Archives de catégorie : Billets

Séance 8: Histoire sociale des idées juridiques (5 mai 2017)

La huitième et dernière séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée « Histoire sociale des idées juridiques » aura lieu le vendredi 5 mai 2017. L’événement sera l’occasion d’écouter deux interventions:

  • Soulef Ayad-Bergounioux (historienne) : La Révolution : un concept juridique ?

Les deux communications seront discutées par Frédéric Audren (Directeur de recherche au CNRS et chercheur au CEE, Directeur scientifique de l’École de droit) &  Yves Palau (maître de conférences HDR en sciences politiques, université Paris-Est Créteil/LIPHA).

La séance aura lieu le 5 mai de 10h à 13h, à Sciences Po Paris, 28 rue des Saints-Pères, Salle H405.

Séance 7 : Histoire sociale des idées écologistes (7 avril 2017)

La septième séance du groupe HiSoPo pour l’année 2016-2017 intitulée « Histoire sociale des idées écologistes » aura lieu le 7 avril 2017. L’événement sera l’occasion d’écouter l’intervention de:

Fabrice Flipo (MCF en philosophie, Université Paris Diderot/LCSP): « L’écologie politique, ni droite ni gauche ? »

Cette communication sera discutée par Bruno Villalba (PR de science politique, AgroParisTech/CERAPS).

La séance aura lieu le vendredi 7 avril 2017, entre 14h et 17h au 13 rue de l’Université 75007 Paris, en Salle du Conseil.

JE « La traduction des textes politiques de Jean-Jacques Rousseau en Asie (mondes arabe et turc inclus) », Université Bordeaux Montaigne, 17 mars 2017

HiSoPo vous informe de la tenue d’une journée d’études internationale sur la traduction des textes politiques de Rousseau en Asie et dans les mondes arabe et turc, organisée par Eddy Dufourmont à l’Université Bordeaux Montaigne/SPH EA 4574 le 17 mars 2017. Vous en trouverez ci-dessous la présentation et le programme ainsi qu’en format PDF ici: Affiche_Rousseau_2017_03_17


La traduction des textes politiques de Jean-Jacques Rousseau en Asie (mondes arabe et turc inclus) : quelles réinventions pour quels enjeux ?

Université Bordeaux Montaigne, Salle des Actes
Domaine universitaire, Pessac – Arrêt Tram B Montaigne-Montesquieu


Organisateur : Eddy Dufourmont Université Bordeaux Montaigne/SPH EA 4574


PROGRAMME

Première séance : 9h-12h20

Chaque intervenant aura 30 minutes de temps de parole et 10 minutes pour des discussions

Modératrice : Mounira Chatti (Professeur, Université Bordeaux Montaigne, TELEM)

• 9h-9h15 : Accueil des participants
• 9h15-9h30 : Introduction (Eddy Dufourmont)
• 9h30-10h10 : Tanguy L’Aminot (chercheur honoraire, CNRS) : « Rousseau au Viet Nam, de l’époque coloniale à l’indépendance »
• 10h10-10h50 : Abdesselam Chedaddi (Professeur émérite, Université Mohammed V, Maroc) : « Réception et traduction de Rousseau dans le monde arabe »
• 10h50-11h : pause
• 11h-11h40 : Akkaya Rukiye Kia (Professeur, Université de Marmara, Turquie) : « L’introduction de la pensée de Jean-Jacques Rousseau dans l’empire ottoman (XIX-XX e siècles) II »
• 11h40-12h20 Ayse Yuva (Post-doctorante, Centre Marc Bloch, Berlin, Allemagne) : « Les traductions de Rousseau en Turquie à partir des années 1940 »
• Pause du repas de midi : 12h20-14h

Deuxième séance : 14h-16h

Modérateur : Tanguy L’Aminot

• 14h-14h40 : Céline Wang (Maître de conférences, Université Paris Diderot) : « Traduction et réinvention à travers les premières versions chinoises du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau »
• 14h40-15h20 : Eddy Dufourmont (Maître de conférences HDR, Université Bordeaux Montaigne) : « La traduction du Contrat social et des deux discours par Nakae Chômin (1847-1901) et ses élèves »
• 15h20-15h30 : pause
• 15h30-16h10 : Sakakura Yuji (Professeur, Université de Waseda, Japon) : « Les premières versions japonaises du Discours sur l’inégalité »
• 16h10-16h30 : Discussion et conclusion de la journée

Séance 4: Que faire du concept d’idéologie ? (27 janvier 2017)

La quatrième séance du séminaire HiSoPo pour l’année 2016-2017, intitulée « Que faire du concept d’idéologie ? Concept, objet et terrain » aura lieu le vendredi 27 janvier 2017. Cette séance, organisée en collaboration avec l’Institut des sciences sociales du politique/Université Paris Ouest Nanterre La Défense sera l’occasion d’écouter l’intervention de:

  • Julien Pallotta (Professeur agrégé de philosophie, IFCS/UFRJ et Erraphis/ Toulouse 2 Jean Jaurès) : « La question de l’idéologie dans l’althussérisme et le post-althussérisme ».

Elle sera discutée par Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Laboratoire Triangle) et Arnault Skornicki (MCF en science politique, Nanterre/ISP).

La séance aura lieu le 27 janvier 2017 de 14h à 17h à l’Université de Nanterre, Bâtiment K (Maison Max Weber), Salle 2.

CfP: 53rd ITH Conference « Worlds of Labour Turned Upside Down – Revolutions and Labour Relations in Global Historical Perspective », Linz/Upper Austria, 21-23 September 2017

HiSoPo vous informe de la publication de l’appel à communications pour la 53ème International Conference of Labour and Social History (ITH) qui porte sur le thème  » Worlds of Labour Turned Upside Down – Revolutions and Labour Relations in Global Historical Perspective ». La conférence aura lieu du 21 au 23 septembre 2017 à Linz (Autriche).


Call for Papers for the 53rd ITH Conference

« Worlds of Labour Turned Upside Down –

Revolutions and Labour Relations

in Global Historical Perspective« 

21-23 September 2017,
Linz/Upper Austria

 


CALL FOR PAPERS

After a long quarantine, “revolution” is back as a topic of historiographical debate. The upcoming anniversary of 1917 – arguably one of, if not the most momentous event of the 20 th century – has further fuelled this renewed interest. The reasons for the trend might be sought, on the one hand, in broader contemporary social experiences of crisis – including economic crises, recent upheavals in the Arab world, or movements and governments in Latin America aiming at transformation or even explicitly revolution. On the other hand, internal shifts within the domains of historical studies have made revolutions an attractive object of study again: Under the influence of dynamic debates around “global history” and “transnational perspectives” revolutions have emerged as an obvious object of study for those interested in the circulation of ideas, persons, commodities, practices, etc., as well as the connection between locations.

Taking this fresh attention given to revolutions as a starting point, the ITH Conference 2017 proposes to realign the focus and to discuss the specific interrelation between revolutions and labour relations. This interrelation is, of course, most conspicuous in all those movements and political projects, especially after 1917, in which a shift in ownership and labour relations was explicitly seen as a prime mover of revolutions. Labour relations were, however, not only on the mind of actors who were following Marxist ideas about what constitutes the social. Furthermore, also without an elaborated ideology and programme on labour-related issues, revolutionary processes have always been greatly shaped by the crises and conflicts emerging from the worlds of labour and by the aspirations and agency of labourers. For instance, the revolution of the slaves of Saint-Domingue in 1804 has to be seen as such directly labour-related upheaval (figuring as the iconic example of so many revolts and attempted revolutions by those bound by modern Atlantic chattel slavery). Yet, the importance of all matters of labour can also be seen in more recent events: for example, in a number of labour conflicts during the 2000s that preceded the movements of the Arab spring.

Approaching change within the “worlds of labour”, the conference aims at bringing the renewed interest in revolutions together with the vibrant debates in the field of Global Labour History. The latter has evolved over the last two decades focusing on the analysis of labour relations – emphasizing their diversity and the interrelated co-existence of various forms in the development of modern capitalism. Broadening both the geographical scope of labour history and the notion of “worker” it has set out to include the history of slaves and other unfree labourers, as well as of self-employed, informal,precarious, or unpaid (subsistence) workers. How were revolutions grounded and shaped by this diversity of labour relations? How did different groups of labourers act in and influence revolutionary processes? And, how did these revolutionary transformations determine shifts in the composition of the labour force as well as the shape of labour relations?

Starting from these basic questions about the interrelations of revolutions and labour, the following themes, topics, and lines of enquiry are possible:

Before-&-After-analysis: One line of enquiry can be a systematic analysis of labour relations before, during, and after revolutions. Contributions might analyse both the transformation of labour relations “on the ground” and the changes in the institutional and legal frameworks of labour (such as the introduction of novel labour laws, or, as in some countries after 1918, comprehensive “labour constitutions”). Such papers might focus both on the groups of labourers directly involved in revolutionary struggles or on those not, on groups faring better during or after revolutionary transformations or on those faring worse, on intended changes and unintended consequences.

Labour, Revolution and War: A further dimension which merits attention is the frequent interrelation between war and revolutionary events. As epitomized in the experience of WWI, wars often brought about sharp and enforced changes for labourers, turning workers into soldiers or dictating the militarization of labour. This had multiple repercussions for the whole of society, with the intensified recruitment of women for industrial non-household work being among the most important. As wars and home front policies caused multiple and contradictory shifts along the spectrum of “free” und “unfree” labour, the composition of the industrial workforce as well as the worlds of everyday reproduction, these upheavals both fuelled revolutionary unrest in the wake of wars and, in many cases, cast long shadows on the way labour was organised during revolutionary periods and post- revolutionary societies. It is this interlinkage between “labour under war” and “labour under revolution” which will be at the heart of this line of enquiry.

Microanalysis: A sizeable literature has built up over the last decades allowing unique glimpses at the “big” processes of revolutions by focusing on rather small units either of production (factories, workshops, plantations, households) or community (villages, neighbourhoods). In that, one of the topical issues for researchers about revolutions in the 20 th century is the self-organisation of workers, peasants, and other groups in councils, soviets, or committees. Which insights do these approaches allow on the ways labour relations have been transformed and re-arranged during revolutionary periods? How did local issues and labour grievances connect to more overarching revolutionary themes? Which interrelations between female reproductive and subsistence labour on the one hand, and out-of-household labour on the other hand, can be observed during revolutionary periods? In which ways did the gendered division of labour interact with revolutionary processes?

Tele-connections: Papers in this line of enquiry might, for one, analyse translocal connections between actors in different localities, e.g. the (seasonal) migration of labourers during revolutionary periods and its repercussions, or the active solidarities between actors considering themselves to be revolutionaries. At the same time, they might also focus on transhistorical connections between revolutions by analysing how actors in revolutions referred to previous examples, e.g. how actors during 1917 referred to 1789 in its vision of social transformation of labour.

Revolution as labour: Revolutions have generated a specific type of social actor – those living for and from revolutionary activity. From intellectual instigator to political orator, soldier to activist, or emissary to spy, this line of enquiry will analyse the conditions, forms, and changing characteristics of those making a living while or through being dedicated or enlisted to revolutionary activity.

Thinking revolution and labour relations: The interrelation of revolutions and labour relations is also shaped by the ways actors (both of the time and subsequently) have reflected upon and intervened regarding this relation. What were the aspirations revolutionary actors had about labour relations? How did after-the-event interpretations – by activists, intellectuals, or, more specifically, historians – conceive this interrelation? Did they highlight specific factors, such as technological change or the role of ideology?

While this list is not exhaustive and the organizers are open to all proposals connecting to the general topic of the conference, this conference particularly seeks to encourage papers which use comparative approaches (both synchronic and diachronic) or point to
connections between places and actors apart. The conference encourages papers covering all world-regions and going beyond the well-known array of “classical” revolutions. The organizers also encourage a long global-historical perspective and the conference is open to papers on different periods. This includes the more remote
processes and events in early modern period or the transformations around 1989 and beyond, as long as they stick to the focus on the interrelation of revolutions and labour relations in an original way. The conference will also explicitly use the notion of larger transnational “cycles of revolution” presupposing the existence of interconnected clusters of revolutions affecting different regions at the same time.

This conference will be organized in a spirit that expressly acknowledges the fundamentally contested nature of all revolutions (both among actors of the time and subsequent historians). It adheres to a rather broad notion of “revolution” – including failed or attempted revolutions, revolutionary situations, as well as those imposed from above or through war. It nevertheless insists that the debate is on condensed (and relatively short) processes of crises, conflict, and change. The conference’s focus thus remains on cases where there was both an element of (political) transition and one of (social) transformation. While this encourages papers on, for instance, the interrelations between decolonization and labour relations, other instances in which the notion of “revolution” is common to denote processes of deep transformation (such as “industrial revolution”, “Fordist revolution”, “neoliberal revolution”, etc.) will not be at the centre of interest.


SUBMISSION

Proposed papers should include:

  • abstract (max. 300 words)
  • biographical note (max. 200 words)
  • full address und e-mail address

Proposals to be sent to Lukas Neissl: lukas.neissl@doew.at


TIME SCHEDULE

Submission of proposals: by 29 January 2017
Notification of acceptance: 1 March 2017
Full papers or presentation versions: by 20 August 2017


PREPARATORY GROUP

Tamás Krausz, Eötvös Loránd University, Budapest
Ragnheiður Kristjánsdóttir, University of Iceland, Reykjavík
Marcel van der Linden, International Institute of Social History, Amsterdam
David Mayer, ITH, Vienna
Stefan Müller, Friedrich Ebert Foundation, Bonn
Goran Musić, Centre for Southeast European Studies, University of Graz
Lukas Neissl, ITH, Vienna
Felix Wemheuer, University of Cologne


Vous pouvez également télécharger l’appel à communications en format PDF en langue anglaise (ith_cfp_2017_en-1) ou allemande (ith_cfp_2017_de-1).

AAC ST3: « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées? », Section thématique HiSoPo, Congrès de l’AFSP 2017, deadline: 15 octobre 2016

HiSoPo a le plaisir de vous annoncer la publication de l’appel à communications de la section thématique « Que faire des traditions politiques en histoire sociale des idées politiques? »(ST3) dans le cadre du prochain Congrès de l’Association française de science politique (AFSP) qui aura lieu à Montpellier les 10-12 juillet 2017. Cette section thématique est co-organisée par Mathieu Hauchecorne et Isabelle Gouarné dans le cadre du groupe de projet HiSoPo. Vous trouverez l’appel à communications ci-joint: aac_st3

Les propositions de communication (une demi-page à une page) doivent être envoyées le 15 octobre au plus tard aux adresses suivantes : isabelle_gouarne@hotmail.com ; mhauchecorne@univ-paris8.fr N’hésitez pas à soumettre une proposition de communication et à diffuser l’information dans vos réseaux.

AAC Colloque « Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées en milieu partisan », HiSoPo, Sciences Po, 23-24 mai 2017.

Nous avons le plaisir de vous informer de l’organisation du colloque « Des idées et des partis. Pour une histoire sociale des idées politiques » que j’organise dans le cadre du groupe HiSoPo. L’événement aura lieu à Sciences Po Paris les 23-24 mai 2017. Vous trouverez ci-joint l’appel à communications (aac-des-idees-et-des-partis). Vous trouverez toutes les informations utiles en accédant au site dédié spécialement à ce colloque. Voici le lien : https://ideespartis2017.sciencesconf.org/ N’hésitez pas à relayer l’information dans vos propres réseaux et auprès de vos collègues, labos, doctorants, etc.

Colloque « Barthes face à la Norme. Droit, Pouvoir, Autorité, Langages », CURAPP-ESS/Université de Picardie, Amiens, 13-14 octobre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque interdisciplinaire « Barthes face à la Norme. Droit, Pouvoir, Autorité, Langages » organisé par le CURAPP-ESS/ Université de Picardie Jules Verne. L’événement aura lieu les 13-14 octobre 2016 au Logis du Roy, Square Jules Bocquet à Amiens.


PRÉSENTATION

image_je_barthes-face-a-la-norme_2016_10_13_14_1


PROGRAMME

image_je_barthes-face-a-la-norme_2016_10_13_14_2


JE «  »Les philosophes « réformateurs » du XVIe et du XVIIe siècle », AMEP/CESPRA, Paris, EHESS, 7 octobre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue de la journée d’études « Les philosophes « réformateurs » du XVIe et du XVIIe siècle. Leurs motifs et leurs projets » organisée par l’AMEP, en collaboration avec le CESPRA. L’événement aura lieu le 7 Octobre 2016 au 96 Bd Raspail, 75006 Paris, Salle Lombard. Vous trouverez le programme ici : je_philosophes_reformateurs_2016_10_07

Colloque « Actualité politique de Sartre », Télécom Paris Tech, 26 septembre 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque « Actualité politique de Sartre » co-organisé par MAP/Matérialités de la politique et Phénoménologies, Université de Liège, le LCSP/Paris 7 Diderot et Télécom EM. L’événement aura lieu le 26 septembre 2016 dans les locaux de Télécom ParisTech, Salle 703, 46 rue Barrault.


PRÉSENTATION

L’œuvre de Sartre peut-elle être mobilisée dans l’analyse des mouvements sociaux et plus généralement des questions politiques ? Quels éclairages permet-elle ? Ne gagne-t-on pas à la redécouvrir, notamment la Critique de la Raison Dialectique ? Telles sont quelques-unes des questions que ce colloque voudrait aborder.


PROGRAMME

9h. Ouverture : Fabrice Flipo et Grégory Cormann

Matin

– Jan Spurk (sociologue, Philépol/Paris Descartes): « Les apports de Sartre à la critique de la société contemporaine »

– Alievtina Hervy (philosophe, Phénoménologies/Université de Liège): « L’imagination au travail : Sartre, Marcuse, Oskar Negt »

– Arnaud Saint-Martin et Jérôme Lamy (sociologues, CNRS): « Existentialisme et artefact. Peut-on faire une sociologie des techniques d’inspiration sartrienne ? »

12h30-14h. Déjeuner

Après-midi

– Fabio Recchia (philosophe, Phénoménologies/Université de Liège): Reprise des travaux et introduction

– Grégory Cormann (philosophe, MAP/Université de Liège): « Relectures de /La Misère du monde/ : Bourdieu, Sartre, Enzensberger »

– Fabrice Flipo (philosophe, TEM/LCSP/Paris 7): « Quelle théorie du social ? Bourdieu, Touraine et Sartre »

– Discutant : Frédéric Lebaron

– Jan Spurk (sociologue, Philépol/Paris Descartes): Conclusions de la journée.


Contact : fabrice.flipo@telecom-em.eu

Avis de soutenance: Emmanuel Monneau, Institutionnalisation et le déclin d’économies critiques dans le champ universitaire français, Amiens, Université de Picardie, 21 juin 2016

HiSoPo vous informe de la soutenance récente de la thèse d’Emmanuel Monneau sur l’institutionnalisation et le déclin d’économies critiques dans le champ universitaire français. Contribution à une histoire sociale des sciences sociales, elle ne peut qu’intéresser l’histoire sociale des idées politiques.

 

 

Call for Papers: Concepta Research Seminar « Comparing the Concepts of Representation », deadline: 15 September 2016

HiSoPo vous informe du présent appel à publications pour des journées d’étude qui se tiendront à Paris les 18 et 19 novembre 2016 sur le thème « Comparing the Concepts of Representation », organisées par le projet Civic Constellation, le réseau Concepta, le projet ANR-DFG CLAIMS et le groupe de projet de l’AFSP HiSoPo. Centrées sur l’histoire conceptuelle comparée, ces journées sont ouvertes à toutes les contributions pouvant éclairer la diversité dans le temps et l’espace des usages du concept de représentation.

Call for Papers

CONCEPTA RESEARCH SEMINAR
Comparing the Concepts of Representation

SciencesPo, Paris, Friday 18 and Saturday 19 November 2016

Organized by the Civic Constellation II project, Concepta: International Research School in Conceptual History and Political Thought, the CLAIMS project (ANR-DFG) and HiSoPo (AFSP)

Representation is a core concept in modern politics. Since the revolutions of the 17th and 18th century, representation has become the main principle organizing and legitimizing political systems. Social movements themselves are based on representation – of workers, of women, of minorities – as are aesthetics, linguistics or psychology. As a result of this centrality, the concept of representation can be hard to grasp; ubiquitous, its meaning is deeply contentious.

It is ever more so the case as we enlarge the scope of analysis from English to other languages. While in English or in French a single signifier, representation or représentation, can refer to several signified (incarnation, delegation, mental images, pictorial or theatrical reproduction and so on), Italian distinguishes between rappresentazione and rappresentanza, German between Repräsentation, Vertretung, Darstellung and Vorstellung, for example. And this is not to mention non-European languages, in which sometimes the Western concept of representation was imported (such as daibiao in Chinese).

Facing this plurality and ambiguity of meanings, several strategies are possible: one is exemplified by Hanna Pitkin’s 1967 seminal work, The Concept of Representation, which delineates a single concept of representation – admittedly offering a range of interpretations – as ‘the making present in some sense of something which is nevertheless not present literally or in fact’. While useful in political philosophy, this approach can lead to historical misconceptions. The purpose of this seminar is more aligned with another classic work, namely, Hasso Hofmann’s 1974 Repräsentation. Studien zur Wort- und Begriffsgeschichte von der Antike bis ins 19. Jahrhundert. Accordingly, we intend to explore the plurality of ways in which the concept of representation is used in the languages of politics.

This Research Seminar will bring together scholars from different disciplines at all stages of their career to provide the first elements for a comparative history of political representation. As such, while the focus of the contributions will not necessarily be strictly linguistic and can include institutions and practices, authors will nonetheless be expected to take into account the discursive dimension of the studied phenomenon and to expose and discuss the meanings of the concept of representation in the context(s) of their study. Even if there is no preferred geographical or temporal setting, we will consider very favourably papers that study political representation in non-European areas.

Keynote lectures will be delivered by Dr. Rochana Bajpai (SOAS, University of London) and Prof. Yves Sintomer (Paris 8 University, IUF).

Language: English – no attendance fee.

To apply please send your paper proposal in a Word file, of up to 500 words, before 15 September 2016 to both convenors: Samuel Hayat, CNRS/CERAPS (samuel.hayat@univ-lille2.fr) and José María Rosales, University of Málaga (jmrosales@uma.es).

To prepare the sessions debates, enlarged abstracts/outlines/papers of up to 1500 words should be sent to both convenors by 28 October 2016.

 

JE: Atelier HiSoPo, 1ères Doctoriales de l’AFSP, Paris, Sciences Po, 22 juin 2016

Hisopo organise un atelier doctorial dans le cadre des 1ères journées doctoriales de l’Association française de science politique qui aura lieu le 22 juin dans les locaux de Sciences Po à l’adresse suivante: 9 rue de la Chaise 75007 Paris (M° Sèvres-Babylone ou Rue du Bac).

Logo_hisopo_AFSP


Comité d’organisation

Samuel Hayat (Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Lille) & Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Chercheur associé au laboratoire Triangle, Lyon)


Texte de présentation

La science politique française a longtemps accordé une place centrale aux idées : non seulement elle comptait l’histoire des idées politiques comme l’une de ses plus nobles composantes, mais plus généralement elle tendait à privilégier l’étude des faits politiques par les idées et les idéologies. Aujourd’hui, force est d’admettre que ce constat n’est plus valable. Contre les approches privilégiant l’explication de la réalité politique par les « idées », de nombreux travaux se sont attachés à l’étude des pratiques et des propriétés sociales des acteurs et ont privilégié l’analyse des logiques organisationnelles, des relations entre les groupes et leur environnement social, des ressorts individuels et collectifs de l’engagement ou encore des répertoires d’action. Ce tournant sociologique de la science politique s’est opéré notamment en rupture avec l’histoire classique des idées politiques, tenue pour une sous-discipline enfermée dans un corpus canonique de « grands » auteurs (de Platon à Rawls), et dans l’étude de grandes idéologies largement déconnectée de leurs conditions de production et de circulation ; sous-discipline qui s’est, de surcroît, longtemps tenue à l’écart des innovations étrangères (Cambridge School, sémantique historique allemande…). Cependant, plus récemment, une série de travaux ont tenté de réinvestir le terrain des idées avec les instruments des sciences sociales et politiques, pour une bonne part sous la bannière de « l’histoire sociale des idées politiques »1. Le syntagme, à défaut d’être encore tout à fait un programme, a le mérite de lever l’opposition entre sciences sociales et histoire des idées, et de prendre aux sérieux les idées sans souscrire à l’idéalisme.

Si l’histoire sociale des idées politiques n’est pas un programme de recherche constitué, plusieurs éléments s’articulent pour en former les coordonnées théoriques et méthodologiques :

– Une extension du corpus : ne pas s’intéresser seulement aux auteurs canoniques de la pensée politique ou aux « grandes » théories mais aussi aux productions d’autres acteurs que les intellectuels et d’autres objets idéels que les théories politiques.

– Dépasser l’opposition entre analyse interne/analyse externe des textes, dans un souci de s’intéresser non seulement au contexte discursif et au contexte politique mais au contexte social qui à un moment donné rend possible l’émergence, la diffusion ou la réception d’une idée politique.

– Documenter les processus concrets par lesquels les idées politiques jouent un rôle propre dans la construction et la transformation de la réalité sociale, lié mais irréductible aux déterminations qui ont présidé à leur production.

Cependant, au-delà de ces grands principes, la question de la mise en œuvre concrète de l’histoire sociale des idées politiques reste entière. Si elle implique de dépasser l’opposition analyse interne/analyse externe, comment s’y prendre méthodologiquement ? Comment articuler par exemple méthodes d’analyse des relations (analyse des correspondances) et des interactions (analyse de réseaux), privilégiées dans l’étude des champs ou des réseaux sociaux étudiés, avec les méthodes privilégiées pour l’analyse des textes comme la statistique textuelle ? De même, comment lire les textes (herméneutique, sémantique interprétative, etc.) de façon à comprendre leur sens sans y plaquer nos propres présupposés ? Peut-on (doit-on) utiliser les mêmes méthodes pour traiter de la pensée des « grands auteurs » et des autres types d’idées ? Comment lier les idées ou les œuvres singulières à des configurations plus larges (idéologies, cultures, épistémè, etc.) ? Comment rendre compte des effets des idées dans la construction discursive et sociale de la réalité, en particulier du monde politique, sans retomber dans l’idéalisme ?

Toutes ces questions sont encore largement ouvertes et concrètement abordées par les jeunes chercheur-e-s en histoire des idées politiques. Dans cette perspective, ces journées doctoriales sont l’occasion d’appeler les jeunes chercheur-e-s intéressé-e-s par l’histoire sociale des idées politiques et qui se retrouvent au moins en partie dans ce projet à présenter leurs travaux. Le comité sera également sensible à des propositions ouvertes sur les récentes évolutions des sciences sociales et historiques, comme le global turn, les études de genre ou les études postcoloniales, etc. qui contribuent à sortir l’histoire des idées politiques de formes de nationalisme méthodologique ou d’ethno/phallo/intello-centrisme. L’optique est de permettre un dialogue sur les méthodes et les courants de l’histoire des idées politiques à partir des recherches concrètes menées par les doctorant-e-s. Les contributions devront donc à la fois faire la place à une présentation du travail en cours et à une ouverture sur un point méthodologique ou épistémologique que cette recherche soulève.


PROGRAMME DE L’ATELIER

Première séance (9h30-12h)

Antoine Aubert (Université Paris 1/CESSP), « Spinoza et la révolution : une appropriation dans l’après-68 »

Kevin Brookes (Sciences Po Grenoble/PACTE), « Le « libéralisme scientifique » contre le programme commun. La réception du néo- libéralisme américain en France dans les années 1970 »

Jean-Baptiste Devaux (Sciences Po Lyon/Triangle), « Les revues dans la circulation des idées et des savoirs. L’économie de la connaissance et le cas de la Revue d’économie industrielle : 1985-2008 »

Iliana Eloit (London School of Economics/Gender Institute), « Du féminisme au lesbianisme politique : histoire militante d’une pensée dissidente »

Nagisa Mitsushima (Université Paris 1/CESSP), « La capacité, du concept à la revendication »

2ème séance (13h30-16h)

Charles Bosvieux-Onyekwelu (Université Paris-Saclay/Laboratoire Printemps), « Une idée peut-elle fonctionner comme un champ ? L’exemple du service public et l’hypothèse d’un « champ » du public sous la troisième République »

Clément Rodier (Université de Bordeaux/Centre Montesquieu de recherches politiques), « L’École de Francfort en France . Anatomie d’une réception »

Tristan Rouquet (Université Paris 10/ISP), « La constitution d’un corpus d’auteurs comme enjeu épistémologique en histoire sociale des idées politiques »

Simon Tabet (Université Paris 10/Sophiapol), « Pour une histoire plurielle et globale de l’idée postmoderne : science, culture et société »

Cyprien Tasset (EHESS/IRIS), « Trois façons de construire « les précaires«  comme entité collective à la fin des années 1970 en France »

1 Bernard Pudal, « De l’histoire des idées politiques à l’histoire sociale des idées politiques », in Antonin Cohen, Lacroix Bernard & Philippe Riutort (dir.), Les Formes de l’activité politique. Éléments d’analyse sociologique XVIIe-XXe siècle, Paris, Presses Universitaires de France (PUF), 2006, pp. 185‑192 ; Frédérique Matonti, « Plaidoyer pour une histoire sociale des idées politiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 5, 59-4 bis, 2012, pp. 85‑104.

Si vous souhaitez y participer, n’oubliez pas de vous inscrire sur le formulaire en ligne, obligatoire pour pouvoir entrer dans les locaux de Sciences Po: https://fr.surveymonkey.com/r/doctoriales2016afsp

Colloque international: « Dialectique et négativité. La Dialectique négative, 50 ans après », Université Paris 1/Maison Heinrich Heine, 2-3 juin 2016

HiSoPo vous informe de la tenue du colloque international « Dialectique et négativité. La Dialectique négative, 50 ans après » organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en partenariat avec la Maison Heinrich Heine et l’Université franco-allemande. Il se tiendra le jeudi 2 juin dans la salle 216 du centre Panthéon de l’Université Paris 1 (12, place du Panthéon, 75005 Paris) et le vendredi 3 juin à la Maison Heinrich Heine (27 B, boulevard Jourdan, 75014 Paris).


Comité d’organisation

Isabelle Aubert (Paris 1, ISJPS PhiCo/NoSoPhi), Katia Genel (Paris 1, CHSPM/Centre Marc Bloch) et Jean-François Kervégan (Paris 1, ISJPS PhiCo/NoSoPhi, IUF)


PROGRAMME

Jeudi 2 juin 2016
Lieu : Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Salle 216, Centre Panthéon – 12 place du Panthéon – 75005 Paris

9h00 Accueil des participants

Une dialectique d’un genre nouveau ?
Présidence de séance : Jamila Mascat (PhiCo / NoSoPhi)

9h15-9h30 Ouverture : Jean-François Kervégan (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h30-10h15 Terry Pinkard (Georgetown Univ., Washington, USA) : Critique and Dialectic

10h15-11h Emmanuel Renault (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : Adorno, hégélien ou anti-hégélien ?

11h20-12h05 Martin Seel (Univ. Goethe, Francfort, Allemagne): How negative is negative dialectics ?

12h05-12h50 Gilles Moutot (Univ. de Montpellier) : Formes du dépaysement : les opérations de la dialectique négative

Subjectivité et négativités
Présidence de séance : Claire Pagès (Collège international de philosophie)

14h30-15h15 Marcos Nobre (Univ. Campinas, Brésil) : La critique immanente de l’état « faux »

15h15-16h Agnès Gayraud (Université Paris-Sorbonne) : À quelles conditions la dialectique peut-elle exprimer la souffrance ? Prison réflexive et tentatives d’évasion dans la Dialectique négative

16h20-17h05 Christophe David (Univ. Rennes 2) : La contribution de Beckett, auteur éminemment négatif mais pas nihiliste, à la constitution d’une dialectique négative

17h05-17h50 Antonin Wiser (Univ. de Lausanne, Suisse) : L’intime et l’indemne

Vendredi 3 juin 2016
Lieu : Maison Heinrich Heine
Cité internationale universitaire de Paris – 27 B Bd Jourdan – 75014 Paris

Allocution de Mme Christine Deussen, directrice de la maison Heinrich Heine

Connaissance et liberté
Présidence de séance : Katia Genel (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h30-10h15 Gérard Raulet (Université Paris-Sorbonne) : Le primat de l’objet. Trois approches de la réification : Benjamin, Adorno, Honneth

10h15-11h Pierre-François Noppen (Université de Saskatchewan, Canada) : Souffrance et connaissance chez Adorno

11h20-12h05 Berthold Arlt / Jürgen Ritsert (Univ. Goethe, Francfort, Allemagne) : Sur l’antinomie de la liberté, la dialectique et quelques contradictions dans la critique de Kant par Adorno.

12h05-12h50 Lucie Wezel (Univ. Paris Ouest Nanterre La défense) : Sauver la métaphysique ? Dialectique négative et critique de l’idéalisme

Histoire et critique de la société
Présidence de séance : Isabelle Aubert (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

14h30-15h15 Laurent Plet (Lycée Victor Hugo, Caen) : Adorno, ou comment penser l’effectivité historique contre le mythe d’une errance destinale de l’être sans histoire

15h15-16h Vincent Chanson (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense) : Un concept adornien d’abstraction réelle ? Dialectique négative et critique de l’économie politique

16h20-17h05 Patrick Savidan (Univ. de Poitiers) : Politique d’Adorno : entre sujet critique et sujet renonçant

17h05-17h50 Martin Saar (Univ. Leipzig): Power and Totality: Adorno’s Critical Immanentism

17h50 Mot de conclusion du colloque : Isabelle Aubert et Katia Genel (Univ. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)


Vous pouvez également télécharger le programme du colloque en format PDF ici: Programme-colloque-Dialectique-negative

Séance 7: « L’histoire sociale de la philosophie en question : autour de L’Ontologie politique de Martin Heidegger par Pierre Bourdieu » (25 mai 2016)

La septième séance du séminaire HiSoPo intitulée « L’histoire sociale de la philosophie en question : autour de L’Ontologie politique de Martin Heidegger » aura lieu le 25 mai 2016. Cette séance sera l’occasion d’écouter deux communications:

  • Mathieu Hauchecorne (MCF en science politique, CRESSPA-Labtop, Université Paris 8) : « Que faire de la notion de réfraction en sociologie des idées ? »

  • José Luis Moreno Pestaña (MCF en philosophie à l’Université de Cadix, HDR en sociologie à l’EHESS, chercheur au CESSP-CSE) : « Lire le Heidegger avec le Manet : la sociologie de Bourdieu et la grandeur philosophique »

Ces deux communications seront suivies d’une table ronde avec les intervenants : Christopher Hamel, Thibaut Rioufreyt et Arnault Skornicki.

La séance aura lieu le mercredi 25 mai 2016 de 9h30 à 13h, au 9 rue de la Chaise 75007 Paris, Salle 900.