1783, il est associé par Vergennes à la confection du traité qui reconnaît les treize colonies libres, indépendantes et souveraines, formant les États-Unis, ce qui lui vaut d’être anobli par Louis XVI l’année suivante. En 1786, il contribue également à la préparation du traité de commerce avec l’Angleterre. En 1787, année durant laquelle il fait la connaissance de Thomas Jefferson avec qui il entretiendra une importante correspondance, Dupont de Nemours conseille et guide le ministre Calonne dans son projet de création d’assemblées provinciales, ce qui ne l’empêche pas de promouvoir quelques mois plus tard, dans un contexte politique et intellectuel nouveau, une monarchie tempérée dans laquelle la nation est appelée à occuper une place stratégique. Membre depuis la fin de l’année 1788 de l’influente Société des Trente, il participe activement à la rédaction des doléances du tiers état du bailliage de Nemours, dont il sera l’un des représentants aux États généraux. Le basculement révolutionnaire lui permet de devenir député de l’Assemblée nationale constituante et de se montrer très actif au cours de son mandat, tout en manifestant une entière fidélité à Louis XVI et un soutien assumé à la monarchie constitutionnelle, jusqu’à sa disparition en 1792. Après la parenthèse de la Terreur et quelques jours d’emprisonnement, il est élu député du Loiret au Conseil des Anciens où il prend une part importante à tous ses travaux et se distingue surtout par ses critiques à l’encontre du Directoire. Après le coup d’État du 18 fructidor, il est de nouveau emprisonné quelque temps à cause de ses sympathies royalistes et échappe de peu à la déportation. À la fin de l’année 1799, il décide de s’exiler aux États-Unis. Dès l’année suivante, Jefferson, qui est devenu vice-président, lui demande de rédiger un plan d’éducation publique pour les États-Unis. En 1802, de retour en France, il joue un rôle officieux et déterminant dans les relations diplomatiques franco-américaines, à propos de la cession de la Louisiane. Opposé à la politique de l’empereur, il se consacre alors à ses travaux scientifiques, tout en s’intéressant toujours de très près à la politique américaine. Après avoir été secrétaire puis vice-président de la Chambre de commerce de Paris entre 1803 et 1810, il est nommé secrétaire du gouvernement provisoire en 1814 puis rentre au Conseil d’État sous la première Restauration. Or, l’épisode des Cent-Jours le contraint à repartir aux États-Unis où, à peine arrivé, il propose ses services au président Madison. Il décède en 1817 à Wilmington (Delaware), dans la propriété familiale fondée par son fils Éleuthère Irénée.

Appréhender la pensée et l’action politiques de Dupont de Nemours à travers ces multiples facettes (journaliste, conseiller des princes, des ministres, des présidents, négociateur, diplomate, député…) soulève une multitude de questions que cette manifestation se propose d’aborder, et qui visent à la fois à éclairer un aspect méconnu du personnage et approfondir certaines de ses idées ou entreprises.

Les propositions devront de préférence porter, d’une part, sur la période postérieure au décès de François Quesnay et à la dispersion de la « secte physiocratique », soit du ministère Turgot à l’exil américain ; et, d’autre part, sur les questions d’ordre politique, constitutionnelles, diplomatiques, administratives, historiques… Les organisateurs souhaitent que celles-ci soient abordées, dans la mesure du possible, non seulement sous un angle comparatiste, avec pour cadre les États européens ou les États-Unis, mais aussi sous un angle interdisciplinaire, afin de confronter la vision des historiens du droit, des politistes, des historiens des lettres, des juristes, des sociologues, etc.

Parmi les thèmes rarement traités en profondeur, voici quelques pistes, sans exhaustivité aucune :

–    Dupont, penseur et acteur du droit public : droits de l’homme, nature du régime politique idéal, droit constitutionnel (organisation des pouvoirs, souveraineté, hiérarchie des normes, processus de création de la loi…), administration territoriale et locale, fiscalité et finances publiques…

–    Dupont et le monde atlantique : la révolution américaine, les institutions américaines et la vie politique ; la question coloniale…

–    Dupont diplomate et penseur des relations internationales : le traité de Versailles de 1783, le traité franco-britannique de 1786, le Pacte de Famille, la cession de la Louisiane…

–    Entre vie privée et vie publique : si le « sentimentalisme » de Dupont a déjà été relevé, il pourrait être prolongé par l’étude de ses idées sur les liens entre la vie familiale, la sensibilité et la production des idées, et éclairé par sa manière de vivre lui-même une forme de porosité entre l’homme public et l’homme privé.

–    Dupont et le patriotisme, Dupont et la religion, Dupont historien…


Les propositions de communication doivent être déposées de préférence sur le site du colloque: https://dupont2017.sciencesconf.org dans la rubrique « Déposer une communication » ou envoyées par mail aux organisateurs : anthony.mergey@u-paris2.fr et askornicki@u-paris10.fr, avant le 30 mars 2017. Merci de joindre une présentation succincte de la communication envisagée avec indication des sources (2500 signes maximum espaces compris) avec son titre et un court curriculum vitae.

JE « La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Réceptions, héritages et usages contemporains », Paris, EHESS, 17 janvier 2017

HiSoPo vous informe du programme de la journée d’études consacrée à la sociologie de la littérature de Lucien Goldmann. Co-organisée par Lucile Dumont (EHESS, CESSP), Quentin Fondu (EHESS, CESSP) et Laélia Véron (ENS Lyon, Paris 3, IHRIM), elle aura lieu le mardi 17 janvier 2017 à l’EHESS. Vous trouverez le programme ci-dessous ainsi qu’en PJ ici: programme_je_goldman_2017_01_17


JOURNÉE D’ÉTUDES – 17 JANVIER 2017
EHESS, 190-198 Av. de France, 75013 Paris (8e étage, Salle J-P Vernant)
 
La sociologie de la littérature de Lucien Goldmann.
Réceptions, héritages et usages contemporains
 

PROGRAMME
9h : Accueil des participants
 
Matinée : Premières réceptions et appropriations des travaux de Lucien Goldmann
9h15 – 9H45 : Introduction, Lucile Dumont (EHESS, CESSP) et Quentin Fondu (EHESS, CESSP).
9h45 – 10h45 :
Jacques Leenhardt (EHESS, CRAL) :
La sociologie de la littérature de Goldmann : critique progressiste et déterminisme social.
Alain Cantillon (Univ. Paris 3, GRIHL) : Le Dieu caché de Lucien Goldmann. Parier et croire en 1955.
Pause

11h – 12h :
Christos Grosdanis (Univ. Paris 7, CERILAC): Lucien Goldmann et René Girard : enjeux d’un dialogue.
Rachel Nadon (Univ. Montréal) : Réseaux intellectuels et réception de la pensée de Lucien Goldmann au Québec.
 
12h – 13h30 : Déjeuner
 
Après-midi : Nouvelles perspectives et applications des méthodes goldmanniennes
13h30 – 14h : Introduction, Laélia Véron (ENS Lyon/ Paris 3, IRHIM).
14h – 15h :
Paulo Procopio Ferraz (Univ.
Paris 8): Une écriture paradoxale.
Andrea d’Urso (Univ. Lille 3 – CECILLE, Univ. del Salento) : Pour une sociologie « sémiotique » de la littérature. Idéologie, réification et vision du monde entre Goldmann et Rossi-Landi.
Pause

15h15 – 16h45 :
Michael Löwy (CNRS, CéSor), Robert Sayre (Univ. Paris Est- Marne la Vallée): Lucien Goldmann et la vision du monde romantique.
Laurie Rousseville (Univ. Lyon 2, Passages XX-XXI) : Lucien Goldmann et le « théâtre de la révolte » de Jean Genet : (re)penser le « théâtre politique »
Françoise Gaillard (Paris 7, LAC) : Titre à définir.

17h-17h30 : Discussion générale et clôture de la journée par Gisèle Sapiro (EHESS, CNRS, CESSP).

Apéritif de clôture

Contact : jegoldmann2017@gmail.com