Avis de soutenance: Bastien Amiel, « La tentation partisane. Le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire… », Université Paris Ouest Nanterre, 28 mars 2017

HiSoPo vous informe que Bastien Amiel soutiendra sa thèse le mardi 28 mars, à 9h15, à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Bâtiment F, salle 141. Elle sera suivie d’un pot.


LA TENTATION PARTISANE

Le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire : une entreprise politique en construction entre  » Libération  » et  » Guerre Froide « 

 

Sous la direction de Bernard Pudal, Professeur de science politique à l’université Paris Nanterre


JURY DE THÈSE

 

Monsieur Eric Agrikoliansky

Professeur de Science politique, Université Paris-Dauphine/P.S.L., I.R.I.S.S.O.

Monsieur Philippe Gottraux

Maître d’enseignement et de recherche en Sciences sociales et politiques, Institut d’études politiques, historiques et internationales de Lausanne, C.R.A.P.U.L.

Monsieur Rémi Lefebvre

Professeur de Science politique, Université Lille 2, C.E.R.A.P.S., Rapporteur

Madame Gisèle Sapiro

Directrice de recherche, C.N.R.S., Directrice d’études, Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, C.E.S.S.P.

Madame Anne Simonin

Directrice de recherche, C.N.R.S., C.E.S.P.R.A., rapporteure

RÉSUMÉ

En combinant une sociologie historique du politique et des rapports entre intellectuels et le champ politique, cette thèse revient sur la création et les quelques mois d’activité du Rassemblement Démocratique Révolutionnaire. Créé en février 1948 par des écrivains et journalistes, des parlementaires de la S.F.I.O. et des militants syndicalistes et politiques, le R.D.R. devait rassembler autour d’un discours de refus du positionnement en fonction de l’alternative entre les « blocs » atlantistes et soviétiques. Il s’agissait pour un certain nombre de ses membres exerçant une profession intellectuelle d’inventer une position au sein du champ politique.

A partir d’une biographie collective du groupe, complétée par une sociographie, ce travail met en évidence les particularités sociales de son recrutement et les positions qu’occupaient ses membres en 1948. La perméabilité entre les champs politiques et de production des biens symboliques permet d’expliquer la tentation partisane collective au principe de la création du Rassemblement.

L’étude précise de la mobilisation en train de se faire montre que les multiples tentatives d’institutionnalisation du groupe se heurtent finalement à l’impossible stabilisation d’un répertoire de l’action collective. Tout se passe comme si la mobilisation autour du R.D.R. n’était aboutit que pour ses membres intellectuels et qu’à défaut de constituer une entreprise politique légitime, ce parti avait surtout fonctionné comme un « intellectuel collectif ». La réinscription de l’engagement au sein du R.D.R. dans une histoire longue des rapports entre champ politique et de production des biens symboliques souligne comment la conjoncture spécifique allant de la libération du territoire au début de la « guerre froide » a rendu possible une telle tentative de subversion des frontières symboliques au sein du champ du pouvoir.

En renonçant à une analyse univoque du RDR comme un « échec », ce sont les enjeux liés à l’intervention politique des intellectuels que ce travail donne à voir.