JE: Atelier HiSoPo, 1ères Doctoriales de l’AFSP, Paris, Sciences Po, 22 juin 2016

Hisopo organise un atelier doctorial dans le cadre des 1ères journées doctoriales de l’Association française de science politique qui aura lieu le 22 juin dans les locaux de Sciences Po à l’adresse suivante: 9 rue de la Chaise 75007 Paris (M° Sèvres-Babylone ou Rue du Bac).

Logo_hisopo_AFSP


Comité d’organisation

Samuel Hayat (Chargé de recherche CNRS, CERAPS, Lille) & Thibaut Rioufreyt (Docteur en science politique, Chercheur associé au laboratoire Triangle, Lyon)


Texte de présentation

La science politique française a longtemps accordé une place centrale aux idées : non seulement elle comptait l’histoire des idées politiques comme l’une de ses plus nobles composantes, mais plus généralement elle tendait à privilégier l’étude des faits politiques par les idées et les idéologies. Aujourd’hui, force est d’admettre que ce constat n’est plus valable. Contre les approches privilégiant l’explication de la réalité politique par les « idées », de nombreux travaux se sont attachés à l’étude des pratiques et des propriétés sociales des acteurs et ont privilégié l’analyse des logiques organisationnelles, des relations entre les groupes et leur environnement social, des ressorts individuels et collectifs de l’engagement ou encore des répertoires d’action. Ce tournant sociologique de la science politique s’est opéré notamment en rupture avec l’histoire classique des idées politiques, tenue pour une sous-discipline enfermée dans un corpus canonique de « grands » auteurs (de Platon à Rawls), et dans l’étude de grandes idéologies largement déconnectée de leurs conditions de production et de circulation ; sous-discipline qui s’est, de surcroît, longtemps tenue à l’écart des innovations étrangères (Cambridge School, sémantique historique allemande…). Cependant, plus récemment, une série de travaux ont tenté de réinvestir le terrain des idées avec les instruments des sciences sociales et politiques, pour une bonne part sous la bannière de « l’histoire sociale des idées politiques »1. Le syntagme, à défaut d’être encore tout à fait un programme, a le mérite de lever l’opposition entre sciences sociales et histoire des idées, et de prendre aux sérieux les idées sans souscrire à l’idéalisme.

Si l’histoire sociale des idées politiques n’est pas un programme de recherche constitué, plusieurs éléments s’articulent pour en former les coordonnées théoriques et méthodologiques :

– Une extension du corpus : ne pas s’intéresser seulement aux auteurs canoniques de la pensée politique ou aux « grandes » théories mais aussi aux productions d’autres acteurs que les intellectuels et d’autres objets idéels que les théories politiques.

– Dépasser l’opposition entre analyse interne/analyse externe des textes, dans un souci de s’intéresser non seulement au contexte discursif et au contexte politique mais au contexte social qui à un moment donné rend possible l’émergence, la diffusion ou la réception d’une idée politique.

– Documenter les processus concrets par lesquels les idées politiques jouent un rôle propre dans la construction et la transformation de la réalité sociale, lié mais irréductible aux déterminations qui ont présidé à leur production.

Cependant, au-delà de ces grands principes, la question de la mise en œuvre concrète de l’histoire sociale des idées politiques reste entière. Si elle implique de dépasser l’opposition analyse interne/analyse externe, comment s’y prendre méthodologiquement ? Comment articuler par exemple méthodes d’analyse des relations (analyse des correspondances) et des interactions (analyse de réseaux), privilégiées dans l’étude des champs ou des réseaux sociaux étudiés, avec les méthodes privilégiées pour l’analyse des textes comme la statistique textuelle ? De même, comment lire les textes (herméneutique, sémantique interprétative, etc.) de façon à comprendre leur sens sans y plaquer nos propres présupposés ? Peut-on (doit-on) utiliser les mêmes méthodes pour traiter de la pensée des « grands auteurs » et des autres types d’idées ? Comment lier les idées ou les œuvres singulières à des configurations plus larges (idéologies, cultures, épistémè, etc.) ? Comment rendre compte des effets des idées dans la construction discursive et sociale de la réalité, en particulier du monde politique, sans retomber dans l’idéalisme ?

Toutes ces questions sont encore largement ouvertes et concrètement abordées par les jeunes chercheur-e-s en histoire des idées politiques. Dans cette perspective, ces journées doctoriales sont l’occasion d’appeler les jeunes chercheur-e-s intéressé-e-s par l’histoire sociale des idées politiques et qui se retrouvent au moins en partie dans ce projet à présenter leurs travaux. Le comité sera également sensible à des propositions ouvertes sur les récentes évolutions des sciences sociales et historiques, comme le global turn, les études de genre ou les études postcoloniales, etc. qui contribuent à sortir l’histoire des idées politiques de formes de nationalisme méthodologique ou d’ethno/phallo/intello-centrisme. L’optique est de permettre un dialogue sur les méthodes et les courants de l’histoire des idées politiques à partir des recherches concrètes menées par les doctorant-e-s. Les contributions devront donc à la fois faire la place à une présentation du travail en cours et à une ouverture sur un point méthodologique ou épistémologique que cette recherche soulève.


PROGRAMME DE L’ATELIER

Première séance (9h30-12h)

Antoine Aubert (Université Paris 1/CESSP), « Spinoza et la révolution : une appropriation dans l’après-68 »

Kevin Brookes (Sciences Po Grenoble/PACTE), « Le « libéralisme scientifique » contre le programme commun. La réception du néo- libéralisme américain en France dans les années 1970 »

Jean-Baptiste Devaux (Sciences Po Lyon/Triangle), « Les revues dans la circulation des idées et des savoirs. L’économie de la connaissance et le cas de la Revue d’économie industrielle : 1985-2008 »

Iliana Eloit (London School of Economics/Gender Institute), « Du féminisme au lesbianisme politique : histoire militante d’une pensée dissidente »

Nagisa Mitsushima (Université Paris 1/CESSP), « La capacité, du concept à la revendication »

2ème séance (13h30-16h)

Charles Bosvieux-Onyekwelu (Université Paris-Saclay/Laboratoire Printemps), « Une idée peut-elle fonctionner comme un champ ? L’exemple du service public et l’hypothèse d’un « champ » du public sous la troisième République »

Clément Rodier (Université de Bordeaux/Centre Montesquieu de recherches politiques), « L’École de Francfort en France . Anatomie d’une réception »

Tristan Rouquet (Université Paris 10/ISP), « La constitution d’un corpus d’auteurs comme enjeu épistémologique en histoire sociale des idées politiques »

Simon Tabet (Université Paris 10/Sophiapol), « Pour une histoire plurielle et globale de l’idée postmoderne : science, culture et société »

Cyprien Tasset (EHESS/IRIS), « Trois façons de construire « les précaires«  comme entité collective à la fin des années 1970 en France »

1 Bernard Pudal, « De l’histoire des idées politiques à l’histoire sociale des idées politiques », in Antonin Cohen, Lacroix Bernard & Philippe Riutort (dir.), Les Formes de l’activité politique. Éléments d’analyse sociologique XVIIe-XXe siècle, Paris, Presses Universitaires de France (PUF), 2006, pp. 185‑192 ; Frédérique Matonti, « Plaidoyer pour une histoire sociale des idées politiques », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 5, 59-4 bis, 2012, pp. 85‑104.

Si vous souhaitez y participer, n’oubliez pas de vous inscrire sur le formulaire en ligne, obligatoire pour pouvoir entrer dans les locaux de Sciences Po: https://fr.surveymonkey.com/r/doctoriales2016afsp